Navigation – Plan du site
Émergences

Anatomie et nouvelle organologie de l’édition ouverte

Olivier Le Deuff

Résumés

Cet article réinterroge le concept d’édition ouverte en proposant plusieurs pistes pour dépasser les habituels débats sur les modèles économiques. Nous voulons montrer l’intérêt d’examiner quelles sont les conditions d’ouverture désirées afin d’envisager une nouvelle organologie du système de publication scientifique. L’objectif étant de penser le chercheur non pas comme un simple lecteur de documents, mais davantage comme un légiste qui puisse procéder à une ouverture et un examen approfondi.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article souhaite réexaminer le concept d’édition ouverte en interrogeant les types d’ouverture envisagés et permis par les dispositifs en ligne. Le concept open edition ou édition ouverte présuppose que l’édition traditionnelle repose sur des logiques de fermeture, de contraintes voire d’interdiction. Le mot édition provient du latin edere qui signifie publier, rendre public, ce qui tend finalement à attester d’un objectif d’ouverture initiale. Le Littré précise que le mot édition devient au fil du temps synonyme d’impression, ce qui montre la relation étroite entretenue avec la culture de l’imprimé. Pour autant, peut-on dire qu’il existe une édition ouverte en réponse à une édition qui serait fermée ? Qu’est-ce qui est fermé dans l’édition non ouverte ? Un premier risque serait celui d’une logique binaire qui reproduirait l’opposition stérile entre un texte virtuel ouvert et un texte papier fermé (Jeanneret, Souchier, 2005, Davallon, Jeanneret, 2004) alors que des formes anciennes demeurent dans les formes numériques : les architextes (Jeanneret, Souchier, 1999).

2Le parallèle avec l’accès ouvert (open access) nous ouvre quelques pistes, car les définitions s’accordent pour considérer qu’il s’agit à la fois d’un accès ouvert au document ainsi qu’au niveau des possibilités d’utilisation. C’est donc une question documentaire qu’il faut resituer ici et examiner dans un cadre d’accessibilité accrue. Le but de cet article est de reposer les conditions de production d’une édition qui se voudrait réellement ouverte dans une approche historique et prospectiviste. Nous privilégions volontairement l’expression d’édition ouverte plutôt que celle d’édition libre tant le mot libre suscite souvent des confusions entre la gratuité et les droits possibles. Nous souhaitons poser la question de l’édition ouverte au-delà de la recherche du modèle économique le plus adéquat (par exemple entre le Gold Open Access ou le Green Open Access) ou du modèle de distribution le plus juste pour l’ensemble des acteurs impliqués. Nous voulons en effet ici réinterroger les cadres conceptuels mobilisés sur ces questions afin d’offrir de nouvelles perspectives de réflexions quant aux modèles à développer à l’avenir pour l’édition scientifique. Si le modèle d’un accès à la totalité des publications avec l’outillage pour réaliser des métries et des analyses de citation telles que le prévoyait Steven Harnad (Harnad, 2003) peut sembler possible à terme, cela ne résout pas la totalité des questions d’un accès totalement ouvert à une sorte de « grand œuvre commun » dans lequel on pourrait puiser des vérités statistiques. Nous proposons ici de procéder à un examen de l’anatomie des corpus en privilégiant la position du légiste. Pour cela, nous examinons d’abord quelles les différentes ouvertures envisageables dans le cas de l’édition ouverte, avant d’envisager une nouvelle organologie des publications scientifiques.

Quelles ouvertures ?

  • 1 Le militant pour l’Open Access Aaron Swartz s’est suicidé en 2013 quelques semaines avant le début (...)
  • 2 On songe également au fait que de nombreux chercheurs sont contraints de faire appel à la communaut (...)

3L’ouverture représente souvent l’opposition entre un accès direct et aisé comme sur les archives ouvertes face à des articles soumis à des paywalls. L’histoire tragique d’Aaron Swartz1 montre les contradictions du système de publications scientifiques2 et la domination de certains éditeurs. Seulement, le concept d’ouverture va bien plus loin que la simple possibilité d’un téléchargement facilité.

4Une interrogation plus poussée apparaît en effet nécessaire, ce que nous proposons d’effectuer ici dans le cadre d’une éditorialisation des savoirs qui produit un réagencement du processus éditorial qui s’appuie sur les propriétés du numérique, comme le montrait Bruno Bachimont (Bachimont, 2007) dans son analyse du processus d’indexation documentaire :

« Si le document demeure présent dans les résultats de la recherche dans une indexation et recherche traditionnelles, il n’en est pas de même dans une recherche profitant de l’indexation fine du contenu, dans la mesure où les segments peuvent se désolidariser du contenu dont ils sont issus, perdant ainsi leur origine et nature documentaires. Devenant des ressources, ces segments sont remobilisés pour la production d’autres contenus dont ils constituent les composants. La finalité n’est plus de retrouver des documents, mais d’en produire de nouveaux à l’aide des ressources retrouvées. On passe ainsi de l’indexation pour la recherche à l’indexation pour la publication. Comme cette dernière s’effectue selon des règles et des normes, on parlera plutôt d’éditorialisation, pour souligner le fait que les segments indexés sont enrôlés dans des processus éditoriaux en vue de nouvelles publications. »

Quel type d’ouverture d’accès ?

