Navigation – Plan du site
Émergences

Proposition d’une approche communicationnelle et d’un modèle de données pour l’amélioration du classement des universités à partir du web

Hédia Jegham, Sonia Ghannouchi et Najiba Ouled Amor

Résumés

L’objet du présent article est de scruter tous les travaux qui se rapportent au calcul du classement des universités, en particulier les métriques avec toute la sémantique afférente en vue de proposer une modélisation. La motivation derrière ce travail est de booster les universités tunisiennes à se frayer une position respectable à l’échelle mondiale. C’est dans ce sens qu’une approche communicationnelle a été proposée en plus d’une démarche pour accompagner les décideurs dans un processus d’amélioration progressive de leurs sites d’établissements. Le modèle a été vérifié sur l’échantillon de l’université de Sousse qui comporte 16 établissements mais peut être extrapolé pour les 198 établissements de la Tunisie.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La publication sur le Web se décline selon diverses formes d’écriture, de communication et de collaboration qui font appel à des modèles complexes d’édition supportés par des instrumentations. Actuellement, la prédominance des dispositifs web pour les institutions universitaires est une évidence qui exige le déploiement d’un système dynamique de communication interne et externe et qui constitue un enjeu majeur de modernisation des services d’information universitaire. Modernisation en phase avec la construction des environnements numériques de travail, des MOOCs, des LMS, des blogs, des flux RSS, des bases documentaires et scientifiques.

2Les établissements universitaires sont appelés à faire évoluer leurs sites Web de première génération vers de véritables portails non seulement susceptibles de donner accès aux diverses ressources d’information mais aussi de l’anticiper et de la générer en continu.

3La qualité, la richesse et la réactivité des ressources proposées joue dès lors une dimension non plus seulement informationnelle mais aussi communicationnelle. Cette dimension communicationnelle est multidimensionnelle car elle œuvre sur les plans interne et externe, à destination d’un public régional, national, continental et global. C’est cette dimension communicationnelle qui a fait rentrer les établissements dans une sorte de concurrence qui a imposé un cadrage. Ce cadrage est le classement des universités "le WebRanking", qui dispose d’une histoire de plus de 30 ans lorsqu’en 1983 le US News and World report a commencé à publier « the annual America’s best colleges review » selon Kutorglo E. et al. (2015) et Lukman R. et al. (2009).

4Plusieurs études se sont d’ores et déjà penchées sur le webRanking selon divers zooms, elles s’accordent que ce classement est impérativement un indicateur de performance de l’université et une relation de causalité avec le degré de développement du pays qu’elle représente. L’université Tunisienne n’est pas exclue de ce rythme et doit incessamment se rallier à ce phénomène de classement pour se frayer un rang parmi ses semblables à l’échelle planétaire, classement digne de la dynamique qu’elle vit. Le chinois Nian Cia Liu (2007) affirme que partout dans le monde, les universités, les gouvernements et d’autres parties prenantes sont intéressés par le classement mondial des universités.

Objectifs

5L’objet du présent article est de conduire l’investigation dans plusieurs directions en rapport avec le web ranking des universités afin de recueillir des enseignements, des expériences, des erreurs ou des succès dans l’objectif de pousser l’étude dans deux orientations. La première est de prendre en main toute la sémantique qui décrit le classement des universités et tenter de la modéliser. La deuxième est d’incorporer ce modèle dans le cadre d’une approche communicationnelle de l’innovation. Approche que tout système de pilotage devra adopter pour initier un processus d’amélioration de la facette numérique des établissements.

6Dans une première partie, nous présentons l’enjeu du WebRanking à l’échelle mondiale en vue de circonscrire le contexte tunisien. Dans une deuxième partie, par une étude détaillée, nous prélevons les paramètres pertinents qui rentrent en ligne de compte pour le calcul du classement des universités, nous examinons les métriques et/ou les webométriques avec un retour aux origines d’évaluation de sites web pour en proposer une modélisation dans la troisième partie. Le prélèvement régulier des métriques et des autres paramètres afférents (stratégie d’établissements ; sources des métriques ; poids des métriques ; axes social éducationnel et économique) en plus de la surveillance de leurs fluctuations à travers le temps permettront d’avoir un recul par rapport à l’intérêt d’une approche communicationnelle et offrirons une forme d’aide à la décision.

Enjeux du WebRanking et mise en contexte

Contexte général

7Dans un contexte de plus en plus concurrentiel, les universités se doivent de dispenser une image institutionnelle cohérente à travers une bonne visibilité. Partout dans le monde, la visibilité d’un établissement est un enjeu essentiel pour : l’affichage de son offre de formation, la valorisation de ses activités de recherche scientifique, pédagogique et culturelle, le reflet de ses ressources et ses potentiels, l’ostentation de ses bâtiments, équipements et aisance budgétaire, la valorisation de la richesse et la diversité de ses relations nationales et internationales, l’augmentation de la gravitation de partenaires du milieu professionnel et industriel, l’écrémage de sa clientèle ainsi que de ses collaborateurs et l’attraction de projets dans son domaine et de bailleurs de fonds soit en somme, la constitution d’une véritable audience.

8Ainsi les sites web des établissements trouvent-ils là un rôle clef dans la dynamique de communication d’un établissement universitaire, en contribuant à l’accroissement de sa visibilité et d’impacter chacune de ses structures et composantes. L’image institutionnelle cohérente rayonne via le site web.

9Il importe beaucoup d’indiquer qu’à l’origine, le but du WebRanking est de promouvoir la présence sur le web et non pas de classer les établissements, soit de mesurer la politique d’engagement des établissements en termes de publication numérique, essentiellement scientifique et culturelle envers la totalité de la société. L’objectif n’est donc d’évaluer le design des sites d’établissements en soit ou le taux d’utilisabilité ou de popularité de ses contenus en se basant sur le nombre de visiteurs d’après Krešimir P. (2012). Il importe également de dire qu’un classement fiable n’est possible que si la présence web mire parfaitement l’établissement.

10À cet égard, on recense plusieurs types de classements : classements internationaux publiés sous forme de palmarès, classements axés uniquement sur la performance de la recherche sans ou avec palmarès, classements multidimensionnels et classements Internet.

La nouvelle donne communicationnelle

11Une composante se révèle d’un poids lourd parmi les enjeux du classement des universités c’est la force de communication. D’après (D’Almeida & Carayol, 2014) nous assistons à un balbutiement dans l’instauration d’une nouvelle terminologie au dépend d’une autre, nous parlons alors de communication de marque à la place de communication institutionnelle et encore moins de communication organisationnelle, de communication d’entreprise et de communication globale. Et bien que le concept de marque semble être restreint à une stratégie marketing d’une entreprise, il s’étend pour impacter presque tous les domaines de la société et on parle de : marque produit, marque service, marque politique, marque université, marque pays… Cette mutation terminologique reflète le vécu d’un processus de développement vers un modèle normatif de la marque. Ce processus incarne à son tour et entre autres pour les universités, le souci de distinction, la volonté de marquage, d’affirmation, de balisage d’un territoire et d’un espace virtuel, voire même une certaine e-reputation. "La marque est devenue un quasi idéal communicationnel assimilé à la condition de possibilité de toute réussite" comme l’a écrit (D’Almeida & Carayol, 2014). Bien que travailler sa marque semble une action réductrice pour l’organisation en général et pour l’université en particulier, elle lui confère le rôle de son ADN qui porte son génome patrimonial. Le modèle de données proposé au niveau de cet article est centré sur la détection et l’assemblage des métriques qui constituent cet ADN. C’est une mise sous microscope de tout ce qu’il faut pour un perpétuel effort communicationnel de l’université puis une mise en exergue de ce patrimoine par l’atténuation de la complexité de compréhension de sa dynamique. Cette nouvelle donne dit qu’il ne s’agit pour une université d’être excellence tout cours, il s’agit de trouver les mécanismes de le faire savoir à tout le monde.

Contexte tunisien

12La Tunisie compte une population de plus de 30 % de jeunesse (entre 15 et 29 ans), l’université tunisienne est régie par une politique de démocratisation et de gratuité de l’enseignement supérieur depuis l’aube de l’indépendance. Elle est actuellement constituée de 14 Universités qui rattachent un total de 198 établissements entre facultés, Instituts, Ecoles d’ingénieurs et écoles préparatoires. On en compte à titre d’exemple 26 écoles d’ingénierie et 25 instituts supérieurs d’études technologiques d’après Di avec TAP (2014). Si actuellement la Tunisie compte 332 000 étudiants, 26 000 parmi eux sont accueillis par des établissements privés soit un taux de 12,76 %. Ce taux a flambé au cours de ce dernier quinquennat. L’université tunisienne jouit aussi de l’estime d’accueillir près de 8 000 étudiants étrangers dans ses locaux. Se précipiter donc à rehausser son rang national et mondial est de plus en plus accentué par le phénomène de privatisation de l’université tunisienne à travers le nombre croissant d’agréments octroyés par le ministère de l’Enseignement Supérieur. S’ajoute la préférence des parents d’étudiants Tunisiens pour les universités étrangères. Le choix des étudiants Tunisiens de s’orienter de plus en plus vers des universités privées et étrangères, s’il n’aura pas de répercussions économiques et sociales déplorables, il imposera un nouveau modèle de société difficilement viable. En effet cette préférence pour les universités privées et étrangères plus précisément européennes est causée essentiellement par les trois facteurs qui suivent : Tout d’abord, les universités privées et étrangères tablent sur un meilleur encadrement et une meilleure qualité de formation pour les étudiants.

