Navigation – Plan du site
Émergences
Ethos, leader et charisme. La personnalisation du discours politique en Amérique(s) et en Europe

Le charisme ne se délègue pas. Les difficultés de la captation de l’ethos d’exceptionnalité de Chávez par Maduro au Venezuela

Ricardo Peñafiel

Résumés

En abordant le cas de l’impossible délégation du charisme de Chávez à Maduro, cet article propose de revisiter la conception de la domination charismatique chez Weber et de la « banalisation du charisme » par la désignation ou le charisme héréditaire, en les abordant à partir de la théorie de l’ethos discursif élaborée par Maingueneau. En abordant l’efficacité du pouvoir charismatique de Chávez sur ses « adeptes », en fonction du garant et de la scénographie de la communauté discursive chaviste, l’article montre comment l’ethos d’exceptionnalité de Chávez reposait sur la mise en scène de sa soumission à la volonté du peuple (garant). L’image de soi de Chávez n’est donc pas abordée comme une stratégie unilatérale de l’orateur (comme dans la rhétorique classique) mais comme une construction interactive entre les co-énonciateurs d’une communauté discursive, ayant elle-même sa propre « corporalité », attribuant des places à l’ensemble de ses co-énonciateurs (et non pas seulement au locuteur Chávez) qui en incorporant ces places « font corps » dans une série d’institutions et de pratiques discursives qui « donnent corps » au garant du discours. Or, en se présentant comme le représentant de Chávez sur terre, Maduro ne fait pas que déifier Chávez ; il tend surtout à destituer le garant de la communauté discursive qui lui donne son pouvoir. En se montrant comme étant soumis à la volonté de Chávez (de qui il tirerait légitimité et autorité) Maduro ne se présente plus comme étant soumis à la volonté du peuple protagoniste, mettant ainsi en péril les conditions de possibilité du chavisme.

Haut de page

Texte intégral

Prologue sur la succession de Chávez

1Le 8 décembre 2012, lors de ce qui fut sa dernière allocution publique, Hugo Chávez désignait le vice-président de l’époque, Nicolás Maduro, comme son successeur, dans l’éventualité d’une issue fatale à ses traitements contre le cancer à Cuba :

« Si quelque chose arrivait […] qui m’inhabiliterait d’une quelconque manière, dans cette situation, Nicolás Maduro doit non seulement assumer l’intérim, comme le stipule la constitution ; mais, mon opinion ferme, pleine comme la pleine lune, irrévocable, absolue et totale, est que – dans ce scénario qui obligerait à convoquer, comme l’exige la constitution, de nouvelles élections présidentielles – vous élisiez Nicolás Maduro comme président de la République bolivarienne du Venezuela. Je vous le demande de tout mon cœur »1.

  • 2 Les résultats des élections présidentielles du 14 avril 2013 donnent Nicolás Maduro gagnant avec 50 (...)
  • 3 Alexandre Dorna, Faut-il avoir peur de l’homme providentiel ?, Paris, Boréal, 2012.
  • 4 Par cette formule « wébérienne », je désigne la domination « légale rationnelle » du système bipart (...)

2Par cette déclaration solennelle – neutralisant toute tergiversation ultérieure par la répétition de qualificatifs marquant le caractère « irrévocable » et « absolu » de sa « décision » (opinion) –, Chávez transmettait symboliquement son autorité à l’actuel président du Venezuela. Sa requête adressée au « peuple », sous forme de dernières volontés, a été entendue par près de 7,6 millions de sympathisants qui se sont rendus aux urnes pour donner une courte victoire au dauphin2. Pourtant, la force politique engendrée par Chávez – cristallisée dans un mouvement qui symptomatiquement dérive de son nom (le chavisme) – reposait en grande partie sur son charisme. C’est, en effet, à partir d’un ethos d’exceptionnalité – en étant perçu comme un sauveur providentiel3 – que Chávez est parvenu à renverser une « domination bureaucratisée »4 et à se maintenir au pouvoir jusqu’à sa mort, en évitant la routinisation du charisme par l’accomplissement répété d’« exploits » confirmant son caractère « extraordinaire ». Or, cette valeur d’exceptionnalité ne peut être déléguée. Quiconque ne peut devenir exceptionnel par simple désignation.

3Maduro est bien conscient de cette impossible substitution du « leader suprême » et il prend bien soin de se distinguer de Chávez en se plaçant sous ses auspices. Par exemple, cinq jours après le décès du leader charismatique, au moment de poser officiellement sa candidature, Maduro précise :

  • 5 El Mundo, « Nicolás Maduro : “Soy hijo de Chávez, pero no soy Chávez”. Venezuela : Presenta su cand (...)

« Je ne suis pas Chávez, en parlant de l’intelligence, la force, le leadership [capacidad de conducción], de commandement [mando]. Le commandant [comandante] est une chose et moi… je suis chaviste, je vis et meurs pour lui… [mais] personne ne peut aspirer à ce que Maduro soit Chávez. Je suis chaviste, fils de Chávez […] mais je ne suis pas Chávez […] Je suis un homme de la rue […] Je suis président par intérim, commandant des Forces armées et candidat à la présidence parce que c’est ainsi que Chávez l’a commandé et je vais exécuter ses ordres »5.

  • 6 Comme on peut le constater, d’ailleurs, dans l’exemple précédent : « Nicolás Maduro doit non seulem (...)
  • 7 Max Weber, Économie et société (vol. 1), Paris, Plon, 1971 [1956], p. 321.

4Évoquant le charisme de Chávez (force, leadership, commandement, etc.), mettant en scène sa propre soumission à la domination charismatique (je vis et meurs pour lui ; je vais exécuter ses ordres), Maduro revendique son statut d’homme de la rue et attribue ses titres suprêmes à la volonté de Chávez, plutôt qu’à la constitution, comme le faisait Chávez en permanence6 et comme le voudrait une légitimité légale rationnelle. Tout au long de sa campagne, Maduro persistera dans cette stratégie illocutoire, faisant de lui le « délégué » de Chávez sur terre. Attribuant tout le pouvoir charismatique à Chávez, en se plaçant comme un de plus dans la communauté des « adeptes »7. En donnant l’exemple de son obéissance au chef (de guerre ! comandante), Maduro incite les autres adeptes à en faire de même et à obéir à la « décision » (opinion absolue) de Chávez d’en faire son successeur. Sur le plan électoral, cela lui a certes permis de gagner les élections, mais cela est-il suffisant pour se maintenir au pouvoir et perpétuer l’hégémonie de son mouvement ?

