Navigation – Plan du site
Nouvelles problématiques

Les articulations des textes et des conversations dans l’approche de la communication constitutive des organisations

Joanne Jojczyk, François Lambotte, Salaheddine Mnasri et Emmanuel Wathelet

Résumés

Les nombreuses recherches se déclarant des “CCO” (Communication Constitutive de l’Organisation) mettent particulièrement l’accent sur les textes et les conversations à la fois comme objets de recherches ou comme outils conceptuels. À la notion de cycle présente dans l’article de Taylor et ses collègues (1996) qui par définition amène un ordre déterminé, une répétition d’un phénomène qui ne semble pas se transformer à travers chaque itération, nous préférons la notion d’articulation entre textes et conversations. L’articulation joint ou rejoint les textes et les conversations pour former un tout plus marquant que ses parties. Nous proposons dans cet article de discuter trois articulations entre texte(s) et conversation(s) afin de montrer les possibilités analytiques qu’offre ce couple et ses propriétés constitutives et organisantes dans la compréhension de phénomènes et de problématiques organisationnels. Ces réflexions ont pour objectifs de questionner la portée analytique de ces concepts notamment lorsqu’il s’agit d’interroger les dimensions spatiales, temporelles ou encore des jeux d’acteurs ou d’actants dans la constitution de l’organisation et pour lesquels les recherches en CCO ont souvent été critiquées (Bisel, 2009).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les nombreuses recherches se déclarant des “CCO” (Communication Constitutive de l’Organisation) depuis 1996 et l’article fondateur de l’approche (Taylor et ses collègues, 1996) témoignent de l’intérêt que la communauté scientifique en sciences de la communication et en études des organisations porte aux propriétés organisantes de la communication. Cette approche met particulièrement l’accent sur les textes et les conversations à la fois comme objets de recherches ou comme outils conceptuels. À la notion de cycle présente dans l’article de Taylor et ses collègues (1996) qui par définition amène un ordre déterminé, une répétition d’un phénomène qui ne semble pas se transformer à travers chaque itération, nous préférons la notion d’articulation entre textes et conversations. L’articulation joint ou rejoint les textes et les conversations pour former un tout plus marquant que ses parties.

2Nous proposons dans cet article de discuter trois articulations entre texte(s) et conversation(s) afin de montrer les possibilités analytiques qu’offre ce couple et ses propriétés constitutives et organisantes dans la compréhension de phénomènes et de problématiques organisationnels. Ces réflexions ont pour objectifs de questionner la portée analytique de ces concepts notamment lorsqu’il s’agit d’interroger les dimensions spatiales, temporelles ou encore des jeux d’acteurs ou d’actants dans la constitution de l’organisation et pour lesquels les recherches en CCO ont souvent été critiquées (Bisel, 2009).

3Dans la première approche (#1), au sens de Taylor et ses collègues, articulés sur un même pied d’égalité - c’est-à-dire en ne considérant pas a priori que l’une des deux dimensions préside à l’autre - textes et conversations sont toutes deux importantes. Il s’agit alors de se questionner sur l’évolution de ce qui est produit au cours du temps (travelling) et sur les propriétés récursives de l’articulation au cours du temps. Dans la seconde approche (#2), si l’on prend du recul (zoom-out), on peut s’interroger sur la manière dont les textes et les conversations s’enchaînent et s’imbriquent au sens systémique de Luhmann. Cette deuxième approche permet de se questionner sur l’enchaînement des textes et des conversations formant un système de négociation du sens et sur l’imbrication de plusieurs systèmes de communication et leur pouvoir d’ouverture et de clôture du sens. Enfin, dans une troisième approche (#3), la distinction entre le texte et la conversation est un choix heuristique qui se fait par le biais d’un opportunisme méthodologique mais qui rend difficile la prise en compte d’autres actes ou actants dans la constitution de l’organisation. Dans une approche Derridienne, le texte et la conversation sont conçues comme des traces au même titre que d’autres actants qui vont constituer l’organisation lorsqu’elles marquent son existence de façon itérative.

4Dans la suite de l’article, nous revenons sur chacune de ces approches pour en détailler ce qu’elles impliquent dans la définition des concepts de textes et de conversations, ce qu’elles permettent de questionner dans l’étude des organisations et dans sa mise en œuvre méthodologique. Les deux premières approches seront illustrées par des recherches que nous avons menés dans le respect de chacune des celles-ci. Alors que les deux premières approches ont déjà connu un certain nombre de publications, la troisième reste moins développée à ce jour. Elle aura donc un statut plus exploratoire dans notre propos.

L’approche Montréalaise des textes et des conversations

5Les approches CCO (Communication Constitutive de l’Organisation), plus particulièrement l’école de Montréal, considèrent que l’organisation émerge de l’interaction entre deux espaces communicationnels interreliés : le texte – qui demeure - et la conversation - événementielle. Le texte renvoie au monde conceptuel des idées et des interprétations – c’est-à-dire à une généralisation à laquelle des acteurs peuvent faire référence. Il peut s’agir de règles, d’une charte, d’un procès-verbal de réunion, d’une affiche voire, pourquoi pas, d’une histoire participant de l’identité de l’organisation et que les acteurs se racontent de façon récurrente. Si le texte pourra être convoqué plusieurs fois dans différentes conversations, une conversation ne sera jamais répétée à l’identique. Ainsi, la dimension textuelle renvoie au côté « relativement stable et non-événementiel de la communication » (Ashcraft et al., 2009, p. 20). En revanche, la conversation est le monde pratique de la performance conversationnelle orientée vers l’action (Cooren et al., 2006). Elle est nécessairement événementielle, donc singulière, volatile et contingente. On ne peut savoir ce qui restera d’une conversation ; peut-être un texte formel, peut-être des souvenirs précis mais aussi parfois seulement une impression et même l’oubli. En même temps, la conversation réfère à la dimension vivante et évolutive de la construction organisationnelle (Ashcraft et al., 2009). Par l’alternance de conversations, les acteurs co-construisent leur réalité sociale et l’organisation est accomplie dans la réalité de terrain des interactions (Cooren, 1997).

6La notion de “cycle” désigne le processus à travers lequel l’organisation se cristallise (devient texte) par les conversations entre les acteurs puis, inversement, celui par lequel l’organisation est rejouée et remodelée (redevient conversation) par les interactions (Taylor, et al., 1996). Le choix du terme “cycle” ne semble pas essentiel au concept. Les auteurs de l’École de Montréal l’ont ainsi souvent troqué pour ceux de “traduction” (translation), de “dynamique” (dynamic) ou encore de “réciprocité” (interplay). Notons que François Cooren a également pris ses distances avec l’organisation vue comme un cycle de texte et de conversations, préférant souligner l’agentivité humaine et non-humaine à travers l’acte de communiquer comme constituant de façon primordiale l’organisation. Cependant, ces termes ne sont pas synonymes, ils présentent chacun des spécificités propres mais seul celui de “cycle” rend compte à la fois de la récursivité, à la fois de l’absence de clôture.

