Navigation – Plan du site
Regards croisés

Médias culturels et Interculturalité : regards croisés France-Allemagne

Carsten Wilhelm et Catherine Roth

Texte intégral

1L’interculturalité apparaît comme un des questionnements principaux de ce début de XXIe siècle avec ses migrants, ses attentats et l’ébranlement du plus vaste projet politique jamais élaboré en Europe. L’interconnexion des cultures va de pair avec l’interconnexion des enjeux : la complexité de nos sociétés ouvertes et traversées par de multiples tensions économiques, sociales et environnementales conduit à une remise en question des cadres habituels de coopération, pendant que la dimension multiculturelle, aujourd’hui partie intégrante de nos sociétés, appelle une communication créative et innovante entre les parties.

2Et dans communication interculturelle, il y a communication. Pourtant, le sujet – la communication interculturelle – n’est véritablement institutionnalisé ni en SIC en France, ni en sciences de la communication (Kommunikationswissenschaften) en Allemagne. Pourquoi considérer particulièrement ces deux pays ? Parce que la relation franco-allemande a joué un rôle trop peu connu dans le développement des études interculturelles en Europe, rôle à repenser aujourd’hui, avec l’affaiblissement de la coopération. Et aussi parce que les relations entre ces deux pays se construisent sur le long terme en mobilisant les identités culturelles sous-jacentes. Connaître mieux les travaux de part et d’autre du Rhin et ceux qui se sont construits ensemble peut enrichir un débat qui a moins que tout autre intérêt à demeurer national, ou toujours en dialogue univoque avec les cultural studies anglo-saxonnes. Le but de ce texte est donc d’ouvrir des pistes et de faire connaître des travaux d’outre-Rhin pouvant apporter des éléments utiles à la construction d’une théorie de l’interculturalité. Dans l’espace de cette rubrique, cet article n’a pas d’autre ambition que de soulever des questions importantes et de donner des pistes de réflexion. Le focus étant franco-allemand, le Québec n’est pas pris en compte malgré l’importance de la recherche qui y est menée sur le sujet. Le lieu d’où nous parlons, enfin, est celui des Sciences de l’Information et de la Communication. Ce texte ne peut alors qu’annoncer un projet plus vaste sur la thématique de l’interculturel en communication, qui demeure devant nous.

Très bref état des lieux

3Commençons par un bref état des lieux visant à apporter quelques repères méthodologiques pour aborder une notion polymorphe et volatile.

  • 1 Si au plan des formations la communication interculturelle apparaît comme module ou cours dans bon (...)

4Les articles stimulants de la chercheuse allemande Stefanie Averbeck décrivent, pour la France, un paradoxe entre d’une part une « très haute visibilité » (Averbeck 2013) avec des dossiers dans Hermès, Questions de communication, ou encore dans la RFSIC (2/2013, dossier « Communication et diversité culturelle ») et d’autre part une institutionnalisation faible. Les sciences de la communication en France, ayant des affinités avec l’anthropologie, la sémiotique et la pragmatique en auraient de facto avec la culture, ce qui ne serait pas le cas en Allemagne (Averbeck 2013). L’interculturalité, cependant, n’est pas un sujet véritablement établi en SIC1. Joanna Nowicki (2010) choisit par exemple de ne pas utiliser le terme « interculturel » dans le titre de sa publication La Cohabitation culturelle, afin, écrit-elle, d’éviter les connotations politiques du terme. L’interculturel est problématique en tant que positionnement en SIC, sa sémantique appelant chez certains le spectre du culturalisme, de la naturalisation et de l’essentialisation des identités culturelles.

