Navigation – Plan du site
Émergence

La sonification de l'environnement : icônes sonores de Windows

Gérard Chandès

Résumés

L'étude met l'accent sur la spécificité de la réalité sonore non musicale et les questions qu'elle pose en termes d'intersubjectivité sémantique. Elle présente un rapide panorama des travaux actuels. Dans le cadre général de la relation homme-machine, elle s'intéresse aux icônes sonores des systèmes d'exploitation Windows XP 2000 et Vista, sur le mode de l'analyse sémiopragmatique de discours. Elle cherche à décrire des morphologies, à les associer à des fonctions, à discerner les imaginaires sous-jacents aux morphologies. Elle cherche à déterminer la logique et le sens des évolutions entre XP 2000 et Vista.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette étude s'inscrit dans l'un des axes d'investigation du Centre de Recherches Sémiotiques du l'U (...)

1Affirmer que la dimension sonore - non musicale - du réel reste, sinon l'impensé, au moins un champ d'exploration minoritaire des SIC, ne devrait pas rencontrer d'objection forte. Il est vrai que le son, lorsqu'il n'est pas étudié dans ses propriétés physiques, quantifiables et mesurables ou lorsqu'il n'est pas organisé et mis au service d'un discours par l'art musical, lorsqu'il n'est pas pris en charge par l'acoustique ni par la musicologie, tend à se dérober à la saisie. Cette réalité ubiquitaire mais invisible, concrète mais que son immobilisation condamne instantanément à l'extinction, se prête d'autant plus mal à l'observation que sa durée est longue et sa composition complexe. L'image, elle, laisse plus facilement l'analyste accéder à ses bontés. La fugacité du son souffre, par comparaison, de la permanence de l’image1.

  • 2 Pierre Schaeffer, Traité des objets musicaux, Paris, Seuil, 1966, p. 268 sqq.
  • 3 Michel Chion, Le son. Traité d'acoulogie. 2e éd., Paris, A. Colin, 2010.
  • 4 Gilbert Simondon, L'individuation psychique et collective, à la lumière des notions de Forme, Infor (...)
  • 5 Jean-François Bordron, « Quelques réflexions préliminaires en vue d’une sémiotique des sons», N.A.S (...)

2La « nature » même du phénomène sonore reste marquée d'indétermination. Est-ce un « objet », comme l'a proposé Pierre Schaeffer2 suivi par Michel Chion3, c'est-à-dire une réalité qui ne peut être étudiée sans abstraction de toute référence à sa source ou à son environnement, reçue en écoute « réduite » et perspective autoréférentielle ? Ou plus généralement est-ce un « individu » selon la définition de Gilbert Simondon4 pour qui l'individu est « l'être qui apparaît lorsqu'il y a signification ». L'émergence d'un son ne présente-t-elle pas tout autant et principalement la propriété fondamentale d'un « événement », c'est-à-dire comme l'affirme Jean-François Bordron5 la rupture avec un état antérieur et l'initialisation d'un état futur ? Cette variété des points de vue théoriques reflète une autre réalité très commune : dans l'univers sonore, le partage du sens n'est pas garanti dès que l'on fait abstraction de la reconnaissance des propriétés strictement acoustiques et morphologiques. Ce en quoi les modalités de perception et de réception de la réalité sonore non tonale présentent des analogies avec celles des arts abstraits.

  • 6 Cf. A. Minard, N. Misdariis, O. Houix, P. Susini, « Catégorisation de sons environnementaux sur la (...)

3Différents auditeurs d'une même séquence sonore peuvent s'accorder, y compris en situation acousmatique, sur l'identification de sa source, par exemple un moteur de 2 CV Citroën ou les vagues de la mer (relation causale, aspect référentiel de la perception). Les propriétés acoustiques de hauteur, d'intensité, de durée, créeront d'autant mieux l'accord entre auditeurs que la mesure physique viendra les valider. La morphologie de l'enveloppe (forme de l'attaque et de l'extinction, masse, granularité, rythme) peut constituer, elle aussi, un terrain d'accord intersubjectif. Globalement, la relation au son en fonction des critères de matière et de profilage (Schaeffer) s'exprime selon la modalité digitale. Elle fait l'objet de modélisation sur base de groupes-tests et de représentations graphiques qui aboutissent à l'établissement de profils morphologiques. Ces derniers permettent l'établissement d'un formalisme symbolique minimal et stable. Ils autorisent donc des règles de classification6.

