Navigation – Plan du site
Vie des labos

Les SIC dans les recherches sur le journalisme au sein d’un laboratoire pluridisciplinaire, issu de la science politique

Cégolène Frisque

Texte intégral

1Le CRAPE est né en 1973, au sein de l’UER Sciences juridiques de l’Université de Rennes 1, à l’initiative de Philippe Braud, Jacques Georgel et François Monconduit, et associé au CNRS depuis 1982. Sans E final, le CRAP était au départ dénommé Centre de recherches administratives et politiques. Il a été renommé en 2002, sous la présidence Patrick Hassenteufel, Centre de recherche sur l’action politique en Europe, à la fois pour insister sur cette dimension comparative et européenne, importante à l’époque mais largement réduite depuis, et pour élargir le périmètre du laboratoire à toutes les formes d’action publiques et institutionnelles mais aussi militantes, dans leurs formes conventionnelles comme non-conventionnelles. Au départ, le CRAPE est un laboratoire de science politique, conjoint entre l’IEP de Rennes et la faculté de droit et science politique de Rennes 1. Il intégrera progressivement de nouvelles disciplines, Sciences de l’information et de la communication (SIC), sociologie, histoire, puis santé publique, avec de nouveaux établissements associés et/ou tutelles (EHESP, Université Rennes 2), ainsi que des membres venant de l’extérieur (Université catholique de l’Ouest d’Angers, Université de Nantes). Le laboratoire a décidé en 2015 de changer de nom – du fait de la proximité néfaste de l’acronyme avec le terme anglais – pour prendre celui d’Arènes.

2Dans l’intitulé officiel du laboratoire, le terme « journalisme » ou « médias » n’est jamais apparu officiellement, mais dès l’implantation d’un DUT journalisme et le recrutement de Denis Ruellan en 1992 à Lannion, cette thématique sera développée, puis quelques années après, fera l’objet d’un axe (dénomination de l’époque) ou d’une équipe (dans les termes contemporains) spécifique. En fait, la recherche en journalisme au sein du CRAPE s’est développée en lien avec la structuration d’un double pôle d’enseignement, l’un à Lannion en SIC, l’autre en science politique et sociologie à Rennes. En effet, les dispositifs d’enseignement sont bien sûr essentiels pour l’obtention de postes d’enseignants-chercheurs, et influent sur les processus de recrutement. Ensuite, les thématiques de recherche sont indirectement influencées par ces dispositifs, de par l’activité programmatique autour des enseignements dispensés, et surtout les réseaux tissés avec les professionnels et les institutions, particulièrement étroits dans les écoles de journalisme, ainsi que le travail d’analyse, de réflexion et d’échange mené dans divers cadres (débats, conférences publiques, Assisses du journalisme, Conférence nationale des métiers du journalisme…). Les travaux sur le journalisme qui ont ainsi été développés par l’équipe se sont développés au départ plutôt à l’écart des instances des SIC, puis se sont progressivement réintégrés à cet espace disciplinaire, à la faveur d’une intense activité de mise en réseau.

Une recherche en journalisme appuyée sur des instances d’enseignement partagées entre un pôle Lannionnais et un pôle rennais

3L’équipe « Journalisme et espace public » s’appuie traditionnellement sur deux pôles équilibrés : l’un en SIC qui s’est développé à Lannion à partir du DUT Information et communication et de l’option Journalisme en particulier, sous l’impulsion de Denis Ruellan, et qui s’étendra ensuite à Rennes à travers le Master journalisme ; l’autre en science politique au sein de l’IEP de Rennes, autour des enseignements et doctorants d’Erik Neveu sur ces thématiques.

Le DUT journalisme de l’IUT de Lannion et son inscription sur la liste des formations « reconnues » par les instances professionnelles

  • 1 Cela permet par exemple de réduire la durée en tant que « stagiaire » au regard de la commission de (...)
  • 2 La formation en deux ans est alors passée d’un recrutement sélectif sur dossier à Bac+0 ou Bac+1, à (...)

4Le Diplôme universitaire de technologie est une formation en deux ans inscrite dans un cadre national (programme pédagogique national élaboré par l’assemblée des chefs de département). À Lannion, le DUT en information-communication, ouvert en 1992, comporte deux options, communication des organisations et journalisme. Cette dernière option, ouverte en 1996, est la plus connue et la plus prestigieuse, avec plus de mille dossiers pour une promotion d’une trentaine d’étudiants. Le DUT journalisme de Lannion est une formation officiellement reconnue par la Commission paritaire nationale de l’emploi des journalistes (CPNEJ) depuis 2004. Cela lui permet d’être inscrite, comme 14 formations en tout, dans la convention nationale collective des journalistes1. À Lannion, l’équipe a fait le choix de maintenir la formation au niveau Bac+2, contrairement à de nombreux IUT comme Bordeaux ou Tours, qui ont transformé le diplôme en master2. L’idée est à la fois de conserver des études courtes, accessibles à des personnes qui n’auraient pas forcément les moyens de mener des études longues, notamment issues des catégories populaires et/ou plus éloignées des grandes zones urbaines. L’idée est également de prendre en considération le fait que les médias, notamment en région, ont besoin de journalistes « de base », opérationnels, pour lesquels un Bac+2 est suffisant.

