Navigation – Plan du site
Dossier

Humanités numériques et analyse des controverses au regard des SIC

Retour sur une expérience pédagogique
Jean-Edouard Bigot, Virginie Julliard et Clément Mabi

Résumés

Cet article expose l’apport de la perspective communicationnelle à l’étude des controverses qui se déploient sur Internet à partir d’une expérience pédagogique conduite à l’université de technologie de Compiègne. L’intérêt des SIC pour la médiation se porte aussi bien sur le terrain – les dispositifs techno-éditoriaux qui ouvrent des espaces de débats –, que sur les outils numériques d’analyse eux-mêmes. C’est un des aspects auxquels s’attache le séminaire « Humanités numériques et controverses » qui enseigne les outils conceptuels et numériques de l’analyse des controverses tout en sensibilisant les étudiants à la médiation que constituent à la fois les dispositifs d’écriture numérique dans lesquels se déploient les controverses et les outils proposés pour analyser ces controverses. Dans un premier temps, nous exposerons la façon dont les SIC permettent d’appréhender les « humanités numériques » de manière critique. Dans un deuxième temps, nous présenterons la manière par laquelle deux membres de l’équipe pédagogique ont co-élaboré une approche communicationnelle des controverses en ligne. Dans un troisième temps, nous reviendrons sur l’incidence des outils numériques sur les formes de connaissances produites, au regard, notamment de la difficulté éprouvée par certains encadrants et étudiants à s’emparer des outils proposés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’équipe pédagogique réunit trois chercheurs de l’UTC (deux chercheurs en SIC, Virginie Julliard et (...)

1Cet article se propose d’étudier l’apport des sciences de l’information et de la communication (SIC) à un projet pédagogique estampillé « Humanités numériques et controverses » à l’Université de technologie de Compiègne (UTC). Celui-ci fait dialoguer les perspectives sociologiques et communicationnelles pour présenter aux élèves ingénieurs des manières d’analyser les controverses et leur enseigner des méthodes qui se situent à l’articulation des SIC, de la sociologie et de l’informatique1. Le cours s’est déroulé pour la première fois en janvier 2015, et nous tirons ici les enseignements cette première session.

  • 2 On parle alors des « arènes » du débat public, au sens que leur attribue Nicolas Dodier : « Nous ut (...)

2Par controverses, nous entendons les débats qui accompagnent les « problèmes » que la science et l’innovation posent à la société : doit-on autoriser la commercialisation des OGM, favoriser le développement des nanotechnologies ou le développement de nouvelles générations de réacteurs nucléaires ? Leur étude dépend en grande partie de la perspective que l’on adopte. Dans une démarche socio-politique, on s’attachera à suivre les trajectoires des acteurs et des arguments, dans la multiplicité des espaces où ils sont discutés2ainsi qu’à identifier les configurations d’acteurs et leur évolution dans le temps (qui parle, avec quelle incidence en termes de relations de pouvoir ?). Dans une démarche sémiotique, on s’attachera à l’analyse des formes que prennent les controverses dans les différents espaces qu’elles traversent et aux effets de sens qui en résultent. On s’interrogera sur la manière dont les dispositifs techno-éditoriaux permettent d’intervenir dans la controverse : quelle prise de parole, quelles formes d’écriture autorisent-ils, et avec quelle incidence sur le renforcement ou la déstabilisation du sens attribué à certaines expressions ou à certaines pratiques ? Dans une démarche discursive, on s’attachera aux arguments contradictoires, qu’ils soient récurrents dans les différents espaces traversés par les controverses, marquant ainsi leur « identité discursive » (Rennes, 2007), ou qu’ils se distinguent selon ces espaces. Dans une perspective communicationnelle, ces différentes perspectives se voient articulées pour interroger spécifiquement la question de la médiation. Par exemple, les travaux adoptant une démarche communicationnelle questionneront l’incidence des dispositifs techno-éditoriaux sur les configurations d’acteurs, l’intelligibilité de la controverse ou l’argumentation déployée dans un espace de débat donné : de quelle façon la matérialité de l’espace d’expression influe-t-elle sur la présence des différents acteurs, leurs alliances et leurs divisions, la nature des arguments qu’ils vont mobiliser, les formes de leur intervention et leur manière d’interpréter les propositions qui leur sont faites ? Sur le terrain du numérique, les disciplines sont toutefois tenues d’adapter leurs méthodes traditionnelles (Marrès, 2012), ne serait-ce que pour intégrer ses particularités matérielles. Ainsi, reconstruire les conditions de possibilité d’une démarche sur Internet nécessite bien souvent de se doter d’outils spécifiques. Le séminaire-atelier « Humanités numériques et controverse » entend tenir compte de cette nécessité et, compte tenu du public (des élèves ingénieurs), il fait la part belle à la formation à ces outils informatiques.

3Nous avons dit vouloir nous pencher sur la singularité de la perspective communicationnelle pour étudier les controverses qui se déploient sur Internet. L’intérêt des SIC pour la médiation se porte aussi bien sur le terrain – les dispositifs techno-éditoriaux qui ouvrent des espaces de débats –, que sur les outils numériques d’analyse eux-mêmes. Dans un premier temps, nous exposerons la façon dont les SIC permettent d’appréhender les « humanités numériques » de manière critique. Dans un deuxième temps, nous présenterons la manière par laquelle deux membres de l’équipe pédagogique ont co-élaboré une approche communicationnelle des controverses en ligne. Dans un troisième temps, nous reviendrons sur l’incidence des outils numériques sur les formes de connaissances produites, au regard, notamment de la difficulté éprouvée par certains encadrants et étudiants à s’emparer des outils proposés. Ceci nous permettra d’ouvrir des perspectives pour un usage réflexif des outils numériques dans un contexte pédagogique.

