Navigation – Plan du site
Les enjeux de la professionnalisation

L’ambiguïté des interactions praticiennes dans le champ de la communication des organisations

Laurent Morillon

Résumés

Alors qu’en sciences de l’information et de la communication, le champ de la communication des organisations induit a priori des interactions avec les praticiens, différents chercheurs évoquent des relations limitées, difficiles, voire problématiques. Quelle est la véritable nature des interactions entre ces deux catégories d’acteurs ? La recherche qualitative mise en œuvre permet de constater que les interactions directes ou médiatisées, sans être naturalisées, existent mais demeurent ambiguës.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le choix de l’expression « communication des organisations » se veut ouvert. Elle tente de regroupe (...)

1En sciences de l’information et de la communication (SIC), alors que le champ de la communication des organisations1 induit a priori des interactions avec les praticiens, différents chercheurs évoquent des relations limitées et difficiles : « communication d’entreprise et Sic entretiennent depuis toujours des rapports difficiles, voire problématiques » (Brulois, Charpentier, 2009 : 7). Ainsi, Jeanneret et Ollivier, à propos des praticiens de la communication interne et externe, affirment : « les relations entre la recherche et les professionnels restent en la matière limitées » (2004 : 131). Gryspeerdt confirme pour les relations publiques en Belgique : « alors que du temps de Bernays, l’aspect scientifique est fortement sollicité, dans l’optique actuelle, il se réduit davantage à quelques types d’intervention en général confiée à des institutions privées » (2004 : 150). Il utilise les termes de « césure », « clivage », « fossé » et « tension » pour caractériser les relations actuelles. Aujourd’hui, force est de constater des praticiens qui ne se tournent pas spontanément vers les chercheurs et que ceux-ci adoptent une posture plutôt distanciée (Bouzon, 2010), certains refusant même toute implication.

  • 2 La première est constituée de la communication entre chercheurs, la deuxième de celle vers le grand (...)

2En France, quelle est la véritable nature des interactions entre chercheurs du champ de la communication des organisations en Sic et praticiens de la communication ? Cette question s’inscrit dans l’étude de la communication scientifique, notamment d’une « troisième voie2 » qui interroge les liens entre le monde de la pratique professionnelle et celui de la recherche (Couzinet, 2009). Alors même que dans les contextes incitatifs actuels (Morillon, Bouzon, Lee, 2013), les interactions sont susceptibles d’augmenter davantage encore à l’avenir, elles demeurent peu explorées en SIC. Or, si leurs enjeux et conditions de réalisation ne sont pas conscientisés par les chercheurs, elles peuvent représenter une menace pour la science : réductionnisme, confusion avec la consultance, instrumentalisation, marchandisation, tentation économiste… Le chercheur peut – doit – se questionner, a fortiori lorsque les liens l’engagent ou sont inscrits dans la pratique. Pour ce faire, nous avons mis en œuvre une étude documentaire sur des écrits de chercheurs (notamment des articles scientifiques) et de praticiens (manuels, sites internet d’associations…). Nous avons également initié différentes observations, dont une participante au sein d’une organisation qui associe un laboratoire et une entreprise.

3Dans une première partie nous évoquons certains des médiateurs et natures d’interactions existants entre chercheurs des Sic et praticiens de la communication. Dans une deuxième, nous présentons les différentes motivations à l’œuvre et tentons d’expliciter des relations plus limitées que pourraient ne le laisser présager la nature et les objets du champ. Enfin, dans une dernière partie, nous étudions un dispositif particulier.

Différents médiateurs et natures d’interactions

  • 3 Association Nationale de Valorisation Interdisciplinaire de la recherche en sciences humaines et so (...)
  • 4 Convention Industrielle de Formation par la Recherche

4En SIC, dans le champ de la communication des organisations, différentes natures d’interactions entre mondes académique et socio-économique existent. Praticiens et chercheurs interagissent soit directement lors de rencontres, de collaborations, d’observations voire d’interventions, soit par la médiation de documents (revue scientifique, presse spécialisée, manuel…), d’organisations dédiées (par exemple L’ANVIE3), de dispositifs de formation ou de recherche (laboratoire commun, CIFRE4, recherche action…) ou encore d’événements (colloque, journée d’étude…). Ainsi est-il possible de repérer, sans exhaustivité, quelques exemples.

