Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Dans ce huitième dossier d’Émergence, nous réunissons sept contributions originales portant sur des problématiques au cœur de grands débats politiques, sociétaux et scientifiques, d’enjeux professionnels et technologiques.

2Le mouvement de l’open access fait assurément débat dans les milieux politiques, scientifiques et professionnels de l’édition scientifique. Ghislaine Chartron, dans sa contribution, Stratégie, politique et reformulation de l’open access, propose de situer ce débat récemment relancé, en France, par le projet de loi pour une république numérique, et s’interroge sur les conditions et les modalités d’un open access durable, tout en soulignant l’importance d’une « dimension comparative internationale de l’action politique en faveur de l’open access ». Elle rend compte également des débats qui agitent la sphère de l’édition en SHS, entre éditeurs, bibliothèques et pouvoirs publics.

3La contribution de Julien Baudry et al. (Open Access en bibliothèque universitaire : de nouveaux enjeux de médiations) fournit une réponse concrète et argumentée à la problématique de l’open access. Il est clair, pour les auteurs, que les bibliothèques universitaires doivent se positionner dans ces débats qui agitent les nombreux acteurs, politiques et professionnels sur la question très actuelle et très vive de l’open access. Ainsi, les bibliothèques universitaires sont des acteurs légitimes de premier plan : ces professionnels sont à la fois médiateurs politiques, documentaires et techniques d’une mission globale en somme qui consiste à « promouvoir les solutions les plus adéquates en termes de facilité d’accès à l’information et de coût ».

4Olivier Le Deuff, à propos de l’édition ouverte, expose les principes d’une « Anatomie » et d’une « nouvelle organologie », s’engageant ainsi dans la voie d’une « éditorialisation des savoirs » prenant appui sur les propriétés du numérique. Dans cette nouvelle ère éditoriale, se substituerait au « simple droit de regard », dit l’auteur un droit d’utilisation. Dans ce nouveau contexte, le chercheur a alors vocation à devenir « légiste », cette expression empruntant à son étymologie dans la mesure où il exerce un « droit de lecture intégrale » dans la mesure où « l’édition ouverte offre les conditions d’une ouverture maximale et permet alors l’examen de tous les organes qui composent le document examiné ».

5Julien Figeac et Johann Chaulet, dans leur contribution (Le design de l’hyper-connectivité relationnelle : Vidéo-ethnographie des usages nomades des réseaux socio-numériques), s’interrogent sur les enjeux de l’hyper-connectivité et sur l’évolution des formes de sociabilités numériques et de nomadisme au sein de réseaux socio-numériques. Cette étude porte sur ce que les appellent les sociabilités ubiquitaires, hyper-connectées et distribuées. Ils vérifient l’hypothèse selon laquelle la multiplication des sollicitations relationnelles émises par les mSNS construit des formes sociales nouvelles centrées sur un individu hyperconnecté. Mais, ajoutons-nous, formes paradoxales et hybrides de vie sociale, « amenant les individus », concluent les auteurs, « à vivre les brèves interactions avec des inconnus-anonymes comme d’autant plus contraintes, voire subies ».

6Marième Pollèle Ndiaye, (Communication intercommunale et changement climatique. Critique des « utopies mobilisatrices ») souligne les enjeux, l’urgence, les défis mais également les défaillances d’une communication territoriale visant à sensibiliser les populations locales aux risques du changement climatique. Elle démontre qu’une politique de communication territoriale doit concilier deux exigences : se conformer à ce que l’auteur appelle un « impératif écologique » et une quête de légitimité sociale et politique. Cette contribution met en évidence, au-delà des enjeux consensuels d’une « utopie mobilisatrice » en faveur du climat, toute la complexité d’une action territoriale qui doit arbitrer entre de multiples ambitions locales (communales, en l’occurrence).

7Philippe Boistel se demande si la phrase vocation est synonyme du slogan. Cette étude souligne qu’il importe de résoudre les ambiguïtés sémantiques que pose cette distinction au profit d’une juste répartition des objectifs stratégiques entre communication institutionnelle et communication de marque. L’auteur rappelle que la phrase vocation est « une phrase courte utilisée pour aider à établir une image, une identité ou un positionnement d'une entreprise et pour augmenter sa mémorisation », tandis que le slogan, élément de la rhétorique publicitaire selon l’auteur, exprime la symbolique fonctionnelle du produit. Cette communication d’entreprise met en évidence toute la complexité de stratégies pragmatiques d’influence, partagées entre crédibilité commerciale et force symbolique.

8Dans son étude sur l’exploration des enjeux de la demande sociale pour les SIC, Olivier Galibert s’interroge sur les risques d’un déclassement d’une recherche appliquée en Sciences de l’Information et de la Communication par opposition à une recherche dite fondamentale dans ces spécialités. La notion de demande sociale, telle que l’auteur en expose et en justifient les enjeux, illustre-t-elle ce qui assujettirait les SIC au statut d’opérateur socio-économique ? Encore peut-on considérer que la critique sociale est « l’expression savante d’une demande sociale d’émancipation généralisée ». Parce qu’elles « constituent un terrain d’observation privilégié des enjeux épistémologiques de la réponse scientifique à la demande sociale », les Sciences de l’Information et de la Communication, sont en mesure de revendiquer leur projet critique et, finalement, éthique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Introduction », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 09 mars 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1835

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page