Navigation – Plan du site

Tendances contemporaines en communication organisationnelle

01 septembre 2016
Sylvie Alemanno, Christian Le Moënne et Gino Gramaccia

Texte intégral

  • 1 Sans en constituer les actes puisqu’ils ont fait l’objet de profondes réécritures et d’une évaluati (...)
  • 2 1996 Rennes, 1997 Bordeaux et Lille (Décembre), 1998 Qualité Toulouse, 1999 Aix en Provence, 2001 C (...)
  • 3 Notons en particulier l’importance de la revue Communication et Organisation créée au début des ann (...)

1Les textes de ce numéro 9 de la RFSIC prolongent1 le colloque du Groupe d’études et de recherches sur les communications organisationnelles – « Org & Co » qui s’est tenu à l’université Rennes 2 en mars 2016, organisé par l’équipe d’accueil PREFIcs EA 4246 avec l’appui de la Société Française des Sciences de l’information et de la communication. Les Chercheurs qui y participaient étaient de diverses nationalités, Français, Canadiens, Belges, Marocains et Tunisiens, Danois, Africains de divers pays, et de diverses générations puisque les jeunes chercheurs étaient fortement représentés. Ce colloque marquait un anniversaire, puisque le Groupe Org & Co créé au congrès de la SFSIC, à Toulouse, en 1994, avait tenu son premier colloque dans cette même Université en 1996. Depuis cette date, 20 colloques2 et plusieurs dizaines de journées d’études avaient été organisés, et de multiples articles, ouvrages, numéros ordinaires ou spéciaux de revues publiés3, participant à la création et au développement en France d’un champ de recherches extrêmement dynamique, comparable à celui qui s’était développé une dizaine d’années avant, en Amérique du nord. Il était donc utile et intéressant non seulement de marquer symboliquement un anniversaire, mais surtout à faire un état des recherches et des connaissances accumulées sur les pratiques professionnelles et sociales d’information-communication organisationnelle.

2Depuis une trentaine d’années, on a pu observer un développement sans précédent des fonctions, des services et des budgets dédiés aux stratégies d’information-communication dans les entreprises et plus globalement dans toutes les catégories d’organisations (privées, publiques, associatives etc.). Ceci a entraîné le développement d’un secteur professionnel dynamique, tant par l’émergence ou la mutation de métiers liés à l’information-communication au service des organisations au sens très élargi que par la création foisonnante de diplômes en formations initiales universitaires ou privées et la formation professionnelle continue pour réorienter de façon plus ou moins experte des cadres d’entreprise. Il est enfin possible de constater le redéploiement et la consolidation de plusieurs grandes associations professionnelles. Les auteurs de la quatrième partie montrent cette progression dynamique des formations à des métiers devenus éléments structurels incontournables des organisations.

3Cette évolution s’est effectuée en relation avec l’expansion internationale des grands groupes de communication et leur intégration accrue aux stratégies capitalistiques des firmes transnationales. Ce déploiement massif résulte et participe fortement de la recomposition des formes organisationnelles consécutive à la mondialisation des échanges financiers, économiques, médiatiques. Il s’accompagne en outre d’une production massive de normes juridiques et techniques qui envahissent toutes les sphères de la société et qui sont la caractéristique de cette nouvelle phase du développement du capitalisme. Tous ces phénomènes ont été le contexte de développement de la convergence numérique, l’ont à la fois accompagnée et alimentée en même temps qu’ils étaient eux-mêmes transformés et générés par et avec elle.

4Le dossier de ce numéro 9 donc vise à faire un état des recherches et des connaissances accumulées sur les pratiques professionnelles et sociales d’information-communication organisationnelle dans la mesure où ce phénomène complexe a connu des formes contrastées dans son expansion qui intéressent la recherche comme les professionnels. Ses effets sociétaux, qu’ils soient politiques, sociaux, culturels, sont parfois posés comme des évidences qui demandent et nécessitent d’être interrogées : par exemple, la communication d’entreprise pervertirait l’information ou, à l’inverse, lui servirait de modèle… Encore, les normes et règles de la sphère professionnelle disloqueraient la sphère publique démocratique ou à l’inverse seraient porteuses d’un nouveau consensus démocratique articulé aux technologies de communication.