  • 5 Alors professeur à l’université catholique de Louvain et chercheur au Lasco, aujourd’hui à nouveau (...)
  • 6 Association Canadienne-Française pour l’Avancement des Sciences

5Une recherche documentaire permet d’emblée de recenser articles, chapitres et communications qui présentent des travaux qui ont induit des interactions avec des praticiens, ne serait-ce que pour accéder aux terrains : Bourret, 2011 ; Mayère, Bazet, Roux, 2012 ; Parrini-Alemanno, Cabedoche, 2011 ; Galibert, 2014, etc. Des ouvrages sont par ailleurs produits par des chercheurs du champ avec des praticiens. Thierry Libaert5 a ainsi publié Le Communicator (2012) avec le conseil Marie-Hélène Westphalen, dans lequel des chercheurs témoignent (Valérie Carayol…). Différents réseaux, conférences, colloques ou encore chaires mettent en avant la mixité de leur public et/ou de leurs contributeurs : les colloques organisés sur la santé en 2012 à Dijon, sur l’e-réputation en 2013 à Toulouse ou encore le réseau international sur la professionnalisation des communicateurs (RESIPROC). Celui-ci nait en 2011, à la suite du 79e Congrès de l’ACFAS6. Des universitaires canadiens, belges et français ainsi que des représentants d’associations professionnelles canadiennes conviennent alors de former un réseau dédié à la recherche sur la professionnalisation. Celui-ci aura pour projet d’étudier et de comparer les dynamiques dans les trois pays. Depuis, des colloques se sont tenus et une revue est éditée (Les cahiers du RESIPROC).

  • 7 http://www.club-procom.fr - dernière consultation le 5 avril 2016
  • 8 Association Française de Communication Interne
  • 9 Besse J.-M. (2008), Les sciences humaines n’intéressent-elles plus les communicants ?, Les Cahiers (...)

6Différents événements sont par ailleurs organisés par des associations de praticiens de la communication pour favoriser les échanges et les partages d’expériences avec les chercheurs : « K fait Com » du Club de la communication Midi-Pyrénées, journée annuelle du club PROCOM7, formations de l’AFCI8, etc. Cette dernière association a d’ailleurs tissé une coopération avec la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC). Elle a également initié un groupe de travail mixte en 2009 (dont pour les Sic Brulois, Andonova, Lépine, Morillon…) pour réfléchir sur le lien entre le matériel scientifique, analytique et conceptuel et les pratiques professionnelles9.

7Une observation au sein même des universités permet d’évoquer le cas de certains praticiens qui, dans le cadre d’une formation continue, entament des recherches en Master 2 recherche voire en thèse de doctorat (Ely, 2007 ; Maas, 2011). Maas explicite ainsi son cheminement de communicante vers une thèse en Sic et son « positionnement original qui allie une approche critique de chercheur et des fonctions de manageur » (2011 : 112). De Lavergne observe : « Il y a là une véritable demande adressée à la communauté scientifique, une demande de théories, de savoirs, que l’on retrouve chez beaucoup d’adultes reprenant des études universitaires » (2007 : 30).

8L’articulation entre le champ professionnel et celui de la recherche existe et les interactions, sans être généralisées, ne sont donc pas rares. Quelles en sont les motivations ?

Différentes motivations pour interagir

9Une diversité de motivations peut expliciter ces interactions. Une étude généalogique fait d’emblée apparaître une implication croisée lors de la création des domaines d’activités respectifs. Gryspeerdt (2004) rappelle que les relations publiques sont nées aux États-Unis des interactions entre chercheurs et praticiens initiées par Bernays. Inversement, les praticiens de la communication ont participé en France, dès les années 1960, à la création de filières de formations universitaires professionnalisantes dans lesquelles travaillent des enseignants-chercheurs. Aujourd’hui encore, les deux catégories d’acteurs trouvent intérêt à interagir.

10Les praticiens de la communication se confrontent à des complexités organisationnelles, sociales et territoriales de plus en plus fortes ainsi qu’à la multiplicité des parties prenantes. Le champ des pratiques professionnelles a dès lors évolué (Bouillon, Bourdin, Loneux, 2006) et « la demande d’un savoir centré et spécifié aux besoins des professionnels grandit et se diversifie » (Bouzon, Meyer, 2008 : 9). Face à la montée du social (Brulois, Charpentier, 2013) et à la relative efficacité des modèles prédictifs, certains communicants expriment un intérêt pour les travaux scientifiques. Les thèmes susceptibles de les intéresser sont variés (Meyer, 2006) : Tic, conduite du changement, gestion de crises, management du personnel, processus de décisions, intervention sociale, médiation, prévention, etc.

11Dans les faits, nombre d’entre eux peuvent déjà être sensibilisés à la recherche par la lecture d’articles de revues professionnelles, par la participation à des événements organisés par leurs associations ou encore par leur formation, qu’elle soit initiale ou continue. D’ailleurs, pour ceux qui entreprennent un Master 2 recherche ou un doctorat après une période d’activité, leurs motivations peuvent être variées : quête de reconnaissance académique, distinction dans un groupe professionnel, capitalisation et légitimation de savoirs pratiques, volonté d’ouvrir et d’autonomiser ses cadres réflexifs, de s’émanciper du contexte organisationnel et des enfermements propres au monde professionnel (Bézille, 2000), etc. Le travail de recherche entrepris peut in fine permettre de partager de nouveaux cadres interprétatifs dans les milieux professionnels et universitaires.

