Navigation – Plan du site
Émergences

Exploration des enjeux de la demande sociale pour les SIC

Olivier Galibert

Résumés

Les Sciences de l’Information et de la Communication constituent un terrain d’observation privilégié du débat épistémologique opposant la recherche dite fondamentale à la recherche dite appliquée. Cette opposition produit systématiquement un déclassement qualitatif de la seconde au profit de la première. Nous souhaitons ici discuter de la pertinence même du débat ainsi que de ce déclassement qui en est la conséquence. La question est alors double : nos travaux s’inscrivent-il dans la recherche dite « appliquée » ? Sont-ils en cela moins valables scientifiquement que des recherches pouvant apparaître plus nobles car déconnectées d’une valorisation socio-économique ? En complément des éléments épistémologiques que nous apporterons, nous souhaitons contextualiser ici une proposition de programme de recherche en SIC face à ce qui nous apparaît comme l’impératif de la demande sociale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Devant la massification du phénomène des Services et Applications à visée Communautaires sur Internet/Intranets (SACI), toutes les organisations veulent se doter d’une communication stratégique 2.0. Mais les risques d’une telle décision sont désormais connus. Ils oscillent entre le syndrome de la « coquille vide » (ex : une page Facebook de marque sans aucun commentaire d’usagers ou revendiquant un nombre de « like » famélique) et la crainte d’une parole libérée contre-productive voire néfaste (ex : un forum de site commercial portant en son sein des discussions acerbes sur les produits proposés). Pour les donneurs d’ordre, il s’agit alors de profiter à plein des perspectives de formulations d’avis positifs par les usagers sur les produits ou les services, de mobiliser des clients ou des prospects autour d’une culture socialisante de marque, ou d’encourager l’innovation collaborative via des opérations de Crowdsourcing censées libérer l’intelligence collective. Les différentes formes d’instrumentalisation du lien communautaire en ligne sont désormais très complexes, nécessitant la compréhension des leviers de la socialisation électronique. Face à cette complexité, et encouragées par des dispositifs étatiques incitant à l’innovation par la recherche tels que le Crédit d’Impôt Recherche (CIR), les organisations sollicitent aujourd’hui de plus en plus souvent les savoirs et savoir-faire des chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication.

2Portant des recherches au cœur de ces problématiques, les chercheurs sont donc sollicités pour répondre à une demande traditionnellement considérée comme sociale, mais qui pourrait être qualifiée d’économique également tant elle est ramenée dans les représentations à une forme d’instrumentalisation marchande de la recherche, qu’elle soit publique ou privée. Evidemment, la notion même de demande sociale doit être ici précisée. Nous entendons par « demande sociale » l’ensemble des sollicitations explicitées de savoirs, d’expertises et de méthodologies scientifiques, formulées par tous types d’acteurs individuels ou collectifs (rationnellement et procéduralement organisés ou auto-spontané) de la société, dans le cadre d’une action rationnelle en finalité ou en valeur (Weber, 1995). Si ces sollicitations sont historiquement issues de la sphère capitalistique et/ou étatique, elles concernent tout autant aujourd’hui les associations loi 1901, les collectivités territoriales ou des formes d’actions collectives non-institutionnalisées qui cherchent à mobiliser les chercheurs dans de nouvelles formes d’interventions militantes au sein de l’espace public. Dans cet article, nous nous concentrerons sur une analyse des enjeux de la demande sociale considérée comme processus d’explicitation d’un besoin d’expertise scientifique opérationnalisable, portant en lui l’accès aux ressources qui autorisent son financement. Car au cœur d’une crise économique marquée par la raréfaction des dotations académiques pérennes, la réponse à la demande sociale est bien souvent, lorsque ceux qui la formulent disposent de budgets dédiés ou d’une capacité à les mobiliser, l’unique voie de financiarisation de la recherche. Dès lors, quelle place pour une pratique scientifique indépendante ? Les tensions véhiculées par cette question traversent l’histoire des Sciences de l’Information et de la Communication. Et elles se retrouvent aujourd’hui de manière d’autant plus vive dans le programme de recherche que nous nous sommes donné.

3En effet, les enjeux fonctionnalistes du Community Management concernent un nombre croissant d’institutions et d’organisations, bien au-delà de la sphère marchande. Entre l’absence de fréquentation d’une page Facebook cherchant à mobiliser les habitants d’un quartier autour de la transition socio-écologique et les risques de dérapages verbaux qui pourraient se manifester contre les instigateurs de cette page par trop liés aux intérêts de la municipalité, les spécialistes de la socialisation en SIC paraissent parfaitement outillés pour accompagner une réflexion sur 1) les leviers de la participation en ligne et 2) les enjeux de la liberté d’expression et du contrôle social perçu en cas de modération abusive des propos. Si le Community Management est un sujet d’actualité, c’est en effet parce qu’il promet de normaliser les usages des dispositifs socio-techniques de communications partagées dans le but de servir la communication marketing (commerciales, politiques, culturelles, cultuelles ou militantes) et managériale. Il apparaît comme la solution à l’instrumentalisation des possibilités mirifiques du Web 2.0.

4L’analyse et la compréhension des processus de normalisation, voire d’institutionnalisation, des formes communicationnelles stratégiques dans les SACI est donc un besoin pour des acteurs officiant sur des champs socio-économiques divers. Ainsi, une grande part des recherches que nous menons aujourd’hui font suite à des réponses faites à des appels à projets ou sur contrats dits « industriels ». Ces derniers ont, pour les donneurs d’ordre, une visée stratégique voire opérationnelle. Ces donneurs d’ordre sont, en ce qui nous concerne, l’État, les collectivités territoriales, des agences de moyens telles que l’ADEME, des entreprises publiques ou privées. Il n’est pas de notre ressort ici de juger du bien-fondé stratégique de ces positions. Nous avons choisi de répondre positivement à cette demande sociale. Dès lors, comment maintenir un programme scientifique fortement inspiré par la théorie critique et émancipatoire dans un tel environnement ?

