Navigation – Plan du site
Émergences
Ethos, leader et charisme. La personnalisation du discours politique en Amérique(s) et en Europe

Mécanisme d’incorporation de l’ethos réfléchi chez les leaders sud-américains

Paula Camila Mesti, Rilmara Rôsy Lima et Roberto Leiser Baronas

Résumés

Suivant les enseignements de Maingueneau (2010), l’ethos peut entre autres être élaboré à partir des photos qui, inévitablement, conduisent à la construction de l’ethos. Pour cela et pour observer un corpus d’analyse constitué de trois interviews retransmises à la télévision des personnages politiques féminins, Michelle Bachelet (Chili), Cristina Fernández de Kirchner (Argentine) et Dilma Rousseff (Brésil), le présent travail va aborder la question suivante : est-il possible de construire un mécanisme discursif qui démontre un processus d’incorporation des ethé construits dans les énoncés réalisés par les énonciateurs intervieweurs ? Ainsi, ce travail a comme objectif : a) d’analyser et de comparer les différents modes de construction et de fixation des ethé produits par ces femmes leaders ; b) de vérifier comment les ethé pré-discursifs sont construits dans les discours des reporters/des journalistes, en observant les effets que ces constructions peuvent produire ; et c) de démontrer comment le mécanisme discursif construit l’ethos réfléchi et l’ethos confirmé.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1« Oui, la femme peut » – cet énoncé a été produit par la présidente Dilma Rousseff lors de son premier discours après sa victoire aux élections présidentielles brésiliennes en 2010. On peut dire qu’il est la synthèse des changements économiques, sociaux, culturels et politiques qui ont eu lieu et sont encore à l’état latent dans plusieurs pays. En politique, l’entrée de la femme et la conquête de son espace ont été tardives, pourtant, la lutte des femmes pour l’égalité sociale, pour la parité politique, pour l’envie de changement a déjà engendré le début d’une transformation sociale : en Amérique du sud, par exemple, des leaders politiques femmes occupent les postes les plus élevés dans une démocratie.

2En se basant sur les transformations du discours politique contemporain, sur la présence de la femme en politique et sur le dispositif théorique de l’Analyse du Discours, cet article aborde les moyens de construction des images de soi que le sujets politiques féminins, Michelle Bachelet (Parti Socialiste – Chili), Cristina Fernández de Kirchner (Parti Justicialiste – Argentine) et Dilma Rousseff (Parti des Travailleurs – Brésil) présentent dans leurs énoncés dans des interviews retransmises à la télévision. Ainsi, ce travail vise à vérifier comment des ethé pré-discursifs sont construits dans les énoncés de reporters et de journalistes, en observant les effets que ces constructions peuvent produire.

3Pour que cet objectif soit atteint, ce texte a été organisé en trois parties différentes : a) la reprise de quelques réflexions théoriques sur la notion d’ethos ; b) la présentation du mécanisme discursif d’incorporation de l’ethos réfléchi, et c) l’exposition des analyses des fragments des interviews qui démontrent le processus discursif de l’ethos réfléchi et de l’ethos discursif. Ainsi, cet article présente la proposition, le développement et l’application de la notion d’ethos réfléchi – ce dernier serait l’image de l’énonciateur interviewé (le sujet politique) construite dans le discours de l’énonciateur intervieweur et qui peut être interprétée par le destinataire (co-énonciateur interprète) comme ethos confirmé ou ethos non-confirmé.

Quelques considérations sur le concept d’ethos

  • 1 Galit Haddad, « Ethos prévio e ethos discursivo : o exemplo de Romain Rolland », dans Ruth Amossy ( (...)
  • 2 Dominique Maingueneau, Cenas da enunciação, São Paulo, Parábola Editorial, 2008a, p. 60.
  • 3 Ruth Amossy, « Da noção teórica à análise do discurso », dans Amossy Ruth (sous la dir. de), Imagen (...)
  • 4 Patrick Charaudeau, Discurso Político, São Paulo, Contexto, 2008, p. 86.

4Parce qu’il s’agit d’un concept complexe et utilisé depuis longtemps, il est compréhensible qu’il existe certaines différences entre les approches théoriques et entre les auteurs. Par exemple, certains auteurs soutiennent que l’ethos est un élément existant a priori, c’est-à-dire, avant l’énonciation. Haddad1 précise que l’ethos pré-discursif est l’image que le public possède déjà du locuteur au moment où il prend la parole. D’autre part, Maingueneau, explique qu’il est difficile de caractériser l’ethos pré-discursif quand il s’agit d’un discours politique, puisque « […] la plupart des locuteurs, constamment présents dans la scène médiatique, sont déjà associés à une sorte d’ethos que chaque énonciation peut confirmer ou réfuter »2. D’autres chercheurs articulent la théorie de l’argumentation avec l’analyse du discours : Amossy3 introduit la notion de stéréotype dans l’analyse de l’ethos. Dans ce cadre, il est considéré qu’il existe une relation entre la construction d’une image de soi et une représentation collective cristallisée. En sémiolinguistique, la construction d’un ethos est une attitude inhérente aux êtres humains, puisque tout acte de langue passe à travers ce mécanisme. Charaudeau stipule qu’« […] à partir du moment où nous parlons, apparaît une image de ce que nous sommes à travers ce que nous disons »4.

