Navigation – Plan du site
Regards croisés

Avancées épistémologiques et paradigmatiques de la production scientifique en communication organisationnelle au brésil

Ivone de Lourdes Oliveira et Ângela Marques

Résumé

L’objectif de cet article est de présenter le scénario académique de la communication dans le contexte organisationnel à partir d’une brève analyse de la recherche et de la production scientifique développées dans le cadre des Programmes de Post-Graduation en Communication au Brésil. Seront ainsi présentées des thématiques traitées dans les thèses soutenues entre les années 2000 et 2014. Pour cela, nous allons utiliser : une recherche développée (et conclue en 2015) par Margarida Krohling Kunsch, professeur de l’Université de São Paulo ; des enquêtes bibliographiques et des repères résultant de la participation des auteurs à des jurys de soutenances de doctorat et à des congrès nationaux. Ces données nous offrent des réflexions intenses à propos du domaine de la Communication Organisationnelle. En outre, les idées qui se matérialisent dans des recherches et des articles nous aident à éclairer le moment effervescent de production que le Brésil vit intensément dans ce domaine.

Haut de page

Texte intégral

1Le panorama de la Communication Organisationnelle au Brésil se caractérise par des perspectives encourageantes, car après une grande période d’obscurité académique, émerge un développement significatif du point de vue scientifique, avec la croissance des cours de Post-graduation stricto sensu, la formation de chercheurs critiques et capables d’élaborer une pensée qui dévoile les enjeux liés aux pratiques développées dans le monde professionnel (avec ses asymétries et disputes de pouvoir), la création des groupes de recherches et l’organisation de séminaires et de congrès nationaux et internationaux. Tout cela élargit les réflexions et développe la production d’articles et d’ouvrages avec un spectre varié et actuel d’objets d’études.

2Les chercheurs développent des investigations approfondies et portent leur regard dans le champ de la communication vers des interfaces établies avec d’autres savoirs, avec l’intention de comprendre la communication en tant que dispute dans le contexte symbolique, c’est-à-dire une dispute de sens. Avec l’objectif de comprendre les interfaces possibles entre la communication et le pouvoir, la langue, la politique, la sémiotique, l’anthropologie et d’autres champs de connaissance, les chercheurs empruntent une perspective relationnelle et complexe des mouvements de force et/ou d’hégémonie qui caractérisent les processus interactifs des organisations avec la société.

3En ce sens, nous pouvons mentionner la compréhension des organisations en tant qu’acteurs politiques et ses interlocuteurs comme des agents autonomes et responsables ; la configuration d’une perspective théorique et méthodologique qui souligne la nécessité de penser les pratiques dialogiques et de production de sens dans les contextes organisationnels comme des dynamiques communicationnelles qui exigent une autre façon de résoudre les conflits et les dilemmes éthiques et moraux liés au travail et à ses logiques ; l’approfondissement des discussions sur le caractère stratégique de la communication et enfin le regard vers la complexité des phénomènes communicationnels dans le contexte organisationnel.

4Le récent processus de consolidation du champ a stimulé de nouvelles réflexions au-delà du monde vécu, en cherchant à comprendre la communication organisationnelle comme un champ d’études et aussi comme une possibilité d’établissement de relations (Kunsch, 2011, 2014). Ainsi, le concept de relation apparaît comme « fondateur des matérialisations communicationnelles » (Baldissera, 2009, p. 154).

5Cela nous amène à penser la communication à partir des notions de partage et de rencontres, des rencontres qui ont lieu et prennent forme à partir de l’échange de perspectives différentes et adverses assumées par les interlocuteurs du processus de communication (Baldissera, 2009), c’est-à-dire, l’organisation et les groupes avec lesquels elle entretient des liens et qui se constituent en tant qu’interlocuteurs des actes communicationnels.

6Ainsi, la communication est un complexe et délicat tissu qui entremêle la sociabilité, l’interlocution et la négociation dans lesquelles les subjectivités, les identités et les altérités se présentent. Elle est aussi la situation, ancrée au quotidien, dans laquelle les sujets s’interpellent, s’affrontent, dialoguent. Dans cette perspective, les interlocuteurs sont placés dans des lieux discursifs différenciés, ce qui dépend du pouvoir de leur parole, de la force de leur argumentation et des caractéristiques de l’interlocution, sans oublier la circulation et l’échange d’informations et d’expériences comme mouvement de re-significations et en fait, une production de sens insérée dans un contexte politique, économique, social et culturel.

7Nous comprenons la Communication Organisationnelle comme un champ de connaissance qui a pour objet l’étude des phénomènes communicationnels dans le contexte organisationnel « en tant que construction conceptuelle pour comprendre les relations construites par et dans les organisations » (Marques, 2015, p. 7) publiques, privées et non gouvernementales. En ce sens, nous considérons l’organisation comme un acteur social collectif et comme un espace d’interactions conformé par la relation entre des interlocuteurs – c’est-à-dire qu’elle se constitue comme sujet relationnel qui se construit autour des idées de langage, des disputes de pouvoir et de sens. Elle est un système ouvert qui fait constamment face à l’entourage et se transmute en une dimension dans laquelle se jouent les relations entre les individus, leurs désirs et attentes dans des conditions et des formes de compétences très différentes (Oliveira, 2015, Mafra et Marques, 2015).