5Le contexte professionnel dans lequel nous œuvrons s’inscrit dans un grand débat scientifique dépassant largement les seules SHS. Il s’agit du grand partage entre recherche dite fondamentale et recherche dite appliquée. Cette opposition, un peu galvaudée mais toujours efficiente, produit systématiquement un déclassement qualitatif de la seconde au profit de la première. Nous souhaitons ici discuter de la pertinence même du débat ainsi que de ce déclassement qui en est la conséquence. La question est alors double : nos travaux s’inscrivent-il dans la recherche dite « appliquée » ? Sont-ils en cela moins valables scientifiquement que des recherches pouvant apparaître plus nobles car déconnectées d’une valorisation socio-économique ? En complément des éléments épistémologiques que nous apporterons, nous souhaitons contextualiser ici une proposition de programme de recherche en SIC face à ce qui nous apparaît comme l’impératif de la demande sociale.

Les SIC : une discipline profondément liée à la demande sociale

6Aux frontières des Sciences de gestion, des Sciences de l’éducation et de l’ingénierie des télécommunications, nombre de chercheurs en SIC, dont je fais partie, travaillent des objets de recherche sur l’insertion sociale des TIC et leurs enjeux organisationnels. Ils portent ainsi une forme d’expertise qui ne laisse pas insensible les acteurs privés et publics qui souhaitent développer les usages des technologies numériques ou créer des services exploitant ces technologies. Le chercheur en SIC est ainsi directement confronté aux effets d’opportunité, mais également aux contraintes, de la réponse à la demande sociale. La communauté SIC constitue donc un terrain d’observation privilégiée des tensions, suspicions de collusions, ou stratégie de résistance ou d’émancipation des attendus sociétaux à l’égard des savoirs et savoir-faire scientifiques. Dans ce premier paragraphe, nous proposerons tout d’abord une mise en contexte générale des enjeux de la demande sociale, pour ensuite recentrer le débat sur le champ académique plus spécifique des Sciences de l’Information et de la Communication.

Le contexte académique et socio-économique d’émergence de la demande sociale en SIC

7Le nouveau paysage de la recherche française, émergeant avec la LRU, entérine un désengagement de l’État face à la pénurie de moyens dans l’Enseignement Supérieur. Si l’investissement public en volume pour la recherche semble ne pas avoir diminué, la répartition des subsides s’est effectivement faite au détriment d’une dotation systématique des établissements publics (EPST) et des équipes de recherche qu’ils abritent. La création d’une Agence Nationale de la Recherche (ANR) en 2005, visant à planifier a minima l’effort scientifique national via des programmes prioritaires, est significative de la généralisation d’un financement au coup par coup. L’émergence et la stabilisation de dispositifs incitatifs tels que le Crédit d’Impôts Recherche orientent une partie de l’effort financier étatique vers les entreprises afin de promouvoir la recherche privée. De plus, la part de plus en plus importante des fonds régionaux dans le budget des universités françaises entraîne un resserrement des soutiens financiers et autres subventions vers des projets participant du rayonnement et développement territorial. La gestion par projet, le retour sur investissement et l’évaluation quantitative inhérente, la valorisation et le transfert, sont autant d’éléments qui font de l’exercice scientifique une profession de plus en plus complexe sur le plan de la gouvernance et de l’administration.

8L’ensemble de ces éléments de contexte attire le chercheur et, a fortiori, le directeur de recherche, vers l’adaptation de ses objets aux situations et contraintes liées à la demande sociale. En effet, les financements de recherche se trouvent mobilisés en réponse à des questionnements formulés par des tiers (Commission européenne, Etat, collectivité territoriale et Entreprise). Ces questionnements sont censés traduire les attentes de la société dans son ensemble. La demande sociale est une pression faite aux scientifiques de mener des recherches utiles, c’est-à-dire intégrant des perspectives de valorisation la plupart du temps sous forme de prescriptions stratégiques ou pratiques. Ces recherches serviront les entreprises, les collectivités territoriales ou les associations parties-prenantes de la société civile. Si l’injonction partenariale est indéniable, il ne faudrait pas négliger le fait qu’elle se fait l’écho également d’une interpellation que lance tous ces acteurs sociaux aux chercheurs : en quoi vos recherches, les résultats produits, servent nos propres enjeux et interrogations ? En quoi l’expertise de nature scientifique participe-t-elle aujourd’hui d’une forme d’innovation sociale et/ou technique ?

9Ainsi, le partenariat apparaît imbriqué dans un système de représentations dominant qui mélange à la fois idéologie néo-libérale et réalité économique défavorable à l’investissement public. La recherche partenariale semble donc subie par un chercheur soucieux de garder son indépendance et sa liberté désintéressée face aux thématiques et aux terrains qu’il souhaite explorer. Et malgré la posture critique ou post-critique que nous affichons, nous souhaitons porter un regard pragmatique face à la recherche partenariale. Tout en explicitant et reconnaissant les contraintes réelles qu’elle impose, il semble qu’elle puisse apporter beaucoup de bénéfices pour le chercheur et pour la qualité de sa production. Sans nier les effets pervers des processus de production de connaissances qu’elle peut induire, la recherche partenariale, comprise comme une injonction sociétalement située, peut être parfaitement légitime sur un plan politique et peut générer des effets d’opportunité profitables pour la recherche.

