Navigation – Plan du site
Nouvelles problématiques

Formes communicationnelles et opérations sociales : une approche par les échanges au travail (des échanges en travail)

Pierre Delcambre

Résumés

Dans un premier temps, l’auteur distingue deux orientations dans les travaux de « communications organisationnelles » : certains se focalisent sur les « formes organisationnelles », sensibles à leurs altérations et transformations ; d’autres s’attachent aux « formes communicationnelles », sensibles à leur stabilité, anthropologique parfois, économique aussi. Si l’on suit cette dernière approche, on accepte que l’organisation soit le « terrain » et le « cadre » d’une étude qui décrit plutôt des « opérations sociales » menées dans le travail et l’activité collective. Ces dernières ont un aspect communicationnel et engagent les salariés, leurs collègues et leurs partenaires dans les échanges oraux ou écrits, textes et interactions. Ces pratiques communicationnelles propres aux échanges réalisés au cours de l’activité sont normées et équipées : elles s’inscrivent dans des formes et formats liés aux transformations juridiques et techniques nombreuses qui marquent la période actuelle. Cet article se conclut en cherchant à définir le terme d’ « opération sociale », action et communication.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir également dans le présent numéro de la Revue Française des SIC.

1Le colloque de Rennes « Trente ans de recherches sur les communications organisationnelles en France », invitait à faire un retour en arrière sur des parcours de recherche. Il n’appartient pas aux acteurs de la recherche eux-mêmes de faire le « bilan » de recherches collectives, telles que le groupe Org&Co les a aidées à se développer, ou à les publiciser – c’est, du moins, ma position –, en revanche, il n’est pas inutile d’avoir un regard rétrospectif qui tâche de mettre en lumière des différences d’approches. Ici mon projet sera différent de celui qui nous est coutumier, repérer les grandes thématiques qui se sont développées en « communications organisationnelles » ; je laisse à d’autres le soin d’une analyse à visée synthétique des productions scientifiques liées aux recherches récentes du groupe Org&Co (voir le travail conséquent réalisé par Sidonie Gallot et présenté en clôture du colloque de Rennes 20161). La réflexion rétrospective que je voudrais mener ici vise à interroger ce qu’une approche – ici la mienne – peut espérer trouver en matière de « communication » voire d’« organisation », cela en cherchant à comparer avec ce que d’autres approches estiment trouver.

2Pour faire ce travail, je reviens à la fois sur un certain nombre de travaux publiés sur une assez longue période (1993-2016) et sur les échanges que le collectif Org&Co m’a permis sur la même période. Ces échanges et discussions de longue date, non publiées, me permettent de situer les éléments partagés, et ce que produisent des trajectoires divergentes de recherche. Je remercie tout particulièrement les collègues de Rennes (notamment Christian Le Moënne) et de Toulouse (Anne Mayère, Isabelle Bazet et nombre de doctorants formés à Toulouse la dernière décennie) : de fait c’est leurs exigences dans la discussion qui m’ont poussé à produire ici un processus de « clarification », mot que l’on utilise aussi en chimie – on pourrait dire qu’ils ont été les agents d’une clarification par « décantation » !

3Je me propose de travailler en trois moments. Le premier tentera de distinguer l’approche que je poursuis depuis plusieurs années – une approche du travail et de l’activité par les « formes communicationnelles – de celle qui est de plus en plus affirmée et présente dans la représentation collective de ce que serait Org&Co – une approche des organisations par les « formes organisationnelles ». Le second moment voudrait montrer comment les deux approches, dans les travaux récents, rencontrent des phénomènes de même nature (reste à vérifier si ce sont les mêmes observables) : une prise en compte des dimensions normatives des organisations, de l’activité et du travail d’une part ; une étude des outillages, notamment numériques, dont nombre de travaux visent à comprendre les évolutions, mais aussi la force « facilitante », la capacité d’enrôlement, la part prise dans les structurations organisationnelles, de l’activité et du travail. Enfin je terminerai en reprenant ma perspective d’analyse du travail et des échanges « en travail ». Les « opérations sociales » peuvent être certes appuyées sur l’expérience des acteurs sociaux, reste que, comme les organisations, comme les normes et les équipements, elles n’offrent pas l’assurance d’une stabilité : elles doivent être performées, localement et dans un moment historique donné, par les acteurs sociaux. Leur travail reste bien une « résolution de problème » autant qu’une réduction d’incertitude.

Viser à décrire des « formes organisationnelles », viser à décrire des « formes communicationnelles » : deux approches distinctes ?

Analyser des « formes organisationnelles »[…]

  • 2 Citer tous les collègues qui ont emprunté cette dynamique de recherche serait fort long et excède b (...)

4Je caractérise une dynamique de recherche fréquente à Org&Co comme cherchant à décrire des « formes organisationnelles » – la formule se trouve en bonne place dans l’appel à communiquer du colloque de Toulouse – et l’instabilité, ou l’incessante modification de celles-ci. Cela explique l’accroche très fréquente aux sociologies des organisations, que l’on trouve aussi chez Taylor – voir l’analyse qu’il fait de « l’histoire, les enjeux et fondements de la communication organisationnelle » (in Grosjean & Bonneville 2011). La problématique de la « communication constitutive » a pu populariser à Org&Co des formules conceptuelles de référence pour l’analyse : il s’agirait d’inventorier des « processus organisants », des « processus communicants » et de leurs médiations, une formule qui était le titre même de l’appel à communication du colloque de Toulouse. Tout le monde ne partage pas cette approche théorique, mais on voit bien que l’idée que les formes organisationnelles sont instables est partagée. Je prendrai deux propositions de Christian Le Moënne pour illustrer ce point. Il vise, dit-il récemment (Le Moënne, 2015) à concevoir les « logiques d’information et de communication » comme des « processus de mise en forme organisationnelle et plus profondément d’altération et d’émergence des formes sociales ». Dans un entretien mené par Sidonie Gallot, il décrit moins abstraitement, plus historiquement, des phénomènes qui touchent les « communications organisationnelles » : dès 1992, il estimait que le contexte d’apparition des fonctions de communications d’entreprises, et plus généralement l’apparition de communicateurs professionnels renvoyait à « la crise profonde des modalités de production et de consommation de masse des années 70 qui se révéla, progressivement d’ailleurs, être une crise globale du modèle de croissance, de développement économique, social et politique […] modèle que les économistes de l’École de la régulation […] appelaient « taylorisme-fordisme ». Cette crise affecta les formes d’organisation qui avaient été dominantes depuis les années 30 aux États Unis, et depuis les années 60 en Europe et provoqua une dislocation des formes antérieures d’entreprises fondées sur l’internalisation de tous les facteurs de production. La logique visant à externaliser tout ce qui pouvait immobiliser le capital entraînait une recomposition des firmes dans laquelle leurs frontières devenaient poreuses et fluctuantes […]. Les dynamiques de projets, éphémères et sélectifs, les logiques d’externalisation, de développement d’une déconnexion entre logique économique et sociale et logique financière radicalisèrent ce mouvement » (Le Moënne & Gallot, 2015). Nombre de collègues d’Org&Co2 s’intéressent effectivement aux changements organisationnels « actuels » que les transformations économiques (concernant les firmes ou les organisations des États) et la « révolution numérique » provoquent directement ou induisent : des phénomènes comme la « rationalisation » (thématique récurrente notamment de J-L. Bouillon), la « gestionnarisation » des organisations (Boussard 2008, repris notamment dans une perspective toulousaine par I. Bazet) ou la « managérialisation » (terme majeur pour D.Bessières) des administrations d’Etat sont dès lors étudiés « par les communications » ou les « logiques d’information-communication », voire par les « NTIC » ou les « TICE ».

