Navigation – Plan du site
Émergences
Les fans studies : enjeux et perspectives de la recherche sur les fans en France
Contexte et historique – Fan Studies : état des lieux

Panorama historique des études de fans

Henry Jenkins
Traduction de Mélanie Bourdaa

Résumés

Cet article explore les racines des études de fans, la valeur du focus sur les publics et l’importance d’élargir les sujets explorés par des recherches sur les fans.

Haut de page

Texte intégral

Avant

1Comme le note Lucy Bennett (2014), les années 1991-1992 ont été un tournant dans les études de fans, grâce entre autres à la publication de Textual Poachers, la sortie de l’ouvrage de Camille Bacon-Smith Enterprising Women (1992), celui de Lisa Lewis The Adoring Audience (1992), et à la publication du premier essai de Constance Penley (1991a, 1991b) sur les fandom slash. Chacun de nous a emprunté son propre chemin à travers les études de fans. Nous venons tous de champs disciplinaires différents, moi des Cultural Studies, Bacon-Smith des études folkloriques, Lewis des études musicales et Penley des théories cinématographiques féministes et psychanalytiques. Et pourtant, ensemble, ces textes ont permis de construire une discipline. Aujourd’hui, une tendance existe qui situe les premiers travaux sur les études de fans du côté des études psychologisantes, les présentant comme illettrés, intolérants et faibles. Mais il n’y avait pas que cela. Si les chercheurs ont été lents à théoriser les identités et les pratiques des fans, les fans eux-mêmes et en particulier les fans féministes ont été engagées dans des dialogues critiques qui, comme nous le rappelle The Secret Feminist Cabal (2009) de Helen Merrick, ont permis de montrer la montée en visibilité des fans femmes, et l’importance de la science-fiction pour débattre à l’intérieur de la seconde vague féministe et savoir si la fan fiction est une forme d’écriture propre aux femmes (Russ [1985], Lamb and Veith [1986]). Les communautés fans ont constamment eu une réflexion sur leurs propres pratiques, ce que nous appellerions aujourd’hui une approche méta qui va beaucoup plus loin que les théories académiques. Tout travail visant à décrire l’émergence des études de fans sans explorer le travail des chercheurs en études de fans est par essence incomplet.

2Avec le recul, il est clair que les communautés de fans elles-mêmes connaissaient de nombreux bouleversements dans les années quatre-vingt-dix, notamment des changements dans les logiques de la seconde vague féministe et ceux relatifs à l’introduction de la communication en ligne dans une communauté focalisée jusque-là sur les échanges par la poste et les publications papiers. Le positionnement même des chercheurs importait autant que leurs propres inscriptions dans un champ disciplinaire.

3Quand j’enseigne les origines des fandoms à mes étudiants, je souligne le fait que ce champ a émergé de la rencontre de plusieurs facteurs intellectuels. On pourrait retracer ces tendances jusqu’à Culture is Ordinary de Raymond Williams (1958) ou encore Notes on Deconstructing the popular de Stuart Hall (1981). Williams propose un cadre pour penser la culture en s’éloignant de l’analyse de textes exceptionnels ou des produits de l’industrie culturelle pour étudier la culture « comme un processus ordinaire des sociétés humaines et de l’esprit humain. Un véritable état d’esprit ». Hall voyait la culture comme « un des lieux où la lutte pour et contre la culture des puissants s’engagent » et « les enjeux à gagner et à perdre dans cette lutte ». Tous deux ont fourni un langage pour discuter la créativité et la résistance des publics.

4L’École de Birmingham a produit des recherches sur les pratiques symboliques de sous-cultures – en particulier les punks, les teddy boys. Par exemple, Dick Hebdidge (1979) a décrit ces sous-cultures comme des « cultures de consommation », nous encourageant à faire attention aux moyens avec lesquels ils créaient du sens en détournant les signes et en leur attribuant des nouveaux sens pour sauver leurs propres besoins expressifs. L’approche de Hebdidge a rassemblé des notions de résistance et d’appropriation, préfigurant la façon dont ces termes étaient utilisés dans les premières communautés fans. Et en 1980, partant de la tradition de l’École de Birmingham, Angela McRobbie a souligné le biais genré qui façonnait ces premières analyses, qui étaient principalement conduites par des hommes et qui se sont focalisées presque exclusivement sur des formes d’expression de la sous-culture qui se passaient dans des lieux publics :

« le nombre marginal de filles dans ces sous-cultures masculines devraient rediriger notre attention vers des sphères adolescentes et féminines facilement identifiables, comme celles se formant autour des stars teenybop et l’industrie de la musique pop. Les sous-cultures de filles sont devenues invisibles car le terme même de sous-culture a acquis une définition résolument masculine ».

5McRobbie a aidé à recentrer les idées sur la résistance vers les études de communautés de fans, demandant pour ces filles « un sens de la sociabilité opposée, un plaisir ambigu dans le style, une identité publique disruptive et des fantasmes collectifs », ce que Hebdidge avait déclaré pour les cultures de la rue masculines.

6Dans ce processus, McRobbie a également interrogé la place du chercheur en relation avec ces communautés, affirmant que les chercheurs hommes ont adopté un ton faussement objectif et rationnel dans leurs travaux qui masquaient leur engagement dans les communautés qu’ils étudiaient :

« un des reproches central des mouvements féministes a été que l’individu est devenu politique. Les féministes reconnaissent le lien étroit entre leur expérience personnelle et les terrains choisis pour les analyses – les autobiographies envahissent un grand nombre d’écrits. Même si certains sociologues radicaux (hommes) dénient l’importance du personnel dans l’attention sociale et politique, admettre comment leur propre expérience a influencé le choix de leur sujet semble plus ou moins tabou. Cela signifie rejeter son identité, et l’invalidation de l’expérience personnelle au nom de sciences sociales plus objectives va de pair avec le passage sous silence d’autres champs, qui sont de la plus grande importance pour les féministes ».

7La position de McRobbie, tout comme la notion de l’aca/fan, étaient étroitement liée à un tournant interdisciplinaire plus large menant à une nouvelle épistémologie (Alcoff and Potter 1992) et savoir situé (Rosaldo 1989), et un champ émergent de recherches en études queer (Doty 1993 ; Creekmur and Doty 1995), qui cherchait à récupérer, souvent par l’intermédiaire de réflexions autobiographiques, la nature du fantasme et du désir.

8Une autre voie de l’École de Birmingham vers les études de fans nous amène vers Stuart Hall (1990), cette fois grâce à son travail séminal Encodage/Décodage qui cherche à décrire des positions différentes (dominantes, négociées, résistantes) que les téléspectateurs peuvent exprimer envers un média. Les étudiants et les collègues de Hall ont testé ce modèle par des analyses qualitatives, à travers des focus groupes de téléspectateurs et des observations créant du sens à partir de textes souvent non familiers (voir par exemple Morley 1980 and Brunsdon and Morley 1980). Ils ont trouvé des exemples de lectures purement dominantes ou purement résistantes. Pour la plupart, ces travaux ont montré l’importance du processus de négociation alors que les publics adaptent les contenus des média de masse à leur propre vie.

9Pourtant, encore, les féministes ont poussé vers un focus sur des travaux plus axés sur l’expérience personnelle et un ancrage dans des pratiques quotidiennes (Brunsdon 1987 ; Ang 1985 ; Hobson 1982). Le résultat a entraîné un nombre grandissant de travaux, permettant la légitimité des soap operas après des années de stigmatisation, en prenant souvent au sérieux la façon dont ces programmes facilitent les conversations entre les multiples générations de fans femmes. Virginia Nightingale a décrit les politiques féministes qui ont façonné ces traditions de recherche :

10« les travaux ont produit un niveau d’analyse caractéristique des groupes populaires auprès des féministes des années soixante-dix-80. En d’autres termes, la recherche féministe a tenté de remplacer les modes de recherche masculine par des modes de recherche ancrés dans les valeurs et croyances des communautés féministes, et ont tenté d’étendre les règles communautaires de tels groupes (règles de loyauté et reconnaissance qui rejetaient le patriarcat), vers un agenda de recherche valorisant les formes culturelles des femmes ». (1996 : 74)

11Nous pouvons voir, par exemple, l’ouvrage de Janice Radway Reading Romance (1984), bien qu’ancré dans un contexte d’études américaines, comme l’avancée logique vers les études de fans comme relations et pratiques sociales existantes.

