Navigation – Plan du site
Tendances épistémologiques

Quelques hypothèses concernant les recherches récentes en communication organisationnelle en France : analyse des productions de quatre colloques du groupe Org&Co 2009-2015

Sidonie Gallot

Résumés

Cet article ne propose pas de dresser un bilan général des travaux, des problématiques et des débats des vingt ou trente années de recherches sur les communications organisationnelles (CO1). Il se propose d’engager un tel travail d’abord par une analyse qui se limite aux publications scientifiques récentes issues des quatre colloques du Groupe d’études et de recherches Org&Co tenus entre 2009 et 2015. Cette étude, de fait limitée, ne prétend pas refléter alors l’ensemble des nombreuses publications et des recherches menées dans ce champ2 et, en proposer une analyse sur une période si brève et un corpus si restreint, comporte évidemment des biais et un risque réductionniste importants. Il nous semble toutefois utile de présenter ce travail « en progrès », ne serait-ce que pour mettre en débat nos questions et nos hésitations. Chacun comprendra que cette recherche s’inscrit dans un projet plus ambitieux et plus général à propos de la construction du programme de recherche en CO3. Dans cette contribution, après avoir présenté brièvement quelques données factuelles à propos de notre corpus, de la méthode d’analyse des données et des choix de leur restitution, nous présenterons les résultats d’une analyse qualitative par thématisation. Ainsi, nous développerons les caractéristiques générales de huit « focales » qui correspondent à des logiques de recherche selon des catégories telles que les objets, les problématiques et hypothèses structurantes, les terrains, les concepts clés, les méthodes, les résultats, etc. Nous discuterons de leurs évolutions ainsi que de la tendance qui consiste à voir des résonances et des liens de complémentarité de plus en plus étroits entre elles. Sur ce constat et en revenant sur nos observations, nous partagerons et discuterons nos questionnements qui ont émergé durant la réalisation de cette étude au travers de la formulation de quelques hypothèses et de perspectives.

Haut de page

Notes de l’auteur

Le choix du corpus est un choix qui ne peut se comprendre qu’en référence au contexte dans lequel ce travail a été présenté et soumis au débat : le colloque qui entendait tirer un bilan de 30 ans de recherches en CO organisé à Rennes en Mars 2016. Notre prudence relève de notre conscience qu’un certain nombre de courants importants ne sont pas mentionnés ou représentés dans ces actes, et que les thématiques que nous dégageons sont influencées par les thèmes des colloques. Toutefois, considérant que ces derniers sont définis en fonction des émergences observées par l’animatrice du groupe, ils nous semblent à même d’être représentatifs des questions contemporaines qui traversent la recherche. Il sera d’autant plus intéressant, de mettre en comparaison ces résultats, avec les nombreux travaux produits et publiés par ailleurs sur une même période.

Texte intégral

Contexte de la recherche

  • 4 Pour aller plus loin voir Le Moënne « Les recherches en communication organisationnelle en France : (...)

1Depuis la fin des années 1980, le programme de recherches sur les CO a fait l’objet d’une littérature féconde et de nombreux travaux visant à comprendre son développement ont été produits (voir par exemple : Le Moënne (1998, 2014, 2015), Bernard (1999, 2000, 2002), Carayol (1999, 2004), Delcambre (2000, 2007), Boure (2002), Bourdin, Bouillon et Loneux (2005, 2006 2008), Vacher (2008), Delcambre et Taylor (2011), d’Almeida et Andonova (2013), d’Almeida et Carayol. (2015), etc.). Fruit, en France, d’un programme ouvert4 âgé de près de trente ans, ce foisonnement de productions encore récentes ayant trait à la compréhension des recherches qui y sont menées atteste bien de son dynamisme et d’un besoin de clarifier et de comprendre la manière dont se fait et se caractérise la recherche en CO. Si l’étude de la recherche Française a pu être abordée en comparaison avec les études menées en Amérique du Nord, notamment au Canada (Carayol 1998, Parent 2004, Delcambre et Taylor 2011 etc.), nous n’engageons pas ici de comparaison. Nous retenons de ces travaux que les recherches françaises s’en différencient par le fait qu’elles ne constituent pas une discipline, qu’elles s’inscrivent dans un programme scientifique général et qu’elles se sont essentiellement développées dans le champ institutionnel des Sciences de l’information-communication au sein duquel elles constituent un domaine spécifique (groupes de recherche dédiés, revues etc.). Ajoutons à cela que la nature même des phénomènes et des pratiques étudiés s’avère profondément contextuelle et évolutive et que les contextes professionnels, politiques, techniques, scientifiques et économiques en Amérique du Nord diffèrent de ceux du continent Européen.

  • 5 Le choix de la période est exclusivement contraint par le « temps de la recherche » engagée en 2015

2Le présent travail, de portée limitée, s’inscrit dans un projet de plus grande portée qui vise à faire un état des travaux, recherches et problématiques qui ont contribué à développer en France un champ de recherches sur les CO. Il ne prétend pas à la normativité mais revendique une portée heuristique. Il ne s’agit pas de produire une histoire de ces travaux, mais de comprendre comment les recherches, les pratiques de recherche, les courants d’idées actuels se sont construits historiquement et socialement. Nous postulons, en référence à l’approche socio-historique et critique (telle que travaillée chez Weber ou Bourdieu), que l’actualité de la recherche relève d’une actualisation des formes passées et qu’en cherchant à les saisir et en les étudiant il est possible de mettre au jour et de comprendre les logiques de leurs transformations et, ainsi, de donner quelques pistes quant à leur devenir. Le postulat sous-jacent amène à considérer que les logiques passées sont contenues et actualisées constamment dans les formes présentes et constituent, de fait, les fondements actifs et caractéristiques de la recherche en CO. Il s’agit donc de procéder à une chronique généalogique de ces travaux. Pour ouvrir ce vaste chantier, parmi les nombreuses options méthodologiques possibles, nous avons pris le parti d’une démarche anti chronologique à partir de l’activité scientifique récente afin de remonter progressivement à la genèse des formes de la recherche et de les replacer ainsi, à terme, dans leurs évolutions historiques. Cette contribution qui constitue alors une amorce de ce travail, entend sur la base d’un corpus restreint aux productions des 4 derniers colloques du groupe d’études et de recherche Org&Co, contribuer à répondre, dans ce premier temps, à la question suivante : Quelles sont les tendances, les caractéristiques et les évolutions qui définissent les recherches récentes en communication organisationnelle produites en France de 2009 à 20155 telles qu’elles se sont exprimées dans quatre colloques du groupe Org&Co ? Nous mettons ici à l’œuvre – et à l’épreuve de la critique – une méthode de classification et de présentation des travaux que nous voudrions étendre à l’ensemble des publications en CO.

Corpus et modalités de production des articles scientifiques de l’étude

3Le corpus sur lequel nous avons travaillé se compose des 121 textes (accessibles en ligne) issus des communications des derniers colloques organisés à l’initiative du groupe :

    • 6 Loneux C., Parent B. (dir). (2009). Actes du colloque international La communication des organisati (...)

    2009, Rennes : La communication des organisations en débat dans les SIC : quels objets, terrains, théories ? Jeunes chercheurs et recherches récentes6 (40 textes soit 34 % du corpus)

    • 7 Parrini-Alemanno S., Parent B. (dir). (2011). Actes du colloque international Les communications or (...)

    2011, Nice : Les communications organisationnelles des concepts aux pratiques7 (27 textes soit 23 % du corpus)

    • 8 Parrini-Alemanno S. (dir) (2013). Actes du colloque international Communications organisationnelles (...)

    2013, Nice : Communications organisationnelles et management en contexte numérique généralisé8 (23 textes soit 19 % du corpus)

    • 9 Parrini-Alemanno S., Mayère A. (dir) (2015). Actes du colloque international Communication organisa (...)

    2015, Toulouse : Communication organisationnelle processus communicants processus organisants et leurs médiations9 (29 textes soit 24 % du corpus)

4Le statut des publiants (Fig. 1) montre, pour la totalité du corpus, une proportion importante de doctorants (27 %) et docteurs (16 %), de maîtres de conférences (41 %) et de professeurs (16 %). Ces statistiques, outre le nombre important de docteurs et doctorants en 2009 (attribué à l’orientation de l’appel) apparaît relativement stable au fil des ans et coïncide avec les répartitions statistiques relatives aux statuts, mais atteste également, par la présence importante de jeunes chercheurs, de la vitalité du programme et de son ouverture.

5L’étude des modalités de production (Fig. 2) montre une augmentation des pratiques de co-publication. En 2009 la quasi-totalité des textes (92,5 %) produite par un seul auteur, en 2011, 39 % des textes sont écrits par 2 auteurs et à partir de 2013, si cette tendance se confirme (36 % des textes), on observe une proportion de 8 % des productions faites par 3 auteurs, tendance qui se poursuit en 2015 (10 %).

Figure 1. Statut des publiants par années

Figure 1. Statut des publiants par années

Figure 2. Modalités de productions par années

Figure 2. Modalités de productions par années
  • 10 Cette observation renvoie aux enjeux initiaux de la création du groupe, visant à rompre l’isolement (...)

6La corrélation entre ces collaborations et le statut des co-auteurs montre que la tendance dominante est celle de coopérations institutionnelles doctorant et directeur de thèse, ou MCF et directeur d’HDR, mais nous observons également des coopérations entre plusieurs MCF (10 %) ou professeurs. Cette tendance, largement observée dans le monde scientifique en général et influencée par le contexte socio-économique du financement de la recherche n’est pas propre au groupe Org&Co. Néanmoins, en croisant ces observations avec les appartenances institutionnelles des contributeurs, nous relevons qu’elles se font de deux manières : d’un côté par des coopérations inter-laboratoires ce qui traduit possiblement de l’efficacité et de la dynamique de « l’effet réseau » ; d’un autre – et ceci est prégnant en 2015 – par des coopérations à l’intérieur d’un même laboratoire, ce qui montre l’émergence de petits groupes locaux travaillant autour d’axes en CO. Enfin, la dernière observation, porte sur les institutions de rattachement (Fig. 3) des contributeurs, les chercheurs travaillant sur les CO sont territorialement « dispersés »10 et proviennent de 22 laboratoires français, de 7 laboratoires internationaux (francophones majoritairement nord-américains ou européens) et de 4 institutions autres (CNRS ou grandes écoles). Relevons la participation récurrente de quelques laboratoires qui constituent des pôles forts productifs réguliers et enfin soulignons que la localisation géographique des colloques n’a pas d’effets sur l’origine et le nombre de chercheurs « locaux ».

Figure 3. Institutions de rattachement des auteurs

Figure 3. Institutions de rattachement des auteurs

Méthode : catégorisation et thématisation des contenus

  • 11 Nous avons procédé par texte, rendu anonyme, détitré, et « extrait » de la répartition thématique f (...)
  • 12 Les mots-clés correspondent aux concepts convoqués par les auteurs (et parfois non déclarés dans le (...)
  • 13 Les cadres théoriques (et les auteurs) convoqués par les publiants étant extrêmement variés, et néc (...)