13Ensuite, le presque unique avantage des établissements publics, qui se résume dans les frais d’inscription qui ne dépassent pas 200 DT. Face à certains établissements privés, pour lesquels les montants à payer varient entre 4 000 et 8 000 DT l’année. Et face aux frais d’inscription exorbitants dans des universités étrangères, en plus du coût de la vie engendré qui sont accessibles à une couche sociale « relativement aisée ». Ce paradoxe n’a pas joué dans la faveur de l’université publique, bien au contraire, il a accéléré une prise de conscience de sa décadence sur tous les niveaux : laxisme, bâtiments et structures en mauvais état, manque de moyens financiers et mauvaise gestion, manque de moyens pédagogiques et scientifiques, affaiblissement du taux d’encadrement en raison de l’exode des cerveaux et la liste nécessite un vrai audit. Ces répercussions et d’autres sont élaborées par Molesworth M. et al. (2009). S’ajoute la parfaite appréhension des bienfaits de l’encadrement social qui favorisent l’épanouissement de l’étudiant et le préparent pour la vie professionnelle ; la grande majorité des établissements publics offraient des activités sportives, culturelles, communautaires et scientifiques, cette offre est en baisse. Pourtant, elle est de plus en plus diversifiée au privé et à l’étranger car favorisant l’accomplissement de la formation de l’étudiant sur le plan des soft skills facteur boosteur de l’employabilité à côté des hard skills. Cette brève analyse du contexte tunisien n’est autre qu’une suite directe de la mondialisation de l’enseignement supérieur qui cache derrière l’envahissement de l’ère d’une économie numérique et qui exige que les institutions deviennent cotées mondialement. L’amélioration du classement international devient dès lors un axe stratégique institutionnel qui nécessite le déploiement de plusieurs dynamiques.

14Il est rarissime que nos universités tunisiennes apparaissent dans les différents classements annoncés chaque année par les organismes spécialisés, et même si elles apparaissent, elles sont mal classées ! À titre d’exemple l’université de Sousse et l’UVT se sont vues occuper les rangs 6710 et 3783 en 2014 dans le classement Webometrics.

15À l’aune de ces conjectures, il y a lieu de se poser les questions suivantes :

  • Quelle stratégie doit emprunter notre université pour devenir attractive et compétitive ?

  • Comment renforcer la politique communicationnelle d’une université ?

  • Comment rehausser son taux de visibilité hormis les techniques de référencement ?

  • Comment gagner la confiance de ses acteurs et accroître leur satisfaction ?

  • Quelles décisions entreprendre pour débuter leur développement durable ensuite garantir leur pérennité et par suite donc gravir des rangs raisonnables voire même honorables ?

16Afin de renforcer la politique communicationnelle qui entraînera une réponse à toutes ces questions, notre étude qui consiste à :

  • Offrir un aspect de gouvernance pour le suivi du Web Ranking des universités tunisiennes. Elle ne vise pas une véritable classification ou évaluation comme finalité propre même si elle la présente ;

  • Elle débutera par la découverte des Webométriques employées qui permettent d’évaluer un site web universitaire. D’en construire un modèle qui calque fidèlement la sémantique de ces métriques et des paramètres connexes ;

  • Il sera simple plus tard de proposer un outil d’aide à la décision qui puisse révéler à un décideur que s’il veut appliquer une certaine stratégie il devra miser sur certaines métriques ;

Revue de la littérature : les métriques au centre de tout type de classement

17La revue de la littérature dépiste une certaine typologie des sources des études amassées : une première vague fournie par des chercheurs indépendants, une deuxième alimentée par des organismes et institutions spécialisées dans le domaine du classement des universités et la troisième est dispensée par des méthodes spécialisées dans le domaine de l’audit qualité du web mais pas nécessairement spécialiste dans le classement des universités. Nous profiterons des apports de chacun d’entre eux. En rapport avec les chercheurs indépendants, les travaux des précurseurs tournent autour des métriques de mesure de qualité des sites web en général, il constitue une assise et un passage obligé pour tout établissement universitaire qui prend au sérieux le développement et l’entretient de son site afin d’assurer déjà sa présence web. La présence sur le web est le début de l’instauration d’une approche communicationnelle. C’est ensuite qu’il devra parfaire par les contenus mesurables par les métriques spécifiques au calcul des tables de classement des universités proposées par les successeurs et les organismes spécialisés.

Apport des chercheurs indépendants

Les précurseurs

18Partant du fait qu’un site Web est à l’origine un système logiciel fortement interactif qui fait interagir au moins deux types d’utilisateurs différents selon Brajnik G. (2000), les chercheurs ont raison de tirer profit des travaux de mesure de qualité introduits dans l’industrie du logiciel classique qui, de très loin devancent les travaux de mesure de qualité des sites web.

19Dans ce sens, Ghazwa M. et Belkhiter N. se sont penchés entre 2001 et 2002 sur la mise au point d’une méthode d’assurance qualité des sites web. Ils ont rassemblé 290 critères et sous-critères différents qu’ils ont structurés dans un arbre « Arbre de qualité pour l’évaluation des applications Web ». Ils ont mis l’accent sur les facteurs de qualités qui touchent à la maintenabilité. Cette équipe a invoqué Botafogo et al. (1992). qui pour démystifier les concepts reliés à la cohérence et au couplage de l’hypertexte ont référé leurs travaux à la théorie des graphes et autres méthodes du génie logiciel. Ils ont établi les métriques : lisibilité, maintenabilité, exactitude, intégrité, utilisabilité et testabilité pour mesurer la qualité d’une application hypertexte. Cette même équipe de Ghazwa M. et Belkhiter N. s’est basée sur les travaux de Mehlenbacher B. qui datent de 1993. Mehlenbacher a évoqué 8 méthodes pour évaluer les systèmes et les documents Online et a confirmé qu’un système utilisable doit être un système accessible, maintenable, visuellement consistant, compréhensible, exact et adapté à la nature des tâches de l’utilisateur final. Ghazwa M. et Belkhiter N. ont aussi évoqué les travaux de Garzotto F. et al. (1995) qui, pour ce qu’ils appellent une application hypertexte, ont proposé la richesse de l’information, la facilité d’accès, la consistance, l’auto-évidence, la prédictibilité, la lisibilité et la réutilisation comme critères de qualité. La même référence de Ghazwa M. et Belkhiter N. évoque l’étude de Bray T. (1996) menée en 1996, qui a porté sur la taille des pages, la richesse des connexions du Web, la visibilité des sites, et les formats de données.

20Entre 1996 et 1999 Shum S. (1996) Morville P. (1999) se sont rendu compte que beaucoup de chercheurs se sont intéressés aux interfaces homme-machine, sur l’utilisabilité et le contenu d’une page individuelle, sans considérer la structure du contenu informationnel du site en entier. D’ailleurs, plusieurs chercheurs comme Alexander J.E., Tate M.A. (1996) ; Everhart N. (1996) ; Kapoun J. (1998) et Landsberger J. (2000) s’accordent sur cinq critères pour l’évaluation du contenu d’une page à savoir (Authority, Currency, Coverage, Objectivity, Accuracy)

21Kirakowski J. et Cierlik B. (1998) quant à eux, se sont intéressés à l’utilisabilité des sites Web par le développement d’un questionnaire de 60 paramètres basé sur la satisfaction de l’utilisateur. Ce questionnaire baptisé WAMMI repose sur le modèle des 9 principes heuristiques de Nielsen J. et Molich R. (1990) et laisse voir 5 critères de diagnostic pour l’amélioration d’un site web : l’attractivité, la contrôlabilité, l’efficacité, l’aide et la facilité d’apprentissage.

22Ricca F. et Tonella P. (2000) de leur part, et par application d’un zoom arrière ont discriminé trois familles de sites web : les éducationnels, les commerciaux et les institutionnels.

Les successeurs

23Par successeurs, nous entendons les chercheurs qui ont concentré leurs travaux sur les sites universitaires. Rebeka Lukman et al. rapportent dans leur article de 2009 que tous ceux qui font le design des tables de ranking suivent le processus de collecte des données qui sont considérées comme des indicateurs de qualité. Ils leur affectent des poids pour en calculer le rang final des universités. Ils ajoutent aussi que ces designers emploient des méthodologies très disparates et incluent un nombre et une nature d’indicateurs très différents. Marginson S. (2007) a établi un grand tableau de problèmes sur le plan méthodologique d’élaboration des tables de ranking. Lukman R. et al (2009) ont ajouté le problème des méthodes d’acquisition des données des métriques. Ils rapportent que les tables de ranking ne dévoilent pas clairement leur choix méthodologique, ne fondent pas leur préférence pour certains indicateurs, par qui ils ont été sélectionnés, et pour quelle finalité leurs décisions ont été prises. C’est sur la base des défauts des tables de ranking existantes que Lukman R. et al (2009 ont proposé leur nouvelle approche qui accorde une grande considération à la perspective méthodologique et à la sélection des indicateurs. Ils ont aussi enrichi par des indicateurs de mesures des ressources, des émissions et des déchets qui sont par essence environnementaux. Ces indicateurs n’étaient pas pris en charge à côté de ceux qui soutiennent les domaines de la recherche et de l’éducation et qui relèvent des axes économique et social. Par leur contribution d’ajouter l’axe environnemental, ils ont prouvé que la concentration sur les indicateurs d’une aire commune entre les trois axes (Économie, Société et Environnement) garantissait le développement durable de l’université. Lukman R. et al (2009) ont aussi appréhendé une étape d’unification des métriques par la technique d’agrégation pour faire face au grand nombre des métriques, la variété de leurs typologies et leurs unités de mesures. Ces derniers ont introduit une autre étape dans le traitement des métriques, elle consiste à les ranger dans deux classes : la classe des métriques à impact positif « more is better » ; (la croissance du nombre de chercheurs cités a bon impact sur l’axe de la recherche) et la classe des métriques à impact négatif « less is better » ; (un nombre d’étudiants élevé par le nombre d’enseignant impacte mal le processus éducatif).