5Cette éditorialisation marque une nouvelle étape de l’indexation, c’est-à-dire ici des moyens mis en place pour retrouver l’information de façon efficiente. Si le document n’est donc plus à considérer comme l’élément essentiel à retrouver, c’est que le besoin de recherche s’est précisé pour permettre aux outils et aux lecteurs de pouvoir envisager un accès infra-documentaire. Cette accessibilité propice à une réutilisation s’inscrit dans la lignée du projet encyclopédique qui réalisa une révélation de ce qui était réservé auparavant à des corps de métiers. Simondon montre d’ailleurs qu’il s’agit d’un accès qui requiert du lecteur éclairé une capacité à lire et à comprendre, mais également à faire et à refaire (Simondon, 1989). Il faut alors considérer que l’accès ouvert permet autant la lecture que la possibilité de production, ce qui est d’ailleurs caractéristique du mouvement actuel des humanités digitales qui allie autant le savoir que le faire (Berra, 2012).

6Par conséquent, la question de l’accès va au-delà du simple fait de pouvoir accéder au document correspondant à son besoin d’information. Certes, l’open access réside dans une logique qui est celle de la satisfaction de plus en plus immédiate du besoin d’information des chercheurs professionnels ou amateurs qui peuvent ainsi éviter le temps différé du prêt entre bibliothèques. Cependant, les besoins dépassent la simple consultation d’information optimisée pour se coupler avec des besoins de manipulation de l’information et des données. En effet, bien souvent il ne s’agit pas simplement de pouvoir lire, mais également de pouvoir annoter, surligner, extraire des passages, vérifier des éléments de bibliographie, comprendre et s’inspirer de méthodes, refaire et éventuellement vérifier voire réutiliser des résultats.

7L’édition ouverte cherche à éviter plusieurs types de fermeture ou d’enclosure informationnelle (Ertzscheid, 2015). En matière d’ouverture, il convient d’en distinguer les quatre aspects suivants d’accès au document : l’accès matériel à la ressource, l’accès intellectuel, l’accès à sa réutilisation critique ainsi que les possibilités d’accès à des ensembles plus importants comme des corpus de données.

Figure 1 – les différents types d’accès

Figure 1 – les différents types d’accès

8On retrouve des aspects classiques déjà abordés sous l’angle de la fracture numérique entre une fracture du premier degré qui renvoie à des aspects d’accessibilité technique et du second degré qui renvoie davantage à des compétences (Granjon, 2011). Ces différents types de fractures doivent être couplés aux fossés d’obsolescence et d’intelligibilité (Bachimont, 2010) qui mettent en avant à la fois des questions techniques type format de données et des aspects d’ordre intellectuel.

9Par conséquent, penser l’édition ouverte dépasse le seul accès facilité à un document depuis le moteur de recherche. À cet accès diligent s’ajoutent en effet d’autres ambitions qui consistent de plus en plus à ne pas sacraliser le document, mais bel et bien au contraire à procéder à un examen critique, ce qui conduit justement à procéder à une délivrance qui cherche à s’appuyer davantage sur les potentialités du digital.

Une délivrance hors de l’imprimé ?

10La forme imprimée peut constituer un cloisonnement du fait d’une sacralisation de l’objet livre qu’il convient de réexaminer, ce que montrent Claire Clivaz et Dominique Vinck (Clivaz & Vinck, 2013) :

« Le recours à l’expression “dé-livraison” ne présuppose ici aucun jugement de valeur quant au sens des évolutions en cours, mais l’observation d’une déconstruction-reconstruction d’une culture héritée et façonnée par le livre en tant qu’objet technique, en termes de prise en compte d’autres formes culturelles et en termes d’invention de nouvelles formes plus ou moins liées à de nouveaux supports, dits numériques ou digitaux, qu’il reste à qualifier précisément. »

  • 3 Avant l’imprimerie, la pecia (Destrez, 1935) consistait à diviser un ouvrage pour pouvoir mieux le (...)

11Cette délivraison ou délivrance passe par de nouveaux processus éditoriaux qui se démarquent peu à peu des logiques et contraintes issues de l’imprimé qui privilégiait le choix d’une version unique qui fasse référence, ce qui réduisait le champ des possibles et les autres versions existantes comme dans le cas des textes religieux ou mythologiques. Cette dominante de l’objet livre se retrouve dans l’appellation de « métiers du livre » qui met en avant davantage une forme qu’un contenu et néglige bien d’autres aspects, notamment le traitement et l’analyse documentaire et qui par la célébration du droit d’auteur tend à diminuer le rôle du lecteur dans la réalisation de l’œuvre. Ces derniers ont fréquemment développé des pratiques d’annotation voire de braconnages qui consistent à puiser des citations, des éléments pour les réutiliser ailleurs par la suite, par exemple avec les lieux communs (Kovacz, 2003), ces cahiers utilisés par les étudiants qui rassemblaient diverses prises de notes. L’imprimé a toujours cohabité avec les pratiques manuscrites3.