Le focus sur l’interaction

7Ainsi, il y a, dès la constitution du concept théorique de cycle texte-conversation, la conscience d’effleurer une propriété locale s’inscrivant dans un temps long. Pourtant, une majorité des études CCO, élaborées sur le modèle texte-conversation ou sur celui de l’agentivité, ont, à côté des articles théoriques visant à consolider l’approche elle-même, laissé de côté la description du temps long au profit de l’analyse très locale de quelques interactions (voir e.a. Benoit-Barné & Cooren, 2009 ; Cooren & Robichaud, 2006 ; Cooren, 2010 ; Benoit-Barné & Robichaud, 2010) Or, d’une part, l’analyse détaillée d’une interaction par le processus de sélection qu’elle suppose recrée artificiellement de la clôture, d’autre part la singularité de l’interaction empêche de percevoir la systématique de la communication. Ce constat surprend dans la mesure où la focalisation sur l’interaction locale et située apparaît, dès l’année 2000, comme insuffisante pour rendre compte du processus de constitution de l’organisation par la communication (McPhee & Zaug, 2000 cité par Vásquez, 2012). Ensuite, la question de l’organisation comme “tout cohérent” est essentielle depuis le début, de même que l’identité organisationnelle est un sujet de recherche en soi auquel plusieurs des études concernées tentent d’offrir une réponse et que ces deux aspects ne peuvent être étudiés qu’à travers une analyse tenant compte du temps long. Enfin, la question du temps long de l’organisation est explicite dès 1996, et la réponse invite précisément à se concentrer sur ce qui lie le texte et la conversation, à savoir la notion de “cycle” (p. 23) :

“To comprehend how communication comes to develop organizational properties that transcend those of the strictly local conversation we need to look more closely at the dynamic interplay of conversation and text [...]. For this purpose, we return to [...] the embedding of one conversation in others, through successive phases of textualization - a complex conversation-text cycle”

8Pourquoi donc cette apparente contradiction ? On peut y voir (1) un parti-pris méthodologique car lorsqu’on considère que la communication constitue l’organisation, ce sont bien les interactions entre les acteurs qui intéressent le chercheur, c’est-à-dire l’analyse d’un processus in vivo et pas seulement celle d’une situation résolue (Taylor & Van Every, 2011). L’observation participante, méthodologie adaptée à l’analyse de l’interaction, exige beaucoup de temps et de ressources rendant difficile sinon l’analyse sur le long terme, au moins la présentation de résultats autrement que par la sélection arbitraire de quelques extraits “symptomatiques” ; (2) l’application du principe d’endogénéité de l’ordre social (Garfinkel, 1967) voulant que le “tout” soit compris dans chaque partie et qu’en ce sens, l’étude d’une partie suffirait à comprendre le tout. Cependant, le “tout” à un instant “T” ne peut rendre compte d’une évolution sur le long terme ; (3) enfin, l’on peut émettre l’hypothèse selon laquelle la lentille théorique “cycle texte-conversation” et les différents concepts CCO soient en l’état inadaptés à l’analyse du temps long.

9Si la donnée est en soi objective, son interprétation l’est en réalité beaucoup moins. Lorsqu’un chercheur CCO analyse une interaction, il/elle produit son interprétation à partir des données récoltées et il/elle s’appuie sur des extraits précis (voir par exemple Cooren & Robichaud, 2006). Un extrait présentant des interactions entre des acteurs humains et non-humains, les processus d’organizing à travers les textes, les conversations et/ou l’agentivité des acteurs, peuvent être en réalité le reflet de stratégies conscientes de la part d’acteurs humains ou inscrites dans le script d’objets technique. Ces stratégies naturellement excèdent spatialement et temporellement la seule interaction analysée et sont de plus invisibilisées dans l’interaction. Ainsi lorsque le chercheur se focalise sur les données observables d’une interaction, il n’a de facto pas accès à des éléments pourtant cruciaux permettant de faire sens de l’interaction. Il/elle fait ainsi face à deux dangers : celui de la surinterprétation parce qu’il risque d’abusivement caractériser des interactions (en affirmant par exemple qu’un acteur prend le pouvoir sur un autre) ; celui de l’interprétation impossible qui oblige à demeurer au stade de l’observation à laquelle on ne peut donner de sens. En réalité, si endogénéité de l’ordre social il y a, celle-ci n’est appréhendable par personne - ni par le chercheur qui manque du contexte suffisant, ni par les acteurs prisonniers de leur propre perspective. Ce constat mène à double réflexion : d’ordre théorique d’abord en invitant à revisiter le couple de texte-conversation pour repenser la notion de cycle devant alors être capable d’intégrer la dimension stratégique de l’interaction sur un temps long ; d’ordre méthodologique ensuite pour dépasser l’aporie du focus sur la seule interaction en triangulant plusieurs méthodes dont l’observation (participante) est une composante essentielle mais non exclusive.

Intégrer le temps long

10On peut considérer que les acteurs rejouent dans chaque interaction des stratégies motivées qui leur sont propres et qui sont invisibilisées. Notre postulat est de proposer que la question du temps long ne peut dès lors faire l’économie de celle de l’intention, c’est-à-dire de la confrontation entre des finalités distinctes et spécifiques aux acteurs. Dans la perspective “orthodoxe” du cycle texte-conversation, une certaine linéarité apparaît (fig. 1). Une conversation mène à la constitution d’un texte lui-même intégré dans une nouvelle conversation et ainsi de suite, l’ensemble formant, dans le temps, le processus organisant toujours déjà émergent et dont la constitution se réalise de proche en proche.

Figure 1. Schématisation de l’approche 1

Figure 1. Schématisation de l’approche 1

11Or donc une interaction analysée isolément n’a de sens que si elle s’intègre dans un temps long ; c’est la dimension intentionnelle ou stratégique de la communication. Par exemple, si une conversation “A” implique un texte “B”, c’est peut-être aussi en prévision de futures conversations “C”, “E”, etc. En fait, dès l’instant où on envisage la possibilité d’une finalité à long terme, il nous faut tenir compte, d’une part de la capacité d’initiative des acteurs de produire l’organisation depuis l’hyperlocalité en étant motivés, d’autre part de dimensions structurelles, de phénomènes de persistance qui ne dépendent pas de la singularité des acteurs.

12Différents travaux ont commencé à décrire ce travail de persistance, dans le temps et l’espace de l’organisation. On peut d’abord citer l’article de Vásquez et Cooren (2013) qui, bien qu’ils évitent la question de l’intention, décrivent en effet le rôle de la communication dans le fait de rendre présent acteurs et objets à travers le temps et l’espace (p. 41) :

“The analysis of the three spacing practices developed in the article—presentifying, ordering, and accounting—reveals that in constituting organization, communication is key in materializing, that is, making actors, objects, and contexts present. It also plays a crucial role in distributing (throwing forward and backward, in and out, over and under) and relating actors, actions, means, and goals in time and space. Finally, communication is essential in creating a sense of coherence, which assures the organization’s continuity both simultaneously (in terms of space) and successively (in terms of time).”

13Cependant, Vásquez et Cooren font l’économie d’une définition de cette “persistance” ou de cette “continuité”. On comprend, à partir de leur article, comment cette continuité “s’opérationnalise” dans l’interaction, mais on ne sait pas pourquoi. Ainsi en ne la liant à aucune intentionalité, il est difficile de comprendre le sens des événements passés et impossible d’anticiper les événements futurs.

14Si l’organisation est communication, existe-t-il quelque chose en dehors des interactions ? Oui, puisque le simple fait d’envisager la communication comme capable de “présentifier” (comme l’évoquent Vásquez & Cooren ci-dessus, mais aussi Benoît-Barné & Cooren (2009)) implique que ce qui est rendu présent était alors absent, se trouvait donc ailleurs. Par exemple, il faut bien qu’une règle soit disponible, dans un ailleurs stabilisé, fût-ce dans l’esprit des acteurs, dans un texte écrit sur un Intranet ou dans une armoire, pour pouvoir être invoqué. Mais on pourrait tout aussi bien répondre “non”, puisque sans l’interaction (l’invoquant de façon plus ou moins explicite mais en en subissant nécessairement l’influence), la règle stabilisée ne demeure qu’une abstraction sans conséquence, rappelant la question quasi-philosophique de l’arbre qui tombe sans témoin et dont on se demande s’il a fait ou non du bruit...

