Navigation – Plan du site
Tendances épistémologiques

Trente ans de recherches en communication des organisations : voies, paradoxes, imaginaires et questions vives

Françoise Bernard

Résumés

L’auteure propose une mise en perspective historique, thématique et théorique des travaux de recherche conduits en communication des organisations depuis trente ans dans le champ des SIC en France.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. note 16, infra.
  • 2 Le débat autour de cette notion s’était développé d’abord dans les années 1970 autour de la notion (...)
  • 3 Nous employons le terme d’hégémonie dans une acception gramscienne, c’est-à-dire qui renvoie à une (...)
  • 4 La question suivante se pose : s’agit-il de participation (à quoi ?) ou d’expression et, dans ce ca (...)
  • 5 Ce corpus principal est complété par la prise en compte des publications de la revue Communication (...)

1En France, depuis une trentaine d’années, les travaux de recherche relevant du domaine de la communication des organisations, dans le champ des SIC, sont à la fois en mouvements et pluri-orientés, ce qui témoigne d’une vitalité du domaine et d’une capacité de renouvellement des terrains, des objets, des problématisations, des méthodes. Une interprétation plus réservée de ces deux caractéristiques peut aussi être formulée, nous la trouvons sous la plume de certains acteurs des SIC lorsqu’ils formulent des jugements à portée plus générale sur leur propre discipline. Nous faisons référence, par exemple, au risque de « dispersion » pour les SIC (Jacobi, cité par Fleury & Walter, 2007)1, ou encore au risque d’un « présentisme ». Celui-ci est lié à la place sociale de la communication désignée par la doxa, mais également par les institutions et discours médiatiques, politiques et économiques, comme activité du présent, la communication accompagnant les flux des activités et des problèmes traités (ou non). La communication apparaît même, dans un certain nombre de cas, comme une discipline représentative de courants qui prétendent annoncer et configurer les voies du futur, par exemple avec l’épisode de l’avènement d’une « société de l’information »2. De manière générale, la communication des organisations, comme activité de réflexion et de recherche, bénéficie et souffre de l’hégémonie3 du modèle organisationnel de l’entreprise privée marchande qui, sur le terrain, influence de manière croissante l’ensemble des autres formes organisationnelles et des pratiques communicationnelles. Cette hégémonie donne du grain à moudre aux chercheurs même si, dans l’espace public, la voix de ceux-ci est difficilement audible face aux autres voix assourdissantes de ceux qui contrôlent les machines et dispositifs à faire l’opinion et face aussi aux effets paradoxaux produits par l’entrée en scène des acteurs sociaux protagonistes de nouveaux espaces publics partiels via les ressources des réseaux sociaux4. Contrairement aux sciences de gestion où le marketing s’est épanoui comme courant d’études, les travaux en communication des organisations en SIC, de manière générale et à quelques exceptions près, présentent une approche distanciée des tendances gestionnaires, commerciales et managériales par ailleurs dominantes. Les choix des chercheurs en communication des organisations, dans le champ des SIC, relèvent d’une approche analytique, traduisant des préoccupations anthropo-sociales, et souvent critiques. Cette tendance s’est à nouveau exprimée collectivement de manière forte lors du Colloque, consacré aux perspectives critiques, organisé à Lille. Ce colloque avait rassemblé de très nombreux chercheurs de l’espace francophone et au-delà, il avait conduit à la publication d’un ouvrage de référence (Heller, Huet, Vidaillet, 2013). C’est en ayant à l’esprit ces quelques éléments saillants, que nous souhaitons partager, dans la continuité de nos contributions précédentes, une réflexion organisée en deux points. Premièrement, nous effectuons un bref retour sur l’histoire de la communication des organisations et les projets successifs de bilans d’étapes et d’opérations de cartographie. Deuxièmement, nous souhaitons repérer, d’un point de vue diachronique et synchronique, certaines tendances caractérisant les problématisations dans le domaine des communications des organisations. Nous appuyons notre propos à partir d’une connaissance approfondie du domaine, en tant que membre co-fondateur du groupe Org&Co depuis 1994, puis animatrice de ce groupe pendant quatre ans de 1998 à 2002, qu’auteure d’un mémoire d’HDR (1998) et de publications nombreuses consacrés aux questions de la communication des organisations. Nous privilégions comme corpus principal les publications de la revue Communication & Organisation, certaines publications de la revue Questions de communication5, les mémoires d’Habilitation à Diriger des Recherches (HDR) liées aux thématiques de la communication des organisations.

Historiciser, cartographier, vers une réduction des incertitudes épistémiques du présent ?

« /…/ les disciplines heureuses ont une histoire…/…/ »
Robert Boure, 2006

2En France, dans le champ des SIC, le domaine de la communication des organisations s’est peu à peu structuré scientifiquement depuis une trentaine d’années comme en témoigne un certain nombre d’indicateurs : la constitution de réseaux scientifiques, la constitution d’équipes, d’axes et de projets de recherche, l’édition de revues, les publications, l’organisation de colloques, les soutenances de thèses et d’HDR.

Fragments et démarche sytémique6 : enjeux et difficultés à faire histoire

  • 6 La réflexion, dense et parfois radicale, des historiens sur leur discipline inspire beaucoup d’humi (...)
  • 7 Ces animateurs sont par ordre chronologique : Le Moënne, Delcambre, Bernard, Bouzon, Loneux & Paren (...)
  • 8 Nous faisons référence à l’intéressante formulation proposée par Nicole D’Almeida et Valérie Carayo (...)
  • 9 La notion est proposée par Robert Boure (2007).
  • 10 Cf. notamment le tournant symbolique avec l’installation des « Dircoms » parmi les métiers reconnus (...)
  • 11 CELSA - Institut des hautes études en sciences de l’information et de la communication - Paris IV S (...)
  • 12 Pour une analyse détaillée et approfondie de ce corpus, cf. Bernard (1998, 2002).
  • 13 Notion héritée de Jean-Louis Le Moigne (2006).

3Les indicateurs que nous retenons renvoient à des étapes et des initiatives dont certaines, bien connues, sont plus marquantes que d’autres, par exemple, en 1994 à l’occasion du Congrès de la SFSIC à Toulouse, avec la création du groupe national d’études et de recherche en communication des organisations (Org&Co) qui constitue un temps fort de cette structuration. Ce groupe avait été mis en place par les chercheurs qui avaient été à l’initiative de travaux fondateurs, pour les SIC, et qui avaient notamment conduit aux premières HDR soutenues autour des thématiques de recherche en communication des organisations (cf. notamment les HDR de : Le Moënne, 1994 ; Richard, 1994 ; Bernard, 1998 ; Floris, 1998 ; Galinon-Mélénec, 1998 ; D’Almeida, 1998 ; Guyot, 2000 ; Gramaccia, 2000). Les animateurs successifs de ce groupe7 et les participants, en nombre croissant, co-organisent avec régularité des séminaires, des journées d’étude, des colloques, coordonnent des publications, autant d’activités qui continuent, vingt ans plus tard, à rassembler les chercheurs du domaine dans l’espace francophone et au-delà. Autre temps fort, la revue Communication & Organisation qui, depuis 1992, à l’initiative d’Huges Hotier, publie les travaux de ceux qui « font communauté »8 de recherche en communication des organisations. Ainsi la dimension « communautaro-concurrentielle »9 se développe, de manière évolutive, depuis une trentaine d’années, symptomatique là encore de la croissance du domaine. Il convient de souligner que ces étapes avaient été précédées par une phase antérieure où la communication, au sens de discipline académique, émergeait progressivement, d’une part, des pratiques de la communication des entreprises qui elle-même connaissait des vagues de reconfiguration successives10, et, d’autre part, d’un point de vue académique, des orientations littéraires originelles des SIC (cf. Tétu, 2002 ; Bernard, 2002) mais aussi du terreau des premières formations universitaires en « communication », en particulier en IUT. Cette phase, entre 1960 et 1985, était assez bien représentée par les publications de la revue Humanisme et Entreprise. Cette revue, dès 1959, éditait les réflexions des acteurs du domaine de la communication d’entreprise qui s’affirmaient professionnellement en exerçant leurs activités dans des organisations principalement privées, mais aussi dans des structures représentatives des salariés et des dirigeants d’entreprise. Par la suite et pour une période assez longue, cette publication sera, étroitement associée au CELSA (Paris Sorbonne) avant d’être dissociée de cet Institut11 à partir de la fin des années 1990 et de s’éloigner des SIC. Le projet éditorial de la revue était proche de celui de son fondateur, C.-P. Guillebeau également Directeur du CELSA de 1971 à 1995, à savoir « réconcilier l’entreprise (surtout le management) et la formation littéraire » (Boure, 2007). L’étude de cette revue, constituée en corpus, témoigne des enjeux de son époque marqués par des mutations socio organisationnelles12 et l’affirmation progressive de la « communication des entreprises » et de ses liens avec la gouvernance des organisations. Cette étude montre bien aussi comment la communication des entreprises dans un premier temps, puis la communication des organisations dans un deuxième temps, se structuraient parallèlement à la recherche dans le cadre d’une « discipline enseignable » dans les universités13. L’histoire de cette revue, en particulier des origines jusqu’aux années 85, permet de comprendre la construction cognitive de la communication des organisations (Bernard, 1998) comme champ de recherche avec des passages, des distanciations successives, des ruptures entre objets professionnels et objets de recherche. Certains objets de recherche émergent au fil des ans des travaux des discours et pratiques professionnels, d’autres viennent des champs de savoir qui sont portés par le profil des chercheurs impliqués dans les activités de formation et de recherche.

