Navigation – Plan du site
Émergences
Les fans studies : enjeux et perspectives de la recherche sur les fans en France
Communautés et identités des fans : de l’individuel au collectif

Enjeux identitaires et communautaires des noms de fandoms

David Peyron

Résumés

Les noms de communautés de fans (fandoms) sont l’un des premiers éléments qui permettent aux passionnés d’exprimer leur goût collectivement. Comme catégorie de pensée englobante ils permettent en effet de lier l’œuvre à l’individu mais aussi à une communauté. Au sein de ce collectif, le choix du nom contribue de façon performative à faire exister le groupe. Il est aussi un outil de différenciation (par rapports à d’autres publics) qui fait apparaître un ensemble d’attitudes qui font de ces groupes des sous-cultures. Enfin, à l’heure du numérique ils incarnent les traces de mobilisations qui révèlent des tensions avec les industries culturelles et de nouvelles manières de s’affirmer ainsi que de se présenter sur les réseaux et médias sociaux. Cela souligne une évolution globale de la question identitaire dans les sociétés contemporaines dont les noms de communautés de fans ne sont qu’un exemple opératoire.

Haut de page

Texte intégral

Vers une onomastique des communautés de fans

1Potterheads, Trekkies, Tolkiendils… Qu’ils soient anciens ou récents, qu’ils concernent la littérature, les séries télévisées, le cinéma ou autres univers de fiction, les noms de communautés de fans (fandoms) ne manquent pas. Ce phénomène est devenu systématique et très peu de succès populaires échappent aujourd’hui à une telle dénomination pour désigner ses passionnés.

2Afin d’illustrer ce qui peut se jouer dans l’usage de cette simple étiquette, commençons par un exemple qui pourra nous servir de guide. En juin 2011, soit plus d’un an avant la sortie du premier film adapté de la saga littéraire, le problème du choix d’un nom s’est posé pour de nombreux fans de Hunger Games. Cet univers littéraire dystopique créé par la romancière américaine Suzanne Collins, dans lequel des jeunes gens tirés au sort s’affrontent à mort dans d’immenses arènes, connaissait déjà un énorme succès avant même son adaptation au cinéma. Mais l’attente et la promotion de celle-ci n’a fait que renforcer un enthousiasme grandissant. Ainsi à l’orée de l’été 2011 de nombreux médias ont commencé à annoncer ce futur premier film et à évoquer l’importance du phénomène. C’est ainsi que le terme Jabberjays (qui désigne dans l’œuvre un oiseau servant de dispositif d’espionnage) a été utilisé pour désigner les fans de l’œuvre dans un texte publié le 9 juin 2011 sur le site de la chaîne de télévision E !. L’auteur de ce texte est Ted Casablanca qui écrivait alors une rubrique consacrée à l’actualité des stars nommée The Awful Truth. Dans le texte, il utilise Jabberjays pour opposer les passionnés de Hunger Games à ceux de la saga Twilight possédant déjà un nom.

3De nombreux fans, sur des forums, le Wiki consacré à l’univers ainsi que sur Facebook et Twitter, réagissent immédiatement de manière négative à cette dénomination. Sur la page Facebook officielle de la saga, les producteurs décident très vite de réagir devant l’ampleur de la fronde et de lancer le 10 juin un débat sur le sujet1. Le message en question reçoit plus de huit cent réponses contenant des propositions très variées (Mockingjays, Mockingeeks, The Hunger Gamers, Tributes, etc.). Certains décident alors de prendre les choses en main et de mettre en place un processus démocratique afin de choisir cette dénomination collectivement. Les administrateurs de Down with the Capitol l’un des principaux sites de fans de l’univers, décident alors de lancer un sondage accompagné d’un texte de l’un d’eux expliquant que non seulement il n’apprécie pas vraiment le nom choisi mais surtout qu’il n’est « pas fou du fait que les médias aient le dernier mot sur comment est nommé notre fandom2 ». De nombreux fans mobilisés à la suite de l’article participent à ce sondage. Le résultat final donne une majorité (36,8 %) pour le nom Tributes (qui désigne dans les livres ceux qui ont été sélectionnés pour participer aux fameux jeux) mais la proposition Mockingjay (un autre oiseau, symbole de la résistance au pouvoir en place), reste assez proche (23,6 %). Un second sondage est donc organisé pour les départager avec une victoire finale assez nette pour le premier qui est adopté à la fin du mois de juin 2011 et continue d’être utilisé aujourd’hui par les fans du monde entier.

4Cet exemple est représentatif de l’émulation et des tensions qui entourent la thématique du nom des groupes de fans et met en lumière l’ensemble vaste des acteurs qui entourent le phénomène. Son ampleur, sa dimension systématique et largement revendiquée ainsi que le moment de son apparition en font un angle opératoire pour aborder le fonctionnement des communautés de passionnés d’objets populaires. L’exemple cité contient à lui seul tous les points qui seront abordés ici autour de la question centrale : quel est le rôle des noms de fandoms dans la construction sociale et l’existence de ces communautés ? Selon une approche que l’on peut qualifier de constructiviste, il s’agira de considérer le fait de donner un nom à une communauté de fan comme un acte fondateur qui participe pour une grande part à donner corps, à actualiser et performer l’existence d’un tel groupe.

5Pour étudier et approfondir cette thématique, il sera question de nombreux exemples plus ou moins récents de noms de fandoms et de leur usage. Ceux-ci seront issus de recherches personnelles portant notamment sur la culture geek (un mouvement de fans multiples où l’auto-catégorisation est un enjeu essentiel) comprenant un important corpus d’entretien (53) et une analyse ethnographique de blogs et forums de fans. Il sera aussi question largement de travaux d’autres chercheurs ayant étudié de tels collectifs. Tous les supports médiatiques seront abordés pour être confrontés à cette problématique transversale qui ne trouve sa véritable portée que dans une perspective comparatiste. La seule limite fixée ici est celle des univers de fiction (excluant par exemple sport et musique) pour ne pas trop élargir un spectre déjà fort étendu et ne pas gommer certaines différences entre des types de passions qui ont des points de convergence mais aussi des spécificités irréductibles à la comparaison.