Perspectives critiques sur les « humanités numériques » : le regard des SIC

La prééminence d’une dénomination circulante

4De plus en plus de chercheurs considèrent que le déploiement des technologies numériques dans les pratiques de recherche serait à l’origine d’un bouleversement global des sciences humaines et sociales (SHS) appelant à modifier radicalement les fondements de ces disciplines ainsi que les structures académiques qui les encadrent. L’impact épistémologique serait tel qu’il susciterait, pour certains, l’émergence d’un nouveau champ de recherche, voire d’une nouvelle discipline, que l’on rencontre sous des appellations variées et non stabilisées comme « humanités numériques » (Mounier, 2012), « digital methods » (Rogers, 2013), « cultural analytics » (Manovich, 2001), « digital studies » (Stiegler, 2014), ou encore « sciences sociales de troisième génération » (Boullier, 2015). Dans un article récent qui interroge la diversité des approches de la « recherche numérique », Laurence Monnoyer-Smith et Jean-Christophe Plantin montrent bien que ces dénominations relèvent chacune de logiques spécifiques (Monnoyer-Smith et Pantin, 2012). À la différence de ces auteurs, toutefois, nous pensons que le rôle des SIC n’est pas tant de « produire une épistémologie de ce type de recherche » que de questionner leurs « prétentions » épistémologiques en soulignant leur dimension politique. Il semble difficile d’échapper à ces dénominations envahissantes qui prolifèrent aujourd’hui dans les articles, les colloques, les séminaires de recherche, les programmes d’enseignement, les intitulés de postes, etc. Bien souvent, elles procèdent d’une volonté stratégique, mais, parfois, elles constituent l’étendard des partisans d’une « évolution numérique » des SHS qui voient dans les outils informatiques le moyen de renouveler des disciplines qui seraient devenues obsolètes et une occasion de réaffirmer leur utilité sociale. En se saisissant de toutes les potentialités ouvertes par l’informatique et l’internet, les SHS réussiraient leur « transition numérique », rejoignant ainsi le tournant initié il y a plus de 60 ans par l’industrie et les sciences de la nature (Mounier, 2012). Sans vouloir porter un jugement de valeur sur ces discours d’annonce d’une mutation numérique de la recherche, il semble cependant nécessaire de prendre du recul par rapport aux débats qui incriminent ou glorifient la prééminence de nouveaux outils dans l’exercice des SHS, en essayant d’envisager les transformations qu’ils engagent, en observant très concrètement comment ils circulent et comment ils parviennent à installer des représentations qui impactent les pratiques de recherches sur les phénomènes socioculturels. La mobilisation de l’appareillage critique des SIC peut permettre ce type de démarche, notamment en favorisant une étude des manifestations discursives du phénomène des « humanités numériques », ou encore en considérant la médiation que constituent les outils numériques déployés dans le cadre de recherches qui s’en réclament, comme nous le verrons dans la troisième partie.

Le récit d’un renouvellement des SHS

5Pour justifier leur existence, les « humanités numériques » s’appuient sur des grands mythes sociaux liés au développement du numérique et d’Internet sur lesquels elles fondent leurs postulats. Ainsi, par accumulation, l’abondance des prises de paroles portant sur ce qui serait un nouvel ordre du savoir finit par constituer un récit singulier, relativement cohérent, fondé sur la mise en œuvre d’une rhétorique du bouleversement et du renouvellement, à notre sens symptomatique des rhétoriques révolutionnaires qui accompagnent, plus généralement, le développement des médias informatisés (Jeanneret, 2001).

6Les dispositifs numériques susciteraient aujourd’hui la production massive de « données » sur leurs utilisateurs, rendues disponibles à grande échelle sur les réseaux informatiques publics. Ces « data », majoritairement prélevées sur les plateformes de réseautage social, sont souvent considérées par les acteurs qui les exploitent comme des « traces d’usage », c’est-à-dire comme des éléments qui contiendraient la mémoire des pratiques sociales qui les ont produites. C’est ce qu’observent systématiquement Bernhard Rieder et Tommaso Venturini lorsqu’ils tentent d’expliquer les origines de leurs méthodes :

« […] a deluge of all kinds of ‘information’ – logged traces of use practices, online interaction, and so forth – contribute to a growing mountain of data begging to be analysed. » (Rieder et Röle, 2012)

« Au fur et à mesure que le numérique infiltre les sociétés modernes, la vie collective devient de plus en plus traçable. Jour après jour, de nouveaux réservoirs de données numériques sont rendus accessibles aux chercheurs. » (Venturini, 2012)

7Partant de ce constat, les chercheurs qui se réclament des « humanités numériques » s’accordent à dire que cette profusion de « données-traces » échappe presque totalement aux SHS parce que leurs méthodes actuelles ne permettent pas de les appréhender.

« Au lieu de se renouveler par le numérique, elles [les sciences sociales] s’efforcent encore d’appliquer les anciennes méthodes aux nouvelles données. […]Grâce à leur diffusion capillaire, les médias numériques offrent beaucoup plus qu’une application pour les méthodes existantes : ils offrent une chance de refonder l’étude des phénomènes sociaux. » (Venturini et Latour, 2009)

« Nous sommes dans une société de la “haute fréquence”, donc de la vélocité. […] Face à cette accélération, les chercheurs en sciences sociales semblent enfermés dans une tour d’ivoire. […] Nous assistons à un décrochage des sciences sociales qui, du coup, ne jouent pas leur rôle de contre-pouvoir. » (Boullier, 2015)

8Cette annonce d’une inaptitude générale des SHS à étudier les phénomènes sociaux qui se produisent sur Internet est un thème particulièrement redondant dans les discours. On pose ainsi l’obsolescence des méthodes traditionnelles en opposant à la rapidité et l’instabilité du Web la lenteur et la fixité des méthodes existantes.

9La mutation engagée par le mouvement des « humanités numériques » conduirait donc « une évolution positive parce qu’elle reconnecte la recherche et la demande sociale, parce qu’elle permet aux sciences humaines et sociales d’être de nouveau entendues à un moment où leur utilité est plus que jamais questionnée » (Mounier, 2012). Il s’agirait d’une réponse à l’obsolescence des humanités et à leur incapacité à décrire la société contemporaine dues à la lenteur des méthodes et au manque de vulgarisation qui éloignent les théories du public :

« Enfermées dans un mouvement de spécialisation toujours plus important, prisonnières de formes de communication inaccessibles au grand public, ces disciplines ont eu peine à faire la démonstration de leur intérêt pour le reste de la société ces derniers temps. » (Ibid.).

10On voit ici se déployer l’idée d’une nécessaire « mise à jour » des SHS qui doivent, en quelque sorte, pouvoir suivre le mouvement en acceptant le bouleversement global que représente le développement du numérique : les SHS « sont contraintes d’entrer dans le même mouvement que celui qui affecte l’ensemble de la société » (Ibid.). C’est l’utilité sociale de la recherche scientifique qui est ici interrogée, avec l’idée selon laquelle la science trouverait sa crédibilité dans sa capacité à être un moteur du débat public. L’innovation technique devient le moyen d’une sorte de réinsertion sociale des SHS alors qu’un refus d’opérer une « conversion numérique » les contiendrait dans une position marginale.

  • 3 Richard Rogers, initiateur du mouvement des « digital methods », estime notamment que les sciences (...)

11À la lumière de ces discours on perçoit comment se structure le récit d’un avènement des « humanités numériques », en s’appuyant sur une rhétorique de l’obsolescence et du renouveau. C’est donc un principe de rupture qui semble caractériser l’ensemble de la pensée des « humanités numériques ». La mutation technologique globale que constituerait le développement du numérique entraînerait une transformation sociale de grande ampleur, voire une « rupture anthropologique » (Stiegler, 2014), à laquelle devrait correspondre un changement paradigmatique profond des SHS3 (Kuhn, 2008). C’est, en quelque sorte, l’avènement d’une nouvelle société qui sert de béquille à l’avènement d’une nouvelle façon de faire de la recherche sur la société. À une nouvelle société devrait correspondre une nouvelle science sociale. Ce discours d’accompagnement nous semble devoir être interrogé pour mieux comprendre la réalité des pratiques en SHS face à la montée en puissance du numérique (Mabi et Thibault, 2015). Les controverses comptent au nombre des champs d’études touchés par ce « tournant » et constituent un terrain privilégié de l’étude critique des « humanités numériques ».