15C’est à partir de ces questions que l’un des auteurs a développé l’idée d’auteurité organisationnelle à travers l’analyse de la construction de règles sur l’espace encyclopédique francophone de Wikipédia. La notion d’auteur, étymologiquement liée à la prise d’initiative, à la responsabilité et donc à l’intention, est articulée à la construction, sur un temps long, de règles anonymisées et stabilisées effectivement présentes dans un ailleurs (lesdites pages de “règles”) mais qui ne font sens qu’à travers les interactions qui en subissent les effets, les invoquent et les contredisent. D’une certaine façon, la persistance des règles et leur rôle dans le maintien d’une cohérence organisationnelle, ramènent, en partant de l’interaction, au concept plus classique de structure. Si chaque interaction joue de nouvelles mélodies organisationnelles (les conversations), c’est toujours à partir des mêmes notes (les textes) lesquelles sont le résultat d’intentionalités passées continuellement mises en jeu pour servir de nouvelles motivations et en construisant toujours sur de l’acquis.

16Dans cette nouvelle perspective, la métaphore du cycle reste pertinente, mais il s’agit bien ici d’un cycle sans “clôture” puisque la communication qui constitue l’organisation, composée de textes et de conversations articulés, n’a, au sens de Luhmann, pas de fin. Plutôt qu’un schéma présentant de façon linéaire l’articulation entre texte et conversation, nous suggèrons la spirale qui intègre en même temps la récursivité et l’absence de clôture (fig. 2)

Figure 2. Proposition de représentation du cycle

Figure 2. Proposition de représentation du cycle
  • L’ensemble du schéma représente le processus organisant (organizing).

  • La ligne représente la continuité de l’organisation, investie ou non par des textes (les lignes perpendiculaires) et des conversations (les rectangles de couleur) ; elle est le “présent-absent” qui assure la cohérence et naît des intentions des acteurs au niveau de l’interaction et du compromis de l’ensemble des forces en présence au niveau organisationnel.

  • Les rectangles de couleur représentent les conversations qui se suivent mais pourraient tout aussi bien se chevaucher et se recouvrir en différents espaces et selon différentes temporalités.

  • Les lignes perpendiculaires représentent les textes qui naissent d’une conversation (A, B, D, E), sont invoquées dans d’autres (B, E) ou en sont absentes (C).

17À partir de la représentation du cycle sous forme de spirale, on peut poser que :

  • Les mêmes textes sont, une fois créés, disponibles à tout moment de l’organisation et de façon récurrente, ils sont invoqués dans des conversations.

  • À chaque point de la spirale, il est possible d’envisager l’avenir et de regarder le passé : mise en forme de l’intentionalité ; façon de présenter le temps long.

  • D’un point de vue méthodologique, une interaction peut toujours être analysée isolément, mais en étant contextualisée dans une temporalité plus longue, impliquant des informations supplémentaires à récolter selon une méthode qui triangule (entretiens narratifs par exemple). Cette mise en contexte existe du reste déjà dans les études CCO. L’idée est ici de lui offrir un “statut méthodologique” clair.

  • Les lignes qui représentent les textes qui demeurent existent “hors” de l’interaction, selon la définition d’une structure, mais ne prennent sens que dans l’interaction, c’est-à-dire à l’intersection entre la conversation et le texte.

Exemple de Wikipédia

18Les administrateurs sur Wikipédia sont des Wikipédiens élus par la communauté des contributeurs et disposant d’outils techniques particuliers (comme la capacité de bloquer un contributeur vandale, de bloquer une page en écriture ou de supprimer une page). Dans une organisation supposée être non-hiérarchisée, de tels outils proches d’un pouvoir éditorial posent problème depuis plusieurs années. Ainsi, différents processus de constructions de règles ont été enclenchés pour réguler le travail des administrateurs depuis plusieurs années sur Wikipédia. On compte 16 prises de décision1 concernant les administrateurs depuis le 4 juillet 2005, date d’ouverture d’une première prise de décision concernant le cumul des mandats. La plupart de ces prises de décision durent plusieurs semaines, plusieurs mois voire plusieurs années.

19Ces processus s’inscrivent dans le cours normal de l’organisation où d’autres conversations permettent de rédiger des articles encyclopédiques, de résoudre des conflits, de partager de l’information sur un forum, de discuter de la pertinence d’un article, etc. Ainsi, comme le montre la figure figure 3, le processus de construction de règle n’est qu’une conversation parmi de multiples autres (voir Fig. 3).

Figure 3. Zoom sur la construction de la règle E

Figure 3. Zoom sur la construction de la règle E

20Il y a un effet de focale et il est possible de “zoomer” sur une conversation (ici, le processus de construction de règle “E”) pour la considérer comme une “mini-organisation” elle-même constituée de plusieurs conversations (voir Fig. 4 et Fig. 5). Ci-dessous, le premier schéma montre comment une conversation est également un processus cyclique, dirigé dans le temps et mettant en œuvre de nombreuses conversations simultanées ou juxtaposées dans le temps.

Figure 4. Représentation schématique du recouvrement des conversations

Figure 4. Représentation schématique du recouvrement des conversations

21Dans la réalité d’une organisation comme Wikipédia, cette simultanéité des conversations se traduit sous la forme d’une page Web sur laquelle peuvent intervenir directement tous les contributeurs. La longueur qu’elle atteint au cours du processus oblige à la création automatique d’un “sommaire” (Fig. 5) présentant les titres des différentes conversations entamées à des moments distincts mais ouvertes simultanément à la discussion.

Figure 5. Copie d’écran du site Wikipédia, montrant le nombre de conversations tenues en même temps sur une page de règle

Figure 5. Copie d’écran du site Wikipédia, montrant le nombre de conversations tenues en même temps sur une page de règle

22La relation liant les conversations aux textes est de deux ordres :

Figure 6. Représentation de la présence du texte A

Figure 6. Représentation de la présence du texte A

Une conversation est une interaction située durant laquelle les acteurs en présence ont l’opportunité d’invoquer un texte stabilisé pour asseoir, par exemple une argumentation. Schématiquement, la ligne “A” de la Fig. 6 représente cette présence du texte apparaissant au milieu d’une conversation.

23L’extrait ci-dessous montre comment un tel événement peut émerger. Dans la copie d’écran ci-dessous, le contributeur fait référence à la règle WP : FOI imposant à tous les Wikipédiens de “supposer la bonne foi” de leur interlocuteur lorsqu’ils sont en discussion. La référence à la règle est réalisée sous la forme d’une abbréviation. Ce choix suggère que tous les interlocuteurs conversant dans la dimension organisationnelle de Wikipédia disposent des compétences suffisantes pour le comprendre et agir en conséquence. La forme du lien hypertexte rend compte de ce que l’invocation de la règle est précisément une “présentification” au sens de Benoît-Barné et Cooren (2009). D’une certaine façon, toute la règle est contenue dans le lien qui lui est absolument intégré dans le tour de parole. Bien entendu, cliquer sur le lien mène directement à la règle dont il est fait mention.

Figure 7. Présentification de la règle par hyperlien

Figure 7. Présentification de la règle par hyperlien

Figure 8. Texte B qui sanctionne la fin de la conversation

Figure 8. Texte B qui sanctionne la fin de la conversation

D’autre part, les conversations comme les règles sur Wikipédia ont pour vocation explicite la co-construction de règles qui soient des textes stabilisés. Toute conversation / processus de construction de règle “réussie” aboutira à un texte formel. Cependant, il est à noter que l’échec d’une telle procédure peut aussi amener à la constitution d’un texte stabilisé qui notifiera, par exemple, la teneur de l’échec et pourrait, le cas échéant, en détailler les causes ou envisager les suites à lui donner. La ligne “B” de la Figure 8 représente schématiquement le texte qui “sanctionne” la fin d’une conversation

Figure 9 : Contestation du statut d’administrateur

Figure 9 : Contestation du statut d’administrateur

Sur Wikipédia, le texte final est le résultat du processus amenant plusieurs dizaines de contributeurs à discuter d’un problème, émettre des avis, co-construire plusieurs propositions de solutions et se mettre d’accord sur lesquelles seraient soumises au vote, décider d’une procédure de vote et des questions afférentes (quotas nécessaires, méthode de vote, etc.), lancer le vote, dépouiller les résultats et mettre en place la solution votée. La Figure 9 présente la version finalement adoptée conséquemment à un tel processus en ce qui concerne la “contestation du statut d’administrateur”

L’articulation #1 en synthèse

24La notion de “cycle” n’a jamais été considérée comme centrale par les études CCO. Une revue de la littérature des textes fondateurs incitent à penser que le mot lui-même a aisément pu être remplacé par d’autres termes, selon la focalisation des auteurs. De notre point de vue pourtant, la notion de cycle présente l’avantage (1) de focaliser sur la récurrence et l’absence de clôture ; (2) d’éviter le risque de négliger le temps long de l’organisation.