12Une autre tendance vient des théories sur la « lecture-réponse » qui ont développé de nombreuses façons de cartographier le processus de la pratique et du sens. Ces théories sont divisées entre les portraits en construction de lecteurs individuels (Holland 1975) et les analyses de lectures en tant que pratiques collectives décrites comme des communautés interprétatives (Fish 1982) ou des « lectures performatives » (Tony Bennett 1983). De plus, Textual Poachers s’appuie grandement sur des contributions de l’anthologie Gender and Reading publiée en 1986 par Elizabeth A. Flynn et Patrocinio Schwickart s’appuyant elle-même sur les études sur la réception. Speaking of Soap Opera (Robert Allen, 1985) a modelé une « poétique orientée vers le lecteur » pendant que Radway permettait de voir comment des groupes de femmes lisaient des romances, en identifiant la façon dont elles intégraient le processus de lecture dans les attentes conflictuelles pesant sur elles en tant que femmes dans l’espace domestique, la façon dont leurs lectures devenaient un capital social partagé dans leurs conversations et leurs critères de référence pour les bons et mauvais exemples.

13Nous pourrions emprunter de nombreux autres chemins amenant vers les études de fans – par exemple, l’intérêt grandissant suite à la publication de La Distinction de Pierre Bourdieu (1979) dans la façon dont les goûts se forment, le pouvoir exprimé par les efforts pour policer les hiérarchies culturelles, et la façon dont les goûts populaires sont différents de ceux de la bourgeoisie dans son emphase sur l’expérience affective immédiate. Nous pourrions considérer comment les premiers travaux sur les études de fans ont émergé en même temps que les focus sur les communautés virtuelles dans les espaces numériques (Rheingold 1993) et un discours utopique sur la valeur de l’éloignement des contraintes des relations sociales quotidiennes vers ce que j’ai nommé dans Textual Poachers « un monde exclusivement du week-end ». Et puis, il y a eu L’art de Faire de Michel de Certeau (1980), qui m’a fourni la métaphore du braconnier pour décrire la façon dont les lecteurs interprètent souvent de façon non conventionnelle et prennent ce qui les intéressent et ce dont ils ont besoin dans les textes.

14Les premiers chercheurs en études de fans ont lu ces travaux – pour leurs théories, tournant autour de leurs exemples, se battant avec leurs méthodes (pour moi, le point d’entrée a été les séminaires conduits par John Fiske). À un certain degré, nous avons considéré ces contextes comme acquis, mais ces chercheurs ont nourri nos travaux, qu’ils apparaissent de façon explicite ou non dans nos bibliographies.

15Nous avons retiré de ces recherches le sentiment qu’il y avait des valeurs à étudier dans les sous-cultures, les publics, les lecteurs – les communautés de fans étaient de bien des façons la rencontre idéale entre les trois. Nous avons retiré de ces recherches l’importance des dimensions sociales partagées dans la production de sens – une importance flagrante dans ces recherches mais qui allait signifier un focus sur une communauté de fans plutôt que sur des individus engagés émotionnellement dans un texte. Nous avons retiré de ces recherches une certaine éthique sur la position des chercheurs vis-à-vis des communautés qu’ils étudient. Nous avons retiré de ces recherches le projet de s’éloigner de la marginalisation et de la stigmatisation des goûts et intérêts culturels des femmes pour aller vers l’importance de la communauté en tant qu’espace alternatif pour la création identitaire et l’expression collective. Nous en avons retiré un recentrage sur les politiques de genre et les sexualités comme terrain où les luttes pour le sens et la création identitaire se passent.

16Nous ne pouvons pas comprendre ce que sont devenues les études de fans sans ces racines et héritages, en particulier la façon dont les interventions féministes dans l’étude sur les sous-cultures, les publics et les lecteurs, a orienté les chercheurs vers les communautés de fans en tant que lieu de compréhension des relations genrées avec les médias populaires.

Aller plus loin

17Quand je relis Textual Poachers aujourd’hui, cela me rappelle que mon texte oscille entre le langage de résistance, emprunté aux études des publics et de la sous-culture, et le langage de la participation et de l’affiliation, devenu central dans les études de fans. Aujourd’hui, il existe une nécessité urgente de développer une analyse plus nuancée de ce qu’est la participation dans les fandoms, puisque la nature de la participation – particulièrement en rapport avec la culture numérique – est débattue dans les domaines artistiques, culturels, politiques, éducatifs et religieux. (Jenkins and Carpentier 2013 ; Couldry and Jenkins 2014). Ce qui semblait radical au moment où Textual Poachers a été écrit est que les fans ne sont pas simplement des consommateurs passifs, mais plutôt des participants actifs façonnant leur propre culture.

18Aujourd’hui, alors même que la rhétorique de la participation a été réappropriée par les porte-paroles des entreprises, nous avons besoin d’un modèle plus précis pour comprendre ce qui a du sens à propos des différentes formes de culture de la participation. Les communautés de fans offrent peut-être encore l’exemple le plus puissant de ce à quoi ressemble la culture de la participation, étant donné que nous avons amassé 20 ans de recherche sur les fans. Nous pouvons maintenant nous tourner vers une plus grande variété de recherches sur les makers, les hackers, les bloggers, et autres cultures du Do-It Yourself, qui suggèrent que les fans ne sont pas les seuls dans leur activité à l’intérieur d’un nouveau paysage médiatique.

19Je ne veux pas voir les études de fans perdre leur identité propre en étant absorbées par tous ces débats autour des politiques médiatiques. Je ne veux pas que nous nous limitions à une définition utilitaire de l’importance des fans. Cependant, les fans ont un rôle fondamental à jouer dans les débats autour des politiques médiatiques – pas seulement, comme le note Rebecca Tushnet (2014), dans les débats autour de la propriété intellectuelle, mais également autour des modèles économiques du web 2.0, de l’importance des nouvelles littératies en matière d’éducation aux médias, l’émergence de nouveaux modèles d’activisme qui vont chercher du côté de l’activisme civique, et les politiques liées à la diversité dans un temps de profonds changements démographiques aux Etats-Unis. Pour donner un autre exemple, nous pourrions identifier les façons dont les travaux sur les fans comme une communauté d’apprentissage informelle (Belcher and Stephenson 2011 ; Black 2008 ; Ito et al. 2010, Pfister 2014, Jenkins et al, 2013) ont alimenté les initiatives politiques plus larges, comme la Digital Media and Learning project de la Fondation MacArthur.

20Quand je parle d’un glissement de la résistance vers la participation en tant que point central des études de fans, je ne veux pas dire que les tendances observées par les premiers travaux n’ont pas de valeur. Au contraire. Un centrage sur la façon dont les fans se sont exprimés en défiant les idéologies dominantes et en interrogeant les institutions est essentiel pour expliquer en quoi la culture de la participation ne peut pas être réduite au modèle économique du web 2.0. Cependant, nous devons repenser notre compréhension de ces pratiques alors que nous nous éloignons d’un monde dans lequel les media de masse étaient compris comme une communication unilatérale, un mode où les fans étaient décrits comme une « élite sans pouvoir » (John Tulloch, 1995) qui créaient leur culture dans l’ombre des media de masse.

21Nous ne vivons pas encore dans un monde où la participation est la norme. Beaucoup n’ont pas accès aux technologies et au monde numérique. Beaucoup sont bloqués des conversations importantes qui façonnent notre culture. Et les discours de ces publics dispersés semblent toujours moins puissants que ceux qui émergent des industries médiatiques. Mais nous pouvons parler de l’aspect de plus en plus participatif de notre culture alors que de plus en plus de personnes ont accès aux productions culturelles et à leur circulation.

22Depuis le départ, j’ai postulé que les fandoms naissent d’un paradoxe entre fascination et frustration, deux notions pouvant être comprises si nous saisissons les complexités de nos relations aux producteurs médiatiques. Je ne pense pas que ce soit pertinent lorsque les communautés de fans sont décrites comme purement résistantes et que les chercheurs ignorent l’engagement des fans dans la culture populaire, ou quand les communautés de fans sont décrites seulement comme un groupe de consommateurs cooptés par les mécanismes du néo-libéralisme. Sarah Banet-Weiser (2013) a demandé récemment des formes de critique culturelle qui expriment notre ambivalence envers la culture qui nous entoure :

23« L’ambivalence, son manque de consistance, son incertitude, est en général comprise comme un problème, comme quelque chose à éviter. Pourtant, je postule qu’il est important de prendre sérieusement la valeur culturelle de l’émotion et de l’affect et le potentiel de l’ambivalence, son pouvoir génératif, puisque c’est dans ces espaces que l’espoir et l’anxiété, le plaisir et le désir, la peur et l’insécurité, se nourrissent et perdurent (Jenkins, 2013) »

24Les études de fans se sont engagées dans la compréhension de notre ambivalence individuelle et collective concernant les choix qui nous sont offerts en tant que consommateurs de culture populaire (Rand 1995) ; nous sommes des fans, oui, ce qui signifie que nous « aimons les choses », mais les fans sont aussi des critiques acerbes, des critiques de l’intérieur plutôt que des critiques de l’extérieur.