« Humanités numériques et controverses » : l’enseignement de l’analyse des controverses

L’enseignement de l’analyse des controverses dans le sillage de Bruno Latour

  • 4 On rappellera ici que d’autres approches importantes existent comme celle développée par Francis Ch (...)

12Issue de la sociologie des sciences et des techniques (STS) l’analyse des controverses souhaite interroger la construction sociale des conflits engendrés par l’innovation sociotechnique et l’émergence de ce que l’on nomme les « technosciences », caractérisées par le rapprochement de l’innovation scientifique et des développements industriels. Le postulat de départ est de dire que la complexité engendrée par l’innovation produit une incertitude sociale de plus en plus forte qui bouscule les cadres de notre société. C’est par exemple le cas des déchets nucléaires qu’il faut pouvoir gérer sur plusieurs milliers d’années. Face à des temporalités aussi longue, l’incertitude domine et les acteurs peinent à convaincre de la légitimité de leurs décisions. Sur ces questions, personne ne détient de vérité objective et des scénarisations du futur s’affrontent dans des conflits de valeurs plus ou moins violents. Dans cette optique, les chercheurs tentent de démêler la complexité, de « déplier » la controverse pour identifier les principaux acteurs, leurs arguments et les « points chauds » sur lesquels ils s’affrontent. Les travaux de Michel Callon et Bruno Latour font office de référence dans le domaine (Latour, 1999 ; Barthe, Callon, Lascoumes, 2001)4. Pour ces derniers l’un des enjeux principaux de la sociologie des controverses consiste à créer des ponts entre différentes visions du monde en décryptant les modes d’existence des technologies (Latour, 2013). Cette démarche demande de rendre accessible la complexité et la circulation des controverses en utilisant divers outils de visualisation comme la cartographie qui permet de reconstruire « l’arbre des débats » et de comprendre les enjeux associés à la controverse. Dans ce cadre, les outils numériques sont mobilisés, pour assurer la visualisation des acteurs et leurs « spatialisation » dans un espace cognitivement appréhendable (Jacomy et al., 2011).

13Dans le prolongement de ses travaux de recherche, Bruno Latour a contribué au développement de l’étude des controverses sur un plan pédagogique en créant un cours de « cartographie des controverses ». Le modèle a progressivement suscité un intérêt tel qu’il est désormais aussi bien donné à l’école des Mines, à Science Po Paris, qu’au MIT. Ce cours sensibilise les étudiants à son approche des controverses tout en donnant aux publics de celles-ci des outils pour analyser la situation. D’abord centré sur les controverses scientifiques, ce type d’enseignement a progressivement permis aux étudiants de s’initier à la recherche « en train de se faire » et découvrir de nombreux débats traversant la société contemporaine, tous caractérisés par un important niveau d’incertitude et d’instabilité des connaissances. Comme le rappelle Cécile Méadel (2015), le cours dit « des controverses » s’organise autour de quatre grands principes. Le premier d’entre eux, rappelle que « tous les points de vue ne se valent pas mais tous doivent être entendus » (ibid., 47). Il s’agit, dans le prolongement de l’exigence symétrique des STS (Bloor, 1983) et de la théorie de l’acteur réseau (ANT), de réaffirmer que les différents « actants » de la controverse doivent être considérés dans l’analyse afin de permettre à l’observateur de « déplier » la controverse, de rendre compte de ses dynamiques en incluant les différentes perspectives (tant les réussites que les échecs). Le second principe avance que « les partages sont un résultat et non un préalable » (Méadel 2015, 48), c’est-à-dire que les grandes distinctions qui structurent notre rapport au monde (entre social et technique, entre nature et culture) doivent être considérés comme des constructions sociales. Cette approche relativiste permet de rendre compte de l’instabilité des problèmes traités. Le troisième principe est celui de la nécessité « de replacer le débat dans l’espace public » (ibid., 48), ce souci pour la mise en public trouve un large écho en SIC et nous rappelle que si les controverses sortent souvent des laboratoires, elles se déploient dans une grande variété d’arènes où elles sont mises à l’épreuve par une grande variété d’acteurs dans des dispositifs techno-éditoriaux divers. C’est par exemple le cas des procédures participatives, à l’instar des débats publics organisés par la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), où le public est invité à venir co-construire la définition d’objets technoscientifiques aussi variés que les nanotechnologies, les éoliennes offshores ou les déchets nucléaires (Mabi, 2014), en mobilisant différents outils qui sont autant de configuration signifiantes (Bonaccorsi et Nonjon, 2012). Enfin, l’enseignement des controverses implique « d’explorer la documentation à 360 » (Méadel 2015, 49), c’est-à-dire d’inviter les étudiants à considérer la grande variété des sources qui doivent être mobilisées pour comprendre les tenants d’une controverse. Ils sont ainsi encouragés à mobiliser des sources aussi diverses que de la bibliographie scientifique, des corpus de presse, des corpus issus de blogs ou encore des réseaux sociaux numériques (RSN). Parmi les nombreuses variantes de ce cours qui se sont développées, on peut citer celle proposée aux étudiants journalistes (Badouard, 2015), qui met en lumière le rôle d’un acteur particulièrement important dans l’espace public : les médias. L’approche par le rôle des médias dans la construction des controverses permet de dépasser l’analyse par le cadrage médiatique pour sensibiliser les élèves journalistes à la construction des pratiques journalistiques et aux justifications de ces pratiques. Ainsi, il s’agira moins de comprendre comment un sujet est abordé dans les médias que de replacer ces débats dans un contexte sociopolitique plus large qui vient contraindre la pratique des journalistes (le financement des médias, la trajectoire militante des journalistes scientifiques, etc.).

14Deux grands projets de recherche sont venus structurer l’ingénierie pédagogique des cours élaborés dans le sillage des propositions théoriques de Bruno Latour. Intégrant le terrain numérique, ils sont également le lieu de développement d’outils spécifiques à cette approche.D’abord le projet européen MACOSPOL5 qui avait pour objectif d’identifier la variété des outils mobilisables pour réaliser une cartographie des controverses et d’étudier leurs contextes d’usages puis de les rassembler sur une plateforme en ligne. Le second projet FORCCAST6, également piloté par Science Po dans le cadre d’une « Initiative d’excellence en formations innovantes », visait à apprendre à « cartographier les controverses à l’ère du numérique ». Dans ces projets, les « humanités numériques » sont valorisées sur différents plans : comme outil d’analyse des controverses (visualisation des réseaux d’acteurs et d’arguments), comme support pédagogique (pour faciliter le travail de mise en relation des différentes dimensions de la controverse par les étudiants) et comme outil de médiation à destination des publics de la controverse (faciliter la « prise de recul » des acteurs engagés et donner les ressources au grand public pour évaluer la pertinence des arguments de chacun). Le rôle central accordé à l’équipement numérique fait donc de l’enseignement des controverses un « laboratoire » pour le déploiement des « humanités numériques »7.

L’enseignement de l’analyse des controverses à l’UTC

  • 8 Conseil de département puis Conseil des études et de la vie universitaire (CEVU).

