Navigation – Plan du site
Émergences
Les fans studies : enjeux et perspectives de la recherche sur les fans en France
Les fans à l’université

L’aca-fan : aspects méthodologiques, éthiques et pratiques

Cécile Cristofari et Matthieu J. Guitton

Résumés

Depuis les travaux fondateurs d’Henry Jenkins, l’étude des communautés de fans prend son essor dans le monde anglo-saxon, et plus récemment en France. Les chercheurs qui souhaitent s’y atteler sont toutefois confrontés à un problème fondamental qui n’est pas sans rappeler les dilemmes rencontrés en ethnologie : comment concilier distance critique et intégration suffisante dans la communauté pour recueillir des informations fiables ? Ce problème entraîne l’émergence d’une catégorie particulière de chercheurs, appelés « aca-fans ». Cette posture de recherche soulève un grand nombre de questions, tant théoriques et éthiques que pratiques. Il ne s’agit pas uniquement pour un universitaire de revendiquer son appartenance à une communauté de fans pour pouvoir y pénétrer ; à l’inverse, même les fans les plus érudits n’ont pas d’emblée une légitimité académique par rapport à l’analyse de leur communauté, ce qui exige un travail complexe de conciliation de ces deux points de vue. Bien que fans et chercheurs appartiennent souvent à la même culture, leurs discours ne sont pas équivalents, dans la mesure où le chercheur doit conserver la neutralité liée à un raisonnement anthropologique sur la communauté qu’il étudie, qu’il en fasse partie ou non. Par ailleurs, l’étude des communautés de fans ne doit pas être synonyme d’appropriation pure et simple, au mépris des attentes éventuelles des fans eux-mêmes, qui pourraient légitimement vouloir conserver un droit de regard sur la manière dont leurs pratiques sont décrites et utilisées. Enfin, l’aca-fan doit réfléchir aux modalités pratiques de sa recherche, aux domaines étudiés et aux représentations existantes de la communauté. Cet article vise à synthétiser ces questions et à proposer une conceptualisation théorique et méthodologique du rôle de l’aca-fan.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis les travaux fondateurs d’Henry Jenkins, l’étude des communautés de fans prend son essor dans le monde anglo-saxon, et plus récemment en France. Les chercheurs qui souhaitent s’y atteler sont toutefois confrontés d’emblée à un problème fondamental qui n’est pas sans rappeler les dilemmes rencontrés en ethnologie : comment concilier distance critique et intégration suffisante dans la communauté pour recueillir des informations fiables ? Ce problème entraîne l’émergence d’une catégorie particulière de chercheurs, appelés depuis Jenkins « aca-fans ». Cette posture de recherche soulève un grand nombre de questions, tant théoriques et éthiques que pratiques. Il ne s’agit pas uniquement pour un universitaire de revendiquer son appartenance à une communauté de fans pour pouvoir y pénétrer ; à l’inverse, même les fans les plus érudits n’ont pas d’emblée une légitimité académique par rapport à l’analyse de leur communauté, ce qui exige un travail complexe de conciliation de ces deux points de vue. Bien que fans et chercheurs appartiennent souvent à la même culture, leurs discours ne sont pas équivalents, dans la mesure où le chercheur doit conserver la neutralité liée à un raisonnement anthropologique sur la communauté qu’il étudie, qu’il en fasse partie ou non. Par ailleurs, l’étude des communautés de fans ne doit pas être synonyme d’appropriation pure et simple, au mépris des attentes éventuelles des fans eux-mêmes, qui pourraient légitimement vouloir conserver un droit de regard sur la manière dont leurs pratiques sont décrites et utilisées. Enfin, l’aca-fan doit réfléchir aux modalités pratiques de sa recherche, aux domaines étudiés et aux représentations existantes de la communauté. À partir de l’analyse de divers modèles de communautés de fans, cet article vise à apporter des réponses possibles à ces questions, et à proposer une conceptualisation théorique et méthodologique du rôle de l’aca-fan afin de donner un cadre opérationnel aux chercheurs de cette discipline.

Introduction

  • 1 Henry Jenkins, Textual Poachers: Television Fans and Participatory Culture. Londres : Taylor & Fran (...)
  • 2 Camille Bacon-Smith, Enterprising women : Television fandom and the creation of popular myth. Phila (...)
  • 3 Matt Hills, Fan Cultures. Londres, Routledge, 2003, p. xvii-xxix.

2Dans les travaux contemporains sur les études de fans (en anglais « fan studies »), il est fréquent de lire un bref récit, souvent utilisé en guise d’introduction, exposant l’expérience personnelle de l’auteur en lien avec une communauté de fans1. La fonction de ces paragraphes est multiple. D’une part, ils établissent l’identité du locuteur, et constituent en quelque sorte une admission publique de subjectivité : l’auteur rend public son investissement dans la communauté, de manière à permettre au lecteur d’anticiper les orientations possibles du propos. D’autre part, ils constituent une revendication méthodologique : ce n’est pas uniquement en tant qu’universitaire que l’auteur va discourir, mais également en tant que membre d’une communauté, investi personnellement et émotionnellement. La constitution de la discipline des fan studies dans les années 1990 s’est en effet accompagnée d’un changement de paradigme dans le positionnement des chercheurs par rapport à leur objet d’étude. Jusqu’alors, les chercheurs travaillant sur les communautés de fans se positionnaient simplement comme des observateurs extérieurs2. Reconnaissant que de nombreux travaux académiques étaient initialement motivés par un investissement personnel de leur auteur dans la communauté étudiée, les universitaires investis dans les fan studies se sont tournés vers le concept d’aca-fan pour désigner ce positionnement spécifique, à mi-chemin entre investissement profane et intérêt universitaire. Cette notion hautement complexe n’a pas cessé depuis de se révéler problématique3.

  • 4 Bronisław Malinowski, Argonauts of the Western Pacific. Londres : Routledge, 1922, p. 4-11.

3En tant que membre d’une communauté de fans, l’aca-fan semble occuper une position particulièrement légitime pour acquérir des connaissances authentiques sur celle-ci ; cependant, de ce fait même, sa prise de distance critique par rapport à son objet d’étude pourrait être remise en question. Ces problèmes ne sont pas nouveaux : ils se posent depuis longtemps aux ethnologues. Néanmoins, si la position de l’aca-fan présente des similitudes frappantes avec celle, classique, de l’observateur participant4, elle possède un certain nombre d’enjeux spécifiques liés à la nature particulière des communautés de fans.