5Ces trois termes (rationalisation, gestionnarisation, managérialisation), on le voit, visent à définir des « processus », même s’il n’est pas sûr que ces processus résultent de processus seulement « organisants », ou seulement « communicants », ni de processus seulement « organisants-communicants ». Mais le champ disciplinaire, dans son développement, se donne comme objectif prioritaire de dégager ces processus « communicants-organisants » ; pour certains je relève et apprécie que le développement des études de terrain amène à trouver d’autres formes de description moins abstraites ou plus pertinentes, analytiquement. Il s’agit dès lors de chercher à articuler, comme dans les travaux de l’équipe d’Anne Mayère (par exemple Bazet et Mayère 2016), la réflexion sur la transformation des organisations contemporaines et l’observation de l’activité et du travail – dans leur cas l’activité de santé en Hôpital. Ces chercheurs s’appuient de fait sur d’autres approches théoriques, fortes dans leurs potentialités analytiques descriptives, qui ont aidé le développement de la compréhension de l’activité collective.

Analyser des « formes communicationnelles »[…]

  • 3 La position que j’ai tendance à prendre ici, estimant que les formes des échanges sont d’une stabil (...)
  • 4 Une bonne partie de mes travaux m’a fait connaître comme un spécialiste des « écrits professionnels (...)

6Or […] une autre dynamique de recherche est de chercher à comprendre et décrire des « formes communicationnelles », les formes et les cadres des échanges. Ces formes et ces cadres sont-ils si instables, qu’est-ce qui les fait « tenir », voilà une perspective plus proche d’une socio-anthropologie de la communication – voire d’une socio-économie de la communication – que d’une sociologie des organisations3. Dans la perspective que je vais défendre, la « communication » ce sont les échanges de toute nature. Les « formes » des échanges : formats, supports, dispositifs, cadres temporels et architecturaux, rituels (donc ici « formes communicationnelles) m’intéressent. Je ne travaille pas que les écrits4.

  • 5 Je suis encore loin de prétendre articuler mon travail à une socio-économie des formes communicatio (...)

7Je pars de cette interrogation concernant les « formes stabilisées des échanges », ce qui m’a amené à observer d’abord le travail des salariés dans les organisations, plus que le management ; c’est ensuite, instruit par l’observation du travail de ceux qui « font le travail », que j’ai pu prendre en compte les « managers de proximité », le travail de certaines « directions » (Delcambre 2011)5.

  • 6 Ici encore il est bon de situer quelques enjeux théoriques : ainsi lors d’une préparation d’un sémi (...)
  • 7 Pour suivre le jeu des méthodes de recherche permettant de décrire à la fois l’activité et le trava (...)

8Ainsi, dans de petites organisations, comme les établissements culturels, il était possible d’étudier les différences de temporalités entre le travail qu’assument les directeurs, les responsables de l’administration, les chargées de développement des publics, et de décrire dès lors les problèmes d’articulation que doivent résoudre les uns et les autres dans le cours d’activité. Il y a peu, grâce aux collègues qui m’ont fait connaître Engeström, et grâce aux évolutions de certains sociologues du travail, je me suis intéressé aux différences d’analyse de ce que l’on peut appeler l’ « activité » et le « travail »6. L’activité peut être ainsi définie comme collective, temporelle, dynamique, équipée (Bidet et al, 2006), mais aussi orientée par des visées normatives différentes et concurrentes, installées successivement pour répondre aux contradictions/tensions de l’activité collective organisée, ou installées quasi concurremment dans les mêmes périodes (voir Groleau et Mayère, 2009, Groleau et al, 2012, et leur mise au travail des positions d’Engeström). Je vise pour ma part, prenant le parti descriptif de salariés que j’observe et accompagne dans leur production « info-communicationnelle », leurs échanges, de décrire aussi ce qui reste le travail de la personne, du sujet (charge, engagement, responsabilité[…] et Casilli ajoute pertinemment « un ensemble de relations sociales, de rapports interpersonnels qui contiennent le germe d’antagonismes potentiels, Cardon & Casilli, 2015 : 35 ; donc des affects !)7.