Nommer la communauté pour la faire exister

6Si l’on revient à l’exemple de Hunger Games, on peut constater qu’il y a un élément que partagent les fans évoqués et les médias. Dans les deux cas, il est considéré comme acquis qu’un collectif humain puisse être nommé communauté de fans de Hunger Games. Cela n’a pourtant a priori rien de l’évidence, et il ne semble pas très risqué de présumer que les personnes que l’on inclut dans ce collectif et/ou ceux qui s’en revendiquent peuvent posséder, selon d’autres critères, des caractéristiques sociales fort distinctes. Le goût pour la saga semble très peu pour faire communauté et quelque peu réducteur voire aliénant pour les individus en question.

  • 3 Gabriel Tarde, L’opinion et la foule, Paris, Editions du Sandre, 2009, p. 7.
  • 4 Daniel Dayan, « Télévision : le presque public », Réseaux, vol. 18, n° 100, 2000, p. 427-456, p. 43 (...)

7Le même problème s’est posé à la sociologie des médias lorsqu’il s’agissait d’utiliser la notion de public telle que définie par Gabriel Tarde comme « une collectivité purement spirituelle, comme une dissémination d’individus physiquement séparés et dont la cohésion est toute mentale3 ». Comment considérer comme un tout une telle entité si fragile et au lien si ténu ? Cette question est en partie résolue lorsque, suivant Tarde et bien d’autres, l’on prend en compte la part réflexive de tout public dont l’« existence passe par une capacité à s’auto-imaginer, par des modes de représentations du collectif, par des ratifications de l’appartenance4». De la même manière, se dire fan n’est pas une constatation mais une revendication qui engage l’individu dans un certain type de rapport à soi-même et aux autres en tant que public spécifique.

8On comprend alors pourquoi le fait d’être considérés comme un groupe est probablement ce qui pose le moins de problèmes aux fans dans la polémique évoquée. Les fans de Hunger Games refusent ainsi que les médias leur donnent un nom mais ne refusent pas que ceux-ci les considèrent comme un tout. Supposer une unicité même minimale du groupe est nécessaire afin de se construire, justement parce qu’il est aisé de considérer que cette communauté n’en est pas une. En étant affirmée, cette (auto-) catégorisation n’est alors pas vécue comme aliénante pour un ensemble d’individus même forts différents car ils y trouvent une confirmation d’appartenance et donc une reconnaissance de la validité sociale de leur identité.

  • 5 Luc Boltanski, De la Critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009, p. 1 (...)

9On comprend aussi que, comme le dit Dayan, toute forme de ratification, de preuve d’existence de cette communauté est bonne à prendre. Il s’agit en permanence d’élaborer des stratégies qui attestent de la réalité du fandom et en faisant cela de le rendre effectivement plus « réel ». Pour arriver à faire cela le groupe doit, de manière récursive, revenir sur lui-même afin de devenir plus que la somme des individualités, être sa propre institution au sens de Luc Boltanski, c’est-à-dire une entité qui atteste et confirme de la réalité de ce qui est5. Selon l’auteur, les actes institutionnels, dans ce sens, sont performatifs, mais aussi fragiles car ces entités n’ont pas de réalité concrète et sont donc aisément contestables tout comme ce qu’elles ratifient. L’évidence de l’existence du groupe qui est porté par les fans est ainsi à considérer comme la trace d’un processus d’institutionnalisation et le nom comme la volonté de figer ce processus. Et si les médias sont remis en cause dans leur description du groupe, le fait qu’ils le considèrent comme tel est une ratification qui elle n’est pas remise en cause. Une fois le nom connu et adopté, il peut ensuite servir d’outil d’affiliation et de reconnaissance pour de nouveaux fans qui viennent renforcer le groupe. C’est tout ce processus, son fonctionnement, ses fragilités, sa temporalité, son impact sur les identités collectives ainsi qu’individuelles qui est donc, au travers de la problématique onomastique, au cœur de la réflexion engagée ici. On alors peut avancer l’idée que c’est justement parce que les fans se considèrent comme une communauté qu’ils en deviennent pleinement une au sens de collectif dont l’appartenance est faite réflexive et revendiquée, et que l’importance du nom est proportionnel à la complexité pour un tel groupe aux contours flous et aux liens a priori faibles de se sentir exister comme un tout. Cela implique alors tout d’abord de mettre en avant le rôle de la sociabilité dans l’attitude fan.

  • 6 Joli Jensen, « Fandom as Pathology : The Consequences of Characterization », dans Lisa A.
  • 7 Henry Jenkins, « La ‘‘filk’’ et la construction sociale de la communauté des fans de science-fictio (...)
  • 8 Ibid, p. 214.

10De nombreuses études ont en effet montré ces vingt-cinq dernières années que contrairement à une approche pathologique répandue6, être fan n’est pas que la marque d’une passion obsessionnelle basée sur une répétition fétichiste de contact avec un objet. Au contraire, ce terme renvoie à tout un spectre d’activités qui débordent le cadre de l’objet et surtout se doivent d’être comprises dans leur contexte de sociabilités. Comme le note Henry Jenkins, si pour un fan tout commence par « une activité qui consiste à donner un sens à des textes commerciaux et à y trouver du plaisir7 », il ne s’agit jamais d’en rester à cela car « ce qui motive principalement le fan, ce n’est pourtant pas d’absorber le texte, mais de le traduire dans d’autres types d’activités culturelles et sociales8 ». En d’autres termes, le plaisir est toujours inscrit dans la communauté interprétative que forme la communauté de fan. Celle-ci permet de cultiver un entre soi salutaire lorsque le grand public ou les proches ne comprennent pas le goût de l’individu et ne partagent pas son attachement.

  • 9 Christian Le Bart, « Stratégie identitaire de fans. L’optimum de la différenciation », Revue frança (...)

11Se considérer comme appartenant à un groupe de fan répond aussi à des logiques de singularisation et d’authenticité internes au groupe où il s’agit d’être accepté et jugé comme un « vrai » fan par un collectif de pairs que l’on estime apte à formuler un tel arbitrage et donc d’être reconnu dans et par son identité. Pour Christian Le Bart, cette mécanique est cyclique : il y a différenciation d’avec les non-fans, puis dé-différenciation avec ceux que l’on considère comme des pairs et enfin re-différenciation au sein du collectif9. Le sentiment appartenance est donc un enjeu fondamental pour les fans afin que ce processus se mette en place. L’enjeu est alors de pouvoir situer ce collectif afin d’effectuer un travail de socialisation.

