Navigation – Plan du site
Émergences

Open access en bibliothèque universitaire : de nouveaux enjeux de médiations

Antoine Barthelemy, Julien Baudry, Aurélia Braud, Christelle Charazac et Delphine Galot

Résumés

En partant d’une expérience concrète de mobilisation dans le cadre de l’Open Access Week au sein du Service Commun de la Documentation de l’Université Bordeaux Montaigne, nous nous interrogerons sur la place des professionnels de l’information face aux enjeux de la documentation en libre accès et du mouvement de l’Open Access. Les bibliothèques universitaires doivent-elles se positionner dans ces débats qui agitent le monde universitaire ? Pourquoi et comment le faire ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 « Open Access », enssib.fr [En ligne]. Enssib, 7 mai 2012 [page consultée le 22 décembre 2015]. htt (...)

1Les définitions de l’Open Access sont désormais bien connues du monde universitaire : “L’Open Access, ou libre accès à l’Information Scientifique et Technique (IST), repose sur un principe : rendre accessible gratuitement, en ligne, toute production issue d’un travail de recherche”1. Si les principes de ce mouvement sont clairement définis, sa diffusion au sein de la communauté est encore limitée. Les bibliothèques universitaires font partie des acteurs particulièrement actifs de ce mouvement. C’est le cas au sein du Service Commun de la Documentation (SCD) de l’Université Bordeaux Montaigne : pour nous, la prise en compte de cette problématique se traduit notamment par l’intégration à notre environnement documentaire de ressources en libre accès mais aussi par un intérêt pour les modèles économiques adoptant l’Open Access ou encore par la sensibilisation des professionnels à l’usage de ces ressources. La dernière action en date a été une journée d’information dans le cadre de l’Open Access Week (OAW), le 22 octobre 2015.

2Nous souhaitons dans cet article partager notre expérience de professionnels de l’information mais aussi la mettre en perspective par rapport à nos missions traditionnelles. En quoi les services de documentation sont-ils légitimes pour participer au mouvement de l’Open Access ? Quels sont leurs moyens d’action ? Pour y répondre nous ferons une courte synthèse de la Journée Open Access pour ensuite expliquer les différents types de médiation que peuvent fournir les bibliothèques : médiations politique, documentaire et technique.

Retour d’expérience : organiser un événement autour de l’Open Access à l’université

3Une étape importante de notre réflexion collective a été la mobilisation engagée autour de l’OAW 2015 (du 19 au 25 octobre), événement international annuel coordonné en France par le consortium Couperin (http://www.oaweekfrance.org/). La fin du mois d’octobre 2015 s’est avérée être un moment propice pour évoquer la question du libre accès : entre l’OAW, la réflexion nationale sur la loi pour une République numérique lancée par le Ministère de la Culture et de la Communication (https://www.republique-numerique.fr/​) et l’ouverture par Couperin d’un site Web dédié2, l’actualité de l’information scientifique et technique se prêtait bien à revenir sur un enjeu certes ancien, mais qui nécessite une veille continue.

  • 3 ADESS (Aménagement, Développement, Santé et Sociétés), UMR 5185. À partir de janvier 2016, le labor (...)
  • 4 http://climas.u-bordeaux3.fr/leaves
  • 5 http://euchronie.hypotheses.org/

4Pour l’OAW à l’Université Bordeaux Montaigne, nous avons organisé trois actions de natures différentes autour d’un objectif commun : informer sur le libre accès aux travaux de la recherche scientifique. D’une part a été proposée aux collègues du SCD une formation d’une heure en interne. D’autre part un “Café Open Access” a été installé dans la bibliothèque le 22 octobre pour présenter aux usagers les ressources en libre accès signalées et promues par les bibliothèques et favoriser les échanges informels. Enfin, une table ronde a permis de rassembler trois acteurs locaux de l’université menant des projets liés à l’Open Access : Caroline Abela pour le portail HAL du laboratoire ADESS3, Nicolas Labarre pour la revue Leaves4 et Jessica de Bideran pour le projet Euchronie5.

5Le titre de la table ronde, « Améliorer l’accès aux travaux scientifiques », interrogeait volontairement la notion de publication sous l’angle de son accès (et non de sa production et de sa validation). Ce biais rhétorique permettait, nous semble-t-il, de donner à la bibliothèque une légitimité d’intervention : au bout du compte, si notre mission est de « donner accès » à la documentation, il est naturel que les évolutions de ces modalités d’accès nous interpellent.

