Navigation – Plan du site
Vie des labos

L’Institut Caribéen d’Études Francophones et Interculturelles (ICEFI)

Olivier Pulvar

Texte intégral

1L’histoire de la francophonie remonte à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Mais c’est au lendemain des indépendances, que les premiers chefs d’État d’anciennes colonies, pays nouvellement indépendants, Léopold Sedar Senghor du Sénégal, Hamani Diori du Niger, Norodom Sihanouk du Cambodge, Hamid Bourguiba de la Tunisie, lancent un mouvement francophone. Les leaders de ce mouvement défendent l’idée d’un apprentissage et d’un enseignement du français à tous les niveaux, primaire, secondaire, et supérieur.

  • 1 Créé par un professeur des universités en sciences du langage en 1996 sous le nom d'Institut Supéri (...)

2L’Université des Antilles (UA) s’attache à remplir cette mission francophone dans un contexte géographique et culturel singulier. En l’absence d’un laboratoire de recherche dédié à la francophonie en son sein, l’UA dispose d’un Institut Caribéen d’Études Francophones et Interculturelles (ICEFI)1 sur son Campus de Schœlcher en Martinique. Par ses formations à la recherche en Français Langue Étrangère (FLE), ce département pluridisciplinaire de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines est rattaché au Centre de Recherches Interdisciplinaires en Lettres, Langues, Arts et Sciences Humaines (CRILLASH, EA 4095).

Une francophonie originale dans la Caraïbe

3L’ICEFI développe la particularité de promouvoir, au cœur de la Caraïbe et dans les Amériques, la langue française, les études et les recherches francophones, dans une perspective d’ouverture au pluralisme linguistique et culturel qui caractérise ces régions. Il est actuellement dirigé par un professeur des universités, sociolinguiste et spécialiste en FLE.

  • 2 Depuis 2010, Saint-Martin et Saint-Barthélemy ont opté pour devenir des collectivités autonomes rég (...)

4Dès sa forme première, l’Institut a pour vocation de favoriser la francophonie dans la zone Caraïbe plurilingue où celle-ci est peu présente à part les deux îles françaises de Martinique et de Guadeloupe (avec ses dépendances Saint-Martin, Saint-Barthélemy2, Les Saintes, La Désirade, Marie-Galante) et Haïti qui avec ses 9 millions d’habitants demeure un pays plutôt créolophone. Cet espace linguistique essentiellement hispanophone et anglophone laisse en effet, peu de visibilité au français d’autant qu’il est encadré par deux grands blocs qui sont les États-Unis au Nord pour l’anglais et les pays d’Amérique latine au Sud pour l’espagnol avec le Brésil pour la forte implantation lusophone. Le challenge vise donc à insuffler un élan à partir des Départements Français d’Amérique (DFA) à l’époque pour faire rayonner la France, sa culture et ses représentations à 7 000 km de la Métropole.

  • 3 Au début des années 2000, la maîtrise de FLE en République dominicaine, en Haïti et dans la partie (...)

5Le développement de la francophonie dans cette zone géographique répond également à la demande d’intégration linguistique des États de la Caraïbe : comment réussir une organisation de tous ces pays dans une région caractérisée par la présence d’autant de langues ? Cette demande est notamment celle des petits États des petites Antilles (Sainte-Lucie, La Dominique) qui ont l’ambition de mettre en œuvre un plurilinguisme à partir de l’enseignement des tout-petits et sur la base d’un idiome partagé, à savoir le créole. Beaucoup de projets en ce sens sont donc abondamment financés par le ministère de la coopération permettant de former des enseignants du primaire et du secondaire dans ces pays, avant que l’offre ne soit élargie à d’autres pays3. À chaque fois, il s’agit pour le pays demandeur de remodeler le statut de la langue française à l’intérieur de ses frontières (langue maternelle vs. langue étrangère institutionnelle).

  • 4 Il s'agit d'un Master en Didactique du FLE qui relève également du Domaine "Arts Lettres et Langues (...)