La demande sociale en SIC : un longue histoire

10À la manière d’un sociologue de la science, nous souhaitons donner un éclairage surplombant au lecteur quant à la construction d’un objet de recherche, et à la manière dont nous le traitons, et dont nous souhaitons le traiter à l’avenir. Comme le rappelle Pierre Bourdieu dans une conférence sur les usages sociaux de la science, « cette prise de distance objectivante (qui peut s’appliquer au sujet objectivant lui-même lorsqu’il prend pour objet, comme je l’ai fait dans l’Homo Academicus, le champ même dont il fait partie) est impliquée dans le fait de situer ces points de vue dans l’espace des prises de position et de les rapporter aux positions correspondantes, c’est-à-dire à la fois de les déposséder de leur prétention "absolutiste" à l’objectivité (liée à l’illusion d’absence de point de vue) et aussi de les expliquer, d’en prendre raison, de les rendre compréhensibles, intelligibles » (Bourdieu, 1997, p. 50). Ce détour réflexif doit être l’occasion de questionner les SIC en tant que discipline ayant maille à partir avec la demande sociale. En effet, les SIC n’auraient pu s’épanouir sans la demande sociale. Qu’en est-il aujourd’hui ? La frontière entre le monde socio-économique et les SIC doit-elle se renforcer, ou, au contraire se perméabiliser ? Comment les problématisations communicationnelles peuvent-elles être impactées par ce contexte prégnant de recherche ? Il s’agit ici de poser un regard réflexif sur les conditions d’exécution des travaux scientifiques. L’ambition à peine dissimulée derrière cette réflexivité est d’ouvrir la voie à un programme de recherche en Sciences de l’Information et de la Communication assumant ses liens avec le monde socio-économique. Tout en bénéficiant des avantages de la recherche partenariale (Ex : moyens financiers, accès au terrain, rayonnement international), ce programme serait en mesure de se prémunir des risques liés tels que la collusion avec l’expertise, les temporalités du marché difficilement compatibles avec le moyen/long terme de la démarche scientifique, ou la réduction voire la perte d’indépendance du chercheur.

11Sur le plan de l’épistémologie des SIC, la question de la demande sociale ne nous apparaît pas travaillée systématiquement. Des auteurs comme Laurent Morillon ou Benoit Cordelier ont pu réfléchir aux conditions d’exercice d’une recherche doctorale dans un contexte de demande sociale de nature industrielle (Baudry, Morillon et Cordelier, 2015 ; Cordelier 2008 ; Morillon, 2008). Certains, comme Jacob T. Matthews et Jérémy J. Vachet (Matthews & Vachet, 2014) mettent en lumière la difficulté de promouvoir une recherche critique dans un contexte industrialisé de création collaborative. D’autres, comme Christian Le Moënne, se sont interrogés sur le statut de la consultance et de l’expertise en particulier dans le champ de la Communication des Organisations (Le Moënne, 1997). Sans surprise, c’est d’ailleurs dans ce champ communicationnel particulier que nous avons trouvé les apports les plus significatifs à cette réflexion, notamment dans le cadre du questionnement de la place du chercheur engagé dans une recherche-action (Bouzon, Meyer, 2012). En effet, la Communication des Organisations a dû opérer une rupture épistémologique avec le champ des Sciences de Gestion et de l’expertise pour se positionner dans une approche critique, non-appliquée, des pratiques communicationnelles au travail. Comme le notait Christian Le Moënne, « […] il faut bien constater que de nombreux chercheurs universitaires ne distinguent pas toujours clairement les recherches sur les communications d’entreprises des travaux d’études et de conseil. De ce fait, un programme de recherche sur les communications organisationnelles ne peut avoir au départ qu’une faible légitimité scientifique, tout en étant contraint de se démarquer rapidement par rapport aux travaux des professionnels et consultants » (Le Moënne, 2001).

12La réflexion sur la demande sociale en SIC ne date pourtant pas de la création du groupe de recherche SFSIC-Org&Co au début des années 1990. Au début des années 1980, les SIC ont pu constituer leur corpus de connaissances en accueillant en leur sein des chercheurs issus des laboratoires de France Télécoms, spécialistes de ce qui allait devenir ensuite la sociologie des usages. Les recherches fondatrices de Josiane Jouët, Patrice Flichy ou Philippe Mallein se sont toutes effectuées dans le cadre d’organismes de Recherche et Développement comme l’INA (Institut National de l’Audiovisuel) ou le CNET (Centre National d’Etude des Télécommunications) avec en point de mire le développement compétitif de l’économie française. Si l’émergence et la pérennisation d’une discipline dans l’université sont une lutte complexe mêlant de nombreux acteurs, la reconnaissance institutionnelle rapide des SIC pourrait ne pas être étrangère au travail de ces chercheurs et aux liens qu’ils ont pu nouer avec les laboratoires universitaires en construction. À ce jour, les travaux historiques sur notre discipline se présentent davantage comme une accumulation de témoignages auto-réflexifs des principaux acteurs (ou de leurs successeurs) de la création disciplinaire (Miège & Meyriat, 2002 ; Boure, 2002, 2013 ; Jouët, 2000). Il nous est donc difficile de valider définitivement la thèse d’un lien entre les succès industriels des recherches sur les usages des TIC, et l’émergence académique des SIC. Un travail systématique de sociologie de la science nous permettrait sans doute de mieux comprendre la motivation des prises de décision ministérielles qui ont débouché sur la création de la 52e section du CSU en 1975 puis, en 1983, de la 71e section du CNU. Nous pourrions alors questionner plus systématiquement l’hypothèse d’un a priori favorable du Ministère de l’Enseignement Supérieur lié aux réponses que les SIC, dans leurs projets de recherches partenariaux, fournissaient à la demande sociale.