15Désireux d’enseigner l’analyse des controverses à un public d’ingénieurs amenés à être impliqués dans des innovations susceptibles de déclencher des débats publics, nous avons présenté notre projet pédagogique aux instances compétentes de notre établissement8. Il est ressorti des échanges que le label « humanités numériques » permettait à nos interlocuteurs, et notamment aux collègues issus de disciplines hors SHS, de mieux se repérer à l’égard de notre proposition. Nous inscrivant dans le périmètre de la recherche et de l’enseignement technologiques tels qu’ils se pratiquent en SHS à l’UTC, et selon lesquels il convient de « comprendre pour faire et de faire pour comprendre », nous nous proposions tout à la fois d’enseigner aux élèves ingénieurs les outils (conceptuels et numériques) pour analyser les controverses mais aussi de leur laisser la possibilité de prolonger les outils numériques existants (développement de nouvelles fonctionnalités) avec l’aide d’ingénieurs en informatique. Cette proposition a été accueillie positivement par la direction de l’établissement en raison de ses atouts pédagogiques aussi bien, pensons-nous, que de l’écho favorable dont jouit l’étiquette « humanités numériques ».

16Les recherches que les membres de l’équipe pédagogique mènent par ailleurs les ont conduits à élaborer des méthodes plus à même de répondre à leur démarche propre et aux questionnements qu’elle soulève. La formation dispensée aux élèves ingénieurs tire profit des réflexions développées dans ces recherches. Étudiant la controverse relative à la « théorie du genre » sur Twitter selon une démarche sémiotique, nous nous interrogeons par exemple sur la façon dont les propriétés de Twitter influent sur la mise en débat du genre. Pour répondre à cette question et aborder le terrain du numérique, la sémiotique recourt à des outils informatiques développés de manière à accompagner cette démarche spécifique (Julliard, 2015). Étudiant la circulation des arguments et des acteurs dans les controverses environnementales et énergétiques (enfouissement des déchets nucléaires, construction d’un aéroport à Notre Dame des Landes ou installation d’éoliennes offshores), nous tentons d’identifier le rôle de la matérialité des différentes arènes dans la construction des rapports de pouvoir entre acteurs (Mabi, 2014). Au-delà de la dimension techno-éditoriale des dispositifs qui accueillent les controverses dans les différents espaces qu’elles traversent, nous considérons les présupposés qui travaillent les outils traditionnellement proposés pour l’analyse des controverses. Quelles médiations opèrent-ils entre les chercheurs, leurs terrains et les résultats qu’ils dégagent ? À quelle(s) question(s) de recherche répondent-ils et à quelle(s) question(s) ne permettent-ils pas de répondre ? Pour prolonger ces questionnements, nous avons ainsi construit un cours qui mobilise certains des outils théoriques et numériques élaborés aux Mines et à Science Po et les méthodes forgées dans une perspective communicationnelle dans le cadre de nos propres travaux. Dans cette perspective, nous nous attachons à faire prendre conscience aux étudiants de la médiation que constituent à la fois les dispositifs d’écriture numérique dans lesquels se déploient les controverses et les outils proposés pour analyser ces controverses. Nous présentons et discutons donc les outils de cartographie conçus dans le cadre de FORCCAST, à l’instar de Hyphe qui permet de construire des corpus Web à partir d’un robot qui parcourt les liens hypertextes contenus dans une page9, ou utilisés en complément de ces outils, à l’instar de Gephi, outil de visualisation qui entend notamment accompagner l’analyse des réseaux sociaux en cartographiant des communautés d’acteurs10 ; mais aussi l’utilisation de l’outil développé dans le cadre de l’étude de la controverse relative à la « théorie du genre » dans Twitter (Julliard, 2015). Nous laissons les étudiants libres de choisir les outils numériques dont ils veulent se saisir et nous montrons attentifs à leurs retours. Concrètement, le séminaire s’organise sur une semaine de formation où les étudiants constituent leurs groupes, sont initiés à l’étude des controverses et sensibilisés aux différents outils numériques disponibles pour développer leurs analyses. Les groupes travaillent ensuite de manière autonome sur le semestre, supervisé par un tuteur, avant des soutenances en fin de semestre pour présenter le résultat de leur enquête. Les sujets proposés aux étudiants sont très variés11 mais ont pour point commun de se concentrer sur les arènes de débats médiatiques que ce soit sur le Web ou la presse papier.

L’incidence des outils numériques sur les formes de connaissances produites

17Dans un troisième temps il nous semble indispensable de faire un retour critique sur notre dispositif pédagogique et de revenir en détail sur les enjeux liés aux outils mobilisés.

Les outils d’analyse incarnent des perspectives disciplinaires spécifiques

18Nos recherches nous ont enseigné que les outils informatiques d’analyse sont porteurs des questions propres aux disciplines qui ont travaillé à leur élaboration. Les travaux qui se penchent sur les controverses dans Twitter s’appuient sur des outils de captation et d’analyse développés dans des optiques spécifiques. Des fournisseurs proposent un accès payant aux archives de Twitter (Gnip, Datasift, NTT data, Topsy), et des chercheurs ont développé des logiciels libres pour collecter et traiter les métadonnées relatives aux tweets générées et stockées par l’entreprise12. Toutefois, ces différents services ne restituent pas la forme sous laquelle les tweets apparaissent aux utilisateurs, forme à partir de laquelle l’analyse sémiotique pourra cerner les effets de sens des tweets, c’est-à-dire la manière dont ils peuvent être interprétés au regard de leur contexte de publication, de circulation et de réception. Nykos Smyrnaios et Pierre Ratinaud, par exemple, ont choisi d’étudier la controverse relative à la ratification du Traité européen sur la stabilité, la coordination et la gouvernance sur Twitter en recourant à l’analyse de réseaux sociaux (ARS) et à un outil d’analyse lexicale : le logiciel IRaMuTeQ13 (2013). L’ARS sur le Web « propose un concept analytique et opératoire qui prétend au statut de modèle, c’est-à-dire à la formalisation » (Rieder, 2007), laquelle consiste à analyser les phénomènes sociaux à partir de leur forme et à mettre de côté leur « sémantique » (Mercklé, 2004). De son côté, le logiciel IRaMuTeQ implémente la méthode Alceste, méthode de statistique textuelle qui propose de « rendre compte de l’organisation interne d’un discours » en identifiant en son sein les classes lexicales en tension (Reneirt, 1998 cité par Cervulle et Pailler, 2014). Ces outils ne permettent pas d’interroger la médiation que constitue la plateforme de réseautage social et l’incidence des propriétés techno-sémiotiques d’un dispositif d’écriture numérique sur la manière dont une controverse s’y déploie14. À notre connaissance, aucun outil existant n’appareille à ce jour une analyse sémiotique des controverses qui se focaliserait sur les effets de sens des échanges prenant place dans Twitter.