12Pour les autres, les recherches scientifiques suscitent de l’intérêt pour se distancier de l’expérience immédiate de leur pratique quotidienne, sortir des injonctions du temps court, mettre en perspective leurs activités, et/ou, dans une optique de performance, « fabriquer » des activités. Ils souhaitent alors déployer une « intelligence de la situation », soit la production de paradigmes d’interprétations des situations leur permettant des prises de décisions plus efficientes. Ainsi, en amont de l’action, ils sont attentifs aux recherches susceptibles de leur offrir une perception fine de phénomènes de nature qualitative (par exemple de représentations, émotions, opinions…), d’éclairer les communications constitutives des collectifs, d’introduire de la complexité dans la description des situations, d’y apporter « un regard différent » voire critique, leur permettant de « prendre du recul ». Cette démarche peut en outre les aider à la formulation de problèmes et d’objectifs, à l’exploration de nouvelles pistes, à l’ouverture d’opportunités de pensées et d’actions. Le chercheur peut également être invité à prescrire voire intervenir pour garantir l’acte, en accompagnant par exemple une stratégie de communication ou la mise en œuvre d’un outil. En aval, il peut être amené à évaluer l’action, voire à la labelliser (Bouzon, Meyer, 2008).

13Pour les chercheurs du champ de la communication des organisations, la fréquentation des milieux professionnels peut être assez courante, facilitée pour certains par une activité praticienne antérieure10. La communication étant une pratique où le projet du communicant s’incarne, l’accès au terrain peut s’avérer nécessaire pour recenser des pratiques, mettre en tension théories et concepts avec des savoirs pratiques, expérimenter… Ensuite, au-delà d’une valorisation de travaux, il peut être question de soutenir des professionnels attachés au développement de leur métier ou de leurs formes organisationnelles (Meyer, 2006). Mais il peut également s’agir d’interventions avec des recherches appliquées voire actions. Dans le cadre de contrats signés avec des organisations, des chercheurs peuvent alors réaliser des audits et/ou contribuer à résoudre des problèmes de communication (Morillon, 2006). Alex Mucchielli ­ — professeur des universités en Sic jusqu’en 2008, aujourd’hui praticien11 — a ainsi proposé de renouveler la communication interne par les approches systémiques et constructivistes (2001) et de diagnostiquer la communication avec la théorie dite de la « systémique qualitative » (2006). Au-delà d’une rétribution qui participe aux besoins financiers des laboratoires, et parfois des chercheurs, ces actions peuvent permettre la production d’écrits universitaires censés assurer la reconnaissance de leurs auteurs (Heller, 1998).

14Les motivations pour interagir sont donc de différentes natures. Perrault Soliveres suggère : « La recherche peut se trouver ainsi au service de la professionnalité, comme la professionnalité au service de la recherche, se découvrant, se métamorphosant mutuellement dans leurs aspects les plus irréductiblement vivants » (2001 : 46). Dans ce contexte, comment expliciter les relations limitées voire difficiles affirmées par certains scientifiques dans l’introduction ?

Expliciter des relations limitées ?

15Différentes raisons peuvent expliciter des relations sommes toutes moins intenses que pourrait ne le laisser présager la nature et les objets du champ scientifique de la communication des organisations. D’abord, praticiens et chercheurs légitiment leurs actions dans des espaces différents (Jeanneret, Ollivier, 2004). Les constructions des secteurs ont été indépendantes, influencées par des enjeux économiques et sociaux propres : modes et contextes de travail, logiques relationnelles, cultures internes et parcours professionnels. En outre, l’héritage institutionnel et sociétal ne favoriserait pas les recherches partenariales en France (Vinck, 2007). Il existe dès lors peu d’interfaces institutionnalisées et chaque groupe a créé des espaces relationnels singuliers (associations, réseaux…) régionaux, nationaux et internationaux, lieux de socialité où les rencontres croisées sont relativement rares.