7Nous avons procédé à une analyse qualitative du contenu sur texte intégral des 121 textes des communications issus des actes sus cités à partir d’une adaptation de la méthode de la grounded theory (Glaser et Strauss, 1967 ; Paillé, 1994). Un premier travail de catégorisation11 nous a conduits à prendre pour acception les catégories usuelles relevant des normes de production scientifique. Ainsi les caractéristiques ont été dégagées selon les catégories suivantes : objets, terrains, problématiques et hypothèses, méthodes, résultats, mots-clés12 et cadres théoriques13.

  • 14 Par exemple en faisant émerger des thèmes de manière indépendante dans la catégorie des objets, des (...)

8Il faut préciser que nous n’avons pas procédé à la thématisation par sectorisation catégorielle. C’est-à-dire que nous n’avons pas fait l’analyse par un découpage des textes sur la base de nos catégories, ni établi de thématisation par et pour chacune de nos catégories14. En effet, traiter de manière déliée de telles catégories qui sont profondément en lien dans la construction logique d’une recherche et qui constituent, en tant que tout, la « logique » de recherche, n’a aucun sens. Dès lors, nous avons pris soin de les traiter en reliance pour chaque production et de les considérer dans la « cohérence » logique de leurs développements.

9L’analyse des contenus se propose alors de restituer ce qui relève de « logiques de recherche » et fait émerger par induction huit grandes « focales » caractérisées selon que la CO est appréhendée à l’aune des :

  • Discours relations / médiations publiques

  • Productions, pratiques et usages d’objets conversationnels et textuels

  • Pratiques professionnelles instrumentées

  • Usages et pratiques des TIC numériques et des formes organisationnelles

  • Normes et des cultures organisationnelles

  • Techniques et pratiques de management

  • Mutations professionnelles

  • Questions concernant la recherche (concernant des concepts, postures, méthodes, théories)

10Ci dessous nous pouvons voir leur répartition globale sur la période totale (Fig. 4), ainsi que par année (Fig. 5).

Figure 4. Répartition des thèmes sur le corpus

Figure 4. Répartition des thèmes sur le corpus

Figure 5. Répartition des thèmes par années

Figure 5. Répartition des thèmes par années

11Nous allons présenter pour chacune de ces focales les caractéristiques dégagées par induction et les évolutions qui permettent de les définir et de les identifier à travers leurs tendances générales.

Focale : discours d’entreprises en tant que relations/médiations publiques

  • 15 Ils représentent 7 % des productions avec 12,5 % en 2009, puis de 7 % en 2015

12Les travaux inscrits dans cette focale s’intéressent aux discours des organisations à destination des publics par l’étude des rapports entre espaces et politiques publiques15. Ils s’inscrivent essentiellement dans le courant de l’organisation communicante. C’est-à-dire que la CO y est assimilée à la communication de l’organisation à destination des publics au travers de la construction symbolique de valeurs via les discours. Les auteurs étudient plus précisément les changements opérés dans ces discours relevant des rapports entre espaces et politiques, organisations et publics en lien avec les normes et politiques publiques (70 %) ; la « numérisation des discours et stratégies » (15 %) ; la mutation des modèles liés à la globalisation de la communication public/privé – interne/externe (15 %).

13Les problématiques traitées peuvent se synthétiser ainsi : Quels sont les changements, les évolutions et les effets des politiques sur les discours et les valeurs des organisations auprès des publics ?

14Les terrains concernent essentiellement des entreprises du secteur privé de biens ou de services (PME, banques, grandes firmes) et une minorité se concentre sur le secteur public (université).

15Les hypothèses structurantes sont que nous assistons à une cristallisation de nouveaux rapports de force dans l’espace public par des politiques publiques qui font muter les valeurs auprès des publics via les discours et stratégies de communication des organisations qui les intègrent.

16Les méthodes sont essentiellement de l’analyse de contenu des discours des organisations (corpus de campagnes publicitaires, documents « promotionnels », chartes, etc.) et, depuis 2015, la mutation des modèles et la globalisation des formes de communication, amène les chercheurs à intégrer des observations de terrain ainsi que des entretiens.

17Les cadres théoriques convoqués relèvent pour l’essentiel des théories des logiques sociales, économiques et sociétales, des théories de la médiation et de la médiatisation des discours et stratégies d’entreprises, de la narratologie médiatique.

18En ce qui concerne les résultats, les travaux – inscrits pour l’essentiel dans des approches critiques – montrent que les entreprises incorporent dans leurs discours les normes visant à attester de leur responsabilité sociale (écologie, transparence, légitimité) mais que cela se limite à des discours « de façade » sans se traduire concrètement en actes. Les auteurs soulignent que l’on assiste, par cette normalisation des discours stratégiques, à une normalisation de l’espace public en général et à une forme d’écrasement du débat public. En 2015, l’introduction d’une lecture plus globale montre que les changements ne se produisent pas seulement dans les discours et ne concernent pas uniquement les « publics externes » mais qu’ils nécessitent et impliquent des mutations organisationnelles ou de modèles (public/privé) et qu’ils ont une influence sur l’identité interne et la culture de l’organisation. Enfin, ces travaux interrogent l’efficacité de ces discours autour de la question de la « gestion » et de leur orientation politique globale.

19Mots clés : RSE, responsabilité, publicité, transparence, efficacité, légitimité, engagement, développement durable, justification, espace public, médiation sociale, récits, mise en scène, pression, moralisation, identité, branding, etc.

20Ces recherches ont connu sur ces quelques années une évolution en deux temps distincts en se focalisant sur les logiques de changements : d’abord sur ceux imputables aux mutations des politiques publiques (Loi grenelle, RSE), ensuite en y intégrant les effets de la mutation numérique sur et dans leur production et leur diffusion dans l’espace public. Cet élargissement en contexte numérique, conduit, en 2015, à tendre vers un intérêt pour les mutations des modèles stratégiques de communication avec l’affaissement des frontières public/privé, interne/externe, ainsi qu’à intégrer des réflexions relevant des effets de ces stratégies « renouvelées » sur les formes d’organisation (notamment par exemple avec la création de services dédiés aux stratégies de communication numérique).

21Dès lors, cette focale tend de plus en plus à ne plus être seulement inscrite dans le courant de l’organisation communicante et limitée aux seuls discours. L’évolution des stratégies de communication en contexte numérique, conduit les auteurs à intégrer des réflexions connexes à celles soulevées dans les focales des TIC : par exemple autour des pratiques et usages des outils numériques dans ces stratégies, des normes et cultures organisationnelles et également de la conception et de l’usage d’objets discursifs (notamment via la création collaborative de chartes ou de normes prenant en compte les attentes sociales et sociétales des et avec les publics, tendance qui se confirme en 2016.

Focale : Production, pratiques et usages d’objets textuels et conversationnels

  • 16 Ces travaux concernent une proportion de 9 % du corpus total réparties ainsi : 5 % en 2009, 3,7 % e (...)

22Ces recherches s’inscrivent dans l’approche de la communication constitutive de l’organisation (CCO)16. La CO y est appréhendée comme un processus organisant incarné dans et travaillé par et avec des productions notamment textuelles et conversationnelles relevant de l’activité quotidienne. Ces études se centrent sur les processus organisés et organisants en jeu dans la conception et l’usage de ces productions et sur leurs effets d’organisation dans l’organisation.

23La problématique générale consiste à chercher à saisir les processus, les dynamiques de construction, co-construction, de négociation et à expliquer en quoi et comment ces productions et dynamiques d’organisation fonctionnent, sont incarnées et mises en mouvement par, dans et avec ces objets. Cette problématique globale se précise selon deux axes : la description et l’explicitation des activités, des logiques et des trajectoires textes-conversations dans le processus même de leurs logiques de production et d’organisation ; l’évaluation et la compréhension du rôle et des fonctions de ces productions dans l’action quotidienne organisée, notamment en termes de médiation dans/de l’activité, des pratiques professionnelles et de leurs effets.

24Les terrains concernent plusieurs secteurs, le secteur public majoritairement : services déconcentrés du ministère, les établissements de santé et d’éducation (université) ; mais aussi privé : groupes industriels dans le tertiaire ; et enfin une minorité se situe dans le secteur associatif. En se circonscrivant plus spécifiquement à des équipes projets, des cercles qualité, de comités via l’analyse des activités de production discursives des membres.

25Les hypothèses sont celles des approches de la CCO : des phénomènes de tensions dans les logiques d’institutionnalisation et de formalisation par les textes, de la cristallisation et de la transformation des actions et de la saisie de leur évolution/réalisation dans la dynamique des écrits-conversations d’organisation. Depuis 2015, les hypothèses se concentrent sur le fait que l’organisation émerge et qu’elle est écrite et réalisée dans la communication en marquant plus distinctement le parti-pris de l’implication des acteurs, leur engagement, et l’émergence ou la reproduction, via ces formes de participation, de jeux relationnels de pouvoir et d’autorité.

26Les méthodes suivent une évolution en lien direct avec cette observation : elles consistent en 2009-2011 essentiellement en l’analyse des productions textuelles et conversationnelles dans une approche pragmatique, à partir de 2011 elles s’enrichissent d’observations et d’analyses intégrant l’étude des dispositifs techniques (normes, chartes etc.) ou technologiques par lesquelles elles sont produites et médiées voire contraintes, et quelques travaux intègrent, en sus, les représentations des usagers/participants pour lesquelles ils recourent à des entretiens.

27Les cadres théoriques sont majoritairement ceux de la théorie texte-conversation, des théories pragmatiques, de la théorie des actes de langages, de la traduction, de l’engagement dans les discours, de l’énonciation éditoriale et des écrits d’écran, des théories de la production, et de la structuration.

28Les résultats montrent deux visions des phénomènes pouvant paraître contradictoires mais qui sont, dans la majeure partie des travaux, considérées comme liées et en dépassement. D’une part, il est montré que ces productions ont une portée sémiotique et cohésive majeure qu’elles relèvent et engagent des processus de co-construction, de collaboration et de cohésion autour de la négociation de cultures communes qui traduisent l’engagement et l’implication des acteurs par ce travail de production/négociation dans l’organisation et son devenir. D’autre part, les travaux montrent que ces logiques traduisent et se traduisent également dans une dimension plus tensive, que la malléabilité des écrits-conversations génère des jeux de pouvoir, d’autorité à travers l’auteurité, et qu’elles soulèvent des questions relationnelles de légitimité ou de responsabilité qui reflètent et se traduisent en actes en situations concrètes.

