Navigation – Plan du site
Émergences
Les fans studies : enjeux et perspectives de la recherche sur les fans en France
Communautés et identités des fans : de l’individuel au collectif

La e-participation subversive comme mode d’individuation

Nathalie Paton

Résumés

Dans cet article, l’auteure s’intéresse au versant subversif et oppositionnel des fans en examinant, au travers d’une ethnographie en ligne de trois ans sur YouTube, un réseau socionumérique constitué autour du phénomène des school shootings, i.e. des fusillades commises au sein d’établissements scolaires par des élèves. En considérant les contenus autoproduits et les échanges numériques d’un échantillon de 81 fans pour 142 vidéos, l’analyse thématique des participations médiatiques montre comment les school shootings servent de support identificatoire. Les tueurs sont admirés au regard des épreuves qu’ils ont subies et de la manière dont ils ont su dépasser ces épreuves. L’investissement dans de tels réseaux autorise de confronter ses réflexions à ses pairs à propos des limites de la morale, des rôles sociaux attribués aux uns et autres, du sens de la vie en miroir de la mort. Sous cet éclairage, la figure du fan renvoie à une forme innovante de réalisation de soi, via la promotion subversive de valeurs prescrites et anomiques. Seulement l’envers de leur posture montre les paradoxes et limites des injonctions contemporaines à l’individuation. Alors qu’ils s’émancipent au travers d’un phénomène de violence, par-delà bien et mal, suivant les prescriptions en vigueur qui font que chacun doit se référer à son propre compas moral, les fans nourrissent des espoirs quant au pouvoir dont ils disposent pour définir leur vie à l’image de leurs idéaux. Ils projettent une définition de soi autoréférentielle où aucun prix n’est trop important à payer pour conquérir la maîtrise de son existence.

Haut de page

Texte intégral

L’activité médiatique des fans de la violence extrême sur YouTube

Fan et subversion : l’exemple du fandom des fusillades scolaires sur Internet

  • 1 Jenkins, Henry (1992). Textual Poachers : Television Fans & Participatory Culture. Studies in cultu (...)

1La subversion préside à la notion de fan écrivit Jenkins il y a une dizaine d’années1, comme pour rappeler à son lectorat que le fan, loin d’être un amateur comme les autres, sous-tend une posture qui a trait à la résistance et à l’insubordination. Cet article exploite ce filon en s’intéressant aux usages numériques d’acteurs résolument subversifs et oppositionnels, ceux-là mêmes qui au fil des jours, des mois, parfois des années, donnent libre cours à leur fascination pour une forme de violence extrême, celle des fusillades scolaires.

  • 2 Paton N. (2015) School Shooting Globalisation et individuation par les médias participatifs. MSH, I (...)
  • 3 Pour d’excellentes synthèses sur les travaux du domaine d’étude de la participation, voir notamment (...)

2Les fusillades scolaires (ou school shooting selon l’expression anglo-saxonne) correspondent à une forme de violence contemporaine suivant laquelle un jeune se rend de façon préméditée dans son (ancienne) école – primaire, collège, lycée ou université – en vue d’assassiner le plus grand nombre de personnes (élève et/ou personnel de l’établissement) au hasard des cibles. Les tueurs effectuent de tels actes extrêmes avec l’assurance de mourir par ce biais, soit en se donnant la mort, soit en se faisant tuer par les forces de l’ordre (i.e. suicide by cop). Ce phénomène, qui a principalement lieu en Amérique du Nord et en Europe, est d’abord perçu au cours des années 90 comme le fait de jeunes hommes solitaires et désocialisés. Puis, à compter des années 2000, au constat que les school shootings se discutent, créent de la sociabilité, voire se préméditent en ligne, ces faits de violence sont appréhendés à l’aune de l’avènement des médias participatifs2, c’est-à-dire des outils technologiques grâce auxquels l’usager consomme, produit et diffuse des contenus culturels3. Au sein des débats de la sphère publique, les échanges numériques sont alors accusés de fabriquer la violence : la participation médiatique d’une poignée d’internautes inciterait au passage à l’acte, glorifierait les jeunes tueurs, créerait l’impression que le recours à la violence est légitime. Ces internautes sont ceux qu’il convient de nommer « les fans des school shootings ».

  • 4 Le Guern, P. (2009). « No matter what they do, they can never let you down… Entre esthétique et pol (...)

3C’est en raisonnant en pragmatique que nous employons le terme de fan puisque les internautes évoqués dans cet article se qualifient eux-mêmes de la sorte. Certes, parfois pour en contester l’usage ou pour remettre en question l’authenticité de l’engagement de l’un d’entre eux, mais d’une manière générale ils reconnaissent posséder une excellente connaissance du phénomène, d’y consacrer un temps significatif et d’adopter une posture hors norme. Ne serait-ce qu’à ces titres, ils se démarquent de la vaste majorité des usagers qui conversent ou échangent au sujet des fusillades scolaires sur Internet. Mais il faut ajouter à ces marqueurs sociaux l’arsenal sémiotique qu’ils emploient dans le cadre de leurs autoproductions vidéo et de leurs pages personnelles. Ils y manifestent une esthétique spécifique, dont il est nécessaire de posséder les codes pour décrypter les références mobilisées. Ces codes, compris comme des signes d’appartenance et des formes de textualisation de soi, sont puisés dans la culture des school shootings. Sous cet éclairage, ces fans arborent un engagement singulier à partir duquel il est possible d’évaluer une position différenciée, typique de la manière de faire des fans4.

4En laissant de côté les médias comme objet pour ici s’en servir comme méthode, c’est-à-dire comme moyen d’accès au terrain en vue de recueillir un matériel empirique original, on propose d’explorer dans cet article cette communauté de pratiques plutôt atypique vis-à-vis de la notion de fan. Cet article a pour première ambition d’illustrer la diversité des postures que la figure de fans peut revêtir, de telle façon que la valeur heuristique de cette appellation gagne en épaisseur. Cet article a également pour objectif d’explorer les ressorts sociologiques des fusillades. L’affirmation suivant laquelle les publications des fans incitent à la violence invite à saisir les raisons pour lesquelles cette forme de violence est un objet de fascination. Pour répondre à ces deux objectifs, cet article propose de restituer les résultats d’une étude ethnographique en ligne conduite sur YouTube durant trois années à propos d’un réseau de fans de violence extrême.

Injonction à l’individuation et défis contemporains

  • 5 Beck, U., Giddens, A. and Lash, S. (1994). Reflexive Modernization: Politics, Tradition and Aesthet (...)
  • 6 La notion de fandom va au-delà de l’idée d’un simple fan car cela renvoie à la stratégie collective (...)
  • 7 À considérer la culture en son sens anthropologique, elle doit être comprise en tant qu’objet du qu (...)

5La volonté d’approfondir l’analyse des publications digitales des fans repose en partie sur une hypothèse. Il n’est pas exclu que les fusillades dans les écoles soient en réalité l’indice d’un malaise plus important qui ne concerne pas exclusivement une poignée de jeunes mais bien une part de la jeunesse contemporaine, dans la mesure où l’expérience vécue des jeunes tueurs est partagée d’une façon ou d’une autre par cette classe d’âge. Dans cette optique, s’intéresser aux fans, c’est réinscrire les actes des auteurs de violence dans des logiques collectives qui débordent des explications fondées uniquement sur des variables individuelles. On va en effet défendre l’idée que l’investissement dans des pratiques médiatiques déviantes, telles que celles de ces fans, a trait à un travail de production de soi, indissociable d’un mouvement pendulaire assemblant le déclin institutionnel et l’injonction contemporaine à l’individualisation des êtres5. Pour soutenir ce propos, nous montrerons comment la prise de parole au sein du fandom6 sur YouTube nous parle davantage de ceux qui sont à l’origine des produits culturels7 que de ce qu’ils célèbrent.

  • 8 Beck et al. Op. cit. ; Beck, U. (1992). Risk Society: Towards a New Modernity. London: Sage.
  • 9 Sennett, R. (1979). Les tyrannies de l’intimité. Paris, Seuil ; Ehrenberg, A. (1998). La fatigue d’ (...)