9Pour donner un premier exemple de cette démarche de recherche, entre 1991 et 1993, j’ai travaillé sur les journaux de passerelle et les rapports de mer de la Marine Marchande (Delcambre, 2002). Je n’avais pas lu Hutchins, mais connaissais les travaux de chercheurs à l’École des Chartes ; ils orientaient l’analyse vers la genèse de la forme d’un outil socio-technique « papier » – ici du journal de passerelle, outil de pilotage issu du XVIIIe siècle, transformé au rythme de l’invention des instruments de navigation. Mais la lecture de ces documents (le journal de passerelle d’un navire, étudié sur trois années de navigation) m’a amené à une autre enquête : je découvrais que le journal de passerelle « tenait » (une « chaîne d’inscription » dirait Béatrice Fraenkel (Fraenkel, 2010) au rapport de mer et ces deux documents renvoyaient à des opérations langagières spécifiques. Je devais étudier ce que voulait dire « affirmer » – affirmer est un régime juridique qui renvoie la charge de la preuve à l’adversaire dans le contentieux – mais un rapport de mer n’est « affirmé » que pour autant que des conditions précises d’écriture, de dépôt, d’ajouts ultérieurs sont prévues et respectées. Nous sommes donc dans le cadre juridique d’une « organisation », établie comme institution : l’ensemble du traitement des incidents et du contentieux pour la navigation en mer, en juridiction internationale. Les formes des échanges sont bien « organisées » pour s’ajuster à des questions de l’ordre du « faire », de la pragmatique des échanges. Affirmer un rapport de mer gouverne aussi le régime d’écriture d’autres documents comme le « journal de passerelle » qui suit la navigation du navire, dans son ordinaire des passages de quart, des entrées et sorties de port, des chargements et déchargements, des exercices de sécurité, etc. Ces documents et leur écrire renvoyaient ainsi, d’abord, non à la compagnie maritime mais à un système juridique construisant des formes communicationnelles spécifiques pour des opérations sociales (traiter des plaintes, instruire et régler des conflits).

10Je peux me sentir proche alors du travail mené par Delphine Gardey quand elle étudie « Écrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines (1800-1940) (Gardey 2008). Mais elle, ce sont plus des opérations cognitives et participant à la tenue de la société (ses débats parlementaires, sa mémoire des contrats, ses comptes, ses dispositifs de gestion) qui l’intéressent.

  • 8 A l’époque, voir l’ouvrage de R. Vion cité, on s’intéressait à des « situations de communication » (...)

11Moi ce sont plutôt des « relations sociales ». Ou disons ce qu’on appelait dans les années 1970-1980 des « situations de communication » dans une approche appuyée sur une analyse de type psychosociale (Robert Mucchielli et les ouvrages aux éditions ESF ; R.Vion, 1992)8. Je réinterroge cette approche théorique, tenterai de le faire en dernière partie de ce texte, mais disons tout de suite que je préfère les désignations faites d’infinitif, un pendant français des participes présents anglophones : « affirmer », dans la marine marchande à l’international ; « négocier », un autre acte social appuyé sur des échanges et des écritures (un contrat d’objectif et de moyens – texte 2 – suite à sa nomination comme directeur d’équipement élection réalisée par concurrence sur un « Projet » – texte 1 –)[…] Ou encore, « prescrire » (Delcambre 2016a).

12Cette démarche m’a permis, par exemple, de discuter d’aspects du libéralisme, de changements managériaux dans des administrations. Par exemple pour les Directeurs-programmateurs d’Etablissements Culturels sous régime associatif dépendant de plurifinancements publics (Etat, Villes, Régions), j’ai voulu poser la question : qu’est-ce que négocier un contrat avec des puissances publiques en temps de New Public Management ? Il a été possible dès lors d’ouvrir la discussion sur les formes de gestion publique, leurs évolutions, et les différences de « dureté » des rapports entre financeurs et managers d’un secteur – d’état ou associatif sous financement public – à un autre (Delcambre, 2011). Multiplier les terrains permet de saisir la variabilité des formes communicationnelles pour une même « opération sociale » et de ne pas toujours imaginer que les formes « organisationnelles » managériales d’un néolibéralisme le plus dur soient systématiques.

Les formes des échanges : normées et équipées

13Ainsi, en « entrant » (méthodologiquement et avec cette boussole de chercheur) par les « formes des échanges » dans les organisations, je tombe moins sur la structuration même des organisations que sur des « opérations sociales » menées par des salariés en charge de services divers, pris à la fois dans des relations internes « hiérarchiques » qui leur ont organisé leur travail et leur demandent de travailler « en autonomie », en équipe, avec des collègues, en interdisciplinarité, etc., et sur des relations avec les « autres » des échanges, échanges eux-mêmes régulés selon des aires de fonctionnement de juridictions et organisés globalement ou localement. Parfois on appelle ces autres les « parties prenantes » (mais c’est bien une construction managériale qui a cherché à déplacer la communication des shareholders/actionnaires aux stakeholders/parties prenantes), à moins qu’on ne dise les usagers, les clients, leurs représentants[…]

  • 9 On reconnaîtra ici ma dette à l’égard du travail catégorisant de J. Habermas, plus particulièrement (...)

14Si j’évite donc de considérer que des relations sociales et leurs échanges sont « duels », pris dans un simple « agir stratégique », voire dans un plus complexe « agir régulé par des normes »9, mais si je réinscris ces opérations sociales dans le monde organisé que j’observe, alors je suis amené à mettre en lumière des phénomènes étrangement proches de ceux que mes collègues, orientés « formes organisationnelles », étudiaient sur la même période.

15En effet, ces opérations sociales ne sont pas exactement « relationnelles-duelles », mais elles sont à la fois (1) arrimées à des cadres juridiques et donc politiques et (2) contraintes par les équipements socio-techniques de chacun des partenaires de l’échange. J’ai pu développer ces points sur chaque terrain.

Des formes des échanges normées et arrimées à du juridique

  • 10 Je reviendrai en dernière partie sur cette formule « ou non » que je tiens à poser.

16Que les échanges soient pris dans des normes juridiques semble être un allant de soi pour la plupart des chercheurs d’Org&Co. Mais, dans le champ des « communications organisationnelles », c’est un aspect qui est laissé en jachère. La question des « normes juridiques » est pourtant assez facile à documenter. Ici, j’accepte, le temps du travail, de distinguer « normes sociales » et « normes prescrites ». J’ai besoin de cette distinction pour ouvrir le chantier de l’analyse des lois, réglementations et normes prescrites, toutes ces dernières liées à un travail en amont de régulation d’intérêts et exigeant en aval un « travail d’organisation » dès lors que l’on considère que la loi n’est pas auto-exécutive, qu’elle « manque à prescrire » et donc exige une contribution des membres des organisations à la mettre en œuvre – ou non –10, et un travail ultérieur de re-régulation avec les acteurs sociaux « soumis » à la règle et visant à la rendre obsolète dans son état « en cours ».

  • 11 On comprendra mieux, je l’espère, l’enjeu pour une telle étude de penser la complexité documentaire (...)

