Navigation – Plan du site
Émergences
Les fans studies : enjeux et perspectives de la recherche sur les fans en France
Contexte et historique – Fan Studies : état des lieux

Les fans studies en question : perspectives et enjeux

Mélanie Bourdaa

Texte intégral

Nous remercions les membres du Comité Scientifique de réseau GREF (Groupe de Recherche sur les Etudes de Fans) pour leurs évaluations des articles soumis. https://etudesfans.wordpress.com/comite-scientifique/

1Marginalisés jusqu’aux travaux pionniers de Henry Jenkins, Lisa Lewis et Camille Bacon-Smith (1992), les fans acquièrent aujourd’hui une nouvelle reconnaissance et une nouvelle visibilité grâce à la réappropriation des nouvelles technologies dans lesquelles ils voient un moyen d’exprimer leur créativité et de se retrouver dans une même communauté (Bourdaa, 2012).

Les fans à l’heure de la convergence technologique

2Depuis l’introduction des nouvelles technologies dans le paysage médiatique et principalement audiovisuel, plusieurs chercheurs anglo-saxons ont concentré leurs recherches sur le phénomène des fans à l’heure de la convergence numérique (Booth, 2010 ; Jenkins, 2006 ; Hills, 2002). Nancy Baym (2000) a proposé la notion de « communauté de pratiques » et Wiltse (2004) celle de « communautés d’affiliation » afin de mettre en évidence les activités créatrices et collaboratives des fans sur Internet dans un lieu commun, le fandom. Sharon Marie Ross (2009) pointe l’importance de l’appartenance à une communauté interprétative active et spécialisée. Roberta Pearson (2010) grâce à une étude empirique auprès de fans de séries télévisées, a montré que l’évolution numérique a eu un profond impact sur la culture fan et a brouillé les frontières entre production et réception. Cela rejoint les affirmations de Jenkins, « les fans de médias sont des consommateurs qui produisent, des lecteurs qui écrivent et des spectateurs qui participent » (Jenkins, 2008 : 212).

3En France, le phénomène des fans est de plus en plus étudié en sociologie des publics mais également en Sciences de l’Information et de la Communication, deux champs de sciences humains et sociales qui convoquent des approches et des méthodologies pluridisciplinaires. L’étude pionnière ethnographique de Dominique Pasquier (1999) sur l’analyse de la réception de Hélène et les Garçons par un public adolescent a ouvert la voie à plusieurs études. Cette recherche a permis de mettre en évidence la série comme phénomène de socialisation auprès des jeunes téléspectatrices. Elle écrit que « la famille constitue le premier cercle de sociabilité télévisuelle. La télévision est ensuite l’objet d’échange dans une multitude d’autres communautés sociales, à l’école, sur le lieu de travail, dans le voisinage, dans les lieux de loisirs ou de vacances. Elle est aussi l’objet de nombreuses pratiques collectives : jeux de rôles, échanges de d’objets, de jouets, de vêtements, d’images » (Pasquier, 1999 : 177). Dominique Pasquier mettait déjà l’accent sur ce qui fait la force du fandom : une communauté, des pratiques de réception actives, des activités collaboratives. Dans son sillage, Philippe Le Guern (2002) proposait dans un ouvrage collectif différentes analyses du phénomène en le rapprochant des œuvres (musicales, audiovisuelles) cultes. Plus récemment (Le Guern, 2009), il pose la question de la légitimité des études de fans, en s’appuyant sur un état des lieux structurant des études sociologiques des publics. Patrick Flichy (2010) reprend les théories anglo-saxonnes des études de réception et de fan et met en avant le fait que les nouvelles technologies ont favorisé un « sacre de l’amateur » et un développement communautaire sur Internet. De jeunes chercheurs (Bourdaa ; François ; Martin ; Peyron) s’attachent quant à eux à analyser le phénomène des cultures fan et geek sous l’angle de l’activité créatrice et de la production d’œuvres (fanfictions, mashups, remix).