5Une licence professionnelle Journalisme a été créée en 2008 pour compléter l’offre de formation. Elle est destinée aux titulaires d’une licence ou même d’un master ( !) désirant se spécialiser dans le journalisme, et capables de démontrer une forte motivation professionnelle et une implication antérieure dans des projets rédactionnels. La LP est ouverte en formation initiale ou en contrat de professionnalisation.

6Toutes ces activités demandent un investissement très important de l’équipe pédagogique, qui demeure limitée en nombre, avec des séquences complexes de transitions et des intermèdes de gels de postes. Comme dans beaucoup de structures, mais probablement encore davantage ici, cela impose de lourdes contraintes aux enseignants chercheurs, et peut s’avérer dévorant, en temps et en énergie.

  • 3 Les Assises Internationales du Journalisme et de l’Information se tiennent chaque année depuis 2007 (...)
  • 4 « Née en 2010, elle regroupe les 14 écoles de journalisme reconnues par la profession, des professi (...)
  • 5 Ainsi qu’à travers les collaborations avec la Commission de la carte d’identité des journalistes pr (...)

7Par ailleurs, dans ces différentes formations, les liens avec le monde professionnel sont essentiels, à travers les stages, mais aussi les projets tutorés menés en groupes tout au long de l’année, ainsi que la présence des intervenants extérieurs. Plus généralement, les responsables des écoles de journalisme reconnues sont associés ou intégrés au niveau national à un certain nombre d’instances paritaires, en lien avec la CPNEJ, qui, d’un côté contribuent à leur évaluation et, de l’autre, les appellent à nourrir leur propre réflexion. Denis Ruellan en particulier s’est fortement investi dans tous les dispositifs mixtes mis en place autour de la profession, notamment les Assises du journalisme, fondées par Jérôme Bouvier3. Il a en effet été impliqué dans leur organisation générale, et a piloté le comité recherche, qui associe des universitaires aux travaux de la conférence, et qui est en charge de la préparation du « Prix des Assises ». Celui-ci récompense un livre de chercheur et un livre de journaliste chaque année, avec un jury composé à parts égales de chaque catégorie, ce qui est l’occasion de nombreuses rencontres. Il est d’ailleurs maintenant responsable de la Conférence nationale des métiers du journalisme4 – concomitamment à son départ au CELSA. À ces différents niveaux5, des liens se nouent avec les acteurs représentatifs de la profession, notamment les syndicats de journalistes d’un côté et les syndicats d’employeurs, organisés en fonction des types de médias et de la périodicité, de la spécialité et de la dimension géographique des titres de presse. Dans le cas du journalisme, et particulièrement pour l’équipe de Lannion, les liens entre recherche et formation sont donc particulièrement étroits.

Grandeur et décroissance du pôle rennais de sociologie politique sur le journalisme

  • 6 Voir intitulé des thèses en bibliographie.

8Le deuxième pôle de développement du CRAPE dans le domaine du journalisme a été l’IEP de Rennes, notamment sous l’impulsion d’Erik Neveu, qui a marqué des générations d’étudiants, et notamment dirigé les travaux de nombreux doctorants sur ces sujets. Ainsi, Pascal Dauvin (1993), Jacques Le Bohec (1994), Pierre Leroux (1996), Olivier Baisnée (2003), Eugénie Saitta (2006), Marie Brandewinder (2009), Nicolas Harvey (2011), Benjamin Ferron (2012), et Sun Jiangeng (2015) ont soutenu des thèses de science politique sur des thématiques journalistiques6. L’attraction et l’ouverture des sciences de l’information et de la communication sont ici visibles, puisque quatre d’entre eux sont devenus maîtres de conférences en SIC (puis deux, professeurs), un autre l’équivalent au Québec, et un est en postdoctorat dans cette discipline. Seuls Pascal Dauvin et Olivier Baisnée sont restés en science politique (tout en diversifiant leurs travaux). Par ailleurs, quasiment tous sont partis à l’extérieur, à l’exception d’Eugénie Saitta, recrutée dans le département GEA de l’IUT de Rennes, après un postdoctorat. Plus généralement, les cours et les travaux de synthèse critique d’Erik Neveu sur la communication, le journalisme et la construction des problèmes publics (1994, 2001, 2015), ont été fondateurs pour beaucoup d’étudiants et pour l’ensemble du champ scientifique.

9Pendant une période, ce pôle rennais de l’IEP a été complété par deux chargés de recherche CNRS successifs, sociologues, Dominique Marchetti (1998-2001) puis Julien Duval (2001-2004). Le premier a notamment coécrit dans le cadre du laboratoire, avec Denis Ruellan, Devenir journalistes, Sociologie de l’entrée sur le marché du travail (2001), à partir des données de la commission de la carte de presse (CCIJP) sur les nouveaux entrants en 1999, chacun rédigeant une partie de l’ouvrage – avec des méthodes et des approches distinctes. Le second a poursuivi ses recherches personnelles, débouchant notamment sur la publication de Critique de la raison journalistique (2004), avant son départ.

  • 7 Tout en maintenant une forte présence internationale sur le sujet.

10Finalement, le pôle de sociologie politique rennais travaillant sur le journalisme, après une phase de développement, notamment pendant la période de direction du CRAPE puis de l’IEP par Erik Neveu, s’est progressivement contracté, d’abord en l’absence de chercheurs CNRS, puis avec un ralentissement du recrutement de doctorants et leur départ, enfin avec la réorientation personnelle du principal animateur sur d’autres thématiques (mobilisations politiques)7.