19La méthode conçue dans le cadre de l’étude de la controverse relative à la « théorie du genre » sur Twitter s’est attachée à rendre possible l’analyse sémiotique de corpus de tweets. Elle vise trois objectifs :

  • Tenir compte de la matérialité des signes numériques et de la dualité fondamentale du Web : les support et les formes d’enregistrement – les informations « brutes » qui figurent dans les bases de données – différent radicalement des supports et des formes de restitution – les tweets mis en forme graphiquement dans les navigateurs (Bachimont, 2004) ;

  • Permettre d’appréhender un grand nombre d’informations hétérogènes que seules les méthodes quantitatives, auxquelles la sémiotique n’est pas coutumière, peuvent traiter ;

  • Permettre d’analyser les tweets tels qu’ils apparaissent aux utilisateurs, les effets de sens des tweets, formes circulantes par excellence, étant largement dépendants de leur contextualisation (Candel et al., 2012).

  • 15 Uniform Resource Locator (localisateur uniforme de ressource). Cela nécessite également de développ (...)
  • 16 Le graphe établit des proximités à partir de relations quantitatives.

20Reconstruire les conditions de possibilité d’une approche sémiotique des controverses surTwitter a nécessité la co-conception d’un outil de collecte et de traitement ad hoc avec un ingénieur en informatique. Cela a permis de comprendre de bout en bout la manière dont on peut construire un corpus à partir de ce que fournit Twitter (captation en temps réel sur la base d’une liste de mots-clefs, adéquation de la base de données au format sous lequel Twitter fournit l’information). Un ensemble d’outils d’analyse ont ensuite été spécifiés selon un processus de développement itératif, dans lequel l’émergence de nouvelles questions analytiques et le développement de nouvelles briques logicielles s’alimentent mutuellement. Premièrement, des outils d’analyse génériques ont été développés afin de caractériser le corpus en rapport avec les phénomènes sur lesquels l’analyse sémiotique des controverses se penche (interdiscursivité, intersémioticité), par exemple : les noms de domaines et les hashtags les plus mentionnés, un classement des plus gros contributeurs et des utilisateurs les plus cités, et un classement des URL15, des noms de domaines, des hashtags, des utilisateurs mentionnés et des retweets par contributeur. C’est à partir de ces informations que l’on détermine des points d’entrée dans la base, afin de conduire une analyse sémiotique de corpus restreints de tweets. Deuxièmement, des outils d’analyse ont été développés afin de caractériser des relations (qui cite qui, quels sont les utilisateurs qui recourent au même hashtag, quels sont les hashtags co-occurrents ?). Troisièmement, des outils destinés plus spécifiquement à assister l’analyse sémiotique de corpus plus larges et plus hétérogènes que ceux qu’elle étudie habituellement sont actuellement en cours de développement (automatisation des captures d’écrans du site Twitter et du téléchargement des médias associés aux tweets, qui rend possible l’analyse sémiotique du contenu tel qu’il apparaît aux utilisateurs). Ce processus de développement itératif permet le développement d’outils supplémentaires. Il s’articule nécessairement à une investigation fine des nouvelles modalités d’écriture permises par Twitter. En raison des questions de recherche qui ont présidé à l’élaboration de cet outil (quelle forme les controverses prennent-elles sur Twitter ?), les étudiants qui se le sont approprié ont privilégié l’étude de cette plateforme de réseau social à l’étude de la diversité des espaces du Web dans lesquels se déploient les controverses qu’ils analysaient. Le groupe qui travaillait sur la controverse relative à l’enseignement de l’égalité hommes/femmes à l’école a choisi de se servir de l’outil de captation des tweets mais a traité les tweets recueillis en tableau avec des outils déjà existants, et par exemple Gephi en appliquant Force Atlas 2 pour la spatialisation (Jacomy et al., 2011), pensant ainsi identifier le « vocabulaire » des acteurs. Le graphe produit dans Gephi leur a permis de mettre au jour les hashtags coexistants dans les mêmes contextes, mais, en l’état de leur connaissance en statistique, il leur a été impossible d’identifier avec certitude la proximité16 des internautes usant d’un même hashtag. Qui plus est, il n’est pas toujours aisé d’établir l’attitude des internautes à l’égard des hashtags qu’ils mobilisent (par exemple #nvb ou #genre) et certainement pas le sens qu’ils leur attribuent. Seule une analyse sémiotique d’un corpus restreint en contexte – les tweets tels qu’ils apparaissent aux internautes dans les interfaces de navigation Web – a permis aux étudiants d’émettre des hypothèses concernant l’attitude des internautes à l’égard des hashtags mentionnés et la manière dont ces hashtags participent des effets de sens des tweets dans lesquels ils apparaissent.

  • 17 Pour plus d’informations sur ce concept, voir Souchier et al. 2003.

21Dans nos travaux, nous avons pu montrer par ailleurs l’importance de considérer le design des outils techniques, considérés comme des dispositifs d’écriture numérique, en tant qu’il correspond à la « mise en technologie » d’un projet politique (voir par exemple : Badouard, 2014 et Mabi, 2014) qui fait agir l’utilisateur d’une certaine manière et rend tangible un projet normatif. Pour le chercheur, cette approche consiste à questionner les choix techniques effectués pour faire ressortir leur dimension symbolique : que nous apprennent-ils de la mission qui leur a été confiée à l’origine ? La conception du design proposée ne se limite pas à l’analyse des interfaces et des actions qu’elles autorisent en tant « qu’architextes » (Souchier et al, 2003)17, mais invite à mettre l’accent sur le projet politique qui a rendu possible ce projet. Cette entrée permet de prendre en compte la matérialité des dispositifs, en partant des choix de configuration des outils jusqu’à l’analyse de la dimension symbolique du code informatique, faisant ainsi ressortir la fonction sociale des objets techniques et les modèles politiques qu’ils rendent accessibles. L’approche par le design doit permettre d’identifier les intentions des concepteurs et de mettre en lumière les stratégies de traduction, au sens latourien du terme, qui ont conduits à la construction d’un « artefact sociotechnique », c’est-à-dire un objet technique socialement construit.

22Pour illustrer ce raisonnement, nous prendrons l’exemple de l’étude menée par un de nos groupes étudiants travaillant sur le discours de convergence des luttes entre les différents mouvements « zadistes » (les opposants aux grands projets d’aménagements du territoire comme Notre Dames des Landes ou Sivens). Leur objectif était de montrer que les discours militants créant une équivalence entre les différentes luttes étaient rendus possibles par l’usage des réseaux sociaux. Dans un premier il a été décidé de réaliser une cartographie web, afin de représenter graphiquement ces liens entre les controverses. Il s’agissait de retracer les liens hypertextes entre différents espaces d’expression (pages de réseaux sociaux, blogs, sites web). Or, rapidement le groupe s’est aperçu que ce type de visualisation favorisait les proximités établies sur des relations quantitatives (sur la carte les nœuds les plus importants sont les plus cités) et ne prenaient pas en compte la complexité des jeux d’acteurs (elle ne valorise pas qui produit les occurrences). Dans un second temps, une enquête basée sur les outils plus classiques de la sociologie (les analyse de contenus notamment) a permis de rendre compte du rôle particulier de certains acteurs qui contribuaient fortement à la mise en visibilité de la controverse en publiant énormément de contenus en ligne, sans que ces « traces numériques » ne soient le reflet de liens sociaux très poussés. Leur travail a ainsi établi que certains hashtags sur Twitter étaient très présents, en grande partie du fait de la mobilisation d’un petit nombre de protagonistes, multipliant les contributions. La démarche qualitative a également permis de montrer que ces acteurs avaient des positions variées au sein des controverses. En effet, certains hashtags étaient très disputés entre opposants et partisans des projets qui s’affrontaient dans des échanges concentrés autour d’un petit nombre de mots-clés. Pour le cas de l’aéroport de Notre Dame des Landes c’est par exemple le cas du mot clé #NDDL mobilisé par les différents partis, contribuant à lui donner de la visibilité sur les réseaux sociaux.