16Les praticiens incrimineraient le niveau théorique abscons des productions et leur faible lisibilité (Jeanneret, Ollivier, 2004) et se tiendraient à l’écart du discours critique porté par les Sic (Brulois, Charpentier, 2009). L’intrusion de scientifiques peut, de plus, leur apparaître gênante, les résultats à venir peu opérationnels a fortiori au regard d’une science relativement méconnue. Du côté des chercheurs, jusqu’au milieu des années 1990, les travaux étaient centrés sur les entreprises dans une perspective d’expertise (Carayol, 2004) et pour certains dans le cadre d’une pratique de consultants : « des enseignants-chercheurs, des professeurs ont développé une pratique de consultant pour eux-mêmes, notamment dans les années fastes 1980-1995 » (Delcambre, 2008 : 17). Depuis une vingtaine d’années, afin d’éviter un éclatement dans « une mosaïque de praxéologies utilitaires », d’échapper à l’expertise, à « l’instrumentalisation managériale » et à « l’idéologie libérale » (Le Moënne, Gallot, 2015), les chercheurs légitiment les Sic et le champ en se distanciant de la pratique professionnelle (Bouzon, 2010) et de leurs modèles prédictifs et fonctionnalistes (Aldebert, Morillon, 2012). Aujourd’hui, la recherche dite appliquée est marginalisée (Carayol, 2004) et la valeur attribuée par les pairs aux recherches commanditées est faible (Gryspeerdt, 2004), des chercheurs considérant même les objets professionnels comme banals et sans noblesse. D’autres affirment une volonté de ne pas être manipulés par une pure perspective d’entreprise (Jeanneret, Ollivier, 2004) et gardent leur distance par rapport à une communication instrumentalisée (Brulois, Charpentier, 2009). Profitant de travaux détachés de la pratique professionnelle et rejetant une quelconque vocation pragmatique à la discipline, les chercheurs ont surdéveloppé sa vocation académique de théorisation.

17Gryspeerdt résume :

« Les professionnels déclarent fréquemment qu’ils perçoivent peu l’utilité ou l’intérêt de la recherche en communication menée au sein des équipes universitaires. Quant aux chercheurs, ils ne sont pas loin d’étiqueter les professionnels comme des salariés ou des mandataires à la solde du patronat ou de les percevoir comme des agents de légitimation de l’idéologie libérale […] les professionnels posent un regard plutôt désabusé vis-à-vis de la recherche scientifique qu’ils considèrent comme très – voire trop – théorique et spéculative et se plaignent du caractère exclusivement académique de celle-ci ; beaucoup de chercheurs œuvrant au sein d’une institution scientifique se disent troublés face à l’utilisation managériale de la communication au profit d’intérêts spécifiques, surtout quand ces derniers sont de nature commerciale. » (2004 : 148)

18S’il est difficile de quantifier les interactions directes ou médiatisées entre chercheurs des Sic travaillant la communication des organisations et praticiens, celles-ci, sans être naturalisées, existent mais demeurent donc ambiguës. Dans ce contexte, nous nous proposons de porter attention à un dispositif qui les fait justement interagir sur le long terme.

Un dispositif interactionnel

19Depuis 2013, l’agence nationale de la recherche soutient le dispositif des laboratoires communs (dits « labcom »). Elle incite les acteurs de la recherche publique à créer des partenariats structurés avec de petites et moyennes entreprises. À la suite d’un appel à projets, elle finance ceux retenus à hauteur de 300 000 euros sur trois ans. Le laboratoire commun Rimec12 (Réinventer le Média Congrès) associe le laboratoire LLA-CREATIS de l’université Toulouse Jean-Jaurès et une PME, organisatrice de congrès médicaux. Le but est de contribuer à y renouveler les formes de communication en appréhendant ces événements comme des médias. L’équipe est constituée d’une direction mixte13 et d’une équipe opérationnelle. Celle-ci se compose du côté universitaire d’un chef de projet ingénieur de recherche, de chercheurs, notamment des post-doctorants à temps plein, ponctuellement d’un doctorant et d’étudiants de Master 2 et, du côté de l’entreprise, de différents directeurs (développement et projets) et de deux consultants dont l’activité est centrée sur la formation au sein des congrès. Plus de deux ans après sa création, la dynamique scientifique donne matière à réfléchir sur les conditions de mise en œuvre des recherches menées. En tant que co-directeur scientifique de ce dispositif, nous avons initié une observation participante afin de recueillir différents documents (mails, rapports de recherche…) ainsi que des propos de chercheurs, principalement lors de réunions de travail.

20Nous avons démontré par ailleurs que ce labcom était à la fois un médiateur à porosité augmentée et un espace d’intelligence collective (Morillon, Bouzon, 2015). Cette propriété émergente d’un collectif d’acteurs est liée à la construction d’un sens commun à la situation. Initialement, les praticiens attendent de ce partenariat un avantage concurrentiel, en proposant notamment des sessions innovantes dans leurs événements ; les chercheurs souhaitent, quant à eux, produire des savoirs inédits dans différentes disciplines (sciences de l’information et de la communication, arts, éducation). Les uns et les autres ont donc dû échanger pour construire progressivement une définition partagée de la situation, ajuster leurs conceptions et visions respectives. Ils ont également dû trouver des compromis pour façonner une problématique commune, des modes opératoires, un calendrier, etc. C’est ainsi que l’ancrage social de la recherche a été négocié afin de prioriser l’échange intellectuel et éviter une relation client-fournisseur asservissante pour la science.

