Navigation – Plan du site
Formes organisationnelles et pratiques communicationnelles

Pour une double lecture institutionnaliste et communicationnelle des formes organisationnelles derrière l’appellation ‘think tank’

Lucile Desmoulins

Résumés

Les apports des approches institutionnalistes aux approches communicationnelles des organisations sont étudiés articles à partir de l’étude des formes organisationnelles regroupées sous l’appellation et le label de think tank. Il s’agit de montrer que l’institutionnalisation des think tanks passe partiellement par leur existence au regard de la loi, par l’affirmation de règles et l’apport de gages de stabilité étant donné leur diversité de leurs formes organisationnelles. L’institutionnalisation passe plutôt par l’érection et la défense de principes qui permettent aux think tanks de se positionner en normes et en valeurs dans le paysage politico-médiatique français, et par la reconnaissance implicite ou explicite par les membres des milieux décisionnaires centraux et par les journalistes.

Haut de page

Texte intégral

1En tant que gestion de la cité, jeu d’influence et conquête du pouvoir, le politique est indissociable du discours. Et ce discours se déploie dans une grande variété d’activités, de situations, de processus, d’outils, de techniques, de lieux ou instances, de moments de communication. Les formes communicationnelles liées au politique, les registres, les outils, les processus et les enjeux politico-communicationnels sont saisies conjointement et de manière fructueuse par la philosophie politique, la linguistique, la sociologie politique, les sciences politiques et les SIC.

2À partir des années 70, les chercheurs en sciences sociales néo-institutionnalistes se sont intéressés aux cadres normatifs et aux cadres cognitifs (Simon, 1944, Berger et Luckman, 1996, Meyer et Rowan, 1977, DiMaggio et Powell, 1991). En sciences politiques, un courant d’analyse cognitive des politiques publiques a étudié les processus décisionnels, les mises sur agenda, l’évolution des « référentiels », les mécanismes d’influence de l’opinion publique et de ses leaders, la diffusion des idées, le rôle des médias, les stratégies de lobbying ou encore les formes de participation et d’engagement. L’analyse cognitive des politiques publiques s’impose donc comme une référence incontournable pour nombre de chercheurs en SIC s’intéressant aux formes de communication politique. Au sein de ce courant néo-institutionnaliste, les chercheurs ont mis et mettent encore l’accent sur la dimension relationnelle des organisations. Les différences entre organisation et institutions sont gommées, ainsi que les frontières entre ce qui ferait et ce qui ne ferait pas partie des organisations ; le critère de l’efficacité est remplacé par celui de la légitimité.

3Le courant institutionnaliste historique de la sociologie et des sciences politiques fait en revanche peu partie des références citées par les travaux en SIC, a fortiori ceux s’intéressant à la communication organisationnelle. L’approche institutionnaliste est perçue comme purement fonctionnaliste et fixiste. L’analyse institutionnelle a été caricaturée pour ce qu’elle aurait étudié les organisations et les institutions en tant qu’elles rempliraient nécessairement une fonction sociale ce qui leur assurerait une stabilité sur le temps long. L’analyse institutionnelle ne s’intéresserait pas suffisamment aux acteurs, elle serait donc le pendant de l’analyse sociologique qui oublierait les institutions pour se focaliser sur le pouvoir et les acteurs. Cette approche est certes ancienne et elle pourrait donc être perçue comme datée.

4Certains travaux institutionnalistes sont effectivement d’une portée très limitée pour un chercheur s’intéressant à la manière dont les formes organisationnelles et des institutions émergent, se cristallisent ou s’hybrident à travers des dynamiques relationnelles et des discours. Le concept d’institutions a traversé les sciences sociales après avoir été à leur fondation en irriguant les travaux de Durkheim et Weber. Durkheim a ainsi établi qu’« on peut appeler institution toutes croyances et toutes les modes de conduite institués par la collectivité ; la sociologie peut alors être définie comme la science des institutions, leur genèse, leur fonctionnement » (Durkheim, 2e préface des Règles de la méthode sociologique, p. XXIII). L’un des premiers chercheurs à avoir relié les deux concepts d’organisation et d’institution est le sociologue Selznick qui a postulé que les membres d’une même organisation poursuivaient des objectifs parfois contradictoires, ce qui interdit de considérer les organisations comme des entités cohérentes à la poursuite d’objectifs rationnels. Il considérait que les institutions étaient des organisations qui avaient subi l’épreuve du temps et du jugement et qui avaient prouvé qu’elles n’étaient pas superflues socialement (1957, 1996). Les théories de Selznick sont éminemment fonctionnalistes, et peu propices à l’éclairage de dynamiques communicationnelles et médiatiques contemporaines.

5Le concept d’institution est polysémique et équivoque. La définition de Mary Douglas est par exemple très inclusive : « Les institutions sont des faits, des groupements stables, des pratiques collectives, mais aussi des cadres cognitifs et des valeurs et des normes sociales dans lesquelles se déploient les pensées individuelles » (Douglas, 2000). On peut aussi citer la définition de Jacques Chevallier pour qui les institutions sont « des phénomènes sociaux, impersonnels, collectifs, présentant permanence, continuité, stabilité » (Chevallier, 1981) et les envisager donc comme ce qui fonde l’ordre social. L’institution suppose une forme de pérennité et de transmission, « des activités régies par des anticipations stables et réciproques » (Boudon, Bourricaud, 1981, p. 312). P. Cardan, aussi connu sous le nom de Cornelius Castoriadis, a cependant souligné que si l’institution naissait d’une volonté commune et de l’émergence d’une norme, elle restait un processus dialectique opposant en permanence d’une part, un institué du côté de l’ordre établi, des normes légales ou sociales rigides et stables, des procédures codées et acceptées de modifications de cet institué et d’autre part, des dynamiques instituantes, à savoir des mouvement de contestation radicale, une capacité d’innovation ou d’importation de formes résolument novatrices (Castoriadis, 1999). Cette perspective institutionnaliste peut aussi être qualifiée d’interactionniste, car elle envisage les systèmes politiques, les institutions sociales et les organisations comme le produit de procédures et de normes légales et sociales qui se cristallisent et évoluent au fil d’interactions plus ou moins organisées.

6Pour évoquer les apports des approches institutionnalistes aux approches communicationnelles des organisations, nous avons choisi comme point d’ancrage l’étude des formes organisationnelles regroupées sous l’appellation de think tank. La description – et non la définition – des think tanks retenue est volontairement peu précise : « lieux où s’effectuent ou bien sont financés des travaux visant à formuler des analyses rigoureuses sur des problématiques ayant un lien avec la chose publique, mais aussi des propositions innovantes immédiatement applicables » (Desmoulins, 2014, p. 201). Les personnes qui produisent ces travaux s’efforcent de participer d’une part « aux débats dans l’espace public, et d’autre part aux processus de décision » (Desmoulins, ibid.). Ces personnes sont appelées think tankers aux États-Unis et au Royaume-Uni ce qui évite les malentendus ou les connotations liés aux autres appellations : chercheurs, experts, spécialistes. Pour participer aux débats et aux décisions, les think tankers empruntent presque les mêmes moyens d’actions que les lobbys : publication de rapports, de notes, d’articles, de tribunes, d’infographies, de courts formats de vidéos, réponse de think tankers à des interviews de journalistes, participation personnelle de think tankers à des débats dans les médias radio et télévisuels, mise en ligne de leurs production sur leurs sites internet, visibilité sur les médias sociaux, envoi de courriers et échanges directs avec des acteurs politiques (membres de cabinets, parlementaires, etc.). À cette panoplie des outils d’influence s’ajoute un élément qui distingue les think tanks des lobbys – au-delà du fait que les think tanks ne sont pas censés défendre des intérêts privés -, contrairement aux lobbies, les think tanks peuvent répondre à des commandes émanant d’administration et entrer dans une relation d’expertise avec le politique.

7Cette description n’aborde aucunement la dimension organisationnelle (statut juridique, taille, règles de fonctionnement, modalités de financement) et la dimension institutionnelle. Elle met en avant les objectifs des think tankers plutôt que les rôles et fonctions des think tanks. Elle est suffisamment souple pour accueillir certains laboratoires de recherche universitaires ou du CNRS, des Institut d’Études Politiques ou de la Fondation Nationale des Sciences Politiques. Elle inclut des associations reconnues ou non d’utilité publique, aussi bien que des fondations (operating foundations). Cette description n’inclut aucun critère fonctionnaliste de nécessité. Des think tanks se donnent pour mission de participer aux débats publics, mais la description ne dit pas si leur participation est jugée nécessaire ou indispensable ce qui constituerait une preuve de leur institutionnalisation. Des thinks tanks souhaitent participer aux processus de décision, mais leur participation n’est pas normalisée (banale) et encore moins systématique.