12L’enjeu de l’édition ouverte est alors celui d’une évolution qui marque le passage d’une logique fondée sur un simple droit de regard à celle du droit d’utilisation. À l’instar de l’open source dans les logiciels, cela revient à ne pas considérer la publication comme un espace clos et finalisé. Il s’agit au contraire de pouvoir entrer dans la boîte noire pour mieux en saisir les sources, ressources mobilisées, ce qui suppose un état de majorité face à un objet ou dispositif technique que représente la publication scientifique.

Un nouveau régime documentaire qui se distingue des métiers du livre

13Le concept d’éditorialisation prend en compte une diversité de productions qui vont au-delà de l’objet livre et qui constituent des éléments d’un nouveau régime documentaire :

« La “raison documentaire” s’inscrivait encore dans une logique de dépassement du support-livre et de la diversification des supports contenue dans l’idée générale de “document”. L’ère numérique dans laquelle nous sommes entrés ne modifie pas seulement les supports en les unifiant, ne change pas seulement nos outils de travail en les informatisant, elle nous impose de nouvelles formes de connaissance, de nouveaux modes de penser et de diviser le travail intellectuel. Le livre et le document sont désormais numériques, mais, surtout, ils sont décomposés dans de nouvelles unités : les données et l’information, les métadonnées et les bases de données. Les enjeux du développement des humanités digitales ne se réduisent donc pas à préparer ou accompagner les chercheurs à l’usage des instruments informatiques et des documents numériques ni à valoriser des analyses particulières, ils résident aussi dans la capacité des humanités à comprendre les transformations majeures qui nous entraînent irréversiblement dans un nouveau régime documentaire. » (Müller, 2012)

  • 4 La pagination s’est développée avec l’imprimerie (notamment avec Alde Manuce qui réalise en 1513 un (...)

14La production scientifique se développe dans un régime documentaire différent de celui de l’économie du livre, car il s’agit de plus en plus de trouver l’information au bon endroit et pas seulement d’accéder à un ouvrage à lire dans sa quasi-intégralité. L’édition ouverte dans les processus d’éditorialisation du numérique rejoint l’histoire de l’indexation et des nouvelles méthodes de lecture, d’études et de consultation en s’adressant à un lecteur pressé et intelligent comme le décrivait Jean Hautfuney suite à son entreprise d’indexation de l’ouvrage encyclopédique de Vincent de Beauvais (Paulmier-Foucart, 1985). L’indexation automatique permet désormais de pouvoir rechercher plus aisément en mode plein texte sur les documents tandis que les processus éditoriaux permettent de faire évoluer les modes d’affichage en fonction des dispositifs de consultation. Dès lors, les pratiques de citation évoluent tant ce n’est plus la page qui devient la référence, mais le passage précis4. Open Edition a d’ailleurs fait le choix de numéroter les paragraphes pour mieux répondre à ces nouveaux besoins tout en introduisant finalement une précision plus grande.

15Désormais, l’enjeu est celui d’une inscription dans les perspectives digitales suivantes :

  • Celles d’une histoire longue des humanités digitales (Le Deuff, 2015) qui précèdent l’histoire de l’informatique et qui concerne les outils de traitement de l’information avec les notamment les outils qui permettent une lecture non exhaustive et la possibilité de retrouver vite l’information comme les index. Le passage de l’indexation à l’éditorialisation décrit par Bachimont est un passage clef qui ne fait pas disparaître l’indexation, mais oblige à repenser les contenus plutôt que les contenants.

  • Celles issues de l’Internet et du web qui marquent à la fois des prolongements avec la culture de l’imprimé (comme par exemple le lien hypertexte dont la symbolisation remonte aux manicules, ces petits symboles qui désignent le passage à lire), mais aussi des ruptures… notamment dans les possibilités de diffusion.

  • Celles d’une évolution des pratiques qui fait désormais de l’imprimé une forme dérivée du digital tant la plupart des ouvrages sont d’abord écrits nativement via des traitements de texte et qui fait des formes imprimées des formes qui prennent les qualités du digital du fait d’une numérisation.

16Le besoin est alors celui de mieux comprendre la publication numérique dans ses processus digitaux en procédant à un examen de son anatomie et en étudiant la nouvelle organologie scientifique en constitution.

Anatomie et nouvelle organologie

17L’ouverture interroge donc sur ce qui est réellement réutilisable et sur ce que sont les droits de réutilisations possibles. Comme pour les licences sur les logiciels, un droit de regard n’équivaut pas à une licence open source qui offre plus de possibilités en matière de réutilisation. Si les licences creative commons permettent aux auteurs de conserver une partie de leurs droits et d’envisager le partage sous conditions de leurs travaux, elles constituent surtout une réponse face aux mécanismes d’appropriation des droits qui sont parfois exigés par certains éditeurs. Leur intégration sur les archives ouvertes comme HAL reste encore confidentielle. Il serait peut-être plus opportun d’envisager d’autres licences spécifiques tant il s’agit ne pas penser l’article de manière isolée, mais d’une manière globale avec les possibilités d’indexation automatique et les lectures industrielles qui peuvent être réalisées au sein des différentes plateformes et entrepôts.

18Une organologie nouvelle apparaît nécessaire dans ce cadre afin de mieux cerner quelles sont les formes actuelles et futures de productions scientifiques qui sont utilisées par les chercheurs et qui pourraient recevoir une reconnaissance institutionnelle et scientifique, car justement ils méritent une consultation élargie.