21Une fois la collaboration débutée, les chercheurs se sont confrontés à des difficultés, dont certaines de nature interactionnelle : fonctionnement par « à-coup », moments de « flottement », temps « morts » et/ou de réaction assez longs, information tardive sur la tenue de réunions, etc. Elles se sont notamment révélées lors de la préparation de l’expérimentation d’une session innovante. L’un des chercheurs évoque de nombreuses réitérations d’argumentation au cours des différentes étapes de validation sans synergie entre les acteurs décisionnaires, une période de flou ou encore une impression de mise en concurrence du laboratoire commun avec le groupe de recherche des congrès de cardiologie interventionnelle et la volonté qu’il puisse en devenir un prestataire. De même, alors que le dirigeant affirme que les chercheurs de RIMEC ont vocation à proposer mais pas à implémenter les sessions, différents problèmes les obligent finalement à le faire : courriels sans réponse, non-implication des coordinateurs de sessions, prise en charge au dernier moment « en urgence » et sur un « coin de table » (Besson, 2015), absence de « coaching » des cardiologues participants, investissement partiel de l’animateur, oubli ou refus d’installation d’« objets intermédiaires » constitutifs de l’expérimentation ou d’autres utiles à son évaluation, enfin non-utilisation par les animateurs de certains matériels installés.

  • 14 Dépendant de la capacité des acteurs à cacher leur jeu ou à créer ces zones

22Différentes raisons peuvent expliciter ces phénomènes, somme toute assez classiques en organisation. D’abord, les acteurs en présence ont des statuts, des légitimités et surtout des stratégies individuelles différentes. Des tensions ou enjeux en interne peuvent ainsi ne pas être connus des chercheurs. Par exemple, les consultants intervenants de longue date n’ont pas forcément intérêt à s’impliquer dans des expérimentations qui n’adoptent pas totalement les modèles qu’ils vendent. Mais ils peuvent, dans le même temps, laisser à croire en réunion à un déroulement harmonieux du processus. Par ailleurs, des personnels de l’entreprise, par exemple la personne en charge de la logistique des sessions ou les équipes techniques qui installent les salles, faute de compréhension des enjeux, d’information ou de motivation, peuvent ne pas trouver intérêt à modifier une procédure standardisée et rodée. Comme l’ont démontré Crozier et Friedberg (1977), si les individus sont contraints par l’organisation, ils ne répondent pas mécaniquement aux injonctions, même hiérarchiques. La maîtrise de l’incertitude dans des zones d’autonomie imprévisible14, leur confère une liberté et un pouvoir notamment sur ceux qui en sont affectés. Les ajustements dépendent alors d’un jeu de refus, d’évitement, de négociation, d’accord.

23Au-delà des stratégies individuelles, l’externalisation de la recherche peut également expliquer en partie les difficultés rencontrées. Alors qu’une doctorante avec une CIFRE a travaillé entre 2011 et 2014 au sein de l’organisation, aucun service ou cellule dédié à la Recherche & Développement n’existe réellement à ce jour. Les personnes impliquées dans l’innovation, particulièrement au sein du programme « Educative Solution », sont des consultants extérieurs. S’ils s’avèrent non décisionnaires, leur capacité à faciliter ou non les expérimentations n’est cependant pas négligeable. Le rôle du directeur du programme demeure ainsi majeur alors même qu’il se retire progressivement des activités. Si ce mode opératoire semble assez courant dans cette entreprise, il ne va pas sans complexifier la tâche des chercheurs, eux mêmes considérés comme extérieurs. Rarement présents dans les locaux, leurs idées sont plus difficiles à faire s’approprier. Pourtant, pour la troisième et potentiellement dernière année de collaboration, l’attente du dirigeant de l’entreprise est à l’expression de préconisations plus concrètes encore pour l’implémentation de nouvelles sessions.

24Au final, l’ambiguïté des interactions avec les praticiens, constatée dans le quotidien de ce labcom, fait écho, ou du moins peut illustrer, celle qui caractérise le champ de la communication des organisations en SIC.

Pour conclure

  • 15 Depuis 1994, Org&Co est le groupe de recherche sur la communication des organisations de la Sfsic