8Il est maintenant possible d’affirmer que le champ de la communication organisationnelle au Brésil est reconnu et respecté par ses pairs dans le monde académique, surtout à cause des approches adoptées dans les diverses productions scientifiques, des fondements conceptuels des différentes recherches, du choix des objets empiriques ainsi que de la formation ample et consolidée des chercheurs qui traitent les phénomènes communicationnels dans le contexte des organisations de façon interdisciplinaire et multiple, en laissant de côté la vision simpliste qui aborde la communication organisationnelle comme résultat des flux informatifs unilatéraux de transmission, divulgation et dissémination d’informations.

L’institutionnalisation de la post-graduation au Brésil et le développement de la recherche

  • 1 Au Brésil le système de Post-graduation stricto sensu est constitué de deux moments indépendants de (...)

9La recherche scientifique du champ de la communication dans le contexte des organisations prend efficacement forme à partir des années 2000, avec la création d’axes de recherche dans les cours de Post-Graduation – le master (Diplôme d’études approfondies) et le Doctorat1 – existants dans les Universités brésiliennes. Néanmoins, cela a pris place seulement 30 ans après la création des premiers cours de Post-graduation, c’est-à-dire dans les années 1970 à un moment où six cours ont été créés au Brésil : le premier fut à l’Université Catholique de São Paulo, suivi de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro, de l’Université de São Paulo et de l’Université Nationale de Brasília (Gomes, Pinto, Escosteguy, 2010).

10Cela nous montre que, malgré le retard qu’elle a subi pour prendre sa place dans le monde académique, la communication organisationnelle se consolide comme un champ de recherche de grande importance au Brésil. Quoique le temps de développement des recherches soit encore restreint, nous percevons un significatif progrès paradigmatique et épistémologique du champ et aussi un changement de cadre concernant la façon de réfléchir à propos de l’organisation (publique, privée ou du troisième secteur). L’organisation est perçue comme un espace d’interactions et de sociabilité dans lequel la communication est constitutive et les relations sont abordées comme un processus aux facettes multiples, ample et complexe qui a ses interfaces avec d’autres savoirs.

  • 2 Au Brésil les champs de las Sciences de la Communication et de las Sciences d’Informations sont ind (...)

11Les premiers cours de Post-graduation créés dans les décennies de 1970 et 1980 ont défini leurs axes de recherches en Sciences de la Communication2 « autour des interfaces avec des disciplines plus traditionnelles comme la sémiotique, avec des sphères plus vastes de la culture et de la société, autour de processus attachés plutôt aux moyens de communication/médias » (Gomes, Pinto, Escosteguy, 2010, p. 71) sans aucun espace pour la communication organisationnelle. Ils ont centralisé leur production sur la thématique de la communication médiatique et l’analyse des médias. Ils ont aussi rapidement gagné en visibilité en Amérique latine, en se détachant comme un espace institutionnalisé, prometteur et de référence dans le continent latino-américain. (Kunsch, 2009, 2011).

12Au cours des années 1990, quatre cours de Post-graduation - Université Méthodiste de São Paulo (Umesp), Université de São Paulo (ECA-USP), Université Fédérale do Rio Grande do Sul (UFRGS) et Université Catholique do Rio Grande do Sul (PUC-RS) ont ouvert un espace dans leurs axes de recherche pour développer des études autour de la communication organisationnelle. « À la fin du XXe siècle, il existait 7 Programmes de Post-Graduation avec le cours de Master et 8 Programmes qui comptaient le Master e le Doctorat ». (Gomes, Pinto, Escsteguy, 2010, p. 67).

  • 3 Agence liée au Ministère d’Éducation responsable de la normalisation et contrôle du fonctionnement (...)

13Le grand saut de croissance des Programmes de Post-graduation a eu lieu à partir de 2001, quand ont été créés vingt cours de Master (DEA) et six de Doctorat. Parmi les 45 Programmes de Post-graduation en Communication au Brésil, homologués par la Coordination de Perfectionnement du Personnel de Niveau Supérieur (CAPES)3, seulement dix d’entre eux investissent le champ de la communication organisationnelle avec cette thématique envisagée dans leurs axes de recherches : Université Catholique de Minas Gerais (PUC-MINAS, Diplôme d’études approfondies), Université Catholique de Rio Grande Do Sul (PUC-RS), Université de São Paulo (ECA-USP), Université Méthodiste de São Paulo (UMESP), Université Fédérale do Rio Grande do Sul (UFRGS), Université Fédérale de Saint Maria (UFSM), Université de l’État de São Paulo (UNESP- Bauru), Université de l’État de Rio de Janeiro (UERJ), Université Fédérale du Paraná (UFPR), Université Fédérale de Minas Gerais (UFMG).

14Il est intéressant de remarquer que les cours ci-dessus mentionnés sont offerts par des Universités localisés dans les régions Sud et Sud-est du Brésil, considérées comme les plus développées. Tandis qu’au Nord-est, Nord et Centre-ouest, la communication organisationnelle n’existe pas comme thématique au sein des axes de recherche des cours de Post-graduation.

15Malgré le petit espace accordé à la Communication Organisationnelle dans l’univers général des Programmes de Post-graduation au Brésil, il est possible de noter la croissance de l’activité de recherche et de la production scientifique, notamment celles qui concernent des questions épistémologiques et méthodologiques du champ et des stratégies de communication. Parmi les thématiques traitées par les thèses de Doctorat soutenues dans la période de 2000 à 2014, nous pouvons mentionner les suivantes : « Epistémologies de la Communication Organisationnelle », « Technologies, réseaux et médias sociaux », « Communication interne, dialogue et interactions » et « Communication, marché et marque » (Kunsch, 2015). Dans les propos qui suivent, nous ferons quelques brèves remarques concernant la façon dont ces sujets ont été traités dans les thèses et présenterons les perspectives qui retiennent l’attention. Ce n’est pas notre intention de commenter tous les travaux soutenus dans cette période, mais de rassembler des réflexions plus générales susceptibles de nourrir un nouvel agenda de discussion.