5En France comme en Allemagne, l’interculturel correspond à une théorie et à une pratique dans un équilibre incertain, dû aux origines complexes de la notion (Wilhelm, 2016). Les difficultés de la pratique ont appelé l’étude et la montée en théorie, les phases les plus connues étant liées à l’immigration et aux suites de la décolonisation à partir des années soixante et soixante-dix, puis aux débuts de la mondialisation dans les années quatre-vingt-dix. Les lieux du possible malentendu sont notamment l’école et l’université, les hôpitaux et administrations, l’entreprise et les organisations internationales et leurs expatriés (Barmeyer 2012 : 6, Rafoni 2003), appelant plus particulièrement certaines disciplines comme les sciences de l’éducation (Camilleri 1989, Abdallah-Pretceille 2006) ou la gestion (D’Iribarne 1986, Chevrier 2003). L’origine historique du champ correspond à une stratégie de gouvernance, visant la domination économique, le gouvernement américain chargeant E.T. Hall de développer des outils de compréhension du dialogue des cultures pour améliorer les échanges commerciaux et diplomatiques au profit des donneurs d’ordre. Les outils développés, cependant, se mettent au service d’une compréhension qui, pour être pragmatique, n’est pas toujours intéressée. Le chemin de la pratique à la théorie, cependant, demeure incomplet. Sans nier les nombreux travaux qui ont été effectués depuis et dont Alex Frame (2013) fait une synthèse remarquable, notamment dans le monde anglo-saxon, les contributions continentales restent parsemées et peu connues.

  • 2 L’Ofaj a permis depuis 1963 à 8,2 millions de jeunes Français et Allemands de se rendre dans l’autr (...)
  • 3 Poursuivis en partie par les travaux du Centre Européen de la Jeunesse du Conseil d’Europe, dont le (...)
  • 4 À différencier du courant des diversity studies, qui travaillent sur le vivre ensemble dans la soci (...)

6En outre, nous sommes en passe d’oublier que l’interculturel en Europe est très lié historiquement au franco-allemand. La construction européenne s’est appuyée sur cette « colonne vertébrale » du continent, notamment en 1963 par la création de l’OFAJ. L’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse2 commanda de nombreuses études sur l’interculturel et donna à ce champ un développement spécifiquement européen, une voie bien différente des origines américaines de la notion, illustrée par les travaux, collectifs et collaboratifs, de Demorgon, Lipianski, Ladmiral, Hess, Niklas, etc.3 La démarche, du moins aux origines, est donc idéologiquement fort différente des débuts américains. Là-bas la recherche de l’influence4, ici celle du maintien de la paix et la co-construction d’une compréhension mutuelle, par les travaux d’équipes elles-mêmes interculturelles. Du moins aux origines.

Le franco-allemand comme essence de la différence

7Les travaux sur le franco-allemand s’effectuent sur un terrain si fertile que certains chercheurs sont devenus des spécialistes de la communication interculturelle dans le domaine. Les travaux inauguraux des historiens de la culture Michel Espagne et Michael Werner (1988) envisagent les relations bilatérales dans l’espace franco-allemand par la notion de transfert, développée ultérieurement par Espagne (1999). Hans-Jürgen Lüsebrink (2003), romaniste, décrit trois composantes du transfert culturel (sélection, transmission, réception).

8Les études franco-allemandes dans le domaine de la presse et de la littérature sont nombreuses et recensées par Christoph Vatter (2003 : 36), lui-même romaniste et spécialiste de communication interculturelle dans les domaines économique, culturel et médiatique. Demorgon, Lipianski, Ladmiral, Nicklas, dans la droite ligne de l’OFAJ, passent par le franco-allemand pour parvenir à une meilleure compréhension (voire construction) de l’Europe. Christoph Barmeyer travaille sur le management interculturel franco-allemand. Stefanie Averbeck, enfin, écrit sur la communication interculturelle en France et en Allemagne en sciences de la communication, discipline qu’elle est la seule à représenter dans cette liste avec Christoph Vatter.

9Pourtant, Barmeyer (2005), Ladmiral et Lipianski (1989) écrivent sur la communication interculturelle, et la triangulation des échanges proposée par Demorgon, Lipianski, Müller et Nicklas (2003 : 99) est très proche de la notion de médiation culturelle. Pourquoi, dès lors, les SIC et les Kommunikationswissenschaften n’ont-elles pas investi de façon plus déterminée le champ de la communication interculturelle, à la différence des sciences de la communication aux États-Unis, qui l’ont, elles, fortement institutionnalisé ? Comment expliquer ce paradoxe ?