25Nous suggérons donc de réinvestir la notion de cycle, comme articulation entre textes et conversations, pour montrer comment les conversations créent du texte réinvesti dans des conversations ; pour montrer que de mêmes textes peuvent être invoqués de nombreuses fois dans l’histoire de l’organisation mais que d’autres textes seront oubliés, amendés, etc. Nous incitons également à reconsidérer la place de l’intentionnalité des acteurs dans ce processus. Ils sont doués de compétences stratégiques les amenant à voir “un coup plus loin”, ce qui rend difficile méthodologiquement la compréhension de leurs actions à travers la seule observation. Nous plaidons donc pour une triangulation de méthodes : observation participante mais aussi, par exemple, entretiens narratifs.

26En réponse à ces considérations, nous proposons de représenter l’organisation sous la forme d’une spirale évoquant la notion de cycle mais avec l’avantage de réaffirmer qu’une organisation, malgré les apparences, ne passe jamais exactement par les mêmes événements (les interactions sont événementielles) tout en pouvant convoquer de même textes (dimension itérative de l’organisation). La spirale ayant un “sens” - elle commence en son centre pour ne jamais finir - elle rappelle la notion d’intention ou de finalité sans finitude, c’est-à-dire sans “clôture du sens”.

L’approche Luhmannienne des textes et des conversations

Figure 10. Schématisation de l’approche #2

Figure 10. Schématisation de l’approche #2

27Une seconde école (européenne, cette fois) des CCO (Schoeneborn et al, 2014) développe la conception systémique de la communication qui repose sur les travaux de Niklas Luhmann (1992).

28Luhmann considère la communication comme un système qui a pour caractéristique de s’autogénérer. Autrement dit, et pour reprendre un terme qu’il emprunte à la biologie, la communication est une autopoïèse, en interdépendance avec son environnement mais donc aussi très autonome.

29Pour Luhmann (1992, p. 301), (1) « seule la communication peut communiquer et c’est seulement dans le cadre de ce réseau de communications que ce que l’on comprend comme action est créée ». (2) Tout comme la vie ou la conscience (p. 302), « la communication est une réalité émergente, un état des lieux sui generis. Elle surgit de la synthèse entre trois différentes sélections, nommément, une sélection d’information, une sélection d’énonciation de cette information et une sélection de compréhension ou d’incompréhension de l’énonciation de cette information. » (3) (pp. 304-305), « la communication mène à une décision à savoir si l’information énoncée et comprise est acceptée ou rejetée. Un message est cru ou non… La communication force à une prise de décision qui n’aurait pas eu lieu sans communication. En ce sens, toute communication implique une certaine prise de risque. »

30Notons que l’analyse de la communication telle que définie ici ne tient pas compte des motifs ou des intentions des acteurs de la décision de sélection. En effet, ceux-ci n’ont aucun effet sur l’organisation, seules les décisions – les communications – ont un effet sur la constitution de l’organisation (Seidl, 2005). Seul ce qui est communiqué compte. Cela évite dans un premier temps, toute forme de biais interprétatif mais cela limite également la portée de l’analyse si les traces ne sont pas conservées.

Quelle approche du couple texte-conversation ?

31Sur cette base, les organisations sont conçues comme des réseaux d’épisodes de communication qui se déploient (unfolding) et s’emboîtent (interlocking) » (Blaschke & al., 2012, p. 890). En suivant cette logique, on peut considérer que les textes et les conversations s’enchaînent pour former des épisodes de communication qui se déploient et s’emboîtent pour constituer l’organisation. Cette vision systémique offre deux opportunités d’analyse de phénomènes organisationnels dans le temps et dans l’espace. Premièrement, au sein même d’un système compris ici comme un enchaînement de textes et de conversations, on peut s’intéresser au processus diachronique de négociation de la production de sens. Deuxièmement, par effet de “zoom-out”, l’épisode de communication peut aussi être vu comme un micro-système qui par imbrication ou connexion avec d’autres microsystèmes créent de l’ordre ou du désordre organisationnel, tous deux participant à la constitution de l’organisation.

Exemple : analyse de la naissance d’une organisation par la négociation de ses textes fondateurs

32Cette vision systémique permet de mettre en évidence ce que Shoeneborn (2011) nomme l’oscillation entre la visibilité et l’invisibilité des alternatives à une décision prise. En effet, l’organisation est mue par le besoin constant de gérer le paradoxe lié aux décisions à savoir le fait qu’une décision manifeste les alternatives qui s’offraient avant la décision (Shoeneborn, 2011, p. 674). En analysant de prêt les différents moments de sélection d’information, énonciation, compréhension comme reflet de la négociation, on peut mettre en exergue les décisions qui ont permis ou non la survie du système de communication. À la lumière de cette analyse, on peut aussi mettre en exergue les enjeux de ce qui est produit ce faisant.

33Pour y arriver, nous faisons l’hypothèse que les écrits stables analysés et les conversations qui les lient les uns aux autres forment un système. La fabrique de chaque écrit à travers un ensemble d’interactions forme lui un microsystème. Ensemble, ces systèmes interconnectés forment un mesosystème que nous considérons comme constitutif de l’organisation (Shoeneborn, 2011). Méthodologiquement, s l’on s’intéresse à un processus de négociation qui repose sur plusieurs versions d’un même texte, il convient d’analyser horizontalement les trois processus de sélection (information, énonciation et compréhension). En effet, c’est seulement en comparant la production du deuxième écrit avec la première (et ainsi de suite) que l’on verra s’exprimer une certaine forme de compréhension ou d’incompréhension de la première sélection d’énonciation d’information à laquelle il sera fait référence.

34Par exemple, à travers l’analyse des versions d’un texte fondateur d’une organisation (les statuts de l’ONG Finance Watch) et des conversations portant sur chacune d’entre elles, l’enjeu était d’identifier les moments de sélection d’abord d’information et d’énonciation dans le système de communication afin de mettre en évidence la sélection de compréhension ou d’incompréhension de l’identité organisationnelle de l’ONG. Lors du lancement d’une organisation comme Finance Watch (FW), la prise de risque est grande. L’enjeu est la poursuite de la communication (la fonction par essence d’un lobby étant d’exprimer un intérêt et ainsi d’agir sur la prise de décision publique). Dès lors la continuité de l’ONG dépend de sa capacité à produire et reproduire ce système de communication. La prise de risque et la volonté de faire perdurer ce système forcent la sélection et donc le choix de mettre en lumière ou d’occulter des éléments. Nous montrons notamment les identités possibles de FW, la sélection opérée ou non entre ces identités ou leurs composants, la sélection opérée ou non dans la mise en visibilité de ces alternatives dans le discours produit. Ce travail de communication sur son identité, ce qu’elle est, implique de communiquer sur ce qu’elle n’est pas. Mais cela n’exclut pas l’occultation potentielle de certains éléments qui impliquerait par exemple son rejet. La réduction du risque de rejet inciterait donc l’organisation à occulter certaines informations ou à les énoncer de façon plus ambiguë.

35Ainsi l’analyse comparée des neufs versions du texte sur les statuts de l’ONG met en exergue la disparition de la “société civile”. À l’issue du processus d’écriture (voir tableau 1), plus aucun élément dans les statuts ne permet de spécifier que l’organisation se donne comme mandat d’agir au nom de la société civile, sans plus d’éléments sur le type d’acteurs qui constituent Finance Watch. La sélection d’information entraîne la disparition du concept de « société civile », tandis que la sélection de l’énonciation fait le choix d’une terminologie plus évasive : les auteurs décident de ne plus se définir de façon précise au regard de la société civile. De même, ceux-ci ne font plus référence à l’action de campagne au nom de la société civile.