5Dans le même temps, il est important de relever le fait que le développement des dispositifs numériques et des réseaux semble s’effectuer dans un contexte d’intense compétition pour la recherche de nouvelles formes et modèles organisationnels. La propagation des normes de certification qualité, comme les hésitations et expérimentations sur les dispositifs liés au développement du numérique s’effectuent dans un contexte qu’il n’est pas exagéré plus globalement de qualifier de « crise managériale ». Au regard des questions majeures que pose ce développement, les recherches et débats sur ces phénomènes, leur origine, leur importance et leurs effets ont été menées massivement, notamment du fait du caractère global de la mutation numérique. Ces recherches se sont développées à partir de champs disciplinaires différents – Sciences de l’Information et de la Communication, Sociologie, Sciences politiques, Sciences de Gestion, Psychologie sociale… – et selon des problématiques qu’il convenait d’appréhender et d’expliciter. Pour comprendre, ces transformations les auteurs de la dernière partie creusent la question du numérique et les stratégies des organisations marchandes et des institutions (politiques et d’éducation) qui travaillent à maîtriser tous les outils numériques. Ceux-ci sont certes autant d’armes dans la concurrence économique acharnée de ce début de siècle mais leur management fait aussi prendre des risques aux hommes qui les emploient et les mettent en œuvre.

6Il nous fallait en particulier éclairer les fondements épistémologiques et théoriques sous-jacents ainsi que les grandes problématiques d’analyse de ces phénomènes qui ont émergé ou ont été revendiquées durant ces vingt dernières années en sciences de l’information et de la communication. Les auteurs des deux premières parties s’y sont employés selon des visons épistémologiques holistiques, de processus embrassant ce pan de 30 ans d’histoire du couple communication-organisations. D’autres proposent une vision de l’action collective, y compris dans sa matérialité ou dans sa symbolique alors que certains s’essaient à poser quelques hypothèses définitoires de la communication organisationnelle. Enfin il sera intéressant de constater des nouvelles tendances théoriques qui émergent de problématiques centrées sur un objet à valeur métonymique comme les « émotions » ou l’« affectif ». Ces études ouvrent sur tout l’univers du travail, ses interactions,  les transactions qui en font la trame, au sens renouvelé par les auteurs. Les études sur l’entretien d’embauche en sont un exemple ainsi que certaines méthodologies originales comme l’usage de l’audio-visuel (encore à référer à la matérialité des communications d’ailleurs) car ces objets viennent éclairer la complexité des dynamiques communicationnelles.

7Les questions qui vont encore longtemps occuper les chercheurs dans ce monde changeant restent celles-ci : dans quelle mesure ces recherches concernent-elles vraiment les phénomènes d’information et de communication plutôt que les phénomènes sociaux ou organisationnels dans leur ensemble ? Dans quelle mesure se démarquent-elles – ou non – des approches proposées par les sociologies (du travail, des organisations, des activités, etc.), par les psychologies (du travail, cognitive, sociale, etc.), par les sciences du langage (sociolinguistique, analyses de discours, analyse des écrits, etc.) par les sémiotiques (analyses sémantiques, analyses d’images, sémiologie, etc.) par les sciences politiques (analyses des idéologies, analyses politiques des pratiques managériales, etc.) par les sciences de gestion (analyse des formes organisationnelles, analyses des logiques managériales, analyses des stratégies de communication et de marketing, etc.).

8Pour les auteurs de ce numéro, il semble nécessaire d’interroger, en particulier, l’attention portée à la production des normes, des règles, des procédures, des conventions…, l’analyse des logiques d’action organisées, des situations, des conversations, des événements, des processus…, l’explicitation des processus d’innovation, de capitalisation des savoirs et savoir-faire…, l’analyse des logiques d’usages et d’appropriation des dispositifs… Le développement de ces travaux s’est avéré crucial pour des entreprises confrontées à une crise des modèles d’organisation et de gestion des ressources. Le besoin de comprendre ces phénomènes pour agir a suscité chez les professionnels une demande d’expertise et d’analyses théoriques dont ont fortement bénéficié les sciences sociales et humaines mais dont les effets épistémologiques en retour méritent encore attention et réflexions critiques.