  • 5 Cécile Cristofari et Matthieu J. Guitton, « Aca-fans and Fan Communities : An Operative Framework » (...)

4Le discours universitaire et le discours des fans jouissent de niveaux de légitimité différents, celui du fan faisant autorité dans la sphère du fandom sans être reconnu par la sphère académique, celui de l’universitaire jouissant d’une reconnaissance plus générale5. Il appartient donc au chercheur de réconcilier ces deux discours pour fournir une analyse aussi fidèle que possible des communautés qu’il étudie, d’autant plus que les discours de celles-ci sont souvent loin d’être naïfs : au contraire, les fans eux-mêmes fournissent fréquemment des analyses élaborées de leurs propres pratiques, en général cependant assez éloignées d’un discours universitaire traditionnel (absence de citations ou de références aux théories établies, langage profane, etc.). Ce travail de conciliation de deux types de discours a priori distincts, et les paradoxes qu’il implique, est central à la définition de l’aca-fan.

  • 6 Rebecca Tushnet, « Copyright Laws, Fan Practices, and the Rights of the Author ». In Jonathan Gray, (...)

5Cependant, en lui-même, le travail de ce dernier pose un nombre important de questions éthiques et pratiques, qui ont jusqu’ici été moins fréquemment abordées que les problèmes de définition théorique. En effet, et quand bien même le chercheur serait lui-même membre à part entière d’une communauté de fans, retransmettre le savoir de celle-ci ne doit pas être synonyme d’appropriation pure et simple, au mépris des attentes éventuelles des fans eux-mêmes, qui doivent conserver un droit de regard sur la manière dont leurs pratiques sont décrites et utilisées. Si ce principe s’applique à l’étude de toute communauté, il a tendance à être plus facilement oublié dans le cadre des fan studies, les fans étant rarement perçus comme faisant partie d’une entité culturelle à part entière. À cela viennent s’ajouter les questions légales de droits d’auteur, dans le cas de l’étude de productions de fans basées sur des œuvres publiées. Si ces questions se posent directement aux fans sachant que les rapports entre leurs productions et l’œuvre originale peuvent interroger les notions de droits d’auteur et de droit moral, elles se posent également aux chercheurs souhaitant citer les œuvres ainsi crées. Ces questions, non résolues légalement à l’heure actuelle, nécessitent d’autant plus de réflexion6.

6Enfin, les communautés de fans sont aujourd’hui multiformes, leur organisation et leurs pratiques s’étendant sur de nombreux domaines, en ligne ou hors ligne, et générant un grand nombre de données. Le choix du domaine d’étude, la manière de l’étudier ainsi que la place qu’il revient d’accorder aux discours des fans dans le discours universitaire sont autant de problèmes auxquels l’aca-fan est confronté d’une manière particulière. Ce sont à ces questions de positionnement théorique, éthique et pratique que nous nous intéresserons ici. En prenant appui sur les travaux les plus récents dans le domaine des études de fans, cet article va ainsi s’atteler à proposer des solutions concrètes à ces problèmes essentiels auxquels sont confrontés les chercheurs de ce domaine. Grâce à la mise en commun en un seul endroit des réflexions sur ces questions et à la synthèse des pistes de réponse possibles, cet article va proposer un cadre conceptuel et opérationnel qui pourra servir de références aux chercheurs francophones intéressés par les études de fans.

Aspects théoriques

  • 7 Bronisław Malinowski, op. cit., p. 4-11.

7La problématique de l’immersion du chercheur dans la communauté qu’il étudie n’est pas nouvelle. Depuis les années 1920, nombreux sont les anthropologues qui effectuent leurs études en immersion complète, incluant la participation aux pratiques de la communauté étudiée7. Le but de cette « observation participante » est double : acquérir une connaissance plus approfondie de la communauté au-delà des impressions superficielles, mais aussi dépasser les résistances éventuelles de ses membres. Pour avoir accès à ces manifestations avec l’accord de la communauté, le chercheur n’a d’autre choix que de se débarrasser de son statut d’observateur extérieur.

8L’aca-fan pourrait à bien des égards être défini comme un observateur participant. Il existe cependant une nuance : si l’observation participante implique souvent de pénétrer une communauté à laquelle on n’appartient pas à l’origine, il n’en va pas de même pour de nombreux aca-fans, qui se considèrent comme fans à part entière autant que comme chercheurs et dont l’intérêt universitaire pour leur propre communauté est souvent dérivé de leur intérêt de fan. Leur connaissance de la communauté vient dans ce cas au départ non pas d’observations rigoureusement effectuées, mais plutôt d’informations récoltées au cours d’activités de loisirs et relevant d’une sphère de savoir profane et non académique. Étant donné le volume souvent considérable de connaissances pouvant être acquises de cette manière, dans ce cas de figure, la première étape du travail de l’aca-fan consistera non pas à observer sa propre communauté, mais à réconcilier sa propre expertise avec les exigences d’un travail universitaire.

  • 8 Alexander Doty, Flaming Classics: Queering the Film Canon. Londres : Routledge, 2000, p. 11-13.
  • 9 Matt Hills, op. cit., 2002, p. xxxii.
  • 10 Cécile Cristofari et Matthieu J. Guitton, op. cit.

9L’aca-fan est-il à parts égales universitaire et fan, s’agit-il d’une position hybride, ou de deux identités superposées dont l’une doit être amenée à prendre le pas sur l’autre8 ? Il faut pour le savoir prendre en compte ce que représentent exactement les positions respectives du fan et de l’universitaire, c’est-à-dire leurs subjectivités respectives9. Un certain nombre de caractéristiques sont souvent attachées à l’universitaire ou au fan, qui elles-mêmes peuvent se résumer sous forme d’oppositions binaires : rationalité, distance critique ou langage professionnel du côté des universitaires, émotions, absence de distance ou langage amateur du côté des fans10. Or ces oppositions imaginées se retrouvent rarement dans la réalité. Le discours d’un universitaire pourra aussi facilement relever du domaine de l’émotion que celui d’un fan pourra être rationnel. Dans ces conditions, il est donc extrêmement difficile de délimiter un « entre-deux » dans lequel situer l’aca-fan.