24Se rapportant à la structuration des métriques, le modèle AHP (Analytic Hierarchy Process ) développé par Saaty T.L. (1980) a été largement évoqué par Lukman R. et al (2009) et Shim JP. (1989).

25Nian C.L. (2007) a passé près de 4 ans pour publier sa méthode de classement qu’il a développée pour un souci de réduction du gap entre les universités chinoises et celle du monde entier. Sa méthode qui introduit le classement par grands domaines a suscité l’intérêt de plusieurs autres universités étrangères. Ces domaines comprennent les sciences naturelles et les mathématiques, l’ingénierie /la technologie et les sciences informatiques, la vie et les sciences agricoles, la médecine clinique et la pharmacie, et les sciences sociales. Les universités qui œuvrent dans les domaines des Arts et sciences humaines n’ont pas été classés en raison des difficultés techniques pour trouver des indicateurs comparables au niveau international ensuite leurs puiser des données fiables. Les domaines de psychologie et d’autres transversales ne sont pas inclus dans le classement en raison de leur caractère interdisciplinaire clarifie Nian C.L. (2007).

  • L’importance de bien ficeler une méthode de calcul de classement et la rigueur de son application sont bien étayées par Krešimir P. (2011 ; 2012). Elle a scruté les travaux d’Aguillo I.F. et all. (2006) qui ont lancé à partir de 2004 le Webometrics Ranking of World’s Universities (www.webometrics.info) et qui se sont égarés au cours de l’exécution du classement à cause du manque de rigueur dans l’application de leur méthode. Pavlina a détecté que le résultat de cette équipe a dû léser de l’ordre de 6.4 % de l’échantillon de l’étude, soit 768 universités parmi les 12 000. En effet, Aguillo I.F. et all. Se sont imposés dans leur méthode de ne comptabiliser que les métriques en rapport avec un seul domaine d’activité pour une même université. Cette hypothèse de travail, ils ont dû l’appliquer pour certaines universités mais pas pour d’autres, parmi elles, celle de Pavlina (l’université de Zaghreb). De plus, Aguillo et al. ont publié les résultats finaux de classement sans le détail exhaustif rendant difficile toute volonté de vérifiabilité. Pavlina a pris, tout de même en charge, la rectification du calcul du classement de l’université de Zaghreb en incluant ses 33 domaines (omis par Aguillo et al.), le rang est alors passé de 687 à 68 en considérant la métrique taille des sites d’universités. De même en incluant dans le calcul les liens entrants vers tous les domaines de l’université de Zaghreb sa visibilité a été grandement rehaussée et son rang mondial est passé de 1483 à 283 ceci nous vient des écrits de Aguillo I.F. (2009)- Aguillo I.F. et all. (2006)- Krešimir P. (2011 ; 2012).

Apport en métriques et méthodes de la part des organismes spécialisés

26Ces organismes procèdent selon deux étapes, elles établissent d’abord la liste des établissements à rentrer en compétition, ensuite elles sélectionnent les critères en fonction de leur pertinence, validité et degré de fiabilité le tout en regard de l’objectif aspiré.

Le classement Academic Ranking of World Universities ARWU (connu par le classement de Shanghai) Dalsheimer N., Despréaux D. (2008).

27Le classement de Shanghai a publié sa classification le 15 août 2012 qui classe 12000 universités du monde, le top 500 comprend 4 universités africaines dont trois du Sud Afrique et une Égyptienne d’après Jalal. S. (2013). ARWU est actuellement très sélectif car il retient les institutions qui ont des lauréats du Prix Nobel, des médailles dans leurs domaines scientifiques et des chercheurs fréquemment cités. Les grandes universités qui cumulent une importante quantité d’articles indexés par le Science Citation Index Expanded (SCIE) et le Social Science Citation Index (SSCI) sont également incluses. Les grands domaines introduits depuis le classement de 2007, sont les sciences naturelles et mathématiques, le génie/ la technologie et l’informatique, les sciences de la vie et de l’agriculture, la médecine clinique et la pharmacie en plus des sciences sociales. Les domaines des arts et sciences humaines, de la psychologie et psychiatrie ne sont pas pris en compte. D’ailleurs les gagnants dans le tableau de classement ARWU sont toujours des universités à caractère scientifique rapporte Lukman R. et al (2009). Ce classement mondial a introduit deux nouveaux indicateurs en 2007, le pourcentage d’articles publiés dans les meilleures revues pondéré à 20 % pour chaque domaine et le budget consacré à la recherche expliqué par Miraoui. (2012).

28Les six indicateurs d’ARWU sont : 1-Les diplômés qui ont reçu un Prix Nobel ou des médailles dans leurs domaines scientifiques. 2- Le personnel de l’institution qui a gagné des prix Nobel et des médailles dans leur domaine scientifique. 3-Le nombre des chercheurs les plus cités dans 21 domaines scientifiques. 4- Le nombre d’articles publiés dans Science et Nature pendant les 5 dernières années. 5-Les références (nombre d’articles) à Science Citation index et à Social Science Citation index pendant une année. 6-La performance académique par tête (selon les indicateurs ci dessus) en respectant la taille d’une institution. Toutes pondérées à 20 % sauf la première et la dernière à 10 %.

Le classement Times Higher Education (THE)

29Dalsheimer N., Despréaux D. (2008) rapportent que THE a eu recours aux experts pour le jugement des établissements. Il a constitué la liste pour le classement 2007 en demandant à 5 101 experts - dont les adresses mails sont répertoriées dans la base de données de Quacquarelli Symonds (QS) - de désigner chacun trente établissements (hors leur propre établissement) qu’ils considèrent comme excellents dans leur domaine. La répartition géographique des experts fut la suivante : 41 % pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, 30 % pour les Amériques et 29 % pour la région Asie-Pacifique. Les grands domaines retenus sont : arts et sciences humaines, sciences de la vie et biomédecine, sciences naturelles, sciences sociales et technologie. Le tableau de classement de THES donne totale confiance aux évaluations subjectives d’experts et de recruteurs influencés par le degré de prestige ou de force de certaines universités. THE utilise 13 indicateurs regroupés en 5 catégories pondérés de la sorte : enseignement (30 %), recherche (30 %), citations (impact de la recherche 32,5 %), diversité internationale (5 %) et innovation (2,5 %) cité dans Reuter Thomson (2015).

30THE a dû s’améliorer suite à des critiques. Marginson S. (2007) par exemple lui a relevé l’erreur de ne considérer que l’axe de la recherche au détriment de la qualité de l’éducation et des services aux étudiants, à ce titre le poids de l’indicateur nombre de citations d’un auteur dans une faculté est de l’ordre de 20 % par rapport à la formule générale du classement. Toutefois, Phil Baty l’éditeur du classement affirme que THE World University Ranking est le seul classement universitaire mondial qui examine l’environnement de l’enseignement d’une université, et qui met les arts, les sciences humaines et la recherche en sciences sociales en égalité avec les sciences.

Le classement Center Higher Education University Ranking (CHE)

31D’après CHE (2015), c’est un classement complexe qui couvre les universités ayant les branches d’études de la biologie, les mathématiques, la chimie et la physique. Son travail est en priorité dévolu à l’aide au choix des étudiants. Il s’applique aux établissements d’enseignement supérieur de toute l’Europe avec un principe de présélection presque centré sur la recherche. La méthodologie de CHE se différencie par la constitution de groupes d’université en tête de file " Peloton ") et d’autres en queue et non pas des places comme les autres. CHE fait rentrer en course même des départements. Les facultés ou départements se voient attribuer des médailles de bronze, d’argent ou d’or qui permettent de constituer des groupes. Les facultés ayant obtenu une médaille d’argent ou d’or font partie du "groupe de tête". Au moins trois médailles d’argent attribuées font rejoindre "le groupe d’excellence" d’après Dalsheimer N.et Despréaux D. 2008. La présélection s’opère selon quatre indicateurs qui mesurent : L’Importance par le nombre de publications dans des revues internationales ; la Perception par les citations (relatives au standard international) ; les Phares par le nombre des auteurs les plus cités et des prix Nobel de l’université ; et enfin les Projets UE par le nombre de projets obtenus dans le cadre du programme de promotion de recherches Marie-Curie de l’Union Européenne. CHE retient les établissements qui présentent des prestations excellentes dans au moins un des quatre indicateurs. CHE affirme qu’il n’est possible de comparer les universités que selon un aspect à la fois.