Une nouvelle consultation

  • 5 Combien d’ouvrages imprimés finissent au pilon faute de lecteurs  ?
  • 6 Par chance, les moteurs de recherche indexent bien ces banques de données, mais les nombreux paywal (...)

19Les propriétés du document numérique propices à la redocumentarisation (Pedauque, 2007) concernent également les mécanismes d’éditorialisation scientifique. La circulation, les recompositions et les différentes versions disponibles laissent imaginer de nouvelles philologies digitales, pour démêler le vrai du faux, mais aussi pour mieux comprendre les diverses filiations qui s’exercent. Les travaux bibliométriques et scientométriques ont permis d’opérer un déplacement du texte à un corpus plus ample pour tenter de réaliser une science de la science (tel que le sera le projet scientométrique avec Nalimov et Garfield entre autres) qui met en avant les autorités de référence et les logiques d’influence. L’édition ouverte est celle qui doit nous permettre de mieux mesurer les divers enjeux de pouvoir et les controverses en tension de la science en action (Latour, 2005) en produisant les conditions d’une nouvelle consultation. Consulter vient de consultare, qui est dérivé de consulere. Dans les deux cas, selon le Gaffiot, il s’agit d’une action de délibération collective ou avec soi-même. Une délibération qui est aussi celle des victimes dont on consulte les entrailles, les consultatoria. L’édition ouverte pose ainsi la question de la grande consultation au travers l’examen des documents et des données de la science qui sont ainsi des corpus ou plutôt des corpses, c’est-à-dire des cadavres. Cette évolution éditoriale s’inscrit dans des temporalités nouvelles qui constituent une dé-livrance, en dehors des logiques marchandes qui privilégient une production de plus en plus rentable à court terme5. Certes, la numérisation a permis la constitution de banques de données de publications, mais leur médiation apparaît assez faible si bien qu’elles finissent par ressembler à des cimetières d’articles bien rangés, peu consultés parfois6 et dont la consultation n’est réservée qu’à ceux qui disposent de droits. La consultation dont un des sens les plus fréquents est celui de la divination avait évolué avec les logiques informationnelles et notamment le travail de Conrad Gesner qui le premier donna un sens « documentaire » et informationnel au mot consultation. (Blair, 2011) Si l’haruspice procédait à la consultation divine par l’intermédiaire d’animaux sacrifiés, nous plaidons pour une nouvelle évolution du terme de consultation qui prenne également la possibilité de manipuler les documents, pour éventuellement réaliser des extractions afin de procéder à de nouvelles lectures. Cette évolution de l’accès ne se fait jamais aisément. Cette nécessité d’élargissement des conditions d’utilisation des publications scientifiques constitue une nouvelle étape dans l’accessibilité des connaissances. Pendant longtemps, beaucoup de savants préféraient garder leurs travaux secrets. Marin Mersenne (1588-1648), connu pour avoir développé un des plus importants réseaux de correspondance scientifique déplorait ce phénomène et incitait fortement ses collègues à publier. La publication étant l’essence même de la République des lettres tandis que son moteur était justement la communication dans une logique de don-contredon (Waquet, 1989)

Le chercheur légiste.

20Si le publish or perish peut sembler une perversion de cette logique communicationnelle, la publication constitue à la fois un legs qu’il est possible de faire fructifier et qui présente également pour le chercheur un ensemble d’éléments et des preuves inscrites au registre de la documentalité (Ferraris, 2013) scientifique. Il lui faut pouvoir autant lire qu’écrire, si bien que l’édition ouverte suppose un droit de lecture intégrale qui fasse du chercheur un légiste. Le chercheur se montre homme de lois au sens traditionnel du mot légiste dans l’examen des publications (le corpus étant ici devenu corpse), si ce n’est que les lois sont davantage celles des règles scientifiques. Mais il se montre également légiste en tant que lecteur au sens étymologique, car la loi suppose une lecture (lex étant un dérivé du verbe legere) tout comme les règles et les filiations, méthodes, références et autres données mobilisées dans la réalisation de la publication. Cela suppose une lecture intérieure et pas seulement de surface, une forme d’hyphologie (Barthes, 2000).

  • 7 On veut nous persuader que ces Brucolaques ne sont autre chose que des démons qui déterrent les cor (...)
  • 8 Même s’il cible plutôt les écrivains, Thierry Crouzet (Crouzet, 2015) a abordé cette question en év (...)

21Le légiste alors celui qui prend soin du legs que constitue la publication en tant qu’héritage à faire fructifier, et non pas à sacraliser. L’édition ouverte offre les conditions d’une ouverture maximale et permet alors l’examen de tous les organes qui composent le document examiné. La position du légiste n’est pas celle de l’épigone, il est plus proche du nécrologiste que de l’hagiographe, mais il n’est pas un détrousseur. Les pratiques de vol ou de viol scientifique ne peuvent être ici assimilées à la position du légiste, tant ces pratiques d’ailleurs fort anciennes ne méritent que la dénonciation publique, comme le préconisait le bibliothécaire, bibliographe et biographe de Descartes, Adrien Baillet dans son étude sur l’usage répandu des pseudonymes7. L’open edition n’est pas l’antichambre de pratiques telles le plagiat, mais davantage le lieu de recomposition et de la redécouverte de l’esprit du document ou du texte qui ne demande qu’à être réinsufflé, et cet esprit doit être rendu possible dans le processus de création initial, ce qui supposerait probablement une évolution également des outils d’écriture mobilisés. La dominante des outils de traitement de texte type word notamment en SHS ne permet pas pour l’instant une logique intégrative qui permettrait de mieux relier images, vidéos, données et bien d’autres aspects qui font de la publication scientifique quelque chose de plus riche qu’un simple document pdf8.