Les fans à l’heure de la convergence culturelle

4Les fans représentent non seulement un exemple de créativité mais également de performance et d’engagement en ce qui concerne les pratiques sociales et culturelles. La réception n’est plus juste assimilée à une consommation d’un produit culturel mais aussi à un déplacement continu entre créativité, choix tactiques, engagement (et parfois, refus, cela va de soi), et construction identitaire. La culture fan est une culture de la participation à travers laquelle les fans explorent et questionnent les idéologies de la culture de masse, en se positionnant parfois à l’intérieur et parfois à l’extérieur de la logique culturelle du divertissement commercial.

  • 1 Les fans de la série télévisée Pretty Little Liars se retrouve autour du hashtag #BooRadleyVanCulle (...)
  • 2 Sous-titrage des épisodes d’une série, d’un film, d’un anime par les fans.

5Les nombreuses activités qu’ils « performent » à l’intérieur de leur communauté et qu’ils font circuler (Jenkins et al. 2013) dans la sphère publique témoignent de leur productivité et de leur réflexivité. Nous avons proposé une typologie de ces activités, pour mettre en valeur la production de contenus des fans, que nous déclinons en 5 catégories. La première catégorie met en avant la création du lien social, à l’œuvre dans la création même de la communauté virtuelle. Ce lien social se retrouve également lors des conventions de fans mais également dans le phénomène du live-tweet, qui recrée une pseudo expérience de visionnage communautaire à travers la création de hashtags officiels (émanant de la production elle-même) ou non officiels (émanant des fans eux-mêmes invitant souvent à une lecture ironique ou décalée du programme1). Les fans peuvent également jouer le rôle de médiateur culturel à travers l’activité du fansubbing2. Ce travail en équipe bien rôdée (Bourdaa, Cholet, 2014), datant des années quatre-vingt et de l’avènement des Manga et anime japonais, permet aux fans de légitimer les produits culturels en les proposant en version originale sous-titrée sur le modèle de la cinéphilie. Ils permettent également à des produits culturels nationaux de circuler dans d’autres espaces culturels. L’intelligence collective (Lévy, 1994) est également à l’œuvre dans les activités de fans. Elle est particulièrement mise en évidence dans la réception d’univers narratifs transmédiatiques (Jenkins, 2006) éclatés sur plusieurs plateformes médiatiques. Les fans créent alors des wiki, véritable encyclopédie de l’univers narratif, agrégeant leurs découvertes sur une même plateforme collaborative (Mittell, 2009). La quatrième catégorie relève de la créativité, inhérente à toute communauté de fans productrice de contenus. Cette créativité peut être symbolisée par l’écriture de fanfictions, l’édition de fanvidéos, le montage de fanarts, la mise en place de Tumblr par exemple, révélant ce que Jenkins a nommé le « phénomène de performance » (Jenkins, 2012). La dernière activité concerne l’engagement civique et l’activisme (Bourdaa, 2015). Les fans redirigent alors leur énergie vers la défense de causes caritatives, sociales ou politiques. C’est ce que Andrew Slack co-fondateur de la Harry Potter Alliance appelle « l’acuponcture culturelle », qui favorise une participation civique en s’inspirant des problèmes de la fiction pour résoudre des problèmes de la vie réelle.

Les fan studies en perspective

6Les enjeux liés aux études de fans sont explorés en quatre thématiques, qui proposent des pistes méthodologiques et théoriques pour mieux appréhender les analyses sur les fans, leur identité et leurs activités.

7Pour ouvrir ce dossier, Henry Jenkins, pionnier des études de fans, propose un panorama historique sur les études de fans et un regard croisé avec les études de genre, mettant en avant l’apport de la pluridisciplinarité à ce champ de recherche. Remontant aux origines, Jenkins souligne l’importance des études féministes pour comprendre les fonctionnements des fandoms. En considérant le futur des études de fans, Jenkins propose de « se pencher sur les zones encore non explorées », pour lui les fans de minorités ethniques et sexuelles.