Le Master journalisme de Rennes, transfert de compétences et charge administrative

11L’ouverture d’un nouveau master de journalisme à l’IEP de Rennes en 2008 a constitué à la fois une ouverture et une reconnaissance pour l’équipe issue de Lannion, tout en articulant approche professionnelle du journalisme et sciences sociales. Tout d’abord, l’accès à ce grade permettait d’ouvrir sur des poursuites d’études longues, d’avoir accès à des étudiants de plus haut niveau de formation, et d’articuler davantage recherche et enseignement.

12Ensuite, ce master professionnel intitulé « Reportage et Enquête » a cherché à articuler la dimension sociologique et analytique et la dimension professionnalisante de la formation. Il « a pour vocation de former des journalistes spécialisés dans l’enquête et l’analyse des faits sociaux. Il s’agit de former les étudiants à la conception et à la réalisation de reportages et d’enquêtes en s’appuyant sur les méthodes des sciences sociales », comme l’indique encore la plaquette publiée sur le site internet8. Il s’agit de privilégier le reportage en immersion, les formats longs et les approches plus subjectives ou construites de la narration journalistique, avec par ailleurs un important cadrage sur la connaissance de la société française et les méthodes d’enquête sociologiques. Roselyne Ringoot, maître de conférences en SIC (et venue des sciences du langage), auparavant à Lannion, a obtenu une mutation pour diriger cette formation lors de son ouverture.

  • 9 Mais pas l’inscription sur la liste des formations officiellement reconnues, d’une durée de deux an (...)
  • 10 Dans un contexte de tension prolongé au sein de l’IEP, et de manque de soutien institutionnel.
  • 11 L’apaisement des tensions et le passage de la formation à deux ans pourraient rouvrir le jeu.

13Ce master a rapidement rencontré un important succès et a été amené à développer de nombreux partenariats professionnels, à la manière des écoles de journalisme, avec la dimension chronophage que cela implique. En ce qui concerne les enseignements, il s’est en grande partie appuyé sur les ressources des enseignants chercheurs de Lannion, qui ont pris en charge les principaux modules. Il a indirectement pu contribuer au tarissement des vocations pour la sociologie politique du journalisme. En effet, ce master professionnel est par définition une voie d’accès à la profession pour des étudiants ayant déjà une solide culture générale (IEP ou Licence), et a tendance à capter vers ce débouché les personnes intéressées par le journalisme et qui auparavant auraient pu s’orienter vers une approche plus analytique ou sociologique en master recherche. Petit à petit, les spécificités de ce master orienté vers l’enquête au long cours se sont estompées, à la faveur de la pression des nombreux médias partenaires d’un côté, et des étudiants, d’abord préoccupés par leur avenir, de l’autre. Au final, ce master professionnel en journalisme, tout en acquérant une certaine notoriété9, a eu tendance à absorber de nombreux potentiels et ressources. Le recrutement en 2014, de Christophe Gimbert, venu de Lannion, sur une procédure spéciale réservée aux personnes issues du monde professionnel, en remplacement de Roselyne Ringoot partie à Grenoble10, a marqué un renforcement de la logique de professionnalisation11.

  • 12 Avec des difficultés de transition liées aux mutations, du fait de certains gels de postes provisoi (...)

14Les SIC, représentées par l’équipe de Lannion et son prolongement au sein du Master de Rennes, occupent donc une place centrale dans le dispositif institutionnel de l’équipe journalisme du CRAPE. Les formations en journalisme en constituent l’épine dorsale, tout en absorbant une partie importante de leurs forces12. Traditionnellement, cet axe infocom était complété par un pôle de sociologie politique rennais, mais cet équilibre s’est progressivement rompu, à la faveur du départ et du tarissement des doctorants, et des transformations des enseignements à l’IEP.

Une réintégration progressive de la recherche sur le journalisme en SIC

  • 13 Daniel Thierry, venu de Grenoble 3, Roselyne Ringoot, venue de Toulouse le Mirail en sciences du la (...)
  • 14 Voir les thèses de doctorat des personnes citées, en bibliographie.
  • 15 Institutionnellement, le développement du groupe s’est aussi appuyé sur l’IUT de Rennes, de l’unive (...)

15Les recherches sur le journalisme menées au sein du laboratoire se sont d’abord développées de manière relativement autonome, sans lien direct avec les organisations officielles des SIC, en privilégiant le développement de réseaux pluridisciplinaires à la fois locaux, nationaux (autour des écoles de journalisme publiques) et internationaux, En effet, au départ, Denis Ruellan et l’équipe de Lannion, tout en relevant de la 71e section, ont développé leurs recherches à l’écart des instances officielles de la discipline, par exemple sans faire partie des représentants de la section CNU ou participer aux activités de la Société française des sciences de l’information et de la communication. En effet, les SIC en construction étaient à l’époque plutôt tournées vers l’analyse des contenus et de la production du sens, délaissant à la fois le journalisme en tant que tel, mais aussi et surtout une analyse historique et sociale du groupe professionnel ce qui rapprochait davantage les recherches de la sociologie. A contrario, de nombreuses formations et écoles de journalisme demeuraient éloignées de la recherche, en privilégiant une optique purement professionnelle, contrairement à Lannion. Tout en recrutant petit à petit des personnes d’origines diverses au sein des SIC (avec des connexions particulières à Grenoble 3 et au GRESEC)13, travaillant sur des thématiques très variées14, le groupe de Lannion15 s’est donc constitué de manière autonome davantage dans le dialogue avec d’autres disciplines comme la science politique et la sociologie, et à travers la constitution de réseaux locaux, nationaux et internationaux.