25Les Sic font partie de ces « nouvelles disciplines définies, non par des méthodes ou des traditions intellectuelles, mais par des objets ou des domaines d’intervention et en prise directe sur la demande sociale, économique ou professionnelle » (Charle, Soulie, 2007 : 13). Elles se confrontent à des disciplines académiquement plus « traditionnelles » des sciences dites « dures » et à d’autres des sciences humaines et sociales (littérature, linguistique, philosophie, économie hétérodoxe…) qui peuvent avoir tendance à les dénigrer. Ces dernières considèrent d’une part que les sciences appliquées ont tendance à les piller, l’importation de concepts et de modèles étant courante mais parfois allusive dans les interdisciplines (Bouillon, Bourdin, Loneux, 2007). Elles estiment d’autre part ces disciplines de « l’économie de la connaissance […] comme le vecteur d’un abâtardissement de l’institution, d’un renoncement au savoir et à la recherche au profit d’une poursuite de l’utilité immédiate » (Vatin, Vernet, 2009 : en ligne). Dans ce contexte, au sein même des Sic, la scientificité du champ de la communication des organisations se trouve remise en cause : « les notions de communication et d’organisation restent perçues comme professionnelles et donc non scientifiques » (Martin Juchat, Fourrier, 2009 : 95). Le Moënne témoigne d’ailleurs des problèmes d’acceptabilité institutionnelle et idéologique et évoque une communauté de chercheurs de Sic se sentant menacée dans « sa pureté critique et épistémologique, par les idéologies managériales », accusant le groupe Org&Co15 d’être « le cheval de Troie du capitalisme mondialisé dans les sciences de l’information-communication » (Le Moënne, Gallot, 2015 : en ligne). Ce défaut de reconnaissance tiendrait, selon lui, aux courants littéraires à l’origine de la discipline, eux-mêmes, en mal de légitimité scientifique.

  • 16 Alors même que certaines sciences humaines et sociales étaient par le passé relativement préservées (...)

26Les chercheurs de Sic qui étudient la communication des organisations se trouvent dans une situation paradoxale : alors que les interactions avec les praticiens ont participé de la création du champ, qu’elles demeurent aujourd’hui et qu’elles sont incitées par l’État16, elles peuvent apparaître suspectes, notamment lorsqu’elles concernent des entreprises privées et/ou s’inscrivent dans des recherches actions. Les recherches reconnues par les pairs étant réduites à deux déclinaisons (nomothétique et politique), leur acceptabilité induit une posture critique idéologico-politique ou du moins très distanciée. En outre, alors que nombre de contributions scientifiques partent de la pratique professionnelle, la possibilité que cette dernière puisse évoluer en retour est scotomisée (de Lavergne, 2007). Dans une posture radicale de conception du monde et de la connaissance, une telle récursivité ferait en effet obstacle à l’intelligibilité et à la valeur des travaux. Malgré certains efforts individuels successifs mais isolés, les rapports avec les praticiens demeurent donc une question lancinante.

Haut de page

Bibliographie

Almeida (d’), N., Andonova Y. (2006), La communication des organisations, in Olivesi S. (dir.), Sciences de l’information et de la communication. Objets, savoirs, discipline, PUG, Grenoble, p. 129-143

Aldebert B., Morillon L. (2012), Communication des organisations : comparaison des approches scientifiques en gestion et en communication, RIHM, vol. 13, n° 2, numéro spécial, p. 59-77

Aussel L. (2015), Retour sur l’expérimentation LabCom@EuroPCR 2015, Démarche évaluative, Rapport de recherche, Laboratoire commun Rimec, programme Anr, juillet, Toulouse, non publié

Besson R. (2015), Une recherche intermédiale mise à l’épreuve du terrain. Retour sur la conception d’une session dite innovante, Laboratoire commun Rimec, programme Anr, juillet, Toulouse, non publié

Bézille H. (2000), De l’usage du témoignage dans la recherche en sciences sociales, in Feldman J., Canter Kohn R. (dir.), L’éthique dans la pratique des sciences humaines : dilemmes, Paris, L’Harmattan, p. 201-222

Bouillon J-L., Bourdin S., Loneux C., (2006), Activités de la communication dans les organisations et formation : un nouveau champ de pratiques professionnelles, une nouvelle offre de formation ?, XVe congrès national de la Sfsic, Questionner les pratiques d’information et de communication. Agir professionnel et agir social, Bordeaux, 10-12 mai, p. 121-127

Bourret C. (2011), Le manager d’unité de travail au cœur de l’évolution des organismes de Sécurité sociale vers une culture du service, Colloque international Org&Co, Les communications organisationnelles, des concepts aux pratiques, Université de Nice Sophia-Antipolis, 31 mai-1er juin, p. 166 – 172

Bouzon A. (2010), Las investigaciones en comunicación de las organizaciones. Orígenes y fundamentos, II Congreso Internacional de la Asociación Española de Investigadores de la Comunicación (AE-IC), Comunicación y desarrollo en la era digital, Faculté des sciences de la communication de l’Université de Málaga, 3-5 février, en ligne : http://www.aeic2010malaga.org/upload/ok/200.pdf

Bouzon A., Meyer V. (dir.) (2008), La communication des organisations entre recherche et action, Paris, L’Harmattan

Brulois V., Charpentier J.-M. (2009), La dimension communicationnelle au cœur du social, Colloque Nouvelles tendances en communication organisationnelle, 77e Congrès de l’ACFAS, Université d’Ottawa, 14-15 mai, en ligne : http://www.arts.uottawa.ca/grico/fra/Brulois_ACFAS_2009.pdf

