Navigation – Plan du site
Formes organisationnelles et pratiques communicationnelles

Communication publique et association professionnelle : légitimation et normalisation

Dominique Bessières

Résumés

Le rôle des associations professionnelles dans les enjeux de légitimation, de normalisation, d’institutionnalisation des communicateurs publics est complexe. Il représente un processus complexe parce qu’il s’inscrit dans des temps longs avec des acteurs divers. Il participe à la reconnaissance d’un professionnalisme. Comment l’appréhender d’un point de vue heuristique ? Quel peut-être le rôle et l’importance du chercheur dans l’analyse de ces phénomènes ? Les enjeux de légitimation d’un champ professionnel visent à conforter et à pérenniser des positions professionnelles, en forgeant des normalisations construites socialement, avec un activisme interactionniste qui se renforce dans le temps. L’enjeu est celui de l’institutionnalisation de ces fonctions qui se mesure de plus en plus au travers d’une professionnalisation, et d’une recherche de légitimation d’un groupe professionnel afin de conforter son existence et ses positions dans les organisations publiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 On trouve aussi les appellations communicant public, directeur ou chargé de communication, dircom…

1Le champ de la communication des organisations publiques est pertinent pour décrypter les mutations des formes organisationnelles et leurs conséquences en termes de normalisation des contextes de travail (coordinations des acteurs, nouvelle gestion publique) depuis une trentaine d’années. La communication institutionnelle publique (Bessières, 2009a) tend à devenir une discipline (Latour, 2007) entendue comme la conjonction de savoirs professionnels et universitaires labellisant un secteur professionnel, produite par divers acteurs (communicateurs publics1, enseignants-chercheurs). L’action sociale de la reconnaissance universitaire permet d’acquérir, en particulier, des connaissances académiques (critère de performance) qui cessent d’être seulement empiriques (apprentissage) (Dubar, Tripier 2005, p. 83-84). Ceci contribue à définir le champ des savoirs techniques et conceptuels de la communication publique en l’officialisant. Celle-ci représente également un groupe professionnel, porteur d’une identité spécifique qui définit une personne, ou un groupe de personnes, sur le plan professionnel. C’est la définition du métier principal et l’ensemble des éléments stables et permanents traversant les différentes fonctions remplies par cette personne ou ce groupe (Dubar, Tripier, 2005, p. 84).

2Des opérations de construction de valeurs et de représentations propres, de normalisation de pratiques professionnelles souhaitées, se développent au travers de dynamiques de reconnaissances sociales de certaines activités où des acteurs d’association professionnelle peuvent jouer un rôle. Ceci est visible dans des normalisations légitimatrices (cf. les répertoires officiels des métiers des trois fonctions publiques, avec des similitudes partielles qui témoignent d’une reconnaissance des spécificités de la communication publique par rapport à celle des entreprises (pour plus de details cf. Bessières, 2009b)), par la production de référents offerts à ses membres mais aussi à l’extérieur pour catégoriser et donc définir le groupe et le légitimer.

  • 2 Compilation de 75 entretiens semi-directifs (dont 11 femmes) diachroniques d’acteurs du champ issus (...)

3Notre texte vise à éclairer ces logiques de normalisation des cadres professionnels, en prenant appui sur nos corpus depuis les années 902, particulièrement au travers du rôle de consolidation de l’association professionnelle Communication publique créée en 1989. L’intervention de certains de ses membres s’est avérée déterminante dans l’œuvre collective de légitimation de la reconnaissance de la professionnalisation des communicateurs publics. Elle tient singulièrement à l’effort de théorisation de cette communication autour des écrits de Pierre Zémor, qui fut un des fondateurs de l’association qu’il a présidée, et particulièrement de son livre Que Sais-Je ? intitulé « La communication publique » publié en 1991 (2008). Il est ainsi un des premiers auteurs à proposer une réflexion théorique et pratique d’ensemble tout en définissant par la même les contours d’une activité organisationnelle et sociale spécifique. Le succès de citation de cet auteur dans les bibliographies sur le sujet témoigne de l’importance de cette action. En filigrane, il y déploie en particulier une réflexion sur la communication entendue comme isomorphe aux organisations publiques en résonnance avec ses fonctions juridiques de Conseiller d’État, en prenant soin de la différencier de la communication commerciale et marketing d’entreprise qu’il a bien connue pour avoir été longtemps professeur associé à HEC. Cette double source ascendante constitue en partie une clé d’explication de l’intérêt et l’originalité de la définition de la communication publique qu’il décrit, explique, formalise et donc théorise dans son ouvrage.