Tableau 1. Analyse des sélections dans les textes fondateurs de FW

Tableau 1. Analyse des sélections dans les textes fondateurs de FW

Exemple : visualisation de l’ordre et du désordre dans la négociation d’un projet de changement organisationnel

36Prenant le contre-pied de François Cooren (2000), Consuelo Vásquez et ses collègues (2015) nous incitent à ne pas considérer l’ordre et le désordre comme mutuellement exclusifs : au contraire, les deux émergent simultanément dans le processus organisant. Ainsi ils définissent le « ‘(dés)ordonnancement’ comme un processus communicationnel organisant à travers lequel le sens est simultanément ouvert (i.e. désordonnancement) et fermé (i.e. ordonnancement) » (notre traduction, Vásquez et al, 2015, p. 2). Plus précisément, pour ces auteurs, le désordre, au sens de l’ouverture du sens, vient de la diversité des interprétations du projet de réorganisation dépassant ainsi celle donnée initialement par l’auteur d’un texte.

37L’intérêt, très complémentaire de notre travail de recherche, est de donner à voir le mouvement de (dés)ordonnancement. En effet, en cartographiant les micro-systèmes (l’enchaînement des textes/conversations), la manière dont ils se connectent et s’imbriquent, on peut mettre en évidence et questionner les moments d’ouverture du sens (de désordre), de négociation et de clôture du sens (d’ordre) et ce qu’ils produisent organisationnellement.

38La cartographie dont il est question se réalise en plusieurs étapes :

  1. Dans un premier temps, il faut faire l’inventaire de l’ensemble des événements de communication sous toutes leurs formes

  2. Travailler ensuite sur leur imbrication dans le temps et dans l’espace

  3. Réaliser une représentation graphique de cette imbrication supposée

39Ces étapes dépendent des hypothèses de travail du chercheur et des informations qui lui sont accessibles.

40Dans le cadre d’une recherche-action, nous nous sommes questionné sur les effets de la mise en œuvre d’un “cycle texte-conversation” comme dispositif d’accompagnement du changement sur la négociation du sens, la production, d’un niveau plus général ou collectif de signification prenant la forme d’un texte : le plan de réorganisation. Dans ce cas précis, la cartographie (voir figure 11 ci-dessous) repose sur la collecte de documents de travail lié à la mission de réorganisation (mails, méthodologie de travail, version de plan de réorganisation, etc.) et de la narration du projet par l’un des auteurs qui a participé comme consultant dans le projet. Au milieu de la figure, la ligne du temps présente chronologiquement les étapes de la mise en place du dispositif et les conversations formelles qui ont eu lieu. Au-dessus sont répertoriés les différents textes liés à ces séquences conversationnelles, soit parce qu’ils en sont les résultats, soit parce qu’ils les convoquent (Benoit-Barné et Cooren, 2009). En-dessous sont repris les extraits de la narration évoquant des séquences conversationnelles. Ces extraits sont numérotés selon la chronologie de la narration. La figure 12 représente un zoom dans le graphe qui représente les conversations au sein du premier séminaire d’accompagnement.

Figure 11. Vue d’ensemble du graphe généré

Figure 11. Vue d’ensemble du graphe généré

Figure 12. Premier mouvement

Figure 12. Premier mouvement

41Premièrement, le graphe montre que les conversations formalisées par le dispositif ne représentent au final qu’une petite partie seulement de toutes les conversations qui font l’organisation. Le nombre de conversations débordant le cadre strict du dispositif renvoie à la dimension autopoiétique de la communication (Luhmann, 1992), laquelle persiste en deçà et au-delà d’une conversation prise isolément. Chaque conversation rend compte de choix opérés, réaffirmant la contingence de l’organisation. Ainsi, pas à pas, à travers les cycles conversationnels, l’organisation dans son ensemble s’autogénère (Schoenenborn, 2011).

42L’analyse du graphe éclaire également les mouvements opérés par différents acteurs. Ces mouvements se traduisent dans le système par des phénomènes d’ouverture du sens illustrés visuellement par une démultiplication des interprétations et l’éclatement spatial des conversations autour de la signification donnée à un projet de réorganisation. Ces mouvements sont l’expression de mouvements d’ouverture de la construction de sens, de négociation du sens. La cartographie met également en évidence les mouvements de clôture du sens lorsque par exemple, des systèmes se ferment au profit d’un ou plusieurs autre(s). Dans notre exemple, la prolongation des conversations par-delà le dispositif prévu initialement met en exergue la grande difficulté des acteurs du projet à ordonnancer donc à ‘clôturer’ la signification (Weick, 1995) de la réorganisation par la production d’un texte négocié et accepté de tous.

L’articulation #2 en synthèse

43Cette double analyse “zoom in” et “zoom out” est inspirée de l’analyse des pratiques sociales de Nicolini (2009). Elle permet lorsque cela s’avère nécessaire d’entrer dans le détail (zoom in) pour mieux comprendre le fruit des négociations de sens par la sélection au sein du système de communication lui-même. Elle nous offre une certaine compréhension des raisons de la (dis)continuité du système, de ce qu’il a produit et ce qu’il n’a pas produit alternativement. Elle nous permet de replacer (zoom out) des micro-systèmes enchaînant textes et conversations dans un phénomène organisant plus large consécutif à leur imbrication. Visuellement, elle offre la possibilité de voir les mouvements d’ouverture et de fermeture de sens à un niveau méso.

Texte-Conversation, une relation inextricable non cyclique

Une réflexion Derridienne de la constitution de l’organisation

  • 2 Intervention de François Cooren durant la Journée d’étude organisée par le réseau Org & Co, le labo (...)

44Ce troisième axe explore une piste de réflexion Derridienne amenée par François Cooren2 en 2016. Placer la focale sur les textes et les conversations comme sources de la constitution de l’organisation pose problème car elle rend difficile l’intégration notamment de la matérialité de l’organisation, mais également d’autres aspects plus abstraits comme les normes, les valeurs dans leurs rôles constitutifs de l’organisation. En s’appuyant sur Derrida, François Cooren propose de se départir de cette catégorisation trop fine ou trop restreinte de conversations et de textes et propose que tout acte est une trace. Pour Derrida, il n’y a pas de hors-texte, ces traces sont mises en perspectives par rapport à un texte. Pour reprendre les mots de l’auteur, “s’il n’y a pas de hors-texte, c’est aussi que Rien ne précède le texte” (Derrida, 1993). Adaptée à l’approche CCO, le postulat est le suivant : les traces constituent l’organisation lorsqu’elles marquent cette dernière envisagée comme un texte. Nous tentons ici de rebondir sur sa proposition et d’examiner les potentialités et les limites théoriques et méthodologiques de cette réflexion en cours.

45En s’inspirant des travaux de Derrida, Cooren (2016) amène l’idée que tout est trace (un couteau sur la peau, un pneu sur la route, un stylo sur un papier, etc.). Ainsi Cooren, tout comme Derrida, part de la trace sans entrer dans une discussion essentialiste de celle-ci. Ce qui précède la trace reste donc inconnu, mais Derrida (1990) tente une réflexion psychanalyste Freudienne sur la “trace originelle et unique”. Cependant, à la suite de cette réflexion, Derrida ne précise pas concrètement ce qu’est une trace. Cooren, quant à lui, utilise le verbe tracer (ou retracer) qui signifie exprimer, représenter, rendre présent, rappeler.