Epistémologies de la Communication Organisationnelle

  • 4 La dimension symbolique de la communication est matérialisée par les discours des interlocuteurs –  (...)

16En général, les études de Doctorat au Brésil se sont tournées vers l’explicitation des relations construites entre les organisations et les différents publics internes liés à des secteurs de la société, du gouvernement et des institutions publiques et privées. Parmi les principaux objectifs de ces recherches, nous pouvons mentionner le développement d’un regard communicationnel ayant pour but l’observation du contexte organisationnel, en soulignant les processus interactifs qui lui donnent ses contours et sa substance. Ainsi, l’organisation est perçue comme sujet relationnel complexe qui, dans l’interaction avec ses membres et avec la société, configure un certain contexte d’interactions conformé par les actions et les pratiques des interlocuteurs. En ce sens, la communication est perçue à partir de l’imbrication entre trois dimensions principales : interactionnel (relation entre les interlocuteurs) ; symbolique4 (pratiques discursives et production négociée du sens) et contextuel (situation socioculturelle) (França, 2006).

  • 5 La subjectivation désigne les pratiques réfléchies de liberté au moyen desquelles les personnes se (...)

17Le modèle relationnel qui est à la base de cette perspective ne doit pas être adopté sans un recul critique. La perspective relationnelle qui consiste à penser la Communication s’organise autour de l’idée de dialogue, de pluralisme et de réciprocité dans les relations intersubjectives et, malgré l’adéquation au regard épistémologique qui est adopté aujourd’hui par la plupart des chercheurs, elle peut laisser de côté une analyse plus aiguë des relations de pouvoir qui rendent difficile l’investissement dans de nouvelles formes de travail, de production du sens et d’invention des dispositifs de valorisation collective et de valorisation de soi. Le contexte socio-économique qui nous entoure est dominé par un type de capitalisme de connexion, qui fonctionne sur la base de projets exécutés en réseaux et, dans ce contexte, la perspective relationnelle réussit rarement à expliquer la naissance de réseaux de coopération qui ne soient pas dirigés par le capital. Des pratiques de résistance en conflit avec les espaces de contrôle dominants figurent rarement comme thématiques centrales, ce qui nous laisse encore beaucoup de doutes concernant la façon dont les sujets peuvent agir dans le contre-courant de la sérialisation et de l’homogénéisation imposées à chaque instant par l’économie matérielle et immatérielle. Entre l’exaltation croissante des actifs intangibles (intelligence, créativité, affectivité) et la manipulation croissante et violente de la sphère subjective (ce qui apporte des expériences de souffrance et de l’oppression dans l’environnement de travail), comment détecter et enquêter, dans le contexte du travail, sur les processus de subjectivation5 émergents, les espaces d’énonciation collective, les intelligences de groupe qui échappent aux paramètres consensuels ?

18Dans cette perspective, les organisations sont considérées comme des sujets politiques et sociaux énonciateurs ou lecteurs de discours dont l’action dans le monde institue un contexte spécifique d’interactions et de relations de pouvoir qui encadrent aussi des énonciations et des lectures d’autres sujets sociaux. Au cœur de ces interactions, ce qui est en jeu est la construction d’une base commune à partir de laquelle les sens sont produits et négociés. Le travail de Curvelo (2001), par exemple, cherche à réfléchir autour des nouveaux mécanismes de construction du sens dans les organisations provoqués par des environnements de changements dans les relations de travail à partir de la présupposition selon laquelle les théories et les pratiques de Communication Organisationnelle, traditionnellement ancrées dans la transmission et le contrôle, ne sont plus suffisantes pour expliquer la nouvelle réalité.

19Bref, l’approche communicationnelle des relations établies dans le contexte des organisations s’intéresse à l’analyse du mouvement, par l’étude de la façon dont l’interaction modernise la relation de l’organisation avec ses interlocuteurs, en les plaçant et en les replaçant les uns devant les autres pour que les sens soient construits. Dans ce contexte, les travaux qui focalisent les relations entre les organisations et les discours méritent l’attention. Tel est le cas des thèses d’Azambuja (2002), de Baldissera (2002) et de Camargo (2009) qui évaluent l’hétérogénéité de voix dans le dialogue, la constitution de scènes énonciatives, les disputes ou controverses et les relations de pouvoir dans le contexte organisationnel.

20En outre, nous pouvons mentionner, dans cette dimension épistémologique et conceptuelle, les travaux dédiés à repenser la notion de communication publique.

21Les thèses soutenues entre 2000 et 2014 expriment ainsi une compréhension de la communication publique comme un processus de création d’interfaces entre l’État, le gouvernement et la société civile, dont la fonction consisterait à établir des médiations entre des acteurs civils et le gouvernement, en privilégiant le dialogue, la transparence et l’accountability, sans jamais oublier l’intérêt collectif. César (2012) et Locatelli (2011), par exemple, présentent dans leurs travaux de thèse, une interface entre la communication publique et les concepts de sphère publique (sous l’influence de Habermas) et la citoyenneté. Selon ces auteurs, la fonction stratégique de la communication publique consiste à établir des médiations entre des acteurs civils et le gouvernement, en configurant des espaces de débat, de négociations et de prise de décisions relatives à la vie publique, en promouvant la participation collective des citoyens en parité de conditions d’interlocution. Cette approche nous révèle un modèle de communication publique et aussi un projet politique et démocratique qui soutient les pratiques dialogiques de réciprocité, de participation civique et politique et de construction de l’autonomie et de la citoyenneté.