29Mots-clés : Textes, conversations, discours, performativité, activité, coopération, projet, annotation, production, bureaucratisation, évaluation, données, documentation, autorité, gouvernance, temporalité, recomposition, changement, organisation, auteurité, référentiels d’action, légitimité, régulation, etc.

30L’évolution de cette focale est importante sur ces 6 années. En 2009 les travaux sont centrés sur les textes et les conversations et leur analyse, dès 2011 et en 2013 on note un élargissement du cadre que l’on peut attribuer à la mutation des contextes et des dispositifs de production textuelles ou conversationnelles, à l’évolution des pratiques et des formes organisationnelles (structuration d’équipes projets, bureaucratisation, normalisation) en lien avec le numérique qui constituait de surcroit le thème du colloque de 2013. En 2015, cette tendance se confirme et est le fruit d’un déplacement progressif du regard sur les logiques plus globales de médiation sociale inscrites dans /ou émergentes de/ces productions permises et contraintes par ces « équipements » dans une acception de plus en plus englobante (productions textuelles conversationnelles, mais également dispositifs techniques ou technologiques normatifs, contextes situationnels etc.). De fait, cette focale développe des proximités avec des aspects abordés dans les focales telles que les TIC (sur les usages des dispositifs pour/par l’activité conversationnelle et textuelle médiée dans ou par ces outils), les normes et la culture d’organisation (en lien avec les activités de productions ou les usages pratiques des écrits et la rationalisation), le management (à propos des stratégies de pilotage et de coordination des acteurs dans les processus de production et de négociation), enfin nous observons une tendance forte et significative de rapprochement avec la focale des activités professionnelles instrumentées.

Focale : Activités professionnelles instrumentées

  • 17 Ces recherches représentent 11 % des textes du corpus total répartis ainsi : 2,5 % en 2009, 11 % en (...)

31Alors que la focale précédente a pour objets les productions textuelles et conversationnelles, leurs pratiques et usages, cette focale se concentre sur les activités professionnelles instrumentées de dispositifs techniques et technologiques en contexte de production, de travail17. La CO y est appréhendée comme un processus organisé et organisant dans/par et avec des dispositifs en ce qu’ils sont produits et producteurs de normes, de logiques de coordination par configuration/rationalisation des activités professionnelles dans des terrains qui sont ici très spécifiques : les organisations hautement fiables du secteur de la santé et de l’aéronautique (informatisation des échanges, dossier patient, feuilles de transmission etc.)

32La problématique de ces recherches vise à étudier quelles sont les pratiques, les configurations et quels sont les effets inhérents à l’instrumentation des activités en situation professionnelle ? Elle est abordée, dans les différents articles, selon trois angles : la saisie des dynamiques de normalisation de processus en procédures ; les tensions entre les normes instrumentées et les normes « agies » (routines) instituées antérieurement ; les pratiques et usages effectifs des dispositifs dans l’activité professionnelle en situation de travail.

33Les hypothèses sont celles de la normalisation, de la rationalisation et du contrôle des activités par l’instrumentation et de l’émergence de tensions entre les normes « instrumentées/planifiées » et les normes « concrètes/agies » dans l’activité.

34Les méthodes sont mixtes c’est-à-dire qu’elles couplent des observations en situation, des entretiens semi directifs ainsi que l’analyse de supports et des dispositifs utilisés.

35Le cadre théorique convoqué est vaste puisque les travaux abordent cette problématique selon des cadres et des dimensions multiples. Sont notamment convoquées les théories de la rationalisation et de la régulation, les théories de l’activité, la théorie du travail instrumenté et de l’instrumentation, les théories de l’action et de la cognition distribuée et située des usages, la sociologie du travail, la théorie texte-conversation, les théories des artefacts médiateurs de l’architexte et écrits d’écran, les théories de la structuration, de la surveillance et du contrôle, la théorie de l’organizing.

36Les résultats montrent et décrivent que l’instrumentation concourt à une « atrophie » des médiations en situation, ils insistent sur les aspects structurés et structurants liés au contrôle et à l’autorité et les « contraintes » inhérentes à la configuration par/des instruments ; encore, relativement aux logiques de normalisation, certains montrent la nécessité de les articuler entre deux plans d’action : l’action scriptée et l’action concrète. Enfin, pour dépasser ces tensions, est avancée la nécessité de coupler les vues concepteurs/usagers et de procéder à des études fines des activités pour penser l’instrumentation.

37Mots-clés : TIC, coordination, contrôle, traçabilité, normes, rationalisation, écrit, textes, codification, contradiction, gouvernement, confiance, architexte, conformisation, autorité, Information, Architecture, routines, surveillance, régulation, organizing, controverse, etc.

38Malgré des terrains, des méthodes et des hypothèses stables, cette focale a connu une évolution importante : en 2009, la réflexion porte sur la relation et notamment la confiance interpersonnelle dans les activités coordonnées par des instruments ; en 2011 sur les tensions inhérentes aux pratiques et usages des TIC dans l’activité, aux normes, à l’autorité et au contrôle ; en 2013 ce sont les écritures organisationnelles qui sont questionnées autour de la conception, co-conception et cette tendance se renforce en 2015 autour des architectures textuelles dans, par et pour les dispositifs – marquant un rapprochement fort, via cette centration sur la production d’écrits, avec la focale précédente. Cette focale s’étend donc des problématiques de coordination des logiques relationnelles à l’analyse des pratiques et des effets des instruments jusqu’aux écritures organisationnelles (normes et dispositifs TIC) qui concourent à la (re)configuration des activités, des relations professionnelles et de l’organisation.

Focale : Usages et pratiques de TIC numériques et formes organisationnelles

  • 18 Relativement aux mutations liées aux usages des technologies numériques autant en termes de structu (...)
  • 19 Ils représentent 12 % des productions du corpus total et se répartissent ainsi : 10 % en 2009, 7,4  (...)

39Ces recherches envisagent la CO au travers des mécanismes de production, co-production, re-production de formes organisationnelles, info-communicationnelles et des interactions sociales18 via les usages et les pratiques des TIC numériques en ce que ces technologies les structurent et sont structurées par eux19. Les terrains sont pluriels et situés au niveau des dispositifs (collaboratifs) et de leurs usages.

40Les terrains concernent plusieurs secteurs : une large majorité des travaux s’intéresse au secteur public (plateformes de service public, enseignement et éducation) au secteur associatif (réseaux de coopération) et minoritairement au secteur privé au travers de l’émergence de nouvelles formes salariales et/ou les nouvelles formes économiques collaboratives.

41La problématique consiste à étudier quelles mutations et innovations de formes organisationnelles s’opèrent par les pratiques et les usages des TIC numériques, comment et avec quels effets ? Cette problématique se ramifie selon trois angles plus spécifiques : soit décrire et comprendre les nouvelles pratiques, nouveaux usages des outils ; soit analyser les effets de ces outils sur la gestion, le traitement et l’usage de l’information à travers des coopérations, collaborations, stratégies inhérentes aux formes « réseaux » ; soit, à analyser les logiques de recompositions de formes organisationnelles, communicationnelles et sociales avec/par les TIC numériques en s’intéressant, dans une perspective comparative, à cerner ce qu’elles modifient ou re-produisent des formes préexistantes.

42L’hypothèse structurante est double : d’une part la concomitance entre logiques de conception et d’usage et d’autre part la co-évolution sociale, organisationnelle, communicationnelle et technique relevant de ces technologies et de leurs usages en situation.

43Les méthodes dépendent de ces hypothèses et de la problématisation : pour l’analyse des usages les chercheurs ont recours à des observations et des entretiens semi directifs ; pour l’analyse des productions informationnelles, ils ont recours à l’analyse de contenu et à celle des dispositifs par lesquels elles sont produites, enfin pour l’analyse des formes organisationnelles, les auteurs couplent l’observation et l’analyse des dispositifs et de leurs usages à des entretiens semi directifs.

44Les cadres théoriques majoritairement convoqués sont la sociologie des usages, les théories des dispositifs et artefacts médiateurs, les théories de l’innovation, des formes et logiques de socialisation, les théories systémiques de l’action collective, les théories de la régulation, les théories de la traduction, de l’interactionnisme symbolique, de l’organizing, celles des médiations sociales, de l’ingénierie de la connaissance, de l’engagement, du texte-conversation.

45De manière générale, les résultats inscrits dans une posture critique insistent sur le nécessaire relativisme du mythe de la technologie. Les auteurs insistent sur la nécessité de considérer les effets anthropologiques globaux de la mutation technologique et, de fait de leurs effets complexes et multiples sur les logiques d’acteurs et d’organisation. Ils soulignent l’importance de tenir compte de l’ancrage de ces nouvelles formes dans le cadre « initial traditionnel » concret en mettant en évidence la difficulté et le besoin de fédérer les acteurs en communautés, groupes projets par d’autres voies notamment sociales et relationnelles. Ces recherches sont inscrite dans une acception évolutionniste des formes traditionnelles en contexte numérique et s’efforcent pour une large majorité de montrer les mutations ou stabilités (reproductions) entre les formes sociales numérisées et les formes préexistantes.

46Les mots-clés : TIC, dispositifs, projets, innovation, autonomie, communautés, réseaux, usages, digitalisation, confiance, Plateformes collaboratives, gestion, coordination, Mobilité, capital, implication, engagement, transparence, community management etc.

47Cette focale a fortement évolué et cela se comprend par le fait qu’elle s’intéresse à des dispositifs qui évoluent et changent très rapidement et sont de plus en plus utilisés dans tous les secteurs. Les logiques de recherche, en 2009, sont inscrites essentiellement dans une critique de l’idéologie techniciste autant en termes de conceptions, de pratiques, que d’usages, avec une tendance forte à insister sur le lien nécessaire entre les paradigmes de conception et l’impulsion de dynamiques sociales d’autre part. En 2011, les travaux s’intéressent plus précisément aux productions discursives dans et par ces dispositifs et aux logiques de normalisation de ces productions : les auteurs évaluent la reproduction, des modèles traditionnels de communication, d’information, de relations, d’organisation dans/avec et par les TIC numériques. En 2013, un retour critique se fait sur la question du relativisme numérique avec des recherches qui tendent à se centrer sur les relations interpersonnelles, l’interaction, les communautés, l’engagement et l’implication : elles s’intéressent à leur forme et également à la manière de les produire. Cette tendance se confirme en 2015 et se poursuit en 2016. Cette focale entretient des proximités et des complémentarités avec des focales traitant des pratiques et techniques de management (autour du pilotage de l’action collective et l’émergence de communautés via les TIC), de celles des normes et les cultures organisationnelles (sur les logiques de construction de communautés et d’organisations), encore avec celle des objets textuels (pour les travaux se focalisant sur les contenus, donc les objets discursifs, produits, diffusés et négociés par le biais de ces technologies).

Focale : Normes, cultures et in-formations organisationnelles

  • 20 Ces travaux sont assez rependus et leur production est constante, ils représentent 16 % du corpus g (...)

48Les recherches de cette focale envisagent la CO en tant que processus de construction symbolique de l’organisation, dans l’organisation, par des valeurs ou des artefacts techniques normalisant une ou des « cultures organisationnelles » (qu’elles soient issues de logiques « gestionnaire et institutionnelle » ou anthropologiquement émergente ou instituées)20. Plus précisément, y sont étudiées les logiques normatives et culturelles des organisations, les modalités de leur intégration/construction/représentation ainsi que leurs effets sur les formes sociales.

49Les terrains concernent pour majorité de grands organismes dans plusieurs secteurs : médical et médico-social, pouvoirs publics et administrations publiques (université, sécurité sociale) et également quelques associations interculturelles mais très peu de groupes privés.

50La problématique globale consiste alors à connaître et comprendre comment et en quoi les logiques de normalisation culturelle (en s’attachant à définir lesquelles) influent sur l’organisation, l’action collective organisée et les représentations. Elle est traitée selon trois aspects classifiables en trois niveaux clairement identifiés. Au niveau macro, explicitation et compréhension des processus de construction et de mise en pratique des normes dans le contexte de la mutation généralisée (logiques gestionnaires de rationalisation/normalisation) et identification des effets des/sur les cultures organisationnelles. Au niveau méso, études des processus de construction de la culture par le sens et les effets sur les groupes et les collectifs d’acteurs (logiques de fidélisation, fédération, tensions) relativement aux cultures organisationnelles. Au niveau micro, études des représentations, les perceptions et le rôle des individus dans ces processus qui sont étudiés.

51Les hypothèses reposent sur trois aspects selon le cadre traité, elles considèrent que : le travail de normalisation est un travail écrit et narratif sur la construction de sens ; les nouvelles normes (surtout issues des modèles gestionnaires) induisent et nécessitent de nouveaux modes de régulation qui concourent à un nécessaire renouvellement et une réinvention des pratiques et des valeurs opérables par un travail sur le « sens » en situation ; enfin que ces logiques de normalisation nécessitent et impliquent des changements profonds de l’organisation (rôles, identités professionnelles, pouvoir etc.).

52Les méthodes sont de deux ordres : sur les logiques de normalisation et leurs effets (macro et méso), elles consistent en des observations et l’analyse des dispositifs et stratégies de normalisation culturelle ; sur les représentations/perceptions (micro), elles consistent en des entretiens semi directifs des acteurs qui les mettent en œuvre et/ou de ceux qui y sont confrontés.

53Le cadre théorique se compose des théories des formes et institutions sociales, des théories de la régulation, des théories anthropologiques de la communication, de l’organisation et des systèmes d’interaction, des théories de l’identité, des théories des valeurs et processus de symbolisation, des théories du contrôle social, des théories critiques, de l’agir communicationnel, des actes de langage, de la sémiotique, de l’engagement et de la reconnaissance, de l’innovation sociale.

54Les résultats montrent tous l’existence de tensions fortes entre le cadre technique normatif institutionnel et les normes anthropologiques agies et émergentes de/dans l’organisation. Ils s’inscrivent dans deux visions qui s’envisagent en complémentarité et en dépassement : d’un côté, dans une posture critique, les chercheurs montrent la dimension standardisante et dépersonnalisante des normes gestionnaires comme outils de contrôle générateurs de tensions ; d’un autre, ils montrent qu’elles sont aussi possiblement des vecteurs de médiation, de négociation qui engagent, sous certaines conditions, des logiques de fédération, des dynamiques d’engagement, d’adhésion et concourent à l’innovation. Et enfin illustré le fait que le dépassement de ces tensions relève de la régulation voire de l’intégration de compétences nouvelles pour « piloter » ces logiques socialement.

55Mots-clés : Normes, culture, valeurs, sens, communication interne, communication institutionnelle, contrôle, évaluation, identité, régulation, bureaucratie, comportements, engagement, identité, médication sociale, représentations, recomposition etc.

56L’évolution de cette focale est également importante : en 2009, les approches critiques dominent largement, elles visent à « dénoncer » et expliciter les processus de normalisation et de bureaucratisation (essentiellement décrits) en insistant sur les risques et les effets pervers. Dès 2011 – et cette tendance est régulière sur les années suivantes – les propos se tempèrent en mettant en évidence les potentiels d’innovation et de fédération de ces outils normatifs, et prônent la nécessité de leur régulation, de négociation en donnant des pistes pour penser et agir ce dépassement par le développement de cultures et de logiques relationnelles de proximité, de co-construction d’efficacité organisationnelle.

57Cette focale entretient des proximités avec la focale des TIC et des formes organisationnelles (à travers l’induction et la nécessité de réguler de nouvelles formes organisationnelles), du management (autour des pratiques et des techniques de pilotage de l’action collective par la culture organisationnelle), des pratiques et usages des objets textuels et conversationnels (avec la montée en puissance des logiques de bureaucratisation et de productions d’écrits organisationnels).

Focale : Pratiques et techniques de management

  • 21 Ces productions représentent 17 % des productions totales réparties ainsi : 7,5 % en 2009, 3,7 % en (...)

58Dans cette focale, la CO apparaît comme l’ensemble des processus d’organisation visant l’action organisée par des logiques relevant de la fonction du management dans sa dimension opérationnelle et stratégique (via outils, TIC, données, formation, relations, normes etc.). Les travaux portent sur les pratiques et techniques de pilotage et de gestion de l’action collective organisée de/par et avec l’information-communication21.

59Les terrains sont des groupements, projets, réseaux, dispositifs et outils d’aide à la décision, de gestion de l’information etc. du service public (conseil régional, éducation, service des armées, services déconcentrés du ministère) ainsi que dans de grands groupes de télécommunication (la Poste, France Télécom).

60La problématique globale consiste à comprendre quelles stratégies et pratiques de management sont mises en œuvre, comment elles le sont et ce qu’elles génèrent pour le pilotage de l’action organisée dans un contexte global de changements. Les travaux se répartissent en trois catégories :

    • 22 cf. il existe dans cette approche une importante proximité avec la focale des normes, à la différen (...)

    Management et mutation de formes : une majorité des travaux (60 %) se consacre à décrire, comprendre les pratiques, la place et le rôle du management dans les processus de mutations de formes organisationnelles en lien avec les logiques de recompositions structurelles, normatives, symboliques ou technologiques. L’hypothèse est que dans le privé comme dans le public le management se doit de s’inscrire dans les logiques d’efficacité et de performance qui induisent des tensions et une rationalisation forte. Dans les modes de pilotage de ces normes22, les auteurs constatent un management qui tend au totalitarisme avec des effets négatifs sur l’organisation et montrent la nécessité, pour compenser cela, de compétences managériales visant à favoriser les dynamiques de proximité relationnelles et la gestion de l’inter culturalité sociale et professionnelle.

  • Management et nouvelles stratégies de gestion de l’information : ce second type de travaux (22 %) décrit et cherche à comprendre les nouvelles formes de management stratégiques de l’information (intelligence économique et territoriale, intelligence collective, knowledge management). L’hypothèse est que le développement des dispositifs d’informations induit et nécessite de nouvelles formes de management stratégique des connaissances. Les résultats montrent que ces nouvelles formes de gestion de l’information numérique en appellent à de nouveaux modèles de pilotage impliquant aussi l’articulation entre plusieurs cultures (d’entreprises et/ou professionnelles) autant pour la pratique que pour penser la conception de ces dispositifs socio-organisants. Si les travaux attestent que l’information en réseau est vectrice d’innovation et d’efficacité, ils soulignent le risque de formes autogérées qui peuvent tendre vers des formes de communautarisme des dirigeants et insistent sur la nécessité de favoriser un pilotage centré sur l’humain et l’impulsion de dynamiques sociales (projets par exemple).

  • Management et politiques globales de pilotage du changement : ce troisième et dernier type de recherches (18 %) montre les modes de pilotage à travers la mise en œuvre de politiques publiques de formation (essentiellement) avec et par le numérique et insiste sur les dynamiques d’institutionnalisation du changement généralisé. Ils montrent que, par ce biais, on assiste à une modernisation des politiques publiques, et que ces changements inscrits dans de grands projets, travaillent les représentations, les rôles et les professions.

61Les méthodes mixtes couplent à la fois l’observation et l’étude des dispositifs, des entretiens ainsi que l’analyse de données et de documents.

62Bien que les cadres d’observations soient assez différenciés, les cadres théoriques, certes nombreux, sont transversaux et comprennent les théories classiques du management des organisations et de la communication et des systèmes d’interaction, les théories de la régulation, de la rationalisation, de l’action collective, de la dynamique du changement et du texte organisationnel, les théories critiques, les théories de l’innovation et de l’acteur réseau, de l’invention, de la psychosociologie des groupes et des organisations, du contrôle.

63Mots-clés : Management, coordination, stratégie, changement, TIC, relations, projets, coordination, RS, efficacité, communauté, normes, innovation, médiation, dispositif, lien social, projets, réseaux, contrôle, Gestion des connaissances, données, gouvernance informationnelle, décision, autonomie, normalisation, compétence.

64En termes d’évolution, cette focale montre que les différentes dimensions dans lesquelles elle est appréhendée vont en se distinguant, bien qu’elles soulèvent des réflexions communes notamment dans une perspective critique. Elle a tendance à venir croiser celles des normes et cultures, des TIC dont elle se distingue par le fait que le point d’entrée est ici celui de leur pilotage et touche de près à celle des mutations professionnelles et des compétences.

Focale : mutations professionnelles

  • 23 Ces recherches représentent 9 % du corpus total et se répartissent ainsi 26,9 % en 2013 et 10,3 % e (...)

65Le postulat de ces travaux est que les mutations évoquées dans les focales précédentes nécessitent et engagent des mutations professionnelles autant en termes de pratiques et fonctions, que de compétences, d’identités ou de représentations et qu’elles ont des effets sur l’activité et/ou la psychologie des individus au travail23. Bien que la question des professions soit historique dans le programme, le numérique, les formes organisationnelles et les processus de normalisation la réactualisent.

66La problématique générale s’intéresse à définir, à montrer et comprendre en quoi les professionnalités changent, quels en sont les effets pour les professionnels (de la communication mais également de nombreux autres secteurs). Cette question est appréhendée selon deux angles : le premier est de décrire, comprendre et évaluer les pratiques et usages des TIC par les professionnels et leurs effets ; le second est de comprendre les dynamiques d’institutionnalisation de nouvelles fonctions, de nouvelles compétences voire de nouveaux métiers. En ce qui concerne les terrains la focale est mise sur « l’acteur professionnel » et/ou sur sa catégorie professionnelle dans de grandes et moyennes entreprises (groupes industriels, secteur sanitaire et social, des télécommunications).