La troisième édition du classement du Financial Times (FT)

32Le Financial Times fondé en 1888, est un quotidien économique et financier britannique. Il est souvent considéré comme le quotidien économique de référence en Europe. Il publie des classements d’écoles d’économie, de commerce et de gestion depuis 1999. D’après Dalsheimer N. et Despréaux D. (2008), les classements du FT sont très sélectifs et toutes les écoles ne peuvent y accéder car ce quotidien britannique accorde beaucoup d’importance à l’orientation internationale et à la réputation des écoles. Le FT publie 5 classements tout au long de l’année : Global MBA-Ranking (MBA Master of Business Administration) en janvier ; Executive Education Ranking en mai ; European Master’s in Management Programme Ranking en septembre ; Executive MBA Ranking en octobre et European Business School Ranking en décembre. L’intérêt de FT n’est pas du tout orienté recherche. L’une des particularités des classements du Financial Times est de prendre en compte comme critère le pourcentage de femmes dans le corps professoral ou dans l’équipe dirigeante. Le FT évalue également la progression de carrière des diplômés (salaires, mobilité à l’international…), l’orientation internationale des programmes (expériences à l’étranger, nombre de professeurs étrangers…) ou encore la performance dans la recherche (pourcentage de doctorants dans le corps professoral…).

Le centre d’études sur les sciences et les technologies (CWTS) de l’université de Leiden

33CWTS a développé en 2007 un classement basé uniquement sur des indicateurs bibliométriques. Il présente les résultats pour les 100 universités européennes qui ont le plus grand nombre de publications scientifiques. CWTS propose quatre indicateurs différents et un classement pour chacun : le plus grand nombre de publications ; le nombre de citations par publication ; le nombre total de publications multiplié par l’impact relatif selon le domaine et le nombre de citations par publication divisé par l’impact moyen selon le domaine selon la même référence de

Le Webometrics Ranking of World Universities

34C’est un classement des unités de recherche produit par le laboratoire Cybermetrics, qui est une unité du CSIS (le Conseil supérieur de la recherche scientifique espagnol), il est mondial par sa couverture de 15 000 universités selon Dalsheimer N. et Despréaux D. (2008). Le but de webometrics est d’évaluer la présence des universités sur internet par la quantité du contenu présent sur le net et l’accessibilité du sites et non par le niveau d’enseignement ou de recherche d’après Aourag H. et Cherifi O. (2014) ainsi que Miraoui. (2012). Webometrics considère la totalité des domaines des universités et les classe selon l’indicateur impact (visibilité) à concurrence de 50 %, la taille du site à concurrence de 20 %, la richesse de documentation à 15 % et le nombre de publication à 15 %.

Le classement SCImago Institutions Ranking (SIR)

35Rapporté dans les travaux d’Aourag H. et Cherifi O. (2014). Le classement SIR classe les meilleures universités et institutions de recherche dans le monde et analyse leur performance en fonction de 6 indicateurs : la production, les collaborations internationales, l’impact scientifique normalisé, les publications d’excellence, l’indice de spécialisation et le taux d’excellence. Selon SIR (2014) la troisième édition du classement SCImago des institutions de recherche dans le monde est basée sur l’analyse de la production scientifique entre 2005 et 2009 de 3042 universités et organismes de recherche ayant publié au moins 100 articles scientifiques au cours de l’année 2009. 104 pays sont représentés. Au total, les institutions classées « représentent plus de 80 % de la production scientifique mondiale » sur la période.

L’école des Mines de Paris

36Présente un classement international des établissements d’enseignement supérieur qui concerne les performances des formations fondées sur le devenir professionnel des anciens étudiants. Ce classement est basé sur un seul critère : le nombre d’anciens étudiants figurant parmi les dirigeants exécutifs des 500 plus grandes entreprises mondiales.

Le classement Quacquarelli Sysmonds (QS)

37De 2004 à 2009 Quacquarelli Sysmonds (QS) était partenaire de Times Higher Education, ils produisirent des publications annuelles communes connue sous le nom de "Times Higher Education Supplement (THES) Rankings". A partir de 2010 ces 2 institutions ont interrompu leur collaboration et chacune désormais publie un classement : le QS a gardé la méthodologie de 2004-2009 et publie son classement sous le nom de QS World University Rankings et le Times produit un nouveau type de classement sous le nom de Times Higher Education World University Rankings.

38Selon Dalsheimer N. et Despréaux D. (2008) le QS établit un classement des meilleures universités du monde sur la base de six indicateurs qualitatifs et quantitatifs. En plus des classements par domaines scientifiques, QS se caractérise par une évaluation globale par des pairs : professeurs et chercheurs des cinq continents, ils jugent les universités dans les disciplines de recherche où ils sont eux-mêmes spécialisés, donc QS se fonde sur la réputation des universités auprès de ces experts. L’évaluation par les pairs représentait en 2004 50 % du nombre total de points attribués aux universités. Les six indicateurs de QS avec leurs objectifs sont :

  • Academic Peer Review (Réputation internationale des universités)

  • Employer Review (Réputation internationale des universités parmi les chefs du personnel)

  • Citations per Faculty (Performance de recherche (impact))

  • Faculty Student Ratio (Place de l’enseignement dans les cursus académiques)

  • International Faculty (Attractivité de l’Université (personnel))

  • International Students (Attractivité de l’Université (Étudiants))

Le classement for International Colleges & Universities (4ICU)

39Fettman. E. (2014) précise que le classement 4ICU est un moteur de recherche de l’enseignement supérieur international qui comprend 11 307 collèges et universités selon leur indice de popularité web dans 200 pays. Il peut être vu comme un répertoire non payant, gratuit pour les visiteurs et les organismes de plus l’inscription n’est pas requise. Ce répertoire inclut des organisations de l’enseignement supérieur du monde qui satisfont les conditions suivantes :

  • reconnu, agréé ou accrédité par les organismes nationaux ou régionaux tels que le ministère de l’enseignement/organisme d’accréditation de l’enseignement supérieur reconnu.

  • officiellement habilitée à octroyer des diplômes de premier cycle de trois ans et/ou de troisième cycle.

  • fournir l’apprentissage traditionnel face à face.

  • Le répertoire 4icu.org ne comprend pas :

  • les institutions qui décernent les diplômes de deux ans tels que les collèges communautaires, professionnels et les collèges de formation.

  • les organismes qui se basent sur l’apprentissage à distance seulement.

40D’après son site www.4icu.org, le classement 4ICU a été publié en mai 2005 et sa méthode a été affinée régulièrement pour fournir de meilleurs résultats, il est basé sur un algorithme qui inclut cinq mesures web impartiales et indépendantes extraites à partir de trois différents moteurs de recherche Google, Alexa et Majestic.

Le classement University Ranking by Academic Performance (URAP)

41URAP (2014), URAP (2013-2014) et WIKIPEDIA (mai 2015) s’accordent que l’URAP fondé en 2010 par Informatics of Middle East Technical University (groupe d’Universités Turques), classe 2000 universités du monde en se basant sur 6 indicateurs de performance académique dite aussi rendement scolaire. Parmi ses métriques la qualité et la quantité de publication, la performance de la collaboration internationale dans la recherche. Le détail des métriques de l’URAP est composé du nombre d’articles pour la mesure de la productivité scientifique ; le nombre de citations reçues sur une période sur des articles produits et publiés dans web of science par des chercheurs de l’université ; la métrique document total couvre toute la littérature scientifique entre documents de conférences, des revues, des discussions, des lettres en plus des articles ; la métrique AIT Article Impact Total pour la mesure de la productivité scientifique corrigée par l’institut de normalisation CPP (Citation Par Publication) par rapport à la CPP du monde dans 23 domaines pendant une période (exemple 2011~2013) ; la métrique CIT Citation Impact Total pour la mesure de l’impact de la recherche corrigé par l’institution de normalisation CPP ; la métrique collaboration internationale permet de mesurer l’acceptation globale d’une université. Elle dénombre le total des publications en collaboration avec des universités étrangères.

Apport des méthodes de mesure de qualités des sites web

La méthode du Benchmarking

42Nous nous sommes fixées comme objectif d’offrir une aide à l’amélioration du webranking des universités en général et tunisiennes en aprticulier. Cette aide ne se limite pas à une analyse concurrentielle classique, elle se veut plutôt une démarche structurée inscrite dans le cadre d’un projet d’amélioration, c’est ce qui constitue la force du Benchmarking confirmé par Loroy D. (2005) et Duysens R. et al. L’instaurateur de la démarche de Benchmarking Camp R.C. (2004), a déclaré en 1992 : « Qui veut s’améliorer doit se mesurer, qui veut être le meilleur doit se comparer ».

43Le benchmarking est une activité d’apprentissage, de modification et d’adaptation des meilleures pratiques à toute organisation (dans notre contexte le site donc l’établissement). Le benchmarking est un processus positif et proactif de changer les opérations de façon structurée pour atteindre des performances supérieures et d’acquérir un avantage concurrentiel selon Camp R.C.(2004).

44Un benchmark est un indicateur chiffré de performance dans un domaine donné (qualité, productivité, rapidité et délais, etc.) tiré de l’observation des résultats de l’entreprise qui a réussi le mieux dans ce domaine. Cet indicateur peut servir à définir les objectifs de l’entreprise qui cherche à rivaliser avec elle WIKIPEDIA (Octobre 2015).

45Selon le professeur émérite Proulx. R. (2013), l’utilisation des indicateurs à des fins de benchmarking présuppose toujours le choix d’universités comparables, c’est-à-dire d’institutions ayant notamment une même mission/vision, des objectifs stratégiques similaires, des programmes semblables et une taille comparable. Les meilleures universités ne sont pas les meilleures dans tous les domaines. À titre d’exemple un service de benchmarking réalisé par QS Intelligent Service fournit un outil de comparaison fiable portant sur la performance d’institutions comparables. ARWU a publié une nouvelle ressource Global Research University Profiles (GRUP en 2013) constitué d’une banque de données pouvant servir d’outil de benchmarking, comparant 1200 universités de recherche à l’échelle internationale sur la base de 40 indicateurs. Dans cet ordre d’idées le chapitre de mémoire élaboration de la grille de comparaison Mémoire part2 fait comprendre que pour élaborer une grille d’évaluation il y a trois étapes à suivre : identifier les indicateurs possibles, normaliser ces indicateurs et puis les catégoriser. Pour la première étape un nombre important de sources doit être consulté pour identifier les critères d’évaluation, la deuxième étape consiste à uniformiser les informations (éliminer les doublons, clarifier les indicateurs ambigus…), la troisième étape est la catégorisation des unités de mesure c’est-à-dire hiérarchiser l’ensemble des indicateurs afin de faciliter la comparaison et analyser les écarts de performance entre les sites.