Le cas spécifique de la carto-visualisation

23Dans le cadre du séminaire, nous avons pu observer le prisme induit par l’usage des outils numériques à destination de l’analyse des controverses, notamment les cartographies numériques. Comme tout objet technique, les dispositifs de cartographie numérique sont porteurs de leurs propres modèles d’usages, d’une normativité spécifique à leur configuration (ils permettent d’agir d’une certaine manière, en fonction des possibles ouverts par les outils). Ainsi, le fait de cartographier, et donc de représenter graphiquement, les réseaux de liens hypertextes est porteur d’une conception de l’analyse des controverses induite par ses concepteurs. En effet, centrée sur la présence en ligne des acteurs, ce type de représentation crée un « effet de sens » dans la mesure où elle met sur un pied d’égalité, artificiellement, les différents points du réseau, comme si l’espace public pouvait être considéré comme une seule et même dimension. De fait, la cartographie accentue le principe de symétrie à l’origine de la sociologie des controverses : les différents acteurs sont mis sur le même plan, représentant des équivalences qui ne font pas sens dans l’observation des configurations d’acteurs que l’on peut réaliser par ailleurs. Pour le dire autrement, l’outil incorpore une représentation du monde social qui contribue à déformer la réalité des relations entre acteurs en occultant les asymétries de pouvoir et les relations de domination qui structurent les interactions, notamment autour de la problématique de l’accès à l’espace public. Ainsi, si l’on prend l’exemple d’une controverse autour de l’enfouissement des déchets nucléaires, on ne peut mettre sur un même plan les associations qui luttent pour faire entendre leurs argumentaires opposés à l’enfouissement des déchets avec de petits moyens et les pouvoirs publics qui maîtrisent les médias dominants et peuvent distiller leur communication. Leur positionnement dans l’espace public est nécessairement différent.

24Cette critique prolonge une critique des outils de cartographie présente au sein des SIC. Dans un texte qui s’intéresse aux relations entre outils de visualisation et traçabilité, Yves Jeanneret montre comment les visualisations à base de graphes engagent l’utilisateur dans une posture phénoménologique particulière vis-à-vis des réalités qu’il cherche à explorer (Jeanneret, 2013). Cette posture, qui emprunte ses pouvoirs à la cartographie, suscite un regard surplombant et a pour effet de présenter un savoir totalisant, sur le mode de la révélation. Au-delà des « prétentions cartographiques » qui se déploient dans les formats de visualisation, et qui posent déjà problème dans la dénomination « cartographie des controverses », il faut considérer que ces outils informatiques, qui voudraient présenter des relations entre des acteurs, procèdent d’un traitement quantitatif de réalités qui sont avant tout des éléments de nature documentaire, c’est-à-dire dont l’existence, en tant que textes, est régie par des formats éditoriaux qui encadrent leur production. Les traitements successifs que ces dispositifs opèrent sur les documents prélevés – agrégations de productions écrites hétérogènes, requalification comme « traces d’usages », calculs statistiques, visualisations homogénéisantes et neutralisantes – leur font subir des transformations souvent importantes, des méta-morphoses. Ces dispositifs suscitent notamment une invisibilisation d’un certain nombre de médiations pourtant cruciales dans l’appréhension et l’interprétation des textes observés. Or, ces informations ont un sens social et communicationnel indispensable à analyser pour comprendre ce qui se joue sur les réseaux entre les acteurs. De fait, en extrayant des éléments de nature documentaire de leur contexte d’emploi, c’est-à-dire en effaçant les médiations éditoriales qui les font exister dans le réseau (médiations prises en charge par les propriétés techno-sémiotiques des dispositifs de réseautage social), on prend le risque de les « trahir », en quelque sorte, en les dotant d’un sens nouveau.

25Pour pallier cet effet « boîte noire » des dispositifs, nous proposons que leur mobilisation dans l’exercice des SHS s’accompagne d’une approche critique qui interroge les couches successives de médiations techniques et sémiotiques qui « traitent », c’est-à-dire transforment, les textes prélevés au sein des réseaux, de manière à faire apparaître les relations entre ce qui est originellement inscrit par les acteurs au niveau du texte de réseau, ce qui est calculé dans le cadre des procédures algorithmiques des outils et ce qui est finalement donné à voir par la visualisation. Il nous semble que l’étude et la pratique de ces dispositifs gagneraient à s’inscrire dans une logique pragmatique des modes d’inscription de la pensée. Ce type d’approche permet d’observer « l’environnement technique de la pensée, en montrant que les instruments dont elle se saisit sont aussi ceux par lesquels elle est elle-même saisie, que les dispositifs matériels par lesquels elle se fabrique sont aussi des dispositifs qui la fabriquent, auxquels elle se plie ou avec lesquels elle se débat » (Martin 2004, 16). Ce regard aide à dépasser la vision purement instrumentale des nouveaux dispositifs informatisés dont s’équipent les chercheurs, en considérant qu’ils ont la propriété de mettre en forme les interactions possibles entre le chercheur et le monde auquel il veut accéder, conditionnant ainsi les modalités d’une pratique interprétative. Il s’agit donc d’essayer d’évaluer dans quelle mesure ces outils, et les médiations techno-sémiotiques qui les constituent, imposent des formats normatifs de pensée et conditionnent des gestes et des postures intellectuelles vis-à-vis des phénomènes socioculturels dont ils permettent l’observation et l’analyse.

26En croisant différentes approches de l’étude des controverses dans le séminaire à l’UTC, notre objectif était de tenir compte, au moins partiellement, de ces critiques en introduisant une part de réflexivité importante dans la démarche. Il s’agissait de permettre aux étudiants de conserver un regard critique sur la construction de leur méthode et la mobilisation d’outils d’analyse autant que de les inviter à examiner la manière dont les controverses se déploient dans des dispositifs d’écriture numérique singuliers, lesquels constituent autant de médiations techno-éditoriales qu’il faut pouvoir étudier, et un « champ de force » composé de relations sociales asymétriques, de stratégie de mise en visibilité d’arguments et de luttes sémantiques pour la construction du sens.