  • 5 Dominique Maingueneau, op. cit., 2008a.

5La question développée par Maingueneau vise à articuler le corps et le discours, au-delà de l’opposition entre oral et écrit. En suivant les études réalisées par cet auteur, on peut comprendre que la notion d’ethos est en accord avec certaines idées découlant de la Rhétorique d’Aristote, en particulier dans ces trois aspects : a) parce qu’il est constitué par le discours, l’ethos n’est pas une « image » du lecteur extérieure à la parole, mais une notion discursive ; b) c’est un processus interactif d’influence sur l’autre ; c) c’est une notion socio-discursive qui ne peut pas être comprise en dehors d’une situation de communication précise. En ce qui concerne sa conception de l’ethos, Maingueneau5 stipule que son point de vue va bien au-delà du cadre de l’argumentation. En plus de la persuasion par des arguments, la notion d’ethos permet de réfléchir sur le processus plus général de l’adhésion des sujets à un certain positionnement.

  • 6 Dominique Maingueneau, « Ethos, cenografia, incorporação », dans Ruth Amossy (sous la dir. de), op. (...)
  • 7 Dominique Maingueneau, op. cit., 2008a.

6Dans la théorie élaborée par Maingueneau6, la question de l’« incorporation » apparaît pour désigner la manière dont les co-énonciateurs intègrent l’ethos d’un discours et cette notion peut agir sur trois points : a) le texte de l’énonciation confère une corporéité au garant, il donne un corps ; b) le co-énonciateur incorpore, assimile un ensemble d’éléments qui se répondent et se rapportent au monde ; c) ces deux premiers modes d’incorporation permettent la constitution d’un corps, de la communauté imaginaire de ceux qui adhèrent au même discours. Pour que cette incorporation se produise, l’ethos peut être construit dans le discours de deux manières différentes : il peut être dit ou montré. Comme le souligne Maingueneau7, l’ethos dit se compose de fragments de textes dans lesquels l’énonciateur évoque sa propre énonciation. D’autre part, l’ethos montré, considéré par Maingueneau comme le véritable ethos discursif, est construit par le co-énonciateur (le destinataire) à partir de traces laissées dans l’énonciation.

  • 8 Dominique Maingueneau, « Retour critique sur l’ethos », Langage & Société, 2014, n° 149, p. 32-36.

7Actuellement, la notion d’ethos présente de nombreuses difficultés en raison de la multiplication des travaux sur ce sujet, ce qui révèle la nécessité de réflexions théoriques et méthodologiques continues. Dans un de ses articles, Maingueneau8 affirme que la conception habituelle de l’ethos discursif est insuffisante, il présente donc certaines modifications de cette notion en réfléchissant à la complexité des stratégies que les destinateurs doivent mobiliser pour proposer un ethos de l’énonciateur.

  • 9 Ibid., p. 35.

8Dans son travail de recherche, Maingueneau utilise comme corpus d’analyse des textes publiés sur les sites des réseaux sociaux, textes dans lesquels les individus parlent d’eux-mêmes. Cet auteur explique que ces textes sont intéressants pour l’analyse lorsque le processus d’attribution d’un ethos au locuteur n’est pas évident. Ainsi, Maingueneau9 présente trois stratégies de gestion de la relation entre l’ethos dit et l’ethos montré : a) établir une rupture entre les deux ethos par un effacement de l’ethos ; b) produire une convergence – soutenir l’ethos dit par l’ethos montré et stabiliser l’ethos montré pour aider l’ethos dit, et c) faire disparaître l’ethos dit et s’intéresser seulement à l’ethos montré. Nous pensons que cette approche est intéressante en apportant un cadre théorique et méthodologique à notre travail, principalement parce que, comme Maingueneau, nous n’aborderons pas les questions de la réception du texte, nous allons seulement discuter des possibilités d’interprétation de l’incorporation de l’ethos discursif.

Ethos réfléchi, ethos confirmé et ethos discursif : la nécessité de déplacements théoriques ?

  • 10 Op. cit., p. 288.
  • 11 Paula Camila Mesti, Análise discursiva dos ethé de um sujeito político em campanha eleitoral, Marin (...)