6L’un des enseignements les plus marquants de cette série d’actions est assurément le potentiel de mobilisation des collègues bibliothécaires : la formation interne et la table ronde ont attiré un grand nombre d’agents, et les questions soulevées, pendant et après les actions, ont été nombreuses sans être uniquement le fait d’une minorité informée. Le succès auprès des enseignants-chercheurs, premier public concerné par la table ronde, a été plus relatif et s’est appuyé principalement sur des liens préexistants avec le SCD.

7Pourtant, il est remarquable de constater que, par les questions posées lors des deux séances, les professionnels de l’information se sentent concernés par le sujet, et pas uniquement dans ses enjeux documentaires. Il a ainsi été question des politiques d’évaluation, de la légitimité scientifique du chercheur, du rôle de l’institution dans la production scientifique, du plagiat, etc. En réalité, le bibliothécaire en vient à formuler des questions que pourraient se poser les producteurs de travaux scientifiques : dans bien des cas, il s’agit de réflexions ayant émergé à l’issue d’échanges préalables entre bibliothécaires et enseignants-chercheurs.

8A considérer notre investissement dans le cadre de l’OAW comme une modalité d’action possible des bibliothèques autour de l’Open Access, le bilan est positif : il a permis de prendre la mesure de l’importance du chantier. Le triple contexte favorable (local, national et international) a été une belle opportunité d’organiser cet événement. Localement, l’arrivée d’un agent dédié au sein du service, le lancement du projet d’archive ouverte institutionnelle ainsi que les contacts déjà établis avec des acteurs locaux dynamiques ont été des leviers indispensables. Au niveau national, la consultation autour de la loi numérique a permis de faire écho à l’actualité. Enfin, internationalement, l’OAW a servi de cadre et de prétexte pour évoquer ces questions.

9De fait, le caractère événementiel de ce type d’action est à la fois une force et une faiblesse. C’est une force car il a permis de monter, en un minimum de temps, une action ayant rencontré une adhésion relative dans la communauté scientifique locale, et ayant permis à des acteurs de se rencontrer. Mais c’est aussi une faiblesse au sens où un événement ne peut se suffire en lui-même : il nous faut à présent capitaliser sur la dynamique ainsi créée avec un travail de suivi.

10Ces trois actions et leurs retombées valident l’idée que les bibliothèques universitaires sont des acteurs légitimes de l’Open Access. La problématique abordée concerne directement les professionnels de l’accès à la recherche scientifique que nous sommes. Il y a eu mobilisation effective des professionnels de l’information, qui se sont montrés capables de reformuler les attentes des enseignants-chercheurs.

Quel rôle pour les services de documentation ?

11Si l’appropriation de ces questions dans la culture professionnelle des bibliothèques universitaires est un phénomène sensible depuis quelques décennies, quels sont les moyens concrets dont nous disposons pour intervenir ? Le rôle des professionnels de l’information dans la promotion du libre accès répond à trois logiques majeures et interdépendantes, fondées sur la vision panoramique des enjeux de la diffusion de l’information scientifique et technique que leur confèrent leurs missions. La profession est définie par la “médiation” : le bibliothécaire est un intermédiaire entre des ressources documentaires et des usagers. C’est donc en définissant différents types de médiations que nous pouvons identifier les actions des bibliothèques en faveur du libre accès : médiations politique, documentaire et technique.

Médiation politique

12La dimension première à laquelle obéit la participation des bibliothèques au mouvement de l’Open Access est politique, au sens où l’accès à l’information représente le cœur même de leurs missions. L’appui précoce d’acteurs de la documentation à l’essor du mouvement est symptomatique d’un rapprochement qui, dès l’origine, relève à leurs yeux de l’évidence : la diffusion croissante de pratiques de dépôt ou de publications alternatives par les chercheurs a rejoint naturellement les préoccupations des bibliothécaires, qui subissent une forte dépendance envers le marché de l’édition électronique. La conviction que le libre accès bénéficie aux chercheurs et se justifie par le financement public d’une large part de leurs travaux gagne progressivement du terrain, portée à la fois par des universitaires et des professionnels de l’information. Rapidement, l’élaboration d’un positionnement politique clair sur le sujet a donc fait partie des priorités des associations professionnelles.