Conclusion

27Au cours de ce retour sur une première expérience d’enseignement de l’analyse des controverses nous avons pu montrer la dimension fortement heuristique du croisement entre différentes approches des SHS. Plus spécifiquement, la perspective communicationnelle nous a permis de construire un rapport distancié et critique avec la mobilisation d’outils numériques dans la recherche et l’enseignement, mobilisation encouragée par le courant des « humanités numériques ». Malgré les discours d’accompagnement qui laissent entendre que ces outils peuvent être utilisés dans des circonstances variées, nous avons constaté qu’ils étaient néanmoins porteurs de questions de recherche spécifiques, découlant des perspectives (disciplinaires) des chercheurs qui avaient été à l’origine de leur élaboration. Aucun n’intègre de perspective communicationnelle. Il en résulte que nous avons été amenés à concevoir des outils ad hoc pour instrumenter certaines analyses (l’analyse sémiotique de grands corpus hétérogène, par exemple), et à articuler les outils choisis, quels qu’ils soient, avec des analyses qualitatives plus traditionnelles (enquête sociologique auprès des acteurs de la controverse, analyse sémiotique des dispositifs d’écriture numérique où se déploie la controverse). Il nous a ainsi été possible de saisir toute la complexité des relations sociales et des situations de domination qui les structurent, ainsi que la singularité de l’élaboration du sens dans chaque dispositif.

28Notre inscription en SIC nous invite à considérer les outils d’analyse comme porteurs de modèle(s) d’usage, véhiculant un certain nombre de valeurs, voire de ferments idéologiques. De ce fait, ils ne permettent qu’un accès partiel au monde social. Prendre au sérieux cette médiation des outils est donc un préalable indispensable pour une appropriation distanciée et réflexive des « humanités numériques » dans la recherche en SHS contemporaine. Sur le plan pédagogique, si notre expérience montre la richesse du dialogue entre les disciplines et la nécessité d’innover pour explorer les espaces numériques, nous avons également mis au jour les limites d’une approche qui met entre les mains des étudiants des outils « clés en main » sans les encourager à pointer leurs limites. Le risque est grand que les étudiants ne parviennent pas à saisir les ressorts complexes de la controverse et se laissent guider par ce que les outils veulent bien leur montrer.

Haut de page

Bibliographie

Bachimont Bruno, Arts et sciences du numérique : Ingénierie des connaissances et critique de la raison computationnelle, Mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches, Compiègne, UTC, 2004.

Badouard Romain, « La mise en technologie des projets politiques. Une approche « orientée design » de la participation en ligne », Participations, 2014, n° 8, p. 31-54.

Badouard Romain, « Enseigner les controverses en école de journalisme », Hermès, 2015, n° 73, p. 51-54.

Bloor David, Sociologie de la logique. Les limites de l’épistémologie, Paris, Pandore, 1983, 190 p.

Bonaccorsi Julia, Nonjon Magali, « La “participation en kit” : l’horizon funèbre de l’idéal participatif », Quaderni, 2012, n° 79, p. 29-44.

Borra Erik, Rieder Bernhard, « Programmed method: developing a toolset for capturing and analyzing tweets », Aslib Journal of Information Management, 2014, vol. 66, n° 3, p. 262-278.

Boullier Dominique, « Vie et mort des sciences sociales avec le big data », Socio, 2015, n° 4, p. 19-37.

Callon Michel, Lascoumes Pierre, Barthe Yannick, Agir dans un monde incertain, Paris, Seuil, Points Essais, 2001, 440 p.

Candel Étienne, Jeanne-Perrier Valérie, Souchier Emmanuel, « Petites formes, grand dessein. D’une grammaires des énoncés éditoriaux à la standardisation des écritures », dans Davallon Jean (dir.), L’économie des écritures sur le web. Volume 1, Traces d’usage dans un corpus de sites de tourisme, Cachan, Hermès-Lavoisier, 2012, p. 135-166.

Cervulle Maxime, Pailler Fred, « #mariagepourtous : Twitter et la politique affective des hashtags », RFSIC, 2014, n° 4, [En ligne] http://rfsic.revues.org/717.

Chateauraynaud Francis, Argumenter dans un champ de force : Essai de balistique sociologique, Paris, Petra, Pragmatismes, 2011, 484 p.

Chateauraynaud Francis, « Trajectoires argumentatives et constellations discursives. Exploration socio-informatique des futurs vus depuis le nanomonde », Réseaux, 2014, n° 188, p. 121-158.

Dodier Nicolas, « L’espace public de la recherche médicale. Autour de l’affaire de la ciclosporine », Réseaux, 1999, n° 95, p. 107-154.

Jacomy Mathieu, Heymann Sébastien, Venturini Tommaso, Bastian Mathieu, « ForceAtlas2, A Graph Layout Algorithm for Handy Network Visualization », Webatlas.fr, 29 août 2011, [En ligne] http://webatlas.fr/tempshare/ForceAtlas2_Paper.pdf.

Jeanneret Yves, « Autre chose qu’un discours, davantage qu’un accompagnement, mieux qu’une résistance », Terminal, 2001, n° 85, p. 107-117.

Jeanneret Yves, « Les chimères cartographiques sur l’internet, panoplie représentationnelle de la traçabilité sociale », dans Galinon-Mélénec Béatrice et Zlitni Sami (sous la dir. de), Traces numériques : de la production à l’interprétation, Paris, CNRS éditions, 2013, p. 250-261.

Julliard Virginie, « Les apports de la techno-sémiotique à l’analyse des controverses sur Twitter », Hermès, 2015, n° 73, p. 189-196.

Kuhn Thomas S., La structure des révolution scientifiques, Paris, Flammarion, Champs, 2008 (1962), 284 p.

Latour Bruno, Enquête sur les modes d’existences, Paris, La découverte, 2013, 498 p.

Latour Bruno, La science en action. Introduction à la sociologie des sciences, Paris, La Découverte, 2005 (1987), 664 p.

Latour Bruno, Changer de Société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 1999, 400 p.

Mabi Clément, Thibault Françoise, « Le politique face au numérique : une fascination à hauts risques», Socio, 2015, n° 4, p. 89-103.

Mabi Clément, Le débat public à l’épreuve du numérique. Entre espoir d’inclusion et contournement de la critique sociale, Thèse en SIC, Compiègne, UTC, 2014.

Manovich Lev, The Language of New Media, Cambridge, MIT Press, 2001, 400 p.

Marres Noortje, « The redistribution of methods: on intervention in digital social research, broadly conceived », The Sociological Review, 2012, n° 60, p. 139-165.

Martin Henri-Jean, Les métamorphoses du livre. Entretiens avec Jean-Marc Chatelain et Christian Jacob, Paris, Albin Michel, Itinéraires du savoir, 2004, 304 p.

Méadel Cécile, « Les controverses comme apprentissage », Hermès, 2015, n° 73, p. 45-50.

Mercklé Pierre, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, la Découverte, Repères, 2004, 128 p.

Monnoyer-Smith Laurence, Plantin Jean-Christophe, « Pour une analyse critique de l’apport heuristique et méthodologique de la recherche numérique pour les SIC », 18Congrès des Sciences de l’information et de la communication, Rennes, 2012, [En ligne] https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00641099/en/

Mounier Pierre (dir.), Read/Write Book 2 : Une introduction aux humanités numériques, Marseille, Open Edition Press, 2012, [En ligne] http://books.openedition.org/oep/226

Pfaender Fabien, Jacomy Mathieu, Fouetillou Guilhem, « Two Visions of the Web: from Globality to Localities », International Conference on Information & Communication Technologies: from Theory to Applications, Damas, Syrie, 2006, [En ligne] http://goo.gl/dCpzq5.