46Comme les traces (dans leur abondance) ont tendance à s’effacer ou à s’éclipser et deviennent donc incernables, c’est la marque qui importe. Selon Derrida, “ce qui se produit dans la "communication" n’est pas la transmission d’un sens ou d’une intention, mais la citation d’une "marque". En l’émettant, l’émetteur abandonne cette marque et la laisse à un destinataire qui, lui aussi, peut être absent. La réitération se fait nécessairement dans un autre contexte, imprévisible et hétérogène, dans lequel l’intention initiale de l’émetteur (son vouloir-dire) aura été perdue. Dans son fonctionnement, cette structure ne diffère pas de celle de l’écriture. Tout texte, toute phrase, toute formule, toute marque peut être citée. Quand elle se re-marque, elle est déjà orpheline. Elle est ce qui reste d’une opération initiale, d’une production ou d’une prétendue origine dont on ne peut rien dire car, justement, la marque en surgit, coupée du référent ou du signifié initial. C’est une incision, une blessure, une rupture, et la conscience elle-même en est brisée” (Derrida, 1990)3.

47Pour Cooren (2016) : “Une marque peut être une lettre, un mot, une phrase, voire un discours (un texte, donc), mais elle peut aussi être un geste (saluer comme marque d’amitié), un regard (froncer les sourcils comme marque de réprobation), une présence (se rendre aux funérailles de quelqu’un comme marque de sympathie)”. Dans le cadre organisationnel, de part son itérabilité, la marque survit grâce à sa spécificité (dés)organisante. La marque est (dés)organisante dès lors qu’il nous est possible de capturer comment elle contribue à la constitution de l’organisation. Une trace n’est dite marquante, et une marque n’est dite (dés)organisante qu’à partir d’une posture épistémologique déterminée.

48Derrida propose la notion de la “réitération” comme critère de la marquabilité d’une marque. C’est ce même critère là qu’utilise Cooren (2016) pour décider de la capacité (dés)organisante d’une marque. Pour Derrida (1990), la marque est ce qui reste d’une production initiale plus ou moins stabilisée et dont la source est effacée. La réitération se fait dans un autre contexte, imprévisible et hétérogène, dans lequel l’intention initiale de l’émetteur est perdue (Derrida, 1990). La marque ne se reproduit donc pas identique à elle-même. Cette “restance” (comme la nomme Derrida) témoigne de la capacité (dés)organisante de la marque.

49En évoquant la notion de marque qui, de par son itérabilité, dépasse la trace et possède une capacité scripturale, Cooren amène la nécessité de redécouvrir comment le « Texte » et la « Conversation » s’écrivent.

50Nous concevons le « Texte » comme le synonyme de l’organisation. L’organisation vue comme un texte est un « agencement » en perpétuelle écriture ; une écriture jamais complète. En termes de temps, de sa création (comme l’idée la plus lointaine dans le temps), en passant par toutes les étapes de son élaboration et en arrivant à la phase de son plein exercice, une organisation porte son histoire, son présent et se projette vers le futur. Dans la dimension spatiale, l’organisation englobe les interactions au sens propre du terme ainsi que les interactions imaginées (remémorées et anticipées) qui s’imbriquent de loin et de près dans cet agencement. Cette ramification est quasiment incernable dans sa totalité.

51La conversation reprend toutes séquences “tronçonnées” par l’observateur dans le temps et dans l’espace (des entretiens téléphoniques, des réunions, des travaux de groupes, etc.). Comme il est très difficile de pouvoir visualiser comment la conversation (à travers les interactions omniprésentes et multiformes) agit sur le texte, la démarcation de la conversation fait toujours l’objet d’un choix méthodologique. La focale est ainsi placée sur un élément rendu visible par le chercheur.

52Dans ce sens, la relation entre le texte et la conversation n’est pas cyclique car il n’y a pas d’alternance entre les deux. Selon nous, la conversation est plutôt une partie intégrante du texte. Elle est dans le texte, elle le modifie subtilement de l’intérieur ; mais comme elle est aussi engloutie par le texte, elle subit ses exigences (son cadre préexistant, ses contraintes, ses normes, etc.). En retour, le texte, ne cesse de se (ré)écrire plus ou moins subtilement en réponse aux impulsions de la conversation qui le change donc de l’intérieur. C’est l’abondance des traces (qui peuvent ou non s’effacer), mais surtout l’émergence des marques qui agissent et sur la conversation et sur le texte ; d’où la spécificité (dés)organisante de la marque.

Figure 13. Maillage Texte/Conversation

Figure 13. Maillage Texte/Conversation

Ouverture et implications méthodologiques

53Selon nous, l’ensemble des traces engendrées par les conversations forment, par accumulation, la Trace propre au texte/à l’organisation. Nous pouvons reprendre cette idée par la formule suivante : t1+t2+t(n) = Tn

54Dans ce sens, la Trace du texte/organisation est l’ensemble des traces émanant de tous les actes possibles et imaginables dans le temps et dans l’espace. Chaque trace peut ou non devenir une marque dans un contexte précis (ex. une règle qui s’établit lors d’une réunion peut marquer la façon de travailler en groupe et de s’organiser). L’ensemble des marques engendrées par les conversations n’est pas égal à la Marque de tout le texte/l’organisation : m1+m2+m(n) ≠ M(n)

55La Marque de tout le texte (ou de toute l’organisation) est le maillage (non pas l’addition) des marques des conversations. Dans les études de CCO, un intérêt central serait de comprendre comment une trace peut devenir marquante et donc structurante ou organisante (Cooren, 2016). En effet, il est difficile de différencier ce qui organise et désorganise le texte / l’organisation. La difficulté émane du fait que ce qui peut être organisant dans un sens, ne l’est forcèment pas dans un autre (d’où l’utilisation ici du néologisme suivant : (dés)organisant. Cela implique la nécessité d’effectuer des études ethnométhodologiques qui permettent de comprendre contextuellement et de l’intérieur la spécificité (dés)organisante d’une marque.

Exemple d’un laboratoire de recherche

56En se référant à un laboratoire de recherche sur le cancer comme un texte, nous reprenons son identité (qui est en perpétuel changement et peu cernable), ses décisions, ses choix et ses orientations ; bref tout son itinéraire dans l’espace et dans le temps. Comme il est très difficile de pouvoir visualiser comment la conversation (à travers les traces omniprésentes et multiformes) agit sur le texte, on peut par opportunisme méthodologique se focaliser sur un élément visible de ce texte et capturer des marques précises en vue d’examiner leur spécificité (dés)organisante.

57Qu’est ce qui peut constituer un élément visible et étudiable dans un laboratoire de recherche sur le cancer et qui peut à la fois refléter cette notion de texte/organisation que nous évoquons ? Rien n’est aussi représentatif d’un laboratoire de recherche que son « mode de construction du savoir ». Plus précisément, on peut stratégiquement se pencher sur la façon dont se construit le savoir dans ce laboratoire. Cependant, cette question reste très large et difficile à cerner. Par conséquent, nous avons heuristiquement remplacé cette question par une autre plus précise : qu’est-ce-qui est trivialisé (ou rejeté) dans la dynamique de la construction du savoir dans ce laboratoire ? La trivialisation est donc une pratique observable et qui est caractéristique de l’activité principale de cette organisation (la construction du savoir). Méthodologiquement, nous avons choisi de capturer les pratiques de trivialisation par le biais de l’ethnométhodologie (observation participante). L’étude de ces pratiques s’est faite par une analyse discursive.

58Dans ce sens, la conversation qui a fait l’objet de notre choix est : la pratique de trivialisation. Notre texte est le laboratoire représenté par son activité essentielle, qui est la construction du savoir. Cependant, comme la trivialisation se fait aussi implicitement, sans qu’il n’y ait nécessairement de discussions observables autour d’elle, les questions de l’observateur (le chercheur) ont constitué une technique appelée par Garfinkel (1967) « breaching experiment ». Cela a permis de rendre observable ces trivialisations implicites. En d’autres termes, c’est à travers les questions « naïves » du chercheur (Latour & Woolgar, 1979) que ces trivialisations implicites et inconscientes ont fait surface. Enfin, une série d’entretiens individuels et collectifs a été réalisée autour d’un nombre de pratiques de trivialisation identifiées, pour constituer un corpus d’analyse de discours. La théorie et la méthode dite “psychologie discursive” ont permis d’analyser ces pratiques de trivialisation, tant synchroniquement que diachroniquement. Trois cas de trivialisation ont été ciblés par l’analyse : (1) les désavantages du niveau fixe du CO2 dans l’incubateur, (2) le biais provenant de l’utilisation actuelle du milieu de culture cellulaire, et (3) la confiance démesurée dans les machines et les consommables- boites noires.