Brulois V., Charpentier J-M. (2013), Refonder la communication en entreprise, de l’image au social, Limoges, FYP Éditions, collection Entreprendre

Carayol V. (2004), Public relations in France, Chapter 9, in Van Ruler B., Vercic D. (eds), Public Relations and Communication management in Europe. A nation-by-nation introduction to Public Relations Theory and Practice, Berlin/New York, Mouton De Gruyter, p. 135-151

Charle C., Soulié C. (2007), Les ravages de la « modernisation » universitaire, Paris, Éditions Syllepse, collection La politique du scalpel

Couzinet V. (2009), Complexité et document : l’hybridation des médiations dans les zones en rupture, RECIIS, Electronic journal of communication information and innovation in Health, vol. 3, n° 3, http://www.reciis.icict.fiocruz.br/index.php/reciis/article/view/750

Crozier M., Friedberg E. (1977), L’acteur et le système, Paris, Éditions du Seuil

Delcambre P. (2008), Un état des recherches sur les « communications organisationnelles » en France (2000-2007) : l’âge de la transmission ?, Sciences de la Société, n° 74, p. 11-25

Ely F. (2007), Dircom et Technologies de l’Information, de la Communication et de la Collaboration : le e-Dircom, pour une Intelligence Communicationnelle Interne de l’organisation, Thèse en science de l’information et de la communication, Université du Sud Toulon Var

Galibert O. (2014), Vers une instrumentalisation généralisée du lien communautaire en ligne : la montée en puissance du Community Management, in Lépine V., Martin-Juchat F., Millet-Fourrier C. (dir.), Acteurs de la communication des entreprises et organisations, Pratiques et perspectives, Grenoble, PUG, p. 117-136

Gryspeerdt A. (2004), Relations publiques et recherche en communication, Hermès, n° 38, en ligne : www.cairn.info/zen.php ?ID_ARTICLE =HERM_038_0148

Heller T. (1998), Le chercheur face à la communication d’entreprise, in Le Moënne C. (coord.), Communications d’entreprises et d’organisations, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 13-26

Jeanneret Y., Ollivier B. (2004), Faire des Sic : praxis, méthodes, pratiques, Hermès, « Les sciences de l’information et de la communication », n° 38, en ligne : http://hdl.handle.net/2042/9437

Lavergne (de) C. (2007), La posture du praticien-chercheur : un analyseur de l’évolution de la recherche qualitative, Recherches qualitatives, n° 3, Hors Série, en ligne : www.recherche-qualitative.qc.ca/documents/files/revue/hors_serie/hors_serie_v3/Delavergne-FINAL2.pdf

Le Moënne C., Gallot S. (2015), Les recherches en communication organisationnelle en France : quelques éléments de bilans et de perspectives, Communiquer, n° 13, p. 123-143, en ligne : http://communiquer.revues.org/1586#ftn2

Maas E. (2011), « Observation de » et « participation à » l’organisation : tensions entre le chercheur et le manageur, colloque international Org&Co, Les communications organisationnelles, des concepts aux pratiques, Université de Nice Sophia-Antipolis, 31 mai-1er juin, p. 112-118

Martin-Juchat F., Fourrier C. (2009), Le champ des recherches sur la communication des organisations : implicites de répartition entre disciplines et pays et enjeux scientifiques, colloque international, La communication des organisations en débat dans les Sic : Quels objets, terrains, théories ?, Université Rennes 2, 11-12 juin, p. 94-100, en ligne : http://org-co2009.lescigales.org/ACTES-COLLOQUES.pdf

Mayère A., Bazet I., Roux A. (2012), Zéro papier et « penses-bêtes » à l’aulne de l’informatisation du dossier de soins, Anthropologie des Connaissances, vol. 6, n° 1, p. 115-139

Meyer V. (2006), De l’utilité des recherches-actions en Sic, Communication et organisation, n° 30, p. 89-108

Morillon L. (2006), Du consultant au chercheur et du chercheur au consultant, destins croisés et typologie de pratiques, XVe congrès Sfsic, Questionner les pratiques d’information et de communication. Agir professionnel et agir social, Bordeaux, 10 au 12 mai, p. 447-453

Morillon L., Bouzon A. (2015), Entre intelligence collective et porosité augmentée, étude d’un médiateur chercheurs - praticiens, Communication et Organisation, n° 47, p. 75-84, en ligne : http://communicationorganisation.revues.org/4902

Morillon L., Bouzon A., Lee C. (2013), Épistémologies, théories et pratiques professionnelles en communication des organisations, Études de communication, n° 40, p. 9-23

Mucchielli A. (2001), La communication interne : les clés d’un renouvellement, Paris, Armand Colin