4L’association regroupe des directeurs de la communication importants de l’État, des collectivités locales, des institutions publiques et parapubliques, des entreprises publiques. Notre analyse intègre des éléments d’observation depuis une vingtaine d’années de manifestations organisées par des groupements d’acteurs, et particulièrement une bonne connaissance directe des enjeux portés par l’association Communication publique3 (300 membres, principale association sur ce secteur en France). Dès lors, comment aborder la légitimation des normalisations de la communication publique par le prisme du rôle d’association professionnelle ? Il est nécessaire de construire un cadre d’analyse permettant de saisir une légitimation longitudinale (I), et de s’intéresser à des manifestations récentes d’exemples illustratifs d’actions marquantes (II) de ces dimensions.

Un cadrage épistémologique pour un phénomène longitudinal

5Pour appréhender les ressorts des évolutions, notre démarche est compréhensive. Elle met en lumière le rôle du chercheur dans un environnement social pour discerner et analyser des temporalités longues d’institutionnalisation. Ceci est conditionné par des méthodes scientifiques liées à l’accès aux terrains de recherche. Aussi, la définition de l’activité professionnelle constitue un enjeu.

L’intérêt du chercheur pour le dévoilement de phénomènes sociaux complexes

  • 4 D’autres services fonctionnels à forte technicité peuvent être dans des configurations proches, com (...)

6Le travail du chercheur est essentiel pour permettre de faire comprendre des processus longitudinaux, en retraçant en particulier les stratégies de professionnalisation d’acteurs de la communication publique, dont ils n’ont pas globalement forcément toujours pleine conscience. En ce sens, la « contribution » du chercheur en SIC ne peut pas être qu’une sorte de justification institutionnelle d’une pratique auto-référencée des contextes professionnels contemporains en transformation. Aussi, s’il est indéniable que certains acteurs sont informés au premier chef des questions qui les animent, ils n’ont pas forcément tous la connaissance d’un cadre théorique et analytique englobant et surplombant les pratiques. Le terrain du secteur public est intéressant et particulièrement révélateur à cet égard, dans la mesure où cette quête de reconnaissance et donc de légitimation est liée notamment au particularisme statutaire de la majorité de ses acteurs (beaucoup de contractuels dans des structures fonctionnarisées) (Bessières, 2009b). La relative jeunesse de ces professions et des services fonctionnels transversaux4 de communication les prive d’une légitimité historique d’antériorité, à la différence des directions opérationnelles sectorielles.

7Une recherche de légitimation perce dans les actions visant à affermir et à pérenniser l’existence d’un groupe professionnel et ses positions dans les organisations. Ceci contribue à stabiliser la vision du professionnel en termes de compétences. Notre originalité réside pour partie dans une interrogation de ses conditions d’institutionnalisation (Bessières, 2012), encore peu étudiée de façon systématique (Gadéa 2003, p. 212). Celle-ci peut être définie au travers de trois grandes dimensions.

  • un processus. La pérennisation de la fonction des communicateurs publics identifie un développement dans la durée. Les temporalités ne peuvent pas être rapides pour parvenir à une reconnaissance d’une spécialisation professionnelle. Pour Pierre Bourdieu (1982, pp. 126-127) « instituer, assigner une essence, une compétence, c’est imposer un droit d’être qui est un devoir être (ou d’être). » (…) « Deviens ce que tu es, telle est la formule qui sous-tend la magie performative de tous les actes d’institution ». Le programme consiste à faire considérer une telle activité sociale comme allant de soi. Le temps est incontournable pour y parvenir.