  • 14 Cf. notamment, Bernard, 2004 ; D’Almeida & Andonova, 2006 ; Gallot, 2014 ; D’Almeida & Carayol, 201 (...)
  • 15 Affirmer en 2016, que les SIC relèvent des SHS semble faire évidence, ce n’est pas le cas antérieur (...)
  • 16 Un chapitre avait été consacré à l’histoire de la communication des organisations (Bernard, 2002).
  • 17 Dans le n° 12 de la revue Question de communication, les contributions de Jacobi et Ponton n’ont pa (...)

4Dans l’actualité récente, on observe une appétence pour écrire, récrire directement ou indirectement l’histoire du domaine circonscrit au champ des SIC. On note aussi un intérêt récurrent pour l’exercice de cartographie du domaine de la communication des organisations et, plus généralement, des SIC14. Ces deux approches, histoire et cartographie, ont à voir avec des enjeux identitaires disciplinaires mais pas seulement. Elles soulignent également l’importance des activités méta discursives, méta analytiques et argumentatives dans la démarche de définition et de positionnement épistémiques d’une discipline relevant du champ plus large des SHS15. L’analyse diachronique montre combien les travaux en communication des organisations sont traversés par les débats qui animent l’ensemble des SIC, mais aussi des SHS. Par ailleurs, il apparaît que ce domaine, en SIC, est en dialogue et en tension avec d’autres discipline des SHS, soit par les origines disciplinaires de chercheurs qui ont effectué leur conversion aux SIC, soit par des coopérations significatives dans la durée entre certains chercheurs SIC et non SIC, par exemple avec la sociologie du travail et des organisations (Zarifian, 1995 ; Mispelblom Beyer, 1999), avec les sciences du langage et l’analyse narrative (Delcambre, 1985 ; Pène, Borzeix & Fraenkel, 2001 ; Gramaccia, 2001 ; D’Almeida, 2004) et la sémiologie (Boutaud, 2011 ; Hachour, 2011), les relations avec les sciences de l’éducation (Gabay, 2001), avec les sciences de gestion (marketing, management et ressources humaines) (Galinon-Mélénec, 1998 ; Floris, 1998 ; Fauré & Arnaud, 2014). La démarche historique n’est pas seulement « historienne », elle est aussi historicisante, c’est-à-dire relecture-récriture actives d’un corpus et de traces à la lumière des orientations et formats cognitifs du présent. Le débat riche et important portant sur la méthode historique et l’historiographie, sur l’écriture de l’histoire d’une discipline est nourri en SIC par les publications de Robert Boure et a donné lieu à des échanges organisés par la revue Questions de communication. Après avoir dirigé et publié un ouvrage collectif consacré à l’histoire des SIC16, en partie issu des travaux conduits dans le cadre du groupe de recherche TPS qu’il animait, cet auteur est revenu sur certains enjeux dans trois papiers publiés par la revue Questions de communication. Ces papiers ont donné lieu à des échanges (Bautier, Delcambre, Fleury et Walter, Jacobi, Ponton17, Miège, Olivesi, 2007) qui portent sur des questions fortes concernant évidemment aussi la communication des organisations. Parmi les questions explorées, nous mentionnons les questions suivantes : comment écrire l’histoire d’une communauté à laquelle nous appartenons, jusqu’où peut-on « décrire cette histoire à la manière d’un « roman familial » » (Delcambre, 2007), quels sont les apports et les écueils du « partiel » et du « partial » (Fleury & Walter, 2007), de « l’entre soi disciplinaire » (Delcambre, 2007). Peut-on échapper aux limites d’un récit historique qui relève bien souvent de fragments, de séquences d’une histoire plus large où les interdépendances entre dimension institutionnelle, cognitive et sociale sont multiples. Dans ce cadre, Pierre Delcambre (2007) qui est un des membres fondateurs du groupe Org&Co comme il le rappelle dans son article, répond à Robert Boure. Ces deux auteurs discutent notamment des notions « d’histoire spontanée » et « d’histoire officielle ». Boure et Delcambre mobilisent les « concepts d’institutionnalisation sociale et d’institutionnalisation cognitive, repris de Richard Whitley (1974, 1984) » (Boure, 2006, 2007 ; Delcambre, 2007). Delcambre souligne à juste titre que « L’institutionnalisation cognitive est, quant à elle, plus difficile à documenter » (Delcambre, 2007). Ces concepts ont aussi une portée heuristique, ils inspirent également notre réflexion. Au fil de ses contributions, Robert Boure propose de considérer que l’unité de son travail réside en la question : « À quoi peut donc bien servir l’histoire des sciences de l’information et de la communication ? ». La réponse à cette question est la conclusion du deuxième article (Boure, 2007), à savoir que la démarche historique servirait « contre des tentations hégémoniques toujours présentes » et à « développer une culture du débat ». Les deux propositions conservent toute leur actualité, cependant, nous allons nous centrer sur la deuxième proposition.

Une culture du débat

5De manière générale, la pratique d’une « culture du débat » exigeante, appliquée au domaine de la communication des organisations est fort pertinente, voire nécessaire, dans un contexte où les chercheurs pratiquent depuis les origines des formes d’interdisciplinarité. Pour illustrer cet enjeu, nous choisissons deux exemples.

  • 18 Cf. la revue Questions de communication, 2010, n° 17 et 18. Hors SIC, le CNRS a mis en place une «  (...)

6Premièrement, les débats portant sur la pluridisciplinarité, l’interdisciplinarité, la monodisciplinarité sont historiquement ancrés en SIC, ils sont latents ou vifs, à commencer par les débats relatifs au couplage information-communication (cf. Guyot, 2006). La première génération des chercheurs à partir des années 70 venant d’autres disciplines était objectivement directement concernée par ces questions qui continuent de traverser les SIC mais aussi les SHS et gagnent l’ensemble des champs du savoir avec de nouveaux défis scientifiques qui invitent à passer les frontières disciplinaires et paradigmatiques18. Ces questions peuvent d’ailleurs ouvrir des voies fort différentes, celle de l’a-disciplinarité ou a contrario celle de la ré-affirmation de la pertinence disciplinaire. Elles sont régulièrement traduites en termes de « migrations conceptuelles » (cf. notamment : Bouillon, Bourdin & Loneux, 2007).

7Deuxièmement, un autre débat structurant, concernant également tous les domaines de recherche en SIC, porte sur la question de la distance avec les milieux professionnels, cela peut se vérifier pour les domaines des médias, des industries culturelles, éducatives, créatives, des TIC, de la communication politique, de l’information-documentation, de la culture, etc. Nous proposons d’illustrer quelques-uns des termes de ce débat succinctement pour les communications des organisations. Comme nous l’avons précisé supra, nous avions montré, à partir d’une analyse de contenu historicisée portant sur l’étude du corpus de la revue Humanisme et Entreprise (Bernard, 1998, 2002), que les questions de recherche avaient émergé peu à peu de l’épaisseur des pratiques, représentations et enjeux professionnels et s’accomplissaient parallèlement à la mise en place des formations en SIC et en communication des organisations. En 2004, dans un numéro de la revue Hermès consacré à une mise en perspective scientifique des SIC sous forme de bilan d’étape, l’auteur choisi pour rendre compte de la communication des organisations privilégie une approche par « les relations publiques », catégorisation qui est utilisée en contexte anglo-américain. Il fait état de ce qui aurait été, selon lui « un modèle de la séparation » (Gryspeerdt, 2004, 153) entre les acteurs des RP sur le terrain et celui des chercheurs en RP. En 2004, par un hasard d’agenda, nous avions publié un papier dans le bulletin de liaison du groupe Org&Co, alors animé par Arlette Bouzon, papier qui reprenait et présentait des éléments de cartographie des travaux en communication des organisations dans le champ des SIC (Bernard, 2004). Cette réflexion invitait à approfondir les articulations entre les problématiques du lien, du sens, du savoir et de l’action et soulignait combien les interrelations entre communautés des chercheurs et communautés des « praticiens » pouvaient produire des effets heuristiques. Des HDR soutenues durant cette période, notamment Mayère (2001), Bouzon (2002), Corbalan (2002), Carayol (2003) témoignaient quant à elles à la fois de l’élargissement théorique, de l’enracinement empirique des travaux et de la présence, durable ou plus ponctuelle, des chercheurs dans des réseaux et groupes de travail hybrides rassemblant chercheurs et non chercheurs. Des initiatives emblématiques de cette question des interrelations entre communautés des chercheurs et communautés des praticiens ont suivi. Nous retenons plus particulièrement la création de revues qui vont dans le sens d’une formalisation et d’une exploration des relations entre les professions de la communication (dont les chercheurs). La revue Communication & Management, antérieurement Marketing & Communication créée en 2001, définit depuis quelques années son positionnement de la manière suivante : « Cette revue entend être un lieu d’échanges entre les chercheurs et les professionnels de la communication et du management, une interface entre les praticiens et les chercheurs dans une perspective de partage et de progrès »19. Plus récemment, le réseau international sur la professionnalisation des communicateurs (Resiproc)20 caractérisé par une orientation francophone, édite les Cahiers du Resiporc intitulés : « Professionnalisation et communication » et organise des manifestations scientifiques. On note que, dans les Cahiers, la figure du « communicateur » est mobilisée pour caractériser les professionnels de la communication (Coutant, Domenget, 2016). Pris ensemble, les travaux, thèses, HDR, articles, actes de colloques montrent la complexité des interrelations entre chercheurs et praticiens et soulignent combien il est risqué de tenir des propos généralisateurs sur ce thème. Des séquences multiples et asynchrones, selon les secteurs d’activités et les organisations observés, montrent que des phases de dialogue, d’indifférence, de méfiance, de connivence, de coopération se nouent, se dénouent, se renouent au fil du temps et des événements. En 2016, une HDR reprend de manière approfondie et actualisée cette problématique relationnelle et cognitive entre les deux groupes professionnels, « chercheurs » et « patriciens », en montrant de manière très argumentée l’épaisseur dialogique des relations et donc aussi les zones de tension (Morillon, 2016). Au bout du compte, les relations sont marquées par des segments de liaison, de distanciation, de rupture, d’échange qui se croisent et s’entrecroisent de manière non linéaire ni continue dans le temps. L’interrogation majeure, selon nous, porte plus radicalement sur les fruits des interrelations chercheurs - praticiens dans la démarche d’épistémisation du domaine.