  • 8 Dominique Maingueneau, « L’ethos, de la rhétorique à l’analyse du discours » (version web de « Prob (...)
  • 9 Ruth Amossy (dir.), Images de soi dans le discours, La construction de l’ethos, Lausanne, Delachaux (...)
  • 10 Ricardo Peñafiel, « L’image du peuple. Construction de l’ethos plébéien d’Hugo Chávez dans l’émissi (...)
  • 11 Nous verrons plus loin comment, dans la théorie de l’ethos discursif de Maingueneau, le garant est (...)
  • 12 Jean-Pierre Faye, Langages totalitaires. Critique de la raison [l’économie] narrative, Paris, Herma (...)

5À travers le cas de l’improbable ou l’impossible transmission du charisme de Chávez à Maduro, ce texte prétend aborder des questions plus générales au sujet des notions de « charisme » et de « leadership charismatique ». Il présente une approche discursive de l’ethos d’exceptionnalité visant à dépasser quelques apories relatives au « charisme héréditaire » ou à la « banalisation » du caractère « exceptionnel » de la domination charismatique. En s’appuyant sur la théorie de l’ethos discursif développée par Maingueneau8, le texte cherche à montrer que l’image de soi9 ou l’ethos d’exceptionnalité construit par Chávez – en interaction avec la communauté discursive des chavistes mais aussi avec un interdiscours plus large – ne reposait pas tant sur une « sacralisation » de sa personne – comme le fait Maduro actuellement – que sur une glorification de la figure du peuple et une mise en scène de sa « soumission » à celui-ci10. L’exceptionnalité de la position énonciative du locuteur Chávez dans la scénographie du discours chaviste résidait spécifiquement dans le fait de se montrer comme un « primus inter pares », voire comme un « quelconque » dans la « communauté des égaux », un « simple soldat » soumis à la volonté du peuple. Or en destituant le peuple – en lui enlevant son statut de garant11 ou de figure tutélaire de la scénographie –, pour le remplacer par la figure « sacralisée » de Chávez, Maduro inflige un radical changement à la distribution des places au sein de la scénographie constitutive de la communauté discursive chaviste, lui enlevant ainsi son principal ressort et mettant en péril ses conditions de possibilité. Ainsi, ce qui pourrait conduire Maduro à sa perte et entraîner une implosion du chavisme, ce n’est pas tant son « manque de charisme » que le fait de compenser ce manque en se plaçant sous la tutelle de Chávez et en assignant au peuple une position de « bénéficiaire » de la protection de Chávez et de ses représentants sur terre (Maduro et le parti-État) plutôt que celle de garant et protagoniste principal du récit de l’histoire12.

Charisme héréditaire ou la banalisation de l’extraordinaire

  • 13 Jean-Baptiste Decherf, « Sociologie de l’extraordinaire. Une histoire du concept de charisme », Rev (...)

6Parler de charisme ou de leaders charismatiques est une entreprise hasardeuse, dans la mesure où, dès son apparition dans la théorie wébérienne de la légitimité politique et des types de domination, le concept de charisme souffre d’une sorte d’ambivalence entre l’extraordinaire et le banal13. En effet, d’un côté Weber parle du charisme comme

  • 14 Max Weber, op. cit., p. 320.

« la qualité extraordinaire (à l’origine déterminée de façon magique tant chez les prophètes et les sages, thérapeutes et juristes, que chez les chefs des peuples chasseurs et les héros guerriers) d’un personnage, qui est, pour ainsi dire, doué de forces ou de caractères surnaturels ou surhumains ou tout au moins en dehors de la vie quotidienne, inaccessible au commun des mortels ; ou encore qui est considéré comme envoyé par Dieu ou comme un exemple, et en conséquence considéré comme “chef” »14 (je souligne).

  • 15 Ibid., p. 326.

7Pourtant, d’un autre côté, Weber parle d’un charisme du quotidien et d’une « routinisation » du charisme, qui se « traditionalise ou se rationalise (légalise) »15 et qui se bute précisément à un problème de succession, engendrant d’autres concepts oxymoriques comme ceux du charisme héréditaire, ou de désignation.

  • 16 De fait, dans ses élaborations sur la désignation, Weber ne parle pas de transmission du charisme m (...)
  • 17 CNN, « Maduro dice que Chávez se le apareció en forma de “pajarito chiquitico” y lo bendijo », 2 av (...)

8Comment la qualité extraordinaire d’un surhumain, en dehors du quotidien, pourrait-elle être transmise, par simple désignation, à un commun des mortels qui pourrait exercer ce pouvoir charismatique au quotidien ? Sans prétendre trancher les débats engendrés par cette apparente contradiction tendant à la « banalisation » de l’extraordinaire, il importe de rappeler que les types de domination conceptualisés par Weber constituent trois formes de légitimation d’un pouvoir de commandement et d’obéissance. Une première hypothèse pour résoudre ce paradoxe pourrait donc avancer que ce n’est pas tant le charisme que la légitimité et l’autorité que transmet le chef au successeur16. Mais alors, cette forme de domination ne peut plus être charismatique, elle ne peut plus exiger l’obéissance des adeptes au nom de qualités surhumaines du Chef et doit revendiquer d’autres types de légitimité. Dans le cas de Maduro, la sacralisation de Chávez lui permet de perpétuer une part de l’efficacité de ce pouvoir charismatique en le ritualisant (c’est-à-dire, en le « traditionnalisant »). Par contre, Chávez n’a demandé explicitement que d’élire Maduro. D’outre tombe, il n’est plus en mesure de s’exprimer et de commander d’autres actions à ses sympathisants, ce qui oblige Maduro à effectuer une série de mises en scène, parfois grotesques, où Chávez lui parle directement (sous la forme d’un petit oiseau !17).

  • 18 Max Weber, op. cit., p. 321.
  • 19 Ibid., p. 327.

9Par ailleurs, cette légitimité « transmise » ne peut être postulée. La légitimité n’est pas un bien qu’on pourrait hériter directement et détenir perpétuellement mais une relation qu’il faut entretenir en permanence. Tout comme le charisme, cette légitimité doit être « reconnue » par les « adeptes ». Première des conditions de la légitimation charismatique, la reconnaissance18 par la communauté est également la condition de la « désignation » (succession). En effet, parmi les modes de succession au chef charismatique, Weber identifie « [l]a désignation du successeur par celui qui détenait jusqu’alors le charisme et sa reconnaissance par la communauté »19 (je souligne).

Une approche discursive du phénomène de la « reconnaissance »

  • 20 Op. cit., p. 205.
  • 21 Voir, par exemple, les critiques de Pierre Bourdieu, « Une interprétation de la théorie de la relig (...)