17Il est possible de documenter « l’amont » par l’étude des versions des formes juridiques, la production –ou non – de leurs décrets et notes d’application, par l’étude des débats publics qui ne manquent pas (ou non) d’être présents à plusieurs moments de la vie d’un « texte » législatif ou réglementaire11.

  • 12 Dès lors on comprend que cette perspective amène à accepter la description d’un « état de l’organis (...)

18Il est possible de documenter l’aval, par exemple en suivant l’appréhension que M-A.Dujarier donne de l’organisation hiérarchique qui assure – ou non – le « travail d’organisation », jusqu’au travail de « renormalisation de la prescription» qui a lieu, selon l’auteur, au niveau de la mise en œuvre locale par les services locaux en charge de l’activité productive ou de service (Dujarier, 2006)12.

19À mon sens l’analyse des normes juridiques qui pèsent sur les formes des échanges comporte au moins deux aspects fondamentaux qu’il importe de travailler.

20Le premier aspect est que les personnes « au travail » sont, de fait, prises dans tout un jeu de droit et de non droit concernant leur « expression au travail » (Delcambre, 2007). Les chercheurs qui se sont intéressés à la transformation de l’espace public, mais aussi à la transformation des règles qui positionnent ce qu’il est loisible de faire comme sujet de droit citoyen, et ce qu’il est loisible de faire comme salarié, montrent bien que l’expression même –le fait de s’exprimer – « dans les organisations » voit ses conditions d’existence transformées. Les modes de relation et d’expression entre collègues sont elles aussi re-bricolées (ou re-régulées, ou « judiciarisées »), ce que montrent bien le travail de terrain des chercheurs qui s’intéressent au gouvernement des salariés» (par exemple, Heller, 2009) et de ceux qui suivent la gestion, managée par des RH, des stresseurs et stressés (Desmoulins, 2011).

21Le second aspect est que si le travail revient à développer des opérations sociales réalisant des « échanges », le jeu des règles de droit ne concerne pas seulement le salarié, le service, « l’organisation », mais bien les rapports de force, les compromis, les négociations –ou non – et les conflits potentiels (avec d’autres dans l’organisation « diffractée », ou dans les relations entre contractants coproduisant les « opérations sociales ») qui vont s’appuyer, du coup, sur des règles de droit.

22Ainsi, prenant comme exemple l’univers de l’hôpital qu’analysent nombre de collègues, si je réinterprête cette activité par le couplage d’au moins deux opérations sociales, « prescrire+soigner », et pour ne prendre que « prescrire » (dans le cadre d’un hôpital)[…], la transformation des rôles sociaux que l’ouverture de la séquence « prescrire » installe n’est pas seulement une acceptation de l’un à devenir « patient » en position basse et l’installation par l’autre d’une légitimité à occuper la position haute, si l’on reprenait ici l’analyse psychosociologique des rôles. Le médecin hospitalier est lui aussi installé dans un cadre juridique et administratif d’autorisation et d’accréditation (ARH, Sécu) ; il est aussi confronté aux effets juridiques des « droits du patient » et du « consentement éclairé »[…] Tout cela peut contraindre le « prescrire » en y introduisant des conflits normatifs pas toujours « ré-ajustables ».

Des formes d’échange équipées

23La question des équipements socio-techniques est plus complexe, mais c’est bien ce qu’une observation des formes d’échanges et des opérations sociales menées par des gens au travail ne peut éviter de décrire.

  • 13 Le travail de Sylvie Grosjean, et les sollicitations de l’ARQ (Association pour la recherche qualit (...)
  • 14 Tout récemment, de telles analyses voient le jour, poursuivant à leur manière ce que faisaient des (...)

24On pourra dire que c’est plus complexe car il n’est pas si facile de « suivre » effectivement le travail « équipé », surtout si le travail équipé combine des échanges, des actions avec des gens, des inscriptions sur une panoplie de supports disponibles dans l’environnement de travail et d’autres sur un équipement de type « ordinateur » lié à un système technique dédié ou non, mais fourni par les pouvoirs organisationnels, si le travail équipé est mobile, se déplace, etc[…]13. Certes, mais en outre, le danger me semble de réduire cette complexité à la seule observation de la contrainte que l’outillage informatique installe dans telle ou telle organisation managée. Et, quand on réduit l’observation à l’analyse de l’équipement et au seul « système informatique », rares sont ceux qui entrent « dans la machine » pour y analyser et les avancées et ce que contraint la computation dans le processus de l’action[…] des relations[…] : ce travail exige de nouvelles compétences14.

25D’autre part il est certes fondamental de ne pas confondre l’activité avec le processus ni surtout le travail avec l’exécution processuelle. Dès lors une observation du travail équipé (Denis 2015) et de ce que la machine prend en charge (Bazet, Marrast) permet de mettre en lumière et la « disciplinarisation » de certains agents, et ce que j’appellerai, en lisant I.Bazet et A Mayère, la « prise de discipline » d’autres agents (Bazet & Mayère 2016).

  • 15 Christian Le Moënne utilise le terme d’artéfact à la fois dans une réflexion visant à distinguer le (...)

26On pourra dire enfin que l’observation est complexe car les gens travaillent avec une multitude d’outils (une « panoplie » disait Michèle Lacoste, Lacoste 2000). En ce sens, le travail est bien appuyé relationnellement et cognitivement sur les artéfacts, point nodal des analyses de Christian Le Moënne (notamment Le Moënne, 2015)15. Dans un travail récent d’ethnographie de l’outillage des « chargées de projets territoriaux » d’un établissement culturel, que je suis en train de mener, l’analyse des environnements de travail montre comment, dans certaines organisations, des salariés peuvent avoir des outils « à leur main », et passer d’un support à un autre, d’une inscription à une autre (ils « reportent » d’un agenda à une liste des « à faire », à un tableau de gestion de leur temps de travail effectif ; ils « jonglent » en fonction du temps loisible d’un mail, à un téléphone, à un déplacement pour régler un cas[…]). Les métiers de la logistique, de la gestion et de l’organisation de projet ont-ils été les bénéficiaires chéris des computations informatiques ou n’ont-ils que prospéré sur les potentialités computationnelles les plus « simples » des logiciels ?