Méthode se basant sur les caractéristiques graphiques de l’interface utilisateur GUI

46Le livre de Hippe Z. et al, (2014) évoque les travaux de Mahajan R. et Shneiderman B. (1997), qui eux se sont fondés sur les écrits de Jakob Nielson qui datent de 1989 pour dire que : " La cohérence dans des interfaces utilisateurs suit la deuxième loi de la thermodynamique. Si rien n’est fait, alors l’entropie – qui est la grandeur caractérisant le désordre d’un système – augmentera sous forme de plus en plus de contradiction et d’incohérence dans votre interface utilisateurs". Etant donné que la conception des interfaces utilisateurs graphiques est devenue une partie principale de développement du logiciel, qu’elle peut dépasser 29 % du budget de développement du logiciel, qu’elle accapare 47 à 60 % de toutes les lignes de code de l’application et que sa conception peut dépasser le tiers du cycle de développement du logiciel, de là elle joue un rôle prépondérant dans la qualité du produit logiciel. Le constat est davantage accentué quand il s’agit de l’interface de site web. C’est dans cette optique que les auteurs ont développé SHERLOCK, une famille d’outils spécialisée dans l’analyse de cohérence pour évaluer les propriétés visuelles et textuelles des interfaces. L’outil convertit l’interface à l’aide de Visual Basic sous forme d’un fichier canonique de description d’objets. Ensuite il procède à l’évaluation de l’interface : le style et la taille des polices de caractères utilisées dans les boites de dialogue afin d’y détecter des incohérences ; les couleurs utilisées pour les fonds d’écran et l’orthographe des mots utilisés dans tous les objets.

Méthode requérant la participation directe des utilisateurs

47Les auteurs qui ont abordé le sujet des modes d’acquisition des données des métriques, leurs sources et le degré de fiabilité des moyens mis en œuvre l’ont fortement controversé parmi eux Lukman R. et al (2009), Dalsheimer N., Despréaux D. (2008), URAP (2014), Mahajan R. et Shneiderman B. (1997). L’utilisateur est la source des données des métriques et c’est lui qui leurs accorde les pondérations. À ce titre, deux modes d’acquisition des données sont employés : un premier où l’utilisateur interagit avec le système (les tests d’utilisation) et un deuxième où l’utilisateur est questionné à propos de l’interface (les questionnaires et les entretiens). À partir des tests d’utilisation, l’utilisateur interagit avec un site web, mesure le temps ou le nombre d’actions requis pour l’exécution d’une tâche, l’exactitude du résultat, le nombre d’erreurs commises, leur type. À partir d’indices comportementaux et de performance, il s’agit d’identifier les choix de conception (par exemple la structure des sites, les libellés des options de menus, les messages d’erreurs, etc.) qui peuvent entraîner des erreurs d’utilisation, susciter des interrogations ou hésitations et alourdir l’utilisation du site.

48Dans le deuxième cas, c’est à partir de questionnaires et d’entretiens que des données sont recueillies mais qui restent entachés de subjectivité relative aux attitudes, aux opinions des utilisateurs recrutés et à leur satisfaction. Ces utilisateurs qualifiés d’experts par certains, ont des degrés d’affinité avec l’université objet de l’étude. Certains de ces questionnaires sont présentés sous forme logicielle et peuvent être administrés sur un site web. Des chercheurs de l’université de Leiden ont mesuré la corrélation entre les classements basés sur les évaluations subjectives des universités et leur impact scientifique par leur nombre de citations. Les résultats ont montré une très faible corrélation entre eux (R2 = 0.005), ce qui a suscité le doute à propos de la crédibilité de THES ranking par exemple.

Proposition d’un modèle de données pour le WebRanking et d’une approche communicationnelle

Sémantique du contexte

49Il devient clair d’après l’examen d’une grande partie de la littérature que l’enjeu du classement des universités est constitué par l’apport de quatre types d’intervenants. D’abord les chercheurs que nous avons qualifié de précurseurs qui voulaient évaluer la qualité des applications web en général, ensuite l’enrichissement fourni par les chercheurs successeurs qui ont scruté, vérifié, critiqué et orienté les travaux existants. Les organismes spécialisés dans le classement qui offrent une diversité méthodologique considérable. D’autres pratiques et méthodes de mesure de qualités des sites web n’ont pas manqué. La contribution de ces intervenants est conjuguée dans le tableau ci-contre :

Tableau 1. Tableau récapitulatif des apports en termes de classement des universités

Objet d’étude

Chercheurs indépendants

Organismes de classification spécialisés

Méthodes généralistes

Précurseurs

Successeurs

Apport

Critères de mesure de qualité des sites web en général.

Fonctionnalités et architecture du site

Fiabilité

Compréhensibilité

Unification des unités de mesure des métriques

Regroupement/Classification et Agrégation

Domaine de l’université

Choix stratégique

Missions de l’université selon les axes économique, social et environnemental

Recensement des méthodes de classification empruntées par les organismes spécialisés

Analyse, critique et arbitrage des pratiques des organismes spécialisés dans la classification

Inventaire des métriques

Poids des métriques

Méthodologies de classification

Recrutement d’experts dans l’évaluation

Constitution de tables de classification

Mesure de qualité des interfaces graphiques

Méthode d’acquisition des données de métriques par les tests d’utilisations par les questionnaires et interviews par le choix de groupe d’expert

Le principe de benchmarking

Architecture, ergonomie, cohérence et réactivité du site

Objectif

Poser les critères de qualité d’un site web

Offrir une démarche qualité pour le développement web

Vérification de la pertinence des métriques en fonction du domaine et en fonction des choix stratégiques

Régulation

Une aide à l’amélioration

Pérennité et développement durable

Classement mondial des universités

Mettre en valeur les universités les plus cotées

Promouvoir certaines universités

Rehausser la qualité des logiciels et applications web

50À la lumière des apports des quatre intervenants su-cités nous nous sommes attelées à agencer ce qui découle de la sémantique de la classification des universités dans un modèle de données présenté dans la figure 1. Ce modèle rassemble les stratégies des établissements, les métriques avec leurs différents niveaux d’hiérarchisation du granulaire à la forme la plus agrégée. Le modèle associe les métriques à un axe social ou économique ou environnemental ou à une intersection entre eux. Le modèle classe les établissements dans leurs domaines. Le modèle explique la typologie de la métrique, sa source où la puiser et par quelle méthode la récupérer en lui portant un certain degré de fiabilité surtout s’il s’agit d’un avis d’expert. Le modèle préserve la pondération attribuée à une métrique lors du calcul du score final des établissements. Le modèle ne manque pas d’historiser le calcul.

51Une lecture plus détaillée du modèle permet de recenser des stratégies d’établissements, à commencer par l’exemple primordial qui est de rehausser sa visibilité et instaurer sa dynamique communicationnelle ensuite améliorer la qualité de ses programmes de formation, garantir l’insertion professionnelle des diplômés, impacter le développement de l’économie par l’encouragement à la recherche scientifique, instaurer des mécanismes de développement durable. Ceux-là sont autant de stratégies à mettre en avant par le biais d’un ensemble de métriques. Chaque université selon son ou ses domaines : mathématiques, physiques, ingénierie et urbanisme, médecine et pharmacie, sciences de l’art, sciences humaines et littérature… ficèlera les métriques pertinentes à intégrer dans le pilotage de sa stratégie.

52Dans l’objectif d’accroître sa visibilité par exemple, un site d’université doit se caractériser d’exactitude, de sécurité, de conformité et d’interopérabilité qui font partie de la catégorie fonctionnalité selon Ghazwa M. et Belkhiter N. (2001). Le site doit se caractériser par la compréhensibilité, la facilité de trouver l’information, la facilité d’exploitation, l’attractivité qui font partie de la catégorie utilisabilité. L’indicateur de compréhensibilité est à son tour mesurable à partir d’infimes métriques comme la structure du site, la structure des pages, la concordance des couleurs, le graphisme, la lisibilité du contenu et la présence d’une aide. Ce sont ces métriques validés par les précurseurs qui garantissent une bonne présence sur le web et qui contribuent à rehausser la qualité du restant des métriques et par conséquent augmenter la crédibilité des méthodes de classement. En effet, tout l’enjeu de réussite ou de l’échec d’une méthodologie gravite autour d’une grande habileté lors de la définition et du travail sur les métriques. Mais encore faut-il rappeler que ces métriques doivent être repérables sur les sites web des universités.

53La hiérarchisation des métriques est l’une des étapes du processus d’élaboration de la table de ranking elle permet tout d’abord de décortiquer une méta-métrique pour pouvoir l’affecter dans un axe social ou économique ou environnemental pour l’atteinte d’un objectif. La hiérarchisation des métriques permet aussi de simplifier certaines en d’autres élémentaires, facilement évaluables, et facilement récupérables dans les sources. L’affectation d’une métrique à un ou deux axes, aide à définir sa tendance pour une stratégie plus qu’une autre. Lukman R. et al (2009) indique que la recherche par exemple est considérée comme travaillant en grande partie l’axe économique d’un pays et en second rang les axes social et environnemental, l’éducation travaille essentiellement l’axe social mais très interconnectée aux autres.