  • 11 Cécile Cristofari et Matthieu J. Guitton, op. cit.
  • 12 Paul Booth, « Augmenting Fan/Academic Dialogue : New Directions in Fan Research ». Journal of Fando (...)
  • 13 Matt Hills et Henry Jenkins, op. cit.
  • 14 Cécile Cristofari et Matthieu J. Guitton, op. cit.

10La place de celui-ci au sein de la communauté de fans est également particulière. En effet, de nombreux fans se distinguent par leur savoir, y compris universitaire, sans pour autant que cette dénomination leur soit applicable11. Le terme anglais de fan-scholar désigne un fan utilisant des concepts et références universitaires pour produire un discours destiné à d’autres fans, dans une publication destinée aux fans, blog ou autre12. La différence entre aca-fan et fan-scholar ne réside pas tant dans leurs méthodes que dans leurs destinataires, puisque tous deux utilisent à la fois le savoir des fans et les théories et savoirs universitaires. Le destinataire déterminera les normes d’écriture, comme l’utilisation de certaines références, des normes de citation, ou au contraire l’utilisation d’un registre de langage courant, accessible et relativement peu encombré de notes si le texte est destiné à des fans. Le contenu sera également influencé : si un texte destiné à des fans aura tendance à fournir une analyse de certains aspects de l’objet du fandom, ou une réflexion visant à une applicabilité immédiate (par exemple des réflexions sur l’avenir de la communauté, sur son organisation ou ses rapports avec l’extérieur), un texte destiné à des universitaires aura plus souvent pour vocation de décrire une communauté ou certaines de ses pratiques dans un but ethnographique ou sociologique, destiné à un public qui n’aurait pas fréquenté cette communauté de l’intérieur13. Une autre catégorie de fans, que nous pourrons appeler « fans experts »14, possède un savoir extrêmement poussé sur la communauté ou l’objet auquel elle s’intéresse, sans que ce savoir soit nécessairement structuré selon des normes universitaires. Il n’est donc pas vraiment possible d’identifier l’aca-fan comme un fan possédant des connaissances universitaires, une telle définition pouvant s’appliquer à d’autres membres des communautés de fans.

  • 15 Alexander Doty, op. cit., p. 12.

11L’hypothèse de la position hybride n’a donc que peu de chances de correspondre à une réalité identifiable. Par contre, il est d’emblée possible d’observer que si peu de contraintes pèsent sur l’engagement au sein d’une communauté en tant que fan (les modalités de l’implication ou de l’expression sont généralement peu codifiées), il n’en va pas de même pour l’engagement universitaire. Celui-ci est en effet régie par de nombreux pré-requis : publication dans des revues académiques utilisant un langage approprié, utilisation de références et de théories particulières sont autant de conditions nécessaires pour acquérir une légitimité académique15. Les contraintes sont donc asymétriques : il suffit de se déclarer fan pour l’être, mais s’identifier en tant qu’universitaire présuppose de rigoureusement effectuer un travail correspondant. Un aca-fan serait donc avant tout par définition un universitaire, par ailleurs intégré à une communauté de fans, plutôt qu’occupant une position exactement intermédiaire ou hybride.

  • 16 Cécile Cristofari et Matthieu J. Guitton, op. cit.

12L’aca-fan ne se distingue donc pas particulièrement par son savoir ou son appartenance, mais plutôt par son rôle de pivot entre les deux communautés : de par son intégration à la communauté de fans, il est en position privilégiée pour effectuer une intégration et une traduction des savoirs issus de celle-ci et les transmettre vers la communauté universitaire. En ce sens, la dynamique des flux du savoir est plus cruciale que la position statique de l’aca-fan par rapport aux deux communautés ; l’aca-fan est justement celui qui rend possible cette dynamique de transmission16.

Considérations éthiques

13Du fait de la nature et du statut des communautés de fans, les questions éthiques que posent les fan studies sont de plusieurs ordres. Si certaines se poseraient à tout universitaire cherchant à écrire sur des communautés de fans sans pour autant en faire lui-même partie, d’autres sont liées au statut intermédiaire de l’aca-fan lui-même.

  • 17 Olivier Caïra, Jeux de rôles  : les forges de la fiction. Paris : CNRS Editions, 2007
  • 18 Matt Hills et Henry Jenkins, op. cit.
  • 19 Michael Dwyer, « The Gathering of the Juggalos and the Peculiar Sanctity of Fandom ». Flow, Special (...)

14Lorsqu’on évoque la position d’un chercheur engagé au sein de la communauté qu’il étudie, la question de son objectivité est fréquemment posée. En effet, le fait d’être fan suppose par définition un fort investissement émotionnel, qui pourrait pousser le chercheur à vouloir avant tout défendre son objet d’étude, perdant de vue toute distance critique. Fréquemment posée, cette question est aussi révélatrice de la manière dont sont considérées les communautés de fans que du problème réel de l’engagement émotionnel des chercheurs. D’une part, il est intéressant de noter que certaines disciplines sont davantage sujettes à ce soupçon que d’autres : on se demande rarement, par exemple, si un spécialiste de Balzac est trop investi émotionnellement dans son objet d’étude pour l’étudier correctement17. D’autre part, l’excès d’enthousiasme de certains aca-fans a pu être bien réel, principalement dans les premiers pas de la discipline18. La raison historique réside dans la représentation la plus courante des fans à l’époque : ceux-ci étaient fréquemment considérés comme étant à la limite de la pathologie. Il existait donc un réel besoin de rééquilibrer les représentations, tant populaires qu’universitaires, ce qui impliquait souvent de défendre activement les communautés de fans. Par ricochet, cependant, cette prise de position peut effectivement mener certains chercheurs à occulter des pratiques moins positives, voire violentes ou illégales, qui font malgré tout partie intégrante des activités de certaines communautés, mais dont l’étude est effectivement à même de renforcer des stéréotypes négatifs toujours présents19. Ainsi, l’analyse des pratiques passées et actuelles nous amène à suggérer que l’attitude la plus productive pour le chercheur est sans doute d’interroger la façon dont ses travaux interagiront avec les représentations existantes des fans de manière à contribuer à la construction de représentations équilibrées.