La constitution des réseaux scientifiques locaux et nationaux

16À cette époque, l’équipe de Lannion, sous l’impulsion de Denis Ruellan16, a développé de nombreux réseaux de recherche et d’échange. Au départ, il s’est agi de travaux collectifs réalisés au sein même de l’équipe, sur l’informatisation des rédactions (Ruellan et Thierry, 1998), avec pour ligne directrice l’analyse des marges du journalisme, du jeu sur les frontières et de la construction de la profession. Ensuite, les collaborations se sont ouvertes de plus en plus à l’extérieur, tout en associant les membres locaux selon des géométries variables. Le Réseau d’études sur le journalisme (REJ), s’est constitué comme réseau informel, à partir de 1999 et a proposé, dans les années 2000, des séminaires réguliers autour de thématiques communes (les transformations de l’information locale à l’ère numérique, l’hybridation et la création des genres médiatiques, puis le rôle des pratiques « ordinaires », des échanges avec d’autres activités sociales et de la créativité des individus17…). Le fonctionnement informel permettait de construire un système d’affinités électives contrôlées. Il a à la fois permis l’échange, l’interconnaissance, mais aussi la constitution d’une sorte de fond commun, autour de l’idée que le journalisme – bien qu’étant une profession régulée – constituait aussi une activité en invention et en transformation permanente, sous l’impulsion des individus qui la fabriquent au quotidien. Cela a débouché sur des ouvrages collectifs (voir bibliographie), d’abord sur les mutations de l’actualité locale liées au numérique (Damian et al., 2002), puis sur les formes de « dispersion » du journalisme, conçu comme « une "formation discursive" dont la construction est la mise en ordre du désordre de discours dispersés, au sens de produits par des acteurs variés »18 (Ringoot et Utard, 2006). Dans le prolongement, un ouvrage sera publié sur les genres journalistiques, les savoir-faire professionnels sur lesquels ils reposent, en lien avec les lignes éditoriales et modes de production (Ringoot et Utard, 2009). Le journalisme est alors essentiellement construit comme un discours, hétérogène, caléidoscopique, dont il ‘agit de cartographier les genres.

17Ce réseau sera le creuset du Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Journalisme, qui réunira les laboratoires d’appui des quatre écoles de journalisme reconnues de statut public (CARISM, CRAPE, ELICO, CELSA). Le colloque annuel du GIS débouchera à chaque fois sur des publications collectives, notamment au sein de la revue Sur le Journalisme (voir plus loin), d’abord sur le journalisme comme activité collective, puis sur le « gouvernement » des journalistes et les différentes régulations de la profession, avec comme nouveau thème les outils et la technicité du journalisme. Cette phase de recherche s’est inscrite de manière forte au sein SIC – tout en s’inspirant des travaux de Michel Foucault sur la dispersion et les configurations discursives.

  • 19 A l’exception de l’ouvrage sur la médiatisation de la santé et sa construction comme problème publi (...)

18Par la suite, d’autres recherches collectives se sont ouvertes davantage sur la science politique ou la sociologie – mais plutôt à l’extérieur du laboratoire19, selon des collaborations à géométrie variable. Ainsi, un séminaire du CRAPE débouchera sur un ouvrage reconfiguré ensuite avec d’autres chercheurs, notamment issus de la science politique, sur les rapports complexes entre journalistes et militants (Lévêque et Ruellan, 2010). Plus récemment, un livret de l’alliance internationale des journalistes a été publié sur les syndicats de journalistes, leur unité d’action et leurs différences, avec différents éclairages historiques et professionnels (Ruellan et Lévêque, 2016). En ce qui concerne le reste de l’équipe, d’autres livres ont été co-dirigés, sur la féminisation de la profession et ses enjeux (Damian-Gaillard, Frisque, Saitta, 2010), sur les représentations genrées dans les médias (Damian-Gaillard, Montañola, Olivési, 2014), sur la place et le rapport des amateurs dans le journalisme (Ferron, Harvey, Trédan, 2015), et sur les méthodes d’enquêtes, quantitatives et qualitatives, sur la profession (Frisque et Leteinturier, 2015).

19Toutes ces publications, reposant sur des coopérations diversifiées, démontrent à la fois la variété des collaborations établies dans et à l’extérieur du laboratoire de recherche, au sein des SIC et en lien avec d’autres disciplines, et le véritable travail de construction pluridisciplinaire effectué par les différents chercheurs.