6Alors que l’acteur dispose d’une plus grande indépendance à l’égard des formes traditionnelles – familiales, de classe, de genre – de reproduction de la vie sociale, il a aussi une marge de manœuvre accrue pour prendre des décisions. En contrepartie, il est sollicité par les institutions. Il doit se charger de développer une biographie personnelle singulière et fournir du sens à sa propre vie au travers de son individualisation, c’est-à-dire au travers de la production de soi comme acteur autonome, ce qui passe par la reconnaissance des normes et rôles sociaux et la distanciation vis-à-vis de ces normes et rôles. L’individualisation, vécue de manière collective, fait de l’identité un projet. Elle n’est plus héritée de manière irréfléchie, naturelle ou systématique, elle est dorénavant le fruit d’un travail réflexif des individus8. L’unification des conditions générales d’un individualisme de masse ne présuppose nullement la disparition des inégalités sociales, bien au contraire. Cependant, elle induit la perte de conscience d’appartenance à des groupes sociaux, voire devient l’occasion de contester la définition de ces groupes. Le bénéfice immédiat en serait l’émancipation, le groupe de prédilection choisi devenant un support à l’expérience individuelle. Le pendant en serait le prix à payer lorsque cette individualité est trop lourde à porter9. L’une des conséquences supplémentaires, d’après les enseignements de l’enquête présentée dans cet article, serait la croyance en l’absence de déterminants sociaux. Pour une partie des enquêtés, tout se passe comme si chacun pouvait se définir seul et sans contrainte, délié de toute relation sociale.

  • 10 Wieviorka, M. (2004). Violence. Paris, Balland.
  • 11 Bromberger, C. (1998). Passions ordinaires. Du match de football au concours de dictée. Paris, Plur (...)

7Ce changement socio-historique majeur, où désormais l’individu a à charge de donner sens à sa biographie et à sa trajectoire personnelle, incite en effet à appréhender la participation médiatique juvénile à partir de cette échelle d’analyse. Cette orientation est pertinente dès lors que l’on estime que la violence vient nous dire quelque chose de la construction de l’individualité10. Cette orientation vers une réflexion autour des modalités de l’individuation via l’analyse des productions numériques de l’échantillon se justifie d’autant plus que la posture de fan est indissociable des modes de construction identitaire spécifiques à l’époque contemporaine. Elle reflète les aspirations croissantes à « l’héroïsation de soi »11 dans un contexte de déclin institutionnel, d’injonction à l’autonomie individuelle et de possibilités d’expression nouvelles via le web 2.0. Cette orientation analytique permettra de discerner les défis auxquels une partie des jeunes est confrontée, ceux-là même qui prennent l’espace de la toile pour marquer leur différence et développer un réseau de sociabilité autour de la violence. Nous identifierons et analyserons les épreuves qu’ils mentionnent pour, à terme, discerner les paradoxes auxquels les injonctions sociales contemporaines livrent les individus.

Vers une ethnographie en ligne de la e-participation des fans

  • 12 Kozinets, R.V. (2010), Netnography: Doing Ethnographic Research Online, Sage: London.

8Une ethnographie en ligne12 de la participation médiatique du contre-public des fans de school shootings a été conduite en se basant sur la plateforme d’échange de vidéos YouTube. Cette arène médiatique a été privilégiée au regard de la quantité des échanges qu’elle héberge. Les contributions des fans ont été observées et recueillies sur une période de trois ans et demi. La démarche méthodologique adoptée fût d’observer les fans sans chercher à interférer et d’enregistrer leurs activités en gardant les traces de leurs communications composées d’informations textuelles (captation des commentaires et des échanges sur les forums des vidéos ou sur les profils, capture de la présentation de soi au sein des profils d’utilisateurs, collecte des descriptions sous les vidéos, enregistrement des lettres de suicide et manifestes écrits diffusés), visuelles (diffusion de photographies) et audiovisuelles (publication de montages vidéos). Cette orientation méthodologique met la réflexivité des acteurs au cœur de la démarche et fournit des données dites naturelles, non déclaratives : les interventions des acteurs sont spontanées, il ne s’agit pas de réponse à des questions formulées par le chercheur dans le cadre de son protocole de recherche.

9Une part des données collectées sont subversives et font l’objet d’une politique automatisée de signalement et de suppression au sein des plateformes d’échange comme YouTube. Nous avons dès lors cherché à en conserver une trace en les hébergeant dans un site Internet13. Ce site a été conçu dans l’esprit du site YouTomb14 mis en place par des chercheurs du MIT.

10Dans le cadre de cet article, il va s’agir de s’intéresser aux cent quarante-deux vidéos autoproduites par quatre-vingt-un fans. Ces vidéos sont représentatives des formats de vidéo les plus employés d’après le système de classification du moteur de recherche de YouTube, des producteurs les plus prolifiques ou notoires au sein du réseau numérique observé. À ces données s’ajoute la capture des profils d’utilisateur et d’échanges numériques, suite à l’observation de conversations naturelles entretenues autour des vidéos, dans les forums de discussion.

Table 1. Distribution géographique du lieu de résidence des fans en Europe (2007 à 2011)

Table 1. Distribution géographique du lieu de résidence des fans en Europe (2007 à 2011)
  • 15 Sur la carte ci-dessus, le lieu de résidence des internautes est indiqué en pourcentage de contribu (...)

11La part d’identité simulée de ces types de profils empêche d’exploiter convenablement les variables sociodémographiques des profils. On peut seulement mentionner les tendances de participation suivantes : il y a autant d’hommes que de femmes, l’âge médian est de 20 ans, et tandis que plus du tiers des internautes seraient états-uniens (35 %) (voir carte ci-dessous15) les autres internautes résident surtout dans les pays où des fusillades ont eu lieu : la Finlande (7 %), l’Allemagne (7 %) et le Canada (6 %).

Table 2. Distribution géographique du lieu de résidence des fans dans le monde (2007 à 2011)

Table 2. Distribution géographique du lieu de résidence des fans dans le monde (2007 à 2011)

Une scène subculturelle en quête de repères

  • 16 E.g. Mœglin Pierre (2012). « Une théorie pour penser les industries culturelles et informationnelle (...)
  • 17 Paton, Op. cit.

12Pour débuter les analyses, intéressons-nous à comment les fans s’approprient les fusillades. Les fans remixent le matériel distribué par les tueurs, les industries culturelles16 ou les entreprises de presse (extrait de caméra de surveillance, photo de classe, bribes de journaux intimes, etc.), selon plusieurs formats de participation vidéo17. En croisant ces différents formats d’autoproductions vidéo, les profils d’utilisateur et les conversations numériques, et en examinant les principales thématiques évoquées, nous allons voir en quoi les fusillades scolaires sont pertinentes pour ces internautes, au point de servir de support identificatoire et d’objet de fascination.

Le rôle pivot des tueurs de Columbine

13Bien que les fans disposent d’une excellente connaissance du phénomène des fusillades dans son ensemble, la tuerie de Columbine est le maître mot de la constitution du fandom. Columbine est une fusillade exécutée par Eric Harris et Dylan Klebold dans l’état du Colorado en 1999 qui a fait 15 morts et 24 blessés. 69 % de l’échantillon vidéo des fans y sont dédiés. Comme ils le disent eux-mêmes : « Columbine, c’est l’affaire Kennedy d’une génération » (Feurfenix, M, USA). Feurfenix détaille dans une vidéo (F047) pourquoi Columbine est le socle de la (sub)culture des school shootings :

  • 18 G.W., Larkin, R. (2007). “The Columbine High School Shootings.” In Chermak S. and Bailey, F.Y. (eds (...)
  • 19 Larkin, R.W. (2009). “The Columbine legacy: Rampage shootings as political acts.” American Behavior (...)
  • 20 Ibid.

14Initialement appréhendées comme l’œuvre de fous solitaires, les school shootings bénéficient d’une nouvelle légitimité après Columbine, au point que les jeunes hommes qui suivront dans les pas d’Harris et Klebold seront dotés d’une véritable autorité. Outre le traitement médiatique exceptionnel de Columbine, étant parmi les faits divers les plus médiatisés des années 90 aux États-Unis juste derrière le procès d’O.J. Simpson18, cette fusillade se distingue donc en acquérant un statut mythique dans le panthéon des subcultures auprès des élèves marginalisés19 et en élevant le phénomène de violence au rang d’acte politique20.

  • 21 Reb et VoDka sont les surnoms respectifs d’Harris et Klebold.