6D’autres actions de formation à partir du 2e cycle d’enseignement, de coopération et de recherche interrégionales, sont adossées au Bureau Caraïbe de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) installé en Haïti, financées par les ambassades de France et le ministère de la coopération. Parmi elles, un master Français Langue Étrangère adapté au contexte créolophone des pays concernés4 et visant à former des cadres capables de concevoir des outils didactiques adaptés à l’apprentissage du FLE dans des contextes plurilingues, et d’autre part de « former » des formateurs qui soient en mesure d’enseigner et de diffuser la langue et les cultures françaises et francophones de partout dans le monde. Avec une spécialité « Langages, Cultures et Sociétés en milieu plurilingue », ce master FLE a pour objectif premier de mener à bien une réflexion d’ordre didactique sur les langues dans un contexte marqué par un plurilinguisme et par un rapport souvent inégal entre les langues en présence dans l’espace caribéen.

7Il y a par conséquent de véritables enjeux liés à l’existence de cette activité scientifique autour de la francophonie à partir de l’UA au cœur de la zone Caraïbes-Amériques : d’abord, la présence minoritaire du français dans la zone caraïbe ; ensuite, la dimension interculturelle d’une francophonie plurielle ; enfin, l’originalité des créoles à base lexicale française qui circulent sur des îles dont les langues premières et secondes ne sont pas le français

La recherche sur l’intercompréhension des langues

8Au plan de la recherche, la logique de recherche action qui domine généralement en FLE, s’impose quasi naturellement en Caraïbe. L’interculturel est l’axe central de la réflexion scientifique parce que toute langue est un objet culturel, et que lorsque l’on enseigne une langue, on enseigne une autre culture, ici la culture française.

9Les problématiques développées concernent des contacts de langues mais aussi les représentations liées à la langue française dans les dynamiques sociales, culturelles et politiques des pays caribéens. Les sujets de recherche sont axés sur la sociolinguistique en lien avec l’apprentissage/enseignement du FLE, sur les représentations liées aux usages des langues premières et secondes, sur les politiques linguistiques visant une cohabitation d’enseignement et apprentissage du FLE et autres langues en présence. Ils portent sur l’enseignement du français dans des systèmes éducatifs des pays de la zone dans une perspective qui est à la fois didactique (comment faire pour enseigner le français ?) mais aussi historique (comment l’enseignement du français a-t-il évolué dans le temps ?).

10Dans cette francophonie plurielle, chacun apporte quelque chose au niveau de sa vision du monde qu’il soit francophone ou pas. Et dans les espaces caribéens où justement la francophonie est minoritaire (ce qui n’est pas le cas par exemple en Afrique), les DFA représentent une francophonie en lien direct avec la Métropole mais également en contact avec toutes les réalités caribéennes ; le créole à base lexicale française est l’une de ces réalités notable et spécifique, que l’on se trouve dans des régions anglophones ou hispanophones. Avec la mondialisation, on se dit que l’anglais sera toujours appris, c’est la langue de communication internationale ; mais aujourd’hui comme cela l’a été pour les décennies antérieures, la deuxième langue internationale au monde est le français, elle est enseignée dans tous les pays du monde, elle a donc toujours rayonné en termes de communication.

De réelles opportunités liées à l’ICEFI

  • 5 Sur 135 inscrits en master pour l’année universitaire 2015-2016, seuls 3 ou 4 proviennent de la Mét (...)

11Avec un pourcentage d’étudiants non français de 90 % à 95 % inscrits en master FLE à l’ICEFI5, aucune université métropolitaine œuvrant dans le même domaine ne bénéficie d’un taux d’étudiants étrangers aussi élevé. Ces étudiants ont un regard de non français natifs sur le français, ce qui est totalement différent du regard que peut avoir un étudiant français natif sans expérience sur le FLE. Dans leur très grande majorité, ils ont une moyenne d’âge de 40 ans environ et sont souvent des professionnels en activité. Ce public étudiant est parfois même quasiment considéré comme des paires par leurs enseignants (certains enseignent en effet en université dans leur pays). Ces personnes qui, pour beaucoup, enseignent déjà la discipline, abordent évidemment les enseignements de FLE qui leur sont dispensés différemment.