  • 7 Preuve expérimentale dans D. Schön, S. Ystad, R.Kronland-Martinet, M. Besson, The Evocative Power o (...)
  • 8 Le sentir et le dire. Concepts et méthodes en psychologie et linguistique cognitives, dir. D. Duboi (...)

4Mais la phase proprement sémantique de la perception ne présente aucune garantie d'intersubjectivité. La même séquence produira des représentations différentes. La signification est partageable, le sens l'est beaucoup moins. Nous pouvons trouver les mots pour décrire la première, le deuxième résiste au confinement dans des descripteurs capables de faire la plus large communauté de sens et utilisables dans les opérations de design7. La question des rapports entre « catégories individuelles de l'expérience perceptive et concepts partagés » reste ouverte8. Des effets sémiotiques peu partageables pour une réalité en elle-même invisible, impalpable et instable, tout ceci paraît au pire décourageant, au mieux un défi pour l'investigation.

5Cependant, au fur et à mesure que la civilisation industrielle puis l'ère numérique ont multiplié les artefacts sonores produits par la prolifération des moteurs et l'omniprésence des haut-parleurs, la réalité sonore est devenue et reste aujourd'hui un enjeu d'études et d'applications qui concerne non seulement les systèmes de défense contre les nuisances, mais aussi le design, conçu comme dessin – difficile d'échapper aux métaphores visuelles – mis au service d'un dessein. Les milieux de vie, les situations d'usage, de transaction et de consommation, de création artistique et culturelle sont concernées. Au carrefour de ces champs d'application apparaît notamment la question de la relation entre le sujet humain et les machines plus ou moins intelligentes et numérisées qu'il ne cesse de créer. La sonification de l'environnement appelle des réponses qui sont à apporter en termes de fonctionnalité informationnelle, de cohérence, d'esthétique et de sémantique.

  • 9 Cf. entre autres S. Ystad, Rapport scientifique du projet « senSons». Vers le sens des sons. En lig (...)

6Le domaine sonore fait par conséquent l'objet, en France, d'études fondamentales et appliquées : en ethnologie et anthropologie de l'environnement sonore (Collectif MILSON), en neurosciences sur les liens entre perception, signification et verbalisation (INCM et LMA9 : Aix-Marseille Université/CNRS), sur les phénomènes sémiotiques et sémantiques, jugés minorés par le modèle cognitiviste classique de la cognition, sur le lien entre cognition et langage et les conditions de production et de recherche des données (LAM/LCPE/CNRS) sur les effets psychomoteurs et sémantiques du son en architecture et urbanisme à partir du concept d'« effet sonore » (CRESSON/ENSA Grenoble), sur la relation son-image (ASTRAM et SATIS, Aix-Marseille Université). Les travaux de l'équipe « Perception et design sonore » (IRCAM) portent sur la fonction sonore, la description, la typologie et l'indexation des sons environnementaux, la recherche de structures de description pertinentes, les méthodologies et les outils de design sonore, la signalétique et le design sonores par et pour l'interaction, les relations de la perception sonore et de l'émotion. Les applications portent aussi bien sur les véhicules diesels et électriques, sur la navigation dans les menus que sur l'ambiance sonore des gares SNCF. Ajoutons qu'au niveau européen le réseau « Sound Media Culture » (Berlin, (Universität der Künste) organise des workshops qui traitent notamment des sons quotidiens dans la culture populaire, de l'anthropologie des sons. La présente étude, pour sa part, aborde la réalité sonore de façon non expérimentale, sur base d'analyse discursive par croisement des fonctions, des morphologies et des imaginaires.

  • 10 Cf. P. Larsson, « Tools for Designing Emotional Auditory Driver-Vehicles Interfaces», Auditory Disp (...)

7Avec 2 milliards d'internautes dans le monde en 2010 et, au 30 septembre 2011, 22,4 millions d'abonnements internet à haut et très haut débit sur réseaux fixes (source : ARCEP), donc pratiquement autant de machines, la signalétique sonore de l'interface utilisateur fait désormais partie de notre environnement, parce qu'elle accompagne nos pratiques quotidiennes. Elle concourt à la formation du champ de présence de la machine. Or la relation entre l'utilisateur et l'ordinateur implique de la part du premier un investissement affectif soutenu, comme le prouvent nos attitudes lorsque la machine vient à faillir : une défaillance est en général perçue comme un brutal accident de santé ou ressentie comme une trahison. L'ordinateur faisant donc l'objet d'attributions individuelles, les sons du système d'exploitation interviennent dans l'interaction avec l'usager, et finalement ont une incidence sur la production des émotions et les comportements afférents10.