9Dans les études de Charaudeau10, il est indiqué que l’ethos n’est pas non plus construit par le politicien lui-même, mais qu’il correspond à l’image de celui-ci qui résulte de ses propres stratégies et de ce qui lui est attribué par le public, par les rumeurs et les médias. En s’appuyant sur cette proposition, Mesti11 a réalisé une étude dans laquelle il a été constaté qu’il y a des situations dans lesquelles l’image construite du sujet politique n’est pas légitimée par son propre discours, mais par d’autres, qui « témoignent » en sa faveur.

  • 12 Dominique Maingueneau, Doze conceitos em análise do discurso, São Paulo, Parábola Editorial, 2010, (...)
  • 13 Ibid., p. 84.

10Dans son travail, Maingueneau12 aborde la question de l’ethos et de la présentation de soi qui sont générés sur les réseaux sociaux. En analysant les annoncés sur ces sites, dont le but est de valoriser l’orateur lui-même, Maingueneau explique que l’ethos peut se manifester de quatre manières différentes : a) par le pseudonyme adopté par l’annonceur ; b) comme ethos dit – l’annonceur dit et valorise ses vertus ; c) comme ethos montré – l’énonciation permet d’appréhender des informations montrant une image de l’énonciateur ; d) comme ethos construit à partir des photos de l’annonceur – qui peuvent être convergentes ou divergentes de l’ethos discursif. Pour cet auteur, les photos « […] inévitablement conduisent le bénéficiaire à construire un ethos »13.

11À partir de ces réflexions sur l’ethos discursif et pré-discursif, l’observation du corpus d’analyse de cet article et les caractéristiques spécifiques du genre discursif de l’interview télévisée soulèvent de nombreuses questions, la principale d’entre elles étant : si l’ethos peut être légitimé en dehors du discours (par les sujets, par les photos), comment le mécanisme discursif permettrait-il au co-énonciateur d’incorporer l’ethos d’une présidente à partir d’une image construite dans l’énoncé réalisé par un autre énonciateur – un journaliste – dans une interview télévisée ?

12Les contraintes imposées par le genre interview télévisée ont montré qu’il était nécessaire de faire des changements afin d’analyser correctement le mécanisme discursif des scènes d’énonciation avec interaction, de sorte que les hypothèses théoriques défendues par le travail de Maingueneau sont à la base de cette autre approche. Les images construites dans l’énonciation sont produites par deux sujets différents – l’intervieweur et l’interviewé – chacun produisant une image de lui-même et des autres, interférant avec les moyens d’incorporation de l’ethos de la part du co-énonciateur interprète. Nous avons réalisé ci-dessous un schéma qui montre le fonctionnement du mécanisme discursif incorporant l’ethos réfléchi :

Mécanisme discursif d’incorporation de l’ethos réfléchi

Mécanisme discursif d’incorporation de l’ethos réfléchi

13Ce schéma nous permet de noter que le processus d’incorporation de l’ethos produit par des scènes énonciatives réelles, validées et interactives est complexe, circulaire et doit être lu dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Son début, sa base, est la connaissance de stéréotypes des mondes éthiques que l’énonciateur intervieweur, l’énonciateur interviewé et le co-énonciateur interprète possèdent. On peut penser que les interviews télévisées sont caractérisées par des questions et des réponses, où chaque énoncé a son rôle et son temps de parole, l’analyse de l’ethos commence donc par l’énoncé que l’intervieweur produit, la question qu’il pose à son interlocuteur. Pour pouvoir poser une question, il est nécessaire d’avoir des informations sur la personne interviewée (professionnelles et/ou personnelles). Ces dernières sont liées à des stéréotypes, ainsi l’énonciateur intervieweur a déjà incorporé un ethos pré-discursif de l’interviewé, et souvent, cette image se retrouve dans son énoncé.

14Face à cette déclaration et avec la question posée par l’énonciateur intervieweur, le co-énonciateur interprète reçoit une image déjà construite. C’est ce qu’on appelle ici l’ethos réfléchi. Ce nom est dû au fait qu’il n’y a pas d’image réelle du sujet politique mais une image qui reflète la vision de l’intervieweur (énonciateur) de la personne interrogée, une représentation du réel. Cet ethos réfléchi est intégré par le co-énonciateur interprète et peut être considéré comme ethos confirmé ou ethos non-confirmé, en fonction de la connaissance préalable du sujet politique en question. Il sera considéré comme ethos confirmé lorsque l’interprète co-énonciateur rejoindra l’ethos réfléchi produit par l’énonciateur intervieweur ; et comme ethos non-confirmé, en l’absence de cette adhésion, lorsque le co-énonciateur interprète ne sera pas d’accord et/ou n’acceptera pas l’image reflétée par l’énoncé de l’intervieweur. L’ethos confirmé devient responsable de la modification (positivement ou négativement) de la connaissance des co-énonciateurs interprètes des mondes éthiques et il peut modifier la constitution future de l’ethos effectif produit à partir des discours du sujet politique (l’énonciateur interviewé). L’ethos non-confirmé n’a pas d’effets car il ne provoque pas d’adhésion.