22Un bon exemple de ce projet démocratique peut être trouvé dans le travail de Ferreira (2011) qui cherche à enquêter sur les relations entre organisations, mouvements sociaux, communautés, autorités communautaires et d’autres acteurs sociaux stratégiques des trois secteurs : État, société civile organisée et initiative privée. La thèse de Ferreira analyse les conséquences, pour la société et pour la communauté, du dialogue social comme stratégie de construction de l’espace public, réputation et médiation dans des processus de communication compris en tant qu’actions communicationnelles. Son objet de recherche concerne les politiques de communication avec les communautés en quête du développement durable des territoires.

23Il est important de mentionner aussi la recherche développée par Amaral (2014), qui essaie de percevoir comment la communication publique du Gouvernement de l’État de Bahia a commencé à adopter les nouvelles technologies avec l’intention de promouvoir la participation politique des citoyens. Il affirme que les outils fournis par les réseaux numériques peuvent offrir de nouveaux moyens de prendre en considération les demandes de la population pour des informations d’intérêt public, en termes de transparence et de participation dans les prises de décisions du gouvernement.

Communication interne, dialogue et interactions

24Les thèses qui ont comme sujet central la communication interne traitent ce concept comme stratégique et susceptible de rendre compatibles les intérêts des employés et de l’entreprise à travers la stimulation au dialogue, l’échange d’informations et d’expériences et la participation des interlocuteurs dans la configuration des objectifs et des projets d’une organisation. La communication interne est responsable des liens, de l’interaction sociale et de la crédibilité d’une organisation. Dès lors, ses actions sont conçues dans le but de maintenir et de renouveler l’identité et la culture organisationnelles. Nous savons que les contours identitaires dépendent fortement de la culture, des expériences, des subjectivités et des collectivités plurielles. La recherche de Marchiori (2001), par exemple, est devenue une référence pour les chercheurs brésiliens du fait qu’elle souligne la culture organisationnelle comme un processus de construction de signification issu de l’interaction sociale tournée vers la construction de récits, traduits dans des expériences qui produisent l’identité d’une organisation et de ses interlocuteurs.

25Concevoir le travailleur comme sujet social du processus de communication qui se réalise dans l’environnement de travail valorise ses capacités d’expression et d’interprétation, les singularités de ses expériences et pratiques dans le but de promouvoir un dialogue qui n’efface pas les particularités, mais crée des significations partagées en tant que source d’action collective. La recherche de Martins (2012), par exemple, évalue les utilisations stratégiques de l’oralité dans la relation avec les employés et met en relief que, même en cas de défense du dialogue, les interactions à l’intérieur des organisations reflètent des structures de pouvoir dont le caractère n’est guère démocratique, du fait du contrôle de l’autonomie des employés qui rend difficile le renouvellement des formes de partage, de coopération et de solidarité interne.

26La prévalence de la concurrence, du contrôle, des conflits moraux et des asymétries internes rend encore difficile d’envisager la participation du travailleur en tant qu’interlocuteur actif dans la construction du processus communicationnel. Les solutions adoptées pour résoudre des problèmes internes d’ordre communicationnel et relationnels sont de caractère instrumental et finissent par souligner encore davantage les difficultés d’expression, d’énonciation et de création d’un cadre partagé de valeurs et de principes moraux.

27En ce sens, il faut souligner que les tensions de pouvoir qui caractérisent la communication interne sont aussi dues à une stratégie de culpabilisation individuelle : il s’agit de considérer les conflits, les divergences entre des secteurs de l’entreprise et les antagonismes comme des problèmes individuels, soit d’origine psychologique, soit d’ordre familier (désalignements et difficultés entre des membres d’une famille travailleuse). Il revient à l’administration rationnelle la désignation des techniciens chargés de traiter les conflits, les divergences et les antagonismes pour les neutraliser ou les défaire. La solution souvent apportée réside dans la création de canaux parallèles ou « informels » de communication et d’ajustement (auxquels se substitue la répression pure et simple en cas d’échec), dans le but de négocier la paix de façon consensuelle.

28Néanmoins, l’Internet et les réseaux sociaux apportent la possibilité de création de nouveaux liens communicationnels internes. Dans cette perspective, les thèses de Sanchez (2006) et Roman (2001) ont démontré que la communication organisationnelle interne tend à être intensément médiatisée par l’ordinateur, en privilégiant un type « mix communicationnel » (avec des supports traditionnels et virtuels) qui inclut différents publics et formats de messages. En outre, Roman apporte une réflexion originale concernant les manières dont des messages électroniques peuvent se configurer comme un type de résistance à travers la dissémination de contenus qui ne sont pas directement liés au travail. Selon lui, les échanges de courrier électronique ont configuré un espace clandestin pour le partage d’idées, de rêves, de révoltes, de peurs, d’anxiétés, enfin, de sentiments fréquemment cachés dans le quotidien. L’échange de messages considérés de prime abord comme « inutiles » produit des occasions pour le rétrécissement de liens et pour l’expérience d’une solidarité liminaire dans les organisations.

Technologies, réseaux et médias sociaux

29Il faut prendre en compte que, avec le développement des technologies digitales, la Communication Organisationnelle acquiert, sans aucun doute, de nouvelles possibilités de création d’interfaces entre différents publics et leurs intérêts. Néanmoins, nous ne devons pas restreindre la communication digitale à la simple existence d’un site web sur Internet ou à une communication interne dirigée par l’échange de courriers électroniques. L’approche concernant les manières dont la communication organisationnelle bénéficie des réseaux numériques inclut des plates-formes de mise à disposition de données et de visibilité de l’organisation dans des sites comme intranets, extranets, portails corporatifs et hot sites ; des systèmes de publication de contenus de propriétaires, des outils pour la création de contenu - hypertexte, infographie, images, audio et vidéo -, des outils pour promouvoir des interactions dans des forums et blogs et des outils de gestion des relations (des groupes de discussion, listes, forums, etc.).