25Considérons les rôles que les chercheurs ont joués dans les débats sur le travail gratuit. Les premières formulations sur les critiques du travail gratuit expriment un certain degré d’ambivalence envers ces nouveaux modes de production culturelle. Par exemple, Tizianna Terranova (2000 : 35) parle du travail gratuit comme étant « simultanément donné, gratuit, exploité et apprécié ». Cette critique a ouvert les yeux à ceux qui avaient depuis longtemps cherché les mécanismes à travers lesquels les fans pouvaient influencer les décisions des producteurs de contenus culturels et les plateformes à travers lesquelles ces contenus pouvaient circuler. En ayant accès aux significations de la production culturelle et à la circulation, tout en continuant à lutter contre les licences de propriété intellectuelle qui cherchaient à limiter notre créativité, la créativité des fans était une nouvelle fois décrite comme une simple extension du contrôle des industries culturelles sur nos vies. Au mieux, l’évolution de la critique du travail gratuit a encouragé un scepticisme vital sur la façon dont la créativité des fans a été co-optée par les régimes du web 2.0. Au pire, le centrage sur le plaisir et la liberté, déjà dans la critique de Terranova, a intégré d’autres études, nous laissant avec des critiques qui voient le travail des fans comme une pure forme d’exploitation et d’aliénation. Les chercheurs sur les fans (De Kosnik, 2013 ; Campbell 2014 ; Stanfill et Condis 2014) ont de fait été beaucoup plus nuancés dans leur utilisation de la notion de travail libre, insistant pour que nous reconnaissions que la créativité des fans reflète des motivations multiples, que les fans soient au courant des transactions qu’ils font, aient accès aux outils et plateformes et que les fans aient un plus grand pouvoir de décision, même s’ils sont face à un plus grand risque de co-optation. C’est non seulement un débat au sein du milieu académique mais également au sein des fandoms. Les fans sont devenus très critiques envers les questions d’exploitation alors qu’ils sont aux prises avec FanLib et Kindle Worlds qui cherchent à récupérer leurs créations à des fins commerciales, et avec LiveJournal qui cherche à modérer leurs discussions ; les fans se battent également avec la visibilité qu’ils veulent donner à leurs vidéos dans un monde où les poster sur Youtube comporte à la fois des risques et des bénéfices (Jenkins, 2011). Les fans ont toujours activement exploré des alternatives au Web 2.0 grâce au travail d’associations telles Transformative Works and Cultures et Archives of Our Own pour développer leur propre plateforme et défendre leurs créations.

Quel futur ?

26Jusqu’ici, j’ai souligné ce que notre champ disciplinaire devait converser du passé – nos valeurs propres et nos engagements et ce que je considère comme nos contributions essentielles aux discussions plus larges sur la politique des médias. Mais, il est également important de se pencher sur les zones encore non explorées. Comme je l’ai suggéré, les premières études sur les fans étaient influencées par les lectrices de romance, et les fans de soap operas, et cependant, il y avait une tendance à se centrer principalement sur les fan femmes de séries d’action et d’aventure, délaissant les textes plus mélodramatiques. Textual Poachers devait au départ proposer une théorie générale sur les fans et les fandoms, qui incluait des discussions sur les fans de soap opera, les enfants jouant avec Pee-Wee’s Playhouse (Reubens 1986-1990), des travestis se déguisant en célébrités… Au fur et à mesure que le livre progressait, je laissais tomber un à un ces exemples pour me concentrer seulement sur la communauté féminine ayant des activités d’écriture. Depuis le début, les chercheurs ont du choisir entre étudier les fandoms de média (en tant que configuration spécifique de goûts, intérêts et pratiques) ou plusieurs fandoms différents (avec la nécessité de créer un vocabulaire nous permettant de faire des comparaisons pertinentes). Science-Fiction Audiences (Tulloch and Jenkins 1995) a pris le problème par un autre bout, en analysant comment plusieurs fandoms (chacun avec leurs propres critères et pratiques interprétatives) pouvaient circuler autour de mêmes textes, Star Trek et Dr. Who. The Adoring Audience (Lewis 1992) a positionné ce travail émergent sur les fandoms de science-fiction et d’action-aventure dans un contexte largement centré sur les fandoms de musiques populaires et de célébrités, alors que Theorizing Fandom (Harris and Alexander 1998), publié 6 ans plus tard, donnait la priorité aux fandoms de science-fiction, mais contenait également des articles sur les comic books et les collectionneurs de coupons, et sur les fans de catch professionnel et de soap opera. Comme le suggère Sam Ford (2014), le développement des études de fans peut être analysé comme le développement de plusieurs sous-champs, dont peu font de liens entre eux. Par exemple, Mark Duffett dans son ouvrage Understanding Fandom (2013) utilise le terme fan de média pour qualifier non seulement les fans de textes médiatiques cultes, mais également les fans de célébrités et de chanteurs, mais ignore largement ce que nous pourrions apprendre du lien entre ces identités et pratiques et celles liés aux fandoms de sports. Je prônerais pour étendre la variété des fandoms que nous étudions, et par conséquent pour une ouverture du dialogue entre différents sous-champs. Cela nous permettrait d’avoir de nouveaux angles d’approche et d’aborder de nouvelles et plus urgentes questions.

27En même temps, nous devons également élargir les approches à travers lesquelles nous analysons ces pratiques culturelles qui ont historiquement dominé les études sur les communautés de fans, avec une attention particulière sur les catégories de fans qui ont été mises en avant et celles qui ont été marginalisées. Lors de mon récent séminaire sur les études de fans, quelques étudiants ont souligné un passage clé de l’ouvrage de John Fiske The Cultural Economy of Fandom (1992 : 32) : « je regrette de ne pouvoir dévouer l’attention qu’elle mérite aux groupes ethniques, mais je n’ai trouvé aucune étude sur les fandoms non blancs. La plupart des études sont centrés sur la classe, le genre, l’âge comme des éléments déterminants de discrimination ».

28Il est à noter que l’absence de la notion de sexualité dans la liste de Fiske en dit long sur le degré avec lequel les premières études partaient du principe d’une hétéronormativité, limitant ainsi souvent les slash à la question : pourquoi des femmes hétérosexuelles écrivent-elles des fanfictions sur des relations homosexuelles entre hommes ? Quelques années plus tard, alors qu’un activisme queer a permis de déplacer les termes du débat dans notre société, il est devenu clair pour beaucoup d’entre nous que les communautés de fans représentaient des espaces dans lesquels les femmes de diverses orientations sexuelles débattaient entre elles de leurs fantasmes (Green, Jenkins and Jenkins 1998) ou que ces espaces pouvaient fournir une base à une mobilisation en opposition aux représentations hétérosexuelles de la télévision grand public (Jenkins, 1995).

29Mais, de manière encore plus étrange, la rareté des recherches sur ce que John Fiske nomme les « fandoms non-blancs » persiste aujourd’hui. Les études sur les fans américains se sont avérées insensibles au sujet, un problème qui aurait pu être évité si les chercheurs avaient analysé les communautés de fans de sport et de musique, dans lesquelles la participation de fans de couleur est bien plus visible. Nous avons urgemment besoin de recherches sur des politiques spécifiques qui émergent à l’intérieur de communautés ayant une haute participation de fans de couleur, de la même façon que les premières recherches ont cherché à comprendre les formes d’expression émergeantes par des fans femmes s’éloignant de la domination des hommes appartenant à des communautés de fans de science-fiction.