Mucchielli A. (2006), Deux modèles constructivistes pour le diagnostic des communications organisationnelles, Communication et organisation, n° 30, p. 12-46, en ligne : http://communicationorganisation.revues.org/3442

Parrini-Alemanno S., Cabedoche B. (2011), Suicides as the ultimate response to the effects of globalization. France Télécom, psychosocial risks and communication implementation of the global workplace, Intercultural Studies Journal, Gangzhou, Macao Polytechnic and Kingston, University of Rhode Island, vol. XX, Issue 2., p. 24-40, en ligne : http://web.uri.edu/iaics/files/04SylvieP.AlemannoBertrandCabedoche.pdf

Perrault Soliveres A. (2001), Praticien-chercheur : défricher la nuit, in Mackiewicz, M.-P. (éd.). Praticien et chercheur. Parcours dans le champ social, Paris, L’Harmattan, p. 41-53

Vatin F., Vernet A. (2009), La crise de l’Université française : une perspective historique et socio-démographique, Revue du MAUSS, n° 33, p. 47-68, en ligne : www.cairn.info/revue-du-mauss-2009-1-page-47.htm

Vinck D. (2007), Sciences et société. Sociologie du travail scientifique, Paris, Armand Colin

Westphalen M.-H., Libaert T. (2012), Communicator, 6e édition, Paris, Dunod

Haut de page

Notes

1 Le choix de l’expression « communication des organisations » se veut ouvert. Elle tente de regrouper (imparfaitement) une diversité d’appellations : communication d’entreprise, communication institutionnelle, communication marketing, communication organisante/organisationnelle, organisation communicante, communication managériale, information et communication en/des organisations... Pour affiner les définitions existantes nous nous référerons à d’Almeida et Andonova (2006)

2 La première est constituée de la communication entre chercheurs, la deuxième de celle vers le grand public dite aussi vulgarisation scientifique

3 Association Nationale de Valorisation Interdisciplinaire de la recherche en sciences humaines et sociales auprès des Entreprises

4 Convention Industrielle de Formation par la Recherche

5 Alors professeur à l’université catholique de Louvain et chercheur au Lasco, aujourd’hui à nouveau communicant

6 Association Canadienne-Française pour l’Avancement des Sciences

7 http://www.club-procom.fr - dernière consultation le 5 avril 2016

8 Association Française de Communication Interne

9 Besse J.-M. (2008), Les sciences humaines n’intéressent-elles plus les communicants ?, Les Cahiers de la communication interne, n° 22, Afci

10 Lire par exemple l’interview de Le Moënne dans le n° 13 de la revue Communiquer (2015), p. 123-143. http://communiquer.revues.org/1586 - dernière consultation le 29 mars 2016. Mais également les parcours de Stéphane Olivesi, Frédéric Ely, Valérie Lépine, Didier Chauvin, nous même…

11 Directeur pédagogique de la société de conseil Enov formation : https://www.lirmm.fr/actualites/enov-formation-recompensee-pour-un-serious-game-associant-sciences-humaines-et-intelligence-artificielle - dernière consultation le 29 mars 2016

12 http://criso.univ-tlse2.fr/accueil-criso/pole-valeur/labcom-rimec-reinventer-le-media-congres/ - dernière consultation le 7 mars 2016

13 Composée de deux universitaires, responsables scientifiques, le dirigeant de l’entreprise et un consultant, directeur du programme « Educative Solution »

14 Dépendant de la capacité des acteurs à cacher leur jeu ou à créer ces zones

15 Depuis 1994, Org&Co est le groupe de recherche sur la communication des organisations de la Sfsic

16 Alors même que certaines sciences humaines et sociales étaient par le passé relativement préservées et/ou plus réfractaires, la faiblesse des dotations financières tend plus que jamais à contraindre les chercheurs à interagir avec les praticiens. Différents dispositifs sont d’ailleurs mis œuvre afin d’impliquer les organisations, de favoriser les synergies entre recherches publique et privée et accentuer la valorisation notamment économique des résultats (Morillon, Bouzon, Lee, 2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Morillon, « L’ambiguïté des interactions praticiennes dans le champ de la communication des organisations », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2311 ; DOI : 10.4000/rfsic.2311

Haut de page

Auteur

Laurent Morillon

Laurent Morillon est maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’université de Toulouse. Directeur adjoint du LERASS (EA 827) et animateur de l’équipe Organicom, ses recherches portent sur les pratiques et modèles épistémologiques des acteurs en contexte organisationnel (notamment les chercheurs en communication des organisations et les communicants). Il co-dirige par ailleurs le Laboratoire Commun RiMec, financé par l’ANR, qui associe le Laboratoire LLA-CRÉATIS et la PME Europa Organisation. Courriel : laurent.morillon@iut-tlse3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page