30Cependant, tout processus communicationnel d’une organisation n’est pas digital et ne peut être rendu disponible en version numérique, et un outil digital n’est pas nécessairement approprié à la proposition de communication d’une organisation spécifique. Il existe des cas où l’utilisation de plates-formes digitales produit de l’exclusion au lieu de nourrir l’articulation entre des groupes. Dans d’autres situations, des journaux internes sont transposés au réseau numérique au nom d’une image innovatrice par exemple, et les entreprises sont obligées de reconnaître que le résultat exclut des interlocuteurs qui n’ont pas accès aux sites ou bien des acteurs en recherche de relations de face à face.

31La recherche de Colnago (2014), par exemple, montre qu’il faut éviter de faire un lien direct entre la stratégie communicationnelle des organisations et le déterminisme technologique dans ses aspects sociaux, économiques et idéologiques. Selon elle, la technologie ne peut pas être considérée comme la seule responsable du succès ou de l’échec des objectifs d’une organisation. Elle peut être vue comme un instrument pour guider la performance stratégique des responsables de la gestion, vu que les réseaux sociaux peuvent être d’excellents outils de promotion des activités produites par des entrepreneurs individuels, des micro-entreprises et des petites sociétés.

32La communication digitale doit être alignée à la politique et aux valeurs de l’organisation, c’est-à-dire qu’elle requiert de l’intégration et des actions coordonnées entre des secteurs comme la technologie des informations, le développement et les ressources humaines. La thèse de Terre (2011) révèle comment les réseaux sociaux numériques influencent la communication des organisations devant le contenu informatif disséminé sur l’Internet par des « utilisateurs-média ». Ainsi, elle met en évidence le fait que la communication digitale doit être en harmonie avec le cadre de sens et de valeurs partagé par les membres de l’organisation.

33Rech (2007), à son tour, discute la constitution de l’Intranet dans le contexte de la communication organisationnelle médiatisée et indique la dimension de réseau en constante « autopoièsis » de l’organisation complexe. Selon elle, la capillarité de l’Intranet (perçue en tant qu’espace de génération et de circulation de communication, de culture et de connaissance) sur le corps de la société, et son appropriation par les employés, produisent des relations de co-création de l’environnement de l’entreprise.

34Une réflexion que nous ne pouvons pas déconsidérer dans ce contexte concerne les possibilités que les réseaux numériques apportent à la conversation interne et aussi avec des interlocuteurs externes à l’organisation. La conversation a une importance sociale liée à l’établissement de liens associatifs, de solidarité, de partage et d’appartenance. Elle est responsable de la création de réseaux de sociabilité qui permettent aux sujets et aux groupes d’exprimer leurs dilemmes, désirs et nécessités, en leur offrant des occasions de développer des capacités communicatives, expressives et relationnelles. Elle privilégie le processus de construction de l’empathie entre les interlocuteurs et les aident à organiser et à comprendre les exigences pratiques de leur existence, en interrogeant des hiérarchies, des préjugés et des formes de subordination (Marques et Maia, 2008).

35Avant de conclure ce bref panorama des principaux sujets de recherche abordés dans les thèses concernant la Communication Organisationnelle au Brésil, il faut mentionner que la thématique « Communication, marché et marque » apparaît dans un grand nombre de travaux, ce qui montre qu’il y a de la place pour la formulation de modèles de communication et de modèles d’analyse intégrée entre marketing et communication. Les travaux en interface avec le marketing trouvent encore résonance, spécialement au sein de l’École de Communications et d’Arts à São Paulo (ECA-USP). Néanmoins, la construction épistémologique du champ ne se connecte pas actuellement avec la communication administrative et les meilleures pratiques qui visent le marché. Au contraire, la préoccupation est de soutenir une visée critique du processus interactif des organisations avec leurs interlocuteurs et de comprendre la marque comme un processus interactif chargé de symboles. Bien sûr, la discussion à propos du marché et de ses transformations est toujours présente, mais dans une perspective qui cherche à comprendre les paradoxes et les différences présents dans la relation entre organisations, société et capital.

Des perspectives prometteuses

36Une action qui a contribué à l’avancée des recherches et des études en Communication Organisationnelle a été la création des plusieurs Groupes de Recherche au Brésil, car ils fonctionnent comme des espaces de formation de chercheurs, attachés à la formation de maîtres et de docteurs. Ces groupes figurent en tant qu’espaces publics de réflexion associant des chercheurs autour des sujets qui doivent être articulés dans un projet de recherche coordonné par un professeur docteur avec la participation des étudiants de master, de doctorat et de graduation (qui suivent une Initiation Scientifique à la recherche). Cet espace institutionnalisé par le Conseil National de Développement Scientifique et Technologique (CNPq) - lié au Ministère de l’Éducation -, amplifie et densifie les débats et les discussions sur les théories et les méthodes de recherche en Communication Organisationnelle dans le but de construire conceptuellement des objets de recherche spécifiques. En outre, il augmente l’intégration entre la graduation et la Post-graduation, ce qui est fort recommandé par la CAPES.