    • 5 Cf, en particulier le rapport de la Cour des comptes en date 16 octobre 2011 sur les dépenses de co (...)

    une composante des organisations publiques. C’est l’idée d’une intégration de la communication comme une activité « normale » suivant un principe de « naturalisation » de pratiques sociales et organisationnelles. Initiée au départ par la volonté des exécutifs, celle-ci pouvait être contestée, notamment dans les années 80 avec des critiques tendant à présenter la communication comme une dépense non légitime (cf. les thèmes de la « communication paillette », « la danseuse du président »…). Aujourd’hui, elle ne semble plus vraiment remise en cause dans le principe. Depuis la fin des années 90, les actions de communication ne sont pas non plus contestées dans les enquêtes quantitatives réalisées auprès des populations. Mais elles peuvent être critiquées plutôt pour des raisons conjoncturelles, par des opposants politiques ou en période de restriction budgétaire5. La communication peut être éventuellement contestée en tant que dépense, parce qu’elle n’est pas perçue et/ ou reconnue par certains acteurs comme un investissement pour mieux faire connaître les actions auprès des publics destinataires au service d’un objectif de recherche d’efficacité.

  • une « institution sociale » telle que l’a définie par Émile Durkheim (2007), à savoir des croyances associées à des modes de conduite. La communication publique correspond effectivement à un ensemble de croyances, révélées notamment par plusieurs auteurs (Miège, Sfez, Neveu) dans l’efficacité de la communication associées à des exemples pratiques nombreux des organisations privées et publiques (Bessières, 1998), visible dans la généralisation des fonctions de communication dans les champs organisationnels et sociaux.

Une épistémologie pour des modes d’exploitation des terrains

8L’analyse des processus de légitimation, de normalisation, de professionnalisation, portés par le groupe des communicateurs publics implique d’accéder à des terrains d’investigation et aux acteurs sociaux. De sorte que les terrains d’étude constituent des supports pour une recherche heuristique par construction et observation.

  1. La dimension constructiviste (Mucchielli, 2004) passe par la confrontation aux formes de savoir autres que celles que détient le chercheur. Autrement dit, le terrain constitue un accès à un point de vue du scientifique. Le chercheur, par son analyse théorique, éclaire les stratégies de professionnalisation des acteurs, la centralité de la communication publique dans la gestion des organisations (objectifs de modernisation). Un travail de dévoilement peut prospérer avec une neutralité, exempte de jugement de valeur dans la mesure du possible, assurance de scientificité théorisée par Bachelard (1993). Ainsi une prise de distance avec les valeurs portées pas les acteurs sociaux constitue un gage de démarche heuristique. Le chercheur doit rompre avec la vulgate, les prénotions, le sens commun, les jugements de valeurs des acteurs, pour construire un objet scientifique (Bourdieu, Durkheim, Muchielli…). Notre démarche compréhensive vise à appréhender les ressorts des évolutions notamment par le recueil de discours d’acteurs au travers d’entretiens longitudinaux depuis les années 90 (Bessières, 2012). Nous ne rentrerons pas ici dans le détail de nos recherches et nous renverrons à nos publications pour cela.

  2. L’observation participante (Chapoulie, 1984) permet d’avoir accès à des niveaux d’informations difficilement appréhendables pour quelqu’un d’extérieur. Mais, par notre statut d’universitaire nous n’appartenons pas au groupe professionnel des communicateurs publics, ce qui permet une distanciation aisée vis-à-vis des enjeux strictement socio-professionnels du groupe social. Cette seconde méthode permet d’avoir un accès privilégié à des exemples d’opération de groupes sociaux ou d’associations professionnelles qui permettent de comprendre plus finement les dynamiques interactionnistes visant à consolider un champ professionnel.

9Plus largement, les exigences de professionnalisation de la communication sont à l’origine des SIC (Boure, 2006), qui sont donc concernées par des demandes sociales, comme le souci d’entretenir de bonnes relations avec les « champs professionnels » afin de faciliter l’insertion professionnelle d’étudiants. Cet état de fait ne constitue pas pour autant une limite pour le chercheur, dés lors que demeure une démarche d’objectivité scientifique éloignée de préoccupations polémistes, comprise comme telle par les acteurs sociaux observés. En outre, ceux-ci peuvent trouver un intérêt intellectuel aux écrits et productions scientifiques d’autant plus qu’elles les concernent.