30De tels travaux devraient confronter les façons dont les fandoms participent à des formes plus larges de ségrégation à l’intérieur de la société civile. Sut Jhally et Justin Lewis (1992) nous ont appris, il y a plusieurs décennies, l’émergence de ce qu’ils ont appelé « le racisme éclairé », c’est-à-dire un racisme qui ne se proclame pas comme tel, un racisme qui parle rarement de la race elle-même. Dans un tel contexte, les minorités sont souvent accusées de « jouer la carte de la race » quand elles parlent des inégalités structurelles qui impactent leurs choix de vie. Je suis né pendant la période du mouvement pour les droits civiques et j’ai adhéré à la philosophie de Star Trek « une diversité infinie avec des combinaisons infinies », et, comme beaucoup d’autres fans, je vois le fandom comme une solution et non comme étant une partie du problème. Cependant, au fil des années, il n’est plus acceptable de s’asseoir à des tables rondes lors de conventions dans lesquelles les débats sur la diversité sont représentés par des hommes blancs entourant quelques participants issus de minorités, cherchant à savoir pourquoi il y a si peu de fans de couleurs à « nos » réunions, et se demandant pourquoi les fans de couleur ne reviennent jamais non plus. Au contraire, nous devrions penser à la façon dont s’organisent les fandoms que nous étudions et dans lesquels nous participons, de façons à ce que des membres se sentent accueillis. En faisant cela, nous devons nous rappeler les paroles de Samuel Delaney (1996) dans le paragraphe d’introduction d’un article sur son expérience en tant qu’écrivain afro-américain de science-fiction :

« Pour moi, la racisme est toujours apparu avant tout comme un système, largement supporté par les conditions économiques et matérielles de travail dans un environnement de traditions sociales. Par conséquent, même si le racisme se manifeste toujours à travers les décisions, les actions, les goûts et les sentiments des individus, quand nous avons le luxe de l’envisager de façon plus globale (et ce n’est pas toujours le cas), la plupart du temps je ne vois pas l’intérêt de blâmer les personnes individuellement, qu’elles soient noires ou blanches, pour leurs sentiments ou même pour leurs actions – tant qu’elles restent de ce côté du système. Ce n’est pas ce qui stabilise le système. Ce n’est pas ce qui promeut ou reproduit le système. Ce ne sont pas les moments durant lesquels des changements durables peuvent être introduits pour altérer le système.

Plutôt que de rejeter la faute sur nous ou sur les autres, le but devrait être de comprendre comment la ségrégation raciale opère à un niveau structurel ou systémique pour rendre complexe la parole de certains fans par rapport à d’autres et pour assurer que certaines communautés restent plus cachées que d’autres ».

31En faisant cela, nous retournons vers un chercheur qui, comme je l’ai suggéré précédemment, a façonné les premières études de fans : Stuart Hall. Hall (1993) souligne les différentes façons dont le parler vernaculaire noir a été absorbé par la soi-disant culture populaire mainstream, incluant les textes qui ont historiquement attiré les fans. Il souligne également que les consommateurs noirs ont toujours su tirer quelque chose d’utile de la culture populaire, même si elle est stéréotypée, qui fonctionne cependant comme un espace où « nous découvrons et jouons avec nos identités, quand nous sommes représentés, non seulement aux publics qui ne comprennent pas le message, mais également pour nous pour la première fois ». Même si Hall n’emploie pas le terme, sa description du fonctionnement de la culture populaire est reconnue par plusieurs fans, pas seulement les fans noirs, mais également les fans d’autres ethnies. En cherchant à éviter tout essentialisme, Hall met en lumière la diversité des cultures noires, et notre compréhension de ce que signifie une communauté de fans pour ces fans de couleur.

32Afin de comprendre comment fonctionne la ségrégation à l’intérieur des fandoms, il est intéressant de revenir aux travaux sur les goûts culturels, comme ceux de Bourdieu dans Aristocracy of Culture (1980). L’intérêt premier de Bourdieu était d’analyser comment les goûts étaient influencés par la classe, mais nous pouvons élargir cette idée pour voir comme les goûts sont ethnicisés, façonnés par l’accès aux expériences culturelles et aux ressources discursives, structurés par l’encouragement ou le découragement à déployer ses préférences culturelles et enflammés par notre tendance naturelle à défendre nos goûts principalement à travers l’expression de nos dégoûts envers d’autres goûts. Même si les fandoms étaient aussi accueillants qu’ils le prétendent, il existerait des formes d’exclusions et de marginalisations basées sur l’ethnicité des goûts, déterminant ainsi qui vient aux conventions, quels textes sont intégrés aux canons des fandoms, quelles fanfictions sont lues, et quelles idées sont exprimées dans les fanvideos. Ces exclusions sont amplifiées par les représentations des fandoms dans les médias, comme le suggère Mel Stanfill (2011). Les « gens de couleur » qui intègrent des fandoms, doivent se construire une identité par rapport, et souvent en opposition à, des modèles dominants, embrassant des formes d’engagement culturel qui pourrait être reçues avec hostilité dans des espaces de leur vie quotidienne, et engageant souvent des genres façonnés par des fantasmes orientaux et colonialistes. Comme le montre Stanfill, une approche pour analyser l’ethnie et le fandom pourrait émerger d’une étude plus large critiquant la « blanchité » à l’intérieur de la théorie raciale critique (Morrison, 1993).

33L’augmentation de la participation des publics noirs sur Twitter (Manjoo, 2010) a rendu certaines formes d’engagement plus visibles, par exemple, les échanges sur l’ethnicité, le genre et la politique autour de Orange is the New Black (Kohan, 2013-present), Scandal (Rhimes 2012-present) et Sleepy Hollow (Orci, Wiseman, Kurtzman, et Goffman 2013-present). Chacune de ces séries a des acteurs afro-américains (Laverne Cox, Kerry Washington et Orlando Jones) qui ont largement courtisé les fans sur les réseaux sociaux. Si nous considérons les annonces des principaux networks pour la saison 2014-2015, nous voyons les producteurs commencer à se conformer à la population démographique américaine, en produisant non seulement des séries destinées aux minorités mais également des séries avec des personnages multi-ethniques. De telles séries attirent des publics issus des minorités, mais elles ont aussi du succès auprès des publics blancs, provoquant des rencontres inattendues forçant les publics à sortir de leurs bulles. Dans ce contexte, les fandoms deviennent de plus en plus ce que Marie-Louise Pratt (1991) a décrit comme des « zones de contact » entre des participants ayant des expériences d’ethnicité et de discrimination très différentes. Par conséquent, les études de fans pourraient également se concentrer sur les moments de friction durant lesquels les fans argumentent sur les politiques ethniques comme par exemple dans les récents débats dans les communautés de fans de comix autour de la décision de créer un SpiderMan noir ou de faire de Mrs. Marvel une arabo-américaine, le choix d’un acteur afro-américain pour jouer le rôle de Johnny Storm dans le prochain Fantastic Four [Trank 2015] ou Lucy Lui incarnant Watson dans Elementary. Tous ces exemples ont bousculé les attentes et croyances des fans. Nous pourrions aussi nous attarder sur des exemples de conflits au-delà des fandoms comme lorsque des fans asiatiques ont demandé l’annulation du Colbert Report à cause du personnage de JokeMu créé par le présentateur.

34Une façon de faire avancer les débats serait de s’attaquer plus sérieusement à ce que nous appelons « l’éthique des fans ». Dans Textual Poachers, j’ai fait référence aux valeurs que Paul Hoggett et Jeff Bishop (1986) ont identifiées dans leur recherche :

« Les valeurs sont totalement différentes de celles contenues dans une économie classique. Ce sont des valeurs de partage et de réciprocité vs. un intérêt propre, de collectivité vs. d’individualité, l’importance donnée à la loyauté et un sentiment identitaire et d’appartenance vs. les principes de formation de liens reposant sur le calcul ou la monétarisation » (Jenkins, 1992 : 280).

35Historiquement, les communautés en ligne sont des espaces dans lesquels les fans partagent la même éthique puisqu’ils explorent des solutions pour résoudre leurs conflits (Dibbell 1993). Nous voyons aujourd’hui de plus en plus de recherches qui contrastent l’économie du don des communautés de fans avec la façon dont les pratiques participatives des fans sont commercialisées selon les logiques du Web 2.0 (Scott, 2009 ; Turk, 2014). Mais nous en savons beaucoup moins sur la façon dont l’éthique partagée a été articulée dans les communautés de fans, le travail de Mitzuko Ito (2012) sur le partage et la contribution dans le phénomène du fansubbing constituant une exception remarquable. La longue tradition de la culture participative dans les communautés de fans est un modèle intéressant pour penser la façon dont ces valeurs sont inculquées aux nouveaux fans.