10Ainsi, pour aborder le phénomène du leadership charismatique et plus spécifiquement le transfert de la légitimité d’un leader charismatique (Chávez) à un leader « quelconque » (Maduro), il faudrait être en mesure d’évaluer l’effectivité de cette reconnaissance, de même que les effets concrets qu’elle engendre. Or, comme le souligne, entre autres, Decherf, Weber n’a pas développé la question, autrement qu’en évoquant de manière « particulièrement descripti[ve…] l’état d’exaltation provoqué par le charisme, l’Enthusiasmus de ceux qui le subissent »20. Cette absence de précision quant aux mécanismes à l’œuvre dans le phénomène de la reconnaissance du caractère exceptionnel du leader charismatique aurait, selon plusieurs critiques21, conduit Weber à se replier sur des déterminants psychologiques, externes à sa méthode sociologique, qui enlèveraient aux concepts de charisme et de domination charismatique une grande part de leur valeur théorique et de leur utilité analytique.

Pour une analyse discursive du charisme

  • 22 Ruth Amossy, La présentation de soi : Ethos et identité verbale, Paris, Presses Universitaires de F (...)

11L’analyse du discours et, plus précisément, le concept d’ethos discursif, peuvent servir à résoudre les problèmes relatifs à cette « psychologisation » du problème socio-politique de la légitimité et du consentement à la domination charismatique. En effet, dès ses origines, dans la rhétorique aristotélicienne, la notion d’ethos aborde spécifiquement la question de l’influence que peut produire un orateur sur son public par sa manière de parler et de se présenter. Dans sa théorie sur la « présentation de soi »22, Ruth Amossy montre comment cette influence ne s’exerce pas exclusivement dans les genres juridique, délibératif et épidictique, (comme le postulait la rhétorique classique) mais quotidiennement. De plus, en reformulant la proposition théorique de l’interactionnisme goffmanien, Amossy insiste sur le fait que, dans cette rhétoricité du quotidien ou cette valeur argumentative de tout discours ou acte de langage, l’orateur n’est pas le seul « agent » de la stratégie rhétorique mais bien l’ensemble de la situation énonciative négociée de manière interactive entre les divers énonciateurs ou interlocuteurs.

  • 23 Dominique Maingueneau, op. cit., 1991, voir notamment le chapitre 1 « L’archive », p. 9-28.
  • 24 Alain Rabatel, « Retour sur les relations entre locuteurs et énonciateurs. Des voix et des points d (...)
  • 25 Tzvetan Todorov / Mikhaïl Bakhtine, Le principe dialogique, Paris, Seuil, 1981.
  • 26 Dominique Maingueneau, Genèses du discours, Bruxelles / Liège, Mardaga, 1984.

12Lorsqu’on déplace la problématique de l’ethos et de la présentation de soi à un niveau discursif, les interactions ne peuvent être directes ou en face-à-face, puisqu’on travaille à partir de corpus – ou de ce que Maingueneau appelle l’archive23 – en cherchant des positions et des règles énonciatives abstraites, s’appliquant à n’importe quel « sujet » (énonciateur) s’inscrivant au sein de ces règles (discursives). La notion d’interaction n’en reste pas moins pertinente et peut être instrumentalisée à travers la notion de co-énonciateur24 qui insiste sur la présence de « l’interlocuteur » au sein même de l’énonciation, non pas comme une réalité externe mais en tant que contrainte énonciative qui, par anticipation, pousse l’énonciateur à adopter certaines positions et, par effet de circulation, incite l’ensemble de énonciateurs potentiels à reproduire des positions qui ne sont pas la prérogative du locuteur. Étant partie prenante du processus d’énonciation, au même titre que l’énonciateur, on peut dire, en analyse du discours, que les positions énonciatives du « locuteur » (énonciateur) autant que de « l’interlocuteur » (co-énonciateur) sont prescrites par les règles d’un même système de sens ; règles, elles-mêmes négociées de manière dialogique25 ou interdiscursive26.

  • 27 Au sujet du couple conceptuel « deixis fondatrice », « deixis instituée », voir Dominique Mainguene (...)
  • 28 Louis Marin, « Pouvoir du récit et récit du pouvoir », Actes de la recherche en sciences sociales, (...)

13En d’autres termes, bien que, dans le cas d’un leadership charismatique, le leader semble être le « maître du sens » (au point de donner son nom au mouvement), il n’est pas moins contraint dans son énonciation par une série de règles dans lesquelles se trouvent non seulement l’anticipation des attentes des co-énonciateurs mais également une série de positions antérieures (deixis fondatrice) – dont il cherche à capter la légitimité – et ultérieures (deixis instituée)27 qui, bien qu’articulées par lui, agissent, comme un piège, sur ses interventions futures et sur la perception qu’auront de lui ses co-énonciateurs. Comme le montre Louis Marin dans sa brillante analyse sur le « Pouvoir du récit et [le] récit du pouvoir »28, même le pouvoir absolu du Roi Soleil ne peut se passer de son propre récit. Pour pouvoir exercer le pouvoir, le Prince est contraint de prendre sa place dans un récit où, certes il a la meilleure part, mais dont il ne contrôle pas les règles constitutives de son efficacité.

  • 29 Voir notamment Dominique Maingueneau, op. cit., 1991, p. 184.
  • 30 Catherine Kerbrat-Orecchioni, Les interactions verbales (tome 3), Paris, Armand Colin, 1996, p. 78, (...)
  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid. Voir également Dominique Maingueneau, op. cit., 1991, p. 186.

14Aborder de manière discursive l’efficacité de l’ethos d’exceptionnalité attribué à Chávez implique donc de prendre en considération l’ensemble des règles constitutives non seulement de son image ou de sa position d’énonciation mais également et surtout de la communauté discursive pour qui ces règles sont valides. La théorie de l’ethos discursif développée par Maingueneau permet précisément d’opérer ce passage de l’image de soi attribuée à un orateur vers une « corporalité » attribuable non plus à une personne mais un « garant »29, c’est-à-dire à l’instance qui assume la validité et la crédibilité de l’ensemble des énoncés et des positions relatives à un discours. Cet « ethos collectif »30 renvoie alors à un « monde éthique »31, partagé par les membres d’une communauté virtuelle appelée à s’« incorporer », c’est-à-dire à accepter les positions prescrites par cette « éthique » et à s’inscrire dans le monde en la reproduisant ; cette « incorporation » tend ainsi à « donner corps » au garant (fonction abstraite et invisible) qui s’incarne dans une série de pratiques et d’institutions ; ces deux processus inter-reliés, conduisent à une troisième forme de l’incorporation qui consiste à « faire corps » dans une communauté discursive ainsi constituée32.

  • 33 Pour une analyse de la convergence de ces marqueurs plurisémiotiques de l’ethos « plébéien » de Chá (...)