54Toujours à titre d’exemple et dans un essai de lire notre modèle, en considérant les métriques plus spécifiques aux sites institutionnels inhérents aux travaux des successeurs et des organismes de classification nous évoquons : La métrique "taille du site" obtenue par le nombre de ses pages, permet d’évaluer la densité et la profondeur de la présence Web de l’université. La métrique "ouverture" obtenue par le nombre de documents supports pédagogiques et administratifs dans les formats usuels Adobe Acrobat (.Pdf), Adobe PostScript (.Ps), Microsoft Word (.Docx), et Microsoft Powerpoint (.Pptx), Writer (.odt), permet d’évaluer un aspect de l’activité académique ainsi que la capacité d’archiver et de stocker l’information pour un objectif de capitalisation comme introduit par (Aourag H., Cherifi O. 2014) et (Dalsheimer N., Despréaux D. 2008). La catégorie de métriques "performance et impact de la recherche" comme introduit par Krešimir P. (2012) peut être décortiquée en "nombre d’articles publiés" par an ou par période choisie, "nombre total de citations reçues pour les articles publiés et indexées" au cours d’une période étudiée, "nombre d’articles publiés en collaboration avec des partenaires étrangers". L’existence d’un "observatoire" et "l’organisation de journées ouverture sur l’environnement" sont des métriques qui vont dans le sens d’un objectif d’augmentation de l’employabilité.

55La catégorisation des métriques est une importante étape à entreprendre pour minimiser leur nombre et simplifier les opérandes dans la formule de calcul du classement final, par la même occasion l’unification de leurs domaines de variation est aussi une importante étape qui sert à les rapprocher et rendre leur évaluation possible.

56Dépendant de la méthode de calcul de classement ce sont soit les métriques élémentaires qui sont pondérées, soit les niveaux de regroupements qui sont pondérés. Les coefficients de pondération sont fortement corrélés à la stratégie visée et au domaine de l’université.

57Divers outils et méthodes d’acquisition ou d’extraction de ces métriques sont à la portée mais posent le problème de leur degré de fiabilité quand ils sont basés sur des avis d’humains ou extraits à partir d’interviews. Parmi les outils les plus utilisés par les organismes de classement pour les métriques de la recherche : Web of Science ESI (Essential Science Indicator) ; ISI (Institute for Scientific Information) rebaptisé Thomson Reuters (ISI Web of Science) ; Scopus de Elsevier ; Google Scholar. D’autres outils pour l’acquisition des données de métriques de l’ergonomie et de l’architecture du site sont : alyze.info ; site-analyzer.com ; Google Analytics ; Universal Analytics. Quand il s’agit d’extraire des métriques de nature qualitative et lorsqu’il y a intervention nécessaire d’humain, un degré de fiabilité est divulgué lors de la publication du classement dans un objectif d’affermir progressivement le recueil des valeurs de métriques.

Figure 1. Modèle Conceptuel des données relatif au classement des universités

Figure 1. Modèle Conceptuel des données relatif au classement des universités

Importance de la mise en place d’une approche communicationnelle

58Notre modèle de données pour l’amélioration du classement des universités ne pourra prendre de l’effet que si une approche communicationnelle lui prépare une assise et continue de l’envelopper. Elle aura pour vertu d’inciter le système de pilotage des universités à se poser des questions importantes concernant leur mission et leur potentiel pour se construire une marque :

59Quelles sont mes stratégies d’établissement actuelles ? Faut-il les changer ? À quel degré de réalisation sont-elles ? Quels choix stratégiques seraient plus judicieux pour une conjoncture économique, sociale et environnementale donnée ? Comment prioriser mes stratégies ? Est-il possible de mesurer l’efficacité de mes choix stratégiques ? Pourrais-je viser l’excellence à l’heure actuelle ? Quels sont les établissements de la place qui œuvrent dans mon domaine ? Ya-t-il une expérience pilote d’un établissement proche de mon domaine ? Quel est le taux d’employabilité de mes étudiants ?

60À titre d’exemple, une stratégie d’excellence croissante peut être mesurée par l’augmentation progressive des prix nationaux et internationaux ramenés par les brevets d’inventions industrielles et par l’impact de la publication dans la recherche scientifique, elle peut aussi être mesurée par le dénombrement des diplômés occupant des postes de leadership, par le dénombrement sur une période des diplômés chefs d’entreprises nationales, internationales et multinationales. Pour une stratégie de qualité de formation, celle-ci est atteinte par une adaptation des plans de formation aux besoins de la société, par un taux d’encadrement croissant, par un taux d’offre de service croissant, par un confort budgétaire évolutif.

61Afin de répondre aux questions soulevées, faut-il encore rappeler que le site d’université doit être au même diapason de sa dynamique réelle par le maintien d’une approche communicationnelle. C’est une approche qui maintient les objectifs des axes économique, social et environnemental et qui aide à se frayer un développement durable (figure 2). Nous articulons notre approche autour du quadruplet (Quoi, Qui, Comment, Pourquoi) (figure 3). Le "quoi" et le "pourquoi" sont déjà explicités par le modèle de données proposé. Ils sont respectivement le contenu informationnel mesuré par les métriques et la fixation de stratégies d’actions pour la constitution d’une marque et d’un bon classement. Dans ce sens (Bonneville L, 2007) affirme que si une université ayant une certaine réputation voire une certaine marque, c’est certainement le fruit d’actions individuelles et collectives construites essentiellement sur la communication. Il revient donc d’identifier les intervenants ou usagers qui constituent le "qui" de l’approche et de là identifier les différents usages qui constituent le "comment" de l’approche. Les usagers d’un site web d’université sont tous ceux que nous avons cités dans l’introduction mais aussi les autres universités partenaires et concurrentes, les nouveaux outils de types web services qui interrogent les sites d’établissements et qui sous-tendent des modes d’usages automatisés.

62En rapport avec le "comment" (D’Almeida & Carayol, 2014) rapportent que l’idée du travail en miette introduite en 1956 par G Friedman a resurgit grâce aux systèmes techniques qui sont en train d’une part de fragmenter et réorganiser l’activité humaine et de là fortifier la pérennisation des organisations. Considérant le "qui" (Badillo, 2 mars 2015) confirme que d’après un large courant des SIC en plus de la sociologie des usages, tout usager est particulièrement actif, créatif et au centre même du processus d’une approche communicationnelle de l’innovation. Ceci est basé sur un enchevêtrement harmonieux des dimensions sociologique, économique et communicationnelle. Sur leur chemin d’une approche communicationnelle de l’innovation, les universités seront boostés par une large panoplie d’usages des usagers devenus consom’acteur qui, grâce à leurs engagement et leurs préférences de contenu informationnel vont fructifier, échanger, réseauter, diffuser, échantillonner, segmenter jusqu’à obliger la personnalisation du contenu informationnel ce qui est au centre du mécanisme de l’innovation et la durabilité. Et c’est par ce que tout cet enjeu est dynamique, évolutif et tendanciel le degré de fiabilité d’une valeur de métrique est introduit comme dimension d’analyse pour ne pas exclure une quelconque métrique faute de moyen ou de source de son acquisition ou encore faute d’immaturité dans les usages de sa production. Il est aussi là pour assurer la traçabilité dans l’effort d’amélioration des politiques communicationnelles d’établissement.

63Le modèle de données appuyé par une approche communicationnelle entend privilégier une vision différenciée et distribuée qui tient compte de la grande variété des modèles et des domaines d’universités, tout en reconnaissant la nécessité de disposer d’un socle de principes communs sur lequel fonder leurs stratégies de développement à commencer par la stratégie de communication engageante qui configure la densité, la teneur et l’exactitude de l’information diffusée et contribue à sa stabilisation pour une meilleure visibilité et pour une marque d’université. Par ailleurs l’approche vise également à ce que les classements générés mènent à des échanges d’expériences dans la mesure où des établissements de même domaine ou de même calibre rencontrent souvent les mêmes problèmes et sont, de ce fait, mieux placés pour s’entraider, en matière d’autoévaluation par exemple.

64De plus, les instruments numériques aident les universités à mener deux types d’approches de publications la première relève de la littérature managériale, la deuxième relève de la littérature scientifique et pédagogique.

65De plus encore, l’adoption d’une approche communicationnelle passe par l’organisation des différents espaces de production du contenu informationnel : l’espace des pratiques, l’espace de la recherche…

Figure 2. L’axe communicationnel moteur des autres axes

Figure 2. L’axe communicationnel moteur des autres axes

Figure 3. Mise en place d’une approche communicationnelle

Figure 3. Mise en place d’une approche communicationnelle

Vérification du modèle : cas de l’université de sousse

66L’université de Sousse se compose actuellement de 16 établissements entre écoles d’ingénieurs, instituts supérieurs et facultés qui sont 3 calibres d’établissements avec des capacités d’accueil croissantes. Actuellement les édifices et bâtiments ne sont pas nécessairement adaptés aux domaines et aux capacités d’accueil. Ces établissements couvrent un large spectre de domaines à savoir médecine et sciences de la santé ; sciences de la terre et agronomie ; sciences dures comme mathématiques et physiques ; sciences de l’ingénieur comme informatique, télécommunication et mécatronique ; lettres, sciences humaine et anthropologie ; droit et sciences politiques ; management, commerce, fiscalité, logistique, statistiques et méthodes quantitatives ; urbanisme et beaux arts.