15Lors d’un changement de prise de parole lorsque le sujet politique prend la parole, devenant l’énonciateur interprète capable d’interpréter à nouveau, à ce moment-là deux voies sont possibles : l’accès direct à l’ethos discursif – qui pourrait être classé comme ethos dit ou ethos montré, comme le propose Maingueneau (2008a ; 2008b ; 2010) – ou le « rachat » de l’ethos confirmé, construit à partir de l’énoncé de l’énonciateur intervieweur ajouté à l’ethos discursif du sujet politique. La différence ici est que l’incorporation de l’ethos discursif (indépendamment de ce qui est dit ou montré) se fait par l’ethos confirmé, une image construite d’un sujet politique par le co-énonciateur interprète peut être comparée à l’ethos réfléchi engendré dans le discours de l’énonciateur intervieweur, de sorte que le co-énonciateur interprète aura l’occasion de réfléchir sur les ressemblances et les différences entre les types d’ethé que chaque énonciateur (intervieweur ou interviewé) met en scène.

Dispositif analytique : application de la proposition

16Afin de démontrer comment ce mécanisme fonctionne dans la pratique, des exemples d’analyses sont présentés pour faciliter la compréhension de ce processus. Le but de notre projet est de travailler sur des interviews télévisées qui ont été réalisées avec les trois présidentes sud-américaines. Pour cet article, nous avons choisi de faire des coupes dans le fichier et de n’utiliser comme corpus d’analyse que trois interviews après la victoire de ces présidentes dans les urnes. À partir des interviews sélectionnées, certaines comparaisons peuvent être faites.

17Ce tableau est proposé uniquement à des fins d’illustration, mais il permet certaines réflexions, par exemple, sur le nombre de questions lors de chaque interview : tandis que la présidente Rousseff a répondu à 15 questions en 15 minutes, la présidente Cristina Kirchner a répondu au même nombre de questions en utilisant quatre fois plus de temps. Après avoir analysé les interviews et avoir pris connaissance de ces données, il est possible de dire que cette variation dépend de la qualité des questions posées : les questions posées à Dilma sont plus courtes et moins complexes. Un autre fait qui se démarque est le contenu des questions posées. Les questions qui avaient un contenu personnel (comprenant la vie personnelle, l’enfance, la mémoire, le goût) provoquaient plus de réponses. Pourquoi ? Serait-ce lié au fait que les co-énonciateurs interprètes incorporent plus d’ethé d’identification ? Serait-il plus facile d’adhérer à ces images ? Ces analyses superficielles ont été uniquement réalisées pour démontrer qu’il y a beaucoup d’éléments qui doivent être observés, même s’ils ne sont pas davantage développés dans ce texte.

  • 14 Dominique Maingueneau, O contexto da obra literária : enunciação, escritor, sociedade, São Paulo, M (...)
  • 15 Ibid., p. 124.

18En se penchant sur les travaux de Maingueneau, on peut voir qu’il a une façon très particulière de caractériser le discours : c’est un événement marqué socio-historiquement et de dont le contenu ne peut être dissocié de la façon de légitimer les scènes énonciatives. Chaque discours suppose une scène énonciative et tout ethos est une partie intégrante de la scène d’énonciation. Nommée dans la littérature comme « mise en scène », « scénographie », « contexte sémiotique », « scène d’énonciation », entre autres, la scène énonciative correspond à la propre situation d’énonciation. Elle implique la définition des « […] conditions d’énonciateur et de co-énonciateur, mais aussi d’espace (topographie) et de temps (chronographie) à partir desquels se développe l’énonciation »14. La scène énonciative vise à souligner la prééminence et la préexistence de la position sociale à laquelle appartiennent les locuteurs et à partir de laquelle chacun conforte son identité. En fonction de cela, Maingueneau15 affirme qu’il y a trois points de vue pour choisir la scène d’énonciation. Le premier à travers le type de discours, le second à travers le genre du discours et le troisième implique une analyse directe des éléments énonciateurs dans la scène d’énonciation. Chacun reçoit respectivement les désignations suivantes : scène englobante, scène générique et scénographie.