Des raisons disciplinaires et de culture nationale

10Dans communication interculturelle, il y a aussi culture. Des raisons disciplinaires et de culture nationale sont probablement à invoquer (Averbeck 2013), les deux étant partiellement liées. La France se méfie du support culturel des identités et défend une conception républicaine de la nation, politique et non culturelle. Rappelons d’ailleurs que les deux grandes définitions de la culture ont été élaborées dans un antagonisme entre la France et l’Allemagne (Roth 2009). Le mot culture arrive en Allemagne au XVIIIe siècle, en passant par la France où il est lié depuis les Lumières à l’universalisme de la raison. Dans les territoires germaniques, éclatés jusqu’à la fin du XIXe siècle, la bourgeoisie intellectuelle veut créer l’unité de la nation en se fondant sur la culture et la langue partagée, à l’opposé de la France universaliste, dont le concept de culture se rapproche de celui de civilisation. La noblesse allemande, à laquelle s’oppose cette bourgeoisie, se réfère précisément à la France dont elle parle la langue. La Kultur devient donc particulariste et la culture universaliste (Bollenbeck 1994). Cependant, depuis la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne nourrit une profonde méfiance envers le classement des cultures qui, sous une forme exacerbée, justifia les crimes du nazisme.

11Ces raisons sociétales ont une influence disciplinaire qui n’est pas toujours très consciente, et qui peut alors se transformer insidieusement en nationalisme méthodologique. En France, la question se complique du fait que la religion est considérée comme étant de l’ordre de l’individu, alors même que le fait religieux comprend une dimension d’identité collective qui est résolument culturelle (Douyère, 2016) et qui peut être mobilisée pour la compréhension de phénomènes contemporains.

12Quant aux raisons strictement disciplinaires, elles seraient liées en Allemagne à la prédominance de la communication médiatisée en sciences de la communication, directement issues des études de presse (Publizistik), et en conséquence peu intéressées à la communication interpersonnelle (Averbeck 2011).

13Le statut de la culture et celui de l’interculturalité sont très liés. En outre l’interculturalité, comme le concept de culture (Chevrier 2003), est toujours implicitement politique, une dimension à prendre en compte dans ses usages souvent implicitement normatifs, car « de fait, les relations interculturelles sont toujours surdéterminées par des rapports de force, ou au moins d’influence, économiques, politiques et idéologiques » (Ladmiral et Lipiansky, 1989 : 12). La France de l’Ancien Régime a défini la culture par rapport à sa révolution, l’Allemagne par rapport à son unité nationale. Aujourd’hui encore, un enjeu économique, politique ou social est toujours en arrière-plan des mots culture et interculturalité. La notion de l’identité culturelle est plastique, politique et contingente (Titley, 2005).

La théorie, « part maudite de la recherche interculturelle » ?

14Quand est abordée la question de la pauvreté théorique de la recherche interculturelle, considérée comme sa « part maudite » (Rafoni 2004), ou bien quand Averbeck (2016) regrette l’absence d’une théorie claire de la communication interculturelle médiatisée, alors qu’existeraient des théories de la communication interculturelle interpersonnelle, on trouverait, en lieu et place de la théorie, surtout des études de cas, avant tout dans le court terme. (Averbeck 2016).

15La constatation est incontestable. Pourtant, rappelons avec B. Rafoni la théorie historique de Demorgon (qui cependant n’inclut pas le média), la riche contribution de d’Iribarne et avec Averbeck celle de C. Wilhelm et A. Frame.

16Qu’est-ce qui distinguerait alors l’approche de l’interculturalité par les SIC ?

17Si le modèle sémio-pragmatique (Boutaud 2005, Frame 2013, Wilhelm 2012) offre un cadre pour penser les éléments constitutifs de l’interculturel, il ne permet pas en soi d’analyser la nature et la constitution préalable des éléments en jeu lors de l’interaction, ainsi que sa résultante, ce qui advient dans l’interaction. Ce modèle stipule en effet que les éléments préfigurés sont apportés à la situation par chaque actant (acteurs et outils) et proviennent de leur bagage culturel et individuel, de leur socialisation (acteurs) ou conception (outils). La configuration est l’agencement qui rend possible la situation en tant que telle, la structure du dispositif, sa délimitation dans l’espace, réel ou virtuel, et dans le temps, sa médiation technologique, la forme donnée aux matériaux au sens aristotélicien. Dans cette configuration se met en œuvre la figuration, leur mise en scène par les actants et l’échange sur les bases décrites ci-dessus.