  • 21 Pour une analyse large concernant l’ensemble des SIC, cf. Miège, 2016 ; Lits, 2015.

8Pour saisir l’appétence des chercheurs en SIC pour l’histoire de leur discipline, nous venons d’explorer partiellement l’argument de la « culture du débat » proposé par R. Boure, il nous semble pertinent de prendre en compte un autre argument. Celui-ci concerne l’espérance de réduction des incertitudes épistémiques qui naissent d’un trop plein de cadres théoriques d’une part, et, d’autre part, des enjeux liés aux métamorphoses accélérées de l’information-communication et de leurs effets dans les sociétés et les organisations contemporaines21.

Comprendre, interpréter la pluralisation et le mouvement des travaux en communication des organisations

« /en SHS/ Les grands paradigmes ont disparu comme explications globales, mais ils nous laissent beaucoup d’hypothèses partielles qui ont été vérifiées et qui font partie désormais de notre outillage analytique. Nous sommes aujourd’hui en possession de disciplines plus critiques d’elles-mêmes et plus riches en potentialités explicatives » (Godelier, 1999, 492)

9De 1985 à 2016, la capitalisation des travaux en communication des organisations constituée en bilan d’étapes, montre la richesse de la contribution aux SIC de ce domaine de recherche. En ce qui concerne la période 2000-2016, les HDR soutenues sont l’œuvre fréquemment, mais pas exclusivement, d’auteurs qui avaient déjà soutenu leurs thèses en SIC (cf. notamment par ordre chronologique : Bouzon, Corbalan, Carayol, Martin-Juchat, Loneux, Durampart, Comtet, Kogan, Bouillon, Gardère, Bourret, Fauré, Parrini-Alemanno, Morillon). La réflexion que nous présentons, en deux point consacrés aux études des formes et modèles organisationnels et aux problématisations entre analyse du matériel et de l’idéel, est aussi associée aux nombreuses questions posées dans cette vague de travaux d’HDR et prend en compte les synthèses proposées par des chercheurs du domaine (notamment : Delcambre, 2000 ; Bouzon & Meyer, 2006 ; Bouillon, Bourdin & Loneux, 2007 ; Gramaccia & Carayol, 2013 ; Bernard, 2015 ; Parrini-Alemanno & Mayère, 2015).

La question de la pluralisation des formes et des modèles organisationnels

  • 22 Culture organisationnelle et interculturalité, culture entre individualisme- compétition vs coopéra (...)
  • 23 Cf. article d’Hugues Hotier consacré à « l’entreprise cirque » (1993).
  • 24 Cf. mémoire d’HDR de Bryon-Portet (2011).
  • 25 Cf. le mémoire d’HDR de David Douyère : « La communication requise : territoires du savoir, du trav (...)

10La question des modèles et des formes organisationnels est à la fois une question théorique (Durampart, 2007 ; Batazzi et Masoni-Lacroix, 2009 ; Batazzi, 2013 ; Bernard, 2013 ; Le Moënne, 1994, 2015) et une question empirique. La question des formes empiriques est délicate à objectiver, elle peut être saisie par des entrées fort différentes, chacune d’entre elles étant partielle : les formes juridiques, la taille, le secteur d’activités, le degré d’innovation, la culture organisationnelle22, etc. Qu’y a-t-il de commun entre une multinationale, une start-up, un cirque23, une coopérative, une agence, une association, une ONG, un think tank, une loge maçonnique24, un syndicat, une organisation religieuse25, une collectivité territoriale, un musée, un hôpital, une université, etc. ? Se poser cette question ne conduit pas seulement à un inventaire à la Prévert, cela permet aussi en creux de souligner l’importance qu’il y a à constituer des monographies associées à des démarches comparatives. Or, la description est une étape qui est déjà problématisable, car elle se fait inévitablement à partir de présupposés qui conduisent à repérer et pré catégoriser les éléments d’observation, ainsi en revient-on inévitablement à la question de la théorisation. Les économistes avaient également dans les années 1990 questionné la notion de formes en soulignant, aux côtés des « formes artefact » et des « formes institutionnelles », l’émergence des formes interactives (Jacot, 1998). Toute forme a à voir avec la question du temps, elle émerge, se cristallise, se stabilise (un peu) puis se reconfigure ou meurt. Bien souvent, le discours sur la forme perdure à la forme organisationnelle qu’il saisit par des formes sémiotiques.

  • 26 « Organisation média », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 06 avril 2004, http://calend (...)
  • 27 Nous faisons référence aux analyses de Castoriadis (1975).
  • 28 Nous donnons à la notion de reconnaissance une définition forte et élargie qui s’inspire des travau (...)
  • 29 La revue Communication & Organisation avait consacré son premier numéro, en 1992, au thème suivant  (...)
  • 30 Cf. le n° 29 | 2006, de la revue Communication & Organisation, Carayol (coord.) : « Figures de l’ur (...)
  • 31 Cf. le n° 38| 2010, de la revue Communication & Organisation, Le Moënne & Parrini-Alemanno (coord.) (...)
  • 32 Sur ces questions, cf. colloque : « Travail et loisirs », organisé au Celsa (2014), http://www.grip (...)
  • 33 On pourrait aussi mentionner le mémoire d’HDR de Manuel Zacklad (2000) qui n’avait pas été soutenu (...)
  • 34 Cf. le n° 26 | 2005
de la revue Communication & Organisation, Gardère & Gramaccia (coord.) : « La c (...)