20À cet égard, on peut remarquer l’importance prise par la collection Res Publica des Presses universitaires de Rennes dans les recherches sur le journalisme. Il s’agit d’une collection de science politique au sens large, co-dirigée par Erik Neveu et Philippe Garaud, au sein des PUR, rattachées à l’Université Rennes 2 et qui regroupent les universités d’Angers, de Bretagne occidentale (Brest), de Bretagne sud (Lorient-Vannes), de La Rochelle, du Maine (Le Mans), de Nantes, d’Orléans, de Paris-Est Créteil, de Poitiers, de Rennes 1, de Tours. Cette collection accueille de nombreux travaux sur le journalisme, individuels et collectifs, non seulement des membres du laboratoire, mais aussi d’autres chercheurs, qu’ils appartiennent ou non aux réseaux cités précédemment. Elle est connue comme une collection de référence sur le sujet, et publie des auteurs issus de sociologie politique comme des SIC, sans avoir jamais compris aucun chercheur qui en serait issu parmi les membres du comité scientifique, jusqu’à présent.

21À ces réseaux scientifiques nationaux, s’ajoute un autre réseau local pluridisciplinaire, dans le domaine du numérique : le GIS Marsouin, le Môle Armoricain de recherche sur la société de l’information et les usages d’internet. Ce groupement d’intérêt scientifique réunit depuis 2001 les laboratoires bretons en SHS (communication, psychologie, géographie, économie, pédagogie) qui travaillent sur les développements des applications et usages de l’information et de la communication avec Internet (CRAPE, CREM, LUSSI, CRPCC, CREAD). De nombreuses recherches des membres de l’équipe de Lannion ont été financées dans ce cadre, et sont aussi l’occasion d’échanges avec les chercheurs en informatique et les approches plus technologiques.

Des réseaux internationaux à la revue Sur le journalisme/About journalism/Sobre journalismo

  • 20 Florence Le Cam et Arnaud Anciaux ont ainsi réalisé une partie de leur thèse de doctorat sur place, (...)
  • 21 « Journalisme(s) et éthique », à l’université d’Ottawa en 2010.

22Des relations étroites ont été nouées avec des partenaires au Québec (université Laval) et au Brésil (université de Brasilia). Des co-tutelles de thèses ont notamment été mises en place, avec des doctorants étrangers en cotutelle avec Denis Ruellan en France, et des doctorants ou docteurs français étant soit codirigés au Québec soit réalisant des post-doctorats sur place20. Un certain nombre de chercheurs de ces pays ont été associés aux activités du REJ, et des colloques internationaux ont organisés, d’abord en partenariat direct21, puis dans le cadre des colloques MEJOR, dans différentes universités brésiliennes, sur les changements structurels dans le journalisme (2011, 2013, 2015). Les relations avec les équipes belges se renforceront ensuite quand Florence Le Cam obtiendra une mutation à l’université libre de Bruxelles en 2011.

23Ces relations régulières ont abouti à la création de la revue trilingue Sur le journalisme/About journalism/Sobre journalismo à partir de 2012, co-dirigée par Denis Ruellan, Florence Le Cam, François Demers (université Laval, Québec) et Fabio Pereira (université de Brasilia). Elle publie des articles dans quatre langues, sur appel à communications, généralement préparé en partenariat en amont, à la fois avec des partenaires d’au moins deux pays, mais aussi des chercheurs français de différents horizons des SIC. La revue, semestrielle, a publié sept numéros, à la fois sous forme papier et électronique, sur les thèmes suivants : L’entretien de recherche avec des journalistes (2012), Sources et flux de nouvelles (2013), Le gouvernement des journalistes (2013), Les invisibles du journalisme/Images d’actualité (2014), Information mobile (2014), Journalisme et réseaux socionumériques (2015), Le journalisme en ligne et ses publics (2015).

24La revue a rapidement reçu une importante reconnaissance scientifique, et a été versée l’année dernière dans la liste de revues internationales reconnues en 71e section par l’ HCERES. Elle marquait donc jusqu’à récemment à la fois l’importance du CRAPE dans l’analyse du journalisme, la réintégration de l’équipe concernée en SIC, et la force de l’internationalisation. Cependant, le départ de Florence Le Cam à l’Université libre de Bruxelles puis de Denis Ruellan au CELSA à Paris, a fragilisé la position du CRAPE dans ce dispositif, même si tous deux restent des membres associés actifs.

Des rapports complexes à la sociologie/politique

  • 22 C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai été amenée à me rattacher à ce laboratoire en 2007, t (...)

25Les recherches menées au sein de l’équipe « Journalisme » du CRAPE entretiennent des rapports étroits mais délicats à la sociologie. Tout d’abord, bien sûr les travaux menés en science politique par Erik Neveu, ses doctorants et docteurs, se revendiquent d’une approche sociologique et étudient le travail journalistique comme une construction socio-historique dont il s’agit de restituer les cadres et les contraintes, mais aussi les transformations, et qui s’inscrit dans des relations de pouvoir qu’il convient de dessiner22.

  • 23 Ce rapport complexe à la sociologie se retrouve également dans le positionnement vis-à-vis du résea (...)