15Bien que la légitimité fournie par Klebold et Harris éclairent l’attrait pour cette tuerie, c’est aussi leur qualité d’énonciateur qui capture l’attention des fans. « JE N’AI JAMAIS CRU EN QUOI QUE CE SOIT JUSQU’À CE QUE JE CROIVE (sic) EN REB&VODKA21 » dit REBVODKA4EVER (22, USA) en haut de son profil. Avec cette unique phrase, le rôle pivot des deux garçons transparaît : ils représentent des énonciateurs convaincants. Du propre aveu des internautes, les school shootings répondent au besoin de trouver des héros, des modèles qui puissent faire figure d’énonciateurs plausibles en vue de s’individuer (SophiaDarko, F, 21, Portugal (F10). Cette identification, comme on le verra au fil des pages, repose sur plusieurs éléments mais spécifions d’ores et déjà que l’appropriation des school shootings renvoie au fait que les deux adolescents mettent en regard les expériences des fans (F08).

16Si l’identification à Klebold et Harris tend à indiquer le renforcement de l’articulation des identités sociales au niveau des productions horizontales, quel est le message retenu par les fans ? Qu’inspirent-ils ? On va voir que la fascination à leur égard, ainsi que les autres tueurs dans une moindre mesure, relève autant des expériences qu’ils ont vécues, des épreuves qu’ils ont subies, que des façons dont ils ont réussi à dépasser ces épreuves pour advenir en tant qu’individus autonomes et émancipés.

Déclins institutionnels et défaillances scolaires

17Mis à part le charisme des tueurs, ce qui alimente la fascination pour ce phénomène est la construction d’une posture critique à l’égard des institutions. Au premier rang des institutions fustigées, on trouve l’école, suivie de très près par les médias en tant que système corrompu par une pensée hégémonique et instigatrice de fausses représentations vis-à-vis des fusillades scolaires. De manière anecdotique, d’autres institutions sont épinglées, comme la religion, le capitalisme ou l’hégémonie américaine. L’école détient toutefois une place de prédilection dans cette remise en cause des institutions avec une concentration des productions médiatiques autour de la thématique du bullying, c’est-à-dire du harcèlement moral et/ou physique dont certains élèves font l’objet. Les school shootings deviennent en effet l’emblème d’une croisade morale pour se révolter contre l’oppression des instigateurs des brimades à l’école.

  • 22 Newman et al. (2004). Rampage : The Social Roots of School Shootings. New York: Basic Books.

18Le bullying, employé à l’encontre de ceux qui se démarquent de la norme, vise au contrôle social et serait un lieu commun des établissements scolaires. Il forme surtout l’explication la plus fréquente des school shootings22. Les fans feraient le portrait des tueurs comme des victimes de ce type de discrimination, à l’instar de ce que montre la reprise des propos d’Auvinen, le jeune tueur finlandais (JoXXvod, F, 16, Allemagne (F149) :

19Un autre fan, JkizBK (M, Irlande), assemble les discours des tueurs pour mettre en lumière l’importance de cette violence ordinaire (F035) :

  • 23 Newman et al. Op. cit. ; Ogle, J. P., Eckman, M. and Leslie, C. A. (2003). “Appearance Cues and the (...)

20L’école est critiquée en tant que système oppressif maintenant un ordre social favorisant les dominants – classiquement la clique des sportifs, parfois les très performants – et bafouant les préceptes démocratiques de cette institution fondés sur la liberté des êtres et, par extension, le droit à la différence, l’égalité de tous dans le respect de chacun. D’après les fans, l’institution scolaire laisserait libre cours à un système pyramidal instauré entre écoliers ; elle serait au service d’une majorité dominante, déterminée par la performance, le culte du corps et l’appartenance de classe23. Cette élite bénéficierait de la clémence du corps professoral en cas de manquement aux normes, là où tous les autres seraient tenus pour responsables de leurs actes. Les règles de l’institution scolaire fonctionnent à deux vitesses en s’appliquant de façon inégale, comme le résume la remarque empruntée à Gil, l’auteur de la fusillade de Dawson à Montréal (KimveerGil, Canada) :

  • 24 Webber, J. (2003). Failure to Hold: The Politics of School Violence. New York: Rowman & Littlefield (...)
  • 25 Peralva, A. (1998). L’incivilité, la révolte et le crime. Violences juvéniles dans la société de ri (...)

21De plus, l’engagement institutionnel à servir les intérêts de chacun ouvre la voie à la revendication de la valorisation de tous. La valorisation de tous devient un effet pervers des valeurs démocratiques, en ce qu’elle conduit à soutenir le non-respect du pacte social, tant que chacun n’y est pas reconnu dans sa différence. Cette opposition – celle de l’appartenance commune versus différenciation des êtres – est exacerbée par l’impossibilité de forger une opposition autrement que dans la violence, le conflit étant dénié par le système éducatif occidental qui centre son modèle éducatif autour de règles bureaucratiques24. L’institution participe alors à ce que « le conflit ne se donne à voir que sous le mode inversé de la rupture et de la violence »25.

  • 26 Newman et al. Op. cit.

22Les school shootings deviennent ici l’indice d’un malaise qui concerne la manière dont la distribution des places s’effectue au sein des écoles. Ce qui est mis en exergue, c’est autant la « tyrannie de la majorité »26, qui instaure une élite, que le bafouement des préceptes démocratiques de l’institution scolaire. En arrière-plan se joue la remise en question du système éducatif, au nom du manque d’intégrité morale de l’institution et du rôle qu’elle est supposée endosser dans des régimes démocratiques, à savoir de garantir le respect des mêmes droits pour chacun.

Exploration des limites de la morale par le registre de la violence

23De multiples références au sein des autoproductions, des échanges et des profils suggèrent que les school shootings sont investies en raison de la caractéristique la plus tangible du phénomène, à savoir la violence. Cette appropriation se lit principalement à deux niveaux.

24La violence, c’est d’abord un ensemble d’images, seules, sans support discursif, livrées à la polysémie inhérente aux images : images d’entraînement à des stands de tir, photographies des corps des tueurs, incrustation de tâches de sang sur les profils…

Images n° 5 à 8

Images n° 5 à 8

25Ici, la violence sous-tend un déficit de sens qui se nourrit de la fascination pour les armes à feux et de fantasmes de violence. La phrase ci-après, de l’un des profils synthétise cette posture :

Image n° 09. kiIlprepsandwhiggers 

Image n° 09. kiIlprepsandwhiggers 
.

26La plupart de ces figurations de la violence ont en commun de rester au niveau sensoriel, sans jamais dépasser le stade de l’indice de la mort. L’évocation de la mort elle-même n’est pourtant jamais bien loin. La violence est encensée chez Harris par exemple, en incarnant l’ultime expérience de l’existence, à laquelle nulle ne peut être comparée. Il aurait écrit dans ses carnets intimes que ses victimes connaîtraient grâce à lui la sensation d’être en vie comme jamais. Ceux qui survivraient pourraient le remercier car ce face-à-face avec la mort les aiderait à donner du sens à leur vie (F407).

27Les school shootings sont investies en tant que forme de violence pure, à un second titre. Les fans s’approprient en effet la notion de la violence en venant négocier publiquement le monopole de son utilisation ainsi que les ressorts de la légitimité de son emploi. Critique vis-à-vis d’idéologies hégémoniques, quant à la place et au rôle de la violence dans l’ordre social, les internautes ne manquent pas de soustraire cette forme d’action à sa version essentialiste, en fonction de laquelle elle serait l’incarnation du mal absolu et de la pure destruction, ou de la retirer au seul monopole de l’État pour en faire une catégorie éminemment politique (F151 et profils ci-dessous).

Image n° 10. FearMeHateMe :

Image n° 10. FearMeHateMe :

Image n° 11. TheDarwinEvolution :

Image n° 11. TheDarwinEvolution :

28L’association repose ici sur un accord tacite concernant la légitimité des fusillades, en ce qu’elles sont envisagées comme une réponse justifiée à l’injustice sociale des discriminations et humiliations subies (e.g. F142). Les school shootings sont alors à comprendre comme une résistance à l’élite estudiantine et un instrument de libération de la domination.

29Cette négociation des cadres interprétatifs de la violence peut être doublée d’idéalisme qui dématérialise les conséquences de la violence, voire la teinte de romantisme. Parmi la frange la plus radicale des fans, la violence est rapprochée d’un penchant naturel et est assortie d’une assise idéologique ; elle devient un instrument de la sélection naturelle, qui sert la domination des plus forts. Dans le sillage des prises de position des tueurs de Columbine, de Jokela et de Kauhajoki, l’univers subculturel est en effet peuplé de références à des idéologies comme le darwinisme social et l’eugénisme. Cela transparaît dans les pseudos (DarwinsChild, NaturalSelector), les expressions des tueurs (images n° 12, 13) ou le titre des vidéos (F130) :

Image n° 12. Wurmholesshadow (M, USA) F011 :

Image n° 12. Wurmholesshadow (M, USA) F011 :

Image n° 13. Wurmholesshadow (M, USA) F011 :

Image n° 13. Wurmholesshadow (M, USA) F011 :

30L’immoralité est poussée à l’extrême par une dizaine de fans de l’échantillon. Les menaces à l’encontre de l’ordre social, assumées publiquement et prônées par ces internautes, ont en commun d’ouvrir la porte aux idées les plus sombres menant sur le chemin de la destruction, du chaos et de l’anarchie. Comme telles, les school shootings sont une plateforme pour haine et la négation de l’Autre :

Image n° 14. Dominationrevelation (16, USA) :

Image n° 14. Dominationrevelation (16, USA) :

Image n° 15. KriegUndFaustrecht (18, Suède) :

Image n° 15. KriegUndFaustrecht (18, Suède) :

Les épreuves de la condition humaine et de la vie adolescente

31Si l’on élargit le champ du regard, la fascination pour les school shootings est une manière de se réapproprier des épreuves individuelles et sociales. Les épreuves ciblées dans les publications relèvent de la condition humaine et de l’univers adolescent.

32L’exploration de la violence va ici de pair avec des réflexions par rapport à la condition humaine. Cela en passe par des poèmes ou des citations au sein desquels la vie figure comme une épreuve faite d’errances et de souffrances (images n° 17, 18). Les internautes évoquent aussi les limites du sens de la vie (images n° 16).

Image n° 17. (LadyWrath85 (F, 22)

Image n° 17. (LadyWrath85 (F, 22)

Image n° 18. Akselikos (Finlande) :

Image n° 18. Akselikos (Finlande) :

33Les fusillades paraissent autant être une entrée qu’un support qui permet l’échafaudage de nombreuses thématiques dérivées de la violence telles que la dépression et le suicide (F029 ; F036 ; images n° 19 à 21). À l’aide des discours d’Auvinen et de Klebold en particulier, l’épreuve existentielle est caractérisée comme étant douloureuse car elle livre l’être à une « prison mentale » et à un état d’errance. Tandis que leurs idées tournent en boucle, l’impasse des conflits psychiques l’emporte (F023, Chiharu84, F, Malaisie).

Image n° 19. 3435464656 (M, USA) :

Image n° 19. 3435464656 (M, USA) :

Image n° 21. (P052) Feurfenix, M, USA

Image n° 21. (P052) Feurfenix, M, USA

34Les tourments de l’univers intérieur des tueurs comme des fans se doublent d’épreuves exogènes. Ces épreuves sont renvoyées à l’univers adolescent tant elles font référence à une dramaturgie située par le marqueur social de l’âge. Lié à la scolarisation, devenue l’arène sociale principale de la vie adolescente, le quotidien est fait de peurs, d’anxiété et d’aspirations à la reconnaissance.

35Sous cet éclairage, le ressort des tourments n’est plus tant l’expérience solitaire de la condition humaine qu’une autre forme de solitude, liée à l’exclusion des relations amoureuse ou amicales par exemple, mais principalement la marginalité au sein de l’univers adolescent (F039, F059 ; image n° 22).

Image n° 22. F052 (extrait du journal de Harris) :

Image n° 22. F052 (extrait du journal de Harris) :

36Là encore, les épreuves de l’univers adolescent s’orchestrent autour de la hiérarchisation des rapports sociaux (avec les cliques) et des formes de contrôle social qui en découlent (e.g. harcèlement verbal), comme les moyens employés pour y répondre (drogue, violence, style oppositionnel) (F044).

L’hyper-clairvoyance d’esprit, une marque distinctive de la normalité

37L’envers des facettes décrites jusqu’ici est le consensus qui unit les fans : leurs souffrances sont le fait d’une hyper-clairvoyance d’esprit qui les distingue d’un autrui généralisé. La survalorisation de leur quête existentielle devient alors leur marque de fabrique.

  • 27 Taylor, C. (1992). Grandeur et misère de la modernité. Montréal, Bellarmin, p. 62.

38Les tueurs seraient doués d’une hyper-clairvoyance d’esprit qui les a conduits à une perception authentique de la vie et à une supériorité morale. Leur quête d’intériorité serait effectivement l’indice d’une « véracité à soi-même », un idéal moral qui « accorde une importance capitale à un type de rapport avec moi-même, avec ma nature intime, que je risque de perdre en partie à cause des pressions du conformisme »27. Au gré de leurs échanges, les fans évoquent cette « véracité à soi-même » voire en font une clé du passage à l’acte (Nateisnotdead ; XSaintxSlayerX (M, USA) :

39Cette lecture de l’intériorité s’imbrique au statut de la marginalité. Ces fans, situés sur le banc de touche de la compétition sociale, s’insurgent en renversant la perspective de la normalité grâce à l’adhésion au fandom. Leur différence s’éclaire par une hyper-clairvoyance d’esprit dont il n’est plus question de souffrir mais dont ils deviennent acteurs et grâce à laquelle ils peuvent revendiquer la différence, au nom de la supériorité des êtres éclairés par rapport aux êtres aliénés par le conformisme (F036). L’hyper-clairvoyance forme une marque distinctive de la normalité pour eux (F046) :

Image n° 24. FeurFenix (M, USA) :

Image n° 24. FeurFenix (M, USA) :

40La posture réflexive mise en scène par les participants cartographie les rapports sociaux sous un nouvel éclairage avec d’un côté la masse définie en termes de zombies, d’esclaves ou d’aliénés, et de l’autre côté les marginaux identifiables par leur hyper-clairvoyance. La stratification des rapports sociaux peut être prolongée par des références au darwinisme, opposant des êtres forts et intelligents aux êtres faibles et aliénés :

Image n° 25. KriegUndFaustrecht (18, Suède) :

Image n° 25. KriegUndFaustrecht (18, Suède) :

Image n° 26. DarwinsChild69 (USA) :

Image n° 26. DarwinsChild69 (USA) :

41Ils se disent lucides quant aux prêts-à-penser des idéologies hégémoniques et délivrés du conformisme social :

Image n° 27. Citation de Nietzsche sur la page de LadyWrath85 (F, 22)

Image n° 27. Citation de Nietzsche sur la page de LadyWrath85 (F, 22)

Image n° 28. Devouringone (Canada) :

Image n° 28. Devouringone (Canada) :

42Selon cette perspective, le fandom est une forme de résistance qui autorise un désengagement et une distanciation à l’égard des rôles sociaux imposés, et donc une opportunité de libération et d’autonomie subjective. C’est aussi la possibilité de sortir de l’isolement et de partager avec des pairs, grâce au web 2.0, son ressenti des épreuves de l’existence.

Indices des effets pervers des injonctions à l’individuation

43La participation au sein du fandom fournit une base solide à la contestation de l’ordre social et à ce titre les médias participatifs peuvent être perçus comme un vecteur qui joue un rôle prééminent dans le passage à l’acte. Pourtant, comme on le comprend au travers des analyses des échanges numériques qui précédent, les participants sont surtout une façon de confronter des réflexions entre pairs sur les institutions traditionnelles, de faire part de questions existentielles liées aux épreuves de la condition humaine et de l’âge adolescent. Or, ces réflexions concourent à la remise en question des limites de la morale, des rôles sociaux attribués aux uns et autres, du sens de la vie en miroir de la mort. On comprend alors que cette forme de violence reflète des tensions identitaires préexistantes à l’entrée dans le fandom et nous parle davantage des conditions de l’individuation que de l’incitation à la violence.

44Comme on l’a évoqué plus haut, l’attrait pour les tueurs se rapporte aux expériences que ces derniers auraient vécues et aux épreuves qu’ils auraient subies. Si le partage d’expériences négatives fournit des prises qui rapprochent les fans et les disposent à être fascinés par les tueries, les épreuves mobilisées pour alimenter leurs contributions nous parlent surtout de changements structuraux à l’échelle de l’individu plutôt que d’épreuves isolées. Il va donc s’agir de rapprocher la fascination pour les auteurs des fusillades en général, les tueurs de Columbine en particulier, des conditions contemporaines de l’individuation en vue de mettre en perspective les participations médiatiques des fans avec les contradictions et paradoxes qu’ils soulèvent.

La fin de l’individualité aux confins de la mort

  • 28 Morin, E. (1970). L’homme et la mort. Seuil, Paris, (1re édition 1951), p. 321.
  • 29 Sauvageot, A. (1994). Voirs et savoirs. Esquisse d’une sociologie du regard. PUF, Paris. p. 224

45L’une des dimensions les plus frappantes des publications est la monstration de la part d’ombre de l’acteur, par exemple lorsqu’ils font l’éloge du darwinisme. Alors qu’ils évacuent de la sorte toute considération morale en basculant du côté d’un extrême qui se dispense de la relation à l’Autre, ils fricotent avec la mort et le réel. Mais en touchant aux limites du sens, les publications en édifient en même temps la signification : la fin de l’individualité. Morin écrit « l’idée de la mort proprement dite est une idée sans contenu, ou si l’on veut dont le contenu est le vide à l’infini. Elle est la plus creuse des idées creuses puisque son contenu, c’est l’impensable, l’inexplorable, le « je-ne-sais-quoi conceptuel »28 (1951 p. 321). Or la relation à la mort s’instaure ici principalement par le biais du support visuel. C’est autour du « voir » que se fait l’acte de réaliser. « Toute connaissance, on le sait, est sous la double dépendance de l’imaginable et du conceptualisable, du conceptualisable et du visible […]. Pour imaginer et concevoir, il faut voir, ne serait-ce que des images mentales »29. La mort, d’ordinaire invisible, se transforme ici en une forme de preuve par l’image, une preuve tangible de la concrétisation de l’issue de la violence dans la mort. Bien que la médiation médiatique produise un effet de réalité qui peut induire une confusion entre voir et savoir, elle offre néanmoins un appui à l’échafaudage de l’idée de mort, sur laquelle peuvent se greffer des premières élaborations de sens.

46Selon cette perspective, la fascination pour la violence devient un objet d’intrigue et de curiosité lié à la mort. Un objet d’intrigue d’autant plus puissant, saillant, attirant que le tabou de la mort est ainsi brisé par les internautes. Le rapport contemporain à la mort est marqué du sceau de l’interdit, par un refus, un refoulement ou l’éviction de la question. La mort serait devenue obscène : il faut à tout prix la cacher, faute de quoi sa monstration perturbe l’ordre social. Cependant, le jeu de passe-passe instauré ainsi entre la violence et la mort ne s’en tient pas à une intrigue ou à une quête de sens face au non-sens. C’est encore une manière de concevoir son individualité, dont le pendant se lit au niveau de l’angoisse de mort. L’horreur de la mort est étroitement associée à une conscience de l’individualité des êtres. Or, c’est la perspective de la perte de cette individualité qui peut se traduire en angoisse. Morin écrit : « L’horreur de la mort, c’est l’émotion, le sentiment ou la conscience de la perte de son individualité. » Dans les productions médiatiques, c’est la mort de l’Autre qui est figurée. Mais, avec la mort de l’autre, c’est un rappel de soi. La mort comme altérité nous renvoie comme un miroir à notre propre condition de mortels. Comme le dit un vieux proverbe africain : les vivants ferment les yeux des morts, les morts ouvrent les yeux des vivants. L’exploration de la violence dans les confins de la mort traduit ainsi une angoisse de mort dont l’envers nous parle de la conscience de l’individualité de chacun. Autrement dit, le fantasme des pires exactions nous parle d’une défense identitaire et de l’angoisse de mort liée à la peur de disparaître avec la fin de son individualité. La nouveauté provient ici de la possibilité d’user des médias participatifs pour poursuivre sur l’échelle individuelle cette quête de individualité.

47Ainsi, là où la violence se teinte d’obscénité et semble prendre la forme d’un éloge, c’est l’exploration de l’univers macabre de la mort et des limites du sens qui lui sont intrinsèques qui sont en jeu. Les participations des fans ne sont alors pas tant une promotion de la violence, que l’indice d’une quête de repères existentiels à situer entre la vie et la mort, consolidant les pourtours d’une individualité propre, à une époque où chacun doit trouver un sens à sa propre vie.

L’envers de la domination : de l’introspection à la responsabilisation de soi

48L’attrait pour les tueurs ne s’en tient pas à une intrigue vis-à-vis de la mort ou à un besoin d’éprouver son individualité. Il s’appuie sur les expériences que les tueurs auraient vécues et aux épreuves qu’ils auraient subies. Si le partage d’expériences négatives fournit des prises qui rapprochent les fans et les disposent à être fascinés par les tueries, les épreuves mobilisées nous parlent de changements structuraux à l’échelle de l’individu.

49La condition humaine comme épreuve n’a pas été initiée par ces participants à considérer la valorisation de l’introspection et l’injonction à se connaître soi-même comme préliminaire à la possibilité de se construire de manière autonome. Les tourments existentiels, dont ils font part, sont le signe du prix qui accompagne un précepte aujourd’hui encouragé et valorisé au sein des sociétés démocratiques. En évoquant l’évolution de la vie privée, Sennett explique que :

  • 30 Op. cit., p. 12.

« Dans la vie privée, nous ne cherchons pas un principe, mais une réflexion sur ce que nous sommes, sur ce que nos sentiments personnels peuvent avoir d’authentique. Nous tentons de faire de l’existence privée, de l’intimité avec nous-mêmes, avec la famille et les amis, une fin en soi. Les idées modernes concernant la psychologie restent confuses. Peu de gens, actuellement, affirmeraient que leur existence psychique naît par génération spontanée, indépendamment des influences sociales et des influences de l’environnement. Et pourtant, nous faisons exactement comme si le psychisme possédait une vie intérieure bien à lui. [...] Le moi de chaque individu est devenu son principal fardeau »30.

50Ainsi, la vie psychique des individus n’est pas déliée de l’environnement ; les questionnements qu’éprouvent les fans résultent de logiques exogènes, et en l’occurrence, l’exigence de la quête existentialiste comme fin en soi.

51En outre, le sentiment d’échec face à une compétition adolescente se traduit par la souffrance de faire partie des perdants dans la course à la notoriété. Auto-définis dès lors comme des faibles, soumis à leurs démons intérieurs et à leur stigmate extérieur de nobody (i.e. moins-que-rien), les fans vivent leur exclusion sociale telle une responsabilité personnelle. Comme l’écrit Dominationrevelation (16, USA) dans son profil : « ceux qui souffrent sont ceux-là mêmes qui acceptent de souffrir et deviennent dès lors responsables de leur supplice ». EricDylanColumbine99 (USA) va également en ce sens (T014) :

  • 31 Bien que l’âge n’est qu’un mot et qu’il ne s’exprime pas au travers de la désignation ou de la qual (...)
  • 32 Martuccelli, D. (2010). La société singulariste. Paris, Armand Colin.

52En se rendant responsables de leur exclusion de l’univers adolescent et de l’épreuve sous-tendue31, les fans sont alors en phase avec les nouvelles formes de domination. Tout comme l’introspection résulte pour partie d’une réponse à une norme sociale, la responsabilisation de soi pour son exclusion sociale constitue une forme d’articulation de la relation entre individu et société, où la domination se devine32.

Un message d’autodétermination : « Créez la réalité à votre image »

53Bien que les épreuves prennent une place importante dans les élaborations des fans, les façons dont les tueurs ont dépassé ces épreuves demeurent le cœur névralgique de leur admiration. Les auteurs des school shootings montreraient qu’il est possible de s’émanciper du poids du conformisme social au travers de la « dissidence » au sens où l’entend Becker (1963) : leur différence devient une revendication identitaire, presque un emblème de son originalité, qui facilite l’action et la production de soi comme sujet autonome. En d’autres termes, le message retenu par ces participants est un message d’autodétermination (i.e. empowerment).

54Pour les fans, les tueurs ne sont pas des faibles ou des lâches, tels qu’ils seraient dépeints par le sens commun d’après ces communautés interprétatives, mais des êtres forts. Par exemple, l’homicide et le suicide supposeraient du courage, comme explicité via des bribes du discours de Luke Woodham, le jeune tueur américain du lycée de Pearl qui a fait deux morts et sept blessés en 1997 (F037) :

55De telles affirmations renvoient à un changement mis en avant par Ehrenberg quant au déplacement du duo permis/interdit vers une dialectique possible/impossible. Les actes des tueurs sont ainsi valorisés car ils ont confirmé l’un des préceptes contemporains, à savoir « tout est possible ».