  • 6 http://www.arl.org/
  • 7 Scholarly Publishing and Academic Resources Coalition, http://sparceurope.org/
  • 8 Consortium Unifié des Établissements Universitaires et de Recherche pour l’Accès aux Publications N (...)
  • 9 International Federation of Library Associations : http://www.ifla.org/
  • 10 « Déclaration de l’IFLA sur le libre accès à la littérature scientifique et à la documentation de r (...)

13Cette prise de position s’est traduite par plusieurs stratégies concomitantes : d’une part, les professionnels de l’information se sont efforcés de produire un discours audible sur le libre accès, permettant de répondre aux préoccupations des chercheurs et de s’associer à leurs initiatives en la matière. Cette volonté de sensibiliser et informer la communauté universitaire s’est concrétisée dans un premier temps par la rédaction de textes fondateurs permettant de proposer un argumentaire validé collectivement. Ainsi, dès 1997, l’Association of Research Libraries (ARL)6 lance une structure dédiée à la promotion de stratégies de publications scientifiques alternatives appelée SPARC7, qui a depuis essaimé notamment en Europe (on y retrouve le consortium Couperin8, des bibliothèques universitaires ou encore OpenEdition). Dans son sillage, d’autres associations professionnelles ont signé des manifestes, à l’image de l’IFLA9 qui a multiplié les initiatives sur le sujet depuis le début des années 2000 (« Déclaration de l’IFLA sur le libre accès à la littérature scientifique et à la documentation de recherche » en 2003 notamment10).

  • 11 Créé en 2002 par les bibliothèques de l’université du Michigan, et depuis 2009 géré par OCLC : http (...)
  • 12 Directory of Open Access Journals lancé en 2003 par les bibliothèques de l’université de Lund en Su (...)
  • 13 Groupe de Travail sur l’Accès Ouvert aux Publications de la Recherche : http://gtao.wikidot.com/pre (...)
  • 14 https://www.openaire.eu/
  • 15 http://www.bibliothequescientifiquenumerique.fr/bsn-4-les-archives-ouvertes/

14D’autre part, les bibliothèques participent en parallèle au développement d’outils permettant de mettre concrètement en pratique le discours de promotion du libre accès et d’apporter la preuve de sa validité. La publication de « L’Initiative de Budapest pour l’Accès Ouvert » et le lancement concomitant du projet « Open Archives Initiative » (OAI) en 2001 ont ainsi fédéré les différents acteurs engagés dans cette dynamique à l’échelle internationale. Des projets de signalement et de valorisation des publications scientifiques en libre accès voient également le jour sous l’impulsion de bibliothèques, à l’instar du moteur de recherche OAIster11 ou du répertoire DOAJ12. En France, la réalisation la plus marquante est l’œuvre du CCSD (Centre pour la Communication Scientifique Directe, organisme du CNRS), qui développe les serveurs d’archivage TEL (Thèses en Ligne) et HAL (Hyper Articles en Ligne), prémices d’un mouvement appelé à impliquer de plus en plus d’acteurs de la recherche. L’exemple du consortium Couperin est également emblématique de cette contribution à la réflexion au sein de la communauté universitaire : à l’origine d’un groupe de travail (GTAO13 en 2006) et de journées d’études, il coordonne actuellement l’action du projet européen OpenAIRE14 pour la France. Plus récemment, un segment du programme Bibliothèque scientifique numérique (BSN) a été spécifiquement dédié à l’Open Access15.

  • 16 Campagne « The Cost of Knowledge » : http://thecostofknowledge.com/
  • 17 MAHÉ Annaig, « Bibliothèques et archives ouvertes », Bulletin des Bibliothèques de France, 2011, t. (...)

15La démonstration de la plus-value apportée par ces outils, couplée à l’explosion des coûts d’acquisition des ressources électroniques, a permis d’accroître l’audience de la défense du libre auprès des chercheurs et des tutelles. Les désabonnements et appels au boycott spectaculaires d’éditeurs de la part d’universitaires16 ont également accéléré cet essor. « De propositions alternatives basées largement sur la prise de conscience militante, l’implication et la participation active à un nouveau paradigme économique autour de l’information scientifique deviennent une nécessité vitale pour la plupart des organismes documentaires »17.