27Dans une telle perspective, si l’on s’intéresse aux « équipements des échanges », on pourrait dire qu’un enjeu théorique est de ne pas séparer plusieurs formes d’équipements, par un intérêt trop marqué – perspective organisationnelle oblige – aux « systèmes techniques », ERP, NTIC etc. Car les salariés sont à la fois équipés de normes (professionnelles) de collectifs (équipés[…] d’« équipes » comme on dit), et d’artéfacts, outils de travail. Je garde l’idée que l’équipement, s’il est fait de machines et de machines informatiques suivant à la fois la dynamique temporelle de l’activité et sa gestion, jusqu’à une gestion prévisionnelle protocolarisée elle aussi, […] est aussi fait de normes et de valeurs dont sont équipés « les gens », les « métiers », les « équipes », « les managers ».

28Ces points peuvent résonner avec les résultats de travaux menés sur les « équipements » par des collègues qui pensent les « formes organisationnelles ». Pourtant il subsiste un décalage d’avec ces mêmes collègues. L’analyse des opérations sociales menées dans le cadre du travail prenant en compte les interactions que sont ces échanges, je m’intéresse au fait que les personnes engagées dans l’échange sont toutes équipées. Pour simplifier je peux commencer par dire que « les deux parties sont toutes deux équipées ». Si je reprends l’exemple de « prescrire à l’hôpital », certes l’organisation collective « hôpital » est dotée de systèmes socio-techniques, machines et protocoles auxquels se soumet le patient pour que prescrire se fasse. Dans une thèse récente, Marine Gout, observant des situations en cancérologie, met en lumière le fait que ces protocoles sont eux-mêmes appuyés sur des instruments d’interprétation dont l’usage et le coût sont pensés ; ces protocoles sont aussi diversifiés, permettant de différentier la prescription ordinaire des cas standards et l’organisation d’une prescription conjointe avec des médecins de spécialités différentes pour les cas difficiles (Gout, 2015). D’une certaine manière, avec d’autres, je marche ici dans les traces des sociologues du travail et de l’activité qui depuis longtemps (Hutchins, plus près de chez nous Grosjean et Lacoste) montrent que l’activité est outillée. Simplement, m’intéressant à des opérations sociales qui font se rencontrer les univers de « partenaires » différents, je prends en compte que les uns et les autres sont équipés différemment, en outils certes, mais aussi en mémoire et en « renforts », comme dirait Howard Becker. Que tel ou tel partenaire de l’échange semble se soumettre à l’outillage de l’autre et contribue à sa manière à l’avancée de la dynamique de l’opération sociale concernée ne veut pas dire qu’il ne dispose pas, de son côté, lui aussi, de dispositifs de jugement, et de ressources dans l’interaction. En sens inverse, l’autre, même à l’initiative, sollicité et en position dominante experte, doit aussi faire avec l’équipement de celui qui semble se remettre à l’initiative de son expertise.

Les formes des échanges : « opérations sociales » et expérience communicationnelle

29La description de ce que j’appelle ces « opérations sociales » entrant dans des activités organisées a comme intérêt de ne pas analyser que les relations internes aux hiérarchies et au management. Même le cadre ancien d’analyse des relations sociales que j’évoque, celui des situations de communication, quoique pris dans une analyse de relations duelles ou bilatérales, oubliant dès lors le rôle des « participants » non directement engagés, constituant un « public » des activités collectives – une perspective goffmanienne propre à une rationalité de l’agir dramaturgique, comme le souligne Habermas, ouvre à cette représentation de l’action (Habermas 1987 tome 1 : 106-110). Dans ce cadre, les relations étudiées sont entre « partenaires d’échanges sociaux », au-delà des opérationnels de la production et leur management, comme dans les relations de service, le digital labor, le hacking. Et, développant mes recherches, comme tous pour Org&Co, dans des univers de travail, je dois prendre en compte non le face-à-face des échanges, mais la division sociale du travail sur laquelle s’appuie et l’activité et les opérations sociales faites d’échanges. Bien entendu le repérage des « formes communicationnelles stabilisées » (espaces dédiés, réaménagement des formes spatiales et temporelles des échanges, documents, textes, échanges verbaux plus ou moins développés) est la méthodologie fondamentale de mon approche.

30Ce sont les terrains, le travail des gens dans les « visées » de l’activité managée qui m’amènent à identifier ces opérations sociales, leurs conditions juridiques et normatives, leurs prise en charge partielle par des équipements techniques préconstruits et affectés à l’activité « locale » que j’observe. La liste des « opérations sociales » n’est donc pas close et les désignations de ces opérations mises en œuvre dans l’activité et ses visées renvoient aux transformations mêmes des relations de ceux qui peuvent organiser ces « activités », avoir, une initiative et un pouvoir relationnel dans l’action, enrôler des contributeurs, des gens qui « sous contrat de travail » ou non, ayant conscience de « travailler » ou non, et qui contribuent à ces activités. Leurs relations dans le pouvoir de « définir » ces mêmes opérations est bien entendu un des phénomènes à analyser.

  • 16 Je n’ai pas lu directement Mead, mais j’ai souvent travaillé à partir du chapitre V de l’Agir commu (...)

31Mais alors pourquoi évoquer plus haut les « situations de communication », des situations types qui fleurent bon un héritage Meadien (G.H.Mead, 1863-1937 considéré par J.Habermas comme un de pères fondateurs de la sociologie, faisant rupture avec la « philosophie de la conscience »)16 ? Pour Mead en effet, le petit homme se socialise en apprenant – passage du play au game – l’action par les rôles ; dans le game, ce qu’il apprend, c’est précisément le rôle des autres, de tel ou tel autre, selon le jeu. « Au concept de rôle social Mead relie le sens d’une norme qui simultanément autorise les membres d’un groupe à attendre les uns des autres dans certaines situations certaines actions et les astreint à réaliser à leur tour les attentes de comportement justifiées venant des autres » souligne Habermas (1987 : 46). L’enfant intériorise la puissance du groupe (« l’autorité impérative n’est transformée en autorité normative qu’à partir d’une intériorisation » analyse encore Habermas[…]). L’autorité de l’« autrui généralisé ».

32Dans l’analyse que je propose, je ne renvoie pas les « opérations sociales » à ces « jeux de rôles » ou ces « situations de communication » comme à leur idéal-type[…] non : ces rôles sociaux liés à des situations qui font la socialisation dans un groupe, je les considère comme une « expérience », comme un des « cadres d’expérience », un cadre qui peut – ou non – nourrir la réflexivité de celui qui agit en situation.