22Du coup, ce ne sont pas des cimetières d’articles bien rangés dont nous avons besoin, mais de lieux de dissection pour mieux analyser les différents corpus avec l’ensemble des outils qui accompagnent notamment le mouvement des humanités digitales (Le Deuff, 2014). La logique de l’édition ouverte est donc d’imaginer et de développer une interopérabilité avec les divers outils de la pratique de recherche. Le temps passé à chercher pour ne pas dire déterrer un article doit être réduit au profit de son examen.

  • 9 On remarquera qu’il ne se souciait guère de la conservation de l’ouvrage.
  • 10 Et quoique je n’aie, ce me semble la présomption de croire qu’il put être fort utile à quiconque au (...)

23Ces logiques ne sont totalement nouvelles. Par le passé d’autres découpages et autres arlequinades ont été produits. Trop souvent, la sacralisation de l’imprimé néglige le fait que l’imprimerie n’a pas supprimé les pratiques manuscrites notamment d’annotations. Mais elle oublie également que le respect du livre imprimé n’était pas si essentiel pour ceux qui travaillaient à l’amélioration des connaissances et à son organisation. S’il est bien quelque chose de supérieur à l’auteur et au texte, ce sont justement les régimes de vérité et l’accès partagé et amélioré et à la connaissance. Une position notamment visible chez l’érudit, bibliographe et naturaliste Conrad Gesner qui n’hésitait pas à effectuer ainsi des copier-coller avec ciseaux, glue et papier dans les exemplaires qu’il consulte pour réaliser des fiches. Il recommandait d’ailleurs d’en avoir deux,… pour pouvoir couper autant le recto que le verso si besoin9. L’important n’est pas alors véritablement de conserver l’ouvrage de base, mais de poursuivre une œuvre collective, ce que recommandait le bibliothécaire de la République des lettres et auteur du jugement des savants, Adrien Baillet10.

  • 11 Le terme de zombification provient de l’archéologie des medias: “Zombie media is concerned with med (...)

24Pour cela, il convient de rapprocher l’éditorialisation des pratiques documentaires et informationnelles des usagers pour privilégier une approche de « zombification »11 comme c’est le cas pour l’archéologie des médias (Parikka, 2012) dont un des objectifs est de faire revivre d’anciens outils et médias dans des perspectives de rétro-ingénierie, mais également dans des logiques esthétiques. L’archéologie des médias évoque le cas des médias zombies qui sont devenus désuets et que des projets tentent de faire revivre. Ce sont à la fois des témoignages d’époques passées, mais aussi un moyen de montrer les conséquences des évolutions techniques successives. Envisager la zombification de l’édition suppose qu’on ne se contente pas de numérisation homothétique, mais qu’on puisse opérer des éditions critiques, annotées collaborativement. Pour cela, il faut donc accroître les possibilités offertes et les outils pour disséquer les corpus en open access, sous peine de demeurer sans cesse dans une logique qui est celle de l’interdit. Les réflexions autour de la station de travail du chercheur avec notamment la mondothèque de Paul Otlet (Otlet, 1934 °) ou bien encore le Memex de Vannevar Bush participaient de ces besoins d’un meilleur outillage et de dispositifs qui facilitent l’exercice de l’étude. Redonnez vie, insuffler l’anima dans nos corpus et autres bibliothèques numériques qui méritent non pas un respect mortuaire, mais bien plus une renaissance. Pour cela, c’est bien de monstruosité dont nous avons besoin en imaginant des formes nouvelles qui contrastent avec les habitudes de l’imprimé et qui nous donnent à voir. En effet, la monstration est d’abord ce qui doit être vu et c’est dans cette perspective que la monstration rejoint l’ensemble des tentatives de visualisation de corpus plus ou moins massifs comme le permettent des outils de graphe comme Gephi ou d’analyse de texte comme Iramuteq par exemple. Il faut donc envisager l’édition ouverte comme une démarche facilitant les lectures à distance (Moretti, 2013). Mais c’est aussi envisager de produire des formes qui dérangent et interrogent comme les expériences de Lev Manovich (Manovich, 2013). Le légiste incarne alors bien mieux cette tension entre le lecteur et l’auteur et nous incite à envisager une évolution de l’organisation des connaissances avec une organologie scientifique digitale qu’il reste à imaginer.

