Skip to navigation – Site map
Manifeste pour un positionnement des Sciences de l’Information Communication (SIC) vis-à-vis des Digital Studies (DS) et autres mutations du numérique

Est-on déjà en mesure de proposer un Manifeste ?

Bernard Miège

Full text

1Est-on déjà en mesure de proposer un Manifeste ? J’en doute, aussi bien après la journée du 30 mars 2016 qu’à la suite de la lecture de cette trame. Mais il me semble qu’effectivement nous devons nous positionner au moins autant vis-à-vis des Humanités numériques (celles-ci entraînant bien des confusions au sein des SHS, et pas seulement du point de vue des méthodes mais également parce qu’elles réactivent des transdisciplinarités peu ou non maîtrisées conceptuellement) que vis-à-vis des Digital studies (celles-ci traitant de la communication du point de vue d’un seul paradigme technologique et prolongeant des approches anciennes, provenant des milieux de l’informatique).

2En tout cas, si je partage l’orientation centrale du Manifeste tel que proposé dans la Trame, assurément j’en discute l’incomplétude de plusieurs formulations.

3S’agissant d’abord de la qualification du mouvement lié à l’avancée du numérique. Donne-t-il lieu à une ère, à des mutations, à des transformations en profondeur, ainsi qu’à une innovation communicationnelle, ces différentes appellations reprises dans le texte tel que proposé ne peuvent être utilisées simultanément et indifféremment. Sans doute a-t-on affaire à un procès complexe traduisant le fait qu’une innovation majeure est à l’œuvre, mais ce procès est en cours, donc inachevé et ne peut être anticipé, ou seulement partiellement.

4Quant au numérique lui-même, il importerait de dire (et d’analyser) de quoi il est constitué pour ne pas reproduire des errements antérieurs comme ce fut le cas avec le virtuel. À mon sens il n’est pas une technique, donc unique ou unifiée, à plus forte raison présentée comme fondamentale. Pour nous ce saurait être une boîte noire. Il est constitué de toute une série d’ « opérations » se succédant ou pas : réduction à des 0 ou 1, archivage, traitement de quantités importantes de données, compression, miniaturisation, transport sur des réseaux, modélisation, visualisation, et de plus en plus algorithmisation. Et ces « opérations », pour dissimulées qu’elles apparaissent souvent, sont maintenant pour une part industrialisées, ce qui n’est pas indifférent comme on l’observe notamment avec les Big Data ou les réseaux sociaux numériques dominants. Et si tout ceci a à voir avec ce que nous prenons/prenions en compte dans le cadre de l’Information – Communication, ce n’est plus aussi manifeste avec les objets connectés ou le numérique du 2e âge, en génétique, en robotique ou en automatique.

5Difficile dès lors de ne pas se positionner vis-à-vis d’une catégorie qui nous est chère, à savoir les Tic (aujourd’hui effectivement « numérisées » mais pas totalement), et ce à quoi elles contribuaient/contribuent : pour aller vite, la médiatisation des actions sociales et leur informationnalisation. À cet égard, cela ne me paraît pas apporter de la clarté et de la compréhension que d’écrire que « les technologies de l’information et de la communication numériques ne préexistent pas au social… » ; par contre il serait essentiel de marquer à la fois les continuités (réelles) et les discontinuités (marquantes), ce que semble indiquer le recours à la notion de généalogie dans le paragraphe antérieur (filiation aurait été plus judicieux, mais pour certains les connotations de ce terme sont vraisemblablement trop… passéistes !).

6Finalement, je suis tout à fait d’avis qu’il y a intérêt à se référer à quelques fondamentaux des SIC (et de disciplines connexes, ailleurs), c’est-à-dire à ce qu’on peut tenir pour des acquis à la fois épistémologiques, méthodologiques, et établis par des démarches authentifiées, en recherche comme en formation (pourquoi pas ?). La référence à ces (quelques) fondamentaux me choque d’autant moins que j’y ai eu recours, parallèlement, dans une autre contribution, mais il est indispensable de les préciser (ce qui ne va pas de soi) avant de dire en quoi il conviendrait de les compléter.

7Enfin, il me paraît pour le moins pusillanime voire ambigu et même critiquable de seulement « prendre au sérieux » le projet transhumaniste ; en SHS on ne peut en rester là.

Top of page

References

Electronic reference

Bernard Miège, « Est-on déjà en mesure de proposer un Manifeste ? », Revue française des sciences de l’information et de la communication [Online], 10 | 2017, Online since 01 January 2017, connection on 18 November 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2633 ; DOI : 10.4000/rfsic.2633

Top of page

About the author

Bernard Miège

Professeur émérite, Gresec, Université Grenoble Alpes, Sciences de l’information et de la communication

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page