56Les tueurs sont aussi emblématiques dans la mesure où ils ont agi face aux épreuves psychiques et sociales (F035) pour reprendre du contrôle là où ils avaient été rendus impuissants. Mais ce n’est pas seulement le fait qu’ils aient agi sur la domination que les fans applaudissent, c’est le fait que, comme le dit Suicidalmusique (M, Finlande), ils ont eu le courage de poursuivre leurs « rêves » (F107) :

Image n° 33. Anberlincaligr (F, 17, USA) :

Image n° 33. Anberlincaligr (F, 17, USA) :

57Ainsi, ce n’est pas la vengeance qui prévaut, c’est le fait de devenir acteur de soi-même et de son destin en développant une vision originale et singulière de la vie tout en s’y conformant au travers de ses actions. En reprenant les mots des tueurs, les fans soulignent la capacité des acteurs à changer leur situation :

Image n° 35. WarOnHumanity :

Image n° 35. WarOnHumanity :

58D’après la phrase de Klebold ci-dessus, il suffirait de créer sa propre réalité. De tels propos suggèrent que le champ des possibles n’aurait de limite que la volonté des hommes.

Refus des déterminants sociaux pour une définition de soi autoréférentielle

59Comme on peut le comprendre à la lecture des lignes qui précédent, les fans observés prennent à bras le corps l’injonction à l’autonomie. Leur conviction de l’importance de l’individualisme est telle qu’à leur tour ils professent l’autodétermination au point de parfois se définir par cet unique signifiant :

Image n° 36. Eviltroika

Image n° 36. Eviltroika

60Les internautes arguèrent leur différence en soutenant le rôle pivot de l’autonomie interprétative et le pouvoir d’entreprendre pour changer son destin :

Image n° 37. Wurmholesshadow (F082, M, USA)

Image n° 37. Wurmholesshadow (F082, M, USA)

Image n° 38. SLACKER614 (F, UK) :

Image n° 38. SLACKER614 (F, UK) :

Image n° 39. DarwinsChild69 (USA) :

Image n° 39. DarwinsChild69 (USA) :

Image n° 40. WarOnHumanity

Image n° 40. WarOnHumanity

Image n° 41. Dominationrevelation (M, 16, USA)

Image n° 41. Dominationrevelation (M, 16, USA)
  • 33 Ehrenberg, Op. cit.
  • 34 Op. cit.

61Ces messages d’émancipation amènent les fans à prôner un individualisme d’une forme particulière : caractéristique de l’individu nietzschéen, l’acteur se doit d’être « semblable à soi-même »33. Et alors que chacun doit « agir par soi-même » et donc être responsable et entreprenant en s’appuyant sur ses ressorts internes, un idéal du moi s’instaure en étroit lien avec l’authenticité qu’ils parviennent à forger d’une perception intimiste et personnelle de la réalité sociale et de la connaissance de soi. Sous ces auspices, les fans adoptent des valeurs normatives pour définir leurs conduites. L’envers de cette véracité à soi est le développement d’un moi trop lourd à porter pour Sennett ou d’une fatigue d’être de soi pour Ehrenberg34. Cela se traduit entre autres dans l’épreuve que ces jeunes font de la condition humaine.

62Ils se heurtent à une autre difficulté : les mécanismes de distinction constituent du conformisme social. C’est ce que wurmholesshadow (M, USA) indique (F011) :

63Ils se confrontent alors à un paradoxe duquel ils ne peuvent pas s’extirper, un paradoxe dont ils n’ont pas composé la trame. Ce paradoxe relève d’injonctions où il revient à chacun de s’auto-définir à partir de ses ressorts internes afin de se singulariser, faire preuve de son originalité et de son altérité, alors même que la différenciation est la norme. En d’autres termes, bien que ces fans mettent en exergue l’importance de l’individualité, au point d’en faire la pierre angulaire de leur sociation, ils en reviennent néanmoins à répondre aux injonctions contemporaines en proclamant la singularité comme une valeur, sans pour autant échapper à l’appartenance groupale. Il s’agit-là de l’une des premières répercussions de l’injonction à l’individuation.

64La seconde implication de cette injonction est implicite : l’individuation de chacun est de mise mais, en même temps, il ne s’agit pas d’accomplir cette individuation hors des clous de la norme, sans quoi cela remettrait en question l’ordre social. Dès lors, la différenciation doit s’exprimer dans l’espace de la conformité. Mais de toute évidence, ces fans se soustraient à cet implicite. Cet effet pervers des injonctions à l’individualisme est mis en exergue par Arnett :

  • 35 Arnett, J. (1996). Metalheads: Heavy Metal Music and Adolescent Alienation. Oxford: Westview Press, (...)

« Les amis, les écoles, les communautés, les médias, le système juridique et le système de croyance culturelle dans la classe moyenne américaine, tous favorisent généralement l’individualisme dans la socialisation. Il en résulte une culture dans laquelle les gens sentent qu’ils ont le droit d’exprimer leurs inclinations dans une large mesure, quels que soient leurs penchants. Une telle culture est susceptible d’être colorée, comme l’est celle-ci, et créative, comme l’est celle-ci, et en constante évolution, comme l’est celle-ci. Mais si les gens sont encouragés à exprimer leurs penchants, pas tout ce qu’ils expriment n’est susceptible d’être conducteur d’ordre social »35.

65La contrepartie de l’individualité balbutiante est la nécessité de construire des figures de l’altérité. Or ces figures de l’altérité, telles qu’elles sont projetées par les fans, sont fondées principalement sur le rejet et l’agressivité. Cela peut mener à une haine sans visage à l’égard d’un Autre indifférencié, ou alors à nier la relation à l’Autre, auquel cas ils sont susceptibles de s’engager sur le chemin de la destruction. Mais au-delà d’un rapport à l’Autre, c’est dans un rapport à soi que ce paradoxe s’exprime.

66Le paradoxe de l’injonction à l’individuation est la profession de foi de l’individualisme à laquelle les acteurs sont conduits. Une profession de foi de l’individualisme d’une telle ampleur que cette aspiration de réussite sociale peut se transformer en une croyance aveugle en la toute-puissance de l’acteur. Cette revendication de l’individualisme peut amener aux conceptions les plus jusqu’au-boutistes quant à la puissance de chaque individu, amenant à la négation de tout déterminisme ou de toute loi sociale ou morale. Transparaît alors la contrepartie des discours prônant l’individualité des êtres : de telles affirmations sont susceptibles de mener à des extrêmes dont l’issue pourrait bien être la mort ou la menace de l’ordre démocratique. Par exemple, DarwinEvolution indique qu’aucun prix n’est trop important à payer pour s’appartenir à soi-même. Sous une autre forme, certains internautes se perçoivent tout puissants et s’assimilent alors à des dieux ou comme les initiateurs de la loi (images n° 140, 141, 142).

Image n° 44. DarwinEvolution (Suède) :

Image n° 44. DarwinEvolution (Suède) :

Image n° 45. Dominationrevelation (16, USA) :

Image n° 45. Dominationrevelation (16, USA) :

Image n° 46. Rebdomine2k (Philippines) (Harris) :

Image n° 46. Rebdomine2k (Philippines) (Harris) :

Image n° 47. FearMeHateMe :

Image n° 47. FearMeHateMe :

67En somme, alors qu’ils brandissent leur autonomie de pensée et leur différence par leur capacité à s’auto-définir, ils ne font rien d’autre que de se conformer aux normes sociales contemporaines. Simplement, ils le font au travers d’un phénomène de violence. Comme nous avons pu le montrer, cette voie est balisée en l’absence de conflictualisation des rapports sociaux. Une autre conséquence est tout aussi importante. Le choix de prendre la violence extrême comme support à l’individuation mène au déni de la relation à l’Autre. Cela les conduit à nourrir des espoirs quant au pouvoir dont ils disposent pour définir leur vie, voire à projeter une définition de soi autoréférentielle.