8Deux familles d’objectifs, centripètes et centrifuges, sont revendiquées par les think tanks. Certains visent le cercle restreint, voire secret des décideurs. D’autres objectifs visent a contrario les publics les plus divers, voire l’ensemble des citoyens via les médias de masse. Cette description floue doit être complétée d’une réflexion sur les processus d’institutionnalisation des formes organisationnelles et de légitimation du rôle politique des think tanks (production de savoirs et de propositions, vulgarisation, animation, influence, participations aux décisions). Dans une perspective fonctionnaliste, les think tanks rempliraient des fonctions objectives, ils participeraient à un contrôle social, à une régulation politique, à la formulation et à la justification des politiques publiques. Une institution doit remplir certains rôles et donc agir de manière prescrite, normée, prévisible pour remplir ces fonctions. Ce sera l’objet de la deuxième partie de cet article tandis que la première partie apportera des repères pour comprendre la diversité des formes organisationnelles des think tanks. La structuration de cet article se conforme en effet à l’analyse de Maria Bonnafous-Boucher et de Jacob Dahl Rendtrorff, de l’acte d’instituer. Nous montrerons tout d’abord que l’institutionnalisation passe par une existence au regard de la loi, par l’affirmation de règles et par l’apport de gages de stabilité. L’institutionnalisation suppose ensuite l’organisation d’une communauté humaine capable de mettre en œuvre des principes et des objectifs. Nous analyserons enfin l’institutionnalisation en tant qu’elle suppose d’ériger et de défendre des principes (Bonnafous-Boucher, Dahl Rendtrorff, 2014), à travers la manière dont les think tanks se positionnent en normes et en valeurs dans le paysage politico-médiatique français.

9En termes méthodologiques, l’analyse des formes organisationnelles des think tanks, de leurs processus d’institutionnalisation et de légitimation à l’œuvre, s’appuie sur une enquête au long cours commencée au début des années 2000 et qui s’est focalisé sur leurs relations expertale avec le politique, sur leurs stratégies de communication, et sur les formats de leurs productions. Nous avons consulté les publications de nombreux think tanks : des préambules d’ouvrages, des interviews de presse d’experts dans lesquelles le think tank est un « titre à parler ». Par titre à parler, nous entendons des « signes ou […] emblèmes par lesquels s’expriment publiquement et officiellement l’occupation de positions déterminées dans des champs déterminés » (Boltanski, 1973, p. 5). Le titre à parler est ce autour de quoi s’établit un consensus quant aux critères qui permettent à des individus de participer à des procédures d’expertise et de prendre la parole dans les médias. C’est le titre au nom duquel « le discours […] réalise le point de passage entre l’agir social, renvoyant à l’ordre global d’acquisition de la légitimité et le discours social, renvoyant aux procédures stratégiques de légitimation dans l’espace médiatique » (Tavernier, 2004). Le concept d’auctorialité (Foucault, 1969) a aussi été convoqué pour analyser les processus de diffusion et de légitimation des écrits émanant de think tanks. Le célèbre texte de Foucault sur la fonction-auteur a été mis à contribution pour illustrer les rapports d’appropriation, d’attribution d’un statut spécifique, de projection des qualités, ainsi que les rapports d’éloignement ou de dispersion/dilution des egos quand un ou plusieurs auteurs revendiquant implicitement ou explicitement un texte réputé co-produit au sein d’un think tank.

10La démarche à partir des discours se double d’une enquête sur la forme légale et matérielle des think tanks : le statut immobilier, le nombre de mètres carré, l’architecture intérieure du bâtiment, l’organigramme, la politique salariale, les intitulés des postes. Ces éléments matériels permettent de saisir la tension entre les normes et les valeurs organisationnelles et la réalité des formes, de saisir comment s’opère la mise en cohérence dans l’ordre des discours de légitimation entre des normes rêvées, fantasmées importées des États-Unis, du Royaume-Uni ou d’Allemagne et des formes concrètes. Si un think tank plaide la qualité de ses productions, leur rigueur, leur scientificité, leur profondeur, leur technicité, il convient d’en étudier les conditions de production. La qualité d’un rapport labellisé par un think tank dépend de l’épistémologie revendiquée (ou non) par le ou les signataires de ce rapport, mais aussi très prosaïquement des modalités de rémunération du ou des auteurs, du temps dont ils ont disposé pour leur enquête, du temps dont ont disposé d’éventuels secrétariats de rédaction pour effectuer un travail de relecture, du niveau de formation des personnes qui ont effectué un éventuel travail de veille et de documentation en amont de l’enquête. Autrement dit, les bâtiments, leur agencement, les instruments de gestion des RH, la politique salariale, les investissements en documentation participent à la mise en œuvre des engagements et promesses communicationnelles. L’étude de la mise en œuvre des promesses communicationnelles a été facilitée par plus de 15 ans d’enquêtes de terrain dont plusieurs observations ethnographiques dans divers think tanks, d’où un solide réseau de connaissances et d’amitiés, et des discussions informelles avec des chercheurs, des experts, des étudiants reliés de manière plus ou moins organique à des think tanks et avec des personnels employés dans des fonctions support.

La diversité des formes organisationnelles des think tanks

11L’exemple des think tanks français dans leur diversité formelle illustre bien l’idée selon laquelle « l’institutionnalisation des organisations se caractériserait en quelque sorte par la duplication d’organisations identiques, cette multiplication venant en quelque sorte digérer l’institution à la fois comme objet générique et dans sa diversité au concret » (Pesqueux, 2015, Introduction du chapitre 2). Cette citation d’Yvon Pesqueux nous a invitée à observer les plus petits dénominateurs communs aux think tanks français et leurs points de divergence au fondement de leur grande diversité. L’étude de cette diversité reprendra les grandes lignes de l’analyse en quatre temps de Maria Bonnafous-Boucher et Jacob Dahl Rendtrorff, sur ce qu’est l’acte d’instituer, à savoir 1/ fonder au regard de la loi, établir des règles, 2/ donner des gages de stabilité, 3/ organiser une communauté humaine qui met en œuvre des principes, des objectifs communs (Bonnafous-Boucher, Dahl Rendtrorff, 2014).

12Cette vision de l’acte d’instituer pose comme point de départ la fondation au regard de la loi. En l’occurrence, les think tanks jouissent de statuts légaux variés. La plupart sont des associations ou associations reconnues d’utilité publique, mais certains existent sous la forme de laboratoires de recherche rattachés à une Université ou au CNRS pour lesquels il n’est pas usurpé de parler de think tanks puisqu’ils figurent dans des annuaires de think tanks internationaux, mais aussi parce qu’ils ont noué des relations d’expertise avec la puissance publique et sont parfois désignés dans les médias comme étant des think tanks. Pour complexifier encore la situation, des chercheurs rattachés à des laboratoires académiques effectuent souvent des missions d’enquête pour des think tanks, participent à des groupes de travail au sein de think tanks ou publient des ouvrages ou des notes dans les collections de think tanks. Le critère légal inclut l’existence de règles de fonctionnement. Les règles relatives au financement des think tanks posent par exemple problème dans le cas français, où très peu de think tanks peuvent se déclarer indépendants alors qu’ils sont financés massivement par la puissance publique, que ce soit de manière directe ou indirecte (subventions, contrats, statut fiscal préférentiel). La plupart des travaux sur le rôle des think tanks de par le monde admettent qu’ils peuvent se présenter sous des formes organisationnelles variées selon qu’ils sont établis dans des pays dont la législation est favorable au don, possédant une culture philanthropique, selon le degré d’ouverture des administrations à des sources d’information extra-administratives, mais aussi en fonction de la culture du débat et de l’expertise.

13Le deuxième critère, la stabilité, est un critère a priori plus évident à évaluer. La longévité de certains think tanks contribue à les institutionnaliser, en témoignent les dates de leurs créations : 1975 pour l’Institut de l’entreprise, 1979 pour l’IFRI, 1990 pour l’IRIS qui attendra 2009 pour être reconnu d’utilité publique, 2000 pour l’Institut Montaigne, 2008 pour Terra Nova. L’Ifraps est un think tank français libéral, reconnu d’utilité publique depuis 2009, mais il est issu d’une association créée en 1985 par Bernard Zimmern. Pour la FRS, le calcul est plus compliqué car cette Fondation est née de la fusion en 1992 du Centre de recherches et d’études sur les stratégies et les technologies (CREST) et de la Fondation pour les études de défense (FED), elle-même créée en 1981, et qui était elle-même la résurgence de la FEDN, un think tank organique au ministère de la Défense créé en 1972 par Michel Debré alors ministre d’État chargé de la Défense nationale. Les think tanks français sont très loin de pouvoir se targuer de l’antériorité des think tanks américains et anglais les plus célèbres, (Rand, 1948, Brookings ou Institute for Government Research, 1916, Chatham House Royal Institute for Foreign Affairs, 1919, Adam Smith Institute, 1977). Certains paraissent néanmoins relativement stables.