12La première étape de l’appartenance est effet de savoir à quoi on appartient, afin de pouvoir se référer à cette entité et de construire ce que la sociologie fonctionnaliste nommait une socialisation anticipatrice envers un groupe de référence qui permet de rendre effective l’affiliation. Les individus partagent non seulement une passion, mais aussi la conviction que cette passion est un point de convergence suffisamment fort pour se faire moteur du commun, de la transversalité et donc de la communauté. Or, connaître le nom que s’est choisi la communauté et se l’attribuer est un moment clé de la reconnaissance et de la validation de soi et du groupe comme fans, sur le plan social avoir un nom c’est être.

  • 10 Cornelius Castoriadis, L’institution imaginaire de la société, Paris, Le Seuil, 1999, p. 54.

13Cet argument ontologique et performatif de l’existence des groupes au travers du nom, insistant sur le rôle à la fois de l’imaginaire, et de la réflexivité, n’est pas nouveau. Il a été fort bien formulé par Cornelius Castoriadis lorsqu’il explique que « chacun se définit et est défini pour les autres, par rapport à un nous. Mais ce nous, ce groupe, cette collectivité, cette société […] c’est d’abord un symbole, les insignes d’existence que s’est toujours donnée chaque tribu, chaque société, chaque peuple. Avant tout c’est bien sûr un nom10 ». Le nom représente le groupe, il incarne le collectif, et l’image que celui-ci souhaite renvoyer. En tant qu’outil de communication symbolique, il porte avec lui un ensemble de significations qui renseigne autrui sur le groupe, à commencer par le fait qu’il existe. Se dire Potterhead, c’est non seulement affirmer qu’une part importante de soi est définie par sa passion pour la saga de J. K. Rowling, mais aussi attester que ce nom nous inscrit dans un collectif suffisamment massif et actif pour être nommé.

14L’individu qui s’en revendique produit un acte performatif qui, par synecdoque, atteste du reste du groupe. Le fait que la communauté ait un nom signifie qu’il est possible d’envisager qu’elle existe. Bien sûr cela ne suffit pas, mais cela apparaît comme une condition première de laquelle tout le reste peut découler. Utiliser un nom de fandom participe d’un double mouvement : se sentir fan de manière accomplie en portant et revendiquant un nom qui nous inscrit dans une communauté et dans le même temps attester de l’existence de cette communauté par le simple fait d’affirmer son affiliation. Dire « je suis X-phile », c’est dire « je suis fan d’X-files », mais aussi « je ne suis pas seul ». C’est mettre en permanence la sociabilité au cœur de l’affirmation et évacuer de cette manière en partie la stigmatisation associée à l’attitude fan. La logique est circulaire : le groupe existe, la preuve j’en suis et je peux le nommer, et je suis un vrai fan, la preuve je fais partie du groupe qui possède un nom.

Le nom comme outil de différenciation

  • 11 Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2007, p. 49.

15La mécanique performative évoquée est aussi une logique d’exclusion et de définition. Comme le dit Bruno Latour « la définition de tout groupe implique aussi de dresser une liste des antigroupes »11. Nommer permet de discriminer ce qui en sont et ceux qui n’en sont pas et implique alors de se servir du nom comme un moyen de stabiliser les contours d’un collectif dont la fragilité doit être en permanence compensée par un travail réflexif d’élaboration d’une définition. Ce travail vise à mettre en ordre le social pour avoir au moins un repère identitaire transversal et propre au groupe.

  • 12 Philippe Le Guern, « En être ou pas : Le fan-club de la série Le Prisonnier », dans Philippe Le Gue (...)

16Pour les Tributes, il ne s’agissait pas seulement d’affirmer l’existence d’une communauté en choisissant un nom, mais aussi de la définir en dehors de ce que pouvaient en dire les médias et les industries vus comme une altérité. Nommer le collectif et soi-même comme membre de celui-ci, participe alors d’une tension entre producteurs et public, permet de situer les contours du collectif, et de choisir ce que veut dire « en être ». Cette dernière donnée est rappelée par Philippe Le Guern dans son étude du fan-club français de la série Le Prisonnier lorsqu’il affirme que « prendre sa cotisation au fan-club ne suffisait certainement pas pour appartenir à l’in-group, encore fallait-il adhérer aux pratiques et aux valeurs, à l’habitus de fans, par lesquelles les membres formaient un tout relativement cohérent12 ». Le nom peut ainsi être un symbole de cet ensemble de traits et de valeurs partagées et l’affirmer c’est y adhérer. Alors, la nécessité du nom ne peut être que concomitante de celle de se différencier et de se définir dans le même mouvement.

  • 13 Marion Nollet, Le fan, l’artiste et la firme : le cas My Little Pony : Friendship is Magic Mémoire (...)

17C’est le cas par exemple pour les Bronies, les fans adultes de la série animée My Little Pony étudiés par Marion Nollet. Cette série créée en 2010 met en scène les aventures d’une licorne dans un univers fictionnel peuplé d’équidés parlants. La cible première de cette fiction est clairement un public très jeune ce qu’indiquent par exemple les chaînes de diffusion (The Hub aux États-Unis et Gulli en France). Pourtant, sur internet et en particulier sur les réseaux sociaux, un grand nombre d’adultes ont très vite commencé à se revendiquer comme fans et à affirmer un rapport spécifique à la série. Comme pour les autres communautés de fans, l’auteur note que c’est le fait de donner un nom au fandom qui a largement contribué à lui donner forme, « si le verbe est le commencement, alors en la nommant, elle existe aux yeux de ses membres13 ». Si cette étape était importante, c’est parce qu’un autre public était visé et qu’une appropriation non prévue implique un collectif de spectateur qui n’est pas visible.

  • 14 Marion Nollet, pp. cit., p. 56.