18Or, les SIC ne regardent guère ce qui constitue les éléments de la préfiguration, et ce qui naît dans l’interculturalité, ce qu’elle engendre, met au monde, en un mot, ce qu’elle « refigure » (Wilhelm 2012). Et pourtant elle dispose d’approches mobilisables dans ce sens, notamment quand elle s’intéresse aux usages sociaux des médias, à la vie des messages et artéfacts, pour s’approcher de l’implicite.

19L’interaction est souvent analysée par les SIC. Elles se distinguent par un intérêt fort pour la matérialité en jeu, pour le support, le média, le dispositif, l’agencement, en sus de l’interaction verbale et non-verbale. Deux étapes restent donc sous exploitées : la constitution des éléments culturels apportés en contexte et la refiguration suite à l’échange. Nous faisons en effet l’hypothèse que ces échanges mènent à une refiguration par les pratiques. Cette opération est proche de ce que la sociologie appelle resocialisation, c’est-à-dire l’apprentissage de nouvelles normes et règles, attitudes et valeurs ainsi que de nouveaux comportements pour s’adapter aux nouveaux contextes et situations de vie (Henslin, 2004 : 71). La linguistique a une pensée proche : « L’interaction est partiellement déterminée par l’existence de sujets déjà socialisés et d’un social déjà structuré. Mais dans la mesure où sujets et social résultent de l’interaction, ces catégories préformées se réactualisent et se modifient dans et par son fonctionnement. L’interaction est donc le lieu où se construisent et se reconstruisent indéfiniment les sujets et le social. » (Vion 1992, 93). Le programme de recherche sur la refiguration reste à écrire. En revanche, les éléments que nous soulignons ci-dessous vont peut-être contribuer à une meilleure conceptualisation de l’apport culturel des acteurs.

Identités collectives et médias

20Toute culture correspond à des représentations partagées à grande échelle. Or, comment assurer leur diffusion autrement que par des médias ? Les médias peuvent être reliés à ce que Boltanksi et Thevenot (1991) appellent la cité ou le monde de l’opinion, où se jouent les réputations des acteurs et institutions. En cela leur orientation n’est pas uniquement intra-culturelle mais les médias sont, surtout dans les sociétés multiculturelles et grâce aux réseaux de diffusion planétaires que sont le satellite et internet, des outils de la communication interculturelle permettant des débats et controverses aux acteurs de ces espaces publics en mouvement.

21Il manque à ce stade une description épaisse des médias à la manière de Geertz (1973, 1994), historiquement ancrée et qui dépasse les médias de masse technocentrés du XXe siècle.

22Un auteur allemand incontournable a théorisé la relation entre culture et média. Il s’inscrit précisément dans la lignée des sciences de la culture allemandes (Kulturwissenschaften), qui sont des cousines à la fois proches des cultural studies, et éloignées dans la mesure où elles ne focalisent pas leur attention sur le seul contemporain, ni sur les modes d’expression populaire. Peut-être constituent-elles un champ intermédiaire entre le culturalisme anglo-saxon et l’approche française, et méritent-elles aussi à ce titre d’être plus connues des chercheurs français en communication. Les SIC françaises ont en effet des champs partagés en Allemagne à la fois avec les sciences de la communication et avec les sciences de la culture.

23L’auteur phare des sciences de la culture, Jan Assmann (2010[1992]), est égyptologue. Pour lui, comme pour les sciences sociales allemandes de façon plus large, l’étude de la culture est indissociable de celle de la communication. Comme Benedict Anderson (1991), il considère que le média est indispensable aux identités collectives dans la mesure où il diffuse les canons partagés, fondés selon lui essentiellement sur la construction du présent par le passé et la mémoire. Mais son grand apport est de présenter le média comme à la fois incontournable et insuffisant. Toutes les grandes mutations identitaires de l’histoire seraient le fruit d’une constellation comprenant l’invention d’un nouveau média, un bouleversement politique et une évolution dans l’histoire des idées. Pour un égyptologue, la définition du média n’est pas nécessairement technique, il a le sens large du Medium allemand ou anglais (tout élément support d’une médiation). Parmi les premiers médias, les temples égyptiens diffusent les codes et les préceptes de la société pharaonique.