59Notre analyse nous a permis de constater que ces 3 cas de trivialisation ne sont pas des choix de « conversation » propre au laboratoire mais des injonctions implicites par le « grand texte ». Cette fois-ci, le grand texte est plutôt le domaine de la recherche en oncologie, qui prime sur le texte (le laboratoire). Le laboratoire quant à lui se réduit à une seule conversation dans ce grand texte.

60Ce qui émerge comme “marquant” sur le texte et sur la conversation est : “les standards”. Ce sont les standards qui (dés)organisent la recherche et qui ont donc une capacité marquante sur les pratiques de recherche propres au laboratoire. Nous avons pu démontrer que les discussions autour de ces trois cas de trivialisation ont déclenché chez les chercheurs une toute nouvelle réflexion et une autre position autour de chacun d’eux. Ces standards qui se sont installés en oncologie dans le passé lointain et dans un contexte précis, émanaient du bon sens et non pas d’une rigueur scientifique, comme disaient Latour & Woolgar (1979). Face à cette nouvelle réflexion, les chercheurs ont oscillé entre l’importance (scientifique) de réviser ces standards au risque de l’anarchie et le besoin (sécurisant) de les garder au risque du dogmatisme.

61Notre recherche souligne que : 1) ces cas de trivialisation sont imposés par la « structure » du plus grand texte, qui est celui du domaine de la recherche en oncologie ; et que 2) sans s’en rendre compte (“seen but unnoticed” selon Garfinkel, 1967), les membres du laboratoire, ont une faible « agentivité » dans la construction de leur propre savoir. Paradoxalement, ce sont leurs pratiques quotidiennes, elles-mêmes, qui alimentent cette structure et qui limitent leurs choix et leur liberté de savoir. C’est ainsi que la dualité structure-agentivité au sens de Giddens (1984) s’impose. D’un côté les chercheurs sont subordonnés à la structure, mais d’un autre côté, c’est leurs pratiques quotidiennes qui renforcent cette structure. Ainsi cette dualité illustre comment le texte et la conversation subissent les lois de la marque : “les standards” imposés par la structure et renforcés par les agents qui n’en ont pas conscience.

62Dans ce cas, il n’est plus important de chercher à comprendre d’où viennent les marques (les standards supposés initiés par la structure), car c’est l’itération perpétuelle des agents (les chercheurs du laboratoire) qui les renforce sans cesse. Il devient plus utile de se pencher sur le “pourquoi” et “comment” ces agents prennent la défense de ces marques (standards) ; ce qui nous renvoie à une lecture forcément psychanalytique comme tente de le faire Derrida (trace originelle de Freud). Enfin, au sens de Foucault (1975), ces trivialisations ne sont même pas des choix, mais un « pouvoir micro-physique », une autre forme du « panopticisme » moderne et subtile qui s’exerce sur les pratiques de recherche et qui laisse très peu de liberté aux chercheurs (peut être à leur insu) dans le processus de la construction de leur propre savoir. Ainsi, il nous a été possible de déterminer ce qui est marquant sans être capable de comprendre ce qui motive la marque.

L’articulation #3 en synthèse

63Ce troisième axe est une ouverture et une piste de réflexion liées à la proposition de François Cooren (2010) de redécouvrir le texte et la conversation. En 2016, Cooren évoque la nécessité d’enrichir le débat sur l’approche constitutive de la communication en s’appuyant sur une lecture Derridienne des notions de trace, marque et texte. Selon Derrida, “tout” est trace. Cette trace devient marquante lorsqu’elle engendre une itération. Seule la marque reste présente, pas forcément identique, de par son itérabilité et sa restance. Ainsi, l’intérêt pour nous est de comprendre comment une trace peut devenir marquante et donc structurante ou organisante au sein du texte/l’organisation.

64Nous trouvons que la conversation est engloutie dans le texte, elle le modifie subtilement de l’intérieur, aussi mais subit ses lois provenant de traces marquantes : les marques. Cette perspective s’écarte d’une vision cyclique entre le texte et la conversation. La sélection d’une conversation émane donc d’un choix méthodologique fait par l’observateur. Enfin, à travers l’étude de cas effectuée dans un laboratoire de recherche sur le cancer, nous avons montré comment un texte plus grand (le domaine de recherche en oncologie) prime sur le texte (le laboratoire) et sur la conversation (les projets de recherche en cours) et leur laisse à leur insu une marge de manoeuvre limitée. Ce rapport de domination a été établi par le biais des “standards de recherche” : la marque.

Conclusion

65À travers cet article, nous avions comme objectif d’offrir une vision plus élaborée tant épistomologiquement que méthodologiquement de l’articulation entre textes et conversations. Cette vue multiple et enrichie confirme la pertinence de ces deux concepts dans la compréhension de phénomène organisant. Elle met également en évidence le défi scientifique qui vise à inclure dans l’analyse des éléments qui marquent, qui ponctuent ou qui jalonnent la constitution de l’organisation que ce soit par des textes stabilisés ou des conversations marquantes avec le mouvement dans le temps et dans l’espace inhérent à la constitution de l’organisation. Ce mouvement crée des opportunités d’ouverture du sens, d’itération de marque ou de présentification de textes renforçant certains éléments constitutifs de l’organisation. Il crée également des opportunités de clôture du sens, d’oubli, d’effacement ou d’écartement d’autres éléments voire de fermeture d’un système. C’est un défi méthodologique parce que cette récursivité nous oblige à plonger dans le quotidien des organisations pour poser un regard sur ce qui potentiellement constitue l’organisation dans son quotidien tout en ayant la capacité de mailler ces événements constitutifs entre eux en vue de représenter le tissu organisationnel. Méthodologique, aussi, car l’exercice présente beaucoup de limites en termes de rigueur et de validité. Comment valider que telle conversation est plus pertinente qu’une autre à observer ? Comment valider qu’une trace devient marquante pour l’organisation ? Comment être sûr qu’un enchaînement entre des textes et conversations forment système ? Enfin, c’est un défi épistémologique, car chacune des approches, comme des lunettes, nous permettent de voir et de ne pas voir, d’inclure ou d’omettre différentes dimensions de la réalité sociale que nous observons. Il convient d’en être conscient et de peser les effets d’une transgression de ces balises sur la validité scientifique de l’analyse proposée.

Haut de page

Bibliographie

Ashcraft, K. L., Kuhn, T. R., & Cooren, F. (2009). Constitutional Amendments :“Materializing” Organizational Communication. The academy of management annals, 3(1), 1-64.

Benoit-Barné C., Cooren F (2009) The accomplishment of authority through presentification How authority is distributed among and negotiated by organizational members. Management Communication Quarterly 23 (1), 5-31

Bisel, R. S. (2010). À Communicative Ontology of Organization? A Description, History, and Critique of CCO Theories for Organization Science. Management Communication Quarterly, 24(1), 124–131.

Blaschke, S., Schoeneborn, D., & Seidl, D. (2012). Organizations as networks of communication episodes : Turning the network perspective inside out. Organization Studies, 33(7), 879–906.

Cooren, F. (1997). Actes de langage et argumentation. Revue philosophique de Louvain, 95(3), 517-544.

Cooren, F. (2000). The Organizing Property of Communication. John Benjamins Publishing.

Cooren, F. (2010). Ventriloquie, performativité et communication. Réseaux, (5), 33-54.