36Mes récents travaux (Jenkins 2012) et les récents travaux de mon équipe (Brough and Shresthova 2012) se concentrent sur la notion d’activisme fan, qui peut s’avérer être une notion importante pour promouvoir une culture fan plus accueillante dans les prochaines années. C’est une tendance qui fait partie de la culture fan depuis longtemps. Textual Poacher soulignait la façon dont les communautés de fans fonctionnaient sur la base d’un activisme consommateur, les fans cherchant à modifier le sort de leurs personnages préférés ou à sauver leurs séries de l’annulation. Jennifer Earl and Katrina Kimport (2009) se référaient aux pétitions des fans pour illustrer la façon dont des publics dispersés se servaient d’une communication en réseau pour faire baisser le coût des transactions et travailler ensemble dans un but commun.

37Mais, une fois que les fans ont identifié une cause, repéré les décideurs, mis en place des tactiques de mobilisation, éduqué et motivé leurs soutiens, et sont passés à l’action pour faire changer les choses, ils ont accompli toutes les étapes requises pour avoir un impact politique. Ces compétences, pratiques et infrastructures sont de plus en plus utilisées comme base d’un activisme politique, comme en témoignent les activités de la Harry Potter Alliance, Imagine Better, The Nerdfighters, le mouvement RaceBending (Lopez, 2011), et toute une série d’autres communautés de fans à travers le monde (Jenkins et Shresthova 2012). Des modes d’expression proches de celles des fans pénètrent des formes plus conventionnelles de mouvements politiques : les Palestiniens manifestant sur les Territoires Occupés habillés comme les Na’vi de Avatar (Cameron 2009), les supporters du mouvement Occupy portant des masques de Guy Fawkes, des groupes musulmans faisant des clips vidéo de la chanson Happy à travers le monde, des étudiants égyptiens se rassemblant autour des communautés de fans de jeux vidéo. Ces travaux nous poussent à nous concentrer de plus en plus sur les valeurs à l’œuvre dans l’action civique : avant de changer le monde, les activistes ont besoin de croire que le changement est possible, ont besoin d’imaginer à quoi ressemblerait un monde meilleur, et doivent se considérer comme les acteurs de ce changement.

38Historiquement, il a été offert des cadres partagés à travers lesquels les mouvements sociaux étaient liés à l’imaginaire civique. Par exemple, les paraboles bibliques tirées de la tradition des églises afro-américaines ont aidé à alimenter le mouvement des droits civiques des années 50 et 60. Les « Pères Fondateurs » américains signaient souvent les documents officiels en utilisant un pseudonyme emprunté aux écrits classiques romains et grecs. Aujourd’hui, les références culturelles partagées viennent souvent de la culture populaire, et les pratiques d’appropriation et de remix pour déployer ces narrations empruntent aux pratiques et techniques des communautés de fans.

39De tels travaux nous permettent de souligner l’importance d’une compréhension plus profonde et historique des fans, soit en documentant « les sphères publiques de l’imagination » qui ont émergé avec l’explosion de la fiction de genre au début du XXe siècle (Saler 2012), le fonctionnement des communautés de fans comme espace de débats de la future démocratie dans les années 30 et 40 (Ross 1991), ou les communautés de fans comme lieux principaux des luttes pour les seconde et troisième vagues féministes (Merrick 2009) et les droits des homosexuels (Garber and Paleo 1983). Plus nous regardons, plus il devient évident que les communautés de fans ont toujours fonctionné comme un espace alternatif pour débattre des philosophies politiques et imaginer le changement social.
Ce focus sur les communautés de fans comme alternative à la sphère politique nous fournit une nouvelle motivation pour mieux comprendre les différentes formes de fandoms, ses différents rôles, dans des contextes nationaux et régionaux différents. Une série récente intitulée « Participatory Poland » et publiée sur mon blog a porté l’attention sur l’histoire complexe des communautés de fans en Europe de l’Est après la chute du bloc communiste. Durant la période communiste, la fantasy et la science-fiction étaient des moyens utiles pour critiquer le régime en place, alors que les rassemblements de fans fournissaient un solide point de départ pour lancer des formes variées de résistance politique (Zarzycka and Deszcz-Tryhubczak 2013). Dans la période post-communiste, les communautés de fans ont été un espace aidant les fans à embrasser et débattre de la culture de consommation (Mochocka 2013). Au même moment, Aswin Punathambekar (2012) remarque que, en Inde, les communautés de fans et la célébrité sont devenues tellement centrales dans les politiques nationales et régionales que les chercheurs en études de fans doivent désormais lutter pour traiter des valeurs partagées au niveau de la sociabilité de tous les jours. Et nous devons combler le vide entre les études sur les Otakus au Japon (Ito, Okabe, and Tsuji, 2012) et les études sur les fans en Occident pour tenter de comprendre les modèles alternatifs d’engagement et de participation qui ont émergé en Asie (Jung, 2012 ; Li, 2012).

40Elargir les études de fans pourrait nous amener à reconsidérer les goûts et identités des fans dans une perspective de genre. Pour les raisons historiques que j’ai déjà évoquées, les premiers travaux sur les fans avaient tendance à se focaliser sur les communautés de fans femmes de fan-fictions comme faisant parti d’un plus large projet visant à récupérer « la culture féminine ». Plus récemment, Suzanne Scott (2010) a souligné que, alors que les producteurs des grands média courtisent les fans à San Diego Comic-Con, Atlanta’s Dragoncon ou New York’s WonderCon, ces fans qui sont les plus visibles pour les industries médiatiques sont majoritairement blancs. Scott explore comment l’industrie ignore toujours largement les goûts et intérêts des fans femmes, qui sont souvent décrits comme inauthentiques ou illégitimes dans ces espaces. Megan Condis (2014) en arrive à une conclusion similaire en analysant la construction identitaire des joueurs ; elle nous demande de rester attentif à ceux qui peuvent réclamer le qualificatif de fan ou de joueur, comment ces titres sont contestés sous prétexte de classe, genre, sexe ou ethnies, ce qui se passe quand ces titres sont pris par des groupes nouveaux, et comment certains fans réagissent à la perte de leur relation privilégiée avec les producteurs de contenus.

41Pour comprendre ces développements, les études de fans doivent analyser plus précisément les formes masculines d’activités de fans : Bob Rehak (2013) a conduit des recherches qui visent à mieux comprendre les pratiques matérielles associées aux activités masculines (comme la construction de maquettes de vaisseaux ou d’armes). Matthew Yockey (2013) a fait l’effort d’analyser l’histoire de la communauté des fans de monstres des années 60, et ainsi, les pratiques et normes associées aux films Super 8 réalisés par des fans. John Bloom (2002) a analysé la façon dont la masculinité s’incarne dans les collections de cartes de baseball. Et Peter A. Chvany (2002) a étudié la construction du genre et de l’identité ethnique dans la communauté des fans de Klingon et ses liens avec les discours sur les guerriers masculins, pour citer quelques exemples. En faisant cela, nous découvrons que la distinction désormais largement acceptée entre les communautés de fans « consensuelles » et « transformatives » est de plus en plus problématique puisque ces distinctions dans les modes d’engagement s’appuient trop facilement sur une distinction genrée et tendent à présenter le consensus ou la transformation comme un choix entre l’un ou l’autre. Plutôt, je dirais que nous avons besoin de cartographier la façon dont les différents groupes de fans négocient la tension entre la fascination et la frustration, plutôt que de simplement reproduire ou célébrer le texte tel qu’il est. Si les premières recherches sur les communautés de fans notaient que les descriptions des corps et les relations masculines par les femmes leur permettaient de réimaginer la masculinité, alors de quelles façons la culture expressive masculine leur permettait-elle de réimaginer les relations genrées, et quelles formes prenaient des modèles émergents de masculinité et de féminité ? Par exemple, que pouvaient retirer les études de fans de travaux ethnographiques sur les consommateurs masculins de pornographie (Loftus 2002), étant donné le rôle central de l’érotisme dans l’émergence de notre champ disciplinaire ?