8Dans Windows, la signification conventionnelle des petits sons11 est indiquée dans la rubrique « son » du panneau de configuration. Le manuel en ligne de l'usager12 ne la minimise pas. Après avoir énoncé l'évidence selon laquelle « Icons work best when used to communicate visually », il invite l'utilisateur à ne pas négliger le fait que « for accessibility reasons, this visual communication must always be redundant with another form, such as text or sound ».

9La sonification d'un ordinateur via son OS mérite donc attention. Pour nous, son design et ses qualités sensibles sont structurellement liés à leur valeur véridictoire : en quoi la morphologie fait-elle signe - ou non - de la fonction ; et à leur valeur esthétique : en quoi le son se trouve-t-il en harmonie avec la réalité qu'il veut signifier ? Si nous admettons a priori l'existence d'un rapport entre la morphologie et la fonctionnalité, nous sommes conduits à évaluer l'iconicité du petit son signalétique, en d'autres termes à apprécier son pouvoir figuratif d'un état ou d'une action, d'un événement ou d'une phase d'un programme d'usage. De plus, nous supposons que, indépendamment de la signification connue par référence à l'« interprétant » (Peirce) indiqué dans le panneau de configuration, sa couleur sonore influence sa sémiose par l'usager.

10Nous avons retenu certains éléments de signalétique d'interface dans Windows pour sa position encore dominante sur le marché des systèmes d'exploitation. Le choix s'est porté d'abord sur les versions XP et Vista, compte tenu de différences de la première à la deuxième version qui apparaissent comme un changement radical de stratégie énonciative ; ensuite sur les sons installés par défaut sur les ordinateurs portables, puisque l'on suppose qu'ils sont le résultat d'une préférence des concepteurs du système pour l'universalité de leur valeur véridictoire et que les usagers en recherche d'un produit tout prêt s'en tiendront à cette configuration ; enfin des sons qui alertent et des sons qui confirment en faisant redondance avec une action en cours.

11Nous reprenons la typologie Windows, qui comporte les rubriques « erreur », « avertissement » et « information ». Dans la première, « Arrêt critique » (AC) signale moins un état qu'un événement, autrement dit la survenue d'un fait qui crée une situation dans laquelle le sujet est surpris et pris. Il correspond à l'icône visuelle circulaire, avec croix de saint André blanche sur fond rouge. Ce son AC est identique (Vista) au signal « Exclamation » qui surgit notamment lors de l'enregistrement après modification d'un fichier déjà créé et accompagne la demande de validation de l'opération. Dans la rubrique « avertissement » (« a condition that might cause a problem in the future ») l'« Alerte de niveau de batterie faible » (ANBF) intervient pour un état du système appelant une action urgente mais non immédiate, « Alerte de niveau de batterie critique » (ANBC) intervient sur un état du système appelant une réaction immédiate sous peine d'interruption de la session et de pertes éventuelles d'information. L'« Exclamation » attire l'attention non sur les défaillances effectives ou possibles de la machine, mais sur celles de l'utilisateur : ignorance, distraction, précipitation ou négligence. L'icône visuelle correspondante à ces trois messages est le triangle avec point d'exclamation noir sur fond jaune. À la rubrique « information » correspondent XP et Vista « Astérisque », destinée à fournir de l'information « useful ». L'icône visuelle correspondante est le cercle portant un /i/ blanc sur fond bleu.

12Dans l'essai de description morphologique qui va suivre, dont nous convenons qu'il comporte inévitablement une part de subjectivité, nous empruntons les concepts de profil, de grain et d'attaque à la nomenclature proposée par P. Schaeffer (Traité…).

  • 13 « Etablissement d'un seuil d'intensité [...] en deçà duquel le signal est automatiquement coupé. Le (...)

XP

Vista

AC

Une seule impulsion, attaque raide, registre grave, résonance brève, granularité perceptible. Léger effet noise gate13 précipitant l'extinction.