33Les opérations sociales que l’observation et la stabilité des formes communicationnelles m’amènent à décrire n’ont pas la stabilité idéal-typique des « situations de communication » décrites par R.Vion ou R.Mucchielli. Elles doivent être « performées » à chaque nouvelle fois, et ce dans un état des choses incertain, (1) tant l’arrimage à des normes juridiques et techniques, historiquement modifiées, selon les jeux des rapports de force et des compromis normatifs valant hic et nunc pour les acteurs, et (2) l’arrimage aux dispositifs socio-techniques sans cesse renouvelés dans une économie de l’obsolescence consumériste généralisée, équipant différemment les opérations sociales pour les partenaires de ces opérations et enfin (3) tant l’actualisation de ces opérations sociales dans des « organisations » elles mêmes en transformation, construisant et des formes particulières de « division du travail » pour chacun des partenaires et des modes de « renfort » variables[…] peuvent venir « altérer » l’expérience antérieure de chaque « performeur ». C’est parce que l’action n’est pas « sous maîtrise » et qu’elle n’est pas la répétition de l’expérience que je fais attention, tant pour les organisations, que pour les collectifs de travail, et les gens engagés dans un travail, à dire qu’ils font « ou non ».

34Je pourrai dire dès lors que les acteurs sociaux « performent » la relation sociale dans des opérations sociales appuyées sur des formes d’échange (« de la communication »). Cette performance est plus ou moins bien faite. Du point de vue de l’efficacité d’abord : faire au travail avec la contribution de l’autre[…] et actuellement faire au travail avec la contribution de l’autre sans que l’espace communicationnel ne permette une clôture d’une simple « relation privée », donc dans un espace communicationnel avec des participants qui sont aussi un « public » (pour reprendre la catégorie d’agir dramaturgique)[…] est fragile. Du point de vue des normes sociales ensuite : faire avec la contribution de l’autre ne revient pas à le « respecter », mais à comprendre cet autre qui doit rester l’autre de la relation pour que l’opération sociale « marche ». Les opérations sociales, étant non de l’action sans mots, mais des actions d’échanges j’ai la préférence pour une théorie de l’échange qui estime que « communiquer », c’est s’efforcer de déplacer le partenaire de l’échange, non seulement pour « faire », et que le partenaire de l’échange assume bien ce qu’on croit être son rôle, mais aussi parce que « communiquer », c’est avoir – en dehors même d’un « faire » – une visée de « déplacement » de l’autre, par l’adressage de l’énoncé et par la construction d’une place de destinataire par l’énonciation dans l’énoncé, un énoncé qui, lui-même, s’inscrit dans des formes d’échanges apprises, héritées, parfois renouvelées.

35Pour conclure en clarifiant encore si possible ma démarche et pour indiquer les limites que cette réflexion rétrospective menée ici peut identifier dans les recherches que j’ai pu mener : le fait de considérer les « situations de communication » et les « rôles sociaux » comme des cadres d’expérience, tout comme le fait de considérer l’activité et le travail comme la réalisation d’opérations sociales menées par des gens qui échangent, ne m’a pas conduit à analyser les « jeux » entre les « partenaires des échanges+leur public » : je reste un observateur du travail de certains acteurs, très souvent des « salariés » « dans des organisations ». L’ampleur de la tâche est bien suffisante. Mais observer ainsi le travail ne permet ni d’évacuer l’exigence de comprendre l’organisation, ses normes, ses équipements, sa division du travail, ni l’exigence de comprendre aussi « le travail » du partenaire de l’échange, qui contribue lui aussi par son travail dans l’échange à faire que l’opération sociale aille au bout, se conclut (bien ou mal, avec satisfaction ou pas, c’est une autre question).

36Dès lors cette position de chercheur « équilibriste » m’amène à discuter non seulement avec les collègues nombreux d’Org&Co cités plus haut, mais aussi elle me permet de chercher une articulation avec tous les travaux qui s’intéressent aux transformations des formats et des règles d’échanges (Jeanneret et Souchier, des travaux faits autour de Joëlle Le Marec). Et encore à lire avec intérêt tous ceux qui réinterrogent le « travail » : « Travail » du consommateur (Dujarier 2008, « travail des managers de proximité », ou des « planneurs » (Dujarier 2015), « travail » ou « faire » du Hacker (Lallement 2015), « Digital Labor » (Cardon & Casilli, 2015), « sens du métier » (Clot et sa clinique de l’activité), ou « coprésence sociale » (Gramaccia, 2015).

37La perspective qui est la mienne, appuyée sur une dimension anthropologique du travail poursuivi dans des conditions très diverses d’organisations et d’activités équipées, et encore d’opérations sociales où contribuent aussi les « consommateurs », les « internautes », ne peut que suivre les modes d’enrôlement, de contraintes des relations asymétriques, pas toutes « synchrones ». Elle s’intéresse encore à la manière dont le travail se poursuit « avec et malgré l’équipement, la contribution enrôlée » « pour que ça marche » ou le « plaisir de l’intelligence qu’il y a à faire avec », pour la nécessité de « faire sens » et de ne pas en rester au « trauma » et aux désagréments des changements et de la complexité des mondes vécus. Ce regard m’amène à ne pas chercher systématiquement à être aux avant-postes de l’observation et de l’analyse des souffrances et des pièges du capitalisme cognitif.

Haut de page

Bibliographie

Bazet, I., & Mayère, A., 2016, « Écrire dans et sur le dossier patient : disciplinarisation équipée de l’écrire et discipline de la communication », in Delcambre, P., & Matuszak, C., 2016, Écrire au magistrat. Nouvelles normes, nouvelles contraintes, Presses du Septentrion, pp. 143-167.

Bidet, A., et al, 2006, Sociologie du travail et activité, Octarès Editions

Boussard, V., 2008, Sociologie de la gestion. Les faiseurs de performance, Belin

Cardon, D., & Casilli, A., 2015, Qu’est-ce que le digital labor ?, INA éditions

Clot, Y., 2006, « Clinique du travail et clinique de l’activité », Nouvelle revue de psychosociologie, 2006/1 (n° 1), Erès.

Delcambre, P., 2002, « Un salarié a-t-il un « rapport à l’écriture » ? Quelques réflexions sur une activité des officiers de la marine marchande : remplir un journal de passerelle », Pratiques, n° 113-114, juin 2002, pp. 68-82.