67Un premier essai de classement initié en octobre 2012 présenté en figure 3 parties 1,2 et 3 est basé sur le prélèvement de 28 métriques. Le choix de ces métriques n’est pas du tout anodin, la liste a été arrêtée suite à ce qui existe sur les sites d’établissements et ce qui est réellement mesurable avec parfaite transparence et sans aucune incertitude. Le choix découle aussi d’un besoin imminent qui est l’étude de l’existant en terme de présence sur le web ce qui relève de la toute première stratégie à adopter. Les métriques (actualité, barre de navigation horizontale et verticale, profondeurs, nombre de liens internes, liens cassées, architecture du site, offre de documentation, offre de newsletter, le nombre de services aux étudiants, le nombre de services aux enseignants) mesurent le degré d’engagement de l’établissement dans la publication sur le web.

68Une fois la tradition d’être omni-présent sur le web par l’amélioration des métriques su-citées est mise en route, tout établissement peut poursuivre ses ambitions par la mise en place d’autres stratégies comme la qualité de la formation. Les métriques qui concourent à la conduite de cette stratégie sont le nombre de services aux étudiants, le nombre de services aux enseignants, l’offre de documentation, les liens utiles, le nombre de publications de contenus pédagogiques, modération de forum, clubs des activités culturelles et sportives.

69Suite à l’étape de recensement des métriques à notre portée, une étude de leur typologie et leur pondération a été faite. La métrique offre de documentation par exemple est en fait l’agrégat de plusieurs autres métriques plus fines qui sont (l’offre de brochures, des plaquettes des plans de formation, de catalogues de formation, de la présentation de l’établissement, de son historique, de statistiques d’évolution de son effectif, des CV des enseignants). Elle a reçu une pondération de type appréciation selon le nombre et la diversité (1 : Très peu ; 2 : Moyennement ; 3 : Assez bon nombre ; 4 : Bon nombre ; 5 : Très bon nombre ; 6 : Excellent ; 7 : Parfait). La métrique actualité a été mesurée par son existence ou pas et par sa vitesse de mise à jour. La métrique nombre de liens internes pour mesurer la richesse du site est atomique, quantitative discrète pouvant être dénombrée par un être humain ou un outil.

70Faire rentrer les seize établissements en compétition selon chaque métrique a permis de sortir des enseignements, quelques extraits sont présentés en figure 4 parties 1, 2 et 3 ; Il semble que les établissements élitistes accordent plus d’attention à leur politique communicationnelle via le web. L’ENISO et la faculté de médecine occupent à chaque fois les premières places. Les établissements à caractère technique et celles maîtrisant les technologies de l’information comme l’ENISO, l’ISITCOM, l’ISG, l’ESSTHS et L’ISSATS occupent les meilleurs rangs dans presque tous les classements procédés pour chaque métrique. Ce qui reflète leur assiduité et rigueur dans l’offre d’information sur leurs sites d’établissements. C’est toutefois, la faculté des lettres qui remporte le classement selon la diversité de sa production pédagogique et son offre de site en plusieurs langues expliqué par son plus grand nombre de lien voir figure 3 parie1. Certains établissements laissent voir des présences web moyennes à faibles tel est le cas de l’Ecole Supérieure d’Horticulture et d’Elevage de Chott-Mériem, l’Institut Supérieur du Transport et de la Logistique de Sousse et l’Institut Supérieur des Beaux Arts de Sousse. Pour certains autres, aucune présence web n’a permis le prélèvement de métriques comme la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Sousse.

71La classification de 2012 n’a pas discriminé les domaines, son objet - nous ne cessons de le rappeler - est de mesurer la présence web pour une stratégie communicationnelle efficiente. Elle vise offrir une ou des expériences pilotes sur la place. Une première réunion de sensibilisation a été réalisée présentant ce prélèvement, les acteurs concernés ont pris conscience de l’engagement et le processus d’aide à la décision a pris son chemin, d’autres prélèvements en 2013, en 2014 et en 2015 ont été effectués. Cette approche de travail est schématisée par la figure 5.

Figure 4. Approche proposée pour mettre la classification des universités sur un chemin d’ascension

Figure 4. Approche proposée pour mettre la classification des universités sur un chemin d’ascension

72

Figure 5. (Partie 1) Prélèvement des métriques pour l’université de Sousse

Figure 5. (Partie 1) Prélèvement des métriques pour l’université de Sousse

73

Figure 5. (Partie 2) Prélèvement des métriques pour l’université de Sousse

Figure 5. (Partie 2) Prélèvement des métriques pour l’université de Sousse

74

Figure 5. (Partie 3) Prélèvement des métriques pour l’université de Sousse

Figure 5. (Partie 3) Prélèvement des métriques pour l’université de Sousse

75

Figure 6. (Partie1) Classement par métrique des établissements de l’université de Sousse

Figure 6. (Partie1) Classement par métrique des établissements de l’université de Sousse

Figure 6. (Partie 2) Classement par métrique des établissements de l’université de Sousse

Figure 6. (Partie 2) Classement par métrique des établissements de l’université de Sousse

Figure 6. (Partie 3) Classement par métrique des établissements de l’université de Sousse

Figure 6. (Partie 3) Classement par métrique des établissements de l’université de Sousse

Conclusion

76La difficulté de classer les universités tunisiennes et celles des pays en voie de développement n’est certainement pas due à une dynamique faible qui la revêt, mais émane plutôt d’un retard de prise de conscience de l’urgence d’adopter une approche communicationnelle de marque. Elle émane aussi de l’ignorance des processus des usages du numérique qui concourent à l’émergence de l’économie numérique (Badillo, 02 mars 2015). C’est ce qui explique en partie l’apparition des établissements à caractère technologique dans les premiers rangs de classements par rapport à d’autres dont les pratiques d’usages du numérique ne sont pas en parfaite possession.

77La publication web est fondamentale pour toute université, elle transpose son réel vécu et sa performance. Nul doute son devoir de mettre en place une politique communicationnelle est crucial. Toutefois, le défi de l’amélioration du classement des universités exige d’arrimer un ensemble de stratégies d’établissement. C’est dans ce sens que notre contribution a consisté en la proposition d’une modélisation de ce qui relève du classement des universités, et d’une approche pour accompagner les chefs d’établissement universitaires dans le processus d’amélioration du classement. Les décideurs doivent saisir l’opportunité d’adopter cette approche qui est un gage de la satiété de tous les acteurs du monde universitaire. Nous identifions quatre piliers autour desquels nous articulons le résultat de notre étude :

  1. L’établissement d’un ensemble de stratégies est progressif. La plus urgente est d’entretenir une dynamique communicationnelle pour une image web fidèle voire une marque. Les autres stratégies doivent entretenir les trois axes économique, social et environnemental ce qui garantit pour l’université son développement durable.

  2. Bien que l’étude ait révélé un large spectre de méthodes de classement, le choix stratégique et les domaines des universités à comparer peuvent orienter les choix méthodologiques. Le modèle de données proposé permet d’adopter de multiples méthodes de classification qui demeurent une bonne approche comparative pour appréhender des systèmes aussi complexes et poser les questions de fond sur les voies d’amélioration des stratégies publiques. En effet, tout nouveau classement est bon à prendre, quelles que soient les métriques et les pondérations utilisées, la superposition des classements ne pouvant qu’apporter de la profondeur à la photographie générale et de multiplier les zooms d’observation, ce précepte nous a été insufflé par Dalsheimer N., Despréaux D. (2008). Toutefois, l’idée de ne pas calculer un score total pour le classement des universités préserve les spécificités et l’identité de chacune.

  3. Le troisième pilier qui découle directement du deuxième est en rapport avec le travail sur les métriques proprement dites : leurs sources d’acquisition, leurs typologies et unités de mesures, leurs unifications et agrégation, leurs pondérations. Le modèle permet de leur attribuer un degré de fiabilité lors de leurs acquisition, de les ranger selon des axes, des domaines et des stratégies.

  4. 4-Ces métriques mesurent trois types de contenu informationnel pris en compte par une approche communicationnelle innovante : le contenu managérial, le contenu pédagogique et le contenu scientifique.

  5. Grâce au modèle de données proposé, la connaissance et l’analyse du passé est rendue possible, la représentation du présent en vue de l’anticipation du futur vers un effort d’aide à la décision.

78Bien entendu il n’est pas difficile de déduire un modèle d’aide à la décision ou d’élaborer un modèle économétrique qui révèle les métriques fortement corrélées afin d’atteindre un objectif et d’épauler cette approche par un modèle de datamining qui fournit toutes les interprétations possibles suite à un classement donné. Il y a là matière à bien des travaux.

Haut de page

Bibliographie

Aguillo I.F. (2009). What the internet says about science. http://internetlab.blogspot.com/

Aguillo I.F. et all. (2006). Scientific research activity and communication measured with cybermetric indicators. Journal of the American Society for the Information Science and Technology, 57(10): 1296 1302.

Alexander J.E., Tate M.A. (1996). Checklist for an informational Web Page, http://www2.widener.edu/Wolfgram-Memorial-Library/webevaluation/inform.htm

Aourag H., Cherifi O. (2014). Stratégie pour améliorer le classement de nos universités. Conférence nationale des universités, MESRS, Université du centre Boumerdès, 09 Janvier 2014.