  • 18 À l’image du mandat de dépôt de l’université de Liège en Belgique

16La nécessité de sensibiliser la communauté universitaire et notamment les tutelles confère donc une dimension militante certaine au discours porté par les bibliothécaires, qu’il s’agit de concilier avec l’exercice de leurs missions. Il ne s’agit en aucun cas de faire le procès d’acteurs du marché de l’édition mais de promouvoir les solutions les plus adéquates en termes de facilité d’accès à l’information et de coût. Les bibliothèques ne peuvent en effet se substituer aux instances politiques des établissements, qui seules ont le pouvoir de mettre en œuvre la constitution d’archives ouvertes18.

Médiation documentaire

  • 19 COLCANAP Grégory. « Acquérir la documentation électronique pour l’enseignement supérieur et la rech (...)

17Si les professionnels de l’information ne peuvent se substituer aux décisions politiques locales, nationales, voire internationales, le mouvement des archives ouvertes et du libre accès ne peut aujourd’hui être écarté des politiques documentaires : le libre accès constitue une mission fondamentale des bibliothèques, soit par le biais d’acquisitions coûteuses et d’abonnements, soit par la sélection de ressources en Open Access. En effet, comme le souligne Grégory Colcanap, coordonnateur du consortium Couperin : “Au-delà des problématiques liées aux acquisitions, il convient de promouvoir le mouvement Open Access et la constitution d’archives ouvertes, qui visent tous les deux à développer un accès libre à l’information scientifique”19.

Figure 1 : Ressources Open Access signalées.

Figure 1 : Ressources Open Access signalées.

Source : Service commun de la Documentation - Université Bordeaux Montaigne - 2015

18L’Open Access est aujourd’hui présent dans le quotidien de travail des professionnels de l’information, il constitue donc à la fois une alternative et une complémentarité entre l’offre souscrite et l’offre en libre accès. Face aux ressources de plus en plus nombreuses et hétérogènes, la bibliothèque se positionne alors comme passerelle vers les ressources électroniques pertinentes pour les usagers, dans une optique de répondre aux besoins informationnels exigeant qualité et exhaustivité. L’Open Access est incontournable à toute recherche qui se veut pertinente ; c’est pourquoi le professionnel sélectionne des archives ouvertes thématiques correspondant aux fonds disciplinaires de la bibliothèque, l’idée étant in fine de les signaler et de les valoriser auprès des publics.

  • 20 MAHÉ Annaig. Op. cit., 2011.

19À l’heure actuelle, les ressources en Open Access sont aussi une alternative aux hausses tarifaires des éditeurs ainsi qu’à la baisse conjoncturelle des budgets des bibliothèques universitaires qui ne permettent pas d’acquérir toutes les souscriptions aux différentes plateformes de revues et/ou livres numériques. Elles contribuent à « réduire la pression économique sur les budgets des bibliothèques »20. Toutefois, les nouvelles licences d’abonnements telles que le modèle « freemium » pour les revues impliquent de nouveaux défis pour les professionnels, le modèle économique se situant entre l’accès payant et l’accès gratuit. Selon ce type de logique, l’acte d’achat, portant d’ordinaire sur les contenus documentaires, dont l’accès est désormais libre, s’est transposé sur la facturation de services (téléchargement au format PDF, fourniture et service de données, tableau de bord, etc.).

  • 21 Loi en cours de discussion au moment de la rédaction de cet article ; elle a été proposée en discus (...)

20Ces enjeux de politique documentaire sont également pensés au niveau national à l’exemple du récent projet de loi pour une République numérique21 : le Ministère de l’Éducation Nationale et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche propose le financement d’un plan de transition au libre accès des revues de sciences humaines et sociales afin d’opérer un juste rééquilibrage avec les revues de sciences dures.