18Les Bronies ont par exemple mis en avant dans leurs discussions certains personnages secondaires peu populaires chez les enfants et développé un ensemble de rituels et de manières de lire la série qui les distingue des autres publics. Cela a provoqué « une tension sous-jacente […] chez ces fans adultes qui s’attendent à un produit correspondant à leurs attentes alors qu’ils n’en étaient pas les cibles14 ». Comme pour Hunger Games, c’est de cette tension, ainsi que de la relation à trois entre fans, producteurs et grand public, que naît le nom. Il est non seulement un outil de ratification, mais il porte aussi une manière autre, d’interpréter l’objet. Cette mise en visibilité de la différence peut en retour influencer les producteurs qui à la suite de l’émergence de cette revendication ont glissé dans la série des références à des œuvres cultes des cultures fans et geeks (Star Wars, Dr Who, etc.) ce qui permet à ceux qui les collectent d’éprouver le sentiment de voir ce qu’un autre public ne verra pas. Nous retrouvons là notre relation à trois basée sur la singularisation des fans.

19Le nom sert ici une logique déjà évoquée, celle de la séparation du bon grain de l’ivraie : pouvoir discriminer les « vrais », qui adoptent le nom, des autres. On trouve ainsi sur internet, dans les forums de fans ou encore sur les pages Facebook consacrées à des objets populaires de nombreuses listes permettant de savoir si l’on est un « vrai ». Ces listes en disent long sur le cahier des charges à remplir pour pouvoir légitimement se considérer comme fan. Or, leur titre ou leur début est quasiment toujours construit sur le même modèle : « Tu sais que tu es [nom du fandom] quand/si… ». Par exemple sur un site de fans d’Harry Potter on apprend entre autres que « Tu sais que tu es Potterhead quand... tu es super heureux d’entendre ton prof citer HP dans un cours et quand tu as envie de le trucider quand tu te rends compte qu’il l’a cité pour le descendre15 ». Ce « quand » renvoie alors à des moments de la vie quotidienne où la différence avec d’autres s’est faite sentir et donc où l’attitude de fan est soulignée et se fait réflexive. Le nom partagé sert de support à ces moments dans lesquels chacun des « vrais » est censé se reconnaître.

  • 16 Benedict Anderson, L’imaginaire national, réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Pari (...)

20C’est ainsi que l’on peut, à la suite de Benedict Anderson, considérer ces collectifs humains comme une communauté imaginée. Dans son essai sur l’essor du nationalisme, l’auteur souligne le fait que toutes les nations reposent sur un imaginaire qui tisse des liens à l’origine souvent peu ressentis et qui sont institués petit à petit sous la forme d’un sentiment de camaraderie et de communauté alors que personne ne peut connaître l’ensemble de ses concitoyens16. Le sentiment d’affiliation à un pays, à une nation au sens moderne du terme repose donc sur la construction d’un consensus autour de ce qu’est cette nation, son histoire, ses frontières, et du partage de certains textes sacralisés qui permettent la transversalité de l’appartenance.

  • 17 Daniel Dayan, « Les mystères de la réception », Le Débat, n° 71, 1992, p. 19.
  • 18 Daniel Dayan, « Le double corps du spectateur », dans Serges Proulx (dir.), Accusé de réception, le (...)

21Le parallèle avec les cultures fans est alors possible car ce qui lie les fans entre eux au niveau le plus basique est avant tout un texte ou un ensemble de textes. C’est en partant de cette constatation que les individus peuvent mettre en place un collectif, une communauté imaginée, et le nommer pour actualiser et solidifier les potentialités de lien social résidant dans la passion partagée. Comme le dit Daniel Dayan, les fans « tentent en arborant certains signes, de convertir une réalité statistique en réalité expérientielle ou communautaire17 ». Ce travail réflexif de conversion fait véritablement naître la communauté et le fait qu’elle « soit imaginée, qu’elle a commencé par une anticipation ou une fiction ne l’empêche pas de se transformer en réalité18 » c’est-à-dire en sentiment d’appartenance et de faire partie d’une entité cohérente.

  • 19 Dick Hebdige, Sous-culture, le sens du style, Paris, Zones, 2008.

22Les fans développent ce que Dick Hebdige nomme un style sous-culturel19, la forme expressive et partagée de l’identité qui devient un ensemble de symboles incorporés et revendiqués performant l’existence du groupe et servent à communiquer les traces celle-ci. Comme les hippies, les punks, les geeks et autres mouvements institués par un processus historique, chaque communauté de fan devenant sous-culture se doit d’avoir un nom pour souligner à la fois la transversalité du goût, mais aussi pour que celui-ci soit investi de ce qu’être fan veut dire.

  • 20 Jeffrey Sconce, « Star Trek, Haeven’s Gate, and Textual Transcendence », dans Sarah Gwenllian-Jones (...)
  • 21 « Yeah, I’m a Star Trek fan, but I’m not a trekkie, I’m a trekker. Why ? Because it better reflects (...)

23On peut tout à fait retrouver ce phénomène au sein de fandoms plus anciens qui ont forgé des mécaniques que l’on retrouve aujourd’hui. Ainsi, les fans de l’univers transmédiatique Star Trek, souvent confrontés à des critiques très péjoratives sur leur absence de vie sociale et leur obsession, ont, dans les années 1970, rejeté le nom Trekkies, utilisé par moquerie, pour adopter celui de Trekkers qui ne porte pas ce halo de représentations négatives20. Ceci est bien résumé dans la définition de Trekker sur le dictionnaire collaboratif Urban Dictionnary : « Ouais, je suis un fan de Star Trek, mais je ne suis pas un Trekkie, je suis un Trekker. Pourquoi ? Parce que cela reflète mieux ce que c’est qu’être fan21 ». Le nom comme auto-catégorisation est à la fois un enjeu pour l’existence du groupe et un moyen de rejeter ce que n’est pas ce groupe, d’amorcer un travail de conquête de la reconnaissance.

  • 22 Elena Shefrin, « Lord of the Rings, Star Wars, and participatory fandom : mapping new congruencies (...)