12Un autre point positif est à mettre à l’actif de l’ICEFI, c’est l’apprentissage du FLE dans un environnement numérique. Le master de didactique du FLE entièrement en ligne proposé par l’Institut, est en rapport étroit avec l’évolution du marché professionnel régional, d’où le succès de cette offre de formation face aux formations de langues dispensées dans la région. Les enseignants-chercheurs de l’Institut apportent aux étudiants qui sont déjà familiers des formations mixtes (présentiel-virtuel), une réelle expertise dans un domaine de recherche développé sur place.

  • 6 Quatre enseignants statutaires (1 PR, 2 MCF, 1 PRAG) et un vacataire permanent encadre 150 étudiant (...)

13D’un autre côté, le fait que l’équipe pédagogique6 en place soit mixte culturellement (métropolitains-antillais) présente l’avantage de transmettre aux étudiants en plus des modes de résolution d’exercice du système français (entraînement à la composition, synthèse, dissertation en français), les éléments de culture française de la Métropole et créole de ses Outremers.

14Promouvoir efficacement la francophonie dans la région Caraïbes-Amériques impose assurément le choix militant francophone d’exiger des frais d’inscription (450 euros) bien en deçà de ce qui se pratique dans d’autres universités francophones de la région (Québec par exemple) et même en France métropolitaine (jusqu’à 2000 euros).

15Il est tout à fait remarquable que la dimension initialement régionale de l’action de l’ICEFI séduit progressivement d’autres zones géographiques du globe (Maghreb, Afrique subsaharienne, Asie, etc.). La même valeur ajoutée notée plus haut est à considérer dans la situation de concurrence que se livrent les établissements d’enseignement supérieur et de recherche en France comme ailleurs. Les universités françaises imposent à minima à leurs étudiants de venir soutenir leur mémoire de fin d’études dans l’université d’inscription, et plus généralement des regroupements en présentiel ont lieu en cours de formation. Être situé dans la Caraïbe est plutôt un avantage.

Des difficultés liées à l’éloignement de la Métropole ?

16Les difficultés liées à la grande distance (7 000 km) qui sépare géographiquement la Martinique de la Métropole n’en sont pas véritablement. L’inconvénient serait plutôt d’arriver dans la région, vierge de toute connaissance sur cet environnement. La question de pose de sa relation à l’Autre (altérité), du lien établi avec le proche (proximité), de son rapport à son lieu (distance). Il est nécessaire de connaître le terrain, et le connaître culturellement (les gens, leurs manières de faire et de penser, leurs systèmes éducatifs) favorise les échanges, une connaissance réciproque, mutuelle. Cette expérience de terrain est irremplaçable, le contact de visu entre collègues de la région (missions, séminaires, projets) est toujours plus riche que le contact par mail.

17D’un autre côté, les études en anthropologie culturelle enseignent que, plus on est éloigné de son lieu d’origine plus on perçoit la valeur de son identité, moins on est ethno-centré.

18Les membres de l’ICEFI se sentent plus universitaires franco-français parce qu’éloignés de la métropole et représentants de l’Université française dans la région. L’éloignement n’est donc pas un problème en soi d’autant qu’ils demeurent en relation avec d’autres collègues d’universités françaises de la métropole ; ils restent aussi en prise avec l’actualité académique du domaine de recherche. Bien sûr, les questions d’ordre budgétaire qui se posent forcément de manière aigüe en période de réduction générale des moyens financiers sont à résoudre constamment. De toute façon, ils doivent veiller à ne pas couper les contacts avec la Métropole, de manière à ne pas être porteurs d’une vision culturelle qui serait dépassée. De même, ils doivent être en mesure d’apporter les dernières tendances culturelles en cours dans la région.

