Navigation – Plan du site
Revue des revues

La revue Communication & Organisation

Texte intégral

Valérie Carayol, vous êtes directrice de publication de la revue Communication & Organisation. Cette revue a 25 ans : quel regard portez-vous sur cette déjà longue histoire ?

  • 1 Abécédaire – Vingt ans de recherches et de publications en communication des organisations, Valérie (...)
  • 2 Cf. Les recherches en communication organisationnelle en France : quelques éléments de bilans et de (...)

Pour en résumer brièvement l’histoire, la revue Communication & Organisation a été créée en 1992, à l’initiative du Professeur Hugues Hotier, alors directeur du Groupe de recherches en communication des organisations (GREC/O) à l’Université Bordeaux 3 (aujourd’hui Université Bordeaux Montaigne). Ce projet éditorial visait à penser l’unité et la légitimité scientifiques d’une spécialité au sein des SIC : la communication des organisations. Les pratiques de communication au travail, qu’elles soient le fait des individus, des collectifs, ou des ensembles institutionnalisés ont été au centre des problématiques éditoriales depuis lors. En 2004, Gino Gramaccia et moi-même avons pris le relai dans cette aventure à laquelle nous étions associés depuis le début, au sein du GREC/O. Cette équipe allait devenir l’Axe Communication – Organisation – Société (COS) au sein du MICA en 2009. En 2013, nous avons fêté les vingt ans de la Revue et ce fût un excellent prétexte pour organiser, sur les bords de Garonne, un symposium international qui a réuni des chercheurs réputés, invités en raison de leur engagement à nos côtés depuis deux décennies, et coordonnateurs de nos dossiers. Nous avons publié à cette occasion un ouvrage intitulé l’Abécédaire1 pour revisiter sur le temps long les grandes thématiques des dossiers depuis 1992. Ce livre, publié aux Presses Universitaires de Bordeaux en 2013, a été rédigé par les 30 chercheurs de notre équipe. La revue est reconnue par l'HCERES et le CNU comme revue qualifiante depuis le début de l’institution des listes de référence. Nous sommes heureux du succès que remporte la revue : les statistiques de Revues.org en témoignent et montrent une progression constante de notre lectorat. Mais ce succès s’inscrit également dans une dynamique d’ensemble, favorable à notre discipline, qu’un groupe de recherche de la SFSIC comme Org & Co aura également contribué à soutenir2.

Le passage au numérique a constitué pour la revue un saut qualitatif important…

Nous publions au rythme de deux numéros par an, à la fois au format papier par les Presses Universitaires de Bordeaux, et au format numérique sur les bouquets Cairn et Revue.org http://Revue.org/​. En renforçant la visibilité de nos publications, ces innovations ont pris une part importante dans la reconnaissance internationale de nos spécialités de recherche. Mais ce succès nous le devons aussi à la collectivité, très nombreuse, des responsables de dossiers, des auteurs, des relecteurs… Nous le devons enfin aux professionnels des Presses Universitaires de Bordeaux : monteurs, correcteurs, styleurs, graphistes, secrétaires d’édition, webmaster, diffuseurs, imprimeurs… Aujourd’hui, l’équipe, largement recomposée au sein du MICA, poursuit cette aventure éditoriale.

Nous avons, au fil du temps, élargi la composition internationale du comité éditorial et du comité de lecture et, à terme, nous projetons, avec l’appui des P.U.B., la création d’une plateforme pour la soumission de propositions d’articles. Nous tenons environ quatre comités de rédaction annuels. Nous attendons des membres du Comité éditorial des conseils sur des thématiques à traiter, des propositions de dossiers, des noms de collègues à contacter, une diffusion dans leurs relais de nos appels et de nos publications. Depuis peu, nous avons créé une liste de diffusion qui a vocation à réunir la communauté des auteurs, des abonnés et des lecteurs pour partager les actualités éditoriales de notre revue : appels, parutions, notes critiques, etc. Elle est hébergée sur Renater : comorga@groupes.renater.fr

Au total, vous avez publié 49 dossiers…

Les dossiers publiés permettent d’identifier les tournants ou les continuités théoriques dans les productions scientifiques de nos spécialités. Avec 20 ans de recul désormais, l’ensemble de nos livraisons constitue une mémoire de nos activités académiques précieuse et incontournable pour qui veut retracer sérieusement l’évolution de notre champ d’étude dans l’espace francophone. Nous avons cherché à diversifier nos points de vue et à les enrichir d’approches internationales, en associant des chercheurs étrangers à notre rédaction et en leurs confiant la responsabilité de dossiers. L’ouverture aura été notre viatique. Nous avons cherché à faire croître notre communauté et notre champ d’étude dans le dialogue, et dans la controverse lorsque l’occasion s’est présentée.