42Cependant, mon appel à analyser les masculinités fans n’est pas dans le but principal de comprendre ce que font les fans masculins ni de quoi ils retirent du plaisir. Nous devons développer une image plus complexe du rôle du genre dans les communautés de fans, ce qui nous demandera d’être aussi réflexif sur la masculinité que sur la féminité. La culture traditionnelle masculine a du mal à être réflexive sur la masculinité, de la même façon que la plupart des personnes caucasiennes tendent à exclure la blanchité des considérations raciales. Ces identités, largement construites par des fans masculins à travers les représentations mainstream, s’appuient souvent sur des stéréotypes de masculinité en échec, décrivant les fans masculins comme des adolescents éternels qui refusent d’endosser leur rôle d’adulte dans la société (Stanfill 2011). Pour certains fans masculins, les communautés de fans offrent une chance d’explorer une identité masculine plus douce, plus fluide (comme celles des geeks et des nerds) et elles leur accordent plus de liberté pour exprimer leurs émotions et leurs passions. Nous devons comprendre les formes de relations forgées entre hommes qui ont été exclus de la culture masculine traditionnelle à cause de leurs intérêts sociaux divergents et de leur comportement affectif. Nous devons comprendre comment leurs propres anxiétés sur la perception de leur échec par le monde extérieur peuvent nourrir des comportements qui répliquent de bien des façons les pires aspects de la masculinité traditionnelle (comme par exemple les formes de harcèlement sexuel observées lors des conventions). Et nous devons faire cela sans entrer dans une vision pathologique des fans masculins.

43Nous devons mieux saisir la psychologie et la sociologie des fans masculins pour comprendre comment certaines formes de la culture fan – le cosplay par exemple – peuvent fournir un espace plus sûr dans lequel les hommes explorent un genre et des identités sexuelles alternatives et comment ces mêmes espaces peuvent parfois devenir des lieux de harcèlement sexuel, comme le mouvement « Le Cosplay n’équivaut pas à un consentement » en atteste. Et nous avons besoin de ces modèles pour comprendre quand le genre est important lorsque nous analysons des formes de communautés en ligne, comme celles autour de Harry Potter ou d’autres romans ou anime pour jeunes adultes, où la composition genrée paraît différente des espaces présents dans les premières recherches sur les fans ou encore les jeux multi-joueurs dans lesquels les changements de genre pour incarner un personnage sont fréquents. Qu’est-ce qui fonctionne – ou pas – dans ces espaces où les hommes écrivent des fan fictions et créent des fan vidéo tout comme les femmes ? Tout cela n’a rien à voir avec le fait de détourner l’intérêt des recherches des femmes vers les hommes, mais plutôt de refléter le fait que le genre est un système où des notions de masculinité et de féminité sont construites en lien entre elles et avec des façons alternatives de comprendre la sexualité et le genre. Nous ne pouvons pas entièrement comprendre le fonctionnement de ce système sans y intégrer les identités genrées multiples. Cette approche devrait nous pousser à analyser les identités genrées qui ne rentrent pas dans la case « fan boy/fan girl », alors que les cadres queer et transgenres perturbaient encore plus la façon dont le genre était compris dans les études de fans vers 1992.

44Où en sommes-nous donc ? Nous nous retrouvons avec un agenda plus solide et varié en ce qui concerne les études de fans. Avec une discipline qui reste solidement ancrée dans ses racines féministes. Avec un agenda de recherche qui cherche toujours à comprendre et à expliquer les communautés de fans, étant particulièrement donné les résistances hostiles vis-à-vis de telles ou telles activités de fans. Avec un appel à étendre la variété des communautés de fans que nous analysons et un développement vers un dialogue plus grand avec ceux qui étudient les soap opera, les sports, la célébrité et les musiques populaires. Avec un agenda qui ne craint pas de poser des questions complexes sur le fonctionnement des communautés de fans, pas toujours comme lieu de résistance culturelle mais aussi comme un lieu qui exclut systématiquement et structurellement certains groupes d’une participation pertinente et complète. Avec un appel à dialoguer avec des chercheurs du monde entier qui cherchent à mieux comprendre ce que signifie la culture de la participation dans leurs propres contextes locaux et comment les communautés de fans représentent une force transnationale parmi tant d’autres de la vie contemporaine. Avec un appel à creuser encore plus dans l’histoire des communautés, afin de comprendre les facteurs économiques et sociaux qui ont fait émerger les communautés de fans modernes et le rôle que les fans ont joué dans l’élaboration des conversations autour du culturel et du politique.

45Toutes ces zones sont des zones que les chercheurs, et en particulier les jeunes chercheurs, explorent déjà, dans des travaux pas encore connus à cause de la nature pluridisciplinaire des études de fans elles-mêmes et aux délais de publication qui gangrènent le milieu universitaire, mais des travaux qui vont modifier notre façon de penser et de faire de la recherche. Les études de fans seront, et ont toujours été, ce que nous en faisons collectivement. Je n’accepterai pas d’autres alternatives.

Haut de page

Bibliographie

Alcoff Linda and Potter Elizabeth (eds) (1992), Feminist Epistemologies, London : Routledge.

Allen Robert C. (1985). Speaking of Soap Operas, Chapel Hill : University of North Carolina Press.

Ang Ien (1985), Watching Dallas : Soap Opera and the Melodramatic Imagination, London : Methuen.

Bacon-Smith Camille (1992), Enterprising Women : Television Fandom and the Creation of Popular Myth, Philadelphia, PA : University of Pennsylvania Press.

Banet-Weiser Sarah (2013), Authentic (™) : The Politics of Ambivalence in Brand Culture, New York : New York University Press.

BBC (1963-89), Doctor Who, London : BBC. (Various producers during run.)

Belcher Catherine L. and Stephenson Becky Herr (2011), Teaching Harry Potter : The Power of Imagination in Multicultural Classrooms, New York : Palgrave.

Bennett Tony (1983), ‘Texts, readers, reading formations’, The Bulletin of the Midwest Modern Language Association, Spring, pp. 3-17.

Bennett Lucy (2014), ‘Tracing Textual Poachers : Reflections on the development of fan studies and digital fandom’, Journal of Fandom Studies, 2 :1, pp. 5-20.

Black Rebecca W. (2008), Adolescents and Online Fan Fiction, London : Peter Lange.

Bloom John (2002), ‘Cardboard patriarchy : Adult baseball card collecting and the nostalgia for a presexual past,’ in Henry Jenkins. Tara McPherson and Jane Shattuc (eds), Hop on Pop : The Politics and Pleasures of Popular Culture, Durham, NC : Duke University Press, pp. 66-87.

Bourdieu Pierre (1979 ; translated 1984), Distinction : A Social Critique of the Judgement of Taste (trans. Richard Nice), Cambridge, MA : Harvard University Press.

Bourdieu Pierre (1980), ‘The aristocracy of culture’ (trans. Richard Nice), Media, Culture and Society, 2 :3, pp. 225-54.

Brunson Charlotte (1987), ‘Men’s genres for women’, in Helen Baehr and Gillian Dyer (eds), Boxed In : Women and Television, New York : Pandora, pp. 184-202.

Brunsdon, Charlotte and Morley, David (1978), Everyday Television : ‘Nationwide’, London : BFI.

Brough Melissa M. and Shresthova Sangita (2012), ‘Fandom meets activism : Rethinking civic and political participation’, Transformative Works and Cultures, 10, http://journal.transformativeworks.org/index.php/twc/article/view/303/265. Accessed 29 May 2014.

Cameron James (2009), Avatar, Los Angeles : Lightstorm Entertainment.

Campbell John Edward (2014), ‘Whistle while you work : Alienation, exploitation, and the immaterial labor of Disney fans’, paper presented as part of ‘Audiences and fans : From Disney fans to the nursing home’, Paper Session, Annual Conference of the International Communication Association, Seattle, WA, 25 May.

Chvany Peter A. (2002), ‘“Do we look like Ferengi capitalists to you ?” Star Trek’s Klingons as emergent virtual American ethnics’, in in Henry Jenkins. Tara McPherson and Jane Shattuc (eds), Hop on Pop : The Politics and Pleasures of Popular Culture, Durham, NC : Duke University Press, pp. 105-22.

Collins Suzanne (2008-2010), The Hunger Games trilogy (books). New York : Scholastic.

Condis Megan (2014), ‘No homosexuals in Star Wars ? BioWare, “gamer” identity, and the politics of privilege in a convergence culture’, Convergence, April 4.

Coppa Francesca (2014), ‘Fuck yeah, fandom is beautiful,” Journal of Fandom Studies, 2 :1, pp. 73-82.

Couldry Nick and Jenkins, Henry (2014), ‘Participations : Dialogues on the participatory promise of contemporary culture and politics’, International Journal of Communication, 8, pp. 1107-12.