  • 20 Henry Jenkins, Fans, Bloggers, and Gamers : Exploring Participatory Culture. New York, NYU Press, 2 (...)

15Un chercheur qui aurait été membre d’une communauté de fans avant d’entamer un travail universitaire sur celle-ci pourrait considérer que les pratiques, savoirs et discours de la communauté lui appartiennent de plein droit. Toutefois, le fait de se positionner à mi-chemin entre le monde des fans et le monde universitaire réclame les mêmes précautions qui s’imposeraient au chercheur qui observerait la communauté de l’extérieur. Si l’aca-fan peut être considéré comme appartenant pleinement à la communauté universitaire, son statut de fan ordinaire devient cependant plus problématique. En tant qu’universitaire, il dispose en effet d’un certain nombre de privilèges potentiels : capacité à recueillir la parole d’inconnus, à accéder à des informations ou des personnes (par exemple des célébrités) inaccessibles pour des fans ordinaires, etc. Ces privilèges établissent une séparation de fait avec la communauté, quelle que soit par ailleurs la volonté d’intégration de l’aca-fan20 et empêchent donc de considérer que celui-ci possède exactement les mêmes droits sur les savoirs et pratiques de sa communauté que n’importe quel membre ordinaire.

16De nombreux espaces d’expression des fans, notamment en ligne (hébergeurs de fanfictions, forums, etc.) sont publiquement accessibles, ce qui peut pousser à penser qu’ils peuvent être exploités librement pour un travail universitaire. Ce serait pourtant négliger le fait que pour de nombreuses raisons, un site peut être librement accessible sans pour autant être destiné à être exploité librement. L’accord tacite selon lequel seuls les fans peuvent y intervenir, le désir d’ouvrir la communauté à toute personne présentant un intérêt pour le sujet mais ne désirant pas nécessairement s’y inscrire formellement, ou parfois la simple méconnaissance des possibilités de confidentialité en sont quelques exemples.

  • 21 Lynn Zubernis et Katherine Larsen, op. cit., p. 57-81.

17Ainsi, l’aca-fan ne saurait considérer que les informations recueillies sur les fans peuvent être librement reproduites sans prise en compte de leurs intérêts. Certes, le problème de l’appropriation culturelle (reproduction ou appropriation des pratiques d’une communauté sans considération pour leur signification ou leur éventuel caractère privé) est peu évident dans le cas des fan studies, dans la mesure où la communauté étudiée appartient en général à la même aire culturelle que le public universitaire auquel les travaux seront destinés. Il n’en reste pas moins que les communautés de fans possèdent leurs pratiques et leurs savoirs propres, qui ne sont pas nécessairement destinés à être exportés et qui peuvent être considérés avec suspicion ou avec condescendance par la société dans son ensemble21, ce qui renforce la nécessité pour le chercheur contemporain d’établir des pratiques respectueuses.

18Pour toutes ces raisons, une véritable réflexion sur le matériel utilisable par des universitaires s’impose. Le chercheur qui envisage de reproduire des propos ou pratiques de fans devra prendre en compte l’impact possible sur la réputation de la personne citée : risque-t-elle par exemple d’être identifiée contre son gré, peut-il en résulter un préjudice22 ? L’impact sur la communauté en général doit également être considéré : son travail risque-t-il par exemple de renforcer des stéréotypes négatifs sur les fans, par ses propos (reproduire des discours contestables ou peu représentatifs) ou sa méthodologie (par exemple en mettant l’accent sur des questions de santé mentale, qui risquent de renforcer l’image de fans déviants ou fragiles psychologiquement) ? Une attention nécessaire est-elle accordée à décrire la signification de certaines pratiques pour les fans eux-mêmes, sans tenir pour acquis que cette signification est forcément la même dans la communauté et à l’extérieur de celle-ci ? Pour toutes ces raisons, il sera nécessaire de s’assurer du consentement des personnes citées, point sur lequel certaines publications insistent particulièrement23.

  • 24 Anupam Chander et Madhavi Sunder, « Everyone’s a Superhero  : A Cultural Theory of “Mary Sue” Fan F (...)
  • 25 Bertha Chin, « Sherlockology and Galactica.tv : Fan Sites as Gifts or Exploited Labor ? ». Transfor (...)

19Par ailleurs, toute étude sur les productions des fans implique de se pencher sur des problèmes d’ordre légal, ou plus précisément, sur le flou législatif qui entoure certaines pratiques. Les questions de droits d’auteur, en particulier, ont souvent été mises en avant24. L’utilisation par les fans de matériel publié peut questionner les notions de droits d’auteur, ce qui peut rendre l’étude des productions de fans problématique. Le consensus parmi les communautés de fans semble aujourd’hui être que les productions basées sur une œuvre officielle respectent les droits d’auteurs tant qu’elles ne sont pas produites dans un but commercial. Il est cependant moins fréquent de s’interroger sur les droits moraux éventuels des fans sur leurs œuvres25. Quoiqu’il n’existe aucune législation claire sur le sujet et bien que la règle tacite veuille que les fans ne puissent pas tirer de bénéfice financier de leurs œuvres, il peut être judicieux de considérer que le droit moral doit être pris en considération même dans le cas d’œuvres de fans.

  • 26 Paul Booth, Digital Fandom : New Media Studies, Bern, Peter Lang, 2010, p. 24.
  • 27 Sigi Goode et al., « Gifting and Status in Virtual Worlds ». Journal of Management Information Syst (...)
  • 28 Christophe Broqua, « L’ethnographie comme engagement  : enquêter en terrain militant ». Genèses, n° (...)

20Enfin, il est légitime de s’interroger sur la place de l’aca-fan parmi les échanges qui ont lieu au sein des communautés elles-mêmes. En effet, une économie hybride y a cours, dans la mesure où la consommation de biens au sens traditionnel conserve une grande importance, mais où la gratuité a également une place centrale26. La règle générale veut que les productions des fans soient gratuites, les commentaires d’autres fans remplaçant la compensation monétaire. Les dons et les échanges individuels jouent donc un grand rôle pour la cohésion des communautés de fans27. Or, si la participation est en grande partie définie par ce que les membres apportent (en terme de productions artistiques, de connaissances ou de contribution à la vie sociale de la communauté), est-il éthique pour un chercheur d’utiliser la communauté pour ses travaux sans y contribuer de manière substantielle ? Lorsque l’intégration au sein d’une communauté ne s’accompagne pas d’un engagement jugé suffisant, elle peut être mal perçue par les autres membres28 et, de fait, pourrait constituer un manquement moral. L’aca-fan doit ainsi avoir une attitude claire vis-à-vis des autres membres de la communauté : ne pas utiliser une étiquette fallacieuse pour avoir accès aux pratiques qu’il étudie.