11La question des modèles, quant à elle, peut être appréhendée comme réflexion en point de bascule entre théorisations et notions plus étroitement liées à l’organisation des pratiques et aux présupposés qui les accompagnent (cf. Le Moënne, 2006). Modèle, modélisation, sont des notions qui là encore sont dénaturalisées par le chercheur (cf. Le Moënne, 2008). Depuis les années 60, les modèles qui sont censés conduire les actions de communication pour et dans les organisations, malgré la volonté de leurs promoteurs de faire normes, se succèdent à un rythme accéléré et sont rapidement obsolètes à la fois en communication et en management. Ces modèles croisent des enjeux de productivité communicationnelle bien difficiles à évaluer, les communicants devant apporter la preuve de leur efficacité, mais aussi des enjeux liés aux modalités de la production de sens, la « gestion symbolique » (Floris, 2001), pour les activités entrepreunariales et les situations de travail. Il est important de souligner que les modèles liés plus spécifiquement aux communications organisationnelles croisent des emprunts liés à d’autres modèles, notamment ceux qui accompagnent les vagues des innovations techniques qui prennent la forme depuis les années 90 de la numérisation généralisée, du « culte de l’Internet » et de son emprise, ceux qui accompagnent la communication politique et médiatique, par exemple avec le modèle du storytelling, etc. En ce qui concerne les modèles de la communication médiatique, le colloque « L’organisation Média »26 organisé à Lyon3 en 2004 avait exploré la métaphore de l’organisation média et avait permis de formuler de nouvelles questions de recherche dans la mesure où, notamment, Internet reconfigure certaines pratiques de communication avec les publics internes et externes permettant aux organisations d’organiser directement leur présence dans des espaces publics. La question de la prétention à la « transparence » est régulièrement revisitée (Bernard, 2015). Cependant, au-delà de la profusion des modèles à l’échelle d’une soixantaine d’années, on observe deux grandes perspectives. La première perspective peut être qualifiée de perspective participative, avec des vagues d’expérimentations sur les terrains organisationnels, celle des années 80 et des « expériences qualité » (Mispelblom Beyer, 1999), celle liées aux « technologies intelligentes » censées accompagner de nouveaux modes de coopération et aux ressources numériques chargées de nombreuses vertus socio-communicationnelles (les blogs, les RS, etc.). Cette perspective offre aux chercheurs des objets et pratiques professionnels qui deviennent autant d’objets de recherche très privilégiés (cf. HDR de Mayère, Durampart, Comtet, Bouillon, Galibert). La deuxième perspective peut être qualifiée de rationaliste, l’ensemble des comportements organisationnels et des pratiques de travail et de coopération (cf. Bouillon, 2013), y compris la dimension de l’intersubjectivité, étant soumis à des logiques de rationalisation impliquant performance et performativité des chiffres (cf. Fauré, 2014) et renouvelant par ailleurs les pratiques de contrôle et de gouvernance (Heller, Huet, Vidaillet, 2013). Les deux perspectives, numérisation- automatisation et rationalisation-standardisation, sont étroitement liées, sans se confondre pour autant, elles produisent des effets de normalisation dans les comportements et les représentations. Malgré le quadrillage techniciste et rationalisateur opéré sur l’ensemble des terrains organisationnels, nous souhaitons souligner, qu’en deçà et au-delà de l’imaginaire d’une rationalité illimitée27, on note des zones de flou et la persistance d’apories qui traversent des périodes d’explicitation puis de cryptomnésie liées à des thèmes pourtant structurants. Prenons un exemple, les questions de la reconnaissance28 au travail et de l’homo socius, la fameuse « école des relations humaines » et ses reformulations successives29, presque un siècle après sa formulation par Elton Mayo dès les années 20, les avancées sont faibles et la reconnaissance réciproque au travail fait défaut bien souvent. On peut en tenir pour preuve le sentiment de stress grandissant, d’urgence généralisée30 et de pression intensifiée et notamment de pression évaluative31, qui s’exprime chez de nombreux salariés et dont les médias rendent compte régulièrement. Harcèlement, souffrance (De Gaulejac, 2005), mal-être (cf. Galinon-Mélénec, 2010), pénibilité sont des notions qui se banalisent. Des antidotes apparaissent avec les dispositifs et objets de ludicisation (les serious games et autres applications numériques divertissantes) sur les lieux de travail32. Des chercheurs soulignent que le thème de la reconnaissance réciproque est entravé par des enjeux liés au bloc du pouvoir économico-financier (cf. Heller, 2009). Ce thème du lien social aurait-il perdu de son intensité, les acteurs se contenteraient-ils de coexistence, la question est posée dans des travaux de recherche (Gardère & Gramaccia, 2003). Ce thème est reformulé, voire travesti et re travesti. Il est traduit en questions sociotechniques -le lien social en organisation qui serait facilité et renouvelé par les ressources du numérique- les chercheurs mettent en discussion ce présupposé (cf. Durampart, 2008 ; Bouillon, 2013)33 ; il est aussi traduit en questions liées aux « risques psychosociaux » -les dispositifs de prévention pour les « profils à risques »- ; il est traduit en questions d’éthique et de responsabilité sociale34 (cf. Loneux, 2007). La souffrance et le mal-être au travail deviennent un marché impliquant fortement les psychologues (Piotet, 2011), mais aussi les consultants en communication, par exemple avec le coaching (Guilhaume, 2010), la résilience et autres approches qui contribuent à « adapter », à « formater » l’individu aux normes managériales et à la compétition entrepreunariale mondialisée dans le secteur privé mais aussi dans le secteur public.

  • 35 Cf. le n° 35 | 2009
 de la revue Communication & Organisation, Gardère & Akel (coord.) : « Repenser (...)
  • 36 Cf. Caillé, 2011 ; le site Internet : LesConvivialistes.fr ; manifeste rassemblant 64 intellectuels (...)

12La notion de forme laisse supposer une plasticité, une évolutivité qui, masque par ailleurs des continuités, notamment en ce qui concerne la question des pouvoirs (Olivesi, 2006) et des influences. Ces continuités sont liées aux dynamiques désordonnées du capitalisme (ou des capitalismes ?) et au projet de désigner et placer l’organisation entrepreunariale, dans l’acception d’institution, comme institution centrale pour les autres formes sociales, d’en faire une référence cognitive, culturelle et comportementale. Ce projet est historiquement à la fois en bonne voie et en même temps en crise permanente car il est repris en permanence par et dans des tensions dialectiques avec d’autres projets de société. Il est en bonne voie si l’on en juge par exemple avec l’hégémonie de la « nouvelle gestion publique » (Bonelli & Pelletier, 2010) et la « culture du marketing »35 qui a gagné l’ensemble des services publics, ou encore avec l’idéologie de l’excellence et de la rationalisation de l’ensemble des process (y compris dans le domaine de l’intersubjectivité et dans celui de la « production » des savoirs). Ce méta projet d’effacement des frontières et distinctions entre organisations privées et organisations publiques, à l’échelle des états, entre en tension avec d’autres projets. Ces autres projets sont ceux par exemple celui de la transition écologique, des contestations de l’économisme (cf. notamment le « convivialisme »36), de la réaffirmation de nécessaires régulations (ne serait-ce que pour contenir des formes de violence qui naissent des inégalités et de l’augmentation des populations laissées-pour-compte).

  • 37 Cf. les deux Cahiers, n° 10 de la revue Communication & Management parus en 2013 : « La marque : ob (...)

13Au bout du compte, il apparaît que les formes organisationnelles sont relativement insaisissables et, dans leur ensemble éphémères et dissipatives. Elles ont autant à voir avec des forces matérielles qui sont déplacées, reconfigurées en permanence qu’avec un imaginaire (Le Moënne, 2008) dont la fonction est de produire une apparence de stabilisation (l’image, la marque37, etc.) de ce qui n’est pas stabilisé et ne peut l’être. Cette problématique qui lie forme organisationnelle et imaginaire montre une fois de plus l’effet de réalité de l’imaginaire et nous renvoie à la réflexion très stimulante de Castoriadis (1975) concernant les relations entre formes instituées et dynamiques instituantes.

Le mouvement des problématisations et des migrations conceptuelles

  • 38 Cf. le site du groupe Org&Co : https://org-co.fr/

14Depuis une trentaine d’années, les chercheurs se montrent préoccupés par la fraîcheur des objets de recherche, la pluralisation des voies de théorisation et les continuités entre le domaine de la communication des organisations et les autres domaines des SIC, en témoignent les thèmes des colloques et journées d’études co organisés par le groupe Org&Co et les publications associées38.

15Un double point de vue qui est aussi un fil directeur entre les travaux est résumé dans la double proposition suivante : la communication est organisante ET l’organisation est communicante.

16Nous souhaitons, de manière évidemment non exhaustive, mentionner deux des voies de ces problématisations qui nous semblent pertinentes en communication des organisations.

Les théories de l’influence vs théories de l’autonomie

  • 39 Ces travaux sur le plan empirique concernent principalement les terrains de la sécurité au travail, (...)

17Pour les acteurs des organisations, la communication est souvent synonyme d’influence. La communication commerciale, la communication institutionnelle sont investies comme dispositifs à agir sur les opinions et donc par voie de conséquence, et selon un présupposé très répandu, sur les comportements des salariés, des clients, des partenaires, des parties prenantes. Ces questions de l’influence sont abordées de multiples façons, mettant en œuvre des notions et concepts issus de courants théoriques fort différents. La question de l’image est reformulée en question d’opinion, de pouvoir (Le Moënne, 2008). Les questions de l’esthétique des organisations sont examinées à partir des théories de l’esthétique, de l’analyse textuelle et des théories du management (Gryspeerdt, 2002). La communication persuasive n’en finit pas de rester de forte actualité (Benoit, 2005). Les questions de la publicité commerciale sont saisies à partir des théories des sciences du langage appliquées au champ des SIC (Berthelot-Guiet, 2004). Les catégorisations « classiques » demeurent et nourrissent de manière continue des travaux qui se renouvellent (Morillon, 2016). La communication interne vise à impliquer les salariés, la communication externe à fidéliser les clients et les publics. Ces processus communicationnels qui favorisent l’inscription des individus dans des cours d’action sont également théorisés dans le cadre des théories de l’action et du paradigme de la communication engageante mobilisant des concepts en psychologie sociale (Bernard, 2014). Un point important de cette analyse porte sur les tensions entre sujet rationalisant vs sujet rationnel, en particulier, il s’agit notamment d’observer comment les sujets sociaux rationalisent leurs actes, pour eux mêmes et pour les autres, à partir d’éléments socialement reconnaissables et valorisables39.

  • 40 Cf. supra colloque « Organisation média- Dispositifs médiatiques, sémiotiques et de médiations de l (...)

18Les organisations sont actives dans les espaces publics et sont aussi interpellées dans ces espaces. Nous avons souligné supra que des chercheurs explorent la métaphore de « l’organisation média »40 ; cette approche tente de croiser agir communicationnel orienté vers l’intercompréhension et agir instrumental orienté vers le succès. Là aussi, les questions de l’influence et de l’autonomie se confrontent et se mêlent.

19Par ailleurs, les questions relatives à l’autonomie du sujet social dans les organisations sont explorées à partir de l’hypothèse du travail comme source d’émancipation et de reconnaissance (Heller, 2009a et 2009b). D’autres travaux soulignent les tensions entre projets individuels et projets organisationnels (Gardère, 2011). On peut noter la faiblesse quantitative des monographies consacrées aux organisations d’inter médiation et de défense des salariés que sont les syndicats, y compris pour les chercheurs qui travaillent sur les questions de la relation entre communication et aliénation - émancipation au travail ; ce point est en soi un objet d’études, par exemple, nous formons l’hypothèse que la gouvernance des entreprises est active pour occuper le rôle de leadership moral, comme nous allons le résumer brièvement.