La définition d’une activité professionnelle : des enjeux principiels et sociaux

La définition du « professionnel » ­— communicateur public — ne va pas de soi

10La communication publique constitue, à maints égards, une clé d’analyse des contextes organisationnels publics, révélatrice d’un changement de paradigme du système de légitimité public, au sens Wébérien du terme. Celui-ci apparaît plus axé sur une recherche d’efficacité d’action, en termes managériaux (nouvelle gestion publique), de légitimation de l’action publique et de professionnalisation comparables au secteur privé (cf. Floris, Burlaud, Laufer, Paradeise) et moins sur une application et un contrôle de l’action suivant des normes juridiques.

11La communication publique et ses développements professionnels posent la question de la définition de cette activité organisationnelle dont la théorisation est aujourd’hui enjeu de reconnaissance pour de nombreux acteurs sociaux (communicateurs, dirigeants, universitaires) (pour plus de détails cf. Bessières, 2009a). La communication institutionnelle publique identifie un ensemble de techniques de légitimation constituant une communication publique, et politique au second degré, pour faire connaître (identification) et reconnaître (légitimation) les actions et les organisations.

12Les positionnements et les dynamiques d’interrelation autour d’un champ professionnel, dans des temps relativement longs, rendent plus nécessaire une analyse longitudinale du chercheur. Il s’agit de l’organisation de la légitimation de la profession (entendue dans le sens anglais d’ "occupation" », mais avec des éléments inspirés des professions établies (proche du sens anglais de « profession »), comme la déontologie (Bessières, 2009b). C’est comprendre la redéfinition des cadrages et des délimitations issus des univers professionnels sources d’identités professionnelles. Ainsi des pratiques plus anciennes contestées par une majorité de professionnels sont révélatrices de légitimations identitaires reconnues comme constitutives de bonnes pratiques (comme la critique de la communication publicitaire « paillette » des années 80, la communication commerciale trop simplificatrice de la complexité du service public (cf. Zémor, 2008) des années 90, ou encore de « la com » formulation délégitimante partagée dans le champ professionnel visant une communication publicité et marketing portée sur des coups de com, des mises en scène peu porteuses de sens, court-termistes, voire peu ethiques des années 2010 (cf. Habib, 2010).

13C’est aussi le caractère processuel des évolutions avec des successions d’acteurs dans une permanence d’objectifs de consolidation. Nous avons déjà montré que les revendications de reconnaissance de la part des professionnels connaissent des définitions et des acteurs variables dans le temps mais qui se renforcent continuellement depuis les années 80 (Bessières 2012). La temporalité des changements sociaux, avec des échelles de temps relativement longues, a des incidences professionnelles. À cela s’ajoute le succès même de l’appelation « communication publique » qui repose beaucoup sur son appropriation par les acteurs de la communication institutionnelle publique eux-mêmes et par les dirigeants publics. Mais il doit beaucoup aux actions interactionnistes des groupes et acteurs sociaux, comme les associations représentant du champ professionnel.

Trois exemples de consolidations professionnelles récents de l’association Communication publique

14Notre connaissance de l’association Communication publique depuis 1994 au cours de notre thèse de doctorat, puis notre position de membre de son conseil d’administration nous permet de rendre compte de trois actions fortes de l’association depuis trois ans. Elles ont en commun d’œuvrer au renforcement du champ professionnel de la communication publique et du rôle de l’association éponyme, au travers d’un référentiel des métiers, d’une revue, d’un manifeste normalisateur.

Un référentiel global et collectif des métiers de communication

  • 6 AACC ; AFCI ; ANAÉ ; Club des annonceurs ; Communication & Entreprise ; Communication publique ; In (...)