Delcambre, P., 2007, « Pour une théorie de la communication en contexte de travail appuyée sur des théories de l’action et de l’expression », Communication&Organisation, n° 31, juillet 2007, pp. 43-63.

Delcambre, P., 2010, “Written and oral communication in the workplace - deployment, stabilized forms of interactions and workload : an organizational approach”, Management Communication Quarterly XX(X) 1–8

Delcambre, P., 2011, « Pratiques de contractualisation : les directions d’établissements culturels à l’épreuve des normes issues des politiques publiques (1995-2011) » in « In-formation et communications organisationnelles : entre normes et formes », Colloque Rennes PREFix 9-10 septembre 2011

Delcambre, P., 2016a, « Cadrages et prescriptions : des effets de contrainte sur l’activité », in Delcambre, P., & Matuszak, C., 2016, Écrire au magistrat. Nouvelles normes, nouvelles contraintes, Presses du Septentrion, pp. 105-141.

Delcambre, P., 2016b, « Écrire comme moment de l’activité, écrire comme travail », in Delcambre, P., & Matuszak, C., 2016, Écrire au magistrat. Nouvelles normes, nouvelles contraintes, Presses du Septentrion, pp. 233-275.

Delcambre, P., & Matuszak, C., 2016, Écrire au magistrat. Nouvelles normes, nouvelles contraintes, Presses du Septentrion

Denis, J., 2015, Le travail invisible de l’écrit. Enquêtes sur les coulisses de la société de l’information », mémoire pour l’Habilitation à Diriger des Recherches, Université Jean Jaurès, Toulouse

Desmoulins, L., 2011, « Rationalités managériales et communicationnelles des formations externalisées ayant trait au stress professionnel », in In-formation et communications organisationnelles : Entre normes et formes, Université Rennes 2 (France), 8-9 septembre

Dujarier, M-A, 2006, « La division sociale du travail d’organisation dans les services », Erès/Nouvelle revue de psychosociologie, 2006/1, pp129-136

Dujarier, M-A., 2008, Le travail du consommateur, La découverte.

Dujarier, M-A., 2015, Le management désincarné, La découverte.

Engeström, Y., 1987, Learning by Expanding : an Activity-Theoretical Approach to Development Research, Helsinki, Orienta-Konsultit Oy

Fraenkel, B., Pontille, D., Collard, D., Deharo, G., 2010, Le travail des huissiers. Transformation d’un métier de l’écrit, Octarès

Gallot, S., 2016, Bilans et perspectives des recherches récentes en communication organisationnelle en France : analyse des productions scientifiques du groupe Org&Co 2009-2015, Colloque « Trente ans de recherches sur les communications organisationnelles en France » Rennes 10-11-12 mars 2016

Gardey, D., 2008, Écrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines (1800-1940), La Découverte.

Gout, M., 2015, « Technicisation du raisonnement médical : une approche communicationnelle des pratiques délibératives et interprétatives en cancérologie », Thèse Toulouse III

Gramaccia, G., 2015, « La coprésence sociale : un objet émergent en communication des organisations », Communiquer, revue de communication sociale et publique, 13/2015 « Perspectives en communication 1ère partie », pp. 33-43

Groleau, C., Demers, Ch., Lalancette, M., Barros, M., 2012, « From Hand Drawings to Computer Visuals : Confronting Situated and Institutionalized Practices in an Architecture Firm », Organization Science, vol 23, May-June 2012, pp. 651-671.

Groleau, C., Mayère, A., 2009, « Médecins avec ou sans frontière : contradiction et transformation des pratiques professionnelles », Sciences de la société, n° 76, pp. 102-119

Grosjean, M. & Lacoste, M., 1999, Communication et intelligence collective. Le travail à l’hôpital, PUF

Grosjean, S., & Bonneville, L., 2011, La communication organisationnelle. Approches, processus et enjeux, Chenelière éducation

Habermas, J., 1987, Théorie de l’agir communicationnel, Tome 1 Rationalité de l’agir et rationalisation de la société, Tome 2 Pour une critique de la raison fonctionnaliste, Fayard

Heller, Th., 2009, « Reconnaissance et communication : Une logique de l’assujettissement », Communication&Organisation, n° 36 « Pour une approche communicationnelle de l’individu au travail », pp. 108-120.

Hutchins, E., 1995, Cognition in the Wild, M.I.T Press

Jeanneret, Y., & Souchier, E., 1999, « Pour une poétique de ‘l’écrit d’écran’ », Xoana, 6, 97-107.

Lacoste, M., 2000, « Les objets et le travail en collectif », in Delcambre, P., (dir), 2000, Communications organisationnelles. Objets, pratiques, dispositifs, Presses Universitaires de Rennes, pp. 23-33.

Lallement, M., 2015, L’âge du faire. Hacking, travail, anarchie, Seuil,

Le Moënne, Ch., & Gallot, S., 2015, « Les recherches en communication organisationnelle en France : quelques éléments de bilans et de perspectives. Entretien avec Christian Le Moënne, réalisé par Sidonie Gallot », Communiquer, revue de communication sociale et publique, 13/2015 « Perspectives en communication 1ère partie », pp. 123-143 .

Le Moënne, Ch., 2015, « Pour une approche « propensionniste » des phénomènes d’information-communication organisationnelle. Émergence et différenciation des formes sociales », Communication et organisation, 47/2015.

Marrast, Ph., 2015, Equipement informatique des Annotations et des Pratiques d’écriture professionnelles : une étude ancrée pour l’organisation des soins en cancérologie, Thèse, Toulouse

Mucchielli, R., 1999, Communication et réseaux de communications : pour accroître l’efficacité dans l’entreprise, ESF Editeur

Peytard, J., 1970, « Oral et scriptural : deux ordres de situations et de descriptions linguistiques », Langue Française n° 6, pp. 35-47

Sarrouy, O., 2016, « Le web ou le gouvernement des foules », Colloque « Trente ans de recherches sur les communications organisationnelles en France », Rennes, 10-11-12 mars 2016.

Souchier, E., Jeanneret, Y., Le Marec, J., 2003, Lire, Écrire, récrire. Objets, signes et pratiques des médias informatisés, Bibliothèque Publique d’Information.

