Navigation – Plan du site
Parutions

Bernard Miège, Contribution aux avancées de la connaissance en Information-Communication

INA Éditions, 2015, 239 p., 20 €
Gino Gramaccia
Référence(s) :

Bernard Miège, Contribution aux avancées de la connaissance en Information-Communication, Bry-sur-Marne, INA Éditions, 2015, 239 p., 20 €

Texte intégral

1Cet ouvrage fait suite à L’Information-Communication, objet de connaissance, paru dix ans auparavant, reprenant et mettant en perspective différents écrits et conférences de l’auteur dont quelques originaux et d’autres jamais publiés en français), lesquels ont jalonné une décennie de ses recherches sur les sciences, toujours en construction, de l’Information et de la Communication. De quels enjeux est porteuse la société de l’information, ce « syntagme » si largement repris dans les milieux professionnels, politiques, institutionnels, académiques ? Dans son approche critique des discours annonçant l’émergence d’une société nouvelle, l’auteur souligne les tendances, les partis pris théoriques d’une conception idéalisant les enjeux socio-économiques de la SI… Une approche info-communicationnelle critique et intelligible doit précisément s’intéresser aux mutations de la composante technologique, à l’évolution des dispositifs sociotechniques : l’accélération-concentration des flux d’information, notamment dans les activités professionnelles, la difficile convergence des industries du contenu, l’élargissement des systèmes médiatiques… Telle est l’ambition de ce premier grand chapitre de l’ouvrage. D’autres enjeux sont à explorer, ceux portant sur la diversité culturelle et dans ce contexte, la question des « industries culturelles, informationnelles et médiatiques » (ICM) (p. 35) mérite d’être soulevée. C’est donc à l’aune de ce que l’auteur présente, au fond, comme une révolution industrielle de la culture et de l’information qu’il faut penser la diversité culturelle, en particulier dans les pays du Sud. Sur ce point, les recherches en sciences de l’information et de la communication doivent relever des défis majeurs, la DC se positionnant, dit l’auteur, « à la croisée d’enjeux tant économiques que politico-culturels voire sociétaux » (p. 44).

2À propos des approches « techno-déterminées » (p. 51) dites de la « convergence des TIC », la question se pose de ce discours qui consacre leurs fonctionnalités, anticipe et surestime leurs usages, les projetant dans un univers socio-économique idéalisé. Ce discours, fondé sur une conception déterministe de la technique, sous-estime au contraire ce qui, dans le développement des techniques et de leurs usages, relève d’un construit social, lui-même résultant d’appropriations paradoxales des fonctionnalités, de stratégies industrielles et financières incertaines. Mais sous-estime dans le même temps la position oligopolistique qu’occupent les grands groupes de communication (c’est le cas de Google) dans la concentration des moyens de diffusion. Au fond, nous dit l’auteur, l’utopie de la convergence des TIC fait l’économie des problématiques complexes qui, pour les chercheurs, ouvrent des perspectives intéressantes : l’informationnalisation, la médiatisation de la communication, la marchandisation des activités communicationnelles, la généralisation des relations publiques…

3À propos de l’ouvrage Creative economy, creative industries (Bouquillion, 2012), l’auteur livre un commentaire nuancé sur le phénomène des industries créatives, soulignant le caractère hétérogène, multiple, d’un secteur qu’apparemment les chercheurs ont beaucoup de mal à définir de façon consensuelle et univoque. Sont largement commentés les enjeux politiques et culturels, économiques d’industries qui n’auraient dès lors rien à envier aux industries conventionnelles, celles susceptibles de revendiquer l’appui des ministères de l’industrie et de la recherche, par exemple (P. Bouquillion est cité sur ce point, p. 66). Les questions, d’une vive actualité, des droits de propriété intellectuelle, du travail flexible et de la précarité, de la fonction d’intermédiation en éducation annoncent des chantiers majeurs pour la production de connaissances en Information - Communication.

  • 1 Alain Gras, Pierre Musso (Dir.), Politique, communication et technologies – Mélanges en hommage à L (...)
  • 2 Françoise Benhamou, Les dérèglements de l’exception culturelle, Paris : Seuil 2006.