14Le troisième critère de l’acte d’instituer est le fait de faire exister une communauté humaine. Cette approche invite à observer les think tankers et la forme organisationnelle des think tanks. Diverses descriptions permettent de visualiser ce à quoi ressemble un think tank en tant que communauté humaine. Les politologues américains James MacGann et Kent Weaver ont catégorisé les think tanks selon qu’ils ressemblent à des « Universités sans étudiants, des cabinets de conseil, ou des ONGs engagées dans le champ du politique (advocacy tanks) » (MacGann, Weaver, 2000). La chercheuse australienne Diane Stone aborde la définition des think tanks à travers l’idée qu’ils sont proches, mais se distinguent d’autres formes organisationnelles : clubs politiques, partis, cabinets de conseils, lobbies, laboratoires de recherche académiques. Elle en déduit une définition qui met délibérément de côté la question de l’autonome et des modalités de financement à travers l’emploi de l’adverbe « relativement » : « organisations relativement autonomes dédiées à la recherche et l’analyse de problèmes contemporains et travaillant indépendamment du gouvernement, des partis politiques et des groupes de pression » (Stone, 2001). Dans l’un des manuels américains les plus connus de sciences politiques, Stella Ladi (2011) décrit les think tanks comme des « organisations distinctes des gouvernements dont l’objectif est de fournir des conseils sur une grande diversité de problèmes politiques à travers la production de savoirs pointus et l’activation de réseaux ». Les travaux de Martin Thunert présentent une liste très inclusive de think tanks allemands de formes statutaires et institutionnelles variées : fondations politiques, services administratifs tournés vers la réflexion stratégique, organismes publics de recherche, des instituts indépendants de recherche en politique publique, cellules d’analyse et de prospective internes aux partis poliques. Il considère que certaines fondations, ONG et groupes d’intérêt disposent d’une « autonomie intellectuelle subjective » bien qu’ils entretiennent avec les partis politiques ou les ministères des liens financiers privilégiés (Thunert, 2000). Ce chercheur a choisi d’ignorer la diversité formelle des think tanks allemands pour s’intéresser à leurs interventions dans les processus de décision et les débats publics. Il a ainsi pu montrer l’importance accrue des think tanks allemands dans la germination des politiques et leur mise sur agenda via leur activisme auprès des partis et des parlementaires plutôt que des exécutifs.

15L’émergence de nouvelles formes organisationnelles pose aussi le problème de la différenciation. Everett C. Hugues a ainsi insisté sur l’existence aux côtés des institutions officielles, d’institutions bâtardes (Hugues, 1996, p. 63). Ainsi, l’Ifraps revendique l’appellation de think tanks, mais a demandé et obtenu son inscription au registre des groupes d’intérêts auprès de l’Assemblée nationale. Cet événement pourrait être étudié à travers le prisme du concept d’analyseur naturel, « un événement qui survient de manière inopportune et qui permet l’énonciation et la compréhension des contradictions de l’institution » (Hess, Savoye, 1981, p. 73). Il questionne en effet le discours de légitimation des think tanks qui mettent en avant leur neutralité, leur objectivité, la scientificité de leurs travaux. Il invite à réévaluer la distinction entre think tanks et lobbies. Les stratégies de communication des think tanks visent à légitimer le rôle politique des think tanks en tant que fournisseurs d’expertise attachés à un principe d’effort d’objectivité et cet événement vient nier ce discours contributif de légitimation au profit d’une logique corporatiste de confrontations d’intérêts et d’opinions.

16Les approches institutionnalistes contemporaines enseignent que les évolutions de formes organisationnelles répondent à une logique d’hybridité, de mimétisme ou de distanciation (DiMaggio, Powell, 1983). Leur cristallisation, leur institutionnalisation, procèderait de leur capacité à s’adapter à des contextes nouveaux, à être traduites de manière opportune dans chaque contexte national de manière parlante pour les acteurs (Røvik, 2011). Cela suppose que ces formes organisationnelles s’intègrent dans un système symbolique de représentation et soient ainsi légitimées, (Deephouse & Suchman, 2008), mais aussi qu’elles prouvent leur efficacité pratique (Fredriksson & Pallas, 2015 ; Nielsen & Salomonsen, 2012 ; Røvik, 2011). L’émergence de nouvelles formes organisationnelles pose aussi le problème de la différenciation. Ainsi, les think tanks anglais se considèrent comme les héritiers des ginger groups dont la Fabian Society est l’exemple le plus célèbre, mais ils paraissent s’être progressivement autonomisés du modèle des clubs politiques. Ce processus de différenciation n’est pas forcément linéaire. Martin Thunert a par exemple montré que des ONGs et des groupes d’intérêt allemands étaient si compétents qu’ils étaient considérés comme des « hybrides de think tanks » (Thunert, 2000). Tom Medvetz conseille enfin d’envisager les think tanks de manière très élémentaire comme des « institutions hybrides actives à l’interstice des champs académiques, politiques, économiques et médiatiques » (Medvetz, 2012).

17Au-delà du statut qui atteste de l’existence légale d’un think tank, la forme organisationnelle est définie matériellement aux yeux de tous par la dimension immobilière du think tank, par la taille et la forme des bâtiments qu’il occupe. Pour répondre aux deux familles d’objectifs d’influence qui définissent les think tanks, ces derniers doivent être installés dans des bâtiments pérennes capables d’accueillir des activités de recherche, de publication et de débat. Un club politique n’a pas besoin de disposer de bâtiments propres pour exister, il peut se réunir dans un café, un restaurant, une salle louée ou prêtée par un parti politique dont il est sympathisant (Desmoulins, 2011). Un think tanker doit pouvoir disposer d’un bureau, d’une connexion informatique, d’un accès à des ressources informationnelles numériques. Si les productions sont massivement réalisées par des chercheurs qui travaillent ailleurs que dans l’enceinte du think tank, car celui-ci ne dispose pas de bureaux à mettre à leurs dispositions, le label de think tank parait usurpé. Les bâtiments des think tanks les plus célèbres possèdent des grandes salles de réunion, des bureaux qui peuvent accueillir des chercheurs, des experts, un service de documentation et une proportion croissante de personnes qui remplissent des fonctions supports comme la publication, la communication, les RH, la direction, le secrétariat, la logistique, la maintenance du réseau informatique. Chaque bâtiment à travers son adresse, son architecture intérieure, sa modestie ou son luxe raconte une histoire de proximité ou distance avec le pouvoir.

18L’IFRI est encore en 2016 le seul think tank français disposant d’un bâtiment qui intègre une salle de conférences pouvant accueillir plus de 400 personnes. Cette spécificité participe au renforcement de sa position de force et à sa légitimation en tant qu’acteur de la diplomatie parallèle française. L’instabilité d’une forme organisationnelle témoigne de la précarité d’une organisation, des vicissitudes de son processus d’institutionnalisation. Ainsi, le nombre important des déménagements de la FEDN, puis de la FED, puis encore de la FRS exprime les heurts de l’histoire de ce think tank. Les bureaux de l’Institut Montaigne sont domiciliés à une adresse prestigieuse, proche des lieux du pouvoir politique et économique, mais ils sont petits et situés sous les toits. L’Institut Montaigne est constitué d’une succession de couloirs, d’un dédale de petites marches et de paliers, ce qui contribue à une mythologie propre qui éloigne symboliquement le think tank de son créateur, l’entreprise AXA et de son mentor, Claude Bébéar. Les réunions des groupes de travail dans une salle mansardée ont une allure pittoresque et bon enfant très éloignée du fonctionnalisme froid des grandes entreprises. Inversement, ses locaux ne lui permettent pas d’accueillir des groupes de travail importants et l’oblige donc à « dépayser » certaines réunions, à établir des collaborations avec des entreprises notamment de conseil, qui lui prêtent des salles de réunion, mais qui intègrent en retour l’un de leurs consultants dans le travail des groupes, voire même qui en assurent le pilotage et la coordination.