9Les travaux de sociologie de l’action, de la régulation, des conventions, de l’innovation et de la traduction, d’ethnométhodologie, de sciences de l’information et de la communication ont favorisé le développement de problématiques pragmatistes, empiristes et constructivistes qui étaient, jusqu’aux années quatre-vingt, assez peu acceptées dans les sciences sociales en France mais qui sont aujourd’hui constitutives du programme de recherches sur les communications organisationnelles y compris en SIC et sur lesquelles les auteurs a cette date « anniversaire » se sont interroger.

10De façon générale les réflexions, dans des perspectives qui ont encore insuffisamment pris prendre en compte la dimension internationale des phénomènes et des recherches, ont embrassé des questions clé fondamentales. Celles-ci sont relatives :

Aux épistémologies révélées par les problèmes concrets posés par les recherches en organisation

11Comment les problématiques et les cadres théoriques d’analyse sont-ils "travaillés" dans leur confrontation aux phénomènes et processus sous leurs différentes dimensions notamment, mais pas seulement, dans le contexte de la numérisation ? Les auteurs éclairent les éventuelles différences d’approches et leurs conséquences en fonction des champs disciplinaires (Sociologie du travail, des conventions… économie… gestion…) mais également mettent au jour les concepts et problématiques (événements, processus, association, évolutionnisme, institutionnalisme…) confrontés aux problèmes quotidiens, terrains et acteurs, dans le processus de recherche… Des épistémologies des recherches sur les informations-communications organisationnelles s’en dégagent dans leur apport aux SIC et aux autres sciences humaines et sociales et leur démarcation par rapport aux autres disciplines qui s’intéressent aux logiques organisationnelles. Pour la plupart, les auteurs adoptent l’expression d’approche communicationnelle pour signifier une spécificité info-communicationnelle émergeant de leurs travaux.

Aux problématiques qui se diversifient :

12Parfois critiques de façon plus ou moins nuancée, certaines problématiques relèvent d’analyses des discours, privilégiant les formes sémiotiques, les écrits, les langages. D’autres problématiques s’attachent aux formes organisationnelles (règles normes, coordinations, etc.), formes objectales, dispositifs techniques, relations aux machines et dispositifs, y compris les machines numériques et logiques. Certaines démarches tentent une cartographie de la diversité de ces problématiques.

Aux méthodes d’enquêtes et d’analyses :

13Certains auteurs ont mis mettre en avant les dispositifs méthodologiques de collecte et d’analyse des données dans le contexte, entre autres, de la numérisation, des méthodologies émergentes liées à l’analyse des processus, à la collecte des traces, à l’analyse des images et des écrans, à la collecte et capitalisation des savoirs. Pour ce faire, ils font des emprunts aux méthodes ethnographiques, ethnométhodologiques, compréhensives, anthropologiques, sémiotiques et sémiologiques, culturelles, critiques, constructivistes, pragmatiques. De cette façon, se fait jour la transférabilité méthodologique effectuée à partir des méthodes d’analyse (descriptions de processus et de situations, la question des entretiens, de l’observation participante…) des méthodes qualitatives issues des différents champs des sciences sociales et des sciences humaines : ethnométhodologie, anthropologie des sciences et des techniques, sociologie compréhensive, sciences cognitives, psychologie sociale. Les approches en termes d’analyses de discours, les approches « communicationnelles » ou « informationnelles »…

14Les résultats des recherches et les recherches émergentes mettent en évidence le fait que la communication organisationnelle est plus vaste que sa simple dénomination. Elles absorbent au plan épistémo-méthodologique les communications voisines : communications institutionnelles, communications marketing, les processus de normalisations, les systèmes d’information et la veille, l’économie de l’information, l’émergence de nouvelles formes organisationnelles, les relations entre les symboliques et les technologies, l’audiovisuel d’entreprise, les pratiques managériales, les communications territoriales, les réseaux et les normalisations, les processus de banalisation.