Deux impulsions (deux « notes »), brève-longue, attaque molle, hauteur ascendante medium puis aigu, résonance longue, grain limpide ou lisse. Identique à Exclamation.

ANBC

Deux impulsions brèves, durée égale (itération), tempo rapide, attaque raide, registre grave, résonance brève, granula-rité perceptible. Léger effet noise gate en fin d'extinction.

Il s'agit du redoublement de l'icône AC.

Une seule impulsion, registre aigu, attaque molle avec résonance longue (profil dégressif marqué), grain limpide ou lisse.

ANBF

Une seule impulsion, attaque raide, registre médium, résonance marquée (effet « cloche ») brève non entravée (absence d'effet noise gate).

Une seule impulsion, même attaque et même profil que ANBC, mais tonalité plus grave (tend vers le medium), grain limpide ou lisse.

Exclam

Deux impulsions (deux « notes ») de hauteur décroissante brève-longue, tempo rapide, attaque raide, registre global aigu, résonance.

Profil semblable à Astérisque, mais de hauteur supérieure et grain « limpide »

Deux impulsions (deux « notes »), brève-longue, attaque molle, hauteur ascendante medium puis aigu, résonance longue, grain limpide ou lisse. Identique à AC

Effet de voix discernable.

Astér

deux notes de hauteur décroissante brève-longue, tempo rapide, attaque raide, registre aigu/médium, résonance, grain lisse.

Son le plus musical.

Idem XP, deux notes de hauteur décroissante, brève-longue, tempo rapide, attaque raide, registre aigu/médium, résonance, avec grain limpide donnant un timbre plus « clair » qu'XP.

Son le plus musical.

  • 14 Ibid, p. 118.

13Toutes ces icônes présentent, sans exception, un effet de résonance qui « est en quelque sorte le mythe de la puissance symbolisée par le pouvoir des sons14 ». Chaque version de l'OS construit néanmoins sa propre figurativité sonore.

  • 15 Ibid., p. 76.
  • 16 Variations d'amplitude notables d'un ordinateur à l'autre, d'une enceinte amplifiée à l'autre.

14Dans le cas d'XP, toutes les icônes présentées ici débutent par une attaque raide, qu'il s'agisse du signal d'erreur, d'un avertissement ou d'une information. Les deux icônes qui signalent soit une situation de détresse (AC) produite par un arrêt intempestif, subit, subi et la modalité /ne pas pouvoir faire/ explicités dans l'icône visuelle, soit l'imminence de l'événement funeste impliquant un /devoir faire/ urgent, ces deux icônes sont conçues pour faire irruption, selon la définition du terme par Augoyard/Torgue15 dans le champ de conscience de l'utilisateur : « Evénement sonore imprévu modifiant le climat du moment et le comportement de manière caractérisée. L'effet d'irruption est au temps ce que l'effet d'intrusion est à l'espace ». Elles sont caractérisées morphologiquement par la raideur de l'attaque, le recours à une sonorité grave et une légère rugosité (granularité) plus ou moins perceptible selon les qualités acoustiques de l'appareil utilisé16. Leur pouvoir figuratif tient donc à la mise en œuvre d'une réalité sémiologique : certains traits stéréotypiques de la virilité active, et d'une réalité sémiotique prêtée à la machine : un /pouvoir faire/ pouvoir d'interdire, ou d'imposer un /devoir faire/, ordonner de façon impérieuse.

  • 17 Base théorique des concepts d'intensité et d'extensité : C. Zilberberg, Eléments de grammaire tensi (...)

15Le rapport de profils entre AC et ANBC paraît cohérent. Une seule impulsion pour une situation qui fait événement, pour une réalité ponctuelle, concentrée, intense, sur le mode du survenir. Une répétition pour une situation d'urgence mais qui appelle l'exécution d'un programme qui va se déployer, se réaliser de façon extense17, afin de parvenir à l'évitement de l'incident. L'itération signale l'extensité de la réparation parce qu'elle est un processus et non un événement.

16L'icône ANBF qui prévient, par l'effet très marqué de résonance, d'un danger peut néanmoins être perçue comme autorisant un certain délai avant l'intervention réparatrice. Nous l'interprétons comme une euphémisation des précédentes : le son se situe plus haut dans la gamme, la fin de la phase de traînage est libre. Dans l'univers de lieux communs qui semble avoir servi de cadre à la conception de ces icônes on peut penser que la sonorité grave exprime la gravité d'une situation et que la montée vers les aigus signifie une montée vers plus de légèreté existentielle. C'est du moins ce que la langue française permet de formuler et ce que confirme l'analyse morphologique des icônes « Exclamation » et « Astérisque ».