19La question des bâtiments qui accueillent les thnik tanks doit aujourd’hui être réévaluée. Les normes sociales relatives aux formes des organisations sont évolutives, et sont fortement impactées par les progrès techniques notamment ceux liés au numérique. Elles ont d’abord toléré, et tendent aujourd’hui à valoriser des formes hybrides, floues, flexibles, éphémères ou purement virtuelles grâce à la révolution numérique. Comme n’importe quelle autre organisation, les think tanks sont impactés par l’évolution des conditions de travail offertes par le numérique. Des chercheurs rattachés à la FRS n’ont jamais pénétré ses bâtiments actuels. L’IFRI est aujourd’hui implanté sur plusieurs sites, car le numérique autorise le travail à distance et parce que les pôles de décision se sont déplacés vers Bruxelles tandis que des coopérations accrues se sont développées avec des think tanks allemands.

20L’organigramme et l’organisation des ressources humaines sont intéressants car ils renseignent sur le nombre des personnes pour lesquelles le think tank est le principal employeur, sur le nombre des chercheurs dits « associés », des experts travaillant comme free-lance, des vacataires payés en droits d’auteurs, des stagiaires qui constituent le prolétariat du monde des think tanks, et qui sont souvent des jeunes chercheurs ou des thésards. La connaissance de la répartition du budget et de la masse salariale d’un think tank est donc une information importante pour comprendre ses choix stratégiques. Des chercheurs critiques américains (Domhoff, 1996) décrivent les think tanks comme des agents masqués des grandes entreprises capitalistes qui ne font que légitimer la domination et l’aliénation du peuple. Dans le cas français, l’étude de la masse salariale d’un think tank permet de décrypter leurs rôles dans toute leur complexité et de remettre en cause les analyses critiques radicales. Les think tanks patronaux comme l’Institut de l’entreprise sont des acteurs-clés de légitimation de pratiques managériales dans une logique de conflits sociaux. Leurs dirigeants défendent en effet des options politiques libérales attendues. Cependant, des think tanks catalogués de droite ou de gauche financent des études auprès de chercheurs dont on ignore tout des affinités et des engagements politiques. Un doctorant ethnologue aux engagements trotskystes connus a vu sa thèse et ses enquêtes de terrain financées par un think tank réputé centriste, ses engagements n’ont pas été rédhibitoires étant donné la rigueur de son travail scientifique et de son éthique de chercheur et le caractère porteur de ses sujets d’enquête dans une période marquée par des attentats terroristes.

21Au sein de l’Institut Montaigne, les membres des groupes de travail qui sont les auteurs des rapports ne sont pas rémunérés : ils sont bénévoles. Et on rencontre dans les groupes de travail des hauts et des moyens managers qui viennent dire leur désarroi et leur besoin de ré-enchanter le management, de lui donner du sens, qui comptent sur l’Institut Montaigne pour porter leur voix (Desmoulins, Lamarche, 2013). L’IFRI, le plus ancien think tank français internationaliste et spécialiste des questions de stratégie a une voix précise, celle de son Président, Thierry de Montbrial, mais il s’exprime aussi à travers d’autres voix de chercheurs permanents qui peuvent être dissonantes. Les think tanks ont souvent la capacité de faire cohabiter des discours polyphoniques à l’exception notable de l’Ifraps et de l’Institut de l’entreprise. Les montants très limités touchés par les auteurs de rapports et de notes (vacations, droits d’auteurs, salaires) sont éclairants quant à la grande liberté de ton des think tankers. Sur les sites Internet des think tanks, on constate la polyphonie, voire même l’affirmation de dissensions. La polyphonie participe à la légitimation des think tanks, elle permet d’esquiver la critique quant à son unanimisme, son engagement partisan, la prévisibilité de ses recommandations. Tous les voix qui s’expriment au nom d’un think tank n’ont pas la même portée : le directeur d’un think tank qui signe une tribune publiée n’équivaut pas une personne de faible notoriété cosignant un rapport auprès de 15 autres personnes, qui n’équivaut pas un communiqué de presse non signé car endossé par la voix même du think tank, ou un compte-rendu de conférences réalisé par un stagiaire dont la signature n’apparait pas.

22L’analyse de la forme matérielle des think tanks passe par l’observation de leur charte graphique qui fait exister le think tank vis-à-vis de l’extérieur. À travers la professionnalisation de leur communication, leurs efforts pour investir de nouveaux outils d’influence (infographie, courriers aux parlementaires, présence sur les médias sociaux, développement de supports vidéos), les think tanks témoignent eux aussi de ce qu’ils sont habités par la quête de la « bonne forme ».

L’institutionnalisation des think tanks par les normes, les valeurs et les principes

23Il convient pour instituer, de fonder en Droit et d’organiser une communauté humaine stable et dédiée à la défense de principes. Instituer, suppose donc en amont d’ériger et défendre des principes (Bonnafous-Boucher, Dahl Rendtrorff, 2014). Qu’en est-il des principes, normes et valeurs qui ont contribué à l’institutionnalisation de think tanks en France ?

24De nombreux discours accréditent l’idée d’une exception française en matière de think tanks. Évoquer l’influence des think tanks français lors d’entretiens avec des membres de milieux décisionnels centraux, c’est d’ailleurs s’attirer systématiquement des réflexions dubitatives ou amusées : « Vous croyez vraiment que l’on peut parler de think tanks français ? », « Ils sont une poignée, mais peut-on parler de think tanks à leur sujet ? ». Ces réflexions s’intègrent bien dans l’idée très répandue que le système politique français ferait exception. Cette approche exceptionnaliste a pu conduire à la conclusion que les modèles français et américain d’institutionnalisation de l’expertise seraient stables, irréductibles et incomparables et que les organisations françaises couramment dénommées comme étant des think tanks n’en sont pas. Dans cette veine exceptionnaliste, certains chercheurs comparent les think tanks britanniques avec les cabinets ministériels français (Gaffney, 1996) ou assimilent les clubs politiques français à des think tanks en s’appuyant sur le concept de « communauté épistémique » (Fieschi, Gaffney, 1998).

25Les formes organisationnelles des think tanks français sont hétéroclites en dehors de quelques grands instituts de recherche qui sont devenus les interlocuteurs incontournables des États et des références souvent connues du grand public. Cette absence d’homogénéité organisationnelle confère une importance particulière à l’analyse des missions, des objectifs et du rôle des think tanks. Les think-tanks connaissent un succès mondial notamment dans des pays frontaliers partenaires comme l’Allemagne où ils participeraient au consensus démocratique (Thunert, 2008). Il existe une mythologie des think tanks qui les présente, de manière abstraite, comme revêtus d’une mission de service public. La rhétorique missionnaire et scientiste irrigue d’ailleurs la communication de think tanks qui se proposent « d’enrichir et guider le débat public » ou se présentent comme des acteurs privilégiés de la « rationalisation du processus décisionnel » à travers l’ouverture des processus de décision à des sources d’information et d’analyse extra-administratives (Weaver, MacGann, 2000).

26La notion de fonction au sens de Merton fait coïncider une offre et une demande. L’étude du rôle des think tanks suppose une analyse de type fonctionnaliste, de leur rôle, ce qui pose « de délicats problèmes d’interprétation » (Boudon, Bourricaud, 2000, p. 263). « Le rôle définit ainsi une zone d’obligations et de contraintes corrélative d’une zone d’autonomie conditionnelle » (Boudon, Bourricaut, 2000, p. 505). Il est problématique d’identifier les rôles des think tanks, entre les rôles qu’ils souhaitent jouer, et ceux que les décideurs, les entreprises et les fondations, les journalistes, et le grand public leur reconnaît. L’analyse fonctionnelle invite à considérer qu’il existe un noyau dur de rôles que tous les think tanks jouent, ce qui n’est pas forcément le cas. L’IFRI joue certainement un rôle à part de diplomatie parallèle, de second-track diplomacy, rôle qu’il est le seul à jouer dans le paysage français. Les rôles des think tanks paraissent ténus, puisqu’ils seraient contestés, non exclusifs et réactualisés en permanence, puisqu’ils se construiraient dans les discours performatifs et les discours sur leurs activités au sens d’Austin. Cependant, les think tanks partagent des objectifs. S’ils ne sont pas parfaitement liés à des role expectations ou « attentes de rôles », si on n’attend pas forcément d’eux qu’ils jouent tel ou tel rôle, on attend en revanche d’eux qu’ils partagent un ensemble d’objectifs et ces objectifs partagés ont eux aussi pour effet de réduire l’incertitude des interactions entre les think tanks et leurs différents interlocuteurs au sein du paysage politique, économique et médiatique. Les think tanks français ne jouent peut-être pas des rôles clairement établis et partagés, mais ils partagent des objectifs :

  • participer à la formation de savoirs et à la diffusion de savoirs et de compétences, (enseignements, animation de séminaires),

  • alimenter les débats politiques, vulgariser des savoirs (publication, conférences, interventions publiques ou médiatiques),

  • opérationnaliser des savoirs, entretenir et proposer une capacité opérationnelle d’analyse et de proposition à travers des publications et une activité d’expertise contractuelle.