15Ainsi, dans cette théorie de l’ethos discursif, comme dans l’ensemble de la conception du discours élaborée par Maingueneau, les positions énonciatives identifiées dans les textes (autant que dans les interventions orales ou dans d’autres formes plurisémiotiques33 de génération du sens) renvoient de manière réflexive aux pratiques et institutions sociales que ces formes de mise en scène tendent à produire et à reproduire. De telle sorte que les déictiques de temps, d’espace et de personne construits dans le simulacre des conditions d’énonciation tendent à devenir « vrais » (effectifs), par circulation, en étant portés et reproduits par une communauté discursive. La scénographie construite par ces deixis tend ainsi à se confondre avec la topographie, la chronologie, les pratiques et institutions concrètes de la communauté qui porte le discours et qui en même temps est constituée par lui.

  • 34 Maingueneau, op. cit., 2002, p. 64.

« La scénographie, avec l’ethos dont il participe, implique un processus en boucle : dès son émergence la parole est portée par un certain ethos, lequel, en fait, se valide progressivement à travers cette énonciation même. La scénographie est ainsi à la fois ce dont vient le discours et ce qu’engendre ce discours ; elle légitime un énoncé qui, en retour, doit la légitimer, doit établir que cette scène dont vient la parole est précisément la scène requise pour énoncer dans telle circonstance. Ce sont les contenus déployés par le discours qui permettent de spécifier et de valider l’ethos, et sa scénographie, à travers lesquels ces contenus surgissent »34.

16Appliquer ces principes à l’analyse de l’ethos de Chávez signifie que l’image de soi que celui-ci construisait dans et par ses performances – en interaction avec un public in situ ou médiatisé (co-énonciateur) – implique d’emblée l’ensemble de la communauté discursive du chavisme, à laquelle nous accédons, notamment, par l’analyse de la scénographie.

Le peuple comme garant de l’ethos d’exceptionnalité de Chávez

  • 35 Peñafiel, op. cit.
  • 36 « Chávez ne s’en va pas ! » est le slogan de la campagne du Non au référendum révocatoire de 2004, (...)

17Comme je l’ai montré ailleurs35, l’image de soi construite par Chávez dans ses performances, ne cherchait jamais à se montrer comme étant supérieure ou exceptionnelle. Au contraire, son ethos dit le dépeignait comme une « personne ordinaire », « modeste » ou « populaire ». Par exemple, lors d’une des innombrables « Grandes marches » (manifestations) organisées par son mouvement, alors que des centaines de milliers de personnes, toutes habillées en rouge, scandaient « ¡ Hu, ha, Chávez no se va ! »36, Chávez répond :

  • 37 Hugo Chávez, « Palabras del presidente Chávez en la marcha por la victoria. Desde la Avenida Bolíva (...)

« [Chávez !] celui-là, ce n’est déjà plus moi, je suis un être humain comme n’importe lequel d’entre vous, je n’ai rien de spécial ou de plus que n’importe lequel d’entre vous ici ; pas plus que je ne me sens meilleur que qui que ce soit, absolument ; je suis seulement un homme de ce peuple, un soldat de ce peuple, rien de plus »37.

  • 38 Comme sa tentative de coup d’État du 4 février 1992 qui le propulsa au centre de la scène politique (...)

18Jouant sur un ethos préalable d’exceptionnalité – dont l’une des marques éclatantes réside précisément dans la reconnaissance d’une foule immense réunie autour de son nom – Chávez peut se permettre de se présenter comme « n’importe lequel d’entre vous », sans entamer son charisme mais, au contraire, en le renforçant. Car, le caractère exceptionnel de Chávez, ne vient pas tant de ses faits d’armes38, ou d’un quelconque caractère divin, magique ou surhumain, que de sa « soumission au peuple ».

  • 39 Voir à ce sujet, Ricardo Peñafiel, « Venezuela : un escenario político antagonista, El pueblo y la (...)

19Dans l’extrait ci-dessus, on peut apprécier l’effectivité de cette subordination dans la revendication du statut d’« homme de ce peuple » mais surtout de « soldat de ce peuple », retirant volontairement ses galons de Commandant des Forces armées (à titre de président) pour se présenter comme un « simple soldat » au service du peuple. Mais il ne s’agit là que d’une infime marque d’un système de sens entièrement construit autour de la figure légitimante du peuple39. Traversant l’ensemble des énoncés du discours chaviste, la figure du peuple joue le rôle (remplie la fonction) du « garant » (dans le sens de la théorie de l’ethos discursif) et, par le fait même, structure l’ensemble des éléments de la scénographie. Sans pouvoir entrer dans le détail de l’analyse des différents mécanismes impliqués dans la construction de cette valeur de garant, notons quelques-unes des fonctions remplies par la figure du peuple dans les discours d’Hugo Chávez :

20Acteur principal ou « protagoniste » de sa propre histoire :

  • 40 Hugo Chávez, « Cadena nacional, Alocución del Presidente Hugo Chávez Frias con motivo del primer añ (...)

« Ici, il y a un peuple qui a trouvé l’essence de ce que c’est que la souveraineté, qui a découvert sa propre force. Et maintenant nous l’avons devant nous. Maintenant soyons à ses côtés, n’ayons pas peur de lui. […] maintenant que nous avons réveillé le peuple, hé bien, nous avançons avec lui, c’est avec ce peuple que notre destin est lié, avec vous mes chères compatriotes »40.

Critère de crédibilité (au-dessus de la légitimité légale-rationnelle et traditionnelle) :

  • 41 Movimiento V República, Asamblea Constituyente, document de propagande autoédité, 1998.

« Pour ces raisons, les titres de légitimité de cette assemblée et de son œuvre dérivent de la relation directe qui existera entre elle et le peuple, c’est-à-dire, de l’authentique représentation populaire qu’elle affiche. Sans cette relation directe, en l’absence de cette représentation, l’œuvre constitutionnelle, malgré toute la perfection à laquelle elle puisse prétendre, aura un vice d’origine : son caractère fallacieux ou illégitime »41.

21Opérateur d’une chronologie où le Christ croise Bolívar et l’ensemble des héros d’une lutte populaire « millénaire », voire « éternelle » :

  • 42 Hugo Chávez, « Discurso del Presidente de la República Bolivariana de Venezuela, Hugo Chávez Frías, (...)

« Les leaders comme le Christ, ont donné leur vie pour un peuple et les peuples ne meurent jamais, ils repoussent comme la savane en hiver ; ils ressuscitent d’entre les morts et, aujourd’hui, c’est ce qui est en train d’arriver au Venezuela, c’est le peuple zamorano, le rêve bolivarien, le rêve de Zamora, qui est ressuscité d’entre les morts et nous voici, prêts à poursuivre la bataille qu’ils ont commencée »42.

22Opérateur, également d’une topographie solidaire des autres éléments de la scénographie où chaque espace prend valeur en fonction de la lutte du peuple :

  • 43 Tiré de l’émission Aló Presidente, n° 359, réalisée le dimanche 30 mai 2010 dans le « barrio » [qua (...)