Les questions de l’éthique, de la responsabilité, de la durabilité

20Depuis les années 70, les échecs et les impasses du modèle socio-économique de la croissance continue et illimitée conduisent à l’émergence de nouveaux méta paradigmes, par exemple celui du développement durable et de ses promesses. Parallèlement, resurgissent sur l’avant scène les questions de l’éthique et de la responsabilité des entreprises.

  • 41 Le débat avait été relancé récemment avec la publication de l’ouvrage : Stark R., (2007), Le triomp (...)
  • 42 Cf. : Iannacone, L.-R., 1990, « Religious Participation : A Human Capital Approach », Journal for t (...)

21L’intérêt porté à l’approche éthique est souvent associé à Max Weber et aux travaux qu’il avait consacrés à « L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme » (1904-1905) où sont étudiées les relations entre capitalisme et Réforme41. Les critiques portant sur ses propositions avaient été nombreuses (Braudel, Hayek) et nous ne les reprendrons pas dans notre texte, cependant l’apport des travaux, en recrudescence, consacrés aux relations entre économie et religion est très intéressant. Certains de ces travaux montrent que la question des croyances est moins importante que le fait que ces croyances s’accompagnent de la mise en place d’organisations très efficaces parce qu’elles offrent une sociabilité (participation et reconnaissance) aux individus, en encadrant les pratiques et les comportements (ritualisation, dramaturgie et sacralisation), tout cela contribuant par ailleurs à les diriger vers tel ou tel culte42. Par extension, cette réflexion aide aussi à décrypter le fonctionnement de certains secteurs d’activités où les confréries professionnelles sont nombreuses, par exemple celui qui concerne le vin et qui en fait un produit pas tout à fait comme les autres (cf. Dufour & Boutaud, 2012).

22Les entreprises quant à elles définissent des dispositifs et des normes qui donnent à penser que la question de l’éthique est aussi prise en charge. Cette posture et ces dispositifs sont étudiés par les chercheurs qui en examinent les vagues successives et les mettent en relation avec d’autres questions par exemple celles de l’éthique laïque, de l’éthique appliquée, du « leadership moral », mais aussi celles des liens entre éthique, morale, déontologie et éthique de la communication. Les approches sont plutôt critiques et convergent avec les analyses d’autres auteurs hors SIC qui concluent volontiers à l’impossibilité d’une convergence entre économie et éthique (Caillé A. & Insel, 2000 ; Boyer, 2002).

  • 43 Cf. notamment Van Cuyck, 2005 ; D’Almeida, 2005 ; Pascual-Espuny, 2010 ; Bernard, 2013.

23Les chercheurs en communication des organisations apportent une contribution significative aux problématiques de la construction communicationnelle de la durabilité et de la responsabilité (cf. notamment : Catellani, 2015) et notamment de la responsabilité communicationnelle et environnementale des organisations43. Les thèmes liés à la durabilité conduisent par ailleurs à penser les relations entre micro, méso et macro analyse. De manière plus générale, ces trois niveaux d’analyse sont pris en compte par de nombreux chercheurs, par exemple en mobilisant le cadre théorique proposé par A. Giddens (cf. Mayère, 2002), ou encore le cadre des théories des conventions (Bouillon, 2013), mais aussi du point de vue de la prise en compte des dynamiques des imaginaires sociaux (Castoriadis, 1975 ; Bernard, 2014).

En guise de conclusion : les communications des organisations entre agir et symboliser

24Les communications des organisations, comme champ de pratiques entre normativité et performativité, sont prises et reprises par la nécessité de dépasser et renouveler inlassablement les médiations qu’elles instituent. Les professionnels de la communication oeuvrent pour lester symboliquement les organisations, pour donner du sens aux activités de production et de consommation selon des voies à la fois multiples et par ailleurs homogènes. La figure de l’homo oeconomicus inscrite dans une approche utilitariste, n’en finit pas d’être à la fois en crise et en perpétuelle reconfiguration. Ces reconfigurations sont rendues possibles par le couplage de l’agir et du symboliser. Les travaux de recherche en communication des organisations sont eux aussi caractérisés par cette double dimension : comprendre et penser les interrelations entre l’agir et le symboliser. Déjà plus de trente ans de recherches, l’histoire continue…

Haut de page

Bibliographie

Batazzi C., Pour une lecture symbolique des organisations : Une mise en perspective symbolique de la question de la forme, mémoire d’HDR, Université de Bourgogne, 2013.

Batazzi C. & Masoni-Lacroix C. (dir.), "Communication, organisation, symboles", MEI. Médiation et Information, n° 29, 2009.

Benoit D., « Pour une définition élargie de l’expression « communication persuasive », Marketing & Communication, 2005, vol. 5, pp. 92-106.

Bernard F., “ La communication organisationnelle : parcours vers une légitimité scientifique. Contribution épistémologique. Une approche par une histoire des idées ”, mémoire d’HDR, Grenoble 3, 1998.

Bernard F., Contribution à une histoire de la communication des organisations dans les SIC. In R. Boure (éd.), Les origines des sciences de l’information et de la communication, Regards croisés, Septentrion, Presses universitaires, 2002, pp. 153-179.

Bernard F., « Les SIC une discipline de l’ouverture et du décloisonnement », Org&Co - Bulletin de liaison bimestriel, 2004, n° 7, pp. 2-6.

Bernard F., Constructivisme et sciences de l’organisation. De l’alternative au pluralisme épistémologique « limité », Communication et langages, 2004, Volume 139, Numéro 1, pp. 27-40.

Bernard F., Environnement- communication- organisations- institutions : Quels apports et approches critiques ?. In Thomas Heller, Romain Huet, Bénédicte Vidaillet. Communications-organisations et pensées critiques. Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2013, pp. 433-444.

Bernard F., Formes et frontières organisationnelles en mouvement : quelques repères, questions et expérimentations. In Pascal Lardellier (sous la dir.). Formes en devenir. Approches technologiques, communicationnelles et symboliques. Paris : ISTE éditions, 2013, pp. 43-69.

Bernard F., Imaginaire, participation, engagement et empowerment : des notions pour penser la relation entre risques et changements, Gardère E. & D’Almeida N. (coord.), Risques majeurs, changements majeurs. Communication & Organisation, 2014, n° 45, pp. 87-98.

Bernard, F., Bogdan, C., Bratosin, S. & Rogojinaru, A. (coord.), Actualité scientifique en communication des organisations : questionner les nouveaux enjeux, problématiques et pratiques. Editura Universitatea din Bucuresti (Roumanie), 2015.

Bernard F., Questionner la « transparence » dans le cadre de la théorie de l’influence en psychologie et en communication : le cas de la communication environnementale. In Andrea Catellani, Audrey Crucifix, Christine Hambursin & Thierry Libaert, La communication transparente. L’impératif de la transparence dans le discours des organisations. Louvain,

UCL Presses Universitaires de Louvain, 2015, pp. 19-30.

Berthelot-Guiet K., Publicité, langue et circulation des formes, mémoire d’HDR, Université Paris IV-Sorbonne, 2004.

Bonelli & Pelletier W., L’État démantelé. Enquête sur une contre-révolution silencieuse, Paris, La Découverte, 2010.

Bonneville L. & Grosjean S. (dir.), Repenser la communication dans les organisations, Paris, L’Harmattan, 2007.

Bouillon J.-L., Bourdin S., Loneux C., (coord.), Migrations conceptuelles. D’où viennent les concepts de la communication organisationnelle ?, Communication & Organisation, 2007, n° 31.

Bouillon J.-L., Bourdin S., Loneux C., « De la communication organisationnelle aux “approches communicationnelles” des organisations : glissement paradigmatique et migrations conceptuelles », Communication & Organisation, 2007, 31,

Bouillon, J.L., Concevoir communicationnellement l’organisation. Contribution à l’analyse des rationalisations organisationnelles dans le champ de la communication organisationnelle. Mémoire d’HDR, Université de Toulouse, 2013.

Boure R., éd., Les origines des sciences de l’information et de la communication. Regards croisés, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2002.

Boure R., « Réflexions autour de l’institutionnalisation des disciplines. Sciences de l’information et de la communication versus économie ? », Communication, 1, vol. 24, 2005, pp. 9-38.

Boure R., « L’histoire des Sciences de l’Information et de la Communication », Questions de communication, 10 | 2007, pp. 277-295.

Boure R., « L’histoire des sciences de l’information et de la communication (2) », Questions de communication, 11 | 2007, pp. 257-287.

Boure R., « L’histoire des sciences de l’information et de la communication (3) », Questions de communication, 13 | 2008, pp. 131-152.

Bourret C., Dynamiques organisationnelles autour de la production collective d’information et de processus communicationnels. Le cas des organisations d’interface du secteur santé, mémoire d’HDR, Université Paris Est, 2010.

Boutaud J.-J., « L’outil et l’ethos. Quand sémiotique, communication et organisation progressent dans l’application », Communication et organisation, 2011, n° 39, pp. 17-36.