37Nous comptons aujourd’hui 46 groupes de recherche au Brésil qui développent des investigations sur la Communication dans le contexte des organisations. Certains d’entre eux sont plus opérants que d’autres, mais la majorité des groupes s’articule autour de projets de recherche avec des objets diversifiés et en dialogue avec les thématiques ci-dessus mentionnées. Une action proéminente est le travail commun de groupes de recherche dans la réalisation de Séminaires Internationaux. En novembre 2014, par exemple, a été réalisé le IIème Séminaire International de Communication Organisationnelle - Dimensions épistémologiques et discursives, organisé par les professeurs Ângela Cristina Salgueiro Marques, coordinatrice du Groupe de Recherche sur les interactions dans des Pratiques et des Processus communicationnels (GRISORG-UFMG) et Ivone de Lourdes Oliveira coordinatrice du Groupe de Recherche Communication dans le contexte organisationnel : aspects théoriques conceptuels (Dialorg, PUC-MINAS).

38Ce séminaire a permis une rencontre entre les groupes de recherche les plus influents dans le pays et dès lors, a créé l’opportunité d’échanges d’expériences pour approfondir les discussions concernant des méthodologies et des aspects théoriques, et pour donner visibilité aux études développées au Brésil. Ce Séminaire a émergé d’une discussion académique entre des chercheurs et surtout entre huit coordinateurs de groupes de recherche : Rennan Mafra, coordinateur du Groupe de recherche et Extension en Communication, démocratie et pratiques sociales de l’UFV (Copráticas) ; Margarida M. Krohling Kunsh, du Centre d’Études Avancées en Communication Organisationnelle de la USP (Cecorp) ; Cleusa Andrade Scroferneker, coordinatrice du Groupe d’Études avancées en Communication Organisationnelle de la PUCRS ; João José Azevedo Curvello, du Groupe d’Études avancées en Communication Médiatique et Organisationnelle et Médias Organisationnels, de l’UCB ; Rudimar Baldissera, du Groupe de Recherche en Communication Organisationnelle, Culture et Pouvoir, de l’UFRGS ; et Wilson Bueno, du Groupe Communication de l’entreprise : visée critique (Criticom), de l’UMESP.

  • 6 Les sujets discutés et les travaux présemtés dans l’événement sont rassemblés dans l’ouvrage : Marq (...)

39Le Séminaire a eu lieu en présence de quatre chercheurs français : Gino Gramaccia, du Laboratoire MICA (Médiation, Communication, Information, Arts) – Université de Bordeaux ; Jacques Bonnet et Rosette Bonnet, du Laboratoire CIMEOS/COSMOS (Communication, Savoirs, Médiations, Organisations) – Université de Bourgogne, et Nicole D’Almeida, du Laboratoire de recherche en sciences de l’information et de la communication du CELSA-Université Paris, Sorbonne. Ils ont présenté leurs principales recherches actuelles ainsi que la dynamique de fonctionnement de leurs équipes respectives dans la perspective de l’internationalisation des Groupes et de la création de pratiques et de projets de coopération.6

40Actuellement, nous faisons face au paradoxe de la consolidation du champ et la de la limitation de l’espace institutionnel académique pour avancer davantage dans la recherche en Communication Organisationnelle. Les universités qui reconnaissent et investissent dans la création des axes de recherche sur la communication dans le contexte des organisations ne sont pas nombreuses. Néanmoins, cette réalité n’a pas empêché la croissance du champ dans ses dimensions théorique et méthodologique.

41Le champ de connaissance lié à la Communication Organisationnelle est encore en cours de consolidation et nous révèle déjà des avancées reconnues dans le domaine épistémologique, mais il reste encore beaucoup à faire à propos de la délimitation des savoirs qui le constituent et d’une définition de l’approche conférée spécialement aux médias en tant qu’objets de recherche. Néanmoins, l’organisation est finalement en voie d’être reconnue et valorisée comme un chantier privilégié de recherche dans la perspective communicationnelle, ce qui est dû aux interactions qui s’y déroulent et aux enjeux politiques, sociaux et économiques impliqués dans les réseaux de forces et de pouvoir qui la soutiennent.

42Néanmoins, il est important de souligner que ce fait n’empêche pas qu’un chercheur d’un Programme de Diplôme d’études approfondies ou de Doctorat qui ne trouve pas des sujets explicites concernant la communication organisationnelle dans l’axe de recherche dont il fait partie, puisse développer cette thématique et des sujets connexes comme objets d’étude, et aussi être responsable de la supervision de projets de recherche avec la même préoccupation. Il y a plusieurs Programmes de Post-graduation en Lettres, Administration, Sociologie, Psychologie, entre autres, qui étudient l’organisation avec un regard attentif aux processus communicationnels, et ce à partir de leurs références spécifiques. Mais lorsqu’un programme possède un axe de recherche en Communication organisationnelle, le champ gagne de la solidité et de nouveaux chercheurs attachés à des projets tournés vers le perfectionnement des réflexions théoriques et méthodologiques, ce qui soutient la création de groupes de recherche, de débats et des études approfondies sur ces thématiques.

43Ainsi, il est fondamental de comprendre les interactions qui prennent forme dans l’environnement des organisations et dans leur relation avec la société à partir du champ de la communication. Notre regard fait ressortir le réseau complexe de relations et les passages entre les pratiques individuelles et collectives ainsi que les relations intersubjectives et le contexte qui se dessinent dans cet environnement et qui le soutiennent.

44Une telle pluralité de manifestation et d’approches de cet objet n’exclut pas des contributions venues d’autres disciplines. La revendication d’une place spécifique pour la communication organisationnelle ne se fait pas en dehors du dialogue avec différentes disciplines. Tout au contraire, la richesse des discussions interdisciplinaires ajoute des méthodes et des approches significatives au regard communicationnel. Il faut toutefois trouver une forme singulière pour appréhender les objets et les phénomènes communicationnels qui se matérialisent dans le contexte des organisations de façon à accroître les possibilités de progression scientifique.