13Malgré tout, Jean Meyriat et Bernard Miège, retraçant le projet de constitution et d’institutionnalisation des SIC, notent que « c’est dans leur origine même que se trouve la raison première des incertitudes et ambiguïtés qui affectent toute assertion sur leurs fondements théoriques. Or ce qui est à leur origine, c’est en priorité la volonté de répondre aux besoins de milieux professionnels » (Miège & Meyriat, 2002). L’histoire de notre discipline scientifique, ce qui en fait sûrement une de ses spécificités, montre que l’autonomisation du champ scientifique de l’Information-Communication est liée à l’activité de laboratoires privés et à la recherche commanditée. Cela est particulièrement vrai dans les champs qui nous intéressent spécifiquement : l’insertion sociale des TIC et la communication des organisations. Comme l’écrit Françoise Bernard, « […] le défi scientifique pour les chercheurs en communication des organisations semble se confondre avec […] la possibilité affirmée de construire des objets d’étude en rupture ou en distanciation avec les objets professionnels » (Bernard, 2002).

14L’émergence et l’institutionnalisation des SIC se construisent de fait dans une politique d’émancipation plus ou moins consciente du champ de l’expertise et de la demande socio-économique. Cette coupure épistémologique s’est avérée d’autant plus nécessaire eu égard au lien historique que les SIC entretiennent avec les formations universitaires professionnalisantes telles que les IUT (cf. Miège & Meyriat, op. cit.). Mais cette distanciation nécessaire ne signifie pas un rejet de principe. Il y a du bon pour les SIC, nous semble-t-il, dans la demande sociale. Encourager, et non pas combattre par principe, l’intérêt pour les SIC de prendre en compte la demande sociale, nécessite un cadrage sur les enjeux scientifiques d’une telle posture, tout à la fois sur le plan épistémologique, méthodologique et bien entendu éthique.

La demande sociale pour les sic : un risque plus qu’une opportunité ?

15Il est entendu que la plupart des approches réflexives du rôle de la demande sociale en SIC se focalise sur les contraintes liées aux partenariats bien souvent « privés » et aux recherches dites « industrielles ». Pourtant, la demande sociale devrait, idéalement, traduire les besoins en biens communs. Des citoyens pourraient souhaiter que les recherches en SIC favorisent le bien-être via l’accès à la connaissance, la possibilité de maintenir un lien familial à distance, la faculté de participer activement à la vie de la cité via des dispositifs sociotechniques existants ou à inventer, l’accès aux savoirs en ligne et à ceux qui le détiennent, ou le maintien à domicile de nos aînés via les services de télémédecine. Cette demande sociale générale et citoyenne sera traduite et formulée par les pouvoirs publics pour une part, et par les entreprises pour l’autre part. La première vise le bien commun tandis que la seconde cherche le profit. Comme le souligne Franck Cochoy, « […] la notion de demande sociale engage non pas une relation binaire entre une demande et une science, mais une relation triangulaire entre un problème pratique, un bailleur de fonds intéressé par la résolution de ce problème, et une espèce de « go-between » que l’on appelle science » (Cochoy, 2000). Ainsi, la demande sociale, telle que le sens commun scientifique l’entend ici, est une question formellement explicitée par un tiers qui finance la relation partenariale. Ce tiers revêt la plupart du temps la forme d’une organisation dont les intérêts propres, d’ordre économique, marchand, de gouvernance ou militant, nécessitent une résolution de problème que seule la production de connaissances par la recherche paraît en mesure de formuler. Le chercheur sollicité peut se sentir alors dépossédé du choix de sa thématique de recherche. Cette absence de liberté du choix de la thématique de recherche est souvent pointée comme un déclassement par le chercheur lui-même. De notre point de vue, si cet argument est loin de clore la discussion puisque le chercheur en SIC par exemple, ne sera jamais sollicité sur un sujet ou une question hors de son champ de compétences scientifiques, il travaille durablement l’imaginaire scientifique.

16L’intermédiation des entreprises et des pouvoirs publics, dans l’explicitation de la demande sociale, débouche sur une hiérarchisation des besoins bien souvent convergente autour des seuls bénéfices économiques. L’idée humaniste de progrès, à la base de nos vocations de chercheur, est en quelque sorte pliée sur l’idée de progrès technique et de progrès économique. Alors que la demande sociale sollicite la recherche pour le bien commun, les intermédiations institutionnelles et organisationnelles complexes qui l’explicitent via les appels à projet de recherche en vue d’un financement, la condamnent à n’être qu’ « aide à la décision », « accompagnement au changement » ou « communication stratégique ». Les effets de cette rationalisation de la demande sociale se ressentent jusque dans l’organisation du travail des chercheurs concernés. La demande sociale, qu’elle soit de nature privée ou publique, impacte la pratique scientifique car elle la soumet à un système d’évaluation exogène (ex : rapports d’expertises, livres blancs, brevets, créations d’entreprise, etc.). L’application des modes de gestion privés dans les administrations publiques ou les collectivités territoriales généralisent la gestion de projet et l’organisation du travail propres aux entreprises privées. L’idéologie du New Public Management se généralise à tous les acteurs censés « traduire » la demande sociale. Ces derniers évaluent les succès et les échecs du programme de recherche financé, non pas seulement en fonction du niveau des publications scientifiques (bien souvent ramené au reporting en impact factor propre à une vision de l’excellence scientifique excluant nombre de productions académiques SHS de qualité), mais en fonction de critères quantitatifs d’efficacité. La réponse à ces indicateurs de performance phagocyte l’énergie des chercheurs. En cela, les chercheurs se détournent de leur « vocation-profession » (Weber, 2003). Dès lors, la possibilité d’une recherche critique dans un contexte partenarial public ou privé semble s’éloigner. Mais le chercheur critique est-il pour autant davantage maître de sa liberté ? Les recherches qu’il estime émancipatrices et désintéressées sont-elles plus « fondamentales » que celles du chercheur sur contrat ?