Une nouvelle organologie scientifique à envisager : un laboratoire de nouvelles formes

25En considérant qu’il s’agit de satisfaire non plus un lecteur, mais un légiste, il convient d’envisager de nouveaux agencements scientifiques porteurs d’une nouvelle organisation des connaissances scientifiques, une nouvelle organologie (Cormerais, 2014). Ce besoin d’envisager l’avenir de la documentation scientifique a déjà été clairement explicité par Paul Otlet dans le traité de documentation où il montre que de nouvelles formes se succèdent et vont continuer à apparaître :

« Au livre on a substitué la revue, puis les annuaires, puis la documentation sur fiches, puis la coordination internationale de l’information scientifique. Tous les jours on voit naître des ouvrages d’un type nouveau, qui n’était pas ou guère représenté dans l’ancienne littérature ».

  • 12 «  L’article étant écrit pour être un objet fabriqué et multiplié, il faut prendre en compte le sys (...)

26Cela suppose de sortir de la vision librocentrée issue de l’imprimerie qui s’avère pleine de contraintes techniques et temporelles que rappelait Jean Meyriat12. Cela ne signifie pas la disparition de livres ou de monographies, mais il concevoir comme un medium pouvant être dispersé et distribué. Par conséquent, il faut considérer le livre dans ses nouvelles formes digitales et l’inclure dans le flux des idées et des connaissances et pas seulement dans celui de la vente et du marketing. Cela place d’ailleurs plus nettement la valeur esprit au centre de la communication scientifique vis-à-vis de la valeur marchande dans une ouverture continue qui permette la publication sous des formes intermédiaires, mais aussi complémentaires (carnets de recherche, micro-publications, retour sur questionnements des lecteurs, etc.).

27Parmi les hypothèses intéressantes figure la division de l’article en plusieurs entités qui peuvent être disponibles sous forme d’application qui pourrait être interrogée : une API (Application programming interface) (Le Deuff, 2014). À suivre également, les nouveaux modèles d’échanges de données type blockchain qui pourraient offrir la possibilité d’envisager un modèle davantage décentralisé, mais qui présenterait le défaut de produire une défragmentation. De nouveaux protocoles restent à imaginer autant pour le téléchargement (le P2P permet d’éviter le risque d’une accessibilité limitée momentanément d’un service par exemple) que pour l’interopérabilité et le moissonnage des données avec une évolution du protocole OAI. En effet, la vision d’un article monobloc disponible sous un format traitement de texte ou pdf apparaît insuffisante tant les contraintes de place imposées par le papier n’ont plus lieu d’être sur les dispositifs web. De ce fait, le besoin de pouvoir introduire des éléments complémentaires à l’article sans aucune limite de taille peut être envisagé avec des fichiers de données complémentaires, mais aussi diverses annexes multimédias ce qui permet à l’auteur de fournir l’appareil de données utilisées pour asseoir sa démonstration. Finalement, les formes de productions scientifiques se libèrent de la conformité issue du papier pour envisager des formes plus grandes, mais aussi plus petites comme des micro-productions très courtes qui peuvent relater une expérience avec ses résultats. Les data papers privilégient ainsi une diffusion de données et de métadonnées qui permettent leur réutilisation par d’autres chercheurs. Les données mises à disposition sont soumises à la sélection par les pairs et un soin tout particulier est souhaité pour qualifier et expliquer la nature des données mises à disposition. Outre la qualité des données, ce sont les possibilités de réutilisation qui sont intéressantes pour ce type de revues. Si on songe à première vue à des données en sciences appliquées, bon nombre d’aspects pourraient s’avérer opportuns pour des données issues d’enquêtes en sciences sociales. Les comparaisons et les croisements en seraient alors facilités.

28Envisager une nouvelle organologie revient à imaginer une variété de formes possibles de la communication scientifique qui ne soit pas réservée aux seuls publics de chercheurs professionnels, mais également aux publics intéressés. Quelque part, cela ouvre de manière différente l’évaluation des productions avec des métries alternatives qui prennent en compte d’autres mentions que celles du web of science ou de google scholar. Cela peut également conduire à envisager des formes « compilatoires » (issue à la fois de la compilation et de la combinatoire) nouvelles qui pourraient résulter de ces nouvelles analyses notamment pour produire des numéros spéciaux à l’instar des Epi-revues dans lequel on pourrait faire le point sur un sujet à partir d’articles reconnus.

29La multiplication des possibilités de production scientifique oblige à penser des documents synthétiques notamment pour permettre aux jeunes chercheurs de faire le point sur un domaine qu’il souhaite découvrir. C’est aussi la possibilité de produire des éditions comparées et collaboratives, qui mettent en relief les références croisées et les éventuelles controverses dans un dialogue renouvelé entre les textes et leur auteur et finalement leurs lecteurs-évaluateurs tant l’évaluation est amenée à se poursuivre après la publication y compris avec des métries alternatives qui ne soient pas seulement basées sur une quantification.