Marques, Ângela C. S. Oliveira, Ivone de L. (orgs). Comunicação Organizacional : dimensões epistemológicas e discursivas. Belo Horizonte : faculdade de Filosofia e Ciências Humanas/UFMG, 2015.

Haut de page

Bibliographie

Amaral, Clarissa Maria de Azevedo. Comunicação pública e participação política : estratégias governamentais de uso das tecnologias de informação e comunicação na Bahia (2007-2012). Salvador : 2014. Tese (Doutorado em Comunicação e Cultura Contemporâneas) - Faculdade de Comunicação da Universidade Federal da Bahia.

Azambuja, Marcelo Schenk de. A comunicação para a qualidade : O Comportamento Discursivo Das Organizações. Rio Grande do Sul, 2002. 1v. 178p. Tese (Doutorado) - Pontifícia Universidade do Rio Grande Do Sul.

Camargo, Ricardo Zagallo. Responsabilidade social das empresas : formações discursivas em confronto. São Paulo : 2009. Tese (Doutorado em Interfaces Sociais da Comunicação) - Escola de Comunicações e Artes, Universidade de São Paulo.

Cesar, Regina Célia Escudero. A comunicação pública como práxis no processo de mediação e mobilização da sociedade civil na esfera pública. São Paulo : 2012. Tese (Doutorado em Interfaces Sociais da Comunicação) - Escola de Comunicações e Artes, Universidade de São Paulo.

Colnago, Carolina Krohling. Comunicação para os pequenos negócios : proposta de modelo de aplicação prática para posicionamento em mídias e redes sociais digitais. São Paulo : 2014. Tese – Universidade Metodista de São Paulo.

Curvello, João José Azevedo. Autopoiese, sistema e identidade : a Comunicação Organizacional e a construção de sentido em um ambiente de flexibilização nas relações de trabalho. São Paulo, 2001. 1v. 162p. Tese (Doutorado) - Escola de Comunicações e Artes, Universidade de São Paulo.

Ferreira, Eduardo Guerra Murad. Diálogo social : a comunicação na construção dos relacionamentos das organizações com as comunidades vizinhas - o caso Ampla. São Paulo : 2011. Tese (Doutorado em Interfaces Sociais da Comunicação) - Escola de Comunicações e Artes, Universidade de São Paulo.

França, Vera Veiga. Sujeitos da comunicação, sujeitos e, comunicação. In : GUIMARÃES C. ;FRANÇA, V. (orgs.). Na mídia, na rua : narrativas do cotidiano. Belo Horizonte : Autêntica, 2006.p 13-29

Gomes, Itania, M. M., Pinto, Julio, Escosteguy, Ana Carolina. Antecedentes, tendências e perspectivas da Pós-graduação em Comunicação. In : CASTRO, Cosette, CASTRO, Daniel, MELO, José Marques (orgs.) Panorama da comunicação e telecomunicações no Brasil. Brasil : Ipea, 2010. 63-80.

Kunsch, Margarida M. K. Percursos paradigmáticos e avanços epistemológicos nos estudos da comunicação organizacional In : KUNSCH, Margarida M. K. (Org.) Comunicação Organizacional : histórico, fundamentos e processos. São Paulo : Saraiva, 2009. 63-89.V. 1

Kunsch, Margarida M. K. A produção científica em Comunicação Organizacional Relações Públicas nos programas de pós-graduação no Brasil : identificação, temáticas e tendências. Trabalho apresentado no XXXVIII Congresso Brasileiro de Ciências de Comunicação. Rio de Janeiro, de 04 a 07 de setembro de 2015. Disponível em<www.intercom.org.br>.

Kunsch, Margarida M. Krohling. A pesquisa empírica em comunicação organizacional e em relações públicas no Brasil : conquistas, tendências e desafios. In : BARBOSA, Marialva ; MORAIS, Osvando J. de (Org.). Quem tem medo da pesquisa empírica em comunicação ?. São Paulo : Intercom, 2011.

Kunsch, Margarida M. Krohling. Comunicação organizacional e relações públicas nos programas de pós-graduação em comunicação na região sudeste do Brasil. In : Claudia Peixoto de Moura ; Maria Aparecida Ferrari. (Org.). A pesquisa em comunicação organizacional e em relações públicas : metodologias entre a tradição e a inovação. Porto Alegre : Editora Edipucrs, 2014, v. 1, p. 156-179

Locatelli, Carlos Augusto. Comunicação e Barragens : o poder da comunicação das organizações e da mídia durante a implantação da Usina Hidrelétrica Foz do Chapecó. Porto Alegre : 2011. Tese (Doutorado). Universidade Federal do Rio Grande do Sul.

Mafra, Rennan, Marques, Ângela. “Diálogo e organizações : cenas de dissenso e públicos como acontecimento”. In : Marques, Ângela, Oliveira, Ivone de Lourdes. (orgs.).Comunicação Organizacional : dimensões epistemológicas e discursivas. Belo Horizonte : Fafich/ UFMG, 2015, p. 185-193.

Marchiori, Marlene Regina. Cultura organizacional : conhecimento estratégico nos relacionamentos e na comunicação com os empregados. São Paulo, 2001. 246 p. Tese (Doutorado) - Escola de Comunicações e Artes, Universidade de São Paulo.