17Dans son bêtisier du sociologue, Nathalie Heinich fustige la sociologie morale durkheimienne : « « Nous estimerions que nos recherches ne méritent pas une heure de peine si elles ne devaient avoir qu’un intérêt spéculatif ». Malgré tout le respect dû à Emile Durkheim – le fondateur, quand même !, de la sociologie française –, j’ai du mal à adhérer à cette proposition. Car si je comprends bien, elle implique que le savoir n’est pas une fin en soi, mais ne se justifie que par ses applications pratiques ou politiques » (Heinich, 2009). Nathalie Heinich affirme en creux le principe de neutralité axiologique qui doit conduire le travail sociologique, et plus largement celui du chercheur en Sciences Sociales, à opposer une rupture entre ses valeurs morales et les phénomènes sociaux sur lesquels il travaille. Manifestement, si le critère de neutralité axiologique qualifiait exclusivement la nature scientifique du travail produit, le chercheur critique serait avant tout un essayiste militant. L’engagement du chercheur, en l’occurrence celui de Durkheim, est inhérent au projet de sociologie critique et morale. Mais cette opérationnalité de la recherche est souvent mieux vue par les chercheurs eux-mêmes lorsqu’elle sert les intérêts d’acteurs non impliqués dans la sphère de l’action rationnelle en finalité. En effet, nous remarquons assez fréquemment que la méfiance des collègues quant à l’exigence de la neutralité axiologique s’exerce davantage au sujet des recherches effectuées dans la sphère industrielle… Rien ne dit pourtant que l’action des maîtres d’ouvrage soit moins contraignante et moins invasive dans la sphère publique. Finalement, que les travaux de Bourdieu s’inscrivent résolument et explicitement, au bout du compte de manière engagée, dans une critique des rapports de domination n’enlève rien, aux yeux des penseurs critiques, à la valeur scientifique des résultats produits. Il n’en va pas de même avec l’engagement dans le cadre de projets financés par des entreprises privées pour lesquels la suspicion de collusion entre résultats produits par le chercheur et les intérêts de la direction de l’entreprise apparaissent immanquablement inévitables. La recherche partenariale privée serait-elle moins scientifique que la recherche partenariale publique ou servant des intérêts dits de biens communs ? Deux poids, deux mesures…

18En ce qui nous concerne, nous retiendrons que le chercheur critique n’échappe pas, lui non plus, à la contradiction de la demande sociale. En étant tenté de ramener toute recherche commanditée ou partenariale dans la catégorie, au mieux, des recherches appliquées, au pire, de l’expertise, il peut oublier que lui-même se soumet à des contraintes exogènes. En effet, qu’est-ce que la critique sociale si ce n’est l’expression savante d’une demande sociale d’émancipation généralisée ? Dès lors, si le critère de scientificité réside dans la liberté supposée du chercheur, en quoi ses recherches seraient plus fondamentales que celles de son collègue financé sur projets ? En sociologie, sans évacuer les dangers de collusion avec les intérêts socio-économique, la critique réflexive de l’engagement du chercheur n’élude aucunement les risques d’un parti pris militant ou politique de nature morale ou éthique. Ainsi, la critique réflexive de la pratique du métier de sociologue revient assez fréquemment à une critique des dérives de la sociologie critique, ramenée de fait à la science morale durkheimienne. Comme le souligne Bernard Lahire, « la sociologie critique cède ainsi à la dérive édifiante chaque fois qu’elle sacrifie ses propres règles et ses propres censures aux directives et aux interdits que lui imposent les causes qu’elle épouse, naguère cause du peuple ou du prolétariat, maintenant cause des femmes ou de l’environnement » (Lahire, 2004, p. 122). Si les causes ne sont pas les mêmes, les effets sur la validité de la recherche produite dans une telle orientation militante ne sont pas tellement différents de ceux produits par la recherche effectuée dans le cadre d’un partenariat ou d’une commandite privée. Et Bertrand Lahire de poursuivre concernant cette « dérive édifiante » de la sociologie critique que « […] la sociologie engagée, mise au service d’une cause, ne diffère pas de la sociologie appliquée, mise au service d’une firme : dans les deux cas, la recherche est encadrée et guidée par les fins qui lui sont assignées de l’extérieur » (ibid.).

19Dès lors, il semblerait que nous soyons dans une impasse. Le chercheur financé sur contrat subit la rationalisation du New Public Management et des indicateurs de performance, tandis que le chercheur critique n’échappe pas à l’engagement tacite qui disqualifie sa neutralité axiologique. Ce que nous souhaitons retenir de cette double contrainte, c’est que, d’une part, on ne peut faire un procès en scientificité à nos recherches en SIC sous l’unique raison qu’elles sont effectuées dans le contexte partenarial de réponse explicite à la demande sociale. D’autre part, si on ne peut se dégager totalement de ses appartenances et valeurs morales, on peut tenter de les expliciter le plus honnêtement possible. L’impasse de la demande sociale n’en est pas une. Penser le Community Management, ou tout autre objet info-communicationnel, dans un contexte de commandite implique une forme de transparence sur les conditions de travail, les attendus du commanditaire ou les conditions de publication. C’est que nous proposons dans le paragraphe suivant.