26Au niveau de l’équipe provenant des SIC, les relations à la sociologie générale ou politique sont plus complexes. Si les premiers travaux insistaient sur la construction socio-historique de la profession, de ses marges et ses frontières, avec une relative distance critique, petit à petit d’autres thématiques ont été développées. Par exemple, l’accent a été porté par certains sur la dimension discursive, qui peut parfois tendre à autonomiser celle-ci par rapport au contexte de production, dans une approche plus matérialiste typique de la sociologie. Par ailleurs, l’importance accordée à la dimension d’invention des acteurs peut tendre à revenir vers l’idée de liberté d’un sujet indéterminé, quand elle n’est pas resituée dans un système de contraintes. Si la démarche sociologique n’a pas été abandonnée, avec notamment une exigence maintenue d’interroger les acteurs sur leurs pratiques concrètes et leurs trajectoires, de comprendre leurs logiques de production, elle a progressivement évolué pour certains membres de l’équipe vers une version plus interactionniste et/ou un éloignement des problématiques sociologiques au bénéfice des méthodes et références en SIC… D’ailleurs, l’équipe a organisé une série de séminaires sur « les cadres théoriques du journalisme », qui a débuté par les usages de la notion de champ, puis les approches en termes de « mondes », et enfin l’analyse de discours23.

27On peut se demander si la dimension professionnelle des formations en journalisme animées par les membres de l’équipe, les liens étroits nécessairement entretenus avec les responsables médiatiques, n’invitent pas à s’éloigner d’une approche sociologique trop critique, souvent extérieure ou surplombante et parfois hermétique à la compréhension des représentations des acteurs. Il ne s’agit pas d’un abandon, mais plutôt d’un estompement, qui rapproche maintenant la production scientifique de cette équipe du reste des SIC, qui ont parallèlement elles-mêmes évolué et intègrent davantage à la fois l’analyse du journalisme et les méthodes sociologiques.

28A contrario, on peut remarquer que les nouvelles recherches croisant les questions du genre et des médias, réintègrent profondément les problématiques sociologiques sur le sujet, depuis les travaux d’Eugénie Saitta et Béatrice Damian sur la féminisation du journalisme politique (2008), les ouvrages collectifs Le journalisme au féminin (Damian-Gaillard, Frisque, Saitta, 2010), et L’assignation de genre dans les médias (Damian-Gaillard, Montañola, Olivesi, 2014), les travaux de Sandy Montañola sur la médiatisation du sport féminin et les phénomènes transgenres jusqu’à l’habilitation à diriger des recherches de Béatrice Damian-Gaillard sur la presse pornographique (avec Erik Neveu pour garant, 2015).

29En conclusion, ce tour d’horizon de la place des SIC au sein du CRAPE amène à souligner tout d’abord la richesse et la diversité - sous-estimée ici du fait même de l’exercice de mise en perspective – des productions sur le journalisme. En une vingtaine d’années, à partir du socle du DUT à Lannion, puis du développement des différents diplômes en journalisme (licence professionnelle à Lannion, master professionnel à Rennes), c’est une équipe importante qui s’est constituée, tout en étant un peu victime de son succès et de ce développement, avec un alourdissement des charges pédagogiques et administratives et un fonctionnement resserré qui pèse sur ceux qui restent. Si cette production scientifique s’est réalisée au départ à l’écart des instances des SIC, elle a progressivement été réintégrée au cœur de cet espace disciplinaire, lui-même en évolution, avec un estompement des engagements sociologiques de certains travaux – contrebalancé par une implication croissante dans les problématiques du genre.

Haut de page

Bibliographie

Baisnée Olivier, La production de l’actualité communautaire : éléments d’une sociologie comparée du corps de presse accrédité auprès de l’Union européenne (France, Grande-Bretagne), Thèse de doctorat en science politique, Université Rennes 1, 2003.

Brandewinder Marie, Le journalisme et les consultants : le conseil médias dans les entreprises de presse, Thèse de doctorat en science politique, Université Rennes 1, 2009.

Damian Béatrice, Les dames du temps présent. Places et fonctions des études de marketing dans la conception des discours de la presse féminine généraliste, Thèse de doctorat en SIC, Université Grenoble 3, 1995.

Damian Béatrice, Ringoot Roselyne, Ruellan Denis, Thierry Daniel, Inform@tion.local Le paysage médiatique régional à l’ère électronique, Paris, L’Harmattan, 2002.

Damian-Gaillard Béatrice, Enquêter sur la presse pornographique hétérosexuelle masculine en France. Fortunes et infortunes d’une chercheure au pays du Hard Core, Thèse d’habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, 2015.

Damian-Gaillard Béatrice, Frisque Cégolène, Saitta Eugénie (dir.), Le journalisme au féminin. Assignations, inventions, stratégies, Rennes, Presses universitaires de Rennes (coll. Res Publica), 2010.

Damian-Gaillard Béatrice, Montañola Sandy, Olivési Aurélie (dir.), L’assignation de genre dans les médias. Attentes, perturbations, reconfigurations, Rennes, Presses universitaires de Rennes (coll. Res Publica), 2014.

Dauvin Pascal, Constructions et représentations de l’institution régionale. Analyse d’un processus inachevé. L’exemple breton, Thèse de doctorat en science politique, Université Rennes1, 1993.

Duval Julien, Critique de la raison journalistique. Les transformations de la presse économique en France, Paris, Le Seuil, 2004.

Ferron Benjamin, Harvey Nicolas, Trédan Olivier (dir.), Des amateurs dans les médias. Légitimités, autonomie, attachements, Paris, Presses des Mines (coll. Sciences sociales), 2015.

Ferron Benjamin, Les répertoires médiatiques des mobilisations altermondialistes (Mexique-Chiapas, Israël/Palestine, 1994-2006) : contribution à une analyse de la société transnationale, Thèse de doctorat en science politique, Université Rennes 1, 2006.