8La deuxième partie du dossier pose la question de la légitimité de l’ « aca-fan », un terme controversé désignant des chercheurs analysant les communautés de fans auxquelles ils participent. Cécile Cristofari et Matthieu J. Guitton reviennent sur le paradoxe de l’aca-fan, à savoir l’ambivalence entre la position d’observateur participant à une communauté qui « représente un bénéfice non négligeable » et la prise de recul nécessaire pour cette analyse académique. Cependant, pour les deux chercheurs, cette position de recherche pose des questions théoriques, méthodologique mais également éthiques notamment dans le contexte de convergence technologique et culturelle des fan studies actuelles. De leur côté, Céline Lacroix et Bruno Cailler souligne la mise en tension permanente entre les discours produits par les fans eux-mêmes et ceux produits par les universitaires sur les productions des fans. En prenant comme étude de cas un dispositif transmédiatique, et en utilisant une approche sémio-pragmatique, ils montrent comment « La question de l’individualité d’un auteur est déplacée vers la question d’un collectif d’écriture, plus finement vers des agencements collectifs d’énonciation ».

9La troisième partie interroge précisément ce point de tension entre individualité et collectif dans les pratiques et communautés de fans. Pour David Peyron, le fait même de choisir un nom de communauté participe de l’effet identitaire des fans, de leur mobilisation, parfois activiste comme cela est le cas pour les Little Monsters fans de Lady Gaga, à l’heure de la convergence technologique, et de leur existence même. Parfois, cela met en tension les rapports entre fans et industries culturelles, dans un phénomène de résistance, ou de réappropriation, propre aux cultures fans. En s’appuyant sur une étude empirique de 3 ans sur les School Shootings sur la plateforme de vidéo participative YouTube, Nathalie Patton revient sur le phénomène identificatoire aux tueurs. Cette construction identitaire des fans par la violence individuelle est mise en tension avec limites des injonctions contemporaines à l’individuation.

10La dernière partie du dossier offre un support méthodologique pour analyser la culture fan. Dans un premier temps, Lozano Delmar, Sanchez-Martin et Plaza tentent de dresser un portrait robot du fan espagnol. La méthodologie quantitative et statistique obtenue via la mise en ligne d’un questionnaire ouvert sur les réseaux sociaux et son traitement avec un logiciel spécifique permet de mettre en évidence les qualités socio-démographiques, participatives (ou non) et consommatrices des fans en Espagne. Il en ressort que « la composante sociale coïncide avec le concept d’audiences actives et participatives mais aussi avec l’activisme, caractéristiques de ce type de spectateur (Jenkins, 2010), en plus de contraster (avec les options de loisir) avec les vieux stéréotypes culturels qui cataloguent le fan comme « culturellement limité, comme un inadapté socialement et comme un consommateur ignorant ». (2010 : 37) ». Enfin, Claire Cornillon, à travers une étude de cas des Previously On dans la série de fantasy américaine Supernatural, montre les régimes de références à l’œuvre dans les créations de fans mais également, par renvoi et par miroir, dans les productions officielles des producteurs. Un aller-retour permanent entre productions canoniques et productions faniques permet de nourrir la construction de régime de valeurs communes pour les fans.

Haut de page

Bibliographie

Baym N., 2000, Tune in. Log on. Soaps, fandom and online community, Londres, Sage Publications.

Booth P., 2010, Digital Fandom. New media studies, New York, Peter Lang.

Bourdaa M., 2015, « Les fans de Hunger Games : de la fiction à l’engagement », InaGlobal, http://www.inaglobal.fr/cinema/article/les-fans-de-hunger-games-de-la-fiction-lengagement-8191?tq=3 (consulté le 28 août 2015)

Bourdaa M., Chollet M., 2014, « Sous-titrage en séries », Le Monde Diplomatique.