Bouzon A., Communiquer dans l’incertain. La communication dans les processus de conception innovante à “ risques maîtrisés ”, mémoire d’HDR, Toulouse 3, 2002.

Bouzon A., Meyer V. (ed) La communication organisationnelle en question. Méthodes et méthodologies, Paris L’Harmattan, 2006.

Boyer A. (dir.), L’impossible éthique des entreprises, Paris : Editions d’organisation, 2002.

Bryon-Portet C., Médiations symboliques et expressions du sacré dans les institutions fermée : approche communicationnelle et anthropologique, mémoire d’HDR, Université de Toulouse, 2011.

Caillé A. & Insel A., Éthique et économie : L’impossible (re)mariage ? Paris : La Découverte, 2000.

Caillé A., Pour un manifeste du convivialisme, Paris, Le Bord de l’eau, 2011.

Caillé A., Théorie anti-utilitariste de l’action, fragments d’une sociologie générale, Paris, Éd. La Découverte, 2009.

Caillé A., & Grésy J.-E., La révolution du don : Le management repensé à la lumière de l’anthropologie, Paris, Seuil, 2014.

Carayol V., Communication organisationnelle - Une perspective allagmatique, mémoire d’HDR, Université de Bordeaux 3, 2003.

Carayol V., Communication organisationnelle : une perspective allagmatique, Paris, L’harmattan, 2004.

Castoriadis C., L’institution imaginaire de la société, Le Seuil, Paris, 1975.

Catellani A., Figures et paroles de la responsabilité dans la communication corporate : la dimension visuelle des rapports d’entreprise, Communication et organisation, 2015, no 47, pp. 97-113. http://hdl.handle.net/2078.1/165889

Comtet I., L’évolution des pratiques de travail : les apports de la pluridisciplinarité à l’appropriation des TIC dans l’organisation, mémoire d’HDR, Lyon 3, 2011.

Cooren F., Manières de faire parler. Interaction et ventriloquie, Lormont, Le Bord de l’eau, coll. « Perspectives anthropologiques », 2013, 220 p., 1e éd., 2010.

Corbalan J.-A., La communication des organisations : comprendre et agir. Pour une

« communication située », mémoire d’HDR, Montpellier 3, 2002.

D’Almeida N., L’institution de l’entreprise par la communication, mémoire d’HDR, Paris IV Sorbonne, 1998.

D’Almeida N., Les organisations entre récits et médias, Canadian Journal of Communication, vol. 29, n° 1, 2004.

D’Almeida N., Andonova Y., La communication des organisations, in Olivesi S. (dir.), Sciences de l’information et de la communication, objets, savoirs, discipline, Grenoble, PUG, 2006, pp. 129-143.

D’Almeida N., Les promesses de la communication, Paris, Presses Universitaires de France, 2001, 264 p.

D’Almeida N. & Carayol V., « La communication organisationnelle, une question de communauté », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 1 janvier 2014, consulté le 8 août 2016. URL : http://rfsic.revues.org/870; DOI : 10.4000/rfsic.870

http://www.cjc-online.ca/index.php/journal/article/view/1402/1493

De Gaulejac V., La société malade de la gestion, idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social, Paris, Éditions du Seuil, 2005.

de La Broise P., Écritures normées, écritures normatives : contribution à une approche socio-sémiotique de la professionnalisation, mémoire d’HDR, Université de Lille3, 2012.

de La Broise P., La lutte pour la reconnaissance : Codes, chartes, référentiels et autres manifestes des professionnels français de la communication, Cahiers du RESIPROC, 2013, vol. 1, La professionnalisation des communicateurs : Dynamiques, tensions et vecteur, pp. 33-50

Delcambre, P., Au carrefour de discours : avec quels mots une institution désigne, décrit, identifie ?, Lexique, n° 3, 1985.

Delcambre P., Communications organisationnelles. Objets, pratiques, dispositifs, Rennes, PUR, 2000.

Delcambre P., Institutionnalisation sociale et cognitive des sic en France. Des méthodes pour des concepts, Questions de communication, 12 | 2007, pp. 163-189.

Delcambre P., « Un état de la recherche sur les « communications organisationnelles » en France (2000-2007) : l’âge de la transmission ? », Sfsic-Groupe Org&Co, Bulletin de liaison, 2007, juin, pp. 2-10.

Dufour & Boutaud J.-J., Le sacré et son terroir. De la communication des maisons de vin et de champagne, in P. Lardellier & R. Delaye (sous la dir.), Entreprise et sacré. Regards transdisciplinaires, Paris, Hermès Lavoisier, 2012, pp. 377-391.

Durampart M., Une approche communicationnelle des changements sociotechniques pour l’organisation, mémoire d’HDR, Université de Provence, 2008.

Durampart M., Les TIC et la communication des organisations : un dispositif révélateur des émergences ambivalentes de nouvelles formes organisationnelles, Communication et organisation, 31 | 2007, 164-177.

Fauré B. & Arnaud N., La communication des organisations, Paris, La Découverte, 2014.

Fauré B., Gramaccia G., La pragmatique des chiffres dans les organisations : de l’acte de langage à l’acte de calcul. Études de communication, n° 29, 2006 -
DOI : 10.4000/edc.346

Fauré B., Le langage des chiffres dans les processus d’organisation. Communications organisationnelles et performativité, mémoire d’HDR, Université de Rennes 2, 2013.

Fleury B. & Walter J., « L’histoire des sciences de l’information et de la communication », Questions de communication, 12 | 2007, pp. 133-148.

Floris B., Les ingénieurs du sens, Sciences de la société, n° 32, Toulouse, 1994, pp. 53-69.

Floris B., La communication managériale, Presses Universitaires de Grenoble, 1996.

Floris, B., Communication institutionnelle et gestion symbolique, mémoire d’habilitation à diriger des recherches, Université de Lille 3, 1998.

Floris, B., Communication et gestion symbolique dans le marketing , Les Enjeux de

l’information et de la communication, 2001. http://lesenjeux.u-grenoble3.fr/2001/Floris/index.php

Gabay M., La nouvelle communication de crise, Paris, éditions Stratégies, 2001.

George E., « En finir avec la « société de l’information » ? », tic&société [En ligne], vol. 2, n° 2 | 2008, mis en ligne le 07 mai 2009, consulté le 13 août 2016. URL : http://ticetsociete.revues.org/497; DOI : 10.4000/ticetsociete.497

Galibert O., Pour une approche communicationnelle du Community management - Problématisation en tension entre une théorie critique et une théorie de l’émancipation, mémoire d’HDR, Université de Bourgogne, 2014.

Galibert O., Approche communicationnelle et organisationnelle des enjeux du Community Management, Communication et organisation, 46 | 2014, 265-278.

Galinon-Mélénec B., Induction, Communication et recrutement. Du repérage dans l’espace social du ‘bon’ candidat, mémoire d’HDR, Université de Bordeaux 3, 1998.

Galinon-Mélénec B., La communication interne en entreprise, approche croisée entre professionnels et chercheurs, séminaire "Sciences sociales : dialogues et convergences", séminaire "épistémologie de la recherche" séminaires interdisciplinaires et internationaux (Ch. Chevandier, coord.), CIRTAI, Le Havre, mars 2012.

Galinon-Mélénec B., Réseaux sociaux d’entreprise et DRH, in La communication à l’épreuve des mutations économiques, Communication & organisation, n° 37, 2010.

Galinon-Mélénec B., "Suicide au travail" et communication ; la mise en question des normes", in Actes des séminaires « Profils d’apprentissage et normalisation », Institut des Sciences de la Communication (ISCC), Paris, 15 mars 2010.

Gallot S., « Les enjeux d’une cartographie des SIC pour la discipline et les unités de recherche », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 31 juillet 2014, consulté le 11 août 2016. URL : http://rfsic.revues.org/1191

Gardère E. & Gramaccia G. (sous la dir.), Coexister dans les mondes organisationnels, L’Harmattan, 2003.

Gardère E., Communication organisationnelle et logiques d’acteur en mode projet. Du modèle entrepreneurial à la gouvernance publique, mémoire d’HDR, Université de Bordeaux 3, 2011.

George É. & Granjon F. (dir.), Critiques de la société de l’information, Paris, L’Harmattan, 2008.

Gramaccia G., La communication dans les projets d’innovation, – Perspectives en communication organisationnelle. Mémoire d’HDR, Université Bordeaux-Montaigne, 2000.

Gramaccia G., « Repérages théoriques en communication organisationnelle pour la décennie 1990 – 2000 : entre éthique et pragmatique », in Rogojinaru A., Bouzon A., Fondements de la communication des organisations : confrontations et dynamiques internationales, Tritonic, Bucarest, 2008, p. 19-32.

Gramaccia G. et Carayol V., Abécédaire, vingt ans de recherches et de publications en communication des organisations, Presses Universitaires de Bordeaux, 2013.

Gramaccia G., Les actes de langage dans les organisations, L’Harmattan Paris, 2001.

Guilhaume G., Le coaching destiné aux managers-communicateurs : un dispositif de communication ou d’évaluation ?, Communication et organisation, 38 | 2010, 121-132.