Frisque Cégolène, Leteinturier Christine (dir.), Les espaces professionnels des journalistes. Des corpus quantitatifs aux analyses qualitatives, Paris, Presses de l’Université Panthéon-Assas, 2015.

Harvey Nicolas, Le Monde diplomatique : un concept éditorial hybride au confluent du journalisme, de l’université et du militantisme, Thèse de doctorat en science politique, Université Rennes 1, 2012.

Lafarge Géraud, La production des discours sur “l’exclusion” en France des années 70 aux années 90 : contribution à une sociologie des représentations en temps de crise, Thèse de doctorat en sociologie, EHESS, 2001.

Le Bohec Jacques, Le « rôle démocratique » de la presse locale à travers l’étude des relations entre élus municipaux et localiers, Thèse de doctorat en science politique, Université Rennes I, 1994.

Le Cam Florence, L’identité du groupe des journalistes du Québec au défi d’Internet. Thèse de doctorat en SIC, Université Rennes 1, et Université Laval, Québec, 2005.

Leroux Pierre, Le journalisme en représentation. Stratégies identitaires et contraintes de visibilité du journalisme, Thèse de doctorat en science politique, IEP de Rennes, 1996.

Lévêque Sandrine et Ruellan Denis (dir.), Journalistes engagés, Rennes, Presses universitaires de Rennes (coll. Res Publica), 2010.

Marchetti Domique et Ruellan Denis, Devenir journalistes, Sociologie de l’entrée sur le marché du travail, Paris, La Documentation française-DDM, 2001.

Montañola Sandy, Femmes, sport et médias. La médiatisation des sportives de haut niveau dans la presse écrite : sous-médiatisation et stéréotypisation ?, Thèse de doctorat en SIC, Université Lille3, 2009.

Montañola Sandy, Olivesi Aurélie (dir.), Gender, Sport and Ethics. Ethics, Cases and Controversies, London, Routledge (Coll. Ethics and sport), 2016.

Neveu Erik, Rieffel Rémy, Ruellan Denis (dir.), « Les journalistes spécialisés », Réseaux, n° 111, 2002.

Neveu Erik, Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte (coll. Repères), 2001.

Neveu Erik, Sociologie politique des problèmes publics, Paris, Armand Colin (coll. U), 2015.

Neveu Erik, Une société de communication, Paris, Montchrestien (coll. Clefs), 1994.

Ringoot Roselyne, La mémoire au quotidien. Approche sémiotique de l’événement dans le discours journalistique (Le Figaro, Le Monde, Libération). Le printemps chinois 1989 : du sacre au massacre, Thèse de doctorat en sciences du langage, Université Toulouse Le Mirail, 1995.

Ringoot Roselyne, Utard Jean-Michel (dir.), Le journalisme en invention : Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, Rennes, Presses universitaires de Rennes (coll. Res Publica), 2006.

Ringoot Roselyne, Utard Jean-Michel (dir.), Les genres journalistiques, Savoirs et savoir-faire, Paris, L’Harmattan (coll. Communication et Civilisation), 2009.

Romeyer Hélène (dir.), La santé dans l’espace public, Rennes, Presses de l’EHESP (Coll. Communication santé sociale), 2010.

Ruellan Denis et Le Cam Florence (dir.), Changements et permanences du journalisme, Paris-Montréal, L’Harmattan (coll. Communication et civilisation), 2014.

Ruellan Denis, Le professionnalisme des reporters. Espaces de travail et modes de production, Thèse de doctorat de SIC, Thèse de doctorat en SIC, sous la direction d’Armand Mattelart, Université Rennes 2, 1992.

Ruellan Denis, Lévèque Sandrine (dir.), L’unité d’action des syndicats de journalistes. Regards croisés sur les convergences dans un paysage pluriel, Alliance internationale des journalistes, 2016.

Ruellan Denis, Thierry Daniel, Journal local et réseaux informatiques : travail coopératif, décentralisation et identité des journalistes, Paris-Montréal : L’Harmattan (coll. Logiques sociales), 1998.

Saitta Eugénie, Les transformations du journalisme politique depuis les années 1980 : une comparaison France / Italie, Thèse de doctorat en science politique, Université Rennes 1 (cotutelle avec Libera università di lingue e comunicazione IULM, Milan, Italie ; Feltre, Italie), 2006.

Sun Jiangeng, Un journalisme d’immersion limité et contraint pratiqué par des correspondants étrangers en Chine, Etude du cas des correspondants français à Pékin », thèse de doctorat en Science Politique, Université Rennes 1, 2015.

Thierry Daniel, L’audiovisuel interactif en lieux publics, 1988-1991 : les premiers pas d’une nouvelle technologie d’information, Thèse de doctorat en SIC, Université Grenoble 3, 1992.

Trédan Olivier, Les mondes du blog : contribution à l’analyse du phénomène des blogs en France, Thèse de doctorat en SIC, Université Rennes 1, 2012.

Haut de page

Notes

1 Cela permet par exemple de réduire la durée en tant que « stagiaire » au regard de la commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP), qui est alors d’un an au lieu de deux.

2 La formation en deux ans est alors passée d’un recrutement sélectif sur dossier à Bac+0 ou Bac+1, à Bac+3, avec un nouvel agrément ministériel, tout en gardant la certification de la CPNEJ.