15Le Référentiel des métiers de la communication est porté par dix associations et syndicats professionnels6 entre 2011 et 2013. Nous avons fait partie du Groupe de travail au titre de l’association Communication publique en parallèle, ou conjointement avec son Délégué Général d’alors Pierre-Alain Douay. Notre intervention personnelle a été sollicitée pour représenter l’association dans cette démarche compte tenu de notre recherche sur la professionnalisation des communicateurs publics et de notre intérêt pour les fonctions de communication au sein des répertoires professionnels des trois métiers de la fonction publique (Bessières, 2009b). Notre participation a consisté dans un premier temps dans réalisation de leur synthèse selon des normes de présentation communes décidées collectivement lors de réunions de travail (définition, missions, domaine et périmètre d’intervention, 3 exemples d’activités et tâches, compétences (savoirs, savoir-faire, savoir être)). Puis nous avons veillé à la fusion avec d’autres fiches proches (ex. directeur de communication public et d’entreprises). Enfin, la solution d’une réécriture par une personne free-lance pour unifier et rendre plus concis l’ensemble de ces documents en vue de leur publication sur le net (http://metiersdelacommunication.fr) a été pilotée par les responsables de l’association Communication & Entreprise qui de fait ont exercé un important rôle de chef de projet pour assurer suivi et réalisation sur une idée de départ issue du SYNTEC.

16L’objectif, approuvé par les associations participantes, était de fournir une base de documentation sur les métiers de la communication au travers d’un référentiel métier, prétendant à une exhaustivité en réunissant des communicateurs pouvant intervenir dans des organisations publiques et privées, des agences de communication ou de relations publiques, en communication interne ou externe, intégrant des fonctions commerciales et digitales, de conseil et chez l’annonceur.

17Une présence sur Internet a été pensée comme un moyen d’accroître et de faciliter la connaissance des métiers de la communication sur un site web centralisateur, à destination de divers publics susceptibles d’être intéressés (étudiants, instituts de formation, conseils en recrutement, recruteurs, ministères…). On voit bien au travers de cet exemple la volonté et la manifestation d’œuvrer à une consolidation des activités professionnelles de communication et le rôle direct des associations professionnelles dans une démarche collective et interactionniste.

Une revue professionnelle référentielle

  • 7 Il y eu 11 numéros publiés à ce jour

18La revue de la communication publique Parole publique se veut une référence pour le champ professionnel. Son premier numéro date de mars 2013 (http://www.communication-publique.fr/revue_parolepublique/)7. C’est une initiative collective sous l’impulsion de son Rédacteur en chef Pierre-Alain Douay, ancien Délégué général de l’association Communication publique. Nous sommes membre de son Comité de rédaction.

  • 8 Thèmes de dossiers synthétisés : identité et image des villes ; évaluation et communication ; les a (...)
  • 9 Bessières, Chauvin, Dacheux, Mercier, Monnoyer-Smith, Gardère, Granjon, Libaert, Pène, Richard, Wol (...)

19La revue comporte trois publications papier annuelles. Elle vise à apporter des réflexions de fond sur des thématiques permettant d’analyser l’environnement des fonctions de communication au travers de dossiers thématiques8 et d’articles. Il s’agit de confronter et de partager des points de vue sous divers angles sur des thématiques choisies pour aider à permettre une prise de distance réflexive. Ce positionnement ambitionne la construction d’une revue professionnelle de référence, apportant des connaissances pour approfondir des sujets et transmettre des réflexions. Elle fait appel à des retours d’expérience de communicateurs publics, de managers, de responsables institutionnels et politiques, avec toujours un éclairage d’auteurs SHS (économie, gestion, sociologie, politique…) et SIC9. L’objectif est de s’adresser prioritairement aux praticiens de la communication, mais également plus largement aux gestionnaires publics, aux chercheurs, aux enseignants. Un effet d’image semble recherché pour promouvoir une association professionnelle productrice de réflexions et d’analyses, de nature à contribuer à sa reconnaissance. C’est en cela un moyen de positionner une légitimité de l’association professionnelle, représentant une image de réflexion de nature à agréer des intérêts pour des communicateurs professionnels, et conférant un rayonnement dans le champ des associations professionnelles de communication et dans les milieux institutionnels. De sorte que la revue fonctionne à la fois comme une sorte de produit d’appel pour les communicateurs, une vitrine, et un outil au service de la légitimation du rôle de la communication en résonnance avec les thèmes globaux qui y sont abordés.