Gryspeerdt A. (sous la dir.), L’esthétique des organisations : outil cognitif ou instrument managérial, Recherches en communication, n° 17, , 2002 ; www.comu.ucl.ac.be/recherche/rec/

Gryspeerdt A.,
Relations publiques et recherche en communication, Hermès, 2004, n° 38, pp. 148-154.

Guyot B., Les dynamiques informationnelles, mémoire d’HDR, Université Stendhal-Grenoble 3, 2000.

Guyot B., Dynamiques informationnelles dans les organisations, Paris : Hermès science Lavoisier, 2006.

Hachour H., 2011, « Épistémologies socio-sémiotiques et communication organisante : la coproduction de sens comme moteur de l’organisation », Communication et organisation [En ligne], 39 | 195-210, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 19 août 2016. URL : http://communicationorganisation.revues.org/3139DOI: 10.4000/communicationorganisation.3139

Heller T., Huet R. & Vidaillet B. (ed), Communication et organisation, perspectives critiques, Villeneuve d’Asq, Presses du Septentrion, 2013.

Heller T., « Reconnaissance et communication. Une logique de l’assujettissement », in Communication et organisation, 2009a, n° 36, pp. 109-122.

Heller T., « Reconnaissance et gouvernement des salariés. Au-delà du mépris », in Questions de communication, 2009b, n° 15, pp. 93-107.

Honneth A., La théorie de la reconnaissance : une esquisse, Revue du MAUSS 1/2004, n° 23, pp. 133-136.

Hotier H., La communication de l’entreprise cirque, Communication et organisation [En ligne], 3 | 1993, mis en ligne le 26 mars 2012, consulté le 15 août 2016. URL : http://communicationorganisation.revues.org/1631; DOI : 10.4000/communicationorganisation.1631

« Rencontre avec Hugues Hotier, directeur de la revue Communication & Organisation », Communication et organisation [En ligne], 20 | 2001, mis en ligne le 27 mars 2012, consulté le 15 août 2016. URL : http://communicationorganisation.revues.org/2608; DOI : 10.4000/communicationorganisation.2608

Irwin A., « Se confronter à l’engagement : discussion autour de trois perspectives critiques », Questions de communication, 107-128, [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 21 septembre 2015, consulté le 19 août 2016. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/376; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.376

Jeanneret Y. & Ollivier B. (dir.), Les sciences de l’information et de la communication, Hermès, La revue, 2004, n° 38.

Jacot J.-H. (sous la dir.), Formes anciennes, formes nouvelles d’organisation, Lyon, PUL, 1998.

Kogan A.-F., 15 ans de recherche sur les usages des NTIC-TIC-TI. Pour une approche pragmatique de la communication, mémoire d’HDR, Université Rennes2, 2011.

Martin - Juchat F., Penser le corps affectif comme média, mémoire d’HDR, Université de Bourgogne, 2005.

Lits M., Présentation. Cinquante années de recherches en communication, Recherches en Communication, 1999, 11, pp. 9-20.

Le Moënne, Étudier les communications d’entreprises : problèmes et problématiques, Mémoire d’HDR, Université Stendhal Grenoble 3, 1994.

Le Moënne C. (ed), Communications d’entreprise et d’organisations, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1998.

Le Moënne C., Quelques remarques sur la portée et les limites des modèles de communication organisationnelle, Communication et Organisation [En ligne], 30 | 2006, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 17 août 2016. URL : http://communicationorganisation.revues.org/3449; DOI : 10.4000/communicationorganisation.3449s

Le Moënne C., « L’organisation imaginaire ? », Communication et organisation, 34 | 2008, pp. 130-152.

Le Moigne J.-L., Transformer l’expérience humaine en science avec conscience .Les sciences de gestion ne peuvent-elle aujourd’hui montrer l’exemple et relever ce défi épistémologique ?, 2006, 30-49 ; en ligne sur le site du Cerag : www.cerag.org/sites/

Loneux C., Parent B. (ed), Communication des organisations : recherches récentes, 2 tomes, Paris, L’Harmattan, 2010.

Loneux C., L’éthique entrepreneuriale et managériale comme dispositif communicationnel : analyse des enjeux et pratiques- problématisations, mémoire d’HDR, Université d’Aix Marseille 1, 2007.

Martin-Juchat F., Penser le corps comme média, mémoire d’HDR, Université de Bourgogne, 2005.

Mathien M. (sous la dir.), La "société de l’information" entre mythes et réalités, Bruylant, 2005.

Mayère A., Mutations organisationnelles et évolutions des systèmes et activités d’information-communication, mémoire d’HDR, Université Toulouse 2 Le Mirail, 2001.

Miège B., 40 ans de recherche en Information – Communication. Acquis et questionnements, Les Enjeux de l’Information et de la Communication, n° 16/1, 2015, pp. 105 à 113, consulté le samedi 20 août 2016 , [en ligne] URL : http://lesenjeux.u-grenoble3.fr/2015/07-Miege/index.html.

Mispelblom Beyer F., Au-delà de la qualité : démarches qualité, conditions de travail et politiques du bonheur, Ed Syros/La Découverte, 2e dition, 1999.

Morillon L., Quand chercheurs et praticiens interagissent. Une mise rapport dialogique de l’épistémè et de la praxis en communication des organisations-organisationnelle, mémoire d’HDR, Université de Toulouse3, 2016.

Olivesi S., La communication au travail, une critique des nouvelles formes de pouvoir dans les entreprises, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2006.

Pene, S., Borzeix, A. & Fraenkel, B., Le langage dans les organisations, une nouvelle donne. Paris, L’Harmattan, 2001.

Parrini-Alemanno S. & Mayère A (sous la dir.), Actes du Colloque international Org&Co Communication Organisationnelle Processus communicants - Processus organisants et leurs médiations 17, 18, 19 juin 2015, Toulouse : https://org-co.fr/wp-content/uploads/2016/07/Actes-Colloque-OrgCo-2015.pdf

Parrini-Alemanno S., Pragmatiques communicationnelles et Mutations organisationnelles, Approche multiréférentielle en Sciences de l’Information et de la Communication, mémoire d’HDR, Université Rennes2, 2014.

Pascual-Espuny C., La reconfiguration d’un espace public autour de la question de la responsabilité sociale et environnementale des entreprises et de la publicité, in C. Loneux & B. Parent (Eds), Communication Des Organisations : Recherches Récentes, Tome 2, Paris, France : L’Harmattan, 2010.

Piponnier A., Le projet. Approche sociopragmatique d’un artefact communicationnel. Mémoire d’HDR, Université Paris 7, 2012.

Piotet F., Le piège de la souffrance au travail, Revue Projet 4/2011 (n° 323) , p. 23-31 
URL : www.cairn.info/revue-projet-2011-4-page-23.htm. 
DOI : 10.3917/pro.323.0023.

Richard V., Incidences des changements de l’organisation du travail et du management sur les fondements et les pratiques de l’éthique relationnelle, mémoire d’HDR, Université Sorbonne- Paris IV, 1994.

Sainsaulieu R., Culture, entreprise et société, L’individu dans l’organisation, les dimensions oubliées, sous la direction de Jean-François Chanlat, Paris, Éditions ESKA, 1990, pp. 611-628.

Tétu J.-F., Sur les origines littéraires des sic, in : Boure R., éd., Les origines des sciences de l’information et de la communication. Regards croisés, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2002, pp. 71-94.

Van Cuyck A., Les dispositifs organisationnels et communicationnels du développement durable (dans et hors) de l’organisation : vers un nouveau modèle stratégique managérial global, Communication et organisation, 26 | 2005, pp. 80-90.

Veyne P., Comment on écrit l’histoire. Essai d’épistémologie, Paris, Ed. du Seuil, 1971.

Walter J., Directeur de communication - les avatars d’un modèle professionnel, Paris, L’Harmattan, 1999.

1974, Cognitive and social institutionalization of scientific specialities and research areas, pp. 69-95, in : Whitley R., ed., Social process of scientific development, London, Routledge & Kegan.

Whitley R., 1984, The intellectual and the social organization of the science, Oxford, Clarendon Press.

Zacklad M., Ingénierie des connaissances appliquée aux systèmes d’information pour la coopération et la gestion des connaissances, mémoire d’HDR, Université Paris VI, 2000.

Zarifian Philippe, Travail et communication. Essai sociologique sur le travail dans la grande entreprise industrielle, Paris, PUF, 1996.

Haut de page

Notes

1 Cf. note 16, infra.

2 Le débat autour de cette notion s’était développé d’abord dans les années 1970 autour de la notion de « société post-industrielle », il avait rebondi pendant les années 90 et semble aujourd’hui dépassé, en tout cas tel qu’il avait été alors posé (cf. George et Granjon, 2008 ; George, 2008), ces auteurs nous mettent en garde quant à la confusion entre « analyse de l’existant et aspiration normative ».

3 Nous employons le terme d’hégémonie dans une acception gramscienne, c’est-à-dire qui renvoie à une domination socio-politique impliquant une influence culturelle forte qui passe par l’adhésion, souvent inconsciente pour les sujets qui adhèrent, à des valeurs et à des représentations du monde, cf. Gramsci A., Cahiers de prison (5 tomes), Gallimard, Paris, 1983.

4 La question suivante se pose : s’agit-il de participation (à quoi ?) ou d’expression et, dans ce cas, l’expression en ligne peut être interprétée comme une source d’élargissement du débat démocratique mais aussi comme une source de confusion liée aux difficultés pour les internautes à organiser, structurer, interpréter les flux d’échange et d’information.