  • 18 « Severity» dans le manuel d'utilisateur en ligne.

17La première vaut avertissement préventif d'une défaillance d'utilisateur, qui n'est pas automatique – dans ce cas l'icône est redondante –, la seconde, quoique dite d'« information » fait surtout confirmation. À ce caractère de moindre sévérité18 correspond une tonalité plus musicale, située dans la gamme médium et aigüe, avec des intonations « arrondies » quoique les attaques restent « raides ». La granularité n'est plus rugueuse, ni même « frémissante », mais « lisse », sans aucune aspérité perceptible, voire « limpide » et suggérant la qualité de transparence, bien loin de l'« épaisseur » d’AC et ANBC. La modalité sémiotique impliquée dans l'exclamation relève toujours d'un /devoir faire/ mais la stratégie de manipulation a changé : incitation et suggestion plutôt qu'injonction, cependant que l'astérisque vient confirmer un /savoir faire/.

18Globalement, l'iconicité du système aménagé dans Windows 2000 XP, du moins selon les éléments analysés ici, provoque par associations stéréotypiques entre son et valeurs la reconnaissance intuitive et immédiate des modalités qu'elle tente de figurer. L'iconicité de Windows Vista fait rupture par au moins deux traits fondamentaux : toutes les attaques sont « molles » (vs XP : « raides »), à l'exception d'« Astérisque », inchangé ; la gamme ne descend pas sous le medium. Un trait complémentaire concerne la durée de l'extinction par résonance, plus longue et toujours libre (vs entravée par une noise gate). Les designers ont conçu la nécessaire modernisation, ou ce qui leur paraissait devoir être une mise au goût du jour, comme une euphémisation systématique des attaques et de la couleur d'ensemble.

19Constatons d'abord que le nombre de formes est réduit, puisque les icônes AC et « Exclamation » font morphologie commune, ce que l'on peut interpréter comme une accentuation d'« Exclamation » mais aussi comme une banalisation d'AC. Ensuite, AC, ANBC et ANBF ont fait l'objet d'une homogénéisation ; ils possèdent le même profil global et ne diffèrent que par la hauteur du ton : du plus aigu ANBC au moins aigu ANBF, AC (et « Exclamation ») en position médiane. Si les écarts entre les uns et les autres sont effectifs, la communauté mélodique pourra empêcher l'utilisateur de percevoir les différences de fonction. Le rapport entre d'une part entre les valeurs d'urgence absolue (ANBC) et de détresse (AC) et d'autre part la hauteur se voit inversé par rapport à XP. ANBC se signale désormais par un son de dynamique modeste et de faible épaisseur, une enveloppe miniaturisée qui peut paraître, au plan sémantique, dissonant avec la fonction. L'effet de saillance s'est déplacé, en même temps que s'est déplacé l'accent tonique, sur Astérisque repris en plus « clair » à XP.

  • 19 Cf. J. A. Ballas et T. Mullins, « Effects of Context on the Identification of Everyday Sounds», Hum (...)

20La rupture avec les associations stéréotypiques de la version XP semble démontrer que les designers ont renoncé à exploiter le pouvoir figuratif relativement réaliste que permettaient ces associations. La figurativité de l'icône persiste, mais elle exprime moins le fonctionnement de la machine qu'elle ne s'intéresse à l'utilisateur, dont on prend désormais en compte le bien-être dans un univers où prolifèrent exponentiellement les sons de synthèse19. La signalétique sonore relative aux modalités /ne pas pouvoir faire/ ou /devoir faire/, extravertie, perd sa brutalité « héroïque » qui redouble le malaise produit par l'incident lui-même. Plus introvertie et empathique, elle gagne en courbes douces, cependant que l'icône dédiée à la modalité positive /savoir faire/ (« Astérisque ») conserve et renforce sa dynamique.

21Si une session de travail est conduite normalement, sa bonne fin n'est pas un événement ni par suite une information. S'il s'est produit quelque part dans la chaîne des opérations un dysfonctionnement technique ou une erreur de manipulation, cette rupture de la continuité attendue peut créer la surprise et faