Navigation – Plan du site
Émergences
Les fans studies : enjeux et perspectives de la recherche sur les fans en France
Études de cas et méthodologie

Portrait Robot d’un fan Espagnol. Analyse sociodémographique et habitudes de consommation chez le fan de films et de séries télé en Espagne

Javier Lozano Delmar, Milagrosa Sánchez-Martín et Juan F. Plaza

Résumés

Ce travail a pour objectif principal d’obtenir un premier portrait robot représentatif du fan de films et de séries télévisées en Espagne, dans le but de connaitre son profil sociodémographique, ses activités de loisirs favorites et ses habitudes de consommation audiovisuelle. Parallèlement, on envisage une comparaison entre le profil du spectateur fan et celui du spectateur non fan afin d’identifier les variantes qui permettent de les différencier les uns des autres. Le travail part de l’hypothèse que le spectateur fan espagnol est un type de spectateur actif, participatif et social, une sorte d’agent communicant ayant des intérêts culturels, suivant la ligne d´étude de Henry Jenkins. Pour ce faire, on a décidé d´utiliser une méthodologie quantitative qui permet d’accéder à un nombre important de personnes et de définir de façon représentative comment se constitue ce fan de film et de séries en Espagne. Ce travail est inscrit dans un projet plus large qui étudie les publics actifs en Espagne et son mode de réception.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1De nos jours, il existe de nombreuses études abordant l’analyse des cultures participatives et, plus spécifiquement, le fandom médiatique des films ou des séries télévisées. Fuyant le stéréotype du consommateur stupide, socialement inadapté qui dédie sa vie à cultiver une connaissance inutile, Henry Jenkins marque un point d’inflexion en dressant le profil d’un fan correspondant à celui des personnes hautement cultivées s’exprimant très bien et qui proviennent de la classe moyenne (2010 : 22 et 31). A partir de ce moment, les Fandom Studies vivent leur époque dorée grâce à différents chercheurs ou aca-fans qui analysent le phénomène fan dans leurs différents pays d’origine.

2En Espagne nous pouvons trouver plusieurs recherches qui, depuis plusieurs perspectives, abordent différents aspects de la culture fan en général. Aujourd’hui, l’étude des narrations Transmedias est en train de prêter une attention particulière aux productions des fans et à leur implication active dans la construction des contenus médiatiques (Scolari, 2013). Certains travaux utilisent des analyses de contenus pour étudier les textes produits par les fans et voir comment ces audiences participatives sont en relation avec le texte original (López et Rubio, 2012 ; Lozano, Hernández-Santaolalla et Ramos : 2013). Enfin, de récentes études utilisent également des méthodologies qualitatives pour travailler sur des déclarations directes de fans espagnols (Bourdaa et Lozano, 2015), qui approfondissent la construction de ces communautés de fans.

3Cet article crée un lien avec cette dernière étude puisque tous les deux partagent un objectif commun qui est définir et étudier le fandom des films et des séries télévisées dans une zone concrète : en Espagne. Ainsi, ce travail a pour objectif principal de se centrer sur le fan au lieu du texte produit par le fan. Pour ce faire, nous avons décidé de recourir à une méthodologie quantitative qui permet d’accéder à un nombre important de personnes et de définir une forme représentative du spectateur fan de film et de séries en Espagne. Une des principales forces de ce travail est l’application de cette méthodologie quantitative à l’étude des fans. A cet effet, nous n’avons pas trouvé une bibliographie qui aborde l’étude des fans depuis cette perspective quantitative en Espagne et nous avons voulu lancer une première exploration.

4Suivant la ligne proposé par Jenkins, ce travail part de l’hypothèse que le spectateur fan est un type de spectateur beaucoup plus actif, participatif et social, une sorte d’agent communicatif ayant des intérêts culturels. Comme Jenkins le précise, « personne n’arrive à être considéré comme fan en étant simplement un spectateur habituel d’un programme déterminé, mais en traduisant son suivi du programme dans des activités culturelles, en partageant avec des amis des sentiments et des pensées sur le contenu du programme, devenant membre d’une communauté de fans avec des intérêts partagés (Jenkins, 2013 : 54).