4Dans un second grand chapitre, l’approche critique prend une tournure réflexive. Il convient de revenir sur les postulats qui gouvernent la pensée de grands auteurs en Information-Communication. Dès lors, le premier auteur convoqué est Manuel Castells, à propos de son ouvrage, La galaxie Internet (Fayard, 2012). Osons cette formule : Castells serait, au fond, l’apologue d’un libéralisme informationnel. Sur ce point, la critique de Bernard Miège est sans appel. Dans un registre à peine différent, Thomas Heller, s’associant ici à Bernard Miège, (p. 76) reproche à Yves Winkin, à propos de son ouvrage Liberté, j’écris ton nom (Editions Labor, 2003), son approche trop exclusivement anthropologique de la communication, pour réduire finalement cette discipline à une conception libérale, romantique, voire épique de la communication. Suivent deux discussions, très argumentées, très nuancées de deux ouvrages, le premier consacré à Lucien Sfez1, le second publié par Françoise Benhamou sur la question de l’exception culturelle2. Soulignons que ces deux approches ont le mérite de proposer, pour l’un, une rétrospective critique de la pensée sfézienne et, pour l’autre, dans la conclusion de sa chronique, de réorienter le débat sur les « aspects centraux de l’industrialisation de la culture et des médias » (p. 88). Enfin, à propos de l’ouvrage de Dominique Wolton (Informer n’est pas communiquer, CNRS Editions, 2009), Bernard Miège, citant, dans un premier temps, les thèses principales de l’auteur sur les rapports entre information et communication, critique certaines propositions théoriques, celle, par exemple, traitant du modèle de la cohabitation, laquelle se résume, à propos de communication, à une vision normative comme « version métaphorisée d’un individualisme méthodique, convertissant le fait social en une série de petits compromis locaux, comme s’il n’y avait pas des logiques sociales, notamment des logiques sociales de la communication… » (p. 96). Qu’objecter à cela ? Les intuitions normatives de Wolton sont-elles contre-intuitives ? Mais au fond, que faut-il entendre par « norme » ou « normativité » ? La reproduction savante de l’évidence ou du « ça va de soi » ? Ou au contraire l’expression d’une hypothèse qui mériterait d’être empiriquement vérifiée ? Ces questions, nous les posons aux deux auteurs.

5Le chapitre qui suit, traitant de méthodologie, prend alors tout son sens. Dans un premier temps, Bernard Miège reprend un article rédigé en hommage à Paul Beaud (Réseaux, n° 148-149, 2008) dans lequel il commente les thèses de cet auteur sur la médiation et en particulier sur les mutations de l’espace public. Suivent une rétrospective très documentée sur les professions de la médiation dont l’évolution serait liée au « mouvement de l’industrialisation à l’œuvre dans la culture, dans l’information et dans les communications » (p. 107), une vaste synthèse sur les problématiques de la fragmentation de l’espace public, son élargissement à des espaces publics partiels, la formation d’un espace public sociétal, la tendance à l’individualisation des pratiques sociales… Sur ce dernier point, l’auteur attire notre attention sur les dérives épistémologiques d’études qui s’attardent sur la personnalisation des usages aux dépens d’une critique des déterminations sociales qu’on peut imputer aux stratégies des producteurs et des offreurs (p. 111). Concernant les mutations des pratiques culturelles, informationnelles et communicationnelles, l’auteur propose plusieurs cadres d’analyse : la médiatisation croissante de la communication, la « mise en système » de différents outils et contenus, des formes générationnelles contrastées d’appropriation d’Internet auxquelles s’ajoutent et s’opposent des logiques d’action individuelles et plurielles dans un contexte d’inégalités sociales, d’interpénétration des sphères privée, professionnelle, publique et enfin, citant O. Donnat, une logique des cumuls en matière de consommations culturelles et d’usages… C’est dans ce contexte de mutations que l’auteur nous invite à penser la complexité de l’individualisation ou, pour reprendre la formulation de P. Beaud, l’« intellectualisation de la vie privée » (p. 114).

6Les déplacements du champ médiatique et plus particulièrement le champ qu’occupe l’informationnel hors-média suscitent de riches et complexes débats. Les « relations publiques généralisées » (p. 122), l’information professionnelle spécialisée circulant dans les réseaux numériques, la nouvelle offre publique disponible sur Internet, et enfin l’essor du phénomène des blogs, ces nouveaux champs de l’information hors-médias participeraient donc d’un grand procès d’informationnalisation qui compte aujourd’hui dans le débat public et politique, la vie économique, la communication des organisations… À noter, cette remarque que nous jugeons importante : la multiplication-intégration des supports numériques rend alors pertinente cette hypothèse selon laquelle « les médias ne seront plus identifiables que sous la forme d’une offre de programmes » (p. 126). En somme, le débat du déplacement du champ médiatique devra intégrer, entre autres, cette question essentielle : « ce qui se déplace également [sous l’effet des nouveaux médias et des TIC], ce sont les frontières entre espaces publics et sphère de la vie privative » (p. 129).