21Parmi les nouvelles pratiques, le professionnel de l’information effectue une veille sur les productions en libre accès à la fois sur le Web mais également grâce au réseau de collègues en charge de collections thématiques et à la communauté universitaire constituée d’étudiants, de doctorants et d’enseignants-chercheurs proches, voire acteurs des productions éditoriales disciplinaires. Une fois la ressource validée par l’équipe, le professionnel se positionne en médiateur en contribuant à sa valorisation auprès de la communauté universitaire. L’interopérabilité entre les bases de ressources numériques, qu’elles soient en libre accès ou non, permet de créer un ensemble documentaire cohérent, faisant sens, et qui peut se rapprocher intellectuellement de la constitution physique de collections. Le numérique permet dans ce cas de multiplier les points d’accès, ce qui est plus rarement le cas pour les collections imprimées qui nécessitent de doubler ou tripler les achats. L’un des défis à venir est que les politiques documentaires prennent en compte conjointement les ressources imprimées, numériques payantes et numériques en libre accès.

22De plus, si les professionnels de l’information contribuent à la gestion, à la structuration et à la diffusion des contenus scientifiques et académiques, une partie de leurs missions consiste à former à l’accès à l’information et à sensibiliser au libre accès et aux archives ouvertes. C’est pourquoi l’un des axes principaux du projet de service de documentation de l’Université Bordeaux Montaigne porte sur la formation des étudiants de la Licence 1 au Doctorat et s’exerce aussi au quotidien dans les bibliothèques au contact du public.

  • 22 Cela peut prendre d’autres formes, à l’image du blog L’alambic numérique de la Bibliothèque Clermon (...)

23En ce sens, les bibliothécaires peuvent assumer un rôle majeur de formation et d’accompagnement des chercheurs, qui peut aller jusqu’à la maîtrise d’œuvre au sein de projets de recherche. L’implication des professionnels de l’information est ici de deux ordres : elle répond tout d’abord à une démarche de sensibilisation auprès des chercheurs qui ont besoin d’être familiarisés avec les nouvelles formes de diffusion de l’information scientifique, par des formations ou des conférences thématiques. Elle correspond également à l'aide concrète que peut apporter le bibliothécaire dans la mise en œuvre de projets. Dans cette logique, le SCD de l’Université Bordeaux Montaigne a élaboré un matériel de communication à destination de ses personnels et usagers, permettant de répondre rapidement aux questions les plus courantes sur le libre accès (« L’Open Access, est-ce la gratuité ? », « L’Open Access augmente-t-il les risques de plagiat ? », « Quelle validité scientifique ? », « Quel impact dans la carrière d’un chercheur ? »)22.

Médiation technique

24La dernière logique à laquelle obéit l’intervention des bibliothécaires dans la promotion du libre accès est technique. L’importance croissante de la documentation électronique dans l’offre des bibliothèques universitaires et le développement d’outils en ligne ont en effet entraîné l’apparition de nouvelles compétences liées au support numérique. Désormais, la gestion d’un système d’informations comprenant de multiples applications (catalogues en ligne, bases de données, bases de connaissances, résolveurs de liens, systèmes intégrés de gestion de bibliothèque, etc.) a permis aux bibliothécaires d’acquérir une expertise qu’ils peuvent réutiliser au service des projets des chercheurs de leur établissement.

25Les bibliothèques intègrent dans leur offre de services d’aide à la recherche des prestations techniques concrètes, qui vont de l’aide au dépôt dans une archive ouverte (par la structuration des métadonnées nécessaires par exemple, via l’utilisation de référentiels, la demande de création d’ISSN, etc.) à la maintenance technique des plateformes et des accès, en passant par le suivi bibliométrique. Ces propositions s’inscrivent dans un éventail plus global de prestations personnalisées (numérisation, indexation de corpus, création de bases de données, encodage) qui, dans le cas de l’Université Bordeaux Montaigne, encouragent le développement des Humanités numériques. L’objectif demeure ici d’assurer une diffusion la plus large possible des données et des publications scientifiques, favorisant leur réutilisation par une visibilité optimale. Cette mutation du rôle des bibliothèques participe ainsi pleinement d’une recomposition d’un modèle documentaire dont le paradigme est fondé sur la notion d’ouverture.

  • 23 Sur ce sujet, voir : Schöpfel Joachim, Jacquemin Bernard. L’Open Access dans la formation continue (...)
  • 24 L’Unité Régionale de Formation à l’Information Scientifique et Technique et le Centre de Formation (...)
  • 25 GRANGER Sabrina. « Open Access : une révolution dans les compétences des bibliothécaires ? ». Arabe (...)