5Concrètement, les objectifs que nous définissons dans ce travail sont les suivants : 1) Obtenir un portrait robot représentatif du fan de films et de séries télévisées en Espagne, dans le but de connaitre son profil sociodémographique ; 2) Connaitre les habitudes de consommation audiovisuelle du fan espagnol ; Parallèlement à ces deux objectifs, il existe un troisième objectif transversal : 3) Réaliser une comparaison entre le profil du spectateur fan et celui du spectateur non fan afin d’identifier les variantes qui permettent de les différencier les uns des autres.

Méthodologie

Participants

6Les résultats que nous présentons dans ce travail sont représentatifs de la société espagnole et proviennent d’un échantillon de 1003 sujets espagnols qui ont répondu aux critères de consommation habituelle de films et de séries de télévision. Les participants ont été répartis proportionnellement en fonction de leur sexe et de leur âge (16-20 ans, 20-30 ans et 30-40 ans).

Instrument

7Nous avons divisé le questionnaire en trois parties différentes. Dans la première partie, les enquêtés devaient répondre à des questions de type sociodémographique : âge, sexe, province, niveau maximum d’études obtenu, activité professionnelle actuelle et activités de loisirs. La deuxième partie était orientée sur le principal recours utilisé par les spectateurs en ce qui concerne la consommation des contenus audiovisuels (concrètement, de films et de séries télé). Pour ce faire, le questionnaire se divise en 10 questions dichotomiques (oui/non) à propos des medias suivants : cinéma, télévision, DVD/Blu-Ray, téléchargement sur internet ou sur des plateformes de contenus en streaming ou sur des plateformes de Vidéos à la Demande (ex : Voyez-vous souvent des films sur des Plateformes de Vidéos à la Demande ?). Pour la sélection de la liste des médias, nous avons pris en compte la dernière étude de eEspaña 2014 réalisée par la Fondation Orange (2014 : 62) et Ericsson ConsumerLab TV & Media (2014) où les tendances de consommation numérique sont aussi analysées. Dans ces rapports, la cohabitation entre les médias traditionnels comme la télévision et les médias émergents comme le streaming est mise en valeur.

8La troisième partie fait référence à la fréquence avec laquelle la consommation des contenus audiovisuels se réalise et cette partie se divise en trois questions (en fonction de la consommation des séries télévisées espagnoles, étrangères et des oeuvres cinématographiques) du type Likert (exemple : Combien de fois par semaine voyez-vous les contenus de fiction audiovisuelle suivants ?) avec 6 propositions de réponses (1-jamais ; 2- 1 ou 2 fois par mois ; 3- 1 ou 2 fois par semaine ; 4- 3 ou 4 fois par semaine ; 5- presque quotidiennement ; 6- quotidiennement). De récentes études ont démontré que « Viewing episodes more than once and an addictive mode of consumption » est l’un des indicateurs qui amène le spectateur à se considérer comme fan de la série télé ou non (Lozano Delmar et Bourdaa, 2015). Grâce au contenu antérieurement exposé, il nous a semblé pertinent de définir ce type de questions dans le questionnaire.

9De la même manière et comme question charnière du questionnaire, nous avons introduit la question dichotomique (oui/non) suivante dans le questionnaire : « Vous considérez-vous fan d’un film ou d’une série télé ? »

Processus et analyse des données.

10Le questionnaire duquel nous avons tiré les données de ce travail fait partie d’un questionnaire en ligne plus important que nous avons lancé auprès d’un panel de consommateurs. Les sujets ont participé volontairement et de manière totalement anonyme ce qui a permis de leur garantir la totale confidentialité des données recueillies.

11Afin de vérifier les deux premiers objectifs, nous avons analysé, de façon descriptive, les données grâce à des fréquences et des statistiques à tendance centrale et de dispersion, qui dépendent des variables traitées.

12Vis-à-vis du troisième objectif que nous avons défini, de part la différence de taille de l’échantillon en Espagne de fans (n =868) contre celle des non-fans (n =135) et, afin de commettre le moins d’erreurs possibles concernant l’estimation, nous avons sélectionné aléatoirement un nombre proportionnel de spectateurs (148 fans ; 135 non fans). Au moyen de l’utilisation du hasard dans la composition de cette sélection de fans, l’équivalence entre les groupes au niveau statistique est assurée. Postérieurement, étant donné la nature qualitative des variantes à contraster, nous avons mis en place des tableaux contingents reflétant l’existence des différences significatives concernant les fréquences moyenne statistiquement de Chi au carré (p < .05) et nous avons recouru à la correction de Fisher pour les tableaux 2x2. Afin de vérifier la taille de la répercussion, nous avons analysé le coefficient de contingence (r2φ), en l’interprétant de la manière suivante : < 30 (petite taille de répercussion), .30-.50 (taille moyenne de répercussion), >.50 (grande taille de répercussion) (Cohen, 1992).

Résultats

13Ci-après, nous décrirons les résultats obtenus grâce à l’analyse proposée. Dans un premier temps, nous nous centrerons sur une étude générale de l’échantillon pour pouvoir nous focaliser, dans un second temps, sur les caractéristiques et les différences principales des fans médiatiques et sur les trois objectifs que nous avons définis antérieurement.

Description générale de l’échantillon

14L’échantillon analysé est âgé de 27 ans en moyenne (DT = 7,320), où 42 % des enquêtés avaient des études supérieures, 35 % une formation professionnelle de BTS et où 19 % ne disposait que d’études secondaires obligatoires. Seulement 5 % des personnes interrogées ne disposait que d’études primaires ou de la première phase des études secondaires. Tenant compte de ces chiffres, nous pouvons affirmer que l’échantillon analysé comprenait des sujets avec un niveau d’études majoritairement supérieur. En ce qui concerne l’activité professionnelle actuelle des personnes interrogées, 43,4 % étaient salariées contre 5 % qui travaillent pour leur propre compte ; 38,9 % étaient étudiants et 12,8 % étaient actuellement sans emploi. Par conséquent, l’échantillon peut être considéré comme actif professionnellement.

15Si nous nous arrêtons sur les habitudes de consommation audiovisuelles des espagnols, il semble que le téléchargement de contenus et le streaming soient les moyens privilégiés pour la consommation de films et de séries télé (respectivement 71,5 % et 71,3 %), indépendamment du fait que ce contenu soit visualisé postérieurement sur le même écran d’ordinateur ou sur la télévision. La télévision le suit de très près : 61,5 % des enquêtés consomment des films proposés par la programmation télé et 67,7 % fait la même chose avec les séries télévisées. Ces dernières données prennent tout leur sens si nous prenons en compte le fait que l’Espagne est l’un des rares pays du monde où la consommation d’écrans de télé a augmenté depuis 2012 selon le rapport « Ericsson ConsumerLab TV & Media »1. Les plateformes de Vidéos à la Carte et les supports optiques représentent une prévalence très faible, et la seule donnée remarquable est le fait que l’on préfère le DVD ou le Blu-Ray pour la consommation de films cinématographiques (27,7 %) vis-à-vis des séries télévisées (12 %).

16En ce qui concerne la fréquence de visionnage des films et des séries télé, indépendamment du moyen utilisé, nous pourrions dire que la consommation la plus fréquente est celle des séries étrangères. De l’échantillon analysé, 31,4 % déclarent en consommer une ou deux fois par semaine, 22.1 % 3 ou 4 fois par semaine, 19.1 % presque quotidiennement et 11.1 % quotidiennement. Ces données contrastent avec la fréquence de consommation des séries espagnoles, qui se situe, surtout, entre une et deux fois par mois (25.2 %) et une ou deux fois par semaine (36.1 %), avec uniquement 6.8 % qui en consomme presque quotidiennement et 3.1 % quotidiennement. La consommation des films cinématographique est assez similaire à celle des séries espagnoles avec un total de 47,3 % des sujets qui en consomment une ou deux fois par mois et 31.7 % une ou deux fois par semaine.

Profil sociodémographique du fan

17Si nous prenons en compte l’échantillon de 1003 spectateurs espagnols interrogés, 86,5 % (868 sujets) se considèrent fans de quelques films ou de quelques séries télé contre 13,5 % (135 sujets) qui déclarent ne pas l’être. Comme première conclusion et en prenant en compte que l’échantillon de l’étude réalisée est représentatif de la population espagnole, nous pourrions affirmer qu’une majorité importante d’espagnols et d’espagnoles déclarent être fan de certains contenus audiovisuels qu’ils consomment.

18Si nous nous centrons sur les données une fois que la sélection aléatoire sur les fans se soit réalisée et si nous travaillons, par conséquent, sur un nombre similaire de fans et de non fan, nous pouvons affirmer que des différences significatives exclusivement statistiques existent en ce qui concerne le genre (X2 (1) = 4.63, p = .033, r2φ = .13), puisque les fans représentent des pourcentages très similaires de femmes et d’hommes alors que chez les non fans il existe une plus grande proportion de femmes (60 %) que d’hommes (39 %).

19A propos de l’âge des enquêtés, nous n’observons pas de différences significatives statistiquement parlant entre les fans et les non fans (X2 (2) = 5.02, p = .081). En général, les spectateurs se situent de manière équilibrée dans les trois tranches d’âge, avec une légère prédominance entre les fans de la tranche comprise entre 21 et 30 ans (39,2 % contre 30,4 % chez les 16-20 ans et 30,4 % parmi les 31 - 40 ans). Aucune différence significative concernant la variante « niveau d’étude » n’est mise en valeur entre les deux groupes (X2 (3) = 1.46, p = .691), puisque 45 % des fans et des non fans ont des études universitaires. Concernant l’activité professionnelle, la distribution est également similaire entre chaque groupe (X2 (3) = 4.01, p = .260) puisque la majorité des fans sont salariés (41,2 %) et étudiants (37,2 %).

20En ce qui concerne les activités de loisirs, plusieurs activités sont proposées ainsi qu’une dernière option « autres » peut être sélectionnée et complétée par l’enquêté. Seulement 4,7 % des fans et 3 % des non fans ont ajouté une option de loisir différente à celles proposées. Par conséquent, nous interprétons que les activités proposées collent parfaitement avec leurs profils du point de vue des loisirs. De ces dernières, il n’y aucune différences de statistiques significatives entre être ou ne pas être fan en fonction du fait d’aller au théâtre (X2 (1) = .33, p = .599), de lire des revues et la presse (X2 (1) = 3.80, p = .060), de pratiquer du sport, (X2 (1) = .23, p = .635), de jouer d’un instrument de musique (X2 (1) = .43, p = .575), de se promener (X2 (1) = .49, p = .486), d’écrire (X2 (1) = 1.29, p = .287), de faire du tourisme (X2 (1) = .71, p = .406), de cuisiner (X2 (1) = .01, p = 1.000) et de peindre (X2 (1) = 4.22, p = .052, r2φ = .12). Bien qu’aucune de ces options de loisirs ne semblent être susceptibles d’intéresser le fan ni ne semble être une variante à prendre en compte pour le différencier du non fan (le positionnement des deux groupes se trouvant relativement équilibré), il convient de remarquer que les fans se penchent plus pour la peinture que les non fans (14,2 % face à 6,7 % des nos fans), c’est à dire, bien que les différences ne soient pas significatives statistiquement parlant, les fans tendent plus à peindre que les non fans.

21Il est intéressant de remarquer des différences de statistiques significatives qui existent concernant l’option de loisir « jouer à des jeux vidéos », entre les fans et les non fans (X2 (1) = 29.98, p = .000, r2φ = .31). Avec une taille de répercussion moyenne, nous pouvons dire que la majorité des sujets appartenant au groupe de non fans ne joue pas aux jeux vidéos (80 % contre 20 % qui y joue). Il existe également des différences concernant l’option « lecture de livres » (X2 (1) = 4.72, p = .033, r2φ = .13). Avec une taille de faible répercussion, la majorité des fans lisent des livres pendant leur temps libre (58,1 % contre 41,9 %), et se différencient du groupe de non fans, dans lequel un grand nombre d’entre eux ne considère pas la lecture comme une activité de loisir. La lecture de bandes-dessinées et de romans graphiques contre les stéréotypes qui peuvent exister ne sont pas révélateurs de l’identité du fan (X2 (1) = 13.20, p = .000, r2φ = .21). La majorité des fans et des non fans ne lit pas ce type de produits bien que les non fans lisent moins (94,8 % qui ne lisent pas contre 5,2 %), c’est-à-dire, il semble qu’il y ait une préoccupation majeure pour ce type de lecture chez les fans, qui pourraient être plus adeptes à un autre type de lecture. La musique est aussi une variante qui marque la différence entre les deux groupes. Avec une faible répercussion, les fans tendent à écouter plus de la musique et à assister à plus des festivals de musique que les non fans : 55,4 % contre 38,5 % (X2 (1) = 8.08, p = .006, r2φ = .17).

22Pour terminer, l’aspect social est plus présent chez les fans. Avec une faible répercussion (X2 (1) = 5.07, p = .026, r2φ = .13), 81.8 % déclarent réaliser l’activité de sortir avec leurs amis pendant leur temps libre contre 70.4 % chez les non fans. Ce profil du fan espagnol semble coïncider avec les idées de Jenkins concernant l’acte de réception sociale : « La réception des fans ne peut pas s’effectuer, d’ailleurs elle ne s’effectue pas, de façon isolée, mais elle peut être structurée à travers la contribution d’autres fans chez qui elle est déjà motivée, au moins en partie, par un désir d’interagir avec une communauté culturelle et sociale plus importante » (Jenkins, 2010 : 97).

23Nous devons mettre en relief que ces différences entre les groupes de fans concernant la lecture, la peinture, la musique et le social servent à caractériser le fan qui se soucie pour la culture, qui a une sensibilité esthétique, des capacités perceptives et des préoccupations proches du domaine de la créativité.

Les habitudes de consommation audiovisuelle du fan

24Il n’existe pas de différence significative entre le fait d’être ou ne pas être fan en fonction de la fréquence avec laquelle nous consommons des séries espagnoles (X2 (5) = 9.70, p = .084). Des tendances similaires se profilent dans chaque groupe : approximativement 38 % des fans et des non fans les regardent une ou deux fois par semaine.

25Cependant, il existe bien des différences statistiquement significatives entre les deux groupes, avec une taille de répercussion faible et moyenne, en fonction de la fréquence avec laquelle ils regardent des films cinématographiques (X2 (5) = 16.56, p = .005, r2φ = .24). La majorité des fans et des non fans en consomment une ou deux fois par mois et, en deuxième position, une ou deux fois par semaine. Presque tout l’échantillon est concentré entre ces deux tranches. Cependant, les fans regardent des films plus fréquemment : 46,6 % une ou deux fois par mois, 33,8 % une ou deux fois par semaine et 8,1 % presque quotidiennement (contre 0.7 % des non fans).

26Pour finir, et de la même manière qu’il se reflétait dans l’échantillon général, le visionnage de séries étrangères semble se différencier des autres types de produits (X2 (5) = 43.22, p = .000, r2φ = .36). Nous pourrions affirmer que, avec des répercussions de taille moyenne, les fans consomment plus fréquemment des séries étrangères que les non fans : 23 % en consomment de manière quasiment quotidienne (contre 5.2 % des non-fans) et 23 % 3 ou 4 fois par semaine.

27A propos du moyen de consommation privilégié, il ne semble exister aucune différence substantielle entre les fans et les non fans, sauf en ce qui concerne le visionnage de films et de séries télé par téléchargement ou par streaming. Dans le cas des films, nous pouvons observer clairement que les fans utilisent d’avantage ce moyen (X2 (1) = 12.75, p = .000, r2φ = .21). Avec une répercussion moyenne-basse, 75,5 % des fans préfèrent le téléchargement et le streaming pour visionner des films contre 55,6 % des non fans. Dans le cas des séries télé, les valeurs se différencient encore plus (X2 (1) = 20.67, p = .000, r2φ = .26), ce moyen étant privilégié par 76,4 % des fans.

Conclusions

28Le fan espagnol de contenus audiovisuels est un consommateur qui peut être aussi bien un homme ou une femme et dont l’identification comme telle semble se produire indépendamment de son âge, bien que, comme nous l’avons indiqué antérieurement, la tranche des 21-30 ans semble être la tranche d’âge plus active. Il s’agit d’un fan avec une éducation moyenne de niveau supérieur et qui est actif professionnellement parlant.

29La lecture de bandes-dessinées et de romans graphiques ne semble pas être une composante de loisir déterminante pour qualifier le fan ; cela étant dit, nous pouvons observer que ce groupe a de plus grandes préoccupation face à ce type de littérature que les non fans. De la même manière, le groupe de fan tend à jouer plus aux jeux vidéo que les non fans, bien que cela ne soit pas suffisant pour le considérer comme une caractéristique de ce groupe.

30Parmi les activités de loisir qui définissent le mieux le fan, nous soulignerons la lecture de livres, écouter de la musique et assister à des festivals de musique ainsi que sortir avec des amis. Il est intéressant de pointer que le fan se différencie des spectateurs non fans en ce qui concerne les activités de loisir de type culture : les fans lisent plus et profitent plus de la musique. Par ailleurs, la composante sociale semble être plus révélatrice et sortir avec ses amis est aussi une activité plus importante pour les fans que pour les non fans, bien que la majorité des deux groupes la pratique. Cette composante sociale coïncide avec le concept d’audiences actives et participatives mais aussi avec l’activisme, caractéristiques de ce type de spectateur (Jenkins, 2010), en plus de contraster (avec les options de loisir) avec les vieux stéréotypes culturels qui cataloguent le fan comme « culturellement limité, comme un inadapté socialement et comme un consommateur ignorant ». (2010 : 37).

31En ce qui concerne les habitudes de consommation audiovisuelle, les fans consomment plus de films cinématographiques et réalisent aussi une consommation plus assidue de séries télé étrangères. En tenant compte, comme nous l’avons précédemment exposé, que l’échantillon de spectateurs espagnols consomme plus fréquemment des séries étrangères (19,1 % déclaraient les voir presque quotidiennement) que de séries espagnoles ou de films cinématographiques, nous pourrions affirmer que cette activité est une caractéristique des fans : 23 % d’entre eux en consomment presque quotidiennement. C’est pourquoi, la consommation compulsive des séries étrangères semble s’établir comme étant un des indicateurs des fans espagnols.