7Dans un chapitre important sur la méthodologie (Méthodologie 1, p. 130, l’auteur propose une catégorisation et une mise à jour des logiques sociales de communication au centre de travaux qu’il juge autant diversifiés que disparates. Cette synthèse présente l’avantage de structurer un champ de recherche mettant l’accent sur les mutations dominantes comme, par exemple, l’articulation entre industries de réseaux, de matériels et de programmes ou encore le métissage des supports de communication (p. 138). Sur ce dernier point, comment ne pas voir dans ce « mélange des genres », ce que l’auteur appelle un « maelström » (p. 138), l’émergence de nouveaux lieux que Foucault appelle des hétérotopies ? Quoi qu’il en soit, un concept reste sans doute à forger qui montrerait, par exemple, qu’un écran permet de juxtaposer, de combiner, de multiples espaces non compatibles dans l'espace réel : on songe bien évidemment à ces écrans qui mélangent information académique, information sociale, information politique et information commerciale… Cette pluralité de « lieux numériques » ou de sphères médiatiques, marquant la fin de l’alignement sur le média dominant, l’auteur la désigne par la notion d’intermédiation (p. 140).

8Prolongeant cette réflexion, le chapitre méthodologie 2 (p. 140) revient sur les travaux en Économie Politique de la Communication (EPC) et en signale (Mosco est cité) les évolutions liées à de nouveaux centres d’intérêt (marchandisation, spatialisation, structuration). À propos de la théorie des Industries Culturelles, il convient, dit l’auteur, une approche en termes de modèles doit permettre de rendre intelligible et au meilleur niveau de généralité théorique la complexité empirique de secteurs de recherche comme la production et la consommation de la culture et de l’information industrialisées. À cette exigence s’ajoute la nécessité d’une vigilance critique par rapport aux modèles de référence (p. 152) et en particulier à ceux hérités d’une doxa que l’auteur qualifie d’« essayisme dilettante et généraliste » (p. 153), ceci impliquant la « nécessité d’un « décryptage idéologique des modèles explicatifs tout faits » (p. 153). Mais vigilance critique également à l’égard de ce qu’il est convenu d’appeler la diversité, « notion idéologiquement déterminée » (p. 154), notion relevant, dit l’auteur, du registre du politique des médias de type libéral. Soulignant l’intérêt de recourir à des méthodologies interdisciplinaires dans le cadre des sciences humaines et sociales, il prône de surcroît une méthodologie de recherche appropriée et adéquate aux enjeux contemporains (p. 157) et plus encore, s’agissant des problématiques de recherche, l’accent doit être mis sur l’interdimensionnalité, approche visant à relier des secteurs de recherche jusque-là cloisonnés (stratégies des principaux industriels de la communication, stratégies des diffuseurs et producteurs ou éditeurs de contenus, etc., cf. p. 158).

9Le chapitre 4 propose une synthèse à la fois rétrospective et prospective sur la formation disciplinaire des sciences de l’information-communication. Commentant les travaux de R. Boure et de J.-F. Tétu, il rappelle les contextes et conditions, parfois conflictuels, dans lesquelles les SIC ont émergé, voire « accueillies » au sein des universités françaises et leur émancipation par rapport aux études littéraires et aux études culturelles. D’où l’importance d’enseignements historiques pour éclairer le débat, toujours actuel, sur l’impérieuse nécessité pour cette interdiscipline de se construire des bases épistémologiques solides (p. 172). Mais sans doute faut-il ajouter que cette édification des SIC résulte également de ce que l’auteur appelle la « circulation des savoirs » entre disciplines et des apports de la sphère professionnelle (p. 175). Il suggère de rechercher les courants fondateurs des SIC dans trois directions parallèles : l’approche empirico-fonctionnaliste des médias de masse, le modèle cybernétique, la méthode structurale et ses applications linguistiques (p. 179). Il caractérise ensuite ce qu’il appelle la pensée communicationnelle marquée à la fois par « sa liaison étroite avec des actions sociales dans les sociétés industrielles dominantes », sa transversalité, « sa faculté […] à relier des questionnements provenant de courants théoriques distincts » (p. 182), cette pensée intégrant par ailleurs des savoirs professionnels et experts.