Propositions pour penser les dimensions critiques et émancipatoires des objets info-communicationnels dans le contexte de la demande sociale

20Peut-on porter un regard critique sur des faits sociaux dans le cadre d’une recherche commanditée ou partenariale ? Nous pensons qu’il est possible de poser un regard critique émancipatoire dans le cadre de recherches répondant à une demande sociale explicitée. Si, comme nous l’avons vu, la prise en compte de la demande sociale par le chercheur est une obligation quasi-statutaire, elle augure de possibilités riches comme d’effets pervers qu’il faut savoir identifier et expliciter, dans une posture réflexive sur nos propres « usages sociaux de la science ». Au-delà et en deçà de cette approche binaire, nous voulons offrir une possibilité de voie médiane pour penser les conditions d’une bonne recherche en Sciences de l’Information et de la Communication qui répondra à la demande sociale. Parce que toutes les recherches en SIC, en ce qu’elles formulent des objets scientifiques au cœur des enjeux sociétaux actuels, se trouvent « prises » dans la demande sociale. Et c’est de cet enchevêtrement que surgit une bonne partie de l’attrait pour notre discipline. Sans apporter encore à ce jour des réflexions épistémologiques propres à bouger les lignes des débats actuels en Sciences Humaines et Sociale, les SIC « bricolent » une épistémologie plurielle (ce qui est déjà une forme d’épistémologie en soi), appliquent des théories issues d’autres champs, produisent par hybridation leurs propres constructions conceptuelles et, enfin, explorent des territoires empiriques jusque-là délaissés, actualisant par là même des méthodologies, et accumulant des hypothèses étayées phénoménologiquement. Tout ce travail scientifique, elles le font « prises explicitement » ou « prises implicitement » dans la demande sociale.

21Dès lors, nous suivrons Christian Le Moënne lorsqu’il affirme que les SIC, comme toutes les autres disciplines scientifiques, se doivent d’être critiques au sens où « […] elles revendiquent d’être constamment critiquées et débattues dans des débats scientifiques publics qui contribuent à construire leur validité épistémologique (ou praxéologique) et leur légitimité sociale » (Le Moënne, 2013, p. 45-55). Cela suffit à justifier l’inscription des travaux, que nous menons dans un cadre contractuel, au sein d’une démarche scientifique. Loin de la prétention d’une neutralité axiologique qui nous apparaît hors de portée dans sa mise en place effective et efficace, nous prônons davantage une recherche honnête et transparente quant à ces conditions matérielles de production et de valorisation. C’est parce que nous ne pouvons pas éviter le soupçon pesant sur toute recherche financée ou sur toute démarche critique, que nous nous devons de proposer à nos pairs la possibilité de lire nos travaux avec ce regard soupçonneux s’ils le souhaitent, en précisément systématiquement « d’où nous parlons ». L’honnêteté du chercheur s’apparente alors à une intentionnalité de neutralité axiologique. Mais si l’honnêteté fait davantage référence à l’éthique du chercheur, c’est bien entendu la reconnaissance par les pairs suite au débat public de qualité scientifique de ce qui est proposé qui nous semble être la condition indépassable de la démarcation, si chère à Kant et à Popper, entre sens commun et connaissance scientifique.

22Malgré tout, « les chercheurs en Communication des Organisations, à l’instar de nombre de leurs collègues en sciences humaines et sociales, semblent craindre que les démarches de recherche interventionniste dans les organisations, a fortiori, dans les entreprises les fassent basculer dans l’expertise. Ils ne veulent pas être des consultants car ils craignent d’y perdre leur autonomie et leur capacité critique, d’en compromettre leur déontologie » (Cordelier, 2012, p. 286). Il est vrai que des clauses de confidentialité restrictives peuvent empêcher une publication libre des résultats de la recherche par le chercheur ou le laboratoire. Les rapports hiérarchiques qui lient un doctorant CIFRE avec son employeur-commanditaire, peuvent par ailleurs représenter des freins à la publication d’un travail critique. Dès lors, dans le cadre des préceptes de notre épistémologie relativiste modérée, la nature scientifique du travail produit n’est plus garantie. Comment faire fi de ces risques ? Ou, tout du moins, faire avec ? Dans le cadre du débat que nous ouvrons, nous souhaitons proposer quelques précautions méthodologiques et éthiques susceptibles de guider les recherches qui seraient conduites dans la perspective d’une reconnaissance et d’une légitimation d’une demande sociale pour les chercheurs.

  • La condition sine qua non à la qualité scientifique d’un travail de recherche effectuée en réponse à une demande sociale explicitée demeure la reconnaissance par les pairs. Cette reconnaissance par les pairs est la base de l’éthique de la communauté scientifique. Il est nécessaire donc de s’assurer, notamment dans la rédaction contractuelle, d’un droit absolu à la publication et à la communication scientifique. La validation de la méthodologie par les pairs via publication ou débat scientifique suite à communication dans un colloque peut également permettre d’entériner la nature proprement scientifique de l’étude menée et la sortir immédiatement du champ de l’expertise.

  • Dans le cadre d’une publication ou d’une communication académique, il est d’une importance capitale d’expliciter précisément les contextes institutionnels et organisationnels dans lesquels les chercheurs ont pu opérer et des éventuels attendus en termes de valorisation socio-économique liés aux contrats de collaborations signés. En effet, ces chercheurs ont très bien pu ne pas évaluer la pression des stratégies d’acteurs sur l’orientation de la problématisation dans le travail d’autoévaluation des limites ou des biais dans les travaux menés. Cette explicitation du contexte, s’approchant d’une démarche de type « sociologie de la science » doit pouvoir être débattue entre pairs.

  • Il serait tout aussi nécessaire de formuler les attendus de la demande du ou des partenaires. En effet, le cas échéant, la communauté scientifique doit être en mesure de différencier ce qui est de l’ordre de la réponse exploitable par le partenaire, des éléments méthodologiques, analytiques et compréhensifs qui font progresser les connaissances Info-communicationnelles.