Un manifeste pour définir un positionnement

20Un Manifeste (http://www.communication-publique.fr/​manifeste-pour-la-communication-publique/​) vise à affirmer un positionnement des professionnels que l’association regroupe auprès des décideurs publics. L’idée de départ est issue des résultats du Baromètre de la communication publique réalisée par la société d’études Occurrence pour le compte de l’association. La parole publique, plutôt comprise comme politique dans l’enquête par des références globales par rapport aux enjeux sociéto-politiques, apparaissait délégitimée. Ce constat confirmant plus largement les enquêtes d’opinion qui montrent une aggravation d’évaluations négatives vis-à-vis des hommes politiques depuis une vingtaine d’années dans l’opinion mesurée par les sondages. Dans ce contexte, des communicateurs publics de l’association ont souhaité affirmer leur intérêt pour lutter contre cette tendance et se démarquer de pratiques professionnelles jugées complices de cette crise de confiance (ex. « coups de com »). Il s’agit de réaffirmer l’intérêt de la communication pour les décideurs publics et des postures déontologiques professionnelles.

21L’écriture collective a été l’objet de nombreux allers et retours entre janvier et octobre 2015 pour aboutir à une rédaction qui, d’une part récolte l’accord des membres de l’association et notamment de son conseil d’administration, d’autre part valorise le rôle positif des responsables de la communication publique vis-à-vis des décideurs tout en l’explicitant. Dans cette optique, les dirigeants de l’association ont demandé aux membres de communiquer le manifeste auprès de leurs dirigeants respectifs. En effet, les écritures des premières moutures exprimaient trop fortement l’idée d’une crise de légitimité qui nous est apparue plus liée à la parole des hommes politiques qu’à celle de la parole des institutions publiques. En l’occurrence, la crise de confiance n’atteint pas certaines institutions publiques, à l’instar de l’exemple de l’INSEE, qui continue à faire autorité et référence auprès des acteurs sociaux et médiatiques. C’est le message que j’ai délivré lors de deux conseils d’administration. En revanche, les hommes politiques dans leur globalité (même si on peut dénombrer des contre-exemples), semblent en butte à des phénomènes de crises de confiance dont la parole publique peut bien évidemment pâtir. Le temps des allers et retours a ainsi permis à certains rédacteurs collectifs de relativiser leur vision, au début trop marqués et en réaction aux résultats globaux d’une enquête quantitative, pour plutôt privilégier une recherche de réponses à des critiques de l’opinion à l’égard de la sphère politico-institutionnelle.

22On peut résumer les conceptions du manifeste autour de cinq idées principales pour promouvoir un cadrage de l’action de la communication publique :

  1. dépasser une communication court termiste (idée d’une communication s’inscrivant dans la durée pour des enjeux ou des stratégies de long terme opposée à une communication essentiellement suplétive),

  2. transmettre du sens (pour clarifier, justifier, expliquer l’action publique),

  3. développer une écoute (pour mettre en place une proximité et une attention à l’égard des populations et des contextes des organisations publiques),

  4. intégrer la communication dès la conception de l’action publique (pour revendiquer une position stratégique et éviter une communication instrumentale de ratification ou d’exécution de décisions déjà prises),

  5. privilégier une sincérité dans le langage (pour éviter des communications de dissimulation ou de duplicité attentatoires aux logiques d’intérêt général).

23Ce manifeste est le support du lancement d’un événementiel « Les entretiens de communication publique » dont le premier épisode annuel s’est tenu en matinée le 9 mars 2016 au studio 106 de la Maison de la Radio à Paris, en partenariat avec Radio France (137 places réservées). Les intervenants comprenaient plusieurs dirigeants d’organismes publics (ANDRA, Sécurité Routière, France Stratégie, Conseil national du numérique, Parquet, Haute Autorité de la Santé, et deux journalistes du Groupe Radio France). L’objectif était de mobiliser les décideurs publics et les médias dans une démarche de lobbying vis à vis de ces deux groupes professionnels. De ce point de vue, ce type d’opérations, dans un dispositif proche, a déjà été mis en place par le passé par une autre génération d’acteurs de l’association, à l’exemple d’une journée d’étude sur la Communication départementale au Sénat en 1997 en direction des dirigeants politiques et administratifs (Bessières, Ollivier-Yaniv, 1997). Ceci témoigne du caractère processuel des opérations de légitimation du groupe professionnel des communicateurs dans une dimension interactionniste pour être reconnus vis à vis d’autres groupes professionnels, et notamment les décideurs publics pour qui travaillent les responsables et directeurs de la communication.