En 1992, notre premier dossier portait sur le sentiment d’appartenance. Jacques Ellul et Robert Escarpit, pour ne citer que ces grands auteurs, avaient répondu à l’appel. Du sentiment d’appartenance aux mémoires d’entreprise (1995), en passant par la qualité (1999), la fidélisation et la personnalisation (2005), on repère les enjeux d’une première époque marquée par la quête du consensus social. La question identitaire aura interpellé nombre de chercheurs : comme si la communication devait produire de l’entente, de la coopération au sein de collectifs invités à s’impliquer dans l’édification d’un projet d’entreprise, dans la construction d’une culture, la mise en mouvement au profit d’une idée forte.

Dans les années 2000 d’autres approches ont émergé et, pour la revue, d’autres thématiques : la communication de crise et du risque, les formes de coexistence dans les organisations, la question de l’urgence, l’individu au travail, l’évaluation des performances et, de façon prémonitoire, les pratiques du coaching (2006). Le management invente, dans ces années-là, d’autres formes d’accompagnement, de médiation ou, pour le dire de façon plus brutale, de contrôle. Il s’agit alors, dans une économie mondialisée, de faire valoir les symboliques se substituant à la dislocation annoncée des collectifs de travail : des formules palliatives, sans doute, déplaçant dans l’imaginaire de nouvelles éthiques (2004) les impasses logiques de la pratique. D’où l’actualité de pistes de recherches portant, entre autre, sur la conduite du changement organisationnel (2008), sur l’approche communicationnelle de l’individu au travail (2009), sur la communication à l’épreuve des mutations économiques (2010).

Ces dernières années, les logiques de productivité fondées sur l’individualisation de la performance ont réclamé des outils et des pratiques d’évaluation et de contrôle (2010). La sémiotique a été utilement convoquée pour proposer de nouveaux modèles d’interprétation et pour rendre compte de ces logiques de sens (2011). En écho sans doute à la question première de l’appartenance, nous avons exploré des tendances thématiques nouvelles, portant sur la manière dont se recomposent les groupes sociaux ou, de façon plus large, les nouveaux cycles de vie. Un dossier sur l’approche générationnelle (2012) était ainsi justifié. Enfin, la transition numérique des organisations a suscité d’autres recherches sur les mutations des métiers de la communication publique (2012), sur les enjeux communicationnels de l’intelligence économique (2013), ou encore sur l’intégration sociale des technologies numériques (2013). Aujourd’hui encore la quête de nouvelles appartenances (ou « affiliations ») dans un monde organisationnel où la précarité n’est pas absente, ouvre des perspectives de recherche originales en communication des organisations. Notre revue continue à animer un collectif de chercheurs toujours plus nombreux et elle contribue, par la médiation des savoirs, à la structuration de notre champ d’étude. C’est le fruit d’un travail patient, au service de notre communauté, qui demande beaucoup d’engagement et de temps pour toute l’équipe éditoriale et technique.

Et pour l’avenir ?

Nos projets de publication sont déjà dessinés pour les deux années à venir et nous ne manquons, ni de propositions, ni d’idées pour continuer à développer nos recherches dans un champ d’étude aujourd’hui tout à fait consolidé. À ce jour, trois grands dossiers sont en préparation : celui du n°49 (2016), coordonné par Olivier Galibert et Jacques Bonnet (Université de Bourgogne) est consacré à la médiation des savoirs dans les organisations. Cette thématique trouve un prolongement logique dans le dossier du n° 50 (2016), coordonné par Claudine Batazzi (Université de Nice Sophia-Antipolis) et Patrizia Laudati (Université Valenciennes) puisqu’il porte sur l’engagement entrepreneurial au sein des territoires, et celui du n° 51 (2017), sur le thème Les cultures de l’information dans les organisations, coordonné par Vincent Liquète (Université de Bordeaux) Ivone de Lourdes Oliveira et Angela Marques Salgueiro (Université PUC Minas, Belo Horizonte, Brésil).

Haut de page

Notes

1 Abécédaire – Vingt ans de recherches et de publications en communication des organisations, Valérie Carayol, Gino Gramaccia (Dir.), Presses Universitaires de Bordeaux, 2013.

2 Cf. Les recherches en communication organisationnelle en France : quelques éléments de bilans et de perspectives. Entretien avec Christian Le Moënne, réalisé par Sidonie Gallot, Revue Communiquer 2013, n° 13. http://communiquer.revues.org/1586

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« La revue Communication & Organisation », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2455

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page