32De plus, le téléchargement et le streaming de contenus semblent être les moyens préférés des fans pour le visionnage des films et des séries étrangères, ce qui nous invite à penser à un plus grand développement des compétences numériques de ce groupe, qui recherche et qui trouve les contenus audiovisuels sur des plateformes différentes à la télévision traditionnelle. Par la même occasion, cela le convertit en spectateur plus actif qui sélectionne à l’avance les contenus qui l’intéressent au lieu de se laisser guider par le programme établi. De plus, il est curieux de souligner comment les fans se positionnent, selon ces données, comme étant les précurseurs des nouvelles formes de consommation audiovisuelle numérique. Selon l’étude Ericsson MadiaLab au niveau global, « 75 % of people watch any type of streamed on-demand video several times a week or more, compared to 77 % who watch scheduled broadcast TV several times a week or more » (2014). Ces données concernant la prédominance des moyens traditionnels comme étant des moyens émergeants coïncident avec les données de l’eEspaña 2014 et avec celles du Rapport sur la Société de l’Information en Espagne 2014 de la Fondation Téléphonique qui tous deux mettent en valeur respectivement. « Les moyens traditionnels pour la consommation des contenus cinématographiques comme la TV gratuite et les salles de cinéma continuent à concentrer la plus importante demande » (Orange, 2014 : 62), « La télévision ouverte est le moyen le plus utilisé par plus de 82 % des internautes » (Fundación Telefónica, 2014 : 64). En prenant en considération ces chiffres, nous pourrions dire que les fans constituent la majorité des spectateurs qui ont déjà adopté de nouvelles formes de consommation numérique.

33Pour terminer, il est significatif qu’un échantillon représentatif de la société espagnole 86,5 % (868 sujets) des personnes interrogées, se considère comme étant fan d’un film ou d’une série télé contre 13,5 %. Ces données semblent intéressantes pour deux aspects. Premièrement, ces spectateurs prennent conscience de ce qu’implique ou non être fan et s’identifient avec cette terminologie pour définir leur rôle en tant que récepteurs médiatiques. Deuxièmement, ils démontrent que 85,6 % des spectateurs s’impliquent activement et passionnellement dans le contenu médiatique d’une façon plus prononcée que le reste des spectateurs, c’est-à-dire que la majorité des sujets analysés sont des fans nous pourrions dire, en prenant en compte ce que nous avons exposé antérieurement, que la majorité des spectateurs espagnols réalisent des activités de loisir en relation avec le domaine créatif, social et culturel, en plus d’une consommation plus fréquente des contenus audiovisuels grâce à une utilisation plus ample de différentes options de moyens numériques. En définitive, le fait d’être fan rehausse chacune des variantes chez les spectateurs espagnols comme nous pouvons le voir sur les graphiques comparatifs entre les deux groupes que nous montrons ci-après.

34Grâce aux conclusions que nous avons mises en valeur, cette étude prétend être un point de départ pour explorer la définition du fan espagnol lors de futures recherches. Ainsi, d’une part, il serait intéressant de continuer à explorer encore plus la composante sociale du fan pour voir si le fait de « sortir avec ses amis » implique aussi une autre série d’aptitudes sociales comme le partage, être aimable ou aider les autres. D’autre part, de la même manière, il serait intéressant de traiter plus en profondeur les compétences numériques du fan, étant donné que les résultats démontrent qu’il s’agit d’un spectateur qui recherche des contenus différents et qui prend clairement position comme ayant déjà adopté les nouvelles formes de consommation numérique avant le reste des spectateurs.

Haut de page

Bibliographie

Cohen J. (1992). « A power primer ». In Psychological Bulletin, 112(1), pp. 155-159. http://dx.doi.org/10.1037%2F0033-2909.112.1.155

Ericsson ConsumerLab (2014). TV and Media 2014. http://www.ericsson.com/res/docs/2014/consumerlab/tv-media-2014-ericsson-consumerlab.pdf

Fundación Orange (2014). eEspaña 2014. http://fundacionorange.es/fundacionorange/analisis/eespana/e_espana14.html

Fundación Telefónica (2014). Informe de la Sociedad de la Información en España 2014. http://www.fundaciontelefonica.com/arte_cultura/sociedad-de-la-informacion/informe-sociedad-de-la-informacion-en-espana-2014/

Jenkins H. (2010). Piratas de textos : : fans, cultura participativa y televisión. Barcelona : Paidós Ibérica.