5 Ce corpus principal est complété par la prise en compte des publications de la revue Communication & Management, des Cahiers du RESIPROC et du bulletin de liaison du Groupe Org&co, dont19 numéros d’avril 2003 à juin 2009.

6 La réflexion, dense et parfois radicale, des historiens sur leur discipline inspire beaucoup d’humilité et de modestie pour des non historiens qui abordent les questions de la fabrique et de l’écriture de l’histoire ; cf. notamment Veyne (1971) et la question cruciale du passage des significations liées au monde vécu à un système de significations objectivé et formalisé.

7 Ces animateurs sont par ordre chronologique : Le Moënne, Delcambre, Bernard, Bouzon, Loneux & Parent, Parent & Parrini-Alemanno, Parrini-Alemanno.

8 Nous faisons référence à l’intéressante formulation proposée par Nicole D’Almeida et Valérie Carayol (2014).

9 La notion est proposée par Robert Boure (2007).

10 Cf. notamment le tournant symbolique avec l’installation des « Dircoms » parmi les métiers reconnus de la communication (Walter,1999).

11 CELSA - Institut des hautes études en sciences de l’information et de la communication - Paris IV Sorbonne, actuellement dirigé par Karine Berthelot-Guiet.

12 Pour une analyse détaillée et approfondie de ce corpus, cf. Bernard (1998, 2002).

13 Notion héritée de Jean-Louis Le Moigne (2006).

14 Cf. notamment, Bernard, 2004 ; D’Almeida & Andonova, 2006 ; Gallot, 2014 ; D’Almeida & Carayol, 2014 ; et dans l’espace francophone (Canada) : Bonneville & Grosjean, 2007 ; Coorens, 2010.

15 Affirmer en 2016, que les SIC relèvent des SHS semble faire évidence, ce n’est pas le cas antérieurement, notamment si l’on en réfère au débat ouvert par Jean-Louis Le Moigne, un temps compagnon de route de la communication des organisations en SIC. Cet auteur proposait une re catégorisation des disciplines en créant une catégorie, celle des « nouvelles disciplines » qui, selon lui, auraient été fondées en rupture avec l’épistémè positiviste et en dépassement des frontières établies, ces « nouvelles » disciplines sont aussi diverses que les sciences de gestion, les SIC, l’informatique, les sciences cognitives, etc. Sur ces questions, cf. Bernard, 2004.

16 Un chapitre avait été consacré à l’histoire de la communication des organisations (Bernard, 2002).

17 Dans le n° 12 de la revue Question de communication, les contributions de Jacobi et Ponton n’ont pas été publiées, mais elles sont mentionnées dans l’introduction que B. Fleury et J. Walter consacrent à la présentation, dans la rubrique Échanges, des articles débattant de la publication de Robert Boure (2007).

18 Cf. la revue Questions de communication, 2010, n° 17 et 18. Hors SIC, le CNRS a mis en place une « Mission interdisciplinarité » accompagnant notamment des « projets exploratoires premier soutien interdisciplinaires en "réseau" (PEPS)» : http://www.cnrs.fr/mi/ ; du côté de l’ANR, cf.notamment : Blanc 2008-
Projet TRASCINTER : http://www.agence-nationale-recherche.fr/projet-anr/.

19 - https://www.cairn.info/revue-communication-et-management.htm ; revue co-dirigée par D. Benoit, J. Méric et E. Leroux. Cette revue qui revendique un ancrage dans deux disciplines -les SIC et les Sciences de gestion- propose deux numéros thématiques par an.

20 « (RESIPROC) a pour objectif d’associer des professionnels de la communication, qu’ils viennent du monde de l’entreprise ou de l’enseignement et de la recherche, dans un projet d’étude de la professionnalisation aux métiers et fonctions de la communication. » ; https://resiproc.org/category/communication-et-professionnalisation-cahiers-du-resiproc/ ; cf. le n° 3 (2016) : « Le communicateur bousculé par le numérique. Quelles compétences à transmettre ? », édité par Alexandre Coutant, Jean-Claude Domenget, Presses universitaires de Louvain. Les cahiers sont dirigés par François Lambotte (UCL Mons – LASCO).

21 Pour une analyse large concernant l’ensemble des SIC, cf. Miège, 2016 ; Lits, 2015.

22 Culture organisationnelle et interculturalité, culture entre individualisme- compétition vs coopération et sens du collectif ; approche téléologique de la culture vs approche anthropologique, autant de thèmes (cf. Sainsaulieu, 1990) qui sont régulièrement repris et actualisés.

23 Cf. article d’Hugues Hotier consacré à « l’entreprise cirque » (1993).

24 Cf. mémoire d’HDR de Bryon-Portet (2011).

25 Cf. le mémoire d’HDR de David Douyère : « La communication requise : territoires du savoir, du travail et du religieux », comportant un ouvrage original : « Eléments pour l’étude de la communication chrétienne catholique : contribution à une épistémologie de la communication» (2014, Universté Paris 7).

26 « Organisation média », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 06 avril 2004, http://calenda.org/188984

27 Nous faisons référence aux analyses de Castoriadis (1975).

28 Nous donnons à la notion de reconnaissance une définition forte et élargie qui s’inspire des travaux d’Axel Honneth (2004) : « /…/ chaque sujet humain est /-il/ fondamentalement dépendant du contexte de l’échange social organisé selon les principes normatifs de la reconnaissance réciproque ».

29 La revue Communication & Organisation avait consacré son premier numéro, en 1992, au thème suivant : « Communication et sentiment d’appartenance ».

30 Cf. le n° 29 | 2006, de la revue Communication & Organisation, Carayol (coord.) : « Figures de l’urgence et communication ».

31 Cf. le n° 38| 2010, de la revue Communication & Organisation, Le Moënne & Parrini-Alemanno (coord.) : « Management de l’évaluation et communication ».

32 Sur ces questions, cf. colloque : « Travail et loisirs », organisé au Celsa (2014), http://www.gripic.fr/evenement/travail-loisirs

33 On pourrait aussi mentionner le mémoire d’HDR de Manuel Zacklad (2000) qui n’avait pas été soutenu en section 71mais en 27ème section, ce chercheur ayant depuis rejoint les SIC et plus particulièrement la communication des organisations , il apporte une contribution notamment à l’analyse des usages et pratiques des TNIC associés à des questions d’innovation et de gouvernance.

34 Cf. le n° 26 | 2005
de la revue Communication & Organisation, Gardère & Gramaccia (coord.) : « La communication des nouvelles éthiques de l’entreprise ».

35 Cf. le n° 35 | 2009
 de la revue Communication & Organisation, Gardère & Akel (coord.) : « Repenser la communication dans les organisations publiques ».

36 Cf. Caillé, 2011 ; le site Internet : LesConvivialistes.fr ; manifeste rassemblant 64 intellectuels, qui reprend les réflexions de Mauss et d’Illich, enrichies d’autres contributions orientées dans 4 directions : morale, politique, économie, écologie. Caillé & Gresy se sont aussi intéressés au management, dans le cadre de la théorie du don (2014).

37 Cf. les deux Cahiers, n° 10 de la revue Communication & Management parus en 2013 : « La marque : objet communicationnel ».

38 Cf. le site du groupe Org&Co : https://org-co.fr/

39 Ces travaux sur le plan empirique concernent principalement les terrains de la sécurité au travail, de la responsabilité environnementale, de la santé.

40 Cf. supra colloque « Organisation média- Dispositifs médiatiques, sémiotiques et de médiations de l’organisation, Lyon, 2004 ; http://calenda.org/188984?formatage

41 Le débat avait été relancé récemment avec la publication de l’ouvrage : Stark R., (2007), Le triomphe de la raison, pourquoi la réussite du modèle occidental est le fruit du christianisme, Presses universitaires de la Renaissance.

42 Cf. : Iannacone, L.-R., 1990, « Religious Participation : A Human Capital Approach », Journal for the Scientific Study of Religion 29(3), September 1990, p. 297-314 ; « Social Markets and the Economic of Religion », Social Compass 39(1), March 1992, p. 121-131.

43 Cf. notamment Van Cuyck, 2005 ; D’Almeida, 2005 ; Pascual-Espuny, 2010 ; Bernard, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Bernard, « Trente ans de recherches en communication des organisations : voies, paradoxes, imaginaires et questions vives », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1997 ; DOI : 10.4000/rfsic.1997

Haut de page

Auteur

Françoise Bernard

Françoise Bernard, Professeure de Sciences de l’information et de la communication (SIC) à Aix-Marseille Université, dirige l’IRSIC (EA 4262). Spécialisée en communication des organisations et des institutions, elle a conduit et publié de nombreux travaux portant notamment sur l’histoire des communications des organisations, sur les problématiques du changement, les théories de l’influence et de l’autonomie, sur la communication engageante. Depuis quelques années, elle apporte également une contribution à l’étude des questions communicationnelles liées aux pratiques environnementales (changements de valeurs, de comportements, émergence d’un imaginaire…). Impliquée dans des responsabilités nationales, elle a présidé la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC) ainsi que la section 71 du Conseil National des Universités (CNU).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page