  • 5 Une telle émergence d’une communauté communicationnelle est possible même dans un contexte médiatis (...)

24Autre idée forte : Assmann distingue la mémoire communicative et la mémoire culturelle : la différence entre les deux, c’est le média. La mémoire communicative ne dépasse pas quarante ans, elle est transmise entre individus. La mémoire culturelle est ancienne, elle est donc nécessairement transmise par des médiateurs (griots, professeurs…) et par des médias, quelle que soit leur nature, technique ou non, au cours des âges. Ce qui vaut pour la culture vaut aussi pour l’interculturalité. Certes, les situations de malentendu sont souvent entre des personnes porteuses de schémas collectifs, mais elles sont aussi diffusées par des médias selon une acception plus large encore que celle utilisée par Appadurai (« la lecture commune de livres, de brochures, de magazines, de cartes et d’autres textes modernes », 2001 : 225). Quand une telle mémoire collective s’inscrit durablement dans un territoire, un groupe initialement éphémère peut se constituer en communauté partageant et transmettant une culture5.

25Une théorie de l’interculturalité par le média et l’implicite se dessine alors. La Nation entre les lignes (Roth, 2013) est une théorie communicationnelle des identités collectives en situation d’échange culturel. Son fondement théorique est constitué par deux auteurs : selon Karl W. Deutsch (1953), un peuple est une communauté de communication, qui échange plus intensivement vers l’intérieur que vers l’extérieur ; le deuxième auteur est Assmann et sa constellation identitaire autour du média. L’hypothèse est que le plus important n’est pas dit : le message est implicite, et le média est invisible en tant que tel. L’implicite permet une naturalisation qui s’adresse en partie à l’inconscient (C. Kerbrat-Orecchioni 1986, M. Douglas 2003), garant de l’intangibilité de l’identité collective face à celles qui lui disputent le territoire.

26Le cas d’étude est ici constitué par les Saxons de Transylvanie, une minorité allemande de Roumanie présente sur ce territoire aux multiples cultures du XIIe siècle à 1990. Ils permettent de définir précisément, en termes communicationnels, les différentes notions liées à l’interculturalité. L’interaction sociale antérieure à l’État-nation correspond à la multiculturalité, dialogue pacifique entre des cultures strictement séparées, communiquant davantage en interne qu’en externe ; l’État-nation tend vers la monoculturalité, qui peut restreindre ou interdire la communication des autres cultures ; le monde moderne est de plus en plus interculturel (la communication avec l’extérieur augmente), voire transculturel (dans une communication plus importante vers l’extérieur que vers l’intérieur, par exemple en réseaux mondialisés, ce qui transforme radicalement les cultures en présence). Car l’interculturalité n’a pas été inventée par le XXe siècle finissant ; elle était même la règle dans l’État prénational et non homogénéisé culturellement.

Conclusion : Transculturalité, transdisciplinarité, transtemporalité

27Aujourd’hui, le cadre politico-social a profondément changé. « Le » franco-allemand s’est affaibli avec le déplacement du centre géopolitique de l’Europe depuis les derniers élargissements ; Verdun a eu cent ans, l’apprentissage de la langue de l’autre diminue (une peau de chagrin en France). La chancelière Merkel, enfin et surtout, a entièrement refondé la politique d’immigration de l’Allemagne. Parmi les facteurs qui l’ont influencée figure certes la vision d’une Europe ouverte après avoir grandi derrière le Rideau de Fer ; mais aussi, et le lien est rarement fait dans la recherche, une compréhension des phénomènes de migration en lien avec les minorités germaniques arrivées par millions d’Europe de l’Est après la Seconde Guerre mondiale. Un Allemand sur huit (dont les deux auteurs de cet article) a un lien familial avec les expulsés. Le renouvellement passe donc autant par le changement que par la continuité historique. Plus que d’inter-, c’est aujourd’hui de trans- qu’il est question, en l’occurrence de transtemporalité, d’hier à demain. Cette dimension essentielle à la compréhension de l’interculturel nécessite l’apport d’autres disciplines et une archéologie des médias culturels.