Cooren, F. & Robichaud D. (2006) Globaliser et disloquer en situation d’interaction : Comment asymétrise-t-on une relation. Les interactions asymétriques, 113-132

Cooren, F., Taylor, J. R., Every, E. J. van, & Guney, S. (2006). Communication As Organizing : Empirical And Theoretical Approaches to the Dynamic of Text And Conversation. Lawrence Erlbaum Associates Inc.

Cooren, Francois. (2016). Le texte selon l’approche CCO : Agentivité, itérabilité et ventriloquie. Presented at the Journées Org & Co, Mons.

Derrida, J. (1990). Limited Inc. Editions Galilee.

Derrida, J. (1993). La dissémination. Seuil.

Foucault, M. (1975). Surveiller et punir. Naissance de la prison. Paris : Gallimard.

Garfinkel, H. (1967). Studies in Ethnomethodology. Prentice-Hall.

Giddens, A. (1984). The constitution of society  : outline of the theory of structuration. Cambridge : Polity.

Latour, B & Woolgar, S. (1979). Laboratory Life : The Construction of Scientific Facts. Princeton University Press.

Latour, B. (2007). Résumé d’une enquête sur les modes d’existence ou bref éloge de la civilisation qui vient. Papier présenté au colloque Exercice de métaphysique empirique, Cérisy.

Latour, B. (2008, mai). What’s organizing? À mediation on the bust of Emilio Bootme in praise of Jim Taylor. Papier presenté au colloque What is an organization? Agency, materiality and discourse, Montréal.

Luhmann, N. (1992). What is Communication? Communication Theory, 2(3), 251–259. doi :10.1111/j.1468-2885.1992.tb00042.x

McPhee, R. D., & Zaug, P. (2001). Organizational theory, organizational communication, organizational knowledge, and problematic integration. Journal of Communication, 51(3), 574-591.

Nicolini, D. (2009). Zooming In and Out : Studying Practices by Switching Theoretical Lenses and Trailing Connections. Organization Studies, 30(12), 1391–1418. doi : 10.1177/0170840609349875

Robichaud, D., & Benoit-Barné, C. (2010). L’épreuve de la conversation : comment se négocie la mise en œuvre des normes dans l’écriture d’un texte organisationnel. Études de communication. langages, information, médiations, (34), 41-60.

Schoeneborn, D. (2011). Organization as Communication A Luhmannian Perspective. Management Communication Quarterly, 25(4), 663–689. doi :10.1177/0893318911405622

Schoeneborn, D., Blaschke, S., Cooren, F., McPhee, R. D., Seidl, D., & Taylor, J. R. (2014). The Three Schools of CCO Thinking Interactive Dialogue and Systematic Comparison. Management Communication Quarterly, 28(2), 285–316. doi :10.1177/0893318914527000

Seidl, D., « Organization and interaction ». In D. SEIDL & K. H. BECKER (Eds.), Niklas Luhmann and organization studies (pp. 145-170). Oslo, Norway : Copenhagen Business School Press, 2005

Taylor, J. R., & Every, E. J. V. (1999). The Emergent Organization : Communication As Its Site and Surface (1st ed.). Lawrence Erlbaum.

Taylor, J. R., Cooren, F., Giroux, N., & Robichaud, D. (1996). The Communicational Basis of Organization : Between the Conversation and the Text. Communication Theory, 6(1), 1–39.

Taylor, J. R., & Van Every, E. J. (2011). The situated organization. Case Studies in the Pragmatics of Communication Research.

Vásquez, C. (2012). Etre ou ne pas être...sous le script ? Enjeux identitaires de l’organisation par projet. In G. Gramaccia & B. Cordelier (éd.), Management par projet : les identités incertaines (p. 47-63). Montréal : Presses de l’Université du Québec.

Vásquez, C., & Cooren, F. (2013). Spacing Practices : The Communicative Configuration of Organizing Through Space, Times. Communication theory, 23(1), 25-47.

Vásquez, C., Schoeneborn, D., & Sergi, V. (2015). Summoning the spirits : Organizational texts and the (dis)ordering properties of communication. Human Relations, 0018726715589422. doi :10.1177/0018726715589422

Weick, K. E. (1995). Sensemaking in organizations. Thousand Oaks : Sage Publications.

Haut de page

Notes

1 Voir : http://tinyurl.com/z2ngqca

2 Intervention de François Cooren durant la Journée d’étude organisée par le réseau Org & Co, le laboratoire LASCO (UCL) et le laboratoire GERIICO (Université de Lille) : "Le texte et l’organisation : parcours analytique autour d’une notion" (29 janvier 2016, Mons)

3 DERRIDEX (index des mots de l’oeuvre de Jacques Derrida), http://www.idixa.net/Pixa/pagixa-0506091008.html (page consultée en avril 2016)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Schématisation de l’approche 1
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2197/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Figure 2. Proposition de représentation du cycle
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2197/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Figure 3. Zoom sur la construction de la règle E
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2197/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Figure 4. Représentation schématique du recouvrement des conversations
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2197/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Figure 5. Copie d’écran du site Wikipédia, montrant le nombre de conversations tenues en même temps sur une page de règle
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2197/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 8. Texte B qui sanctionne la fin de la conversation
Légende D’autre part, les conversations comme les règles sur Wikipédia ont pour vocation explicite la co-construction de règles qui soient des textes stabilisés. Toute conversation / processus de construction de règle “réussie” aboutira à un texte formel. Cependant, il est à noter que l’échec d’une telle procédure peut aussi amener à la constitution d’un texte stabilisé qui notifiera, par exemple, la teneur de l’échec et pourrait, le cas échéant, en détailler les causes ou envisager les suites à lui donner. La ligne “B” de la Figure 8 représente schématiquement le texte qui “sanctionne” la fin d’une conversation
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2197/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Figure 7. Présentification de la règle par hyperlien
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2197/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 9 : Contestation du statut d’administrateur
Légende Sur Wikipédia, le texte final est le résultat du processus amenant plusieurs dizaines de contributeurs à discuter d’un problème, émettre des avis, co-construire plusieurs propositions de solutions et se mettre d’accord sur lesquelles seraient soumises au vote, décider d’une procédure de vote et des questions afférentes (quotas nécessaires, méthode de vote, etc.), lancer le vote, dépouiller les résultats et mettre en place la solution votée. La Figure 9 présente la version finalement adoptée conséquemment à un tel processus en ce qui concerne la “contestation du statut d’administrateur”
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2197/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 10. Schématisation de l’approche #2
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2197/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Tableau 1. Analyse des sélections dans les textes fondateurs de FW
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2197/img-10.png
Fichier image/png, 209k
Titre Figure 11. Vue d’ensemble du graphe généré
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2197/img-11.png
Fichier image/png, 286k
Titre Figure 12. Premier mouvement
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2197/img-12.png
Fichier image/png, 202k
Titre Figure 13. Maillage Texte/Conversation
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2197/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joanne Jojczyk, François Lambotte, Salaheddine Mnasri et Emmanuel Wathelet, « Les articulations des textes et des conversations dans l’approche de la communication constitutive des organisations », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2197 ; DOI : 10.4000/rfsic.2197

Haut de page

Auteurs

Joanne Jojczyk

Joanne Jojczyk est chercheure à l’Université catholique de Louvain et membre du LASCO (Laboratoire d’Analyse des Systèmes de Communication des Organisations). Courriel : joanne.jojczyk@uclouvain-mons.be

François Lambotte

François Lambotte (PhD) est professeur à l’Université catholique de Louvain et membre du LASCO. Courriel : francois.lambotte@uclouvain-mons.be

Salaheddine Mnasri

Salaheddine Mnasri est chercheur à l’Université catholique de Louvain et membre du LASCO. Courriel : slaheddine.mnasri@uclouvain-mons.be

Emmanuel Wathelet

Emmanuel Wathelet (PhD) est chercheur à IHECS et membre du LASCO. Courriel : emmanuel.wathelet@uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page