26Enfin, il convient d’éviter que les compétences liées au développement du libre accès ne soit l’apanage d’agents spécialisés. Dès lors pour assurer ces fonctions c’est l’ensemble des collègues qui doit acquérir des compétences venant actualiser les savoirs et savoir-faire traditionnels de la documentation23. Pour accompagner cette évolution le SCD de l’Université Bordeaux Montaigne dispose d’un éventail d’actions. D’une part les agents sont encouragés à assister aux formations délivrées par l’URFIST et le centre de formation Mediaquitaine24. Un agent dédié facilite l’information sur ces journées ainsi que l’inscription. D’autre part, le SCD utilise son dispositif d’ateliers hebdomadaires interne pour que tous les agents soient en mesure de comprendre et d’expliquer aux usagers les enjeux du libre accès. Comme le pointe Sabrina Granger « La question est moins celle du caractère novateur des compétences que celle de leur organisation au sein d’un service »25.

Conclusion

27La légitimité des professionnels de l’information à être acteurs du libre accès paraît donc acquise et s’appuie sur de nombreux arguments. Leur prise de position sur le sujet est précoce et ils disposent des compétences adéquates pour assumer un rôle prépondérant dans la promotion de l’Open Access. Par ailleurs, leur intérêt pour une politique documentaire diversifiée converge avec celui des chercheurs pour l’accès à l’information scientifique. Mieux encore, les bibliothèques se trouvent à l’interface entre les producteurs et diffuseurs de l’information et les usagers, ce qui les rend incontournables dans les politiques de l’Open Access.

28Le mouvement de l’Open Access et la place qu’il prend dans l’évolution des pratiques de la communauté universitaire mettent en lumière une évolution plus globale du rôle des professionnels de l’information qui doivent faire face à de nouveaux enjeux. L’engagement des bibliothèques a d’abord été de proposer une mise en commun du savoir. Avec l’Open Access, il se repositionne vers la facilitation de l’accès à ce savoir. Néanmoins, il importe de toujours accompagner activement le partage des connaissances qui se poursuit dans le contexte numérique.

Colcanap Grégory. « Acquérir la documentation électronique pour l’enseignement supérieur et la recherche », Bulletin des bibliothèques de France, 2009, n° 6, p. 18-21.

Granger Sabrina. « Open Access : une révolution dans les compétences des bibliothécaires ? ». Arabesques, Juillet - septembre 2015, n° 79, p. 13.

Jaffrin Ivan et Parisot Thomas, « La place des revues dans la communication scientifique en régime de libre accès », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 2014, 52-1, 12 mai 2014. http://ress.revues.org/​2637

Mahé Annaig, « Bibliothèques et archives ouvertes », Bulletin des Bibliothèques de France, 2011, t. 56, n° 1, pp. 14-18

Schöpfel Joachim, Jacquemin Bernard. L’Open Access dans la formation continue des bibliothécaires et documentalistes. Une enquête. [En ligne] Université de Lille 3, Villeneuve d’Ascq. 2015. [consultée le 22 décembre 2015] http://hal.univ-lille3.fr/​hal-01233838v1

Haut de page

Bibliographie

« Open Access », enssib.fr [En ligne]. Enssib, 7 mai 2012. http://www.enssib.fr/le-dictionnaire/open-access

Salaun, Jean-Michel. « Libre accès aux ressources scientifiques et place des bibliothèques », Bulletin des bibliothèques de France, 2004, n° 6.

Haut de page

Notes

1 « Open Access », enssib.fr [En ligne]. Enssib, 7 mai 2012 [page consultée le 22 décembre 2015]. http://www.enssib.fr/le-dictionnaire/open-access

2 http://openaccess.couperin.org/

3 ADESS (Aménagement, Développement, Santé et Sociétés), UMR 5185. À partir de janvier 2016, le laboratoire prend le nom de PASSAGES : https://medihal.archives-ouvertes.fr/ADES

4 http://climas.u-bordeaux3.fr/leaves

5 http://euchronie.hypotheses.org/

6 http://www.arl.org/

7 Scholarly Publishing and Academic Resources Coalition, http://sparceurope.org/

8 Consortium Unifié des Établissements Universitaires et de Recherche pour l’Accès aux Publications Numériques : regroupe des établissements d’enseignement supérieur et de recherche français. http://www.couperin.org/