28Et plus encore que d’interculturalité, il s’agit désormais de formes transculturelles (Welsch 1999, Hepp 2015), qui se recréent en un mouvement permanent et appellent description et conceptualisation.

29Enfin, transculturalité, transtemporalité et transdisciplinarité vont de pair, car les objets inter- et transculturels requièrent des méthodes interdisciplinaires, voire transdisciplinaires. Barmeyer (2012 : 17) considère que les Sciences de la culture allemandes sont les plus à même de traiter le sujet, dans la mesure où elles sont réellement transdisciplinaires, l’apport d’Assmann va dans ce sens. Alors, à quand des SIC mettant la culture comme objet communicationnel au premier plan et passant de l’interdisciplinarité dialogique à la transdisciplinarité créative, dans la droite ligne des fondateurs de la discipline ?

Haut de page

Bibliographie

Abdallah-Pretceille, Martine et al., Les métamorphoses de l’identité, Paris, Economica, 2006.

Anderson, Benedict, Imagined Communities, London, Verso, 1991.

Assmann, Jan, La Mémoire culturelle. Ecriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisations antiques, traduit de l’allemand par Diane Meur (traduction de : Das kulturelle Gedächtnis. Schrift, Erinnerung und politische Identität in frühen Hochkulturen, Beck’sche Reihe, Verlag C. H. Beck, 1992), Paris, Aubier, 2010.

Appdurai, Arjun, Après le colonialisme : les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 2001.

Averbeck-Lietz, Stefanie, “Verständigung und Verhalten in interkulturellen Kommunikationssituationen, Eine kommunikationswissenschaftliche Heuristik”, dans Quandt, Thorsten et Bertram Scheufele (sous la dir. de) : Ebenen der Kommunikation : Mikro-Meso-Makro Links in der Kommunikationswissenschaft. Wiesbaden, VS, 2011, p. 279-302.

Averbeck-Lietz, Stefanie, “Pathways of intercultural communication research. How different research communities of communication scholars deal with the topic of intercultural communication” dans Communications. The European Journal of Communication Research, 2013, vol. 38, No. 3, pp. 289-313.

Averbeck-Lietz, Stefanie, “Intercultural Communication in France”, dans Kim, Young Yun (sous la dir. de), International Encyclopedia of Intercultural Communication, London, Wiley-Blackwell 2016 [en preparation pour une publication 2016/2017, merci à l’auteure de nous avoir donné accès au texte préprint].

Barmeyer, Christoph, Taschenlexikon Interkulturalität. Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2012. Barmeyer, Christoph, Management interculturel et styles d’apprentissage : étudiants et dirigeants en France, en Allemagne et au Québec, Québec : Presses Universitaires de Laval, 2007.

Barmeyer, Christoph, « Communication interculturelle dans le management franco-

allemand : développement, défis méthodologiques et perspectives de recherche », dans Baasner F. (sous la dir. de), Gérer la diversité culturelle, Frankfurt, Peter Lang, 2005, p. 43-68.

Barmeyer, Christoph et Davoine, Éric, « Culture et gestion en Allemagne : la « machine bien huilée » », dans Davel E., Dupuis J.-P. et Chanlat J.-F. (sous la dir. de), Gestion en contexte interculturel : approches, problématiques, pratiques et plongées, Québec, Presses de l’Université Laval et Télé-université (UQAM), 2008.

Bollenbeck, Georg, Bildung und Kultur. Glanz und Elend eines deutschen Deutungsmusters. Frankfurt, Insel Verlag, 1994.

Boltanski, Luc et Laurent Thévenot, De la justification, Paris, Gallimard, 1991.

Boutaud, Jean-Jacques, Le sens gourmand. De la commensalité – du goût – des aliments, Paris, Editions Jean-Paul Rocher, 2005.

Camilleri, Carmel et Cohen-Emerique, M., Chocs de cultures : concepts et enjeux pratiques de l’interculturel. Paris, L’Harmattan, 1989.