La perception et la reconnaissance limitée des rôles des think tanks par les membres des milieux décisionnels centraux

27L’approche fonctionnelle permet de mettre à jour le fait que les décideurs leur reconnaissent un rôle à travers l’attribution d’un statut juridique et fiscal spécifique (la reconnaissance d’utilité publique) ainsi que de moyens financiers sous la forme de subventions ou de contrats d’expertise. Ils légitiment leur existence quand ils viennent prononcer une conférence dans les locaux du think tanks, quand ils achètent leurs publications ou quand ils reçoivent des think tankers. Ces éléments prouvent que les décideurs leur reconnaissent certains rôles, mais ils n’apportent pas d’éléments sur la nature réelle de leurs fonctions. De plus, selon le concept de « substitut fonctionnel » élaboré par Merton, les think tanks remplissent certaines fonctions mais rien n’indique qu’ils soient les seuls à pouvoir les remplir (Merton, 1965, L’analyse fonctionnelle en sociologie p. 65-139). William Wallace refuse par exemple tout fonctionnalisme autour des think tanks. Pour lui, d’autres institutions peuvent remplir leurs quatre fonctions-clés : « produire des travaux de recherche ayant une portée pour l’action publique, favoriser les débats publics, remettre en question les croyances conventionnelles, élaborer et diffuser des idées alternatives et modifier l’agenda politique » (Wallace, 1998, p. 226).

28Rares sont les décideurs qui reconnaissent aux think tankers un rôle technique dans l’élaboration des politiques publiques. Les relations entre décideurs et think tankers sont marquées par une forme de méfiance réciproque et de vision instrumentale de l’autre. « Je sais marketer une étude afin de maximiser sa diffusion dans les circuits politico-administratifs », exprime un chercheur. Les entretiens avec des membres de cabinets ou de la haute administration font peu état de leur reconnaissance du rôle des think tanks dans l’élaboration des politiques publiques. Ils font en revanche état de quatre rôles : le rôle de mise sur agenda, le rôle d’intermédiaire ou de porte-parolat, le rôle de diffusion et le rôle de légitimation. Certains think tankers ayant endossé le costume du militant ou de l’intellectuel engagé, des décideurs leur reconnaissent un « rôle d’aiguillon capable de piquer le décideur pour le faire avancer », cette formulation implique que des décideurs redoutent la « capacité de nuisance » des think tankers et qu’ils déploient donc vis-à-vis d’eux des efforts de pédagogie, voire de séduction, pour les convaincre et éviter ainsi qu’il ne se transforment en leaders d’opinion défavorables aux politiques conduites.

Des think tanks « go-to institutions » devenus viviers d’expertise vivant en symbiose avec les journalistes

29L’impact d’un think tank est corrélé à la quantité des interventions médiatiques faites en son nom (Desmoulins, 2009). Le site Internet de l’Institut Montaigne met d’ailleurs en avant deux rubriques distinctes. La première, « L’Institut Montaigne cité dans les médias », est ainsi introduite : « Les travaux de l’Institut Montaigne sont régulièrement repris dans la presse régionale, nationale et internationale. Voici un échantillon des derniers articles portant sur l’Institut lui-même ou sur l’une de ses publications ». Les articles dont l’Institut Montaigne est l’auteur peuvent, eux, être consultés librement dans la rubrique « L’Institut Montaigne écrit dans la presse » (http://www.institutmontaigne.org/​l-institut-montaigne-cite-dans-les-medias-2072.html). Les think tanks ont bel et bien intégré l’importance d’une présence médiatique accrue. Daniel Laurent, conseiller spécial auprès du directeur de l’Institut Montaigne, décrivait lors d’un entretien comme un rituel quotidien et une évidence le devoir de répondre au plus vite et au mieux aux sollicitations médiatiques : « Chaque jour, on nous fait remonter les requêtes des médias, et on se les dispatche en fonction des thèmes et de la disponibilité ».

30Les stratégies d’influence des think tanks passent donc par un effort de labellisation des productions réalisées en leur nom, au sein de leurs groupes de travail, financées par eux sans qu’elles aient fait forcément l’objet d’une publication sous leur nom. Cela passe notamment par l’apposition de leur logo et du contrôle du respect de chartes graphiques et de feuilles de style précises. Le deuxième effort des think tanks passe par le fait de proposer un panel riche de divers formats de publications, et de types de collections.

31L’institutionnalisation est favorisée par la labellisation du nom du think tank en tant que tel. Dans un article de presse, la première mention accole le nom et le label (le think tank Terra Nova), puis interviennent soit l’un (Terra Nova), soit l’autre (ce think tank, le think tank progressiste, le think tank marqué à gauche). L’homogénéité du discours communicationnel des think tanks français est révélatrice d’un souci et d’une ambition communs de pérennité, de visibilité et de légitimité. Par exemple, tous les sites internet des think tanks témoignent d’une recherche de labellisation illustrée par l’omniprésence de leur logo et de la dénomination think tank. Cette communication de marque témoigne d’une quête de notabilité et de légitimité. Thierry de Montbrial décrivait l’IFRI comme « le premier think tank français », lors d’une interview accordée à Erik Izraelewicz et Alain Frachon à l’occasion de l’anniversaire des vingt ans de l’IFRI, (Le Monde, 26.10.1999). Et cette citation entre guillemets était fort opportunément reprise comme titre de l’article. Cette prétention à être le premier d’un classement dont les critères restent introuvables illustre bien les enjeux de labellisation. La labellisation passe aussi par la mention de divers classements internationaux. Dans un billet de blog publié sur le site du magazine Le Nouvel Observateur, en date du 24 janvier 2012, le directeur de l’IRIS, Pascal Boniface se félicite de ce que que « L’IRIS pérennise sa position de think tank influent » et cite à l’appui l’étude Global go-to Think Tanks 2011 de l’Université de Pennsylvanie, dirigée par le Professeur James Mc Gann : « Classé parmi les meilleurs think tanks généralistes en 2008 et 2009, l’IRIS avait accédé en 2010 à la catégorie des meilleurs think tanks mondiaux spécialisés sur les questions internationales et de sécurité. L’Institut s’y classe désormais à la 28ème place, pour cette édition 2011, alors même que la concurrence référencée est plus grande et le jury élargi. Malgré un budget sans aucune mesure avec celui de ces mastodontes… ». La lecture de ce billet ne permet guère de savoir si l’IRIS s’est hissé ou non dans le classement puisque les critères et méthodes de production ont évolué, mais elle signifie l’importance d’être reconnu par l’étranger en tant que think tank.

32La relation entre journalistes et think tankers est symbiotique. Les journalistes témoignent de leur difficulté à trouver des chercheurs prêts à répondre à des demandes d’interview et de ce qu’ils peineraient à diversifier leur panel de spécialistes à la fois volontaires et « bons clients », c’est-à-dire aptes à répondre aux questions de manière brève, didactique et si possible dynamique, vivante. Les débats sur l’omni-présence médiatiques d’experts auto-proclamés après chaque attentat témoignent de la réticence des spécialistes de certains sujets sensibles à intervenir à chaud. De fait, les auditeurs et téléspectateurs peuvent avoir l’impression qu’une poignée d’experts nourrissent les débats publics. Effectuer un travail de vulgarisation et d’opérationnalisation de leur pensée ne fait pas partie des obligations de service des chercheurs académiques. Répondre aux sollicitations des médias est une activité chronophage, sans doute mal perçue et une prise de risque de voir ses idées présentées de manière très brève, caricaturale, frustrante. L’effort rhétorique réalisé consiste principalement en une priorité accordée aux registres de l’opérationnalité et de la prospective et en une pédagogie ludique des représentations (Migne, 1969) faisant la part belle aux comparaisons, métaphores, et illustrations. Des chercheurs récusent l’injonction à la simplification du discours et à l’effort de synthèse qui incite à l’abandon des nuances au profit d’énoncés catégoriques, de « discours binaires ». L’ethos des chercheurs peut les amener à une défiance vis-à-vis de l’information spectacle.