Conclusion

68La sociation autour des fusillades forme une base solide à la contestation de l’ordre social, voire fournit matière à celui qui est à la recherche des toutes dernières techniques de médiatisation, du bon style à adopter ou des justificatifs idéologiques à promouvoir. En cela, les médias participatifs co-déterminent le passage à l’acte. En même temps, c’est parce que ces internautes sont engagés dans une quête de repères et de sens et qu’ils éprouvent les conditions de leur existence que les school shootings offrent une prise pour poursuivre en ligne une quête existentielle, entre pairs géographiquement dispersés. On l’a vu, leurs questionnements concourent à la remise en question des limites de la morale, des rôles sociaux attribués aux uns et autres, du sens de la vie en miroir de la mort. Mais au lieu d’être livrés à la solitude de leurs tourments existentiels, l’adhésion au fandom amène les participants à disposer d’un refuge numérique. Et alors qu’ils extériorisent des positions transgressives, ils le font dans un espace virtuel où il est possible de confronter leurs réflexions avec leurs pairs, de façon à tester les limites de leurs raisonnements, voire de trouver des bornes à l’immoralité de leurs propos.

69Le contenu des participations médiatiques des fans nous aiguille sur les ressorts sociologiques qui peuvent être à l’origine de l’attrait pour les school shootings. Leurs conflits psychiques et leurs expériences de harcèlement scolaire, qu’ils s’imaginent partager avec les auteurs des school shootings, sont liés à la manière dont ils appréhendent leur personne et leur vie. À savoir, comme des êtres responsables de leur destin mais aussi de leurs malheurs, libres de composer la trame de leur vie – qu’ils souhaitent aussi authentique que possible – tant qu’ils se prennent en main et disposent du courage de le faire. Le pendant de ce regard porté sur la vie les mène à des remises en question, qu’il s’agisse d’interroger les institutions qui cadrent leurs actes, la moralité qui limite leur champ d’action, ou le sens de la vie en lien avec la mort qui fournit une épaisseur à leur individualité. Une posture typique émerge sur la base de ces questionnements, puisque l’opposition, la contestation, voire la résistance les poussent à essayer de se soustraire à toute forme de subordination : celle du système éducatif, celles des institutions traditionnelles, celle des valeurs et normes dominantes et, de manière plus inquiétante, celle des limites qui régissent la vie.

70Les fans montrent alors un exemple original d’individuation : ils cherchent à réussir le pari qui a été proposé à chacun à l’époque actuelle, c’est-à-dire marquer leur différence dans un contexte où la différenciation est devenue la norme. En utilisant les outils à leur disposition, ceux des médias participatifs en l’occurrence, ils attirent l’attention sur les sévices qu’ils ont subis (l’injustice de l’humiliation et d’une concurrence des places inégale) comme sur leur individualité sur mesure, parfois autoréférentielle.

Haut de page

Bibliographie

Arnett J. (1996). Metalheads: Heavy Metal Music and Adolescent Alienation. Oxford : Westview Press

Beck U., Giddens A. and Lash S. (1994). Reflexive Modernization: Politics, Tradition and Aesthetics in the Modern Social Order. Stanford : Stanford University Press.

Bromberger C. (1998). Passions ordinaires. Du match de football au concours de dictée. Paris, Pluriel.

Certeau de M. (1980), L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Gallimard, Folio Essais, 1990.

Deuze M. (2006). “Participation, Remediation, Bricolage : Considering Principal Components of a Digital Culture”. The Information Society, 22(2) : 63-75.

Ehrenberg A. (1998). La fatigue d’être soi. Dépression et société. Paris, Odile Jacob.

Fiske J. (1989). Reading the Popular. Boston : Unwin Hyman.

Frazer N. (2005). "Transnationalizing the Public Sphere", March 2005.

Gray J., Sandovoss, C. and Harrington, C.L. (eds.), (2007). Fandom : Identities and Communities in a Mediated World. NY : New York University Press.

Hoggart R. (1957). Uses of Literacy : Aspects of Working-Class Life with special reference to publications and entertainments. Penguin Books in association with Chatto & Windus.

Jenkins H. (1992). Textual Poachers: Television Fans & Participatory Culture. Studies in culture and communication. New York : Routeledge.

Kozinets R. V. (2010), Netnography: Doing Ethnographic Research Online, Sage : London.

Larkin R. W. (2009). “The Columbine legacy : Rampage shootings as political acts.” American Behavioral Scientist, 52(9) : 1309-26.

Le Guern P. (2009). « No matter what they do, they can never let you down… Entre esthétique et politique : sociologie des fans, un bilan critique ». Réseaux, 27(153) : 21-54.

Livingstone S. (2013). The participation paradigm in audience research. Communication Review. 16 : 1-2, 21-30.

Macé E. (2006) Les Imaginaires médiatiques : Une sociologie postcritique des médias. Paris, Amsterdam.

Martuccelli D. (2010). La société singulariste. Paris, Armand Colin.

Monnoyer-Smith L. (2011). « La participation en ligne, révélateur d’une évolution des pratiques politiques ? » Participations, 1(1) : 156-85.

Muschert G. W., Larkin R. (2007). “The Columbine High School Shootings.” In Chermak S. and Bailey F.Y. (eds), Crimes & Trials of the Century. Westport, CT : Praeger.

Morin E. (1970). L’homme et la mort. Seuil, Paris, (1re édition 1951).

Newman K., Fox C., Roth W., Mehta, J. and Harding D. (2004). Rampage : The Social Roots of School Shootings. New York : Basic Books.

Oksanen A., Räsänen P., Hawdon J. (2014). “Hate Groups: From offline to online social identifications” In Hawdon et al. (eds.) : The Causes and Consequences of Group Violence : From Bullies to Terrorists, MA : Lexington, p. 21-47.

Ogle J. P., Eckman M. and Leslie C. A. (2003). “Appearance Cues and the Shootings at Columbine High : Construction of a Social Problem in the Print Media.” Sociological Inquiry, 73 : 1–27. 

Paton N. (2015) School Shooting Globalisation et individuation par les médias participatifs. MSH, Interventions : Paris, p. 224.

Sauvageot A. (1994). Voirs et savoirs. Esquisse d’une sociologie du regard. PUF, Paris. p. 224.

Sennett R. (1979). Les tyrannies de l’intimité. Paris, Seuil.

Sullivan M., Guerette R. T. (2003). “The Copycat Factor: Mental Illness, Guns, and the Shooting Incident at Heritage High School, Rockdale County, Georgia”. In Moore M. et al. Deadly Lessons: Understanding Lethal School Violence. National Research Council and Institute of Medicine. Washington, DC : Blackwell Publishing Ltd.

Taylor C. (1992). Grandeur et misère de la modernité. Montréal, Bellarmin.

Webber J. (2003). Failure to Hold: The Politics of School Violence. New York : Rowman & Littlefield Publishers.

Wieviorka M. (2004). Violence. Paris, Balland.

Haut de page

Notes

1 Jenkins, Henry (1992). Textual Poachers : Television Fans & Participatory Culture. Studies in culture and communication. New York : Routeledge.

2 Paton N. (2015) School Shooting Globalisation et individuation par les médias participatifs. MSH, Interventions : Paris, p. 224.

3 Pour d’excellentes synthèses sur les travaux du domaine d’étude de la participation, voir notamment Deuze 2006, Monnoyer-Smith 2011 et Livingstone 2013.

4 Le Guern, P. (2009). « No matter what they do, they can never let you down… Entre esthétique et politique : sociologie des fans, un bilan critique ». Réseaux, 27(153): 21-54.

5 Beck, U., Giddens, A. and Lash, S. (1994). Reflexive Modernization: Politics, Tradition and Aesthetics in the Modern Social Order. Stanford: Stanford University Press.

6 La notion de fandom va au-delà de l’idée d’un simple fan car cela renvoie à la stratégie collective et à l’effort communal des fans à produire des communautés interprétatives qui résistent aux significations hégémoniques. (Gray, Sandvoss & Harrington, 2007).

7 À considérer la culture en son sens anthropologique, elle doit être comprise en tant qu’objet du quotidien (Hoggart 1957 ; Williams 1958 ; De Certeau 1980), objet d’auto-détermination et d’expression de soi (Fiske, 1989), tout autant que comme le site de luttes symboliques et de rapports de pouvoir hégémoniques et contre-hégémoniques (Fraser 2005 ; Macé 2006). En suivant, la notion de « produit culturel » constitue le résultat des rapports sociaux.

8 Beck et al. Op. cit. ; Beck, U. (1992). Risk Society: Towards a New Modernity. London: Sage.

9 Sennett, R. (1979). Les tyrannies de l’intimité. Paris, Seuil ; Ehrenberg, A. (1998). La fatigue d’être soi. Dépression et société. Paris, Odile Jacob.