Chevrier, Sylvie, Le Management interculturel, « Que sais-je » n° 2535, Paris, PUF, 2003.

Chevrier Sylvie, « Peut-on faire virtuellement équipe ? Le cas des équipes internationales de projet », ERES Nouvelle revue de psychosociologie, 2012/2 - n° 14, p. 35 à 50.

Demorgon, Jacques, Complexité des cultures et de l’interculturel, Paris, Anthropos, 1996.

Demorgon Jacques, L’histoire interculturelle des sociétés. Pour une information monde, Paris, Economica, 2002.

Espagne Michel, Werner Michael (dirs.), Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (xviiie-xixe siècles), Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, 1988.

Demorgon Jacques, Müller Burkhard, Lipiansky Edmond Marc, Nicklas Hans, Dynamiques interculturelles pour l’Europe, Paris, Anthropos, 2003.

Deutsch, Karl W., Nationalism and Social Communication. An Inquiry into the Foundations of Nationality, second edition, Massachusetts: the MIT Press, 1966 (1953).

Douglas, Mary, Implicit Meanings: Selected Essays in Anthropology, London and New York, Routledge, 2003.

Douyère David (coord.), Le Religieux, le Sacré, le Symbolique et la Communication, dossier des Cahiers de la SFSIC, n° 12 mai 2016.

Espagne Michel, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, 1999.

Frame, Alexander, Communication et interculturalité. Cultures et interactions interpersonnelles, Paris, Hermès/Lavoisier, coll. Forme et sens, 2013.

Geertz, Clifford, The interprÉtation of Cultures, New York, Harper and Row, 1973.

Geertz, Clifford, « Thick description: Toward an interpretive theory of culture », dans Michael Martin, L.C.M. (sous la dir. de), Readings in the philosophy of social science, Cambridge, MIT Press, 1994, pp. 213–231.

Hall, E. T., The Silent language, New York, Random House, 1990.

Hall, E. T., Beyond Culture. New York, Anchor Books, 1981.

Helmolt (von) K., Müller-Jacquier B., Französisch-deutsche Kommunikation im Alltag, Forschungspapier Interkulturelles Verhaltenstraining, rapport d’étude, Université de Bayreuth, 1994.

Henslin, James M., Essentials of Sociology: A Down-to-Earth Approach. Boston, Allyn and Bacon, 2004.

Hepp, Andreas, Transcultural Communication, London, Wiley-Blackwell, 2015.

Hofstede, Geert, « Relativité culturelle des pratiques et théories de l’organisation », Revue Française de Gestion, septembre-octobre 1987, p. 10-21.

D’Iribarne, Philippe, La Logique de l’honneur : gestion des entreprises et traditions nationales, Paris, Seuil, 1986.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine, L’Implicite, Paris, Armand Colin, 1998 (1986).

Ladmiral Jean-René, Lipiansky Edmond Marc, La Communication interculturelle, Paris, Armand Colin, 1989.

Lüsebrink Hans-Jürgen, « Kulturraumstudien und Interkulturelle Kommunikation », dans Mosig, C. (sous la dir. de), 2008, Interkulturelle Kommunikationsforschung in Deutschland und Frankreich. Magisterarbeit, Institut für Kommunikations- und Medienwissenschaft an der Universität Leipzig, 2003.

Müller-Jacquier B, « Linguistic Awareness of Cultures. Grundlagen eines Trainingsmoduls », dans Bolten J. (sous la dir. de), Studien zur internationalen Unternehmenskommunikation, Waldsteinberg : Popp, », 2000, p. 20-49.

Nünning Ansgar., Nünning Vera (dirs.), Konzepte der Kulturwissenschaften, Stuttgart, Metzler, », 2003, p. 307-328.

Nowicki Joanna (dir.), La Cohabitation culturelle, Les Essentiels d’Hermès, CNRS Edition, 2010.

Rafoni, Béatrice, « La recherche interculturelle : État de lieux en France [Intercultural communication research. State of the art in France] », Questions de communications, 2(4), 2003, 13–26.

Rafoni, Béatrice, « Jacques Demorgon, L’Histoire interculturelle des sociétés », Questions de communication, 2004/1-5.