« 23 de Enero ! Nous sommes ici, dimanche, 23 de Enero ; ici [où] habite l’esprit rebelle d’un peuple ; l’esprit rebelle et éternel, la rébellion pérenne, nous pourrions dire, elle habite ici, elle vit dans ces montagnes, dans ces barrios [quartiers populaires] du 23 »43.

  • 44 Groupe « Droites », « Le nous à droite », Mots. Les langages du politique, 1985, n° 10, p. 147-165.
  • 45 Ernesto Laclau, « De l’importance des signifiants vides en politique », La guerre des identités, Gr (...)

23Au sein de ces exemples – qui n’épuisent en rien les nombreuses fonctions remplies par la figure du peuple dans le discours chaviste – on peut apprécier comment Chávez passe d’une relation de distinction – où les embrayeurs « je/vous » marquent le rapport entre un président et ses concitoyens – à un « nous » qui réfère parfois à « nous ici présents », à « nous les chavistes », à « nous le gouvernement » ou à « nous les Vénézuéliens »… témoins d’un peuple qui semble exister comme une entité métaphysique à part (qui n’existe que s’il lutte et assume sa souveraineté) mais avec lequel on peut fusionner (avec vous mes chères compatriotes ; nous voici [peuple zamorano] prêts à poursuivre la bataille). Ces « imprécisions », ou glissements de sens44, ne sont pas des erreurs ou même de la manipulation (dans la mesure où tout discours cherche à faire faire et donc à manipuler). Le caractère « ambigu » des référents doit plutôt être analysé comme l’une des conditions de possibilité de la communauté discursive du chavisme et de la capacité, pour Chávez, de devenir le symbole ou le « signifiant vide »45 de cette communauté.

  • 46 Éric Landowski, « L’opinion publique et ses porte-paroles », dans La société réfléchie, Paris Seuil (...)
  • 47 Louis Althusser, « Idéologie et appareils idéologiques d’État », dans Positions (1964-1975), Paris, (...)
  • 48 Il est à noter que par communauté discursive, autant que par pratiques discursives, il ne faut pas (...)

24Si Chávez pouvait se permettre de se « destituer » comme figure « extraordinaire » en se présentant comme un « simple soldat du peuple » ou un parmi d’autres, c’est que la communauté fusionnelle qu’il construisit se trouve au-dessus de tout : au-dessus de l’Assemblée constituante, dont « l’authenticité », la « vérité » et la « légitimité » lui viendraient de la « relation directe » qu’elle aurait avec le peuple (en non pas d’une légitimité procédurale, légale-rationnelle) ; au-dessus du Christ ou de Zamora (héros national), dont la résurrection dépendait du fait d’avoir « donné leur vie pour un peuple [éternel, car] les peuples ne meurent jamais » (esprit rebelle et éternel [d’un peuple qui] habite la 23 de Enero). En « glorifiant » des personnes ou des entités (comme le (bas) peuple ou les pauvres), des lieux (comme la 23 de Enero) et des situations (comme le Caracazo) qui avaient auparavant été ignorés ou méprisés (et qui se trouvent encore amoindris par un certain classisme), Chávez offrait à ses sympathisants une représentation normalisée de leur existence politique46. Se reconnaissant dans cette « interpellation »47, ces « interlocuteurs » sont appelés à s’incorporer ou à s’inscrire dans les places assignées par le discours chaviste et donc à le reproduire, non seulement sur un plan verbal – en tant que co-énonciateurs devenus énonciateurs à leur tour – mais aussi au niveau de leurs actions (pratiques discursives) et des institutions sociales et politiques qu’ils créent ainsi, donnant corps au garant (peuple) en faisant corps dans la communauté discursive48 chaviste.

  • 49 Jacques Rancière, La mésentente : politique et philosophie, Paris, Galilée, 1995, p. 46-50.

25Ce qui a rendu Chávez exceptionnel, aux yeux de la communauté discursive qui lui a « reconnu » cette exceptionnalité, ce qui lui permettait de « symboliser » le peuple, c’est précisément qu’il est le premier et le seul président vénézuélien à prétendre gouverner, non pas « en faveur du peuple » ou « au nom du peuple » mais « avec le peuple », en se soumettant symboliquement à la « souveraineté » populaire et en montrant son action comme un apport à une lutte le dépassant, faisant ainsi entrer dans la langue politique le « monde éthique » d’une majorité de Vénézuéliens exclus de l’espace public ou sans parts dans le partage du sensible49.

De la glorification du peuple à la sacralisation de Chávez

  • 50 Ezequiel Zamora, resté dans l’histoire comme « le général du peuple souverain », est un leader de l (...)

26Maduro, a beau user de stratégies semblables, en se présentant comme un « homme de la rue », il ne fait que se « destituer » sans s’élever au rang de symbole du peuple, dans la mesure où il ne tend plus tellement à glorifier le peuple, mais à sacraliser la figure de Chávez. Cherchant à devenir le pont entre « le divin et le profane » (ce qui est l’une des caractéristiques du pouvoir charismatique), Maduro tend à diviniser Chávez et à se présenter comme son « interprète » : celui qui reçoit les messages de l’au-delà, alors que Chávez, comme nous venons de le voir, ne s’est jamais divinisé lui-même. Même lorsqu’il se comparaît au Christ, cela n’était que de manière métaphorique, comme il se comparaît au peuple, à Simón Bolívar, à Ezequiel Zamora, au Negro Miguel, à la Negra Hipólita50, et à tout un nouveau panthéon de héros nationaux d’origine populaire. Comme on peut l’apprécier dans cet extrait, issu de l’émission hebdomadaire Aló Presidente :

  • 51 Tiré de l’émission Aló Presidente, n° 359, réalisée le dimanche 30 mai 2010 dans le « barrio » [qua (...)

« Bienheureux les pauvres car le royaume des cieux leur appartient. Je suis venu pour accomplir le mandat du Christ notre seigneur. Peu importe ce que j’aurai à endurer, rien ne me dérange, c’est le mandat […] et, en plus, [ce mandat] c’est vous qui me l’avez donné, parce que moi, ceux qui m’ont élu, ce sont les pauvres, pas les riches »51.

27Après avoir introduit son intervention par une citation christique (Bienheureux les pauvres), Chávez se compare au Christ sans toutefois se considérer comme un envoyé de dieu. Jouant sur la mise en équivalence entre le royaume des cieux et les pauvres, il affirme l’origine populaire (et non pas divine) de son « mandat ». Or, dans la métaphore, si Chávez occupe la position du Christ, la figure qui occupe la position de Dieu, c’est le peuple (comme dans l’exemple antérieur au sujet de la résurrection du Christ et de Zamora).