Implications pratiques

  • 29 Paul Booth, op. cit., 2013.
  • 30 Cécile Cristofari et Matthieu J. Guitton, op. cit. Matthieu J. Guitton, « The Immersive Impact of M (...)

21L’aca-fan doit aussi réfléchir aux modalités pratiques de sa recherche. Si les premières communautés de fans se retrouvaient autour de fan clubs ou des pages réservées au courrier des lecteurs dans les premiers magazines de science-fiction, l’arrivée des technologies numériques a largement transformé leur organisation, multipliant les possibilités de champs d’étude pour les chercheurs. Les espaces numériques sont aujourd’hui largement intégrés aux activités des fans dans un contexte transmédiatique, au point qu’il n’est pas forcément pertinent d’établir une dichotomie entre activités en ligne et hors ligne : la continuité entre les deux est souvent marquée, dans la mesure où de nombreuses activités hors lignes sont promues et diffusées en ligne, et où de surcroît, l’engagement dans des activités en ligne augmente par l’immersion dans la communauté de manière générale29. En revanche, la croissance du numérique a multiplié les traces laissées sur le long terme par les activités des fans (textes, discussions, photographies etc.). Il est donc plus pertinent d’envisager les données récoltées comme un continuum synchrone/asynchrone, c’est-à-dire données récupérées en temps réel contre traces laissées sur le long terme30.

  • 31 Olivier Caïra, op. cit.
  • 32 Matthieu J. Guitton, « Living in the Hutt Space : Immersive Process in the Star Wars Role-Play Comm (...)

22Les conventions présentent un grand intérêt pour le chercheur pratiquant l’observation directe. Elles offrent la possibilité d’avoir accès à un grand nombre de personnes dont on peut présumer de la disponibilité immédiate et d’assister directement à un certain nombre d’activités (séances de photographies, signatures d’autographes, tables rondes, etc.). La parole des fans peut y être plus accessible. En tant que fan, l’aca-fan peut plus facilement s’attirer la confiance de ses sujets de recherches, tandis que le fait de dévoiler son identité académique pourra lui accorder une crédibilité supérieure : la probabilité que certains fans acceptent d’accorder un entretien sur leurs activités à un autre membre de la convention est plus élevée qu’en les abordant dans leur quotidien. Cet avantage se retrouve d’ailleurs lors de l’observation de pratiques semi-privées ou privées, comme une séance de jeu de rôle31, dans la mesure où on peut s’attendre à ce que les réactions des participants soient plus naturelles en présence d’un autre participant, plutôt que d’un observateur étranger. Bien que le chercheur doive être conscient des risques de biais dans ses résultats du fait de l’auto-observation, le fait de pouvoir observer des pratiques dans une situation plus authentique représente un bénéfice non négligeable. Dans le cas de jeux de rôle prenant place dans des espaces virtuels immersifs, enfin, le fait de posséder un avatar participant élimine en outre le risque que courrait un observateur purement passif d’être éliminé de la communauté par les modérateurs pour peu que sa présence soit considérée comme une gêne pour les autres joueurs32.

  • 33 Cécile Cristofari, « Lecteur , acteur  : la culture populaire revisitée par les fanfictions et les (...)
  • 34 Paul Booth, op. cit, 2013. Matthieu J. Guitton, « The immersive Impact of Meta-Media in a Virtual W (...)

23Outre l’observation directe des activités des fans, l’étude des nombreuses traces écrites disponibles en ligne (forums, blogs, fanfictions, etc.) peut fournir un nombre important d’informations sur la communauté33. De très nombreuses études des communautés de fans s’en servent abondamment34. Il s’agit souvent d’une question de convenance : étant souvent publiquement accessibles, ces traces sont particulièrement faciles à étudier. Elles ont en outre une importance certaine dans la communauté, dont elles renforcent la cohésion : les fans font fréquemment référence entre eux à des productions présentes en ligne, intégrées au bagage commun du groupe. Ici encore, la position d’aca-fan peut permettre d’avoir accès non seulement aux productions publiquement accessibles, mais également aux espaces privés. Si ceux-ci ne sauraient être librement cités dans un article universitaire, le fait d’y avoir accès peut néanmoins permettre au chercheur d’avoir une meilleure vision générale des productions de la communauté étudiée.

  • 35 Katherine Larsen et Lynn Zubernis, « Introduction ». In Katherine Larsen et Lynn Zubernis L (dirs), (...)
  • 36 Cécile Cristofari et Matthieu J. Guitton, op. cit.

24Cependant, le risque de surreprésenter certaines pratiques dans les études universitaires, et ainsi de donner globalement une image déséquilibrée des communautés des fans, est bien réel35. Il s’agit donc de ne pas se contenter d’étudier un corpus uniquement pour des raisons de convenance, mais de s’assurer également que l’étude s’intégrera au corpus existant des recherches sur les fans pour donner une représentation générale équilibrée36.

  • 37 Sheenagh Pugh, op. cit., pp. 264-272.