67Les hypothèses sont que les mutations affectent les professions et que l’information-communication devient une compétence fondamentale (comme le montrent par ailleurs, nombre de résultats sur les compétences communicationnelles et relationnelles soulignées dans les focales précédentes). On trouve également, celle de la recherche d’équilibre dans l’activité professionnelle face à la précarisation du travail, à l’émergence de tensions (normes, management, instrumentalisation TIC, affaissement des frontières entre sphères professionnelles et privées, etc.) ou encore celle du problème de reconnaissance et des identités professionnelles bouleversées par logiques gestionnaires et de numérisation.

68Les méthodes relèvent de techniques de recueil de données de types entretien avec des focus group, des récits de vie et des entretiens d’explicitation pour étudier les perceptions et le ressenti des acteurs, et des observations. En ce qui concerne l’institutionnalisation professionnelle les auteurs ont recours à l’analyse de documents normatifs ou des productions d’écrits communautaires.

69Les cadres théoriques convoquent les théories psychosociales classiques, les théories des dynamiques des professions et des identités professionnelles, des théories sociologiques des professions, des risques professionnels, des théories de la structuration, des usages, les théories de la compétence, de l’action contrainte, de la reconnaissance.

70Les résultats décrivent les phénomènes et les logiques qui affectent les professions : dans une perspective critique ils montrent une fragmentation des activités, une précarisation du travail, des risques socioprofessionnels, le manque de reconnaissance des habiletés professionnelles (notamment dans le secteur de la communication interne, en lien avec la fusion des sphères et des modèles), une forme d’assujettissement du travail, le problème de délimitation temps professionnel/temps privé etc. Face à ces constats ils insistent sur la nécessité de développement et le renforcement de compétences sociales, relationnelles et communicationnelles dans les organisations.

71Mots-clés : TIC, travail, émotions, reconnaissance, contrôle, compétences, connexion, identités professionnelles, risques socioprofessionnels, cadres, ennui, déconnexion, multi activité, professionnalisation etc.

72Cette focale, centrée sur l’acteur professionnel et sur sa professionnalité vient compléter et approfondir des aspects abordés dans de nombreuses focales précédentes notamment celles des TIC, des normes et des cultures, du management et de l’instrumentation des pratiques.

Focale : questions de recherche

  • 24 Relevons ici que les appels à communications de 2009 et 2011 portent sur des aspects relatifs aux r (...)
  • 25 Nous avons, dans le cadre de cet article pris de parti de présenter cette focale de manière lapidai (...)

73Cette dernière « focale » concerne des travaux qui interrogent la recherche en CO, nous soulignons qu’ils représentent 21 % du corpus total et se répartissent ainsi 40 % en 200924, 38 % en 2011, 11 % en 2013, 11 % en 2015. Nous notons qu’ils sont particulièrement nombreux et diversifiés25 et peuvent être caractérisés en quatre catégories :

  • Objets et concepts : présentation et discussion de la légitimité de l’importation d’objets et de concepts (par exemple l’autogestion, le réseau, la RSE, le document corporatif etc.) en appui sur des cas d’exemple.

  • Théories et méthodes : interrogation de la pertinence, souvent en appui sur une démonstration empirique sur un ou plusieurs cas, d’une théorie ou d’une méthode de collecte de données (par exemple la sociogénétique, la systémique qualitative relationnelle, les observations filmées des pratiques etc.).

  • Postures de recherche : discussion et analyse des postures telles que la recherche-action, les thèses CIFRE et la « double casquette » praticien-chercheur, soulignant les difficultés de positionnement en terrain des chercheurs en CO, interrogeant l’éthique etc.

  • Études, bilans et comparaisons : Études portant sur le programme lui-même à propos des approches et le plus souvent dans des perspectives comparatives (nord-américaines et européennes).

74Relevons que les deux premières catégories (objets, concepts/théories, méthodes) attestent du fait que le programme est dynamique et ouvert et se renouvelle perpétuellement. Par ailleurs, nous précisons que les articles produits par de jeunes chercheurs et quelques chercheurs confirmés constituent toutefois, pour une large majorité, des discours de justification voire de légitimation, ce qui souligne d’une part la volonté d’une certaine rigueur dans un programme en construction, mais qui dans un même temps interroge la difficulté de positionnement direct dans le programme qui, à bien des égards, apparaît foisonnant et complexe dans ses multiples publications autant en termes de paradigmes, d’approches, de cadres, que de définitions et de cadrages d’un « objet ‘communication organisationnelle’ à facettes ».

Des approches plurielles pour un objet multi facettes : du paradoxe entre convergence et dissipation de la CO dans les contributions aux colloques de 2009 à 2015

  • 26 Limité aux seuls textes issus des communications en colloques, que bien entendu, il est désormais n (...)

75Cette thématisation générale montre la grande variété des approches et des acceptions de la CO, mais surtout met au jour des liens étroits et complémentaires à tous les niveaux (objets, terrains, méthodes, cadres théoriques, hypothèses etc.). Pour autant, les focales parfois très proches restent bien distinctes les unes des autres et nous nous confrontons à d’importantes difficultés lorsque nous tentons de dégager, à partir des écrits des auteurs, les épistémologies sous-jacentes, les conceptions de l’information, de la communication ou de l’organisation sans tomber soit dans un réductionnisme et une simplification non représentatifs, soit en prenant des risques interprétatifs majeurs. Cette difficulté peut tenir de plusieurs choses : déjà en la « convenance » de notre découpage thématique, en la brièveté de la période étudiée et du corpus peu conséquent, en la nature des textes traités26, enfin elle pourrait relever simplement de la grande diversité des recherches. Considérant les limites possibles de notre étude, nous allons prudemment – seulement au regard des textes de notre corpus – souligner sous forme d’hypothèses les questions qui ont émergé durant l’analyse et qui nous paraissent importantes et utiles pour envisager la poursuite de notre travail.

76Les propos qui suivent s’inscrivent sur le constat qu’il existe une pluralité d’objets, de paradigmes, d’approches, de cadres théoriques, et qu’ils ne sont pas toujours clairement explicités dans ces textes. L’hypothèse globale est que cela concourt à rendre de plus en plus complexes, moins visibles et saisissables les fondements épistémologiques des recherches en CO et, de fait, le positionnement et la nature du programme lui-même.

Première hypothèse – Une fluidification des « contours paradigmatiques » des CO en contexte numérique

77Les focales se font écho sur bien des aspects, l’hypothèse majeure pour expliquer cette tendance serait celle du contexte sociétal, politique et économique contemporain des organisations à l’heure de la mutation numérique. Les transformations profondes des formes sociales, objectales, symboliques rendent poreuses les frontières internes/externes, délitent les sphères publiques, professionnelles et privées, affectent les conditions de fonctionnement des organisations, les activités professionnelles, les représentations etc. et ce, à tous les niveaux d’organisation en s’accompagnant d’une montée en puissance massive des stratégies et des dispositifs d’information-communication (Le Moënne, 2005, 2015). Cette « convergence globale » se traduirait dans les logiques de recherche que ce soit au travers des paradigmes, des approches, des dimensions, de la même sorte, pour concevoir des dispositifs de recherches aptes à saisir le phénomène. Par exemple pour montrer cette tendance, si l’on reprend les travaux ayant caractérisé les recherches françaises sur des périodes antérieures, comme ceux de Delcambre et Taylor (2011) qui proposaient 5 paradigmes, on peut constater que si certains textes sont emblématiques de cette typologie, une large majorité d’entre eux se positionne à l’interface de plusieurs paradigmes. Le paradigme des logiques sociales est, dans notre thématisation, illustré dans les focales des discours et médiations publiques, mais aussi dans NTIC et formes organisationnelles, normes et cultures organisationnelles et management. Le paradigme sociotechnique caractérisé par la focale instrumentation des activités professionnelles est, avec l’équipement massif en technologies numériques, les logiques de bureaucratisation, la production et le traçage de données, sous-jacent aussi dans les focales NTIC, management, normes et cultures et objets textuels-conversationnels. Le paradigme de l’activité caractérisé par la focale des usages et pratiques des objets textuels-conversationnels relativement au développement de normes de référentiels d’action et la co-production de données, se retrouve aussi dans celles de l’instrumentation des activités, des NTIC, des normes et cultures organisationnelles. Pour le paradigme des comportements communicationnels, avec les mutations contextuelles, la société du risque, les logiques d’accélération, le changement est permanent et l’intérêt des travaux pour penser le pilotage de comportements et de situations le rendent transverse à plusieurs focales telles que celles des mutations professionnelles, normes et cultures, management, NTIC et formes organisationnelles, instrumentation des pratiques professionnelles, et des objets textuels et conversationnels, notamment à travers les dynamiques d’implication et d’engagement des acteurs. Enfin, le paradigme systémique dans le contexte actuel de mise en réseau, de logiques rationalisantes de l’action collective se voit convoqué en complémentarité avec d’autres dans les focales du management, des normes et cultures, des NTIC et formes organisationnelles, de l’instrumentation des activités, des pratiques et usages d’objets textuels et conversationnels, autour, entre autres, des jeux d’autorité et de pouvoir, des groupes projet et des dynamiques d’action collective.

78Ainsi, nous voyons que les focales trouvent des échos paradigmatiques importants entre elles et que cela traduit des « faisceaux d’approches et de niveaux » de plus en plus proches qui, certes semblent avoir à voir avec les phénomènes de mutation globaux, mais constituent-ils, pour autant, une mutation des épistémologies ? Et quels en sont concrètement les effets sur les approches, les dimensions et les cadres théoriques de la CO ?

Seconde hypothèse : des approches et dimensions plurielles mais peu clarifiées

79Si nous poursuivons ce raisonnement qui, pour le dire autrement, suppose que pour saisir cette complexité croissante des phénomènes dans leurs multiples dimensions, les chercheurs soient amenés à « bricoler » afin d’y adapter leurs dispositifs de recherche. Cette « fluidification » se traduit dans notre corpus, dans diverses approches caractérisées par quatre dimensions :

  • La dimension symbolique (valeurs, représentations sociales, idéologies, etc.)

  • La dimension managériale - technique ou/et anthropologique (normes, coordination, coopération, gestion, régulation, rationalisation, institutionnalisation, etc.) 

  • La dimension des formes sociales et psychosociales (implication, motivation, engagement, perception, confiance, RPS, etc.)

  • La dimension objectale (dispositifs, textes, documents, usages, production, conception)

80Nous savons l’imbrication étroite entre ces dimensions comme autant de dimensions constitutives d’un même phénomène dans plusieurs cadres (du méta au micro). Ainsi, nous observons qu’une part importante des travaux prend, certes un point de focale relatif à une dimension particulière, mais traite et analyse plus ou moins explicitement – ou évoque – plusieurs autres dimensions, ce qui conduit, lorsque nous cherchons à caractériser les approches des auteurs et à cartographier, pour une focale donnée, les cadres théoriques de référence, à des résultats parfois surprenants et difficilement catégorisables de manière univoque et générale autour de grands courants théoriques et idéologiques.