28À l’inverse, en divinisant Chávez, Maduro destitue le peuple et le place en position d’objet passif de l’aide :

  • 52 Ministère du Pouvoir Populaire pour la Communication et l’Information, « Maduro anuncia creación de (...)

« Si notre commandant Chávez a été baptisé comme le Christ rédempteur des pauvres d’Amérique, nous sommes ses apôtres et nous allons nous convertir en protecteurs, et rédempteurs aussi, de ces pauvres, de ces humbles, des nécessiteux »52.

  • 53 Algirdas-Julien Greimas, Du sens II : essais sémiotiques, Paris, Seuil, 1983.

29Alors que dans la scénographie correspondant à l’ethos de Chávez le peuple est non seulement « garant » mais également l’acteur principal (protagoniste) de sa propre histoire et que la position de Chávez et de son mouvement est celle d’un « adjuvant »53, dans la scénographie corrélative à la présentation de soi de Maduro, le peuple est réduit à la position d’objet de la « protection » ou de la « rédemption » apportée par la figure tutélaire de Chávez et par ses « apôtres ». Chávez devient ainsi le nouveau garant de la scénographie du discours dans lequel s’inscrit Maduro.

  • 54 Comme le décrivait Max Weber, op. cit., p. 320.

30Comprenant mal l’origine (« magique »54) du pouvoir charismatique de Chávez, Maduro menace ainsi l’existence même de la communauté discursive chaviste. En neutralisant le garant de la scénographie corrélative à l’ethos d’exceptionnalité de Chávez, il retire au chavisme sa principale condition de possibilité, sur laquelle reposait son unité, son « enthousiasme », son « obéissance » ou sa « reconnaissance » du charisme du chef : le Peuple.

Haut de page

Bibliographie

Althusser Louis, « Idéologie et appareils idéologiques d’État », dans Positions (1964-1975), Paris, Les Éditions sociales, 1976, p. 67-125.

Amossy Ruth, Images de soi dans le discours, La construction de l’ethos, Lausanne, Delachaux et Niestlé, 1999, 215 p.

Amossy Ruth, La présentation de soi : Ethos et identité verbale, Paris, Presses Universitaires de France, 2010, 235 p.

Bourdieu Pierre, « Une interprétation de la théorie de la religion selon Max Weber », Archives Européennes de Sociologie, 1971, n° 12, p. 3-21.

Decherf Jean-Baptiste, « Sociologie de l’extraordinaire. Une histoire du concept de charisme », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 2010, vol. 2, n° 23, p. 203-229.

Dorna Alexandre, Faut-il avoir peur de l’homme providentiel ?, Paris, Boréal, 2012, 176 p.

Faye Jean-Pierre, Langages totalitaires. Critique de la raison [l’économie] narrative, Paris, Hermann, 1972, 771 p.

Faye Jean-Pierre, Théorie du récit. Introduction aux « langages totalitaires », Paris, Hermann, 1972, 140 p.

Greimas Algirdas-Julien, Du sens II : essais sémiotiques, Paris, Seuil, 1983, 245 p.

Groupe « Droites », « Le nous à droite », Mots. Les langages du politique, 1985, n° 10, p. 147-165.

Laclau Ernesto, « De l’importance des signifiants vides en politique », La guerre des identités, Grammaire de l’émancipation, Paris, La Découverte/MAUSS, 2000, p. 93-105.

Landowski Éric, « L’opinion publique et ses porte-paroles », dans La société réfléchie, Paris Seuil, 1989, p. 21-56.

Maingueneau Dominique, Genèses du discours, Bruxelles/Liège, Mardaga, 1984, 212 p.

Maingueneau Dominique, Nouvelles tendances en analyse du discours, Paris, Hachette, 1987, 144 p.

Maingueneau Dominique, « Ethos, scénographie et incorporation », dans Ruth Amossy (sous la dir. de), Images de soi dans le discours, La construction de l’ethos, Lausanne, Delachaux, Niestlé, 1999, p. 75-100.

Maingueneau Dominique, L’Analyse du discours. Introduction aux lectures de l’archive, Paris, Hachette, 1991, 268 p.

Maingueneau Dominique, « L’ethos, de la rhétorique à l’analyse du discours » (version web de « Problèmes d’ethos », Pratiques, 2002, n° 113-114, p. 55-67), http://dominique.maingueneau.pagesperso-orange.fr/pdf/Ethos.pdf

Marin Louis, « Pouvoir du récit et récit du pouvoir », Actes de la recherche en sciences sociales, 1979, nº 25, p. 23-43.

Peñafiel Ricardo, « Venezuela : un escenario político antagonista, El pueblo y la pobreza en el discurso de Chávez », Estudios de comunicación y política, 2003, n° 13, p. 143-185.

Peñafiel Ricardo, « Le discours d’Hugo Chávez au Venezuela : Imaginaire populo-paupériste et suture d’un système politique disloqué », dans André Corten (sous la dir. de), Les frontières du politique en Amérique latine : Imaginaires et émancipation, Paris, Karthala, 2006, p. 139-155.

Peñafiel Ricardo, « L’image du peuple. Construction de l’ethos plébéien d’Hugo Chávez dans l’émission Aló Presidente », Mots, Les langages du politique, 2011, n° 96, p. 29-44.

Rabatel Alain, « Retour sur les relations entre locuteurs et énonciateurs. Des voix et des points de vue », dans Marion Colas-Blaise, Mohamed Kara et Laurent Perrin (sous la dir. de.), La question polyphonique (ou dialogique) en sciences du langage, CELTED – Université Paul Verlaine, Metz, Recherches linguistiques, n° 31, p. 357-373.

Rancière Jacques, La mésentente : politique et philosophie, Paris, Galilée, 1995, 188 p.

Tzvetan Todorov/Bakhtine Mikhaïl, Le principe dialogique, Paris, Seuil, 1981, 318 p.

Weber Max, Économie et société (vol. 1), Paris, Plon, 1971 [1956], 651 p.

Haut de page

Notes

1 http://www.psuv.org.ve/temas/noticias/transcripcion-completa-palabras-presidente-chavez-su-ultima-cadena-nacional-081212/

2 Les résultats des élections présidentielles du 14 avril 2013 donnent Nicolás Maduro gagnant avec 50,61 % des voix, contre 49,12 % pour Henrique Capriles Radonscki. En comparaison, Chávez avait remporté les élections du 7 octobre 2012 avec 55,07 % des voix représentant 8 191 132 électeurs, contre 44,31 % ou 6 591 304 votes pour Capriles. Ainsi, Maduro, qui a obtenu l’appui de 7 587 579 électeurs, accuse un déficit de 603 553 voix par rapport à l’élection antérieure de Chávez, alors que le nombre d’électeurs en faveur de Capriles a augmenté de 772 676 entre les deux élections pour se situer à 7 363 980, selon les données officielles du Conseil national électoral (http://www.cne.gob.ve/).