19En dernière instance, l’expérience interculturelle observée en région Caraïbe donne corps aux pratiques pédagogiques et de recherche dans le domaine du FLE ; elle ne renonce pas cependant à l’exigence académique en la matière au sein de la recherche et de l’enseignement supérieur français.

Un outil efficace pour un projet ambitieux

20L’ICEFI se présente tel un beau projet dans lequel ses membres prennent plaisir à s’investir intellectuellement. Il donne un a priori positif d’une université française des Caraïbes qui fait rayonner la langue et la culture française. Il représente cette université publique française de bonne qualité au plan des enseignements, qui délivre des diplômes français reconnus par l’Europe (crédits ECTS européens), et qui de plus demeure abordable financièrement (frais d’études).

21Sa forme institutionnelle actuelle est certainement appelée à évoluer si l’on tient compte des perspectives réelles en termes de demande de formation. L’augmentation du nombre de diplômés offre assurément l’opportunité de poursuite de thèses de doctorat en cotutelle. La co-diplomation entre l’UA et certaines universités renommées de la région (par exemple, l’UNAM au Mexique) représente une vraie perspective à partir des besoins repérés. Ce principe de partage entre universités permet aux étudiants d’être titulaires du diplôme dans chacun des deux établissements dans lequel ils ont suivi la formation.

22L’ICEFI pourrait aisément passer de 135 étudiants actuellement inscrits dans le master FLE en ligne à 300 voire 500 inscrits à très court terme. Évidemment, cela suppose simultanément un renforcement de l’encadrement pédagogique dont celui habilité à diriger les recherches pour atteindre une quinzaine d’enseignants environ. Une partie de la réponse se trouve entre les mains de ceux qui ont en charge le devenir de l’Université des Antilles dont la composante des Lettres et Sciences humaines abrite ce département de faculté original.

Haut de page

Notes

1 Créé par un professeur des universités en sciences du langage en 1996 sous le nom d'Institut Supérieur d'Etudes Francophones (ISEF), il prend sa forme actuelle en 2011.

2 Depuis 2010, Saint-Martin et Saint-Barthélemy ont opté pour devenir des collectivités autonomes régies par l’article 74 de la Constitution française

3 Au début des années 2000, la maîtrise de FLE en République dominicaine, en Haïti et dans la partie nord du Brésil jouxtant la Guyane française, puis le master à partir de 2006.

4 Il s'agit d'un Master en Didactique du FLE qui relève également du Domaine "Arts Lettres et Langues", Mention "Arts Langues et Civilisations", et de la Spécialité "Langages, Cultures et Sociétés en milieu plurilingue". En raison de sa position géographique et de son histoire, cette formation aborde les thèmes suivants : le Français langue d'insertion/français langue de scolarisation/français précoce/français dans la Caraïbe/français langue étrangère dans les Amériques/francophonie/linguistique/sociolinguistique/enseignement en convergence/ingénierie de la formation /formation de formateurs/ingénierie éducative/enseignement/évaluation et certification en langues/coopération éducative/compétence de communication interculturelle/management interculturel/technologies de l'information et de la communication, TICE/ingénierie du projet.

5 Sur 135 inscrits en master pour l’année universitaire 2015-2016, seuls 3 ou 4 proviennent de la Métropole ; on compte aussi quelques étudiants français déjà en exercice dans la zone.

6 Quatre enseignants statutaires (1 PR, 2 MCF, 1 PRAG) et un vacataire permanent encadre 150 étudiants dont 135 en master FLE.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Pulvar, « L’Institut Caribéen d’Études Francophones et Interculturelles (ICEFI) », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 09 mars 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1920 ; DOI : 10.4000/rfsic.1920

Haut de page

Auteur

Olivier Pulvar

Centre de Recherches sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe, (CNRS-CRPLC UMR 8053, Université des Antilles)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page