33Les chercheurs académiques sont en général présentés dans les médias à travers leur statut (maître de conférences, professeur, directeur de recherche), leur ancrage disciplinaire ou institutionnel (le nom de leur laboratoire et/ou celui de leur Université). Quand un expert ou un groupe de personnes publient dans l’une des collections d’un think tank, il est présenté en tant qu’expert de ce think tank. L’identité individuelle des auteurs de tribunes ou des personnes qui répondent aux interviews de journalistes tend à s’effacer derrière le think tank qui devient un titre à parler. Cet effacement est systématique quand un interviewé n’est pas un membre de la communauté académique. L’article paru dans la rubrique « Tribune » du Figaro « Des pistes pour aider la jeunesse » le 15/05/2012 est signé de Michel Godet. Celui-ci est présenté dans le chapeau de l’article comme « membre du comité directeur de l’Institut Montaigne, qui insiste sur l’importance de l’aide aux familles avec enfants ainsi que sur la formation ». Il faut aller sur le site de l’Institut Montaigne pour voir une biographie plus précise et étayée de son statut académique : « Michel Godet est membre du Comité directeur de l’Institut Montaigne. Auteur de […] Professeur titulaire de la chaire de prospective stratégique du Conservatoire national des arts et métiers… ». (http://www.institutmontaigne.org/​biographie-michel-godet-3146.html).

34Des personnes sont présentées dans les médias comme « appartenant à des think tanks », manière de dire que c’est de cette appartenance qu’elles tirent la légitimité pour s’exprimer publiquement. Cet affichage pose les conditions de recevabilité et de validité de leur discours, participe à sa légitimation. Dans une arène médiatique, le rattachement à un think tank est devenu un titre à parler autosuffisant. Le rattachement académique tend à être gommé au profit du rattachement à un think tank par un curieux effet de synecdoque.

35Dans un article paru le 8 mars 2011 sur le site L’Étudiant/Educpro.fr (http://www.letudiant.fr/​educpros/​actualite/​discrimination-a-l-embauche-des-progres-encore-tres-insuffisants-selon-l-institut-montaigne.html) et intitulé « Discrimination à l’embauche : "des progrès encore très insuffisants" », on peut lire en gros le titre de l’article, puis le nom et le logo de l’Institut Montaigne. Le chapeau est sans équivoque, l’auteur de l’article est l’Institut collégialement : « Pour le cinquième volet de notre partenariat, l’Institut Montaigne (1) fait le point sur la lutte contre les discriminations à l’embauche, des jeunes en particulier. […] ». Il faut suivre l’appel de note de bas de page pour découvrir le véritable auteur de l’article et son statut : « Karim Amellal, maître de conférences à Sciences Po, est l’auteur de cette tribune ». Cette mise en forme de l’auctorialité manifeste la prééminence de l’institution sur les identités individuelles et l’institutionnalisation du label think tank dans les médias.

36Le titre à parler du think tank permet d’échapper à l’indéfinition d’un statut et d’engager sa parole dans l’espace médiatique avec la force d’un soutien institutionnel. Les paroles des personnalités rattachées à un think tank « se dépouillent de leur nom et de leur corps propres pour revêtir les qualificatifs qui marquent leur appartenance à des institutions ou à des groupes » (Boltanski, Thévenot, 1991, p. 22). Ce rattachement institutionnel opère comme une justification qui permet de résoudre la tension qu’implique la pluralité des rôles. Une personne parlant depuis un think tank est comme installée de facto dans un magistère moral à l’instar de la figure française de l’intellectuel, mais on lui reconnait aussi une expertise technique, un accès privilégié à des sources d’information, une proximité avec le pouvoir, un effort d’objectivité.

37Une analyse des interventions de Bruno Tertrais dans Le Monde, Libération et Le Figaro sur l’année 2006 témoigne du fonctionnement de la dynamique de labellisation (corpus d’une cinquantaine d’articles pour un chercheur très sollicité et proactif dans ses stratégies d’influence médiatiques). Une fois seulement apparaît la référence à sa discipline universitaire de formation : « Pour le politologue Bruno Tertrais ». La mention de son diplôme, une thèse en Sciences politiques, un diplôme d’IEP sont systématiquement absents ce qui contraste avec les think tankers américains ou anglais ou allemands qui sont systématiquement présentés avec la mention de leur nom suivi de : PhD. La mention du niveau de diplôme est relativement rare, elle intervient même parfois comme une manière de légitimer et conjointement de fragilité un discours : « Untel qui vient de soutenir une thèse sur le… ». Mentionner le diplôme contredit la culture française de l’implicite selon laquelle, la thèse est une expérience initiatique et un rite de passage qui autorise l’étudiant doctorant à se penser lui-même comme un membre de la communauté des chercheurs, comme un chercheur. L’absence de mention du diplôme est profitable aux think tanks puisque tous les experts parlant depuis un think tank ne sont pas titulaires d’une thèse, ce qui est un sujet tabou. Ensuite, les think tankers "thésés" eux-mêmes peuvent se défier d’une introduction qui les présenterait comme des chercheurs titulaires d’une thèse car se présenter comme un « chercheur » n’est pas conforme à l’ethos du think tank qui prétend s’éloigner de la recherche académique non immédiatement applicable à des problèmes de politiques publiques telle qu’elle serait pratiquée dans les laboratoires universitaires ou CNRS.

38Concernant Bruno Tertrais, le modèle de labellisation par la mention conjointe du domaine de compétence et de l’institut de recherche apparaît trois fois sur l’année 2006 : « Chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique, Bruno Tertrais est un spécialiste des questions nucléaires et des politiques de défense » ; « Vous êtes spécialiste des questions nucléaires à la Fondation pour la recherche stratégique » ; « Bruno Tertrais, expert à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), travaille sur les questions nucléaires » Dans l’immense majorité des nombreux articles signés par lui ou bien le citant, son titre à parler est son seul rattachement à un institut de recherche : « Malgré cela, "les stocks ne font que croître", constate Bruno Tertrais, de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) ».

39L’affirmation de la désignation think tank en tant que label et titre à parler est le résultat d’un projet et d’une stratégie de communication mise en œuvre par de nombreuses organisations pour être désignées en tant que think tanks. Ces stratégies ont profité d’une congruence d’intérêts avec les médias et un ensemble de personnalités médiatiques désireuses de se voir reconnue une expertise au sens d’une compétence. Les médias radio et télé recherchent la pluralité des sources d’informations qui crédibilise le travail de production de l’information et la polyphonie qui dynamise le ton des émissions. Il est profitable pour un journaliste ou un animateur d’inviter une personne qui bénéficie d’une réputation de compétence de par son rattachement à une organisation désignée comme étant un think tank institut de recherche.

40Certains think tanks sont incarnés par une grande figure, celle de leur président ou de leur directeur. La figure de Thierry de Montbrial, fondateur de l’IFRI, expert reconnu sur de nombreux sujets, homme de réseau en est l’archétype. De manière plus générale, les think tanks français rassemblent des experts de manière collégiale dont le statut, le grade, reste indéfini aux yeux du grand public. Ils sont présentés comme des experts, des chercheurs, ou des spécialistes. Quand elles ont voix au chapitre, les personnes parlant dans les médias depuis un think tank, demandent à être présentées à travers un statut hiérarchique qui a du sens au sein du think tank auquel ils sont rattachés, « Bruno Tertrais, maître de recherches à la FRS », « Hélène Masson, chargée de recherche à la FRS ». Il est frappant que ces chercheurs soient parfois présentés par les journalistes comme des « membres » de la FRS. L’appartenance à un think tank, le simple fait d’en être « membre » devient alors le critère de leur légitimité à prendre la parole dans les médias, ce qui valide l’hypothèse de la désignation think tank comme label et titre à parler.

41L’expert choisit donc délibérément dans son échange avec le journaliste d’être présenté avant tout comme étant rattaché à une institution. Il se présente dans son appartenance à un collectif, qui plus est prestigieux, puisqu’il n’est pas nécessaire de le caractériser et qu’il est paré d’une sorte de prime aux anglicismes. Ce titre à parler lui permet d’échapper à l’indéfinition de son statut et d’engager sa parole dans l’espace médiatique avec la force d’un soutien institutionnel. Les paroles des experts rattachés à un think tank « se dépouillent de leur nom et de leur corps propres pour revêtir les qualificatifs qui marquent leur appartenance à des institutions ou à des groupes ». Ce rattachement institutionnel opère comme une justification qui permet de résoudre la tension qu’implique la pluralité de ses rôles. L’expert parle d’un think tank, depuis un think tank, ce qui le dédouane, lui permet de s’extraire des débats sur ses compétences, son objectivité, son engagement. Le discours médiatique des experts internationalistes et spécialistes des questions de sécurité est pourtant intrinsèquement pluriel. Il est un jugement sur les faits et un jugement sur les valeurs, selon la distinction durkheimienne traditionnelle.

