Navigation – Plan du site

À propos

Gino Gramaccia et Christian Le Moënne

Le projet d’une revue française en sciences de l’information et de la communication s’inscrit dans la déjà longue histoire éditoriale de la SFSIC. Rappelons, pour mémoire, que notre société savante a développé, dès sa création, un programme soutenu de publications : les actes de congrès et des journées doctorales, un Annuaire de la recherche (1994, 1998, 2002), un Annuaire des équipes de recherche (1994, 2004), un Annuaire des revues (2002), un périodique trimestriel : La lettre d’InforCom, un site Internet (ouvert en 2000) et dès 1998, une Lettre d’information (SFSIC-Infos). Puis, en 2006, avec La Collection DVD – Histoire des SIC et Les Cahiers de la SFSIC, l’offre éditoriale se diversifie : il s’agit tout autant de cultiver notre mémoire collective que de faire écho aux questions émergentes et de valoriser les expériences originales.

Aujourd’hui, nous relevons un nouveau défi : la publication d’une revue scientifique en langue française en direction du public international des chercheurs, des enseignants et des professionnels de l’information et de la communication, toutes spécialités confondues. Son ambition éditoriale est de compter parmi les acteurs et instances qui assurent aujourd’hui à nos sciences leur visibilité internationale : nous rendrons compte ainsi des avancées scientifiques dans les différents champs des sciences de l’information et de la communication, des recherches émergentes, qu’il s’agisse de travaux portant sur des pratiques sociales, des dispositifs, des objets ou des concepts, de l’activité des équipes de recherches, de travaux des jeunes chercheurs, des revues, des départements d’enseignement, des groupes d’études, des associations proches…, autant d’activités de valorisation que nous jugeons conformes aux engagements associatifs de la SFSIC et donc légitimes en regard des attentes de notre communauté d’adhérents. Il va de soi que nous mettons tout en œuvre pour répondre aux critères d’une revue qualifiante : comité de rédaction, comité scientifique international, sélection rigoureuse des articles, périodicité.

Nous souhaitons ajouter notre voix aux controverses épistémologiques qui auront largement contribué, en quatre décennies, à l’émancipation et à la structuration de nos sciences. Sur ce point, il nous faut saluer la diversité et la richesse des initiatives scientifiques portées par nombre d’acteurs aux statuts institutionnels variés : laboratoires, associations, revues du champ, CNU et AERES… Prendre part au débat, c’est aussi, pour la SFSIC, affirmer son rôle légitime dans le rapprochement de ces acteurs, parfois, il est vrai, au prix de tensions, mais également au bénéfice politique d’une communauté francophone que nous savons soucieuse de réussir l’intégration de ses savoirs. Le projet d’une revue française en sciences de l’information et de la communication doit donc répondre, à sa mesure, à ce désir politique d’intégration des connaissances. Et puisque nous savons que la préoccupation unitaire est l’une des caractéristiques majeures de la pensée des Lumières, nous parlerons, en écho, d’intelligibilité unitaire.

Nous exprimons toute notre gratitude à tous les pionniers qui ont accepté de s’engager dans cette aventure : tous nos auteurs, et en particulier Bernard Miège pour la coordination du premier grand dossier, les membres des comités éditorial et scientifique et les membres de la SFSIC, pour leur contribution vigilante, tous les professionnels de Revues.org et en particulier Pierre Mounier, et puis Andrès Sandovar et Norbert Congard, qui ont donné forme et style numériques à notre projet d’édition.