Jenkins H. (2013). Fans, blogueros y videojuegos : : la cultura de la colaboración (1a ed., 2a reimp.). Barcelona [etc.] : Paidós.

López F. J. y Rubio Mar (2012). « El fan fiction de temática homoerótica inspirado por productos audiovisuales. Una aproximación desde la narrativa ». In Comunicación : revista Internacional de Comunicación Audiovisual, Publicidad y Estudios Culturales, nº. 10, pp. 1183-1198.

Lozano Delmar J., Hernández-Santaolalla V. y Ramos M. (2013). Fandom-generated content: an approach to the concept of « fanadvertising ». In Participations. Journal of Audience and Reception Studies, v. 10 (1), pp. 351-356.

Lozano Delmar Javier and Bourdaa Mélanie. 2015. « Case Study of French and Spanish Fan Reception of Game of Thrones. » In Special Issue « European Fans and European Fan Objects: Localization and Translation », Transformative Works and Cultures, n. 19. http://dx.doi.org/10.3983/twc.2015.0608.

Scolari C. A. (2013). Narrativas transmedia: Cuando todos los medios cuentan. [Barcelona] : Deusto.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Javier Lozano Delmar, Milagrosa Sánchez-Martín et Juan F. Plaza, « Portrait Robot d’un fan Espagnol. Analyse sociodémographique et habitudes de consommation chez le fan de films et de séries télé en Espagne », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 22 février 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1692 ; DOI : 10.4000/rfsic.1692

Haut de page

Auteurs

Javier Lozano Delmar

Javier Lozano Delmar est docteur en Communication de l´Université de Séville (Espagne) et Maître de Conférences à la Faculté des Sciences Sociales de l’Université Loyola Andalucía, à Séville, où il enseigne des cours sur les technologies de la communication et l´étude des médias (fiction audiovisuelle, télévision et cinéma). Ses recherches portent principalement sur les media studies, fandom studies, l’analyse de l’utilisation des technologies numériques dans la publicité et les stratégies publicitaires en télévision et cinéma. En 2013, il a édité un ouvrage collectif sur la série télé Game of Thrones (Reyes, espadas Cuervos y dragones. Estudio del fenómeno televisivo Juego de Tronos), qui analyse la série à partir de différents points de vue communicationnel. Twitter : @lozanojavi. Mail : jlozano@uloyola.es.

Milagrosa Sánchez-Martín

Docteure avec mention européenne de l’Université de Séville et Prix Jeunes Chercheurs de l’Association Espagnole de Méthodologie des Sciences du Comportement en 2011. Professeur à l’Université Loyola Andalucía et fondatrice de Metodik, entreprise dédiée à fournir des conseils méthodologiques et analyse des données pour la recherche et récompensée comme meilleure idée de business 2013 par l’Université de Séville. Elle a participé à plusieurs projets de recherche liés à l’innovation méthodologique dans le domaine des sciences sociales et de la santé et réalise des analyses de données et des contrats de recherche avec des entreprises telles que Pearson Education ou l’Institut du Bonheur Coca Cola. Courriel : msanchez@uloyola.es.

Juan F. Plaza

Juan F. Plaza est docteur en Communication de l’Université Pontificia de Salamanca (Espagne) et possède un diplôme universitaire en “Traitement non sexiste de l’information” par l´Universitat Jaume I à Castellón. Il est Professeur d´Université à la Faculté des Sciences Sociales de l’Université Loyola Andalucía, à Séville. Sa recherche est axée sur l’étude des représentations des hommes et des femmes dans les médias (stéréotypes, modèles, discours ...). Il a étudié les modèles de masculinité et féminité dans les magazines féminins pour les adolescentes, le rôle des femmes dans la presse ou les nouveaux modèles de « vraies» femmes dans la publicité. Mail : jfplaza@uloyola.es

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page