Roth, Catherine, « Culture, communication, identité : articulation des concepts », dans C. Beciu, I. Dragan, D. Popescu-Jourdy, O. Riondet (sous la dir. de), Cultures et communication. Regards croisés sur les pratiques, Editura Comunicare.ro, Romania, 2009, p. 41-51.

Roth Catherine, La Nation entre les lignes. Médias invisibles, discours implicites et invention de tradition chez les Saxons de Transylvanie, thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication sous la direction de Fabrice d’Almeida, soutenue à Paris le 4 décembre 2013, 842 pages, à paraître en français, allemand et roumain.

Thiéblemont-Dollet Sylvie (dir.), L’Interculturalité dans tous ses états, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2006.

Titley, Gavan, « Plastic, Political and Contingent: Culture and Intercultural Learning in DYS Activities ». Discussion document based on the evaluation of the LTTC Intercultural Learning and recent research activities, 2005, http://www.nonformality.org/

Vatter, Christoph, « La recherche interculturelle. État des lieux en Allemagne », Questions de communication, 2003 (4), p. 27-41.

Vion, Robert, La Communication verbale : Analyse des Interactions, Paris, Hachette, 1992.

Welsch, Wolfgang, « Transculturality - the Puzzling Form of Cultures Today », in: Spaces of Culture: City, Nation, World, ed. by Mike Featherstone and Scott Lash, London, Sage, 1999, p. 194- 213.

Wilhelm, Carsten, Emergence d’une culture communicationnelle au sein d’un dispositif international en ligne : distances géoculturelles et proximité axiologique, Distance et Savoirs 2010 (8) 79-107.

Wilhelm, Carsten, « Penser la refiguration normative : la collaboration interculturelle face au contraintes du dispositif numérique », Colloque international Communiquer dans un monde de normes, 7-9 mars 2012, Université de Lille 3 : Roubaix. [en ligne : http://hal.univ-lille3.fr/CMN2012/]

Wilhelm, Carsten, « Les SIC face à l’impératif interculturel », Les Cahiers de la SFSIC [11], janvier 2016, p. 101-107.

Winkin, Yves, Communication interpersonelle et interculturelle in L. Sfez (sous la dir. de), Dictionnaire critique de la communication, vol. 1, p. 415–515, Paris, Presses Universitaires de France, 1993.

Winkin, Yves, « Emergence et développement de la communication interculturelle aux États-Unis et en France », dans Fall K. & G. Vignaux (sous la dir. de), Mots, représentations. Enjeux dans les contacts interethniques et interculturels, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 1994, p. 33–50.

Haut de page

Notes

1 Si au plan des formations la communication interculturelle apparaît comme module ou cours dans bon nombre de formations, des diplômes mettant au centre la compétence interculturelle existent mais ils sont en majorité adossés à d’autres disciplines que les SIC.

2 L’Ofaj a permis depuis 1963 à 8,2 millions de jeunes Français et Allemands de se rendre dans l’autre pays. https://www.ofaj.org/chiffres, consulté le 7 juillet 2016.

3 Poursuivis en partie par les travaux du Centre Européen de la Jeunesse du Conseil d’Europe, dont les débuts ont été fortement influencés par les travaux de l’OFAJ.

4 À différencier du courant des diversity studies, qui travaillent sur le vivre ensemble dans la société multiculturelle plus que les relations entre sociétés et groupes culturels à l’international.

5 Une telle émergence d’une communauté communicationnelle est possible même dans un contexte médiatisé et à distance (Wilhelm 2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carsten Wilhelm et Catherine Roth, « Médias culturels et Interculturalité : regards croisés France-Allemagne », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2451 ; DOI : 10.4000/rfsic.2451

Haut de page

Auteurs

Carsten Wilhelm

Carsten Wilhelm, Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, laboratoire CRESAT (EA 3436), Université de Haute Alsace. Courriel : carsten.wilhelm@uha.fr

Articles du même auteur

Catherine Roth

Catherine Roth, Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication, Agrégée d’allemand, Chercheuse associée au CRESAT, Université de Haute Alsace. Courriel : cath.roth@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page