Badillo, P.-Y. (02 mars 2015). Badillo Patrick-Yves, « Usagers et socio-économie des médias », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 02 mars 2015, consulté le 04 mars 2015. URL : http://rfsic.revues.org/1251

Bonneville Luc, Grosjean Sylvie. (2007). Repenser la communication dans les organisations. (P. É. Collection des organisations, Éd.)

Botafogo et al. (1992). Structural Analysis of Hypertexts : Identifying Hierarchies and Useful Metrics, ACM Transactions on Information Systems.

Brajnik G. (2000). Automatic web usability evaluation: what needs to be done? , Proc. Human Factors and the Web, 6th Conference, 2000,Austin, Texas.

Bray T. (1996). Measuring the Web, Proceedings of the Fifth International World Wide Web Conference, Paris, France.

Breton G. (2011). Mondialisation de l’enseignement supérieur et stratégies internationales, Revue Repère n° 06 juin 2011, Campus France campusfrance.org.

Camp R.C.(2004). Best Practice Benchmarking: the path to Excellence, GBN Review 2003/2004. http://goo.gl/ZtVnce

CHE (2015). Center Higher Education UniversityRanking, http://www.che.de/cms/?getObject=302&getLang=en

D’Almeida & Carayol, 2014 Nicole D’Almeida et Valérie Carayol, « La communication organisationnelle, une question de communauté », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014. URL : http://rfsic.revues.org/870

Dalsheimer N., Despréaux D. (2008). Analyses des classements internationaux des établissements d’enseignement supérieur. Éducation & formations, n° 78, novembre 2008.

Di avec TAP (2014). Tunisie : Plus de 332 000 étudiants rejoindront les bancs de l’université,

http://directinfo.webmanagercenter.com/2014/09/11/tunisie-plus-de-332-000-etudiants-rejoindront-les-bancs-de-luniversite/

Duysens R. et al. Le benchmarking. Mouvement Wallon pour la Qualité, http://www.mwq.be/servlet/Repository/?ID=3182

Everhart N. (1996). Web Page Evaluation Worksheet. http://goo.gl/7EPLXA

Fettman. E. (2014).Google Analytics Universal Guide. Best Practices for Implementation and Reporting, March 2014, e-nor.

Garzotto F. et al., (1995). Hypermedia Design Analysis and Evaluation Issues. Magazine Communications of the ACM, Volume 38 Issue 8, Aug. 1995 Pages 74-86, New York, USA.

Ghazwa M., Belkhiter N., (2001). Evaluation de la Qualité des Applications Web : Etat de l’Art. Rapport de recherche, Département d’informatique, Université Laval, Québec, Canada, Octobre 2001, 48 pages.

Hippe Z. et al, (2014). Human-computer systems interaction: backgrounds and applications 3, Springer, New York.

Jalal. S. (2013). À Comparative Weblink Analysis among Top Indian, Asian and World universities. DESIDOC Journal of Library & Information Technology, vol. 33, No. 2, March 2013, pp. 131-140 2013.

Kapoun J. (1998). Five criteria for evaluating Web pages. http://www.wesleyancollege.edu/academics/library/upload/fivecriteria.pdf

Kirakowski J., Cierlik B. (1998). Measuring the usability of Website,

Human Factors and Ergonomics Society Annual Conference, Chicago.

Krešimir P. (2011 ). Webometric Ranking of University of Zagreb and Other World Universities. INFuture2011: Information Sciences and e-Society, 51-59

Krešimir P. (2012 ). Webometric ranking of European universities. Procedia - Social and Behavioral Sciences Elsevier, n° 46 ( 2012 ) 3788 – 3792 Elsevier .

Kutorglo E. et al. (2015). Online Visibility of the Intellectual Output of University of Education, Winneba Staff. Journal of Educational Policy and Entrepreneurial Research (JEPER), vol. 2, N0.3, March 2015. Pp 44-60

Landsberger J. (2000). Evaluating website content. http://www.iss.stthomas.edu/webtruth

Loroy D. (2005). Le benchmarking, se comparer pour s’améliorer, Octobre 2005

http://www.uvcw.be/impressions/toPdf.cfm?urlToPdf=/articles/0,0,0,0,1158.htm

Lukman R. et al (2009). University Ranking using research, educational and environmental indicators, Journal of Cleaner Production. Elsevier 2009, pp 619-627.

Mahajan R., Shneiderman B. (1997). Visual and Textual Consistency Checking Tools for Graphical User Interfaces, IEEE TRANSACTIONS ON SOFTWARE ENGINEERING, vol. 23, NO. 11, NOVEMBER 1997.

Marginson S. (2007). Global university rankings: implications in general and for Australia,

Journal of Higher Education Policy and Management 2007, 29(2):131–42.

Mehlenbacher B. (1993). Software Utilisability: Choosing Appropriate Methods for evaluating Online Systems and Documentation. Proceeding SIGDOC ’93 Proceedings of the 11th annual international conference on Systems documentation, Pages 209-222, New York, USA.

Mémoire part2. Chapitre de mémoire : METHODOLOGIE Elaboration de la grille de comparaison’. Partie II METHODOLOGIE : élaboration de la grille d’analyse

http://mvmemoire.free.fr/m%E9moires/Les%20m%E9moires/blactot/part2.pdf

Miraoui. (2012).Les universités marocaines et les classements internationaux : réflexion et défis à relever (cas de l’UCA). Archives de l’Agence Universitaire de la Francophonie. Bucarest, Roumanie.

Molesworth M. et al. (2009). Having, being and higher education: the marketisation of the university and the transformation of the student into consumer. Teaching in Higher Education, pages 277-287.

Morville P. (1999). Information, Architecture and Usability, Webreview, Mars

Nian C.L. (2007). The Story of Academic Ranking of World Universities.

International Higher Education, n° 54.

Nielsen J., Molich R. (1990). Heuristic Evaluation of User Interfaces.

Proceedings of the SIGCHI Conference on Human Factors in Computing Systems, New York, USA.

Proulx. R. (2013). Les classements internationaux, contraintes ou ouverture sur le monde. Archives de l’Agence Universitaire de la Francophonie, Bucarest, Roumanie.

Reuter Thomson (2015). Times Higher Education, https://www.timeshighereducation.co.uk/world-university-rankings/2015/world-ranking/methodology

Ricca F., Tonella P. (2000). Visualization of Web Site History, Proceedings of 2nd International Workshop on Web Site Evolution WSE’2000, Zurich, Switzerland

Saaty TL (1980). Analytical hierarchy process: planning, priority setting, resource allocation. New York: McGraw-Hill.

Shim JP. (1989). Bibliographical research on the analytic hierarchy process (AHP).

Socio-Economic Planning Science 1989, 23:161–7.

Shum S. (1996). The missing Link: Hypermedia Usability Research & the Web, ACM SIGCHI Bulletin. New York, USA.

SIR (2014). SCImago Institutions Ranking, http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2010/10/scimago-lacad%C3%A9mie-des-sciences-chinoise-au-premier-rang.html, Consulté en octobre 2014.

URAP (2013-2014). Ranking by Academic Performance (URAP 2013-2014),

http://ireg-observatory.org/en/index.php/57-ranking-by-academic-performance-urap-2013-2014, Consulté en octobre 2015.

URAP (2014). University Ranking by Academic Performance (2014), http://www.urapcenter.org/2014/, consulté en décembre 2014

WIKI PEDIA (Octobre 2015).Benchmarking, https://fr.wikipedia.org/wiki/Benchmarking

WIKIPEDIA (Mai 2015). University Ranking by Academic Performance

https://en.wikipedia.org/wiki/University_Ranking_by_Academic_Performance, Consulté en octobre 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Modèle Conceptuel des données relatif au classement des universités
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2157/img-1.png
Fichier image/png, 195k
Titre Figure 2. L’axe communicationnel moteur des autres axes
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2157/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 3. Mise en place d’une approche communicationnelle
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2157/img-3.png
Fichier image/png, 243k
Titre Figure 4. Approche proposée pour mettre la classification des universités sur un chemin d’ascension
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2157/img-4.png
Fichier image/png, 89k
Titre Figure 5. (Partie 1) Prélèvement des métriques pour l’université de Sousse
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2157/img-5.png
Fichier image/png, 82k
Titre Figure 5. (Partie 2) Prélèvement des métriques pour l’université de Sousse
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2157/img-6.png
Fichier image/png, 68k
Titre Figure 5. (Partie 3) Prélèvement des métriques pour l’université de Sousse
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2157/img-7.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure 6. (Partie1) Classement par métrique des établissements de l’université de Sousse
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2157/img-8.png
Fichier image/png, 75k
Titre Figure 6. (Partie 2) Classement par métrique des établissements de l’université de Sousse
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2157/img-9.png
Fichier image/png, 60k
Titre Figure 6. (Partie 3) Classement par métrique des établissements de l’université de Sousse
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2157/img-10.png
Fichier image/png, 105k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hédia Jegham, Sonia Ghannouchi et Najiba Ouled Amor, « Proposition d’une approche communicationnelle et d’un modèle de données pour l’amélioration du classement des universités à partir du web », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2157 ; DOI : 10.4000/rfsic.2157

Haut de page

Auteurs

Hédia Jegham

Courriel : jegham_hedia@yahoo.fr, ISITCom, H. Sousse

Sonia Ghannouchi

Courriel : sonia.ayachi@isgs.rnu.tn, ISG, Sousse

Najiba Ouled Amor

Courriel : ouledomarnajiba@gmail.com, ISG, Sousse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page