15Ce numéro offre un cadre d’intelligibilité de la communication organisationnelle à propos duquel lequel il nous faudra être en veille permanente pour assurer la pertinence de son actualité. Ce que font la revue Communication et Organisation et le groupe Org & Co4 de la SFSIC assurant une continuité dynamique des études et réflexions de ce domaine nécessairement en expansion dans les prochaines années.

Haut de page

Notes

1 Sans en constituer les actes puisqu’ils ont fait l’objet de profondes réécritures et d’une évaluation en double aveugle selon les modalités habituelles de la revue. À ce sujet, nous remercions Sidonie Gallot, Émilie Bouillaguet et Lorrys Gheradi pour leur collaboration à la dynamique éditoriale de ce numéro.

2 1996 Rennes, 1997 Bordeaux et Lille (Décembre), 1998 Qualité Toulouse, 1999 Aix en Provence, 2001 Castres et Rennes, 2002 Béziers, 2003 Montpellier, 2004 Bordeaux et Lyon, 2005 Paris, 2006 Paris et Rennes, 2008 Nice, 2009 Rennes, 2011 Rennes et Nice, 2013 Nice, 2015 Toulouse, 2016 Rennes…

3 Notons en particulier l’importance de la revue Communication et Organisation créée au début des années 90 et qui jouera un rôle essentiel dans la publicisation des recherches, débats et conceptualisation en France, et dont les vingt années d’existence ont fait l’objet d’un colloque et d’un numéro exceptionnel par sa qualité en juin 2015. Voir Valerie Carayol et Gino Gramaccia (dir.) Récherches émergentes en communication des organisations », revue Communication & Organisation n° 47-2015.

4 Pour toutes informations sur le groupe Org & Co, voir https://org-co.fr/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Alemanno, Christian Le Moënne et Gino Gramaccia, « Tendances contemporaines en communication organisationnelle », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2506

Haut de page

Auteurs

Sylvie Alemanno

Sylvie Alemanno est Professeur des Universités au Conservatoire National des Arts et Métiers, chercheur au laboratoire DICEN-Ile de France. Psychologue clinicienne, spécialiste des communications dans tous ensembles organisés, elle a créé puis dirigé le Département des Sciences de l’Information et la Communication (12-16) ainsi que le Master Communication-Organisation (02-16) à Nice-Sophia Antipolis. Selon des approches socio-anthropologiques, pragmatiques et interactionnelles elle met en perspective culture d’entreprise, histoire managériale, relations à l’autorité, crises et conflits et confiance organisationnelle. Elle propose le triptyque communicationnel contrat-processus-dispositif comme cadre d’intelligibilité des interactions organisationnelles à l’heure des mutations numériques, les organisations de santé étant son terrain d’étude privilégié. Elle est animatrice scientifique du groupe d’étude et de recherche Org&Co et membre du CA de la SFSIC.

Christian Le Moënne

Christian Le Moënne est Professeur Emérite des Universités. Il a développé, à l’Université de Rennes autour du CERSIC, des recherches sur les communications organisationnelles, en s’attachant notamment depuis plusieurs années à réfléchir sur les relations entre formes sociales et normes techniques et anthropologiques. Il a développé une conception des relations entre l’évolution des pratiques d’information-communication et l’évolution des formes sociales dont il a suggéré qu’elles cristallisent des processus de mémoires qui s’expriment centralement dans l’articulation entre formes sémiotiques, formes objectales et formes organisationnelles. Il a été l’initiateur et l’un des fondateurs du « Groupe d’études et de recherches sur les communications organisationnelles (Org & Co) » et, avec Gino Gramaccia, été à l’initiative de la création de la Revue Française des Sciences de l’information-communication et des éditions de la SFSIC. Il est président d’honneur de la SFSIC.

Articles du même auteur

Gino Gramaccia

Gino Gramaccia est Professeur émérite de l’Université de Bordeaux, membre du MICA (EA 4426), Université Bordeaux-Montaigne, responsable éditorial de la revue Communication & Organisation, de la Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication et de la revue GeSi. Il est président d’honneur de la SFSIC.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page