10 Wieviorka, M. (2004). Violence. Paris, Balland.

11 Bromberger, C. (1998). Passions ordinaires. Du match de football au concours de dictée. Paris, Pluriel.

12 Kozinets, R.V. (2010), Netnography: Doing Ethnographic Research Online, Sage: London.

13 Le site Internet peut être consulté à l’adresse suivante : http://online-school-shooting-video.com/. L’accès à ce site est protégé par ce nom d’utilisateur : « schoolshootingvideos » et par ce mot de passe : « 411_1999 ».

14 Cf. http://youtomb.mit.edu/ [accessible le 25/06/2013).

15 Sur la carte ci-dessus, le lieu de résidence des internautes est indiqué en pourcentage de contribution.

16 E.g. Mœglin Pierre (2012). « Une théorie pour penser les industries culturelles et informationnelles ? », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 1 | 2012. http://rfsic.revues.org/130

17 Paton, Op. cit.

18 G.W., Larkin, R. (2007). “The Columbine High School Shootings.” In Chermak S. and Bailey, F.Y. (eds.), Crimes & Trials of the Century. Westport, CT: Praeger.

19 Larkin, R.W. (2009). “The Columbine legacy: Rampage shootings as political acts.” American Behavioral Scientist, 52(9): 1309-26.

20 Ibid.

21 Reb et VoDka sont les surnoms respectifs d’Harris et Klebold.

22 Newman et al. (2004). Rampage : The Social Roots of School Shootings. New York: Basic Books.

23 Newman et al. Op. cit. ; Ogle, J. P., Eckman, M. and Leslie, C. A. (2003). “Appearance Cues and the Shootings at Columbine High: Construction of a Social Problem in the Print Media.” Sociological Inquiry, 73: 1–27. 

24 Webber, J. (2003). Failure to Hold: The Politics of School Violence. New York: Rowman & Littlefield Publishers.

25 Peralva, A. (1998). L’incivilité, la révolte et le crime. Violences juvéniles dans la société de risque. Mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches, EHESS., p. 32.

26 Newman et al. Op. cit.

27 Taylor, C. (1992). Grandeur et misère de la modernité. Montréal, Bellarmin, p. 62.

28 Morin, E. (1970). L’homme et la mort. Seuil, Paris, (1re édition 1951), p. 321.

29 Sauvageot, A. (1994). Voirs et savoirs. Esquisse d’une sociologie du regard. PUF, Paris. p. 224

30 Op. cit., p. 12.

31 Bien que l’âge n’est qu’un mot et qu’il ne s’exprime pas au travers de la désignation ou de la qualification de ce marqueur social dans l’échantillon, cette dimension se manifeste dans les productions médiatiques des internautes du point de vue de la similarité des expériences vécues relatives à l’ « univers adolescent », comme Newman et al. le nomme (2004). Lié à la scolarisation, devenue « l’arène sociale principale de la vie adolescente » d’après Sullivan et Guerette, (2003, p. 276), l’univers adolescent s’éprouve au travers de l’importance de l’intégration sociale auprès des pairs, la hiérarchisation des rapports sociaux et des formes de contrôle social qui en découlent, ou encore la découverte de la sexualité et de la relation amoureuse. À en croire Newman, l’univers adolescent est réduit aux enjeux de cette dramaturgie adolescente (Op. cit.).

32 Martuccelli, D. (2010). La société singulariste. Paris, Armand Colin.

33 Ehrenberg, Op. cit.

34 Op. cit.

35 Arnett, J. (1996). Metalheads: Heavy Metal Music and Adolescent Alienation. Oxford: Westview Press, p. 88.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Table 1. Distribution géographique du lieu de résidence des fans en Europe (2007 à 2011)
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-1.png
Fichier image/png, 155k
Titre Table 2. Distribution géographique du lieu de résidence des fans dans le monde (2007 à 2011)
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-2.png
Fichier image/png, 296k
Titre Image n° 1
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-3.png
Fichier image/png, 42k
Titre Image n° 2
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-4.png
Fichier image/png, 41k
Titre Image n° 3
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-5.png
Fichier image/png, 24k
Titre Image n° 4
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-6.png
Fichier image/png, 27k
Titre Images n° 5 à 8
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Image n° 09. kiIlprepsandwhiggers 
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-8.png
Fichier image/png, 6,7k
Titre Image n° 10. FearMeHateMe :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-9.png
Fichier image/png, 37k
Titre Image n° 11. TheDarwinEvolution :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-10.png
Fichier image/png, 13k
Titre Image n° 12. Wurmholesshadow (M, USA) F011 :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-11.png
Fichier image/png, 58k
Titre Image n° 13. Wurmholesshadow (M, USA) F011 :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-12.png
Fichier image/png, 50k
Titre Image n° 14. Dominationrevelation (16, USA) :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-13.png
Fichier image/png, 55k
Titre Image n° 15. KriegUndFaustrecht (18, Suède) :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-14.png
Fichier image/png, 25k
Titre Image n° 16
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-15.png
Fichier image/png, 42k
Titre Image n° 17. (LadyWrath85 (F, 22)
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-16.png
Fichier image/png, 39k
Titre Image n° 18. Akselikos (Finlande) :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-17.png
Fichier image/png, 29k
Titre Image n° 19. 3435464656 (M, USA) :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-18.png
Fichier image/png, 19k
Titre Image n° 20
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-19.png
Fichier image/png, 36k
Titre Image n° 21. (P052) Feurfenix, M, USA
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-20.png
Fichier image/png, 92k
Titre Image n° 22. F052 (extrait du journal de Harris) :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-21.png
Fichier image/png, 44k
Titre Image n° 23
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-22.png
Fichier image/png, 19k
Titre Image n° 24. FeurFenix (M, USA) :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-23.png
Fichier image/png, 39k
Titre Image n° 25. KriegUndFaustrecht (18, Suède) :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-24.png
Fichier image/png, 42k
Titre Image n° 26. DarwinsChild69 (USA) :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-25.png
Fichier image/png, 5,1k
Titre Image n° 27. Citation de Nietzsche sur la page de LadyWrath85 (F, 22)
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-26.png
Fichier image/png, 23k
Titre Image n° 28. Devouringone (Canada) :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-27.png
Fichier image/png, 12k
Titre Image n° 29
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-28.png
Fichier image/png, 41k
Titre Image n° 30
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-29.png
Fichier image/png, 104k
Titre Image n° 31
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-30.png
Fichier image/png, 81k
Titre Image n° 32
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-31.png
Fichier image/png, 89k
Titre Image n° 33. Anberlincaligr (F, 17, USA) :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-32.png
Fichier image/png, 7,9k
Titre Image n° 34
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-33.png
Fichier image/png, 222k
Titre Image n° 35. WarOnHumanity :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-34.png
Fichier image/png, 6,0k
Titre Image n° 36. Eviltroika
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-35.png
Fichier image/png, 8,3k
Titre Image n° 37. Wurmholesshadow (F082, M, USA)
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-36.png
Fichier image/png, 20k
Titre Image n° 38. SLACKER614 (F, UK) :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-37.png
Fichier image/png, 30k
Titre Image n° 39. DarwinsChild69 (USA) :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-38.png
Fichier image/png, 3,1k
Titre Image n° 40. WarOnHumanity
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-39.png
Fichier image/png, 10k
Titre Image n° 41. Dominationrevelation (M, 16, USA)
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-40.png
Fichier image/png, 10k
Titre Image n° 42
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-41.png
Fichier image/png, 136k
Titre Image n° 43
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-42.png
Fichier image/png, 130k
Titre Image n° 44. DarwinEvolution (Suède) :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-43.png
Fichier image/png, 8,7k
Titre Image n° 45. Dominationrevelation (16, USA) :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-44.png
Fichier image/png, 25k
Titre Image n° 46. Rebdomine2k (Philippines) (Harris) :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-45.png
Fichier image/png, 38k
Titre Image n° 47. FearMeHateMe :
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1681/img-46.png
Fichier image/png, 70k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Paton, « La e-participation subversive comme mode d’individuation », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1681 ; DOI : 10.4000/rfsic.1681

Haut de page

Auteur

Nathalie Paton

Nathalie Paton est post-doctorante du Laboratoire d’Excellence Structuration des Mondes Sociaux (LabEx SMS) au Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales (LERASS) à Toulouse. Mail : nathalie.paton@gmail.com.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page