19En se basant sur les postulats de Maingueneau, la scène englobante du corpus analysé ici indique un discours politique dont les partenaires se situent dans un espace-temps post-électoral. Chaque interview dépeint des femmes qui ont été choisies par le peuple pour, pour la première fois, occuper la fonction de président de la République dans leurs pays. Lors des interviews, l’intervieweur pose des questions pour obtenir des informations sur la personne interrogée. Les journalistes occupent des rôles d’intervieweurs et des positions d’énonciateur et de co-énonciateur. Les présidentes occupent les fonctions d’interviewées et aussi les positions d’énonciateur et de co-énonciateur de la scène d’énonciation. Ainsi, dans les trois vidéos analysées, le même cadre scénique est mis en place : une scénographie de conversation, de dialogue amical qui met en contact des personnes qui maintiennent une interaction avec l’autre et le co-énonciateur interprète qui entend/observe l’interaction entre les acteurs. Il nous a paru important de souligner que ces coïncidences dans la description des scènes d’énonciation sont dues au fait que le genre discursif de l’interview télévisée, bien qu’il comporte diverses scénographies, utilise très souvent des scénographies déjà validées, comme la conversation amicale.

  • 16 Ibid., p. 88.

20C’est dans la scène d’énonciation que vont émerger les ethé discursifs. Suite à la nomenclature proposée par Charaudeau16, les figures d’identité du sujet politique sont regroupées en deux typologies : a) les ethé de crédibilité – résultant de la construction d’une identité discursive que les autres jugent crédible, il est nécessaire pour cela que les conditions suivantes soient remplies : des conditions de sincérité (l’ethos sérieux), de performance (l’ethos vertueux) et de compétence (l’ethos compétent) ; b) les ethé d’identification – résultant d’une alchimie complexe faite de traits de caractère personnels, de la composante corporelle, des comportements, des déclarations verbales, particularités qui se trouvent regroupées dans les images qui définissent et donnent une image des politiciens comme étant aussi des personnes (l’ethos de puissance, de caractère, d’intelligence et d’humanité). Il convient de noter que, bien que cet article traite de la typologie d’ethos proposée par Charaudeau, le point de vue rhétorique-pragmatique de ce dernier ne sera pas abordé ici. De cette façon, seront présentés des exemples dont les énoncés produits par les énonciateurs intervieweurs ont permis la production d’ethé réfléchis à la fois de crédibilité et d’identification.

21Lors de l’interview télévisée avec la présidente Michelle Bachelet, l’intervieweur, Daniel Filmus, évoque le thème de la dictature avec la question suivante :

  • 17 Toutes les traductions ont été réalisées par nos soins.

(1) « Il y a l’une de vos phrases qui fait référence à l’Argentine : “Je n’ai pas la responsabilité de ce qui s’est passé à ce moment-là, mais j’ai la responsabilité que cela ne se répète pas”. Cette phrase m’a beaucoup marqué. Que devons-nous faire afin que cela ne se répète pas ? »17

22On peut dire que cet énoncé reflète une image de la présidente Bachelet qui n’a pas été produite par son propre discours, mais par le discours de l’intervieweur. Cette image est basée sur la connaissance des stéréotypes liés aux mondes éthiques et à l’ethos pré-discursif de l’intervieweur par rapport à l’interviewée qui pourraient créer un ethos réfléchi de crédibilité proche de l’ethos vertueux. Ainsi, le co-énonciateur interprète, voyant/entendant cet énoncé, sera face à une image construite/réfléchie de la présidente. Image qu’il peut incorporer en la transformant en un ethos confirmé, ou, rejeter en un ethos non-confirmé.

23Dans l’énoncé de l’énonciateur intervieweur, on peut observer que l’ethos vertueux, du fait que les images de la vertu se construisent au fil du temps, à partir de la réalité et des circonstances, met en évidence le fait que les apparences ne suffisent pas, mais qu’il est nécessaire d’être sincère, honnête et vertueux. Montrant qu’il connaît la trajectoire de l’interviewée, l’énonciateur intervieweur légitime l’ethos vertueux de la présidente lorsque qu’elle reconnaît les erreurs du passé et prend la responsabilité que ces erreurs ne se répètent pas. Du moment que l’interviewé répond à la question, le co-énonciateur interprète, après avoir intégré l’ethos réfléchi comme ethos confirmé ou non-confirmé, est en mesure d’intégrer l’ethos discursif de l’énonciateur interviewé, et, peut ensuite, incorporer l’ethos qu’il a construit à l’ethos réfléchi de l’énoncé de l’intervieweur.

24Contrairement à la question posée à Bachelet, dans la question adressée à Cristina Kirchner, on peut voir qu’il existe un ethos réfléchi d’identité, en particulier, un ethos de puissance dans la question formulée par l’énonciateur intervieweur :

(2) « D’où vient toute votre énergie, bien que vous soyez seule, pour consolider les récents acquis professionnels ? »

  • 18 Ibid., p. 139.