  • Il conviendrait également d’encadrer et de protéger juridiquement la recherche des dérives d’un contexte socio-économique sur lequel nous n’avons que peu de prise. Nous suivrons donc Pierre Bourdieu ici lorsqu’il appelle de ses vœux non pas une discussion normative sur les bienfaits ou les méfaits de la demande sociale, mais une réflexion sur les contrats « […] visant à définir non des positions de principe, abstraites et générales, pour ou contre les contrats, mais des principes pratiques de gestion de ces contrats » (Bourdieu, op. cit.). L’aide d’un conseiller juridique (pour la propriété intellectuelle, les questions contractuelles, la confidentialité et les conditions de publicisation, etc.) lors de la rédaction du contrat doit se faire le plus en amont possible.

  • En deçà de la soumission à l’évaluation par les pairs en vue d’une communication ou d’une publication, la sollicitation d’un comité d’experts scientifiques indépendant, différent du conseil de laboratoire qui peut avoir un intérêt matériel direct au financement d’une recherche partenariale, pourrait être organisée afin de juger du respect des principes académiques de la recherche menée. Ce comité d’expert de chercheurs en SIC serait soumis à un contrat de confidentialité permettant l’évaluation de la recherche sans nuire aux intérêts industriels des partenaires.

23Ce n’est qu’au prix de ces quelques précautions que nous serons en mesure de travailler (et de faire travailler) sereinement l’objet de recherche communicationnel en cours de construction dans ce mémoire. La recherche partenariale pourra alors offrir tous ses avantages au chercheur qui s’y engage. Outre les moyens budgétisés permettant une valorisation nationale et internationale des travaux, l’accès aux ressources documentaires spécifiques, l’achat d’équipements électroniques et logiciels de recueil et de traitement des données, les possibilités d’accès au terrain, sont autant d’éléments positifs pour la qualité scientifique des travaux ainsi menés. Pour prendre exemple sur notre recherche propre, les enjeux réifiants/émancipatoires du Community Management nécessitent d’être appréhendés dans de nombreux contextes. Certains ne sont pas accessibles à l’approche empirique en dehors d’un partenariat. La socialisation électronique, s’observe dans un contexte organisationnel, comme nous avons pu nous-mêmes le faire dans l’étude d’usages des Intranets 2.0 d’une entreprise publique à laquelle nous avons participé (Carmes & Galibert, 2010). L’accès aux salariés, à leurs paroles ou à leurs pratiques, nécessite des clauses de confidentialité et des accords préalables qui ne peuvent se faire sans une logique contractuelle. Toujours dans le registre de l’accès au terrain, les collectivités territoriales et les administrations peuvent faciliter l’obtention de données statistiques sur les pratiques sociales issues de leurs propres enquêtes. Également, lors de phases qualitatives exploratoires, il est alors possible de s’appuyer plus aisément sur des intermédiaires facilitant l’accès aux personnes ressources, aux usagers experts, ou à certains types de publics spécifiques. Ainsi, pour notre projet de recherche Villes en Transition MOVIDA (Galibert, & Masselot, 2014), nous avons pu nous appuyer sur le pôle « vie des quartiers » de la Mairie de Dijon, partenaire de l’étude, pour accéder par exemple aux membres du Conseil de Quartier afin de questionner l’investissement citoyen en ligne de ces représentants des habitants. Nous avons pu également identifier et questionner des jeunes adultes dans un territoire dit défavorisé sur leurs pratiques numériques par l’entremise de la Maison de quartier ou bénéficier de salle de réunion pour organiser des focus groups dans le centre social.

CONCLUSION

24Nous avons vu que le contexte académique marqué par la raréfaction des ressources publiques, couplé aux besoins d’expertises des acteurs organisationnels et institutionnels publics ou privés sur des objets info-communicationnels problématiques tels que l’insertion sociale des TIC et les enjeux induits de la communication organisationnelles, plaçaient les chercheurs en SIC dans une injonction partenariale d’où il était difficile de s’extraire. Nous avons également constaté que l’approche critique assumée par certains ne permettaient nullement d’évacuer la question de l’instrumentalisation des recherches ainsi produites, ni n’autorisait la revendication d’une neutralité axiologique apparaissant dès lors fortement illusoire. Prenant acte de cette forme d’impasse épistémologique visant à déclasser les recherches menées dans un contexte de commandite ou de contrat, nous avons souhaité proposer des précautions méthodologiques et éthiques devant nous permettre de produire des résultats scientifiquement acceptables, tout en répondant à la demande sociale.

25Les Sciences de l’Information et de la Communication, de par leur histoire et les objets qu’elles questionnent, constituent un terrain d’observation privilégié des enjeux épistémologiques de la réponse scientifique à la demande sociale. Non seulement les problématiques info-communicationnelles sont au cœur des questions sociétalement vives marquées par numérisation généralisée, mais elles sont aussi familières des enjeux socio-économiques, politiques ou culturels de par les liens qu’elle ont noué avec les acteurs, à l’occasion notamment de l’émergence et du développement de la professionnalisation des formations universitaires ainsi que de l’accompagnement de la Recherche et Développement dans des secteurs économiques tels que les télécommunications.

26Également, obligeant les chercheurs appartenant ou se réclamant de la « communauté Infocom » à intégrer et articuler des points de vue épistémologiques et des méthodes développées ailleurs, les SIC disposent d’une expérience du dialogue interdisciplinaire. Aujourd’hui, la demande sociale appelle des expertises non-cloisonnées. Par exemple, à la demande du Ministère de l’écologie et de l’ADEME, afin de comprendre les enjeux de la transition socio-écologique à l’échelle d’un quartier, nous avons été amenés à piloter et à mobiliser une équipe de chercheurs en géographie, économie, psycho-sociologie et Info-communication issue de quatre laboratoires SHS de l’université de Bourgogne Franche-Comté (Galibert & Masselot, op. cit.). Les demandes sociales complexes de ce type, amenées à se généraliser, impliquent une réponse scientifique interdisciplinaire pour laquelle le chercheur en SIC est particulièrement bien préparé.