10Quelles compétences cognitives doivent être mobilisées dans l’enseignement de l’information et de la communication ? L’auteur propose plusieurs pistes de réflexion (p. 195) : le point de vue socio-historique, l’extension-globalisation du cadre géopolitique, la « non-projection dans le futur », autrement dit se prémunir contre les risques d’une « futurologie » et de prénotions peu productives, une prise en compte de la pensée communicationnelle qui présente entre autres l’avantage de dépasser « les clivages disciplinaires existants », « d’être attentive aux changements intervenant dans la politique des États, les stratégies professionnelles, les techniques mises en œuvre et les pratiques des agents sociaux… » (p. 197), l’analyse critique, sensible à « ses propres conditions sociales de possibilité » (p. 198), une sensibilité forte à la « communication en train de se faire », enfin déterminer le niveau des études universitaires pour assurer un enseignement optimal (le master, par exemple). À propos des formations au journalisme, l’auteur fait un point très précis des relations qu’entretiennent le monde professionnel des journalistes, les écoles, les universités et les tutelles publiques (p. 200 et seq), dans un contexte marqué par la « concurrence faite aux médias dans le domaine de l’information » (p. 206).

11L’auteur rapproche ensuite deux chapitres importants consacrés aux relations, souvent complexes, qu’entretiennent les SIC et les Cultural Studies, d’une part et les SIC et les sciences économiques, d’autre part. Sur ce dernier point, il dénonce à raison une vision techno-déterministe au centre des travaux des économistes (p. 220), sans pour autant (et ceci est vrai, dans un autre registre, bien sûr, des Cultural Studies) exclure toute opportunité de collaboration sous réserve d’un « recours à des méthodologies inter-sciences rigoureusement définies » (p. 221).

12Enfin, au cours de sa conférence introductive au congrès de la SFSIC, à Rennes (mai 2012), Bernard Miège devait rappeler les auditeurs à quelques grandes règles de prudence concernant l’épistémologie des SIC : par exemple, une critique argumentée de ce que l’auteur appelle des « notions-écran » (p. 222) : l’ère des réseaux, la diversité culturelle…, autrement dit, si l’on suit bien son raisonnement, ces syntagmes susceptibles d’imposer une vision déterministe de ces recherches… En revanche, nous jugeons quelque peu sévère la critique visant la communication organisationnelle : en quoi cette spécialisation est-elle « trompeuse » sous prétexte que « rien ne nous assure que ce « terrain » ou domaine suffise à préciser les objets de recherche » ? (p. 224). Il ajoute – et ce défi mérite certes d’être relevé : « il serait pertinent d’y appliquer des problématiques développées ailleurs au sein de la discipline » (p. 224). Nous y voyons au contraire l’évolution, assurément diversifiée – d’un programme – en référence à la terminologie de Lakatos. Ce débat mérite d’être poursuivi dans le cadre de ce que préconise justement l’auteur : une obligation de publicisation, d’une mise en visibilité de nos chantiers scientifiques. Et plus que jamais devons-nous rechercher les confrontations, voire les polémiques, dans le cadre d’espaces dédiés à la publicisation de nos sciences. Souhaitons, à ce propos, que la Revue Françaises des Sciences de l’Information et de la Communication contribue – à sa mesure – à relever ce défi.

13Pour conclure ce bien modeste résumé, nous aimerions citer, en matière de dédicace, ces mots de Robert Escarpit, extraits de son Avertissement dans son ouvrage Théorie générale de l’information et de la communication (1976) : « Il fallait qu’à un moment ou à un autre – et le plus tôt serait le mieux – quelqu’un présentât en France une vue d’ensemble des sciences de l’information et de la communication. Si l’auteur de ce livre a tenté de le faire, c’est qu’il y a vu comme une dernière chance pour une synthèse de ce genre ». Il y avait une seconde chance. Bernard Miège l’a saisie, non sans rester d’une grande méfiance vis-à-vis vis des théories générales. Qu’il en soit remercié.

Haut de page

Notes

1 Alain Gras, Pierre Musso (Dir.), Politique, communication et technologies – Mélanges en hommage à Lucien Sfez, Paris : PUF, 2006.

2 Françoise Benhamou, Les dérèglements de l’exception culturelle, Paris : Seuil 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gino Gramaccia, « Bernard Miège, Contribution aux avancées de la connaissance en Information-Communication », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 09 mars 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1932

Haut de page

Auteur

Gino Gramaccia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page