  • 27 Cette remarque concerne beaucoup de travaux notamment ceux de jeunes chercheurs dans le programme : (...)
  • 28 Souvent les auteurs déclarent se situer dans cette approche en prenant pour « approche » une des 3 (...)
  • 29 L’ « abstraction » des objets de recherche en information-communication, nécessite une construction (...)

81À cela s’ajoute surtout le constat que si les modes de problématisation sont assez explicites sur la dimension « majeure » de l’approche, nombre de travaux27, déclarent d’emblée être positionnés dans des « approches » qui reposent en partie sur ces dimensions et sont données comme postures « institutionnelles » : les approches info-communicationnelles (SIC), les approches communicationnelles des organisations (ACO telles que développées par Bourdin, Bouillon et Loneux, 2007), les approches de la communication constitutive de l’organisation (CCO) en faisant appel à des références emblématiques mais sans pour autant développer ou définir précisément ce cadre (épistémologique, méthodologique et conceptuel) au regard de leurs travaux. Notre hypothèse est que les « approches info-communicationnelles » ou « communicationnelles des organisations » volontairement ouvertes, ne sont pas ou trop peu conceptualisées et que, bien qu’elles nécessitent alors pour chaque objet une construction explicite et rigoureuse, elles sont en fait traitées comme des allants de soi (sans en être). Dès lors, elles n’apparaissent donc pas comme un cadre et une armature épistémologique et théorique forte28 et visible pour le programme actuel en CO, ce qui donne, de surcroit, le sentiment d’être face à une sorte de confusion entre les « postures épistémologiques », « le cadrage dimensionnel » et l’outillage méthodologique ou théorique. Si les travaux déclarés des approches Montréalaise ont une empreinte qui semble faire consensus (ce qui semble logique puisque la discipline est instituée outre Atlantique), dans notre corpus cela n’apparaît pas pour les approches qui seraient « françaises »29, et ce, d’autant que s’intègrent progressivement dans le cadre de la production massive de données textuelles à l’ère numérique, des emprunts théoriques de plus en plus importants à l’école de Montréal.

82La question que nous nous posons à propos de ce constat revient à se demander si le cadre est encore en construction et, si c’est toujours le cas, pourquoi la conceptualisation n’est pas apparente au centre des propos ? Si l’armature théorique convoquée dans les CO en France, la pluridisciplinarité des SIC et les dimensions plurielles de l’objet CO n’amènent pas à une confusion entre des approches institutionnelles ou en cours d’institutionnalisation, les épistémologies, les dimensions, les concepts, les objets et les cadres théoriques parce que précisément peu spécifiés dans les développements ? Cela nous engage alors dans la suite de ce travail à poser de manière centrale et prioritaire ces questions d’approches et de conceptualisation.

Troisième hypothèse – Des cadres théoriques, des concepts et des références nombreux et diffus : une décentration de l’information-communication ?

83Ces constats ont des répercussions importantes sur les concepts, les cadres théoriques et, de fait, sur l’identité et la cohérence globale du programme. Nous notons dans ces actes une présence peu importante de références en SIC relativement à celles relevant de la sociologie ou de l’anthropologie des sciences et des techniques, de la sociologie des organisations, de la sociologie du travail, de l’action située, de l’ethnométhodologie, de la psychologie et de la psychosociologie, de la sociolinguistique etc. En soi, l’interdisciplinarité est intrinsèque aux SIC, mais il semble que le problème de clarification du positionnement tel que posé dans les textes (comme allant de soi) ne permet pas de ramener centralement et de manière univoque la question du positionnement de l’information-communication et de l’organisation relativement aux champs disciplinaires au sein desquels ces emprunts sont fait, à les relier et les construire notamment dans le champ SIC et dans les CO. Force est alors de constater que si « communication », « organisation » et « information » sont en tant que « mots » largement convoqués, pour autant, la question de leur définition et de leur articulation est très peu donnée et discutée. Peu repérables et définissables dans les textes de notre corpus sans risquer des biais, il apparaît toutefois de manière assez évidente que d’une focale à une autre, leur acception et leur articulation diffère. L’hypothèse est ici celle d’une (apparente) décentration de « l’objet » du programme CO : à savoir la centration sur la question de l’information-communication dans l’articulation des formes organisationnelles, objectales, symboliques dans les formes sociales. Les modalités de développement laissent à penser que ce qui semble parfois être étudié c’est l’organisation, les objets et les « fonctions » organisationnels.

  • 30 Nous renvoyons ici à une récente conférence de 2015 proposant une réflexion sur 40 ans de recherche (...)

84Cette remarque – qu’il s’agira de discuter ultérieurement sous le jour d’autres productions – soulève au demeurant quelques interrogations complémentaires en lien avec l’institutionnalisation du programme. Quelle est la position et les spécificités des recherches en CO par rapport à des travaux issus des sous champs « communication des organisations » (institutionnelle/interne/externe – pour schématiser), « TIC et médiations » avec l’analyse et l’étude des dispositifs sociotechniques ; et aussi par rapport aux autres champs disciplinaires (sociologie des organisations, des techniques, du travail, etc.) auxquels sont empruntés largement nombre de concepts. Nous postulons ici que l’articulation communication-information et organisation dans le programme, bien que peu traitée est fondamentale et toujours nécessaire, d’autant qu’en SIC l’articulation information-communication reste, quant à elle, toujours et plus que jamais à discuter30. L’impression d’un glissement de l’objet de recherche « information-communication-organisation » vers les « objets » d’organisation, nous a beaucoup interrogé. En effet, il nous a été aisément possible de dégager des textes des définitions de ce qu’est, pour chaque auteur, dans chaque focale la « communication organisationnelle » via les objets précisément, mais, fait paradoxal, nous ne sommes pas parvenus à dégager de définition de l’articulation information-communication-organisation pour un « objet » donné. Cela amène donc, après celle de la « convenance » de notre thématisation pour prétendre pouvoir en rendre compte, à soulever nombre de d’interrogations : comment et pourquoi cette impression de décentration de l’information-communication au profit de l’organisation et des objets d’/de l’organisation ? Cette impression est-elle effective dans les autres productions ? Historiquement ? Est-ce l’effet de ces ‘allants de soi’ ? Quels sont-ils ? Pourquoi sont-ils ainsi considérés ? Sinon est-ce lié au format des communications qui laissent peu de place aux développements ? Plus généralement il s’agira de mettre au jour ce que sont, ou ont été pour les CO l’information-communication et l’organisation, pour comprendre leurs articulations relativement aux SIC et aux autres disciplines et pouvoir en déterminer les spécificités.

Quatrième hypothèse – Des « focales » en résonance mais une sectoration persistante

85Malgré ces aspects dissipatifs, nous sommes donc parvenus à typifier les travaux en faisant état, au sein de chaque focale, de ramifications plus fines en fonction des buts de recherche, des dimensions ou des niveaux de cadrage. Si elles se rejoignent sur certains aspects : références communes, objets ou terrains, si elles ont des résultats proches ou complémentaires, elles ne se croisent pas totalement et chacune préserve une marque identitaire caractéristique. Cela rend difficiles les mises en lien des recherches non seulement entre les focales mais également à l’intérieur d’une même focale, et cela se traduit par le fait que les références à des auteurs contemporains du programme sur des travaux parfois extrêmement proches sont très rarement, en dehors de quelques grandes figures emblématiques, citées ou évoquées.

86Notre postulat est que toutes les focales constituent autant de facettes constitutives de « la » CO en ce qu’elle serait un phénomène à caractère global. Si prétendre appréhender ce tout complexe, dans toutes ses formes, ses dimensions, ses objets, ses effets, est évidemment impossible dans le cadre d’un article de communication, nous avons alors systématiquement à faire à des visions parcellaires et « sectorisantes » du phénomène. L’hypothèse sous-jacente est que la mise en relation « totale » ne se fait pas ni explicitement, ni de manière implicite et semble d’autant plus difficile que les liens entre les travaux contemporains ne sont pas explicités et que leur tendance à se développer « séparément » concourt à renforcer leur sectorisation et à limiter fortement une vision et une acception commune et englobante de la CO. Cette hypothèse consiste à questionner deux choses : savoir si et comprendre pourquoi les contributeurs au programme « dialoguent » assez peu entre eux dans leurs productions, du moins pour lier et alimenter leurs recherches dans une démarche collective et générale inscrite dans et pour le développement du programme ; ensuite voir dans quelle mesure l’explicitation faible des approches, des cadres et des concepts constituerait une entrave à cela puisque qu’étant peu explicités, ils sont peu saisissables, et donc difficilement « citables » et réutilisables par les autres. En ce sens, nous pouvons mettre en hypothèse que chaque auteur dans chaque focale, de ce fait ne se positionne pas formellement par rapport aux autres dans le programme, ce qui, au regard du flou évoqué peuvent apparaître éloignés, trop spécifiques et dans lesquels, faute de concepts et de cadres clairs et communs, il peut être difficile à chacun de se reconnaître. Cela pourrait participer alors d’une spécialisation de plus en plus grande et de plus en plus sectorisante. Il est évident ici que se posent, en « creux » mais de manière prégnante, les questions de structuration des champs scientifiques chères à Bourdieu.

Cinquième hypothèse – Deux niveaux de conceptualisation des communications organisationnelles

87Si l’on retient du développement précédent que les travaux étudient tous une des multiples facettes de la CO, cela nous amène à nous demander s’il n’y aurait pas deux niveaux de conceptualisation partiellement déliés dans les recherches en CO : d’un côté un niveau fonctionnel et opérationnel et d’un autre un niveau conceptuel.

88Le premier que nous observons majoritairement dans les textes étudiés s’apparenterait à une conception fonctionnelle et objectale autour des « objets ». C’est-à-dire une lecture qui se situe dans l’acception de différentes formes de CO en tant que fonctions en tant qu’objets produits et producteurs de l’/d’organisation. En ce sens, les CO sont traitées au travers de concepts opératoires multiples, dans un niveau et une dimension caractéristiques de la forme analysée et sur la base d’études de cas empiriques, le plus souvent portés en généralité. Nous trouvons donc plusieurs conceptualisations de « types », d’objets, de fonctions et de formes de CO comme issues, pratiquées et émergentes de l’organisation, dans l’organisation, pour l’organisation etc.

89Le second se focaliserait sur la conceptualisation, non pas des « objets ou des fonctions » de la CO mais d’un processus de conceptualisation de haut niveau de la CO elle-même, en tant que forme globale engageant toutes les formes d’organisation, tous les niveaux et processus organisationnels et impliquant toutes les dimensions. La conceptualisation concernerait alors prioritairement l’articulation entre information-communication-organisation en tant que méta-concept et se situerait au niveau du champ, englobant et articulant dans ce cadre, toutes les composantes « objets » et fonctions qu’il serait ainsi possible de conceptualiser à l’intérieur même de ce « cadre conceptualisant ».