24Le nom peut aussi être un moyen de créer de la différence au sein de groupes souvent assimilés. Par exemple, être fan de la Terre du Milieu, l’univers créé par J.R.R Tolkien peut vouloir dire plusieurs choses dans une sphère médiaculturelle où les adaptations et passages d’un support à l’autre sont légion. Ainsi, le nom Tolkiendils (formé du nom de l’auteur et du suffixe –ndil qui en langue elfique signifie être ami avec) était adopté depuis plusieurs dizaines d’années lorsque celui de Ringers est apparu pour désigner les fans des films de Peter Jackson adaptant Le Seigneur des anneaux22. Cette différenciation permet de mettre en lumière plusieurs communautés qui ne recoupent pas tout à fait la même réalité ni les mêmes temporalités et objets d’appropriation. Le nom indique toujours une nécessité d’organisation et de fixation des frontières propres à chaque groupe.

Une identité choisie au service de la mobilisation et de la présentation de soi en ligne

  • 23 Pour un exemple de liste très complète ou ces deux types apparaissent très clairement voir http://t (...)

25On peut alors revenir à l’idée de nation puisée chez Anderson. Ici, cette référence n’est pas seulement utile à titre de comparaison : c’est en se revendiquant d’une forme métaphorisée de territoire ou de peuple que les fans décrivent très souvent le collectif. Le terme fandom lui-même, mot-valise réunissant fan et domaine exprime très bien cette composante territoriale de l’imaginaire social à l’œuvre dans les communautés. Les noms plus spécifiques expriment aussi souvent une volonté de se présenter comme une population en reprenant des noms qui souvent désignent eux-mêmes des collectifs au sein de l’œuvre. Il s’agit du second grand type de nom après le fait de jouer sur le titre de la fiction elle-même. Le premier type est le plus répandu, on le retrouve pour les fans de la série Glee (Gleeks), de Sherlock Homes (Sherlokians), du jeu vidéo Minecraft (Minecrafters). Mais lorsque le titre ne se prête pas à un jeu de mots ou à une extension à la sonorité agréable, c’est le second qui entre en scène23. Ainsi, dans l’exemple de Hunger Games, le terme Tributes désigne les fans mais aussi une catégorie de population au sein de la diégèse fictionnelle.

  • 24 Paul Ricœur, Soi même comme un autre, Paris, Le Seuil, 1996.
  • 25 Laurence Allard, « Express yourself 2.0 ! Blogs, podcasts, fansubbing, mashups… », Hack du libre, 2 (...)
  • 26 Ulrick Beck, La société du risque : sur la voie d’une autre modernité, Paris Flammarion, 2008.
  • 27 François de Singly, Les uns avec les autres : quand l’individualisme crée du lien, Paris, Hachette, (...)
  • 28 Ibid.
  • 29 Christian Le Bart, Op. cit., p. 284.

26La comparaison avec une véritable nation trouve cependant rapidement ses limites car, on l’a vu, il s’agit d’une identité collective qui est choisie, adoptée et non pas assignée. En ce sens, les fans incarnent une évolution sociale plus générale des sociétés contemporaines, une nouvelle forme de l’individualisme et de la construction de soi qui passe avant tout par un travail de mise en intrigue24 de son parcours, et « dans ce cadre l’identité personnelle devient le résultat d’un projet réflexif25 ». Cette tendance que certains chercheurs nomment modernité seconde ou réflexive26, pousse non pas à supprimer les formes classiques de l’identité (genre, religion, famille, nation), mais à les rendre plus souples, surtout plus questionnées et à y adjoindre des formes nouvelles qui n’ont plus transcendance des précédentes mais ont la fluidité et la force expressive de ce qui a fait l’objet d’un choix. L’engagement identitaire dans une communauté de fan répond alors à une nécessité permanente de ce que François de Singly nomme une « preuve de soi27» qui passe par exemple par le développement d’une compétence, d’une expertise ou d’un goût dans un domaine qui ensuite « sert de support aux échanges avec les personnes qui partagent le même amour de la pratique28 ». Les cultures fans constituent ainsi l’un des exemples typiques du « passage dans nos sociétés des identités prescrites aux identités choisies29 ». Tout le processus de l’adoption d’un nom et l’importance de sa revendication est à lier à ce passage et incarne cette dimension réflexive de l’identité dont les fandoms ne sont qu’un exemple.

  • 30 Paul Booth, Digital Fandoms : New Media Studies, New York, Peter Lang Publishing, 2010, p. 130, le (...)

27Cela est d’autant plus vrai à l’heure de ce que Paul Booth nomme les digital fandoms où ces communautés imaginées deviennent des communautés virtuelles qui naissent des interactions (le plus souvent écrites) entre les fans dans des environnements numériques qu’ils adaptent à leurs activités. Comme le dit l’auteur, « they literally scribe the community into existence30 ». Le signe de ralliement et l’acte de naissance de ce collectif sous-culturel qu’est une communauté de fan est donc le fait de laisser des traces numériques de son existence à commencer par la manière dont on la désigne. C’est ce qui s’est passé pour les fans de Hunger Games mais aussi ceux de My Little Pony ou d’Harry Potter. C’est en ligne que tout ou presque s’est joué car il s’agit d’un espace où tout ne tient que par l’engagement des individus à maintenir un lien choisi révélateur des évolutions contemporaines de la question identitaire et de la manière d’être fan.

28Si comme le dit Booth, internet est le lieu privilégié de ces néo-communautés, c’est d’abord parce que ce support permet à des individus relativement isolés dans leur passion de se construire malgré tout un sentiment d’appartenance. En particulier, la réunion des individus sous une même bannière en ligne autour de sites, de forums, et via les réseaux sociaux avec l’outil transversal du nom, permet d’avoir une voix. C’est la raison pour laquelle le moment de l’émergence du nom est souvent corrélé à un moment où la nécessité d’une mobilisation se fait sentir. Pour des raisons différentes, l’exemple des Bronies tout comme celui des Tributes évoqués plus haut incarnent parfaitement cela. Le nom n’émerge pas à n’importe quel moment ou simplement parce qu’une masse critique suffisante d’individus se réclame de la passion. Cette masse critique est nécessaire, mais elle n’est pas forcément une condition suffisante sans un élément déclencheur. Il peut s’agir de se différencier mais aussi de créer un rapport de force avec l’industrie et remettre en cause l’asymétrie de la distribution du pouvoir liée à la position hégémonique des producteurs.

  • 31 Tanya R. Cochran, « Browncoats are coming ! Firefly Serenity and fan activism », dans Rhonda V. Wil (...)
  • 32 Ce sera un film nommé Serenity sorti en 2005.
  • 33 « Its not just you know a cute name […] thats who we are we’re the people who lost and we’re the pe (...)
  • 34 « A fan be passive, a Browncoat never is », Cochran, Op. cit., p. 239

29C’est le cas pour les Browncoats, fans de l’éphémère série Firefly (2002) de l’auteur culte Joss Whedon. Dans son essai sur leur mobilisation suite à l’arrêt prématuré de la série Tanya R. Cochran note que le nom du fandom et son apparition sont inséparables de la campagne menée sur internet pour raviver cette franchise de science-fiction31. Là aussi, le nom renvoie à une population au sein de la diégèse puisque Browncoats désigne le camp des perdants dans une guerre civile interplanétaire. Le parallèle entre le traumatisme de la défaite présent chez les personnages et la volonté des fans de lutter contre les producteurs pour que la série revienne sous une forme où une autre32 est clairement revendiquée. Cela apparaît par exemple dans le documentaire Done the Impossible (2006), qui raconte cette mobilisation. Un fan nommé Chuck explique : « Browncoats, ce n’est pas, vous savez, un nom mignon […] c’est ce que nous sommes, nous sommes les gens qui ont perdu et nous sommes vous savez les gens qui sont frères d’armes33 ». L’identification et la symbolique du nom jouent ici pleinement leur rôle de moteur du lien. C’est autour de la lutte et du nom Browncoat qu’a émergé pour la plupart des fans le sentiment de faire partie d’une communauté. Une fois le groupe nommé et le but clairement définit il était possible de créer des sites collectifs, de proposer une pétition en ligne, de se donner des rendez-vous pour acheter les DVD, de montrer de manière générale que cette communauté est vivante ce qui a permis de médiatiser le combat. Etre fan de Firefly c’est être Browncoat, mais comme le dit ce fan cité par Cochran « un fan peut être passif, un Browncoat ne l’est jamais34 ». Là encore, le nom incarne bien plus que la communauté mais aussi sa manière d’être, d’agir et un destin commun.

  • 35 Luc Boltanski et Laurent Thevenot, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallim (...)

30On peut penser ici à la théorie marxiste qui évoque le passage d’une classe en soi (réalité statistique) à une classe pour soi (mouvement réflexif) au travers d’une lutte qui focalise le groupe. Le contexte et les enjeux sont évidemment différents mais c’est la marque des nouvelles formes identitaires et de l’usage des médias numériques que de pouvoir être le terrain de micro-engagements et de mobilisations asynchrones qui donnent une voix à des individus autrement invisibles aux industries. Internet permet à peu de frais la construction d’un sentiment d’appartenance qui se solidifie lors de la lutte. Ces tournants constituent ce que Luc Boltanski et Laurent Thevenot nomment une épreuve de réalité35 c’est-à-dire des moments où la réalité du groupe émerge et « s’éprouve » parce que celui-ci est confronté à une nécessité de se rendre cohérent pour aboutir à un but, souvent lié à une polémique qui se fait jour dans l’espace public ou à des revendications.

  • 36 Louise Merzeau, « La Médiation identitaire », Revue française des sciences de l’information et de l (...)

31Les identités de fans, réflexives et revendiquées s’incarnent donc en ligne par leurs formes expressives et participatives. Il ne s’agit pas seulement des moments de crises, mais aussi une fois celles-ci passées, de pouvoir affirmer qui on est dans un espace où la présentation de soi que l’on a décidée d’adopter est un repère pour les autres participants à la situation de communication. Que ce soit sur Facebook, Twitter, les blogs ou autres forums, il s’agit toujours de se présenter via un profil ou une courte biographie offrant un espace qui permet de nous identifier en fonction des traces que l’on a souhaité laisser. Cette (relative) liberté incarne elle aussi ce qui a changé dans le rapport à soi et dont internet se fait l’écho. Comme le résume Louise Merzeau « d’un côté, les individus subissent l’injonction croissante de se construire, de se réaliser et de conquérir leur autonomie. De l’autre, l’environnement informationnel se reconfigure pour gagner en plasticité en modularité et en mobilité36 ».

  • 37 Jean-François Marcotte, « Communautés virtuelles et sociabilité en réseaux », Esprit Critique, vol. (...)
  • 38 Extrait de la présentation de Aemilianae sur un forum de fans de la série My Little Pony : http://w (...)
  • 39 On trouve ainsi sur Facebook de nombreuses pages qui illustrent l’usage du nom pour lier les commun (...)

32Sur un profil on peut choisir de ne pas divulguer certaines informations et de mettre en avant celles que l’on juge pertinentes. Cela implique que « dans cet exercice l’individu est appelé à une confrontation avec sa propre identité, il est obligé de se percevoir en extériorité à elle-même37 ». S’il permet de se regrouper sur des espaces dédiés à la passion (à l’aide justement de la métaphore territoriale) il est aussi possible, dans ce contexte de récursivité, d’affirmer le nom de manière individuelle en même temps que notre présence en ligne. C’est d’autant plus avantageux qu’il est plus direct de résumer ses goûts en écrivant « je suis Whovian », plutôt que « je suis fan de Dr Who ». Cela est un enjeu important à l’heure par exemple des hashtags Twitter c’est-à-dire de l’identité transformée en série de mots clés (tags) aisément identifiables et trouvables à l’aide d’un moteur de recherche. Nombre de profils Twitter, qui se doivent de respecter une limite stricte de caractères, fonctionnent sur ce principe d’égrenage de noms de fandoms. Citer des noms plutôt que des œuvres sur un profil permet de mettre en avant le fait qu’il s’agit d’un individu dont il est question et que l’objet n’est qu’un support à l’expression de sa singularité. Les fans ont parfaitement embrassé la mise en information de soi dans leurs pratiques de présentation en ligne : « Je suis une Bro (Pewdiepie) depuis 3 ans, Une Echelon depuis 5 ans, Une Potterhead depuis la sortie du premier livre, Une Whovian depuis deux ans, Une fan de Disney (Et cosplayeuse) depuis toute petite aussi38 ». Il suffit de se rendre sur la page de présentation de n’importe quel forum de fans pour trouver des listes de ce type qui sont représentatives d’un usage du nom comme manière de se situer par des goûts et des appartenances favorisée par la culture du profil. Tout l’avantage du nom et de la présentation en ligne est alors, comme on le voit ici, de pouvoir croiser de manière simple les appartenances en faisant ressortir la forte liminalité des fandoms39 et en créant ainsi une configuration unique qui révèle l’individu derrière les goûts et les affiliations collectives.