Creekmur Corey K. and Doty Alexander (1995), Out in Culture : Gay, Lesbian and Queer Essays on Popular Culture, Durham, NC : Duke University Press.

Certeau Michel de (1980 ; translated 1984), The Practice of Everyday Life (trans. Steven Rendall), Berkeley : University of California Press.

Delaney Samuel (1998), “Racism and Science Fiction,” The New York Review of Science Fiction, 120, http://www.nyrsf.com/racism-and-science-fiction-.html

De Kosnik Abigail (2013), ‘Interrogating “free” fan labor’, Spreadable Media, http://spreadablemedia.org/essays/kosnik/. Accessed 29 May 2014.

Dibbell Julian (1993), ‘A rape in cyberspace’, The Village Voice, 21 December, http://www.juliandibbell.com/texts/bungle_vv.html. Accessed 29 May 2014.

Doty Alexander (1993), Making Things Perfectly Queer : Interpreting Mass Culture, Minneapolis : University of Minnesota Press.

Duffet Mark. (2013), Understanding Fandom : An Introduction to the Study of Media Fan Culture, London : Bloomsbury.

Earl Jennifer and Kimport Katrina (2009), ‘Movement societies and digital protest : Fan activism and other nonpolitical protest online’, Sociological Theory, 27 :3, pp. 220–43.

Fish Stanley (1982), Is There a Text in This Class ? : The Authority of Interpretive Communities, Cambridge, MA : Harvard University Press.

Fiske John (1992), ‘The cultural economy of fandom’, in Lisa Lewis (ed.), The Adoring Audience : Fan Culture and Popular Media, London : Routledge.

Flynn Elizabeth A. and Schweickart Patrocinio, P. (eds) (1986), Gender and Reading : Essays on Readers, Texts, and Contexts, Baltimore : Johns Hopkins University Press.

Ford Sam (2014), ‘Fan studies : Grappling with an “undisciplined” Discipline’, Journal of Fandom Studies, 2 :1, pp. 53-71.

Garber Eric, and Paleo Lin (1983), Uranian Worlds : A Reader’s Guide to Alternative Sexuality in Science Fiction and Fantasy, Boston : G. K. Hall.

Gatson Sarah N. and Reid Robin Anne (2011), ‘Race and ethnicity in fandom’, Transformative Works and Cultures, 8, http://journal.transformativeworks.org/index.php/twc/article/view/392/252. Accessed 29 May 2014.

Gray Jonathan (2012), ‘Of Snowspeeders and Imperial Walkers : Fannish play at the Wisconsin protests’, Transformative Works and Cultures, 10, http://journal.transformativeworks.org/index.php/twc/article/view/353/296. Accessed 29 May 2014.

Green Shoshanna, Jenkins Cynthia, and Jenkins Henry (1998), ‘“Normal female interest in men bonking” : Selections from the Terra Nostra Underground and Strange Bedfellows’, in Cheryl Harris and Alison Alexander (eds), Theorizing Fandom : Fans, Subcultures, and Identity, Caskill, NJ : Hampton Press, pp. 9-38.

Hall Stuart (1980), ‘Encoding/Decoding’, in Stuart Hall, Dorothy Hobson, Andrew Lowe, and Paul Willis (eds), Culture, Media, Language, London : Hutchinson, pp. 128-38.

Hall Stuart (1981 ; reprinted 1998), ‘Notes on Deconstructing “The Popular.”’ Reprinted in John Storey (ed.), Cultural Theory and Popular Culture : A Reader, New York : Pearson/Prentice-Hall, pp. 442-53.

Hall Stuart (1993), "What is "Black" in Black Popular Culture ?", Social Justice, Spring-Summer, v. 20, pp. 104-111.

Harris Cheryl, and Alexander, Alison (eds) (1998), Theorizing Fandom : Fans, Subculture and Identity, Cresskill, NJ : Hampton Press.

Hebdidge Dick (1979), Subculture : The Meaning of Style, London : Methuen.

Linda Herrera (2012), “Youth and Citizenship in the Digital Age : A View From Egypt,” Harvard Educational Review, vol. 82, No. 3, Fall, pp. 333-352.

Hills Matt (2014), ‘Doctor Who’s Textual Commemorators : Fandom, Collective Memory, and the Self-Commodification of Fanfac’, Journal of Fandom Studies, 2 :1, pp. 31-51.

Hobson Dorothy (1982), Crossroads : The Drama of a Soap Opera, London : Methuen.

Hoggett Paul, and Bishop Jeff (1986), Organizing Around Enthusiasms : Mutual Aid in Leisure, London : Comedia.

Holland Norman N. (1975), Five Readers Reading, New Haven, CT : Yale University Press.

Ito Mizuko (2012), ‘Contributors versus leechers : Fansubbing ethics and a hybrid public sphere’, in Ito Mizuko, Okabe Daisuke and Tsuji Izumi (eds), Fandom Unbound : Otaku Culture in a Connected World, New Haven, CT : Yale University Press.

Ito Mizuko, Baumer Sonja, Bittani Matteo, Boyd danah, Cody Rachel, Herr-Stephenson Becky, Horst Heather A., Lange Patricia G., Mahendran Dilan, Martinez Katynka Z., Pascoe C. J., Perkel Dan, Robinson Laura, Sims Christo and Tripp Lisa (2010), Hanging Out, Messing Around, and Geeking Out : Kids Living and Learning with New Media, Cambridge, MA : MIT Press.

Ito Mizuko, Okabe Daisuke, and Tsuji Izumi (eds), Fandom Unbound : Otaku Culture in a Connected World, New Haven, CT : Yale University Press.

Jenkins Henry (1992), Textual Poachers: Television Fans and Participatory Culture, New York : Routledge

Jenkins Henry (1995), “’Out of the Closet and Into the Universe’ : Queers and Star Trek,” in John Tulloch and Henry Jenkins, Science Fiction Audiences: Watching Star Trek and Doctor Who (London : Routledge), 237-266.

Jenkins Henry (2011), “What Happened Before YouTube ?,” in Jean Burgess and Joshua Green, YouTube : Online Video and Participatory Culture (London : Polity), 109-125.

Jenkins Henry (2012), ‘“Cultural acupuncture” : Fan activism and the Harry Potter Alliance’, Transformative Works and Cultures, 10, http://journal.transformativeworks.org/index.php/twc/article/view/305/259. Accessed 29 May 2014.

Jenkins Henry (2013), ‘Thinking critically about brand cultures : An interview with Sarah Banet-Weiser’, Confessions of an Aca-Fan, 10 April, http://henryjenkins.org/2013/04/thinking-critically-about-brand-cultures-an-interview-with-sarah-banet-weiser-part-one.html. Accessed 29 May 2014.

Jenkins Henry and Carpentier Nico (2013), ‘Theorizing participatory intensities : A conversation about participation and politics’, Convergences, 19 :3, pp. 265-86.

Jenkins Henry and Kelley Wyn with Clinton Katie, McWilliams Jenna, Pitts-Wiley Ricardo and Reilly Erin (2013), Reading in a Participatory Culture : Remixing Moby-Dick in the Literature Classroom, New York : Teacher’s College Press.

Jhally Sut and Lewis Justin (1992), Enlightened Racism : The Cosby Show, Audiences, and the Myth of the American Dream, Boulder, CO : Westview.

Jung Sun (2012) "Fan Activism, Cybervigilantism, and Othering Mechanisms in K-pop Fandom." In "Transformative Works and Fan Activism," edited by Henry Jenkins and Sangita Shresthova, special issue, Transformative Works and Cultures, no. 10. doi :10.3983/twc.2012.0300.

Kligler-Vilenchik Neta (2013), ‘“Decreasing world suck” : Fan communities, mechanisms of translation, and participatory politics’, University of Southern California Annenberg School for Communication and Journalism Media, Activism and Participatory Politics Project working paper, 24 June, http://www.slideshare.net/amandafo/decreasing-world-suck-working-paper-mapp-june-25-2013. Accessed 29 May 2014.

Kohan Jenji (2013-present), Orange is the New Black, Los Angeles : Lionsgate.

Lamb Patricia Frazer, and Veith, Diane L. (1986), ‘Romantic Myth, Transcendence and Star Trek Zines’, in Donald Palumbo (ed.), Erotic Universe : Sexuality and Fantastic Literature, New York : Greenwood, pp. 235-55.

Larsen Katherine (ed.) (2014a), Journal of Fandom Studies, 2 :1.