25Même en se référant à la compétence de la présidente, révélant l’ethos pré-discursif que l’énonciateur intervieweur a concernant l’interviewée, dans cet énoncé, c’est la question de la puissance qui prévaut. Selon Charaudeau, l’ethos de puissance est souvent associé à des hommes notamment parce qu’ils ont prouvé leur force physique personnelle à travers des rassemblements qui exaltent la puissance, et, en se présentant avec une voix hautaine et des mots forts. Dans cette perspective, cet ethos est utilisé pour véhiculer l’image qui voudrait qu’un homme politique ne soit pas « […] juste un homme de parole, mais aussi d’action »18. Ainsi, pour dépeindre les actions réussies de la présidente Kirchner, l’énonciateur intervieweur révèle dans son énoncé l’ethos réfléchi de puissance.

26En abordant le mécanisme discursif d’incorporation de l’ethos réfléchi, cette analyse peut être complétée pour expliquer que cet ethos réfléchi d’identification (qui marque la présence de l’ethos de puissance légitimé par l’énonciateur intervieweur) peut être incorporé ou non par le co-énonciateur interprète, ce qui en fait un ethos confirmé ou non-confirmé. Le reste du processus aura lieu par la suite au moment de l’énoncé prononcé par l’énonciateur interviewé (la présidente Cristina Kirchner).

27Il est possible d’observer dans ces deux exemples, ce qui semble être récurrents dans ce mécanisme d’incorporation de l’ethos réfléchi : que dans l’ethos discursif – d’abord proposé par Ducrot et développé par Maingueneau – l’image construite par le destinataire se réfère à l’énonciateur, le locuteur L, alors que dans l’ethos réfléchi, l’image est construite par l’énonciateur intervieweur et se réfère à un locuteur lambda. Autrement dit, l’ethos discursif ne doit pas être compris comme les attributs réels du locuteur, même s’il lui est associé, cet ensemble est une image construite dans/par le discours. En revanche, comme l’ethos réfléchi provient de l’ethos pré-discursif que l’énonciateur intervieweur a de l’énonciateur interviewé, l’image qui se construit reflète les actions, la personnalité et les événements de l’interviewé dans les relations de ce dernier avec le monde réel. Ainsi, l’ethos réfléchi concerne le locuteur lambda qui fait partie du monde et cet ethos est construit dans le discours de l’énonciateur intervieweur. Ce point permet de distinguer davantage les processus d’incorporation de l’ethos discursif et de l’ethos réfléchi.

28Comme l’ethos réfléchi construit par l’énonciateur intervieweur peut produire des effets négatifs qui font que l’énonciateur interviewé reconstruit un autre ethos discursif de lui-même, nous présenterons une analyse complète de l’intégration d’un mécanisme discursif de l’interview avec la présidente Dilma Rousseff.

L’énonciateur intervieweur pose la question suivante à la présidente :

(3) « Présidente, hier j’ai suivi votre premier discours après les élections, à un moment, vous étiez très émue, avec une voix tremblante, tout le monde pensait que vous alliez pleurer quand vous avez parlé du président Lula, quand vous l’avez remercié. Vos adieux au président Lula furent-ils l’un des moments les plus difficiles de la transition ? Et comment sera exactement la participation de Lula à votre gouvernement, puisque vous avez dit que vous aviez toujours frappé à sa porte ? »

29À ce stade, l’énoncé de l’intervieweur porte un imaginaire social qui caractérise les femmes comme fragiles, sensibles et susceptibles de pleurer. En affirmant que la présidente n’a pas pleuré, l’énonciateur intervieweur intègre dans son énoncé un ethos réfléchi négatif, un ethos insensible, car, où se situerait, dans ce cas, la sensibilité féminine quand tout le monde (citoyens, médias) pensent que la présidente pleurerait en remerciant le président Lula pour son soutien ? À partir cet ethos réfléchi négatif, l’image d’insensible peut être incorporée dans l’ethos confirmé produit par l’énonciateur interprète, ou simplement, il peut ne pas être validé, en fonction de l’ethos pré-discursif qu’il a de la femme politique Dilma Rousseff.