Marques, Ângela, Maia, R. A. conversação sobre temas políticos em contextos comunicativos do cotidiano, Politica & Sociedade, v.7, n.12, 2008, pp. 143-175.

Marques, Ângela, Prefácio. In : Oliveira, Ivone de L ; Pennini, Anice ; Mourão, Isaura. Compreendendo um campo de conhecimento : reflexões epistemológicas sobre a comunicação Organizacional a partir de autores Brasileiros. Curitiba, PR : CRV, 2015.

Martins, Marta Terezinha Motta Campos. Diálogo e interações face a face na comunicação interna : um estudo da oralidade nas organizações. São Paulo : 2012. Tese (Doutorado em Interfaces Sociais da Comunicação) - Escola de Comunicações e Artes, Universidade de São Paulo.

OLIVEIRA, Ivone de L. PAULA, Maria Aparecida . Processos e Estratégias de Comunicação no contexto das organizações. In : OLIVEIRA, Ivone de L. LIMA, Fábia P. Propostas conceituais para a comunicação no contexto organizacional. São Caetano do Sul, SP : Difusão Editora ; Rio de Janeiro : Editora Senac-Rio, 2012.

Rech, Jane. Intranet : compondo a rede autopoiética da organização complexa. Porto Alegre : 2007. Tese (Doutorado). Pontifícia Universidade Católica do Rio Grande do Sul.

Roman, Artur Roberto. Tonal e modal : as duas instâncias vivenciais do mundo do trabalho : o e-mail e a carnavalização dionisíaca nas organizações. São Paulo, 2001. 227 p. Tese (Doutorado) - Escola de Comunicações e Artes, Universidade de São Paulo.

Sanchez, Lúcia Helena Aponi. A Comunicação Organizacional interna e o ambiente virtual : novas tendências. São Bernardo do Campo, SP : 2006. 334 p. Tese (Doutorado). Universidade Metodista de São Paulo - UMESP.

Terra, Carolina Frazon. Usuário-mídia : a relação entre a comunicação organizacional e o conteúdo gerado pelo internauta nas mídias sociais. São Paulo : 2011. Tese (Doutorado em Interfaces Sociais da Comunicação) - Escola de Comunicações e Artes, Universidade de São Paulo.

Haut de page

Notes

1 Au Brésil le système de Post-graduation stricto sensu est constitué de deux moments indépendants de recherche et d’études, qui sont le Master (Diplôme d’études approfondies) et le Doctorat. Le Master est développé dans la période deux ans. L’étudiant passe par un examen et, en cas de réussite, il doit suivre des cours qui lui donnent un certain nombre de crédits pour son historique scolaire. Après il développe une recherche pour élaborer la dissertation qui est soutenue devant un jury composé de trois enseignants. Le Doctorat suit le même système, sauf que l’étudiant doit avoir le Master avant d’initier ses études doctorales. Dans la période de quatre ans maximum il développe sa recherche et présente sa thèse devant un jury composé de cinq enseignants.

2 Au Brésil les champs de las Sciences de la Communication et de las Sciences d’Informations sont indépendants et possèdent chacun leur tableau de professeurs, leurs cours de graduation et Post-graduation et leurs groupes de recherche, à la différence de la France qui travaille avec les Sciences de l’Information et de la Communication.

3 Agence liée au Ministère d’Éducation responsable de la normalisation et contrôle du fonctionnement de la Post-graduation au Brésil.

4 La dimension symbolique de la communication est matérialisée par les discours des interlocuteurs – énoncés et marques d’énonciation - qu’apportent les empreintes du contexte où l’interaction se déroule, les caractéristiques des interlocuteurs et de la relation elle-même.

5 La subjectivation désigne les pratiques réfléchies de liberté au moyen desquelles les personnes se constituent en tant que sujets politiques. De quelle façon nous constituons-nous par rapport aux codes moraux en vigueur, à partir de quelles références et cadre de valeurs, de quel régime de vérités, de quelles croyances et pratiques ? Qu’est-ce que nous comprenons par des dispositions morales ? Quelle partie de nous est capturée ? Pourquoi ? Par qui ? Dans quelles conditions ? Ces questions ont à voir avec le processus de subjectivation politique et nous guident dans le questionnement sur l’éthique des interactions communicatives.

6 Les sujets discutés et les travaux présemtés dans l’événement sont rassemblés dans l’ouvrage : Marques, Ângela C. S. Oliveira, Ivone de L. (orgs). Comunicação Organizacional : dimensões epistemológicas e discursivas. Belo Horizonte : Faculdade de Filosofia e Ciências Humanas/UFMG, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivone de Lourdes Oliveira et Ângela Marques, « Avancées épistémologiques et paradigmatiques de la production scientifique en communication organisationnelle au brésil », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 30 mars 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1913 ; DOI : 10.4000/rfsic.1913

Haut de page

Auteurs

Ivone de Lourdes Oliveira

Docteure en communication sociale de l’Université Catholique de Minas Gerais (PUC-Minas) Belo Horizonte. Post-docteure en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Paul Sabatier – Toulouse 3. Professeure en charge du Programme de Post-Graduation en communication sociale de l’Université PUC-Minas. Chercheuse en communication organisationnelle. ivonepucmg@gmail.com

Ângela Marques

Docteure en communication sociale de l’Universidade Federal de Minas Gerais (UFMG) Belo Horizonte. Post-docteure en Sciences de la communition à l’Université Stendhal, Grenoble III (GRESEC). Professeure du Programme de Post-Graduation en communication à l’UFMG. Ses recherches portent sur la délibération publique, la conversation civique au quotidien et les processus de formation des sphères publiques médiatisées. angelasalgueiro@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page