33Cela nous montre que le nom comme catégorie de pensée et de perception de soi et du groupe est un élément central du travail réflexif et participatif des fandoms contemporains. De plus, il représente une évolution des manières de se construire à l’heure des identités choisies et des outils numériques qui bouleversent le rapport de chacun avec ses pairs mais aussi avec les industries. Les éléments avancés ici invitent à considérer l’onomastique des communautés de passionnés comme l’une des manières les plus efficaces d’aborder ces collectifs lors de futures études de leurs dynamiques d’émergence et de fonctionnement dont la présente réflexion ne constitue qu’un ensemble de prolégomènes à explorer.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Allard Laurence, « Express yourself 2.0 ! Blogs, podcasts, fansubbing, mashups… », Hack du libre, 2005, en ligne : http://www.freescape.eu.org/biblio/article.php3?id_article=233.

Anderson Benedict, L’imaginaire national, réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2006, 212 p.

Beck Ulrick, La société du risque : sur la voie d’une autre modernité, Paris Flammarion, 2008, 521 p.

Boltanski Luc, De la Critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009, 312 p.

Boltanski Luc, Thevenot Laurent, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

Booth Paul, Digital Fandoms: New Media Studies, New York, Peter Lang Publishing, 2010, 231 p.

Castoriadis Cornelius, L’institution imaginaire de la société, Paris, Le Seuil, 1999, 540 p.

Cochran Tanya R., « Browncoats are coming! Firefly Serenity and fan activism », dans Rhonda V. Wilcox et Tanya R. Cochran (dirs), Investigating Firefly and Serenity: Science Fiction on the Frontier, Londres, I.B. Tauris, 2008, p. 239-250.

Dayan Daniel, « Le double corps du spectateur », dans Serges Proulx (dir.), Accusé de réception, le téléspectateur construit par les sciences sociales, Québec, Presse de l’université de Laval, 1988, p. 175-189.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dayan Daniel, « Les mystères de la réception », Le Débat, n° 71, 1992.
DOI : 10.3917/deba.071.0141

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dayan Daniel, « Télévision : le presque public », Réseaux, vol. 18, n° 100, 2000, p. 427-456.
DOI : 10.3406/reso.2000.2232

Hebdige Dick, Sous-culture, le sens du style, Paris, Zones, 2008, 154 p.

Jenkins Henry, « La ‘‘filk’’ et la construction sociale de la communauté des fans de science-fiction », dans Hervé Glévarec, Éric Maigret, et Eric Macé (dir.) Cultural studies anthologie, Paris, Armand Colin/Ina, 2008, p. 212-222.

Jensen Joli, « Fandom as Pathology: The Consequences of Characterization », dans Lisa A.

Lewis (dir.), The Adoring Audience, Fan Culture and Popular Media, Londres, Routledge, 1992, p. 9-29.

Latour Bruno, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2007, 400 p.

Le Bart Christian, « Stratégie identitaire de fans. L’optimum de la différenciation », Revue française de sociologie, vol. 45, n° 2, 2004, p. 283-306.

Le Guern Philippe, « En être ou pas : Le fan-club de la série Le Prisonnier », dans Philippe Le Guern (dir.) Les Cultes médiatique. Culture fan et œuvres cultes, Rennes, PUR, 2002, p. 177-215.

Marcotte Jean-François, « Communautés virtuelles et sociabilité en réseaux : pour une redéfinition du lien social dans les environnements virtuels », Esprit Critique, vol. 5, n° 4, 2003, en ligne : http://www.espritcritique.fr/0504/esp0504article04.html.

Merzeau Louise, « La Médiation identitaire », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 1, 2012, en ligne : http://rfsic.revues.org/193.

Mittell Jason, « Sites of participation: wiki fandom and the case of Lospedia », Transformative Works and Cultures, n° 3, 2009, en ligne: http://dx.doi.org/10.3983/twc.2009.0118.

Nollet Marion, Le fan, l’artiste et la firme : le cas My Little Pony : Friendship is Magic Mémoire de Master 2, CELSA, 2012, En ligne : http://fr.slideshare.net/MNollet/mmoire-my-littlepony.

Pasquier Dominique, « La culture comme activité sociale », dans Éric Macé et Eric Maigret (dirs), Penser les médiacultures, Paris, Armand Colin/Ina, 2005, p. 103-117.

Ricœur Paul, Soi même comme un autre, Paris, Le Seuil, 1996, 424 p.

Sconce Jeffrey, « Star Trek, Haeven’s Gate, and Textual Transcendence », dans Sarah Gwenllian-Jones et Roberta Pearson, Cult Television, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2004, p. 199-223.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Shefrin Elena, « Lord of the Rings, Star Wars, and participatory fandom: mapping new congruencies between the internet and media entertainment culture », Critical Studies in Medias Communication, vol. 21, n° 2, 2004, p. 261-281.
DOI : 10.1080/0739318042000212729

Singly François de, Les uns avec les autres : quand l’individualisme crée du lien, Paris, Hachette, 2005, 272 p.

Tarde Gabriel, L’opinion et la foule, Paris, Editions du Sandre, 2009, 212 p.

Haut de page

Notes

1 Encore disponible en ligne : https://www.facebook.com/thehungergamesmovie/posts/234077423275583, consulté le 28/10/14.

2 « I’m not to keen on the media as having the final say in what our fandom is called », http://downwiththecapitolfansite.tumblr.com/post/6364449249/let-the-hunger-games-naming-revolution-begin, consulté le 28/10/2014.