Conclusion : Ouvrir ou offrir

30Les incitations politiques pour une plus grande ouverture de l’édition scientifique peuvent sembler justes, mais il reste à justement envisager les fondements de cette ouverture. Si un accès facilité au document apparaît comme un élément intéressant, nous avons voulu montrer ici que cela ne recouvre qu’une partie des usages et des besoins. Par conséquent, penser l’édition ouverte doit s’accompagner d’une prise en compte du processus de formation du document avant sa publication ainsi que de la prise en compte de sa transformation après. Ce n’est donc pas tant à un lecteur qu’elle doit s’adresser qu’à un légiste digital. L’ouverture s’inscrit dans une logique du don qui signifie qu’ouvrir va de pair avec offrir. Seulement cette offre ne réside pas dans le simple fait de déposer son article sur academia.edu, researchgate ou des réseaux de ce type, dont la logique demeure centralisée, mais d’apporter sa contribution à une œuvre commune et collective.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bachimont, B. (2007). Nouvelles t endances applicat ives : de l’indexation à l’éditorialisation. In P. Gros (Ed.), L’indexation multimédia (pp. 313-326). Paris : Hermès

Bachimont, Bruno. La présence de l’archive : réinventer et justifier. intellectica, Association pour la Recherche sur la Cognition, 2010, 53-54, pp. 281-309.

Baillet, Adrien (1649-1706). Jugemens Des Savans Sur Les Principaux Ouvrages Des Auteurs. T1/, Par Adrien Baillet, Revûs, Corrigés et Augmentés Par M. de La Monnoye…, 1722. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k113883m.

Barthes, Roland. Le Plaisir Du Texte  : Précédé de Variations Sur L’écriture. Seuil, 2000.

Berra, Aurélien. Faire Des Humanités Numériques. OpenEdition Press, 2012. http://books.openedition.org/oep/238.

Blair, Ann. Too Much to Know – Managing Scholarly Information before the Modern Age. New Haven Conn. : Yale University Press, 2011.

Clivaz, Claire, and Dominique Vinck. « Introduction. » Les Cahiers du numérique vol. 10, n° 3 (September 12, 2014) : 9–16.

Cormerais, F. (2014), « Humanités digitales et (ré) organisation du savoir », in : Le Deuff, O. [dir.], Le Temps des humanités digitales. La mutation des sciences humaines et sociales, Paris, FYP Éditions, p. 129-142.

Crouzet, Thierry. La Mécanique du texte, éditions Publie.net, 2015

Davallon, J. & Jeanneret, Y. (2004). La fausse évidence du lien hypertexte. Communication et langages, 140 (1), 43–54. http://doi.org/10.3406/colan.2004.3266

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Davallon, Jean, Jeanneret, Yves « La fausse évidence du lien hypertexte », Communication & langages, n° 140, 2004, p. 43-54.
DOI : 10.3406/colan.2004.3266

Destrez, L. La Pecia dans les manuscrits universitaires du XIIIe et du XIVe siècle, Paris, J. Vautrain, 1935

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ertzscheid, Olivier « Usages de l’information numérique : comprendre les nouvelles enclosures algorithmiques pour mieux s’en libérer », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015
DOI : 10.4000/rfsic.1425

Granjo, Fabien « Fracture numérique », Communications, 2011/1 n° 88, p. 67-74.

Harnad, Steven., « La Ciélographie scientifique, une anomalie postgutenbergienne », dans Origgi, Gloria et Arikha, Noga, Text-e : le texte à l’heure de l’internet. Paris, BPI, 2003, p. 81.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Jeanneret, Y., Souchier, E. (2005). L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran. Communication et langages, 145 (1), 3–15. http://doi.org/10.3406/colan.2005.3351
DOI : 10.3406/colan.2005.3351

Jeanneret, Yves, Souchier, Emmanuel « Pour une poétique des écrits d’écran », Xoana, n° 6, 1999, p. 97-107.

Latour, Bruno. La science en action  : Introduction à la sociologie des sciences. Nouvelle éd. Paris : La découverte, 2005.

Le Deuff Olivier, « Translittératie et transmédia », Les Cahiers du numérique 3/2014 (Vol. 10), p. 55-72

Le Deuff, Olivier. Les humanités digitales précèdent-elles le numérique ? Jalons pour une histoire longue des humanités digitales in Saleh, I., et al. (dir.). H2PTM’15, ISTE Editions. p. 421-432

Manovich, Lev. Software Takes Command. 1st ed. Bloomsbury Academic, 2013.

Moretti, Franco. Distant Reading. Verso Books, 2013.

Müller, Bertrand. « Documentation et sciences sociales : des musées laboratoires aux humanités digitales ». In Ina Expert, les e-dossiers de l’audiovisuel. Juin 2012 http://www.ina-sup.com/node/2835

Parikka, Jussi. What is Media Archaeology ? 1 st ed. Cambridge : Polity Press, 2012.

Paulmier-Foucart, M. « Ut diligens et intelligens lector requirat : une banque de données du Speculum maius de Vincent de Beauvais », De la plume d’oie à l’ordinateur : études de philologie et de linguistique offertes à Hélène Naïs, (Verbum, numéro spécial, Université de Nancy), Nancy, 1985, p. 469-480.

Pédauque, Roger. T. La Redocumentarisation Du Monde. Toulouse : Cépaduès-Editions, 2007.

Simondon, Gilbert. Du mode d’existence des objets techniques. Paris : Editions Aubier, 1989.

Waquet, Françoise. Qu’est-ce que la République des Lettres ? Essai de sémantique historique. — Bibliothèque de l’École des chartes, t. 147, 1989, p. 473-502.