30Dans la continuité du processus discursif d’incorporation de l’ethos, on peut dire que la réponse donnée par l’énonciateur interviewé montre qu’une image négative de cette femme publique a été construite :

(4) « Adriana, je pense que tu as bien réussi à gérer cette situation. C’est en effet un moment très excitant. Hier, je ne craquais pas seulement avec la voix, non. Je n’ai pas sangloté, mais j’ai pleuré. Nous pleurons parfois un peu à l’intérieur et à l’extérieur. Je pleurais pour les deux parties hier. Je crois que ce sera un moment de joie et un moment triste parce que les grands moments ont cette capacité de mélanger deux sentiments, deux sentiments forts, hein. Je serai très heureuse d’être à la présidence, mais en même temps très triste parce que ce sont les adieux du président Lula, avec qui j’ai eu un, un, un, un énorme défi et je pense de nombreuses réalisations. Ainsi, au cours des huit dernières années, aux côtés du président, nous avons accompli ensemble diverses conquêtes et de nombreuses réalisations. Pour moi, ce sera un moment de grande émotion ».

  • 19 Ibid., p. 145.

31À partir de la déclaration faite par l’énonciateur interviewé, le co-énonciateur interprète peut suivre deux voies : a) incorporer directement l’ethos discursif ; b) reprendre l’ethos confirmé pour incorporer l’ethos discursif. Dans le premier cas, on part tout simplement de l’énoncé de l’énonciateur où l’intimité est exprimée par un ethos dit (par exemple observer l’action de pleurer) et un ethos montré – qui produit un ethos d’intelligence. Cet ethos est construit par l’énoncé et est responsable d’avoir provoqué l’admiration et le respect de l’auditoire. Selon Charaudeau19, sur l’ethos d’intelligence, deux figures peuvent apparaître : un homme cultivé et un homme astucieux. Dans l’exemple que nous avons présenté ici, il est possible d’observer la figure de la personne rusée qui joue un rôle d’intermédiaire entre son être et l’opinion pour expliquer que, parfois, les gens pleurent à l’intérieur et à l’extérieur. Après l’incorporation possible de cet ethos discursif, parce qu’il s’agit d’un genre interactif dans lequel le co-énonciateur interprète a accès aux deux énonciateurs, peut-être que ce dernier va réfléchir et comparer l’ethos discursif d’intelligence avec l’ethos réfléchi négatif d’insensibilité présent dans l’énoncé de l’énonciateur intervieweur.

32Il existe une autre possibilité dans le processus d’incorporation de l’ethos en partant de l’ethos confirmé où le co-énonciateur interprète suppose que l’énonciateur interviewé a une image négative, un ethos insensible. Face à la déclaration faite par l’énonciateur interviewé, il est possible d’observer l’ethos discursif d’identification, l’ethos d’intelligence, de la personne rusée qui essaie de renverser la situation initiale négative pour légitimer le stéréotype qui veut qu’une femme pleure (sinon elle n’est pas une femme), donc elle est une femme – « Hier, je n’avais pas seulement la voix brisée, non. Je n’ai pas sangloté, mais j’ai pleuré » – le co-énonciateur interprète apparaît ici comme intégrant cet autre ethos. En comparant l’ethos discursif et l’ethos réfléchi, on peut donc également inférer qu’il s’agit d’images opposées.

Considérations finales

33Grâce à ces analyses il a été possible de démontrer le mécanisme discursif qui permet au co-énonciateur interprète d’incorporer l’ethos confirmé d’une présidente dans l’image construite dans l’énoncé effectué par un autre énonciateur intervieweur, appelé ici ethos réfléchi. L’une des contributions théoriques de ce texte se réfère à la différenciation faite entre l’ethos réfléchi et l’ethos discursif. Sur cette distinction entre les ethé, il est possible de noter que dans les exemples des présidentes Michelle Bachelet et Cristina Kirchner, les images convergent, à savoir, l’ethos réfléchi et l’ethos discursif sont identiques. Dans le cas de l’entretien avec la présidente du Brésil, ce n’est pas possible parce que les images sont opposées et les ethé divergents.

34En d’autres termes, le fait d’avoir un ethos négatif réfléchi, produit dans le discours de l’énonciateur intervieweur, et, un ethos discursif positif, un ethos d’intelligence, présent dans le discours de l’énonciateur interviewé, conduit, en fonction de la connaissance des stéréotypes concernant les mondes éthiques de chaque co-énonciateur interprète, à une adhésion différente, ce qui amène le co-énonciateur interprète à préférer l’une ou l’autre image.

Haut de page

Bibliographie

Amossy Ruth, Imagens de si no discurso : a construção do ethos, São Paulo, Contexto, 2013, 208 p.

Charaudeau Patrick, Discurso Político, São Paulo, Contexto, 2008, 328 p.

Eggs Ekkehard, « Ethos aristotélico, convicção e pragmática moderna », dans Amossy Ruth (sous la dir. de), Imagens de si no discurso : a construção do ethos, São Paulo, Contexto, 2013, 208 p.