3 Gabriel Tarde, L’opinion et la foule, Paris, Editions du Sandre, 2009, p. 7.

4 Daniel Dayan, « Télévision : le presque public », Réseaux, vol. 18, n° 100, 2000, p. 427-456, p. 433.

5 Luc Boltanski, De la Critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009, p. 117.

6 Joli Jensen, « Fandom as Pathology : The Consequences of Characterization », dans Lisa A.

Lewis (dir.), The Adoring Audience, Fan Culture and Popular Media, Londres, Routledge, 1992, p. 9-29.

7 Henry Jenkins, « La ‘‘filk’’ et la construction sociale de la communauté des fans de science-fiction », dans Hervé Glévarec, Eric Maigret, et Eric Macé (dir.) Cultural studies anthologie, Paris, Armand Colin/Ina, 2008, p. 212-222, p. 213.

8 Ibid, p. 214.

9 Christian Le Bart, « Stratégie identitaire de fans. L’optimum de la différenciation », Revue française de sociologie, vol. 45, n° 2, 2004, p. 283-306, p. 285.

10 Cornelius Castoriadis, L’institution imaginaire de la société, Paris, Le Seuil, 1999, p. 54.

11 Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2007, p. 49.

12 Philippe Le Guern, « En être ou pas : Le fan-club de la série Le Prisonnier », dans Philippe Le Guern (dir.) Les cultes médiatiques. Culture fan et œuvres cultes, Rennes, PUR, 2002, p. 177-215, p. 185.

13 Marion Nollet, Le fan, l’artiste et la firme : le cas My Little Pony : Friendship is Magic Mémoire de Master 2, CELSA, 2012, en ligne : http://fr.slideshare.net/MNollet/mmoire-my-littlepony, p. 8.

14 Marion Nollet, pp. cit., p. 56.

15 http://potterheadfrancaisofficiel.e-monsite.com/blog/tu-sais-que-tu-es-potterhead-quand.html, consulté le 22/11/2014

16 Benedict Anderson, L’imaginaire national, réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2006.

17 Daniel Dayan, « Les mystères de la réception », Le Débat, n° 71, 1992, p. 19.

18 Daniel Dayan, « Le double corps du spectateur », dans Serges Proulx (dir.), Accusé de réception, le téléspectateur construit par les sciences sociales, Québec, Presse de l’université de Laval, 1988, p. 175-189, p. 182.

19 Dick Hebdige, Sous-culture, le sens du style, Paris, Zones, 2008.

20 Jeffrey Sconce, « Star Trek, Haeven’s Gate, and Textual Transcendence », dans Sarah Gwenllian-Jones et Roberta Pearson, Cult Television, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2004, p. 199-223.

21 « Yeah, I’m a Star Trek fan, but I’m not a trekkie, I’m a trekker. Why ? Because it better reflects what being a fan is about. », http://fr.urbandictionary.com/define.php?term=trekker, consulté le 02/12/2014.

22 Elena Shefrin, « Lord of the Rings, Star Wars, and participatory fandom : mapping new congruencies between the internet and media entertainment culture », Critical Studies in Medias Communication, vol. 21, n° 2, 2004, p. 261-281.

23 Pour un exemple de liste très complète ou ces deux types apparaissent très clairement voir http://tvtropes.org/pmwiki/pmwiki.php/Main/FanCommunityNicknames, consulté le 28/11/2014.

24 Paul Ricœur, Soi même comme un autre, Paris, Le Seuil, 1996.

25 Laurence Allard, « Express yourself 2.0 ! Blogs, podcasts, fansubbing, mashups… », Hack du libre, 2005, En ligne : http://www.freescape.eu.org/biblio/article.php3?id_article=233.

26 Ulrick Beck, La société du risque : sur la voie d’une autre modernité, Paris Flammarion, 2008.

27 François de Singly, Les uns avec les autres : quand l’individualisme crée du lien, Paris, Hachette, 2005, p. 122

28 Ibid.

29 Christian Le Bart, Op. cit., p. 284.

30 Paul Booth, Digital Fandoms : New Media Studies, New York, Peter Lang Publishing, 2010, p. 130, le terme scribe étant difficile à retranscrire avec fidélité en français, la citation n’a pas été traduite.

31 Tanya R. Cochran, « Browncoats are coming ! Firefly Serenity and fan activism », dans Rhonda V. Wilcox et Tanya R. Cochran (dir.), Investigating Firefly and Serenity : Science Fiction on the Frontier, Londres, I.B. Tauris, 2008, p. 239-250.

32 Ce sera un film nommé Serenity sorti en 2005.

33 « Its not just you know a cute name […] thats who we are we’re the people who lost and we’re the people who are you know brother in arms ».

34 « A fan be passive, a Browncoat never is », Cochran, Op. cit., p. 239

35 Luc Boltanski et Laurent Thevenot, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

36 Louise Merzeau, « La Médiation identitaire », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 1, 2012, en ligne : http://rfsic.revues.org/193.

37 Jean-François Marcotte, « Communautés virtuelles et sociabilité en réseaux », Esprit Critique, vol. 5, n° 4, 2003, en ligne : http://www.espritcritique.fr/0504/esp0504article04.html.

38 Extrait de la présentation de Aemilianae sur un forum de fans de la série My Little Pony : http://www.frenchy-ponies.fr/presentations/bien-le-bonjour-t3540.html, consulté le 22/11/2014.

39 On trouve ainsi sur Facebook de nombreuses pages qui illustrent l’usage du nom pour lier les communautés. Par exemple la page nommée « Les Gleeks : les Tributs : les Potterheads » compte près de 2000 membres. Voir https://www.facebook.com/pages/Les-Gleeks-Les-Tributs-Les-Potterheads/146600078847083, consulté le 09/12/2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Peyron, « Enjeux identitaires et communautaires des noms de fandoms », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 08 décembre 2016. URL : http://rfsic.revues.org/1665 ; DOI : 10.4000/rfsic.1665

Haut de page

Auteur

David Peyron

David Peyron est docteur en sciences de l’information et de la communication et titulaire d’un master en sociologie. ATER à l’université Paris 10 Nanterre La Défense il est membre de l’Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page