3 Alexandre Dorna, Faut-il avoir peur de l’homme providentiel ?, Paris, Boréal, 2012.

4 Par cette formule « wébérienne », je désigne la domination « légale rationnelle » du système bipartite du « puntofijismo », en sévère crise de légitimité au moment où surgit Chávez dans l’espace politique. Le nom de ce pacte entre les trois principaux partis du Venezuela en 1958 (mais qui ensuite se réduiront à deux) vient du lieu où ce pacte a été signé : la maison familiale de Rafael Caldera (dirigeant d’un des trois partis) appelée Punto Fijo.

5 El Mundo, « Nicolás Maduro : “Soy hijo de Chávez, pero no soy Chávez”. Venezuela : Presenta su candidatura para las elecciones presidenciales », http://www.elmundo.es/america/2013/03/10/venezuela/1362950311.html

6 Comme on peut le constater, d’ailleurs, dans l’exemple précédent : « Nicolás Maduro doit non seulement assumer l’intérim, comme le stipule la constitution […] » ; « […] obligerait à convoquer, comme l’exige la constitution, de nouvelles élections […] ». Évidemment, ce respect envers la constitution n’est qu’une forme de « routinisation du charisme » qui en s’incarnant dans des institutions « légales rationnelles » ne garde pas moins la trace de la domination charismatique dans l’acte même de « désignation », performé par le « mais » (je vous « demande » – c’est-à-dire, je vous commande en fonction d’un pouvoir charismatique – d’élire Maduro).

7 Max Weber, Économie et société (vol. 1), Paris, Plon, 1971 [1956], p. 321.

8 Dominique Maingueneau, « L’ethos, de la rhétorique à l’analyse du discours » (version web de « Problèmes d’ethos », Pratiques, 2002, n° 113-114, p. 55-67), http://dominique.maingueneau.pagesperso-orange.fr/pdf/Ethos.pdf

9 Ruth Amossy (dir.), Images de soi dans le discours, La construction de l’ethos, Lausanne, Delachaux et Niestlé, 1999.

10 Ricardo Peñafiel, « L’image du peuple. Construction de l’ethos plébéien d’Hugo Chávez dans l’émission Aló Presidente », Mots, Les langages du politique, 2011, n° 96, p. 29-44.

11 Nous verrons plus loin comment, dans la théorie de l’ethos discursif de Maingueneau, le garant est davantage qu’une instance assertive ou un agent vérificateur qui assure la validité des énoncés, ainsi que la compétence énonciative de leurs locuteurs, tout en structurant les différents éléments de la scénographie (temps, espaces, personnes, objets, enjeux). Par un effet de bouclage, l’image, la voix ou la corporalité de cette instance tend à s’incarner ou à s’incorporer dans la communauté discursive constituée dans et par le discours. Le changement de garant et le changement de valeur de la figure du peuple devraient donc avoir d’énormes conséquences sur les conditions de possibilité et le fonctionnement du chavisme en tant que force concrète. Au sujet de la fonction du garant et de l’ethos discursif, voir Dominique Maingueneau, « Ethos, scénographie et incorporation », dans Ruth Amossy (sous la dir. de), Images de soi dans le discours, La construction de l’ethos, Lausanne, Delachaux, Niestlé, 1999, p. 75-100. Voir également Dominique Maingueneau, L’Analyse du discours. Introduction aux lectures de l’archive, Paris, Hachette, 1991, p. 183-187.

12 Jean-Pierre Faye, Langages totalitaires. Critique de la raison [l’économie] narrative, Paris, Hermann, 1972 et, Théorie du récit. Introduction aux « langages totalitaires », Paris, Hermann, 1972.

13 Jean-Baptiste Decherf, « Sociologie de l’extraordinaire. Une histoire du concept de charisme », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 2010, vol. 2, n° 23, p. 203-229.

14 Max Weber, op. cit., p. 320.

15 Ibid., p. 326.

16 De fait, dans ses élaborations sur la désignation, Weber ne parle pas de transmission du charisme mais bien de « [l]a légitimité [qui] devient acquise par la désignation », ibid., p. 327 (je souligne).

17 CNN, « Maduro dice que Chávez se le apareció en forma de “pajarito chiquitico” y lo bendijo », 2 avril 2013, http://cnnespanol.cnn.com/2013/04/02/maduro-dice-que-chavez-se-le-aparecio-en-forma-de-pajarito-chiquitico-y-lo-bendijo/ ; EFE@ABC_ES, « Otro pajarito “se le aparece” a Maduro y le dice que Chávez “está feliz” », 28 octobre 2014, http://www.abc.es/internacional/20140728/abci-pajarito-chavez-maduro-feliz-201407282249.html

18 Max Weber, op. cit., p. 321.

19 Ibid., p. 327.

20 Op. cit., p. 205.

21 Voir, par exemple, les critiques de Pierre Bourdieu, « Une interprétation de la théorie de la religion selon Max Weber », Archives Européennes de Sociologie, 1971, n° 12, p. 3-21.

22 Ruth Amossy, La présentation de soi : Ethos et identité verbale, Paris, Presses Universitaires de France, 2010.

23 Dominique Maingueneau, op. cit., 1991, voir notamment le chapitre 1 « L’archive », p. 9-28.

24 Alain Rabatel, « Retour sur les relations entre locuteurs et énonciateurs. Des voix et des points de vue », dans Marion Colas-Blaise, Mohamed Kara et Laurent Perrin (sous la dir. de.), La question polyphonique (ou dialogique) en sciences du langage, CELTED – Université Paul Verlaine, Metz, Recherches linguistiques, n° 31, p. 357-373.

25 Tzvetan Todorov / Mikhaïl Bakhtine, Le principe dialogique, Paris, Seuil, 1981.

26 Dominique Maingueneau, Genèses du discours, Bruxelles / Liège, Mardaga, 1984.

27 Au sujet du couple conceptuel « deixis fondatrice », « deixis instituée », voir Dominique Maingueneau, Nouvelles tendances en analyse du discours, Paris, Hachette, 1987 ; voir également Dominique Maingueneau, op. cit., 1999.

28 Louis Marin, « Pouvoir du récit et récit du pouvoir », Actes de la recherche en sciences sociales, 1979, nº 25, p. 23-43.

29 Voir notamment Dominique Maingueneau, op. cit., 1991, p. 184.

30 Catherine Kerbrat-Orecchioni, Les interactions verbales (tome 3), Paris, Armand Colin, 1996, p. 78, citée par Dominique Maingueneau, op. cit., 2002, p. 6.