Bourdaa M., 2012, « Taking a break from all your worries : Battlestar Galactica et les nouvelles pratiques télévisuelles des fans », Questions de Communication, n° 22. pp. 235-250.

Flichy P., 2010, Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère du numérique, Paris, Éditions du Seuil « La République des idées ».

François S., 2009, « Fanf(r)ictions. Tensions identitaires et relationnelles chez les auteurs de récits de fans », pp. 157-190, Réseaux « Passionnés, fans et amateurs », n° 153.

Jenkins H., 2008, « La filk et la construction sociale de la communauté de fans de science-fiction », pp. 212-222, in Glévarec H., Macé E, Maigret E., dir., Cultural Studies. Anthologie. Paris, Armand Colin / INA.

Jenkins H., 2006, Convergence Culture. Where old and new media collide, New York, NYU Press.

Jenkins H., 2012, "’Cultural Acupuncture’ : Fan Activism and the Harry Potter Alliance.", Transformative Works and Cultures, « Transformative Works and Fan Activism », n° 10. doi :10.3983/twc.2012.0305. (consulté le 28 Août 2015).

Le Guern Ph., dir, 2002, Les cultes médiatiques. Culture fan et œuvres cultes, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Le Guern Ph., 2009, « No matter what they do, they can never let you down…Entre esthétique et politique : sociologie des fans, un bilan critique », pp. 19-54, Réseaux « Passionnés, fans et amateurs », 27, n° 153.

Lévy P., 1994, L’intelligence collective. Pour une anthropologie du cyberspace, Paris, La découverte.

Mittell J., 2009, « Sites of participation : Wiki fandom and the case of Lostpedia », in Journal of Transformative Works and Cultures, n° 3. Disponible en ligne http://journal.transformativeworks.org/index.php/twc/article/view/118 (consulté le 28 Aout 2015).

Pasquier D, 1999, La Culture des Sentiments, Paris, Maison des Sciences de l’Homme.

Peyron D., 2013, La Culture Geek, Limoges, Fyp Editions collection « Innovation ».

Wiltse Ed, 2004, « Fans, geeks and nerds and the politics of Online Communities », Proceedings of the Media Ecology Association, 5.

Haut de page

Notes

1 Les fans de la série télévisée Pretty Little Liars se retrouve autour du hashtag #BooRadleyVanCullen lors de la diffusion des épisodes pour partager leur expérience de réception ironique, se moquant des intrigues et des personnages. Ce hashtag est seulement connu des fans, renforçant ainsi le sentiment d’appartenance à une communauté.

2 Sous-titrage des épisodes d’une série, d’un film, d’un anime par les fans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Bourdaa, « Les fans studies en question : perspectives et enjeux », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 23 novembre 2015, consulté le 22 février 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1644

Haut de page

Auteur

Mélanie Bourdaa

Mélanie Bourdaa est Maître De Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bordeaux 3, laboratoire MICA. Elle analyse la réception des séries télévisées américaines contemporaines par les fans, et les stratégies de productions (Transmedia Storytelling). Elle a créé le GREF (Groupe de Recherche et d’Études sur les Fans) qui regroupe des chercheurs francophones travaillant sur ces sujets http://etudesfans.wordpress.com/. Elle a récemment coordonné un numéro spécial de la revue Terminal consacré au Transmedia Storytelling. Elle a écrit des articles sur les stratégies Transmedia de la série Fringe et sur les pratiques de réception des fans. Elle a organisé un séminaire de recherche sur la Convergence Culturelle et les stratégies Transmedia à l’Université de Bordeaux 3 (2012 – 2013). Elle a également piloté le MOOC « Comprendre le Transmedia Storytelling » hébergé sur la plateforme FUN (1re session janvier-mars 2014/2e session Janvier-mars 2015).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page