25Pour finir, l’aca-fan doit adopter des pratiques de citation spécifiques. Il est possible de citer les propos des fans non seulement à des fins de documentation, mais pour développer une réflexion à partir des considérations des fans eux-mêmes sur leurs activités. Cette dernière pratique présente des implications importantes pour la recherche, en particulier dans le cas où le chercheur lui-même s’identifie comme fan. En effet, il s’agit d’attribuer aux propos des fans une valeur d’autorité : en les citant, le chercheur admet ne pas avoir de monopole sur l’interprétation de leurs activités, et accorde une place prépondérante au type de savoir spécifique généré par les communautés elles-mêmes. Ceci ne va pas sans poser problème pour un aca-fan, qui se retrouve dans une position paradoxale. En tant que fan, il se positionne dans une communauté à la structure principalement horizontale, où aucun membre ne dispose normalement de l’autorité nécessaire pour valider certaines formes de savoir et en rejeter d’autres. En tant qu’universitaire, cependant, il effectue bel et bien ce travail de tri, prenant ainsi le risque de cautionner des réflexions qui lui paraîtront avoir une valeur d’autorité, mais qui ne seront pas forcément représentatives du savoir global de la communauté. Refuser de le faire signifierait pourtant refuser d’accorder au savoir des fans une réelle valeur, position problématique quand on se rend compte du niveau d’élaboration de certains discours amateurs ; position en outre peu éthique si l’on réalise qu’un aca-fan ayant longuement fréquenté la communauté qu’il étudie s’inspirera forcément tôt ou tard des discours des fans pour construire sa propre réflexion, et que s’abstenir de les citer reviendrait à refuser de leur accorder le crédit qui leur est dû. Dans ce cas, reproduire partiellement ou complètement des textes de fans avec leur accord explicite peut représenter une solution37, à la fois pour assurer la disponibilité du texte à l’avenir et pour avoir la certitude que son auteur au moins le considère comme une expression acceptable de ses positions, et non comme un texte écrit et mis en ligne hâtivement. Un éditeur d’ouvrage collectif pourra également inviter des contributions de fans.

Conclusion

26Les études des communautés de fans sont à l’heure actuelle un domaine en cours de structuration en France. En explorant les questions principales auxquelles sont confrontés les chercheurs œuvrant dans ce domaine, cet article a présenté les bases pour définir un cadre méthodologique précis dans lequel elles pourront être conduites. La notion d’aca-fan a fait couler beaucoup d’encre, en particulier du fait des problèmes conceptuels qu’elle pose ; or les auteurs qui se sont attachés à réconcilier les questions théoriques avec les enjeux éthiques et pratiques sont beaucoup moins nombreux. Il est pourtant fondamental de définir les implications méthodologiques de cette position, de manière à contribuer à apporter à cette discipline émergente en France un cadre rigoureux. Nous avons donc centré notre réflexion sur les aspects concrets de cette problématique, dans le but de considérer avant tout les conséquences méthodologiques des aspects conceptuels plus souvent discutés.

27L’utilité de la position d’aca-fan pour l’étude des communautés de fans est indéniable. L’immersion au sein de la communauté permet non seulement de l’observer, mais d’avoir accès au savoir généré par ses membres, et d’être à même de le transmettre et de l’intégrer aux savoirs universitaires. L’aca-fan est particulièrement à même d’effectuer une sélection informée dans la variété des données disponibles, et donc de contribuer à une représentation équilibrée des communautés. Cependant, cette posture ne va pas sans son lot de questionnements. Qu’il s’agisse de problématiques de distance critique, de représentation, de citation ou d’appropriation, l’aca-fan aura à s’interroger sur chaque étape de son travail. Cependant, au-delà des problèmes possibles, il pourrait également s’agir d’un positionnement éthique : se définir comme aca-fan pourrait aussi signifier que l’on accepte d’apporter une contribution à la communauté étudiée, au lieu de l’exploiter sans contrepartie. Assortie d’une réflexion suffisante, la position de l’aca-fan serait alors la plus indiquée pour des travaux fructueux sur les communautés de fans.

Haut de page

Bibliographie

Bacon-Smith Camille. Enterprising Women: Television Fandom and the Creation of Popular Myth. Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 1992.

Booth Paul. Digital Fandom: New Media Studies. Bern, Peter Lang, 2010.

Booth, Paul. « Augmenting Fan/Academic Dialogue: New Directions in Fan Research ». Journal of Fandom Studies, 2013, vol. 1, n° 2, p. 119-138.

Bourdaa Mélanie. « Taking a break from all your worries »: Battlestar Galatica et les nouvelles pratiques télévisuelles des fans ». Questions de communication, 2012, vol. 22, p. 235-250.

Broqua Christophe. « L’ethnographie comme engagement  : enquêter en terrain militant ». Genèses, 2009, vol. 75, n° 2, p. 109-124.

Busse, Kristina, Hellekson, Karen. « Identity, Ethics, and Fan Privacy ». In Larsen Katherine and Zubernis Lynn (dirs), Fan Culture: Theory/Practice, Newcastle-Upon-Tyne : Cambridge Scholar Publishing, 2012, p. 38-56.

Caïra Olivier. Jeux de rôles  : les forges de la fiction. Paris : CNRS Éditions, 2007

Chander, Anupam, Sunder, Madhavi. « Everyone’s a Superhero  : A Cultural Theory of “Mary Sue” Fan Fiction as Fair Use ». California Law Review, 2007, vol. 95, n° 2, p. 597-626.

Chin Bertha. « Sherlockology and Galactica.tv: Fan Sites as Gifts or Exploited Labor ? ». Transformative Works and Cultures, 2013, volume 15.

Cristofari, Cécile. « Lecteur, acteur  : la culture populaire revisitée par les fanfictions et les jeux de rôle ». TRANS-, 2010, n° 9.

Cristofari Cécile, Guitton Matthieu J. « Mapping Virtual Communities by their Visual Productions: The Example of the Second Life Steampunk Community ». Computers in Human Behavior, 2014, vol. 41, p. 374-383.

Cristofari Cécile, Guitton Matthieu J. « Aca-fans and Fan Communities: An Operative Framework ». Article soumis.

doty Alexander. Flaming Classics: Queering the Film Canon. Londres : Routledge, 2000.

dwyer Michael. « The Gathering of the Juggalos and the Peculiar Sanctity of Fandom ». Flow, Special issue, 2010.

François Sébastien. « Fanf(r)ictions ». Réseaux, 2009, volume 153, n° 1.

Goode Sigi, Shailer Greg, Wilson, Mark, et al. « Gifting and Status in Virtual Worlds ». Journal of Management Information Systems, 2014, volume 31, n° 2, p. 171-210.

Guitton Matthieu J. « The Immersive Impact of Meta-Media in a Virtual World ». Computers in Human Behavior, 2012, volume 28, n° 2, p. 450-455

guitton Matthieu J. « Living in the Hutt Space: Immersive Process in the Star Wars Role-Play Community of Second Life ». Computers in Human Behavior, 2012, vol. 28, n° 5, p. 1681-1691.