31 Ibid.

32 Ibid. Voir également Dominique Maingueneau, op. cit., 1991, p. 186.

33 Pour une analyse de la convergence de ces marqueurs plurisémiotiques de l’ethos « plébéien » de Chávez, voir Peñafiel, op. cit.

34 Maingueneau, op. cit., 2002, p. 64.

35 Peñafiel, op. cit.

36 « Chávez ne s’en va pas ! » est le slogan de la campagne du Non au référendum révocatoire de 2004, organisé suite à une campagne de l’opposition ayant recueilli un nombre suffisant de signatures pour demander la tenue d’un référendum portant sur le départ de Chávez. Lors de la « Grande marche pour la victoire » tenue quelques jours avant le référendum (remporté, finalement par le non), l’enthousiasme était à son paroxysme. La confrontation électorale avec l’opposition a d’ailleurs été l’une des manières paradoxales d’empêcher la routinisation du charisme en l’inscrivant, de manière passionnelle, dans des mécanismes « légaux-rationnels ».

37 Hugo Chávez, « Palabras del presidente Chávez en la marcha por la victoria. Desde la Avenida Bolívar, Caracas », dimanche 8 août 2004. http://www.urru.org/videosbolibananos/discursos/Concentracion_Marcha_Victoria_8agos 2004.pdf

38 Comme sa tentative de coup d’État du 4 février 1992 qui le propulsa au centre de la scène politique, après sa « reddition » télévisée où il s’adressa pour la première fois « au peuple » pour l’interpeller en lui disant que « por ahora » [pour l’instant] « nous » avons perdu une bataille mais « nous » continuerons la lutte contre l’oligarchie. Pour une analyse plus approfondie du « Por ahora », voir Peñafiel, op. cit., p. 33.

39 Voir à ce sujet, Ricardo Peñafiel, « Venezuela : un escenario político antagonista, El pueblo y la pobreza en el discurso de Chávez », Estudios de comunicación y política, 2003, n° 13, p. 143-185 ; voir également, Peñafiel, « Le discours d’Hugo Chávez au Venezuela : Imaginaire populo-paupériste et suture d’un système politique disloqué », dans André Corten (sous la dir. de), Les frontières du politique en Amérique latine : Imaginaires et émancipation, Paris, Karthala, 2006, p. 139-155.

40 Hugo Chávez, « Cadena nacional, Alocución del Presidente Hugo Chávez Frias con motivo del primer año de gobierno, balance de gestión y perspectivas del año 2000 », El Universal, Caracas, 3 février 2000.

41 Movimiento V República, Asamblea Constituyente, document de propagande autoédité, 1998.

42 Hugo Chávez, « Discurso del Presidente de la República Bolivariana de Venezuela, Hugo Chávez Frías, con motivo del acto de conmemoración del nacimiento de Ezequiel Zamora », 1er février 2000, p. 28. http://www.presidencia.gob.ve/doc/publicaciones/discursos/Discursos_2000.pdf

43 Tiré de l’émission Aló Presidente, n° 359, réalisée le dimanche 30 mai 2010 dans le « barrio » [quartier populaire] Monte Piedad, de la paroisse 23 de Enero [23 janvier]. À noter que l’émission se déroule un 30 mai, mais que la paroisse s’appelle 23 de Enero en mémoire du coup d’État « civico-militaire » qui mit fin à la dictature de Pérez Jiménez. Cette paroisse est, en effet, l’une des plus organisées du Venezuela et a pris part activement à la plupart des grands événements de l’histoire politique (de la rue) du Venezuela, comme le renversement de Pérez Jiménez en 1958, le Caracazo en 1989, la tentative de coup d’État de Chávez en 1992, le « sauvetage » du président le 13 avril 2002, etc.

44 Groupe « Droites », « Le nous à droite », Mots. Les langages du politique, 1985, n° 10, p. 147-165.

45 Ernesto Laclau, « De l’importance des signifiants vides en politique », La guerre des identités, Grammaire de l’émancipation, Paris, La Découverte/MAUSS, 2000, p. 93-105.

46 Éric Landowski, « L’opinion publique et ses porte-paroles », dans La société réfléchie, Paris Seuil, 1989, p. 21-56.

47 Louis Althusser, « Idéologie et appareils idéologiques d’État », dans Positions (1964-1975), Paris, Les Éditions sociales, 1976, p. 67-125.

48 Il est à noter que par communauté discursive, autant que par pratiques discursives, il ne faut pas entendre une réalité simplement linguistique mais, précisément, des réalités entièrement matérielles fondées sur des formes discursives (idéologiques) de légitimation.

49 Jacques Rancière, La mésentente : politique et philosophie, Paris, Galilée, 1995, p. 46-50.

50 Ezequiel Zamora, resté dans l’histoire comme « le général du peuple souverain », est un leader de la Guerre fédérale (1859-1963) qui a mobilisé une armée de paysans pauvres autour de consignes comme « terre et hommes libres » ou « élection populaire et terreur à l’oligarchie ». Le Negro Miguel est le leader de la première rébellion d’Afro-vénézuéliens en 1533 ; tandis que la Negra Hipólita était la nourrice de Simón Bolívar. Tous ces personnages, paysans, noirs ou populaires se retrouvent aujourd’hui au centre des symboles nationaux et contribuent à la construction de l’ethos discursif du chavisme.

51 Tiré de l’émission Aló Presidente, n° 359, réalisée le dimanche 30 mai 2010 dans le « barrio » [quartier populaire] Monte Piedad, de la paroisse 23 de Enero [23 janvier]. Pour une analyse plus approfondie, voir Ricardo Peñafiel, op. cit., 2011.

52 Ministère du Pouvoir Populaire pour la Communication et l’Information, « Maduro anuncia creación de la corporación de desarrollo para el pueblo de Miranda », minci.gob.ve, 18 mars 2013, http://www.minci.gob.ve/2013/03/maduro-anuncia-creacion-de-la-corporacion-de-desarrollo-para-el-pueblo-de-miranda/

53 Algirdas-Julien Greimas, Du sens II : essais sémiotiques, Paris, Seuil, 1983.

54 Comme le décrivait Max Weber, op. cit., p. 320.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ricardo Peñafiel, « Le charisme ne se délègue pas. Les difficultés de la captation de l’ethos d’exceptionnalité de Chávez par Maduro au Venezuela », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 22 mai 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1603 ; DOI : 10.4000/rfsic.1603

Haut de page

Auteur

Ricardo Peñafiel

Ricardo Peñafiel est professeur associé au département de science politique de l’Université du Québec à Montréal où il enseigne l’analyse du discours, la théorie politique et les systèmes politiques de l’Amérique latine. Il est aussi chercheur et membre fondateur du GRIPAL (Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page