3 Les Assises Internationales du Journalisme et de l’Information se tiennent chaque année depuis 2007. Elles sont organisées par « l’association Journalisme & Citoyenneté, créée en 2006, [qui] favorise sous différentes formes la rencontre, l’échange et le débat entre celles et ceux qui ont choisi le journalisme pour métier, aux côtés de toutes les professions qui concourent à la fabrication de l’information et de tous les citoyens qui la reçoivent » (http://www.journalisme.com/qui-sommes-nous, consulté le 14/07/2016).

4 « Née en 2010, elle regroupe les 14 écoles de journalisme reconnues par la profession, des professionnels impliqués dans la formation et dans les instances représentatives du métier, les pouvoirs publics (Enseignement supérieur et Recherche, Culture et Communication, Emploi), des chercheurs et des personnalités qualifiées. » (http://www.cnmj.fr/presentation/, consulté le 14/07/2016). Elle a longtemps été présidée et animée par Jean-Marie-Charon.

5 Ainsi qu’à travers les collaborations avec la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP).

6 Voir intitulé des thèses en bibliographie.

7 Tout en maintenant une forte présence internationale sur le sujet.

8 http://www.sciencespo-rennes.fr/files/sciencepo/media/pdf/formation/JRE%202016.pdf (consulté le 14/07/2016)

9 Mais pas l’inscription sur la liste des formations officiellement reconnues, d’une durée de deux ans et remplissant de nombreuses conditions

10 Dans un contexte de tension prolongé au sein de l’IEP, et de manque de soutien institutionnel.

11 L’apaisement des tensions et le passage de la formation à deux ans pourraient rouvrir le jeu.

12 Avec des difficultés de transition liées aux mutations, du fait de certains gels de postes provisoires à Lannion, qui vont être réouverts.

13 Daniel Thierry, venu de Grenoble 3, Roselyne Ringoot, venue de Toulouse le Mirail en sciences du langage (sémiologie), Béatrice Damian, venue de Grenoble 3, Géraud Lafarge, venu de l’EHESS, en sociologie, Hélène Romeyer venue de Grenoble 3 et qui quittera le CRAPE rapidement, Sandy Montañola, venue de Lille3. Deux anciens doctorants seront recrutés sur place, Florence Le Cam, qui restera quelques années, et Olivier Trédan, récemment.

14 Voir les thèses de doctorat des personnes citées, en bibliographie.

15 Institutionnellement, le développement du groupe s’est aussi appuyé sur l’IUT de Rennes, de l’université Rennes 1 également, grâce aux postes d’ATER en SIC puis de maîtres des conférences dans le département Gestion des entreprises et des administrations (GEA). Eugénie Saitta puis Bénédicte Toullec y ont ainsi été recrutées.

16 Il a par ailleurs dirigé les travaux de doctorants, issus de différents horizons (puisqu’il n’y a pas de master en SIC à Lannion ni à l’IEP) et qui trouveront des débouchés dans d’autres universités, notamment à l’étranger, Bénédicte Toullec en 2004, Florence Le Cam en 2005, Francisco Sant’anna en 2007, Fabio Pereira en 2008, José Ricardo da Silveira (co-tutelle) en 2010, Olivier Trédan en 2012, Arnaud Anciaux en 2014, François Bissège (co-direction) en 2015.

17 http://reseau-etudes-journalisme.com/?page_id=27

18 « Le travail du chercheur est ainsi de décrire précisément ce désordre afin d’en énoncer les ressorts d’ordre, notamment à travers les procédés de fabrication de l’information, les modalités d’énonciation, les stratégies des acteurs », Ibid.

19 A l’exception de l’ouvrage sur la médiatisation de la santé et sa construction comme problème public, dirigé par Hélène Romeyer (avant qu’elle quitte le laboratoire), en partenariat avec les membres de l’EHESP (Romeyer, 2010).

20 Florence Le Cam et Arnaud Anciaux ont ainsi réalisé une partie de leur thèse de doctorat sur place, le second obtenant ensuite un poste au Québec.

21 « Journalisme(s) et éthique », à l’université d’Ottawa en 2010.

22 C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai été amenée à me rattacher à ce laboratoire en 2007, tout en étant en poste à l’IUT de la Roche sur Yon (université de Nantes), afin de trouver une équipe centrée sur le journalisme, tout en conservant une approche sociologique.

23 Ce rapport complexe à la sociologie se retrouve également dans le positionnement vis-à-vis du réseau thématique Sociologie des médias (RT37) de l’Association française de sociologie (AFS). Si le CRAPE a accueilli une de ses premières journées d’études, sous l’impulsion d’Aurélia Lamy (alors à l’IUT de Rennes), quand le réseau était plus proche des SIC, et si j’en ai moi-même été co-responsable pendant quatre ans, l’implication du reste de l’équipe est cependant demeurée limitée (avec des communications d’Eugénie Saitta et Béatrice Damian lors de congrès de l’AFS).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cégolène Frisque, « Les SIC dans les recherches sur le journalisme au sein d’un laboratoire pluridisciplinaire, issu de la science politique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2457 ; DOI : 10.4000/rfsic.2457

Haut de page

Auteur

Cégolène Frisque

Maître de conférences en sociologie, IUT de la Roche sur Yon/Université de Nantes, CRAPE-Arènes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page