Taylor, J. & Delcambre, P., 2011, « La communication organisationnelle : histoire, enjeux et fondements » in Grosjean, S., & Bonneville, L., 2011, La communication organisationnelle. Approches, processus et enjeux, Chenelière éducation, pp. 3-31.

Vion, R., 1992, La communication verbale. Analyse des interactions, Hachette Supérieur.

Haut de page

Notes

1 Voir également dans le présent numéro de la Revue Française des SIC.

2 Citer tous les collègues qui ont emprunté cette dynamique de recherche serait fort long et excède bien sûr ma connaissance du champ, pas assez fine.

3 La position que j’ai tendance à prendre ici, estimant que les formes des échanges sont d’une stabilité repérable, est certes à discuter.

4 Une bonne partie de mes travaux m’a fait connaître comme un spécialiste des « écrits professionnels », formule qui ne me convient guère et qui mésestime les jeux d’aller-retour constants entre les échanges oraux et les échanges écrits. On comprendra pourquoi je ne me retrouve pas dans le jeu « texte » vs « conversation » de Taylor, selon lequel le texte est une stabilisation de l’organisation pendant que les « conversations » en sont la re-fluidification. Je définis pour ma part les « textes » comme une des formes documentaires de l’écrire au travail (Delcambre 2016a, Delcambre 2016b).

5 Je suis encore loin de prétendre articuler mon travail à une socio-économie des formes communicationnelles dans les univers marchands !

6 Ici encore il est bon de situer quelques enjeux théoriques : ainsi lors d’une préparation d’un séminaire doctoral où j’étais invité à Rennes, me proposant de réfléchir sur « Travail et Activité », Christian Le Moënne me disait par mail « je suis TRES réservé sur le glissement fonctionnaliste du « Travail » à l’« Activité », repris des modes anglosaxonnes et du « tournant ethnographique » et post moderne des années 80-90. C’est d’autant plus problématique dans des secteurs de services aux usagers, qui ont spontanément tendance historiquement à ne pas construire une délimitation claire entre les sphères privée et professionnelle (…) La notion générale d’« activité »… est au demeurant caractéristique du tournant descriptif littéraire dans l’analyse des situations d’information-communication ou des situations et processus de travail». On peut me décrire comme lié au tournant ethnographique… et je pense que la discussion, ouverte, est loin d’être close !

7 Pour suivre le jeu des méthodes de recherche permettant de décrire à la fois l’activité et le travail, voir Delcambre,2016a et Delcambre, 2016b, dans Delcambre et Matuszak 2016.

8 A l’époque, voir l’ouvrage de R. Vion cité, on s’intéressait à des « situations de communication » comme la dispute, le débat, la conversation, la consultation ; des relations comprises alors par des jeux de relations complémentaires et symétriques, de position haute et basse… Robert Mucchielli (1919-1981) est quant à lui l’auteur de nombreux ouvrages ; il a été longtemps directeur de collection chez l’éditeur E.S.F. La notion de « situation de communication » a été aussi travaillée par tout un courant pédagogique, voir notamment J. Peytard (1970).

9 On reconnaîtra ici ma dette à l’égard du travail catégorisant de J. Habermas, plus particulièrement quand celui –ci cherche à distinguer quatre rationalités prêtées à l’action (aux acteurs) par les chercheurs en sciences sociales : l’agir téléologique (dont l’agir stratégique), l’agir régulé par les normes, l’agir dramaturgique –qu’Habermas renvoie aux inventions théoriques de Goffman, et l’agir communicationnel qu’il vise lui-même à définir et poser comme une autre rationalité de l’action. Habermas, 1987 : T1, pp. 100-118.

10 Je reviendrai en dernière partie sur cette formule « ou non » que je tiens à poser.

11 On comprendra mieux, je l’espère, l’enjeu pour une telle étude de penser la complexité documentaire et son historicité, ses régimes de « force de prescription » avec des concepts comme « texte » et « document ». Pour une analyse de l’arsenal des textes et dispositifs de prescription dans un monde social, la PJJ, voir Delcambre 2016a.

12 Dès lors on comprend que cette perspective amène à accepter la description d’un « état de l’organisation » et ne peut se satisfaire de considérer cet état comme un « processus organisant » permanent et réactualisé en permanence par des processus communicants. Est-ce pour autant « réifier l’organisation » comme le formulent avec grande simplicité certains promoteurs d’une approche uniquement processuelle des organisations ?

13 Le travail de Sylvie Grosjean, et les sollicitations de l’ARQ (Association pour la recherche qualitative) montrent bien le besoin d’une mise au point de méthodes d’observation. Voir l’appel à communication pour le colloque d’automne 2016 « Observer les pratiques et les acteurs en situation : réflexions sur les démarches d’observation multi-situées, équipées ou en ligne ».

14 Tout récemment, de telles analyses voient le jour, poursuivant à leur manière ce que faisaient des chercheurs comme Souchier et Jeanneret, Cotte… (Marrast, 2015 ou encore, à propos du web, Sarrouy, 2016)

15 Christian Le Moënne utilise le terme d’artéfact à la fois dans une réflexion visant à distinguer les « institutions » et les « organisations artéfacts », et pour mettre en valeur le rôle de la technique (machines, techniques, systèmes, artéfacts) en se référant souvent à Simondon.

16 Je n’ai pas lu directement Mead, mais j’ai souvent travaillé à partir du chapitre V de l’Agir communicationnel intitulé « Le changement de paradigme chez Mead et Durkheim : de l’activité finalisée à l’agir communicationnel », Tome 2 « Pour une critique de la raison fonctionnaliste », pp. 9-114. Les cinquante premières pages sont consacrées à Mead dont la sociologie, selon Habermas, est fondée sur une « théorie de la communication ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Delcambre, « Formes communicationnelles et opérations sociales : une approche par les échanges au travail (des échanges en travail) », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2092 ; DOI : 10.4000/rfsic.2092

Haut de page

Auteur

Pierre Delcambre

Pierre Delcambre est professeur émérite de l’Université Lille 3 ; il a participé à l’aventure de Langage et travail, puis d’Org&Co. Ses travaux portent sur les communications en contexte de travail et les « écrits de travail ». Actuellement il poursuit une étude ethnographique des équipements (outils, collectifs, normes) des salariés de différents secteurs d’activité (Protection Judiciaire de la Jeunesse ; établissements du secteur culturel conventionné). Courriel : pierre.delcambre@univ-lille3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page