Conclusion

24L’association professionnelle s’inscrit dans une perspective d’imposition de reconnaissance interactionniste au sens de la sociologie des professions (Dubar, Tripier, 2005) afin de préserver ou d’améliorer la position sociale du groupe socio-professionnel. En cela, elle est éminemment contingente et implique des formes de collaboration et de coordination afin de consolider un équilibre au départ précaire mais qui se solidifie dans le temps. Construction sociale, elle vise à établir les conditions d’une reconnaissance d’un professionnalisme particulier, avec des actions collectives produites par des acteurs du champ professionnel. Les regroupements sous formes d’associations professionnelles agissent en participant à la construction d’une représentation globale du groupe, en affirmant une définition. « En effet, un modèle est le produit d’expériences, d’observations, de réflexions sur le réel… Bref, il est un mode d’organisation de la réalité, qui oriente les représentations et les conduites sociales » (Walter 1995, p. 13). « Le groupe doit se faire représenter en se donnant des instances officielles et des porte-parole habilités à parler et à agir en son nom » (Boltanski 1982, p. 58). Elles fonctionnent comme des supports d’objectivation en donnant à voir comme une réalité tangible le champ des professionnels qu’elles promeuvent. Ces visions unificatrices sont de nature interactionniste, portées par des associations.

25Le flou des activités de communication (variabilité des périmètres entre conseils, gestion de prestataires, relations publiques et presse, événementiel, rédaction de discours, magazine, plaquettes, site web…) permet de dissimuler la diversité de la profession et des professionnels, tout en permettant une représentation d’unité pour imposer l’existence et la pérennité du groupe professionnel des communicateurs publics.

26L’enjeu est de passer d’une légitimité de centre de coût discrétionnaire (Bessières, Grima, 1999) à une légitimité professionnelle (Bessières, 2009b), gage de pérennisation. La reconnaissance semble d’abord fonctionnelle au sein au sein des organisations, puis professionnelle vis-à-vis d’autres groupes sociaux (pouvoir politique et institutionnel, autres directeurs et professionnels de l’organisation, journalistes, conseils…). L’intervention de l’observation du chercheur et de ses grilles d’analyse s’avère importante, singulièrement pour construire scientifiquement l’analyse d’un tel processus longitudinal socio-professionnel forcément complexe.

Haut de page

Bibliographie

Bachelard Gaston (1993), La formation de l’esprit scientifique (1938), 1993 Vrin

Bessières Dominique (2012), « L’institutionnalisation des communicateurs publics : une tension longitudinale vers une légitimation de ce groupe professionnel », Pyramides (ULB), n° 24, 2012, p. 239-260.

Bessières Dominique (2009), « La définition de la communication publique : des enjeux disciplinaires aux changements de paradigmes organisationnels », Communication & organisation, n° 35 décembre 2009, p. 15-28

Bessières Dominique (2009), « La quête de professionnalisation des communicateurs publics entre difficulté et stratégie », Formation Emploi, n° 108 octobre, décembre 2009, p. 39-52.

Bessières Dominique (2012), Grima François, « Quelles légitimités pour les services fonctionnels de la communication et de la formation dans les collectivités locales », Politiques et Management Public, n° 4 décembre 1999, p. 1-16.

Bessières Dominique (1998), L’institutionnalisation de la communication locale - les cas des échelons décentralisés départementaux, régionaux, parisiens, franciliens, Doctorat de Science Politique, université Paris I Panthéon-Sorbonne, 1998, 533 p.

Bessières Dominique, Ollivier-Yaniv Caroline (1997), « La communication départementale : constat d’une arlésienne ou processus de légitimation ? », Quaderni, n° 31, 1997, p. 19-31.