90Ce que nous relevons c’est que les deux formes de conceptualisations qui sont, dans le développement des sciences concomitantes, ne semblent pas ici s’articuler. La conceptualisation de haut niveau pourrait advenir sous réserve que la conceptualisation des fonctions et des objets de la CO se fasse relativement à la conceptualisation de l’information-communication-organisation. Or, comme nous l’avons souligné précédemment, les deux logiques semblent se pratiquer individuellement. Dès lors, l’une se faisant et l’autre peu, notre hypothèse est que le programme se renforce autour d’objets de plus en plus nombreux et variés, appelant l’importation d’une pluralité de concepts opératoires travaillés et conceptualisés en tant qu’objets ou fonctions et tendant, sans cette « base » conceptuelle forte qui ferait « commun », à se diversifier de plus en plus et à rendre de moins en moins fort et visible ce cadre épistémique, voire à concourir à son éclatement.

Sixième hypothèse – D’un programme de champ à un programme d’objets « sans » champ ?

  • 31 Voir point n° 3. Nous faisons l’hypothèse que l’origine disciplinaire des chercheurs et l’inscripti (...)

91À bien y regarder, tous les points soulevés précédemment pourraient relever d’un paradoxe important inhérent à la nature et au développement du programme lui-même. Toutes les remarques et réflexions issues de ce premier travail exploratoire, sur une période récente, convergent vers une question plus générale : l’origine, la nature du programme, son ouverture sur ces trente années n’est-elle pas devenue, à terme, contre-productive ? Elle nous renvoie à la réflexion initiée par Le Moënne (2015) à propos des programmes de champ et des programmes d’objets (Lakatos, 1994). Comme il le souligne, le programme CO se développe – et c’est là la volonté originelle – historiquement dans une heuristique négative comme un programme de champ ouvert et large et dont le noyau dur, sur lequel il s’est fondé, reposait sur l’équivalence posée d’emblée entre information-communication-organisation. Dans notre corpus, la difficulté de repérage, voire la décentration de cette question met au jour le fait que de toute évidence, toutes les contributions, même si elles ne le définissent pas, ne reposent pas sur cette équivalence qui ne constitue donc apparemment aujourd’hui pas le noyau dur des CO. Il précise aussi que le programme « tenait sans doute dans la volonté de construire un champ de recherche au sein des sciences de l’information et de la communication telles qu’elles s’étaient structurées administrativement en France, tout en mobilisant des approches pluridisciplinaires – ou interdisciplinaires – des processus communicationnels et informationnels » et d’ajouter « c’était la caractéristique centrale de la notion de « communication(s) organisationnelle(s) », suffisamment floue et imprécise pour que chacun puisse finalement y mettre ce qu’il souhaitait, sans avoir à faire des efforts de justification pour pouvoir s’y situer ». Ce flou, cette imprécision, son ouverture ont en effet permis un développement exponentiel et durable du programme, il n’a cessé d’être alimenté par un foisonnement important d’approches, de concepts, d’objets et au sein desquels, tant ils sont nombreux, il semble aujourd’hui difficile de dégager, sur ces (seules) recherches récentes un « fondement épistémologique fort et ‘commun’« . Car, comme nous le soulignons – mais cette remarque reste limitée à ce qui nous est donné à voir dans ces actes – si un programme de champ impose et nécessite de définir chaque fois les concepts et les notions utilisées, « ce que l’on entend par communication, information, organisation, communication organisationnelle, problématique communicationnelle, approche communicationnelle ou informationnelle, etc. » (ibid.), nous avons souligné que les concepts d’information-communication-organisation dans ce corpus peu saisissables, non définis et « noyés » dans l’import massif de concepts, d’approches et de cadres théoriques et surtout d’objets multiples. D’où l’hypothèse d’une forme possible de contre productivité de l’ouverture sur le long terme, et du fait que le programme – voulu – de champ, se soit au fond, dans les pratiques, développé comme un programme d’objets, sans que la clarification épistémologique, théorique ne soit évidente et, sans se concevoir ni se construire non plus tout à fait, de manière univoque, dans le champ des SIC31 - puisque développé comme un programme de champ en devenir dans les SIC.

92Dès lors, pour conclure, nous pouvons nous demander d’une part si cette ouverture aurait pu contribuer à faire, pour des motifs qui restent à éclairer au jour des nombreuses autres productions, que le développement du programme, ses objets pluriels et la complexité même des CO, aient concouru à le situer et à le construire ni tout à fait dans un champ « propre » aux CO françaises – dont le cadre était à construire, mais n’apparaît pas dans ce corpus, comme clairement institué – ni tout à fait dans les SIC, ni tout à fait non plus dans les champs connexes… D’autre part, au regard des productions étudiées, si le programme de recherches en CO ne se serait pas développé, dans les faits, comme un programme d’objets « sans champ » ou « hors champ », ce qui est impossible, et de postuler qu’il s’est donc nécessairement constitué « en creux » dans un ou plusieurs champs dont les cadres épistémiques, aujourd’hui dans les travaux récents, n’apparaissent plus ou peu clairement et soulèvent de nombreuses questions et autant de pistes de travail futures.

93Reste alors à les chercher, à les extraire, à les clarifier, à les expliciter, à les débattre et à les concerter pour tenter de dégager les clés de compréhension, les fondements sur lesquels repose la recherche contemporaine et envisager ainsi peut être, par un travail socio-historique presque archéologique, de mieux connaître et de mieux comprendre la recherche contemporaine française en CO et ses perspectives à venir.

Haut de page

Bibliographie

Bernard F. (1999). Contributions introductives aux débats. Journée d’étude du groupe Org&Co. Aix en Provence

Bernard F. (2000). Le lien communication en organisation. Sciences de la Société La communication organisationnelle en débat. n° 50/51, Mai/octobre. pp. 25-46

Bernard F. (2002). Contribution à une histoire de la communication des organisations dans les SIC. In Boure R. Les origines des sciences de l’information et de la communication. Regards croisés. Paris : Presses universitaires du Septentrion. pp. 153-179

Bourdieu P. (2000). L’inconscient d’école. Actes de la recherche en sciences sociales, volume 135, n° 1. pp 3-5

Bourdieu P. (2013). Séminaires sur le concept de champ 1972-1975. Actes de la recherche en sciences sociales, n° 200. pp 4-35

Loneux C., Bouillon J-L., Bourdin S. (2005). Building the field of organisational communication in France : concepts, methods, institution. First European Communication Conference, KIT, Amsterdam, 24-26 Novembre

Bouillon J.-L., Bourdin S., Loneux C. (2006). Activités de la communication dans les organisations et formation : un nouveau champ de pratiques professionnelles, une nouvelle offre de formation ? 15e Congrès de la SFSIC, Bordeaux.

Bouillon J.-L., Bourdin S., Loneux C. (2008). De la communication d’entreprise aux Approches Communicationnelles des Organisations : penser communicationnellement les organisations. XVIème congrès de la SFSIC. Compiègne, 11-13 juin

Boure R. (dir.). (2002). Les origines des sciences de l’information et de la communication. Regards croisés. Paris : Presses universitaires du Septentrion

Carayol V. (1998). La communication organisationnelle en perspectives : pistes nord-américaines. In Le Moënne C. (dir.). (1998). Communications d’entreprises et d’organisations. Rennes : PUR. pp. 197-210

Carayol V. (2004). Communication organisationnelle, une perspective allagmatique Paris : L’Harmattan

D’Almeida N., Andronova Y. (2013). La communication des organisations. Sciences de l’information et de la communication. Grenoble : PUG

D’Almeida N. et Carayol V. (2014). La communication organisationnelle, une question de communauté. Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], n° 4 | 2014. URL : http://rfsic.revues.org/870 (consulté le 14/12/2015)

Delcambre P. (dir.). (2000). Communications organisationnelles, objets, pratiques, dispositifs. Rennes : PUR

Delcambre P. (2007). « Un état des recherches sur les « communications organisationnelles » en France (2000-2007) : l’âge de la transmission ? ». Bulletin de liaison Org&Co, Juin. pp. 2-10

Delcambre P. (2011). La communication organisationnelle France. In Bonneville L., Grosjean S. (dir.). La communication organisationnelle. Approches, processus et enjeux. Montréal : Chenelière Éducation. pp 18-30

Glaser B., Strauss A. (1967). The Discovery of Grounded Theory : Strategies for Qualitative Research. Chicago : Aldine de Gruyter

Grosjean S., Bonneville L. (2011). La communication organisationnelle : approches, processus et enjeux. Montréal : Chenelière Education

Lakatos I. (1994). Histoire et méthodologie des sciences : programmes de recherches et reconstructions rationnelles. Paris : PUF

Le Moënne C. (dir.) (1998). Communications d’entreprises et d’organisations. Rennes : PUR

Le Moënne C. (2014). Transformations des communications organisationnelles en contextes numériques. In Parrini Alemanno S. (Dir.). Communications organisationnelles et management en contexte numérique généralisé. Paris : l’Harmattan. pp 21-44

Le Moënne C. (2015). Les recherches en communication organisationnelle en France : quelques éléments de bilans et de perspectives. Communiquer, n° 13 [En ligne] URL : http://communiquer.revues.org/1586 (consulté le 15/12/2015)

Paille P. (1994). L’analyse par théorisation ancrée. Cahiers de recherche sociologique, n° 23. pp. 147-181

Parent B. (2004). Une approche du champ de la communication organisationnelle aux Etats-Unis. Communication & Organisation n° 25 [En ligne] URL : http://communicationorganisation.revues.org/2958 (consulté le 15/12/2015)

Vacher B. (2008). La communication organisationnelle en France : entre formalisme et débrouillardise. Une histoire de paradoxes à décrypter. In Rogojinaru A., Bouzon A. Fondements de la communication des organisations : tendances internationales. Bucarest.

Haut de page

Notes

1 L’acronyme CO qui sera utilisé tout au long du texte réfère strictement à « Communications Organisationnelles »

2 Il faut ici mentionner que, si à ce stade de l’étude nous ne les prenons pas encore en compte, nous pensons évidemment aux autres groupes qui ont œuvré dans la recherche en CO comme le groupe GREC/O de Bordeaux, aux nombreuses publications dans des revues « historiques » ayant concouru à l’institutionnalisation du programme telles que Communication & Organisation ou encore Sciences de la Société, ainsi qu’aux nombreux ouvrages qui ont été consacrés aux CO en France.

3 Merci à Christian Le Moënne pour les riches échanges et débats que nous avons à propos des recherches récentes et passées sur les CO, qui, à bien des égards, ont participé à élaborer et à entamer ce projet ambitieux, l’alimentent, et l’alimenteront indéniablement dans sa poursuite.