Larsen Katherine (2014b), ‘Moving forward looking back’, Journal of Fandom Studies, 2 :1, pp. 2-4.

Lewis Lisa A. (ed.) (1992), The Adoring Audience : Fan Culture and Popular Media, London : Routledge.

Li Cheuk Yin. 2012. "The Absence of Fan Activism in the Queer Fandom of Ho Denise Wan See (HOCC) in Hong Kong," edited by Henry Jenkins and Sangita Shresthova, special issue, Transformative Works and Cultures, no. 10. doi :10.3983/twc.2012.0325.

Loftus David (2002), Watching Sex : How Men Really Respond to Pornography, New York : Thunder’s Mouth.

Lopez Lori Kido (2011), ‘Fan activists and the politics of race in The Last Airbender’, International Journal of Cultural Studies, 15 :5, pp. 431-45.

Lucas George (1977-2005), Star Wars (film series), San Francisco : Lucasfilm.

Manjoo Farhad (2010), ‘How black people use Twitter’, Slate, 10 August, http://www.slate.com/articles/technology/technology/2010/08/how_black_people_use_twitter.single.html. Accessed 29 May 2014.

Merrick Helen (2009), The Secret Feminist Cabal : A Cultural History of Science Fiction Feminisms, Seattle, WA : Aqueduct.

McRobbie Angela (1980), ‘Settling Accounts with Subcultures : A Feminist Critique’, Screen Education, 34, pp. 37-49.

Mochocka Aleksandra (2013), ‘Participatory Poland (part seven) : Brafitting : From a participatory community to a marketing strategy, and from Poland to America’, Confessions of an Acafan, 06 December, http://henryjenkins.org/2013/12/participatory-poland-part-seven-brafitting-from-a-participatory-community-to-a-marketing-strategy-and-from-poland-to-america.html. Accessed 29 May 2014.

Morley David (1980), The ‘Nationwide’ Audience : Structure and Decoding, London : BFI.

Morrison Toni (1993), Playing in the Dark : Whiteness and the Literary Imagination (New York : Vintage).

Nightingale Virginia (1996), Studying Audiences : The Shock of the Real, London : Routledge.

Orci Roberto, Wiseman Len, Kurtzman Alex and Goffman Mark (2013-present), Sleepy Hollow, New Bern/Wilmington, NC : 20th Century Fox Television.

Penley Constance (1991a), ‘Brownian motion : Women, tactics and technology’, in Constance Penley and Andrew Ross (eds), Technoculture, Minneapolis, MN : University of Minnesota Press, pp. 135-61.

Penley Constance (1991b), ‘Feminism, psychoanalysis, and the study of popular culture’, in Lawrence Grossberg, Cary Nelson, and Paula Treichler (eds), Cultural Studies, New York : Routledge, pp. 479-500.

Pfister Rachel Cody (2014), Hats for House Elves : Connected Learning and Civic Engagement in Hogwarts at Ravelry, Irvine, CA : Digital Media and Learning Research Hub.

Pratt Mary Louise (1991), ‘The arts of the contact zone’, in Phyllis Franklin (ed.), Profession, 91, New York : Modern Language Association of America, pp. 33-40.

Punathambekar Aswin (2012), ‘On the ordinariness of participatory culture’, Transformative Works and Cultures, 10, http://journal.transformativeworks.org/index.php/twc/article/view/378/267. Accessed 29 May 2014.

Radway Janice (1984), Reading the Romance : Women, Patriarchy and Popular Literature, Chapel Hill, NC : University of North Carolina Press.

Rand Erica (1995), Barbie’s Queer Accessories, Durham, NC : Duke University Press.
Rand, Yardena (2005), Wide Open Spaces : Why We Love the Western (Cumberland, RI : Maverick Spirit Press).

Rehak Bob (2013), ‘Materializing monsters : Aurora models, garage kits, and the object practices of horror fandom’, Journal of Fandom Studies, 1 :1, pp. 37-45.

Reubens Paul (1986-1990), Pee-wee’s Playhouse, New York/Los Angeles : Pee-wee Pictures

Rheingold Howard (1993), The Virtual Community : Homesteading on the Electronic Frontier, New York : Addison-Wesley.

Rhimes Shonda (2012-present), Scandal, Los Angeles : ABC Studios.

Roddenberry Gene (1966-69), Star Trek, Los Angeles : Desilu Productions/Paramount Television.

Rosaldo, Renato (1989), Culture & Truth : The Remaking of Social Analysis, Boston : Beacon.

Ross Andrew (1991), Strange Weather : Culture, Science and Technology in the Age of Limits, London : Verso.

Rowling J. K. (1997-2007), Harry Potter (book series), London/New York : Bloomsbury/Arthur A. Levine.

Russ Joanna (1985), Magic Mommas, Trembling Sisters, and Perverts : Feminist Essays, Trumansberg, NY : Crossing.

Saler Michael T. (2012), As If : Modern Enchantment And the Literary History of Virtual Reality, New York : Oxford University Press.

Scott Suzanne (2009), ‘Repackaging fan culture : The regifting economy of ancillary content models’, Transformative Works and Cultures, 3, http://journal.transformativeworks.org/index.php/twc/article/view/150/122. Accessed 29 May 2014.

Scott Suzanne (2010), ‘Revenge of the fanboy : Convergence culture and the politics of incorporation’, Ph.D. diss., University of Southern California.

Stanfill Mel and Condis Megan (eds) (2014), ‘Special issue : Fandom and/as labor’, Transformative Works and Cultures, 15, http://journal.transformativeworks.org/index.php/twc/issue/view/16. Accessed on 29 May 2014.

Stanfill Mel (2011), ‘Doing fandom, (mis)doing whiteness : Hetronormativity, racialization and the discursive construction of fandom’, Transformative Works and Cultures, 8, http://journal.transformativeworks.org/index.php/twc/article/view/256/243. Accessed on 29 May 2014.

Terranova Tiziana (2000), ‘Free labor : Producing culture in the digital economy’, Social Text, 18 :2, pp. 35-58.

Trank Josh (2015), forthcoming Fantastic Four film. Los Angeles : 20th Century Fox.

Tulloch John (1995), ‘“We’re only a speck in the ocean” : The fans as powerless elite’, in John Tulloch and Henry Jenkins (eds), Science Fiction Audiences : Watching Doctor Who and Star Trek, London : Routledge, pp. 144-72.

Tulloch John and Jenkins Henry (1995), Science Fiction Audiences : Watching Doctor Who and Star Trek, London : Routledge.

Turk Tisha (2014), ‘Fan work : Labor, worth, and participation in fandom’s gift economy’, Transformative Works and Cultures, 15, http://journal.transformativeworks.org/index.php/twc/article/view/518/428. Accessed 29 May 2014.

Tushnet Rebecca (2014), ‘“I’m a lawyer, not an ethnographer, Jim” : Textual Poachers and fair use’, Journal of Fandom Studies, 2 :1, pp. 21-30.

TWC Editor (2009), “Pattern Recognition : A Dialogue on Racism in Fandom,” Transformative Works and Cultures, No. 3, http://dx.doi.org/10.3983/twc.2009.0172.

Williams Raymond (1958 ; reprinted in 2001), ‘Culture is Ordinary’. Reprinted in Ben Highmore (ed.), The Everyday Life Reader (London : Routledge, 2001), pp. 91-100.

Yockey, Matt (2013), “Monster mashups : At home with famous monsters of filmland’, Journal of Fandom Studies, 1 :1, pp. 65-86.

Zarzycka Agata, and Deszcz-Tryhubczak Justyna (2013), ‘Participatory Poland (part one) : Participatory Poland—An introduction’, Confessions of an Aca-Fan, 22 November, http://henryjenkins.org/2013/11/participatory-poland-part-one-participatory-poland-an-introduction.html. Accessed 29 May 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henry Jenkins, « Panorama historique des études de fans », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1645 ; DOI : 10.4000/rfsic.1645

Haut de page

Auteur

Henry Jenkins

Henry Jenkins est Provost au département Communication, Journalism, Cinematic arts and Education de l’Université USC, Los Angeles. Il a dirigé le Comparative Media Studies du MIT entre 1993 et 2009 où il a mené des recherches sur la culture de la participation, les fans et le Transmedia Storytelling. Son ouvrage Convergence Culture pose les bases de compréhension d’un nouvel écosystème médiatique, de la convergence technologique et culturelle et des stratégies transmédiatiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page