Haddad Galit, « Ethos prévio e ethos discursivo : o exemplo de Romain Rolland », dans Amossy Ruth (sous la dir. de), Imagens de si no discurso : a construção do ethos, São Paulo, Contexto, 2013, p. 141-165.

Maingueneau Dominique, Novas tendências em análise do discurso, Campinas, Pontes, 1997, 198 p.

Maingueneau Dominique, O contexto da obra literária : enunciação, escritor, sociedade, São Paulo, Martins Fontes, 2001, 202 p.

Maingueneau Dominique, Cenas da enunciação, São Paulo, Parábola Editorial, 2008a, 183 p.

Maingueneau Dominique, « A propósito do Ethos », dans Motta Ana Raquel et Salgado Luciana, Ethos discursivo, São Paulo, Contexto, 2008b, p. 11-30.

Maingueneau Dominique, Doze conceitos em análise do discurso, Parábola Editorial, 2010, 208 p.

Maingueneau Dominique, « Ethos, cenografia, incorporação », dans Amossy Ruth (sous la dir. de), Imagens de si no discurso : a construção do ethos, São Paulo, Contexto, 2013, p. 69-92.

Maingueneau Dominique, « Retour critique sur l’ethos », Langage & Société, 2014, n° 149, p. 31-48.

Mesti Paula Camila, Análise discursiva dos ethé de um sujeito político em campanha eleitoral, Maringá, UEM, 2010, 149 p.

Haut de page

Notes

1 Galit Haddad, « Ethos prévio e ethos discursivo : o exemplo de Romain Rolland », dans Ruth Amossy (sous la dir. de), Imagens de si no discurso : a construção do ethos, São Paulo, Contexto, 2013, p. 145-166.

2 Dominique Maingueneau, Cenas da enunciação, São Paulo, Parábola Editorial, 2008a, p. 60.

3 Ruth Amossy, « Da noção teórica à análise do discurso », dans Amossy Ruth (sous la dir. de), Imagens de si no discurso : a construção do ethos, São Paulo, Contexto, 2013, p. 9-15.

4 Patrick Charaudeau, Discurso Político, São Paulo, Contexto, 2008, p. 86.

5 Dominique Maingueneau, op. cit., 2008a.

6 Dominique Maingueneau, « Ethos, cenografia, incorporação », dans Ruth Amossy (sous la dir. de), op. cit., 2013, p. 73.

7 Dominique Maingueneau, op. cit., 2008a.

8 Dominique Maingueneau, « Retour critique sur l’ethos », Langage & Société, 2014, n° 149, p. 32-36.

9 Ibid., p. 35.

10 Op. cit., p. 288.

11 Paula Camila Mesti, Análise discursiva dos ethé de um sujeito político em campanha eleitoral, Maringá, UEM, 2010, p. 52.

12 Dominique Maingueneau, Doze conceitos em análise do discurso, São Paulo, Parábola Editorial, 2010, p. 82.

13 Ibid., p. 84.

14 Dominique Maingueneau, O contexto da obra literária : enunciação, escritor, sociedade, São Paulo, Martins Fontes, 2001, p. 123.

15 Ibid., p. 124.

16 Ibid., p. 88.

17 Toutes les traductions ont été réalisées par nos soins.

18 Ibid., p. 139.

19 Ibid., p. 145.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Mécanisme discursif d’incorporation de l’ethos réfléchi
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1635/img-1.png
Fichier image/png, 95k
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1635/img-2.png
Fichier image/png, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paula Camila Mesti, Rilmara Rôsy Lima et Roberto Leiser Baronas, « Mécanisme d’incorporation de l’ethos réfléchi chez les leaders sud-américains », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1635 ; DOI : 10.4000/rfsic.1635

Haut de page

Auteurs

Paula Camila Mesti

Paula Camila Mesti est doctorante en Linguistique à l’Université Fédérale de São Carlos, Brésil. Elle est membre du Laboratoire d’Études Épistémologiques et Discours Multimodal (LEEDIM) coordonné par le professeur Roberto Leiser Baronas. Titulaire d’une bourse FAPESP. Mail : paulamesti@hotmail.com

Rilmara Rôsy Lima

Rilmara Rôsy Lima est doctorante en Linguistique à l’Université Fédérale de São Carlos, Brésil. Elle est membre du Laboratoire d’Études Épistémologiques et Discours Multimodal (LEEDIM) coordonné par le professeur Roberto Leiser Baronas. Titulaire d’une bourse FAPESP. Mail : rilmararosy@gmail.com

Roberto Leiser Baronas

Roberto Leiser Baronas est professeur de l’Université Fédérale de São Carlos, Brésil. Il est coordonnateur du Laboratoire d’Études Épistémologiques et Discours Multimodal (LEEDIM). Mail : baronas@uol.com.br

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page