9 International Federation of Library Associations : http://www.ifla.org/

10 « Déclaration de l’IFLA sur le libre accès à la littérature scientifique et à la documentation de recherche », ifla.org [En ligne]. IFLA, 2003 (mise à jour le 20 janvier 2015) [page consultée le 22 décembre 2015] http://www.ifla.org/FR/publications/d-claration-de-l-ifla-sur-l-acc-s-libre---la-litt-rature-scientifique-et---la-documentation-de-recherche

11 Créé en 2002 par les bibliothèques de l’université du Michigan, et depuis 2009 géré par OCLC : https://www.oclc.org/fr-CA/oaister.html

12 Directory of Open Access Journals lancé en 2003 par les bibliothèques de l’université de Lund en Suède : https://doaj.org/

13 Groupe de Travail sur l’Accès Ouvert aux Publications de la Recherche : http://gtao.wikidot.com/presentation-du-gtao

14 https://www.openaire.eu/

15 http://www.bibliothequescientifiquenumerique.fr/bsn-4-les-archives-ouvertes/

16 Campagne « The Cost of Knowledge » : http://thecostofknowledge.com/

17 MAHÉ Annaig, « Bibliothèques et archives ouvertes », Bulletin des Bibliothèques de France, 2011, t. 56, n° 1, pp. 14-18

18 À l’image du mandat de dépôt de l’université de Liège en Belgique

19 COLCANAP Grégory. « Acquérir la documentation électronique pour l’enseignement supérieur et la recherche », Bulletin des bibliothèques de France, 2009, n° 6, p. 18-21.

20 MAHÉ Annaig. Op. cit., 2011.

21 Loi en cours de discussion au moment de la rédaction de cet article ; elle a été proposée en discussion libre sur le Web. https://www.republique-numerique.fr/pages/projet-de-loi-pour-une-republique-numerique. Voir aussi : « Projet de loi pour une République Numérique : étude d’impact », [En ligne]. 9 décembre 2015, [consultée le 22 décembre 2015] http://www.legifrance.gouv.fr/content/download/9558/114488/version/1/file/ei_republique_numerique_cm_09.12.2015.pdf

22 Cela peut prendre d’autres formes, à l’image du blog L’alambic numérique de la Bibliothèque Clermont Université animé par les membres de la bibliothèque numérique, où l’on trouve régulièrement des informations et avis sur le libre accès : http://alambic.hypotheses.org/.

23 Sur ce sujet, voir : Schöpfel Joachim, Jacquemin Bernard. L’Open Access dans la formation continue des bibliothécaires et documentalistes. Une enquête. [En ligne] Université de Lille 3, Villeneuve d’Ascq. 2015. [consultée le 22 décembre 2015] http://hal.univ-lille3.fr/hal-01233838v1

24 L’Unité Régionale de Formation à l’Information Scientifique et Technique et le Centre de Formation Médiaquitaine sont les deux lieux de formation continue du site bordelais pour les professionnels de l’information.

25 GRANGER Sabrina. « Open Access : une révolution dans les compétences des bibliothécaires ? ». Arabesques, Juillet-Septembre 2015, n° 79, p. 13.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Ressources Open Access signalées.
Crédits Source : Service commun de la Documentation - Université Bordeaux Montaigne - 2015
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1854/img-1.png
Fichier image/png, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Barthelemy, Julien Baudry, Aurélia Braud, Christelle Charazac et Delphine Galot, « Open access en bibliothèque universitaire : de nouveaux enjeux de médiations », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 21 mars 2016, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://rfsic.revues.org/1854 ; DOI : 10.4000/rfsic.1854

Haut de page

Auteurs

Antoine Barthelemy

Membre du pôle « services numériques » du Service Commun de la Documentation – Université Bordeaux Montaigne.

Julien Baudry

Membre du pôle « services numériques » du Service Commun de la Documentation – Université Bordeaux Montaigne

Aurélia Braud

Membre du pôle « services numériques » du Service Commun de la Documentation – Université Bordeaux Montaigne

Christelle Charazac

Membre du pôle « services numériques » du Service Commun de la Documentation – Université Bordeaux Montaigne

Delphine Galot

Membre du pôle « services numériques » du Service Commun de la Documentation – Université Bordeaux Montaigne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page