27À ce titre, les SIC se doivent de fournir des pistes de réflexion et des méthodes quant à l’appréhension de l’activité de recherche en Sciences Humaines et Sociales. Bien sûr, nous avons pu voir que d’autres disciplines canoniques des SHS proposaient des réflexions avancées sur la question. Mais tout en prenant appui sur ces dernières, nous devons être en mesure de faire avancer les débats par un étayage empirique systématique basé sur la réflexivité des chercheurs impliqués. Bénéficiaire d’une interdisciplinarité revendiquée comme épistémologiquement constitutive, les SIC peuvent aujourd’hui fournir aux SHS un apport significatif pouvant être partagé et généralisé quant à l’appréhension des nouvelles conditions d’exercice du métier de chercheur.

Haut de page

Bibliographie

Baudry Gaëlle, Morillon Laurent et Cordelier Benoit (2015), Le chercheur aux prises avec l’organisation : processus organisants et communicants. In Processus communicants, processus organisants et leurs médiations (pp. 250-257). Université de Toulouse : Org&Co. (bientôt développé dans un chapitre de livre coordonné par Parrini et Mayère).

Bernard Françoise (2002), « Contribution à une histoire de la communication des organisations dans les SIC ». (p. 125-152) In Boure R. (2002), Les origines des sciences de l’information et de la communication regards croisés. Presses Universitaires du Septentrion. Villeneuve-d’Ascq.

Bourdieu Pierre (1997), Les usages sociaux de la science : pour une sociologie clinique du champ scientifique. Coll. Sciences en questions. INRA Éditions. Paris.

Bouzon Arlette et Meyer Vincent (2008), La communication des organisations entre recherche et action. L’Harmattan. Paris.

Carmes Maryse et Galibert Olivier (2010), « L’enchevêtrement des territoires numériques inter-intranet : un questionnement des déterritorialisations/re-territorialisations des pratiques salariés ». In Communication et Organisation. n° 36. Presses Universitaires de Bordeaux. pp. 193-225

Cochoy Franck (2000), « Les sciences sociales et leur demande : le cas du marketing ». In Sciences de la société. N° 49 « Production scientifique et demande sociale ». Presses Universitaire du Mirail. Toulouse. pp. 47-62.

Cordelier Benoit (2008), Adaptabilité des méthodes en recherche action et positionnement épistémologique. In A. Bouzon et V. Meyer (Eds), La communication des organisations - Entre recherche et action. L’Harmattan. Paris.

Cordelier Benoit (2012), Changement organisationnel et management par projet. Mobilisation des systèmes d’information. L’Harmattan. Paris.

Galibert Olivier et Masselot Cyril (2014), « IT for eco-responsive consumption: Facebook as a 2.0 ecological education tool ». Global Research Forum on sustainable production and consumption systems. June 8-11, 2014 – Fudan University, Shanghai, China http://grf-spc.weebly.com/uploads/2/1/3/3/21333498/shanghai_grf_galibert-2014_extended_v2.pdf.

Heinich Nathalie (2009), Le bêtisier du sociologue. Éditions Klincksieck. Paris.

Jouët Josiane (2000), « Retour critique sur la sociologie des usages ». In Réseaux. Communiquer à l’ère des réseaux. Volume 18. n° 100. pp. 487-521.

Lahire, Bernard. (2004). À quoi sert la sociologie ? Éditions La Découverte. Paris.

Le Moënne, Christian. (1997) « Communication et induction dans les démarches de recompositions organisationnelles : d’une logique de la vérité à une logique de la convenance ». In Communication et organisation. N° 12. [En ligne]. https://communicationorganisation.revues.org/1999.

Le Moënne Christian (2001), « La communication organisationnelle en débat. Présentation ». In Sciences de la société. La communication organisationnelle en débat. N° 50-51. Presses Universitaires du Mirail. Toulouse.

Le Moënne Christian (2013), Crise de la critique idéologico-politique et recherches en Sciences humaines et sociales. In Heller, T., et al. (2013). Communication et organisation perspectives critiques. Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion. p. 45-55.

Matthews Jacob-.T, Vachet Jérémy-Joseph (2014), « Les recherches critiques appliquées dans le champ des TICN : chimère ou percée ? Éléments de réflexion ». In tic&société. vol. 8, N° 1-2 | 1er semestre 2014 et 2e semestre 2014. [En ligne] : http://ticetsociete.revues.org/1454.

Miège Bernard, Meyriat Jean (2002), « Le projet des SIC : de l’émergent à l’irréversible (milieu des années 1960 - milieu des années 1980) ». In Boure Robert (2002), Les origines des sciences de l’information et de la communication regards croisés. Presses universitaires du Septentrion. Villeneuve-d’Ascq. p. 45-70.

Morillon Laurent (2008), « De l’idylle au détournement, quels apports des CIFRE en Sciences de l’Information et de la Communication ». Actes du 16e congrès de SFSIC. Université Technologique de Compiègne. [En ligne] http://www.sfsic.org/congres_2008/spip.php?article42.

Weber Max (2003), Le savant et le politique une nouvelle traduction préf., trad. et notes de Catherine Colliot-Thélène. Éditions La Découverte. Paris.

Weber Max (1995), Economie et société. Trad. de l’allemand par Julien Freund, Pierre Kamnitzer, Pierre Bertrand... [et al.] sous la dir. de Jacques Chavy et d’Eric de Dampierre. Editions Pocket. Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Galibert, « Exploration des enjeux de la demande sociale pour les SIC », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 29 mars 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1902 ; DOI : 10.4000/rfsic.1902

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page