Hellekson Karen. « A Fannish Field of Value: Online Fan Gift Culture ». Cinema Journal, 2009, volume 48, n° 4, p. 113–118.

Hills Matt. Fan Cultures. Londres : Routledge, 2002.

Hills Matt. « Media Academics as Media Audiences: Aesthetic Judgements in Media and Cultural Studies ». In Gray Jonathan, Sandvoss Cornell, et Harrington C. Lee (sous la dir. de), Fandom : Identities and Communities in a Mediated World, New York : New York University Press, 2007, p. 33-47.

Hills Matt, Jenkins Henry. « Intensities Interviews Henry Jenkins @Console-ing Passions, University of Bristol, July 7th, 2001 ». Intensities, 2002, volume 2, n° 1.

Jenkins Henry. Textual Poachers: Television Fans and Participatory Culture. Londres : Taylor & Francis, 1992.

Jenkins Henry. Fans, Bloggers, and Gamers: Exploring Participatory Culture. New York : New York University Press, 2006.

Larsen Katherine, Zubernis Lynn. « Introduction ». In Larsen Katherine and Zubernis Lynn (sous la dir. de), Fan Culture : Theory/Practice, Newcastle-Upon-Tyne : Cambridge Scholar Publishing, 2012, p. 1-13.

Malinowski Bronisław. Argonauts of the Western Pacific. Londres, Routledge, 1922

Olivier De Sardan, Jean-Pierre. « La politique du terrain  : sur la production des données en anthropologie ». Enquête, 1995, volume 1, p. 1-25.

Pugh Sheenagh. The Democratic Genre: Fan Fiction in a Literary Context. Bridgend : Seren, 2005.

Smith Eve. « Selling Terry Pratchett’s Discworld : Merchandising and the Cultural Economy of Fandom ». Participations : Journal of Audience and Reception Studies, 2011, volume 8, n° 2, p. 239-256.

Tulloch John. Watching Television Audiences: Cultural Theories and Methods. Londres : Psychology Press, 2000.

Tulloch John, Jenkins Henry. Science Fiction Audiences: Watching Dr Who and Star Trek. Londres : Routledge, 1995.

Tushnet Rebecca. « Copyright Laws, Fan Practices, and the Rights of the Author ». In Gray Jonathan, Sandvoss Cornel, and Harrington C. Lee (sous la dir. de), Fandom : Identities and Communities in a Mediated World, New York : New York University Press, 2007, p. 60-71.

Tushnet Rebecca. « ‘I’m a Lawyer, not an Ethnographer, Jim’: Textual Poachers and Fair Use ». Journal of Fandom Studies, 2013, vol. 2, n° 1, p. 21-30.

TWC Submissions [En ligne]. Site du journal Transformative Works and Cultures [Page consultée le 7 novembre 2014] Disponibilité et accès http://journal.transformativeworks.org/index.php/twc/about/submissions#authorGuidelines.

Zimmer, Michael. « “But the Data is Already Public” : On the Ethics of Research in Facebook ». Ethics and Information Technology, 2010, volume 12, n° 4, p. 313-325.

Zubernis Lynn, Larsen Katherine. Fandom at the Crossroads : Celebration, Shame and Fan/Producer Relationships. Newcastle-Upon-Tyne : Cambridge Scholars Publisher, 2012.

Haut de page

Notes

1 Henry Jenkins, Textual Poachers: Television Fans and Participatory Culture. Londres : Taylor & Francis, 1992, pp. 5-8.

John Tulloch, Watching Television Audiences: Cultural Theories and Method. Londres : Psychology Press, 2000

Lynn Zubernis et Katherine Larsen, Fandom at the Crossroads: Celebration, Shame and Fan/Producer Relationships. Newcastle-Upon-Tyne : Cambridge Scholars Publisher, 2012, pp. 16-35.

2 Camille Bacon-Smith, Enterprising women : Television fandom and the creation of popular myth. Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1992, p. 299.

3 Matt Hills, Fan Cultures. Londres, Routledge, 2003, p. xvii-xxix.

Matt Hills, « Media Academics as Media Audiences: Aesthetic Judgements in Media and Cultural Studies ». In Jonathan Gray, Cornel Sandvoss, et C. Lee Harrington (dirs), Fandom : Identities and Communities in a Mediated World, New York : New York University Press, 2007, p. 33–47.

Lynn Zubernis et Katherine Larsen, op. cit.

4 Bronisław Malinowski, Argonauts of the Western Pacific. Londres : Routledge, 1922, p. 4-11.

5 Cécile Cristofari et Matthieu J. Guitton, « Aca-fans and Fan Communities : An Operative Framework », soumis

6 Rebecca Tushnet, « Copyright Laws, Fan Practices, and the Rights of the Author ». In Jonathan Gray, Cornel Sandvoss, et C. Lee Harrington (dirs), Fandom : Identities and Communities in a Mediated World, New York : New York University Press, p. 60–71

7 Bronisław Malinowski, op. cit., p. 4-11.

Olivier de Sardan, Jean-Pierre, « La politique du terrain  : sur la production des données en anthropologie. ». Enquête, 1, 1995, 1-25.

8 Alexander Doty, Flaming Classics: Queering the Film Canon. Londres : Routledge, 2000, p. 11-13.

Matt Hills et Henry Jenkins, « Intensities Interviews Henry Jenkins @Console-ing Passions, University of Bristol, July 7th, 2001 ». Intensities, 2(1), 2002.

Matt Hills, op. cit. 2002.

John Tulloch et Henry Jenkins, Science Fiction Audiences: Watching Dr Who and Star Trek. Londres : Routledge, 1995.

9 Matt Hills, op. cit., 2002, p. xxxii.

10 Cécile Cristofari et Matthieu J. Guitton, op. cit.

11 Cécile Cristofari et Matthieu J. Guitton, op. cit.

12 Paul Booth, « Augmenting Fan/Academic Dialogue : New Directions in Fan Research ». Journal of Fandom Studies, 1(2), 2013.

Matt Hills, op. cit., 2002, p. xxvii.