Boltanski Luc (1982), Les cadres, la formation d’un rôle social, Paris, les Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1982 , 528 p.

Bourdieu Pierre (1982), Ce que parler veut dire - L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982, 244 p

Boure Robert (2006), « L’histoire des sciences de l’information et de la communication entre gratuité et réflexivité », Questions de Communication, n° 10, 2006, p. 277-295

Chapoulie Jean-Michel (1984), « J.M., Everett C. Hughes et le développement du travail de terrain en sociologie », Revue française de sociologie, vol. 25, 1984, pp. 582-608.

Claude Dubar, Pierre Tripier, Sociologie des professions, Armand Colin, 2005

Durkheim Émile (2007), De la division du travail social (1893), Paris, PUF, coll. Quadrige, 2007

Gadéa Charles (2003), Les cadres en France, Paris, Belin 2003, 285 p.

Floris Bernard (1996), La communication managériale, Presses universitaires de Grenoble, 1996, 272 p.

Habib Laurent (2010), La communication transformative pour en finir avec les idées vaines, PUF, 2010, 200 p.

Laufer Romain, Burlaud Alain (1980), Management public Gestion et légitimité, Paris, Dalloz, Coll. Gestion Systèmes et Stratégies, 1980, 337 p.

Laufer Romain, Paradeise Catherine (1982), Le prince bureaucrate – Machiavel au pays du marketing, Paris, Flammarion, 1982, 345 p.

Latour Bernard (2007), Petites leçon de sociologie des sciences, La découverte, 2007, 251 p.

Mucchielli Alex dir.(2004), La place du constructivisme pour l’étude des communications, Publication Montpellier 3, 2004, 331 p.

Walter Jacques (1995), Directeur de communication - Les avatars d’un modèle professionnel, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques Sociales, 1995, 202 p.

Zémor Pierre (2008), La communication publique, PUF, coll. Que sais-je ?, (1991), 2008, 128 p.

Haut de page

Notes

1 On trouve aussi les appellations communicant public, directeur ou chargé de communication, dircom…

2 Compilation de 75 entretiens semi-directifs (dont 11 femmes) diachroniques d’acteurs du champ issus de différents terrains : responsables de communication, d’associations ou de salons professionnels, concepteurs de référentiels de compétences. Ils se sont déroulés entre 1993 et 2012, d’une durée de 40 minutes pour les plus brefs à 2 heures pour les plus longs, voire 3 heures dans quelques cas impliquant plusieurs entretiens. Ce corpus intègre plusieurs vagues et terrains, avec des questionnements communs sur les actions de communication menées, les contextes organisationnels spécifiques, les représentations de leur rôle 

3 http://www.communication-publique.fr/

4 D’autres services fonctionnels à forte technicité peuvent être dans des configurations proches, comme ceux des formateurs (Bessières, Grima, 1999), les services informatiques...

5 Cf, en particulier le rapport de la Cour des comptes en date 16 octobre 2011 sur les dépenses de communication des ministères demandé par la commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire de l’Assemblée nationale en application de l’article 58-2° de la LOLF https://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Les-depenses-de-communication-des-ministeres.

6 AACC ; AFCI ; ANAÉ ; Club des annonceurs ; Communication & Entreprise ; Communication publique ; Information, presse & communication ; Synaps ; SYNTEC ; UDA

7 Il y eu 11 numéros publiés à ce jour

8 Thèmes de dossiers synthétisés : identité et image des villes ; évaluation et communication ; les actifs immatériels publics ; démocratie participative ; langages publics ; médias et communication ; mémoires ; transition énergétique ; action culturelle ; algorythmes ; République...

9 Bessières, Chauvin, Dacheux, Mercier, Monnoyer-Smith, Gardère, Granjon, Libaert, Pène, Richard, Wolton…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Bessières, « Communication publique et association professionnelle : légitimation et normalisation », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2003 ; DOI : 10.4000/rfsic.2003

Haut de page

Auteur

Dominique Bessières

Dominique Bessières est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Rennes 2 et il est membre PREFIcs EA 42-46. Courriel : dominique.bessieres@univ-rennes2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page