4 Pour aller plus loin voir Le Moënne « Les recherches en communication organisationnelle en France : quelques éléments de bilans et de perspectives », Communiquer [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 23 juillet 2016. URL : https://communiquer.revues.org/1586

5 Le choix de la période est exclusivement contraint par le « temps de la recherche » engagée en 2015

6 Loneux C., Parent B. (dir). (2009). Actes du colloque international La communication des organisations en débat dans les SIC. Juin 2009 : Rennes. 303 p. [en ligne] http://www.org-co.fr/images/stories/Colloque/Colloque_2009/Actes-Org-and-Co-Rennes-2009.pdf (consulté le 13/12/2015)

7 Parrini-Alemanno S., Parent B. (dir). (2011). Actes du colloque international Les communications organisationnelles des concepts aux pratiques. Mai 2011 : Nice. 305 p. en ligne] http://www.org-co.fr/images/stories/Colloque/actes-colloque-orgco-2011.pdf (consulté le 13/12/2015)

8 Parrini-Alemanno S. (dir) (2013). Actes du colloque international Communications organisationnelles et management en contexte numérique généralisé. Octobre 2013 : Nice. 262 p. [en ligne] http://www.brunoasdourian.fr/actes-colloque-org-co-2013.pdf (consulté le 13/12/2015)

9 Parrini-Alemanno S., Mayère A. (dir) (2015). Actes du colloque international Communication organisationnelle processus communicants processus organisants et leurs médiations. Juin 2015 : Toulouse. [en ligne] https://mon-partage.fr/f/OF8pafQx/ (consulté le 13/12/2015)

10 Cette observation renvoie aux enjeux initiaux de la création du groupe, visant à rompre l’isolement des chercheurs travaillant sur ces questions. Cette répartition territoriale et le nombre conséquent de laboratoires représentés, ainsi que le nombre de chercheurs par laboratoires, montrent que l’on n’a plus tant que cela à faire à des chercheurs isolés, mais à de petits groupements locaux préoccupés par ces questions et actifs au sein du groupe. Dans ces données, il ne faut évidemment pas négliger le fait que ne sont pris ici en compte que les « participants » aux colloques Org&Co, et il si l’échantillon peut être considéré comme représentatif, il n’a pas prétention, à ce stade, à s’établir en cartographie formelle du recensement des chercheurs produisant ou ayant produit des travaux en lien avec le programme.

11 Nous avons procédé par texte, rendu anonyme, détitré, et « extrait » de la répartition thématique faite pour les ateliers ou les actes, afin de procéder, de la manière la plus neutre possible, à cette catégorisation/thématisation par induction. Les catégories structurelles de l’écriture scientifique étant très prégnantes, nous avons donc estimé qu’elles constituaient la forme catégorielle la plus pertinente pour à la fois étudier et expliciter les éléments caractéristiques de chaque thème.

12 Les mots-clés correspondent aux concepts convoqués par les auteurs (et parfois non déclarés dans les mots-clés) ils sont systématiquement présentés dans les focales relativement à leur convocation dans les textes dans un ordre décroissant.

13 Les cadres théoriques (et les auteurs) convoqués par les publiants étant extrêmement variés, et nécessitant un approfondissement et un travail fin de restitution et d’analyse complémentaire, nous avons pris le parti dans le présent article, de les catégoriser simplement pour illustrer les grandes orientations. Nous noterons que, de fait, pour plusieurs focales, ces cadres théoriques sont similaires ou proches et que de fait, certains ne sont donc pas caractéristiques d’une focale donnée. Le travail amorcé sur les cadres théoriques, les concepts et les épistémologies présente une complexité, des résonnances, emprunts à cartographier finement – ce que nous ne sommes pas en mesure de restituer dans le cadre de cet article - mais qui donne lieu à discussion au terme de ce papier et constitue une piste à approfondir.

14 Par exemple en faisant émerger des thèmes de manière indépendante dans la catégorie des objets, des thèmes dans la catégorie des problématiques, des thèmes dans la catégorie des hypothèses etc. sans les considérer comme étant inextricablement liées et sans chercher a identifier et à caractériser les liens entre chacune de ces catégories ainsi thématisées.

15 Ils représentent 7 % des productions avec 12,5 % en 2009, puis de 7 % en 2015

16 Ces travaux concernent une proportion de 9 % du corpus total réparties ainsi : 5 % en 2009, 3,7 % en 2011, 7 % en 2013, 10,5 % en 2015

17 Ces recherches représentent 11 % des textes du corpus total répartis ainsi : 2,5 % en 2009, 11 % en 2011, 17,4 % en 2013 et enfin 10,3 % en 2015. Les terrains, dans cette focale sont très spécifiques

18 Relativement aux mutations liées aux usages des technologies numériques autant en termes de structuration de l’organisation dans un « nouveau » contexte spatio-temporel, de formes économiques, sociales, qu’aux formes communicationnelles en tant que stratégies interactionnelles des acteurs en coprésence par l’intermédiaire d’outils numériques collaboratifs.

19 Ils représentent 12 % des productions du corpus total et se répartissent ainsi : 10 % en 2009, 7,4 % en 2011, 17,3 % en 2013, 6,9 % en 2015

20 Ces travaux sont assez rependus et leur production est constante, ils représentent 16 % du corpus global et se répartissent équitablement ainsi : 10 % en 2009, 11 % en 2011, 11 % en 2015

21 Ces productions représentent 17 % des productions totales réparties ainsi : 7,5 % en 2009, 3,7 % en 2011, 34,8 % en 2013 (colloque sur ce thème) et se maintiennent à un taux de 20,7 % en 2015

22 cf. il existe dans cette approche une importante proximité avec la focale des normes, à la différence qu’ici la centration se fait sur le management en tant que fonction incarnée plus que sur la dimension « culturelle » et symbolique de la norme elle-même comme outil de management.

23 Ces recherches représentent 9 % du corpus total et se répartissent ainsi 26,9 % en 2013 et 10,3 % en 2015

24 Relevons ici que les appels à communications de 2009 et 2011 portent sur des aspects relatifs aux recherches et interrogent les méthodes, théories et concepts, d’où le nombre conséquent de textes sur ces années.

25 Nous avons, dans le cadre de cet article pris de parti de présenter cette focale de manière lapidaire et de nous concentrer à dresser un panorama des travaux. Les études de cas empiriques portant sur des objets et proposant des résultats ont été en sus traitées dans la focale correspondante. C’est pourquoi, dans le cadre la présente contribution, nous soulèverons les aspects les plus significatifs seulement.

26 Limité aux seuls textes issus des communications en colloques, que bien entendu, il est désormais nécessaire d’élargir ce corpus aux ouvrages, articles de revues et compte rendus de journées d’études. Pour autant et en prenant toutes les précautions nécessaires, nous pouvons penser que ces publications, sélectionnées, soumises à expertises puis publiées présentent, dans ces conditions et pour cette période seulement, d’une certaine représentativité de l’actualité de la recherche en CO.

27 Cette remarque concerne beaucoup de travaux notamment ceux de jeunes chercheurs dans le programme : notons ici que le corpus comporte un nombre très important de textes issus du colloque de Rennes de 2009 qui précisément était destiné à ce public et que possiblement cela a un effet important sur ce constat.

28 Souvent les auteurs déclarent se situer dans cette approche en prenant pour « approche » une des 3 dimensions proposée par les auteurs : la dimension des situations de communication locales visant à saisir les processus « productifs » impliqués dans le fonctionnement quotidien des collectifs au travail ; la dimension des processus relevant de la combinaison des activités info-communicationnelles, des dispositifs techniques et des systèmes de règles formelles qui structurent et rationalisent l’organisation ; la dimension des politiques de communication, comme processus de constructions symboliques visant en un cadrage managérial des représentations des acteurs (salariés, clients, grand public etc.), sans argumenter et définir davantage ce que sont et à quoi correspondent ces dimensions et sans, de fait définir, le cadre même et de leur recherche et avec elle le cadre épistémologique sur lequel se conçoivent les travaux.

29 L’ « abstraction » des objets de recherche en information-communication, nécessite une construction rigoureuse mais présente une difficulté importante relativement à leur culture, leur identité et leur reconnaissance et légitimité disciplinaire, puisque la CO se développe majoritairement dans les SIC en affichant néanmoins une identité spécifique et différentielle. De fait, les CO sont vues dans les SIC comme un objet du champ au même titre que la communication des organisations ou à la communication de l’organisation ou encore à la communication interpersonnelle (sans pour autant que les spécificités intrinsèques de la CO soit clairement « définies et reconnues » pour les spécialistes du champ, non spécialistes des CO). Dans nombre d’articles cela se traduit par le fait que les chercheurs, argumentent largement qu’ils soient acceptable d’étudier des objets CO sans mettre au jour les spécificités de l’approche relativement à d’autres.

30 Nous renvoyons ici à une récente conférence de 2015 proposant une réflexion sur 40 ans de recherches en SIC, Bernard Miège, repositionne, aujourd’hui encore, au cœur du débat contemporain, la nécessaire clarification des concepts « information » « communication », ce qui montre bien ici l’ampleur et l’actualité de la question et les effets que peut avoir cela directement sur les conceptions et conceptualisations des recherches en CO. (http://lesenjeux.u-grenoble3.fr/2015/07-Miege/index.html)

31 Voir point n° 3. Nous faisons l’hypothèse que l’origine disciplinaire des chercheurs et l’inscription forte du programme dans le champ SIC avec la nécessité, pour les études et du fait de l’ouverture du programme, à aller chercher des concepts et cadres théoriques relevant d’autres champs disciplinaires, présente une difficulté pour des chercheurs en SIC, et ce, bien que, par exemple l’existence pérenne d’une revue telle que Communication & Organisation marque de manière forte une forme d’institutionnalisation du domaine dans le champ (Nous appuyons ce constat sur l’observation qu’après 30 ans d’existence du programme, de nombreux articles présentent – généralement en introduction – de longs développements relatifs à une forme de justification de la recherche menée dans le champ SIC et/ou CO).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Statut des publiants par années
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2114/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 2. Modalités de productions par années
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2114/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 3. Institutions de rattachement des auteurs
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2114/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 4. Répartition des thèmes sur le corpus
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2114/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 5. Répartition des thèmes par années
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2114/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sidonie Gallot, « Quelques hypothèses concernant les recherches récentes en communication organisationnelle en France : analyse des productions de quatre colloques du groupe Org&Co 2009-2015 », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2114 ; DOI : 10.4000/rfsic.2114

Haut de page

Auteur

Sidonie Gallot

Sidonie Gallot est maître de conférences en SIC à l’université Paul Valéry à Montpellier. Ses recherches, menées au sein de l’équipe CERIC du LERASS, portent sur les problématiques contemporaines des communications organisationnelles et du management, ainsi que sur le développement et la structuration du champ de la communication organisationnelle en France. Courriel : sidonie.gallot@univ-montp3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page