42La labellisation des citations et des tribunes dans la presse se double d’une invisibilisation ou d’une discrétion des auteurs des travaux publiés par certains think tanks. L’effort de contrôle des publications et de la parole au nom d’un think tank est lié à la question de la propriété intellectuelle. Dans la rubrique « Responsabilité éditoriale » de Terra Nova, on apprend que : « Les contributions des experts sont diffusées sous la responsabilité de Terra Nova, après validation scientifique de son conseil d’orientation scientifique et validation politique de sa direction (http://www.tnova.fr/​a-propos/​experts). Ce verrouillage et la labellisation institutionnelle plutôt que personnelle sont facilités par le souhait exprimé par des coordinateurs de pôles de rester dans l’anonymat. Ainsi, la liste des coordinateurs fait mention de 6 noms de personnes et se termine sur la mention d’une « dizaine de personnalités préférant garder l’anonymat » (http://www.tnova.fr/​a-propos/​experts). Dans le cas de l’Institut Montaigne, on parlera plutôt d’une discrétisation des membres des groupes de travail qui n’apparaissent pas sur la couverture des rapports et qui ne figurent pas systématiquement dans les notes.

Conclusion – L’émergence, le mimétisme et l’hybridité des formes en lien avec l’évolution des normes et des valeurs

43Des recompositions de formes organisationnelles se sont enchaînées à un rythme accéléré du fait de la mondialisation des échanges financiers, économiques, médiatiques et du développement de dispositifs numériques. Le modèle représenté par les thnik tanks américains et anglais les plus prestigieux a été importé, mais le label think-tank décrit aujourd’hui en France de manière paradoxalement consensuelle un ensemble d’organisations disparates en termes de statut juridique, de modèle économique, de forme organisationnelle, de règles de fonctionnement, de raison d’être (Kjeldsen, 2015), de répertoire, de publics et de critères/modalités de reconnaissance.

44De nombreux travaux présentent le développement des think tank comme une illustration de l’avènement d’une société plus démocratique car davantage marquée par l’intervention de la société civile dans les processus de décision politique. Les think tanks seraient les primus inter pares d’une société instruite et impliquée dans la gestion des affaires publiques, des catalyseurs d’idées (Weaver McGann, 2000) des acteurs-clés de la rationalisation et de la démocratisation des processus de décision en tant que témoignages de l’ouverture des processus décisionnels à des sphères extra-administratives. L’institutionnalisation d’une forme d’expertise incarnée par les think tanks procède de l’émergence d’une nouvelle norme selon laquelle les décisions politiques devraient être rationalisées au moyen d’une diversification des sources d’information et d’une dynamisation des débats publics, deux dynamiques auxquelles les think tanks anglais et américains contribuent car ils sont nombreux, bien dotés financièrement, connus du grand public, et réputés compétents et influents. L’émergence de formes est donc bien liée à l’évolution des normes (Loneux, Le Moënne, 2011) et à des effets de modèles que Luc Rouban a nommé « import-export institutionnel » (Rouban, 1993). Des formes organisationnelles se cristallisent, se naturalisent, deviennent temporairement adéquates aux normes en vigueur, tandis que d’autres ne semblent jamais trouver de stabilité, à l’instar des think tanks en France, car aucune définition ne semble parvenir à épouser l’infinie diversité de leurs formes organisationnelles tandis que le label think tank est quant à lui revendiqué par un nombre croissant d’organisations.

45Deux thématiques occupent l’espace des débats académiques et des débats politiques. La première thématique concerne les propositions et les idées portées par les think tanks. S’agit-il pour les think tanks de participer à l’ouverture des processus de décision à des sources d’information et d’analyse extra-administratives, de contribuer à la diversification des sources et donc à la démocratisation des processus de décision ? Permettent-ils de compléter des sources internes incomplètes voire défaillantes dans un contexte de technicité accrue et donc de contribuer à la rationalisation des processus de décision ? Leur rôle est-il d’apporter des analyses, des informations, des propositions et dans quelle mesure ces propositions doivent-elles être directement applicables ? Les think tanks sont-ils des exégètes de la complexité ou bien participent-ils à la construction d’opinions dominantes à travers la formulation et la diffusion d’« idées simples » (Lordon, 2000) ? Ou bien encore ne participent-ils qu’à la diffusion, l’explicitation et la légitimation des politiques publiques ?

46La deuxième thématique qui occupe le champ des débats académiques et politiques concerne un questionnement sur l’influence des think tanks, les outils et les stratégies d’influence, les fenêtres d’opportunité et les conditions de l’influence. Ces deux thématiques sont omniprésentes au détriment de celle des formes organisationnelles des think tanks (formes légales, structurelles, organisationnelles, transferts et hybridations de forme). La discrétion de cette thématique tient à ce que les deux premières paraissent a priori plus nobles : elles questionnent le Politique avec une majuscule, l’espace public, la circulation des idées, le pouvoir. La question de la forme organisationnelle relève des coulisses du pouvoir, elle est prosaïque et technique… Elle suppose une réflexion sur le statut légal, une analyse des organigrammes et des intitulés des fonctions, une observation des bâtiments et des chartes graphiques, une analyse des pratiques informationnelles des think tankers. Elle oblige à mettre les mains dans le cambouis d’un rapport financier. La question de la forme organisationnelle est donc aussi délicate, voire sensible…

47Faire dialoguer le concept d’institution étudié et forgé par les institutionnalistes et le concept d’organisation à travers la manière dont il a été défini par diverses approches communicationnelles des organisations permet d’apporter un éclairage nouveau sur les processus d’institutionnalisation de certaines formes organisationnelles. Au-delà d’une désignation de formes organisationnelles cristallisées qui seraient aujourd’hui prépondérantes car elles pèseraient dans la sphère marchande ou les espaces publics et politique, la diversité singulière de chaque agencement organisationnel mérite d’être soulignée, ainsi que la tendance à l’hybridité des formes organisationnelles ambiguës. L’IFRAPS est-il un think tank ou un lobby ? L’Institut Montaigne est-il un cabinet de conseil ou une plate-forme de networking et de lobbying ? Le rôle de diplomatie parallèle de l’IFRI est-il compatible avec l’idée que chacun se fait d’un think tank autonome ? L’étude des think-tanks en tant que forme organisationnelle ­– au singulier – supposée rationnelle, c’est-à-dire gage de compétence et d’influence, contraste avec la fécondité d’une recherche s’inspirant des approches communicationnelles des organisations (Bouillon, Bourdin, Loneux, 2007) axée sur l’évolution du répertoire de leurs productions : rapports, notes, sites internet, événements, et sur les situations de communication qui les structurent et légitiment.

48En guise d’ouverture, nous proposons de réfléchir à l’hypothèse inspirée par François Dubet selon laquelle la prolifération et le dynamisme d’organisations périphériques et hybrides seraient un symptôme d’une crise des institutions politiques (Dubet, 2002, p. 23). Bruno Amable et Stefano Palombarini (2005) postulent eux aussi que « la cohérence des institutions peut […] être cassée par des innovations institutionnelles qui échappent au contrôle des décideurs politiques, par exemple produites au niveau (micro/méso) des entreprises ou au niveau supranational ». Ce que François Dubet nomme le programme institutionnel et qu’on pourrait renommer les processus institutionnalisant (ce que l’organizing est à l’organisation) correspond à une tendance des sociétés à vouloir pérenniser des faits ou des pratiques qui relèvent du sacré, de « principes homogènes opposés à la diversité et à l’éclatement du monde. Dans la mesure où la modernité a aimé se représenter sous la forme d’un projet culturel cohérent, universel et rationnel, elle n’a cessé de construire des programmes institutionnels, des écoles, des églises, des tribunaux, des institutions charitables, et scientifiques susceptibles de produire des individus eux aussi universels, à-côté et "au-dessus" de leurs croyances et de leurs mœurs particulières » (Dubert, 2002, p. 28). Les grandes institutions seraient en déclin car les valeurs sur lesquelles elles s’adossent seraient contestées, elles auraient perdu leur caractère rassembleur. Les thinks tanks seraient légitimées par le sentiment d’une impuissance des politiques à résoudre les crises économiques, sociales, sécuritaires, et par les critiques d’une administration jugée asphyxiée, de la professionnalisation de la politique, des écoles où les élites sont formées, du manque de pluralisme de l’information. La grande diversité formelle des think tanks procèderait alors autant d’une incapacité à cristalliser leur forme, d’une institutionnalisation imparfaite que d’une stratégie d’adaptabilité accrue favorisée par des jeux dynamiques de différenciation et d’hybridation. Dans la dialectique institutionnelle des think tanks qui oppose instituant et institué, l’instituant domine.

Haut de page

Bibliographie

Amable B., Palombarini S. (2005). L’économie n’est pas une science morale. Paris, Raisons d’Agir Éditions, « Cours et travaux ».