Rennes Juliette, « Analyser une controverse. Les apports de l’étude argumentative à la science politique », dans Bonnafous S. et Temmar M. (eds.), Analyse du discours et sciences humaines et sociales, Paris, Ophrys, 2007, p. 91-107.

Rieder Bernhard, « Étudier les réseaux comme phénomènes hétérogènes : quelle place pour la « nouvelle science des réseaux » en sciences humaines et sociales ? », Journées d’étude Dynamiques de réseaux — information, complexité et non-linéarité, décembre 2007, Université de Bordeaux, [En ligne] http://goo.gl/baQnXD.

Rieder Bernhard, Röle Theo, « Digital Methods: Five Challenges », dans Berry David M. (éd.), Understanding Digital Humanities, Londres, Palgrave Macmillan, 2012, p. 67-84.

Rogers Richard, Digital Methods, Cambridge, MIT Press, 2013, 275 p.

Smyrnaios Nykos, Ratinaud Pierre, « Comment articuler analyse des réseaux et des discours sur Twitter », Tic&société, 2013, vol. 7, n° 2, [En ligne] http://ticetsociete.revues.org/1578.

Souchier Emmanuël, Jeanneret Yves, Le Marec Joëlle (dirs.), Lire, écrire, récrire, Paris, Bibliothèque publique d’information, 2003, 350 p.

Stiegler Bernard, Digital studies : Organologie des savoirs et technologies de la connaissance, Limoges, FYP Éditions, 2014, 192 p.

Venturini Tommaso, « Great Expectations : Méthodes Quali-quantitative et Analyse des Réseaux Sociaux », dans Fourmentraux Jean-Paul (dir.), L’Ère Post-Media. Humanités digitales et Cultures numériques, Hermann, Paris, 2012, p. 39-51.

Venturini Tommaso, Latour Bruno, « Le tissu social/the social fabric : traces numériques et méthodes quali-quantitatives », Proceedings of Future En Seine, 2009, [En ligne] http://www.medialab.sciences-po.fr/publications/Venturini_Latour-Le_Tissu_Social.pdf.

Venturini Tommaso, Cardon Dominique, Cointet Jean-Philippe (dirs.), « Méthodes digitales : approches quali-quanti des données numériques », Réseaux, 2014, n° 188, p. 9-21.

Haut de page

Notes

1 L’équipe pédagogique réunit trois chercheurs de l’UTC (deux chercheurs en SIC, Virginie Julliard et Clément Mabi, et un chercheur en sociologie, Michaël Vicente) et un ingénieur en informatique du Médialab (Mathieu Jacomy), qu’il nous soit permis ici de remercier nos deux collègues.

2 On parle alors des « arènes » du débat public, au sens que leur attribue Nicolas Dodier : « Nous utilisons le terme général d’arène pour qualifier un dispositif visant à mettre en relation des locuteurs et des audiences auxquelles ils s’adressent. Quatre éléments caractérisent généralement une arène : 1. Des conditions régissant l’entrée des locuteurs et ce sur quoi ils peuvent s’exprimer ; 2. Des conditions relatives au mode de confrontation entre locuteurs, ou entre locuteurs et audience ; 3. Des supports d’inscription des discours produits (papier, films, vidéos, supports électroniques, etc.) ; 4. Des conditions d’accès pour les audiences (grand public, membre d’une organisation, spécialistes…). » (Dodier, 1999, 109).

3 Richard Rogers, initiateur du mouvement des « digital methods », estime notamment que les sciences sociales doivent se « digitaliser » si elles veulent pouvoir appréhender pleinement les phénomènes socio-numériques (Rogers, 2013).

4 On rappellera ici que d’autres approches importantes existent comme celle développée par Francis Chateauraynaud au sein du Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive (GSPR) de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) qui se concentre sur les trajectoires « balistiques » des arguments, replacés dans le « champ de forces » des relations sociales. Pour plus de détails voir (Chateauraynaud, 2011).

5 http://www.medialab.sciences-po.fr/fr/projets/macospol/

6 http://www.medialab.sciences-po.fr/fr/projets/forccast/

7 Les outils développés dans ce cadre sont d’ailleurs librement utilisables : http://tools.medialab.sciences-po.fr/

8 Conseil de département puis Conseil des études et de la vie universitaire (CEVU).

9 http://tools.medialab.sciences-po.fr/#hyphe

10 https://gephi.org/. La cartographie – i.e. à partir des liens hypertextes – permettrait de mettre au jour des proximités thématiques (entre des arguments, des acteurs, etc.), certains chercheurs qui se réclament des « digital methods » ou de la « data science » estimant que le liens hypertextes matérialisent un « lien social électif », une proximité signifiante(Pfaender et al., 2006).

11 Les controverses relatives aux OGM, à la fin de vie ou à l’enseignement de l’informatique à l’école, par exemple, ont été étudiées.

12 Par exemple, le logiciel DMI-TCAT :https://github.com/digitalmethodsinitiative/dmi-tcat, développé par une équipe de l’université d’Amsterdam (Borra et Rieder, 2014)

13 http://www.iramuteq.org

14 Ce qui ne veut pas dire que les travaux qui se saisissent de ces outils ne tiennent pas compte des spécificités des dispositifs techno-éditoriaux sous certains aspects (cf. l’étude spécifique que Maxime Cervulle et Fred Pailler font des hashtags pour caractériser la controverse relative au mariage des couples de personnes de même sexe dans Twitter (op. cit.).

15 Uniform Resource Locator (localisateur uniforme de ressource). Cela nécessite également de développer un outil de dépliage automatique.

16 Le graphe établit des proximités à partir de relations quantitatives.

17 Pour plus d’informations sur ce concept, voir Souchier et al. 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Edouard Bigot, Virginie Julliard et Clément Mabi, « Humanités numériques et analyse des controverses au regard des SIC », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 24 mars 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1783 ; DOI : 10.4000/rfsic.1783

Haut de page

Auteurs

Jean-Edouard Bigot

Jean-Édouard Bigot est doctorant en SIC au laboratoire Costech de l’université de technologie de Compiègne (UTC). Sa thèse questionne, d’un point de vue critique, la manière dont les pratiques de recherche en SHS se transforment au contact du numérique.(jean.edouard.bigot@gmail.com)

Virginie Julliard

Virginie Julliard est maître de conférences en SIC à l’université de technologie de Compiègne. Ses recherches portent sur la construction des débats publics, les dispositifs d’écriture numérique et la production médiatique du genre. Elle est l’auteure de l’ouvrage De la presse à Internet : la parité en questions, paru en 2012 aux éditions Hermès-Lavoisier. (virginie.julliard@utc.fr).

Articles du même auteur

Clément Mabi

Clément Mabi est chercheur à l’université de technologie de Compiègne (UTC) au sein du laboratoire Costech et post-doctorant au sein du GIS Démocratie et Participation. Ses recherches portent sur les dynamiques de construction des controverses, la participation citoyenne et les débats publics, l’analyse des dispositifs numériques et de leurs usages politiques.(clement.mabi@gmail.com)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page