Haut de page

Notes

1 Le militant pour l’Open Access Aaron Swartz s’est suicidé en 2013 quelques semaines avant le début du procès qui l’opposait à la plateforme d’articles scientifiques JSTOR. Swartz alors étudiant au MIT avait téléchargé massivement via un script python un grand nombre d’articles. Si JSTOR se montrait prêt à négocier, le bureau du procureur avait choisi de maintenir les accusions. Depuis, Swartz est devenu un des symboles voire un martyr de l’Internet libre.

2 On songe également au fait que de nombreux chercheurs sont contraints de faire appel à la communauté sur twitter pour obtenir des articles, car leur université n’est pas abonnée à certaines plateformes coûteuses. Le succès du hashtag #icanhazpdf qui rassemble les demandes de ce type montre l’absurdité du système d’autant que les demandes ne concernent pas nécessairement des articles récents.

3 Avant l’imprimerie, la pecia (Destrez, 1935) consistait à diviser un ouvrage pour pouvoir mieux le louer et en recopier par parties. C’est un système proche de celui du p2p au final. Par conséquent, le regard parfois conservateur qui est posé sur l’objet livre apparaît parfois erroné tant il s’agit d’un objet complexe.

4 La pagination s’est développée avec l’imprimerie (notamment avec Alde Manuce qui réalise en 1513 une édition paginée recto verso) alors qu’elle s’avérait inutilisable auparavant du fait des différences dans les copies manuscrites.

5 Combien d’ouvrages imprimés finissent au pilon faute de lecteurs  ?

6 Par chance, les moteurs de recherche indexent bien ces banques de données, mais les nombreux paywalls sont assez dissuasifs même si des dispositifs permettent la reconnaissance des chercheurs lorsqu’ils reviennent sur les bases auxquels leur établissement est abonné.

7 On veut nous persuader que ces Brucolaques ne sont autre chose que des démons qui déterrent les corps morts, qui entrent dedans pour les animer, et qui les conservent dans un embonpoint trompeur, pour suspendre les effets de la corruption et de l’infection des corps. On ajoute que ces démons n’usent de cet artifice que pour imposer aux personnes de la connoissance de ces morts, et pour nuire au genre humain, non seulement par des séductions honteuses, mais par des violences qui vont souvent jusqu’au meurtre des vivants. (Baillet, 1690 : 213–14)

8 Même s’il cible plutôt les écrivains, Thierry Crouzet (Crouzet, 2015) a abordé cette question en évoquant l’utilisation de nouveaux dispositifs qui puissent plus aisément prendre en compte la diversité de formes qui pourraient être alors générées sur le web. L’éditorialisation suppose désormais de quitter le modèle unique de la forme finale pour lui privilégier une approche pluriforme.

9 On remarquera qu’il ne se souciait guère de la conservation de l’ouvrage.

10 Et quoique je n’aie, ce me semble la présomption de croire qu’il put être fort utile à quiconque aurait assez de résolution et de forces pour entreprendre un ouvrage de cette importance  ; je m’imagine pourtant que je le considère avec assez d’indifférence pour renoncer à la propriété et le lui abandonner sans lui donner lieu de craindre que je voulusse jamais l’accuser d’être plagiaire. (p.12, XIV de l’avertissement)

11 Le terme de zombification provient de l’archéologie des medias: “Zombie media is concerned with media that is not only out of use, but resurrected to new uses, contexts and adaptations.” In Garnet Hertz, Jussi Parikka “Zombie Media: Circuit Bending Media Archaeology into an Art Method” Leonardo, Volume 45, Number 5, 2012, pp. 424-430

12 «  L’article étant écrit pour être un objet fabriqué et multiplié, il faut prendre en compte le système de fabrication. Celui-ci est commun au plus grand nombre des objets écrits et peut mettre à la disposition de chacun d’eux des moyens qui conviennent à tous, précisément parce qu’il interfère très peu avec leur contenu, c’est-à-dire avec l’information qu’ils véhiculent. Il laisse donc facilement intacte leur capacité informative et peut même l’optimiser en leur facilitant l’accès aux ressources nouvelles que procure Le développement technologique. La séquence traditionnelle d’opérations : écriture ou dactylographie (composition, correction, impression, brochage OU reliure) était lourde et lente. Il pouvait arriver qu’on cherche à l’alléger en limitant au-delà des vœux de l’auteur la dimension des articles, ou encore en rejetant les illustrations, tableaux, graphiques, et tous éléments plus difficiles à composer que de la simple prose, mais nécessaires pour que l’information soit complète et explicite. » (Meyriat, 2006, P. 19)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – les différents types d’accès
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1871/img-1.png
Fichier image/png, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Le Deuff, « Anatomie et nouvelle organologie de l’édition ouverte », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 21 mars 2016, consulté le 29 juillet 2016. URL : http://rfsic.revues.org/1871 ; DOI : 10.4000/rfsic.1871

Haut de page

Auteur

Olivier Le Deuff

Olivier Le Deuff est maître de conférences en Sciences de l’information à l’Université Bordeaux Montaigne. Ses recherches portent sur les humanités digitales, les cultures numériques, la formation à l’information, l’histoire de l’information et de la documentation. Il a notamment dirigé l’ouvrage Le Temps des Humanités digitales chez Fyp éditions, et a publié La Documentation dans le numérique aux Presses de l’Enssib. Courriel : oledeuff@gmail.com.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page