Bazet I., Jolivet A., Mayère A. (2008). Pour une approche communicationnelle du travail d’organisation : changement organisationnel et gestion des événements indésirables. Communication et organisation, 33 | 2008, pp. 30-39.

Boltanski, L. (1973). L’espace positionnel. Multiplicité des positions institutionnelles et habitus de classe ». Revue française de Sociologie, vol. XIV, Paris, pp. 3-26.

Bonnafous-Boucher M., Dahl Rendtorff, J. (2014). La théorie des parties prenantes. La Découverte.

Boudon R., Bourricaut F. (1981). Dictionnaire critique de la sociologie. Paris : Quadrige/Presses Universitaires de France, 3e édition, février 2000.

Bouillon J.-L, Bourdin S., Loneux C. (2007). De la communication organisationnelle aux « approches communicationnelles » des organisations : glissement paradigmatique et migrations conceptuelles. Communication et organisation, 31 | 2007, pp. 7-25.

Castoriadis C. (1999). L’institution imaginaire de la société. Poche, 1999.

Cordelier B., Gramaccia G., dir. (2012). Management par projet. Les identités incertaines. Québec, Presses de l’Université du Québec.

Deephouse D. L., Suchman M. (2008). Legitimacy in Organizational Institutionalism. In : Greenwood R., et al. (eds.), Handbook of organizational institutionalism. London, Sage, 2008, pp. 49-77.

Desmoulins L. (2014). La collaboration au sein des think tanks et leur participation aux débats et processus décisionnels politiques à l’ère du 2.0. Cahiers de la SFSIC, Dossier sur les « Figures de la participation numérique : coopération, contribution, collaboration », dossier n° 9, janvier 2014).

Desmoulins L., Lamarche T. (2013). L’infuence ambiguë des think tanks, producteurs de ’valeurs publiques’ et de légitimités sur la RSE. In Intelligence économique et lobbying au crible des valeurs publiques, Rival, M., Chanut, V., Bournois, F., (dir.), ed. ESKA, pp. 169-194.

Desmoulins L. (2011). Les think tanks dans l’activité politique française. Les cahiers français, La pensée politique, quels renouvellements ?, La documentation française, n° 364, sept.-oct., pp. 43-48.

DiMaggio, P. J., & Powell, W. W., The iron cage revisited : Institutional isomorphism and collective rationality in organizational fields. American Sociological Review, vol. 48, 1983, pp. 147-160.

DiMaggio P.J., Powell W. W. (1991). The New Institutionalism in Organizational Analysis. University of Chicago Press, Oct 25, 1991.

Domhoff G. W. (1996). State Autonomy or Class Dominance ? Case Studies on Policy Making in America. New York, Aldine de Gruyter.

Douglas M. (2000). Comment pensent les institutions ?. La découverte, 2000.

Dubet F. (2002). Le déclin de l’institution. Seuil.

Durkheim E. (1963). Règles de la méthode sociologique. PUF.

Gaffney J. (1996). The Political Think-Tanks in the UK and the Ministerial Cabinets in France. West European Politics, vol. 19, n4, October.

Fieschi C., Gaffney J. (1998). French Think Tanks in Comparative Perspective. In Stone D., Denham A., Garnett M. Think tanks across Nations. A Comparative Approach, Manchester, Manchester University Press. pp. 42-58.

Fredriksson M., Pallas J. (2015), Strategic Communication as Institutional Work. In Holtzhausen, D. and Zerfass, A., The Routledge Handbook of Strategic Communication, New York, Routledge, pp. 143-156.

Geertz C. (2000). The Interpretation of Cultures. 1re Édition 1973, Basic Books.

Hess R., Savoye A. (1981). L’analyse institutionnelle. PUF, col. Que sais-je ?, 1981.

Hughes Everett C. (1996). Le regard sociologique. Paris, EHESS.

Kjeldsen A. K. (2015). Our raison d’être is the law – anything other than that is nonsense ! – A study of public museums’ challenges in incorportating strategic communication. Euprera conference in Oslo, sept. 2015.

Koellner P. (2013). Think Tanks : The Quest to Define and to Rank Them. GIGA-Focus of the German Institute of Global and Area Studies, n° 10, 2013.

Le Moënne C. (2015). Pour une approche « propensionniste » des phénomènes d’information – communication organisationnelle. ‪Émergence et différenciation des formes sociales. Communication & Organisation 2015/1 (n° 47), pp. 141-158.‬‬‬‬‬‬‬‬

Loneux C., Le Moënne C., (2011). Ouverture scientifique. In In-formation et communications organisationnelles : Entre normes et formes, Université Rennes 2 (France), 8-9 septembre.

March J.G., Olsen J.P. (1989). Rediscovering Institutions. The Organizational Basis of Politics. New York, Free Press, Mac Milan.

Meyer J. W., Rowan B. (1977). Institutionalized Organizations : Formal Structure as Myth and Ceremony. American Journal of Sociology, 83 : pp. 340-63.

Medvetz T. (2012). Think Tanks in America, Chicago and London, University of Chicago Press.

Ménard C. (1997). Le pilotage des formes organisationnelles hybrides. Revue économique Volume 48 Numéro 3 pp. 741-750.

Merton R. K. (1965). L’analyse fonctionnelle en sociologie. In Merton R. K. Éléments de théorie et de méthode sociologique. Paris : Plon, édition augmentée, 1965, pp. 65-139.

Meunier J.P. (2003). Approches systémiques de la communication. Systémisme, mimétisme, cognition. De Boeck Supérieur.

Nielsen J. A., Salomonsen H. H. (2012). Why all This Communication ? Explaining Strategic Communication in Danish Local Governments from an Institutional Perspective. Scandinavian Journal of Public Administration, 16(1), 2012, pp. 69-89.

Pesqueux Y. (2015). Gouvernance et privatisation. PUF, Coll. La politique éclatée, 2015.

Rouban L. (1993). L’évaluation, nouvel avatar de la rationalisation administrative ? : les limites de l’import-export institutionnel. Revue française d’administration publique, n° 66, juin, pp. 197-200.

Røvik K. A. (2011). From fashion to virus : An alternative theory of organizations’ handling of management ideas. Organization Studies, 32(5), pp. 631-653.

Scubla L. (2013). Sur une lacune de la théorie mimétique : l’absence du politique dans le système girardien. Cités 2013/1 (n° 53).

Selznick P. (1957). Leadership in Administration : a Sociological Interpretation. Evanston, IL : Row, Peterson.

Selznick P. (1996). Institutionalism ’Old’ and ’New’. Administrative Science Quarterly, 41 (2) : pp. 270–277.

Simon H. A. (1944). Decision-Making and Administrative Organization. Public Administration Review, 4 (1) : pp. 16–30.

Tavernier A. (2004). "Mais d’où ils parlent ? ". L’enjeu du titre à parler dans la presse comme lien entre le social et le discursif. Études de communication, 27 | 2004.

Thevenot L. (1985). Les investissements de formes. Cahiers du Centre d’études de l’Emploi 29, 21-71.

Thunert M. (2008). Think Tanks in Germany : Their Resources, Strategies and Potential. In : Zeitschrift für Politikberatung (ZPB), Jg. 1, 2008, Heft 1, 32-52.

Thunert M. (2000). Think Tanks in Europe : Ideas Centers to Civil Society, Advisers to Government ? Germany and Britain in Comparison, The XVIIIth International Political Science Association World Congress. Québec, Canada, du 1er au 5 août 2000.

Wallace, W. (1998). Ideas and influence. In Stone D., Denham A., Garnett M. dir., Think tanks across nations. A comparative approach, Manchester & NewYork : Manchester University Press, p. 228-229.

Weaver K., McGann J. ed. (2000). Think tanks & Civil Societies. Catalysts for Ideas and Action, Sommerset, Transaction Press.

Weaver K. (1989). The Changing World of Think-Tanks. Political Science and Politics, vol. 22, n° 3, sept. 1989, pp. 563-578.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucile Desmoulins, « Pour une double lecture institutionnaliste et communicationnelle des formes organisationnelles derrière l’appellation ‘think tank’ », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2095 ; DOI : 10.4000/rfsic.2095

Haut de page

Auteur

Lucile Desmoulins

Lucile Desmoulins est maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication rattachée au laboratoire DICEN-Idf. Elle enseigne à l’UPEM les stratégies de communication et de lobbying, la communication organisationnelle et les normes de communication professionnelle. Ses travaux de recherche portent sur les hybridations et transferts des formes organisationnelles, les relations d’expertise, d’influence et de lobbying, l’évolution des normes de savoir-être en intelligence économique, les valeurs managériales et les risques psychosociaux. Courriel : lucile.desmoulins@u-pem.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page