13 Matt Hills et Henry Jenkins, op. cit.

14 Cécile Cristofari et Matthieu J. Guitton, op. cit.

15 Alexander Doty, op. cit., p. 12.

16 Cécile Cristofari et Matthieu J. Guitton, op. cit.

17 Olivier Caïra, Jeux de rôles  : les forges de la fiction. Paris : CNRS Editions, 2007

18 Matt Hills et Henry Jenkins, op. cit.

Henry Jenkins, op. cit., 1992.

19 Michael Dwyer, « The Gathering of the Juggalos and the Peculiar Sanctity of Fandom ». Flow, Special is, 2010.

20 Henry Jenkins, Fans, Bloggers, and Gamers : Exploring Participatory Culture. New York, NYU Press, 2006. p. 61.

Lynn Zubernis et Katherine Larsen, op. cit., p. 36-56.

21 Lynn Zubernis et Katherine Larsen, op. cit., p. 57-81.

22 Kristina Busse et Karen Hellekson, « Identity, Ethics, and Fan Privacy ». In Katherine Larsen et Lynn Zubernis (dirs), Fan Culture : Theory/Practice, Newcastle-Upon-Tyne : Cambridge Scholar Publishing, 2010, p. 38–56. Michael Zimmer, « “But the Data is Already Public” : On the Ethics of Research in Facebook ». Ethics and Information Technology, 12(4), 2010, p. 313–325.

23 « TWC Submissions » Transformative Works and Cultures, http://journal.transformativeworks.org/index.php/twc/about/submissions#authorGuidelines

24 Anupam Chander et Madhavi Sunder, « Everyone’s a Superhero  : A Cultural Theory of “Mary Sue” Fan Fiction as Fair Use ». California Law Review, 95(2), 2007, p. 597–626.

Sheenagh Pugh, The Democratic Genre : Fan Fiction in a Literary Context. Bridgend : Seren, 2005.

Rebecca Tushnet, op. cit., 2007, p. 14.

25 Bertha Chin, « Sherlockology and Galactica.tv : Fan Sites as Gifts or Exploited Labor ? ». Transformative Works and Cultures, 15, 2013.

Rebecca Tushnet, « “I’m a Lawyer, not an Ethnographer, Jim’ : Textual Poachers and Fair Use ». Journal of Fandom Studies, 2(1), 2013, p. 21-30.

26 Paul Booth, Digital Fandom : New Media Studies, Bern, Peter Lang, 2010, p. 24.

Karen Hellekson, « A Fannish Field of Value: Online Fan Gift Culture ». Cinema Journal, 48(4), 2009, p. 113-118.

Eve Smith, « Selling Terry Pratchett’s Discworld : Merchandising and the Cultural Economy of Fandom ». Participations : Journal of Audience and Reception Studies, 8(2), 2011, p. 239–256.

27 Sigi Goode et al., « Gifting and Status in Virtual Worlds ». Journal of Management Information Systems, 31(2), 2014, p. 171-210.

28 Christophe Broqua, « L’ethnographie comme engagement  : enquêter en terrain militant ». Genèses, n° 75(2), 2009, p. 109-124.

29 Paul Booth, op. cit., 2013.

Mélanie Bourdaa, « Taking a break from all your worries » : Battlestar Galatica et les nouvelles pratiques télévisuelles des fans ». Questions de communication, 22, 2012, p. 235-250.

Cécile Cristofari et Matthieu J. Guitton, op. cit.

Cécile Cristofari et Matthieu J. Guitton, « Mapping Virtual Communities by their Visual Productions : The Example of the Second Life Steampunk Community ». Computers in Human Behavior, 41, 2014, p. 374-383.

30 Cécile Cristofari et Matthieu J. Guitton, op. cit. Matthieu J. Guitton, « The Immersive Impact of Meta-Media in a Virtual World ». Computers in Human Behavior, 28(2), 2012, p. 450-455.

31 Olivier Caïra, op. cit.

32 Matthieu J. Guitton, « Living in the Hutt Space : Immersive Process in the Star Wars Role-Play Community of Second Life ». Computers in Human Behavior, 28(5), 2012, p. 1681-1691.

33 Cécile Cristofari, « Lecteur , acteur  : la culture populaire revisitée par les fanfictions et les jeux de rôle » TRANS-, 9, 2010.

Sébastien François, « Fanf(r)ictions ». Réseaux, 153(1), 2009.

34 Paul Booth, op. cit, 2013. Matthieu J. Guitton, « The immersive Impact of Meta-Media in a Virtual World ». 2012.

35 Katherine Larsen et Lynn Zubernis, « Introduction ». In Katherine Larsen et Lynn Zubernis L (dirs), Fan Culture: Theory/Practice, Newcastle-Upon-Tyne : Cambridge Scholar Publishing, p. 1-13.

36 Cécile Cristofari et Matthieu J. Guitton, op. cit.

37 Sheenagh Pugh, op. cit., pp. 264-272.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Cristofari et Matthieu J. Guitton, « L’aca-fan : aspects méthodologiques, éthiques et pratiques », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1651 ; DOI : 10.4000/rfsic.1651

Haut de page

Auteurs

Cécile Cristofari

Cécile Cristofari est docteure en littérature anglaise et chercheuse post-doctorale à l’Université Laval à Québec. Ses recherches portent sur les mondes fictionnels dans différents médias et les communautés de fans qui gravitent autour d’eux, avec une perspective fortement interdisciplinaire. Elle s’intéresse actuellement aux applications pratiques des univers de fiction pour la recherche et la pédagogie.

Matthieu J. Guitton

Matthieu J. Guitton est docteur en neurobiologie, Professeur à l’Université Laval (Québec, Canada) et Chercheur Senior au sein de l’Institut Universitaire en Santé Mentale de Québec. Ses recherches portent notamment sur les comportements humains dans les espaces virtuels, tant au niveau individuel (cyberpsychologie) qu’à celui des communautés virtuelles (notamment les communautés virtuelles de fans). Il est Associate Editor de « Computers in Human Behavior » et siège sur plusieurs autres comités éditoriaux. Ses recherches ont été financées entre autres par les Instituts de Recherche en Santé du Canada, le Conseil de Recherche en Sciences Naturelles et en Génie du Canada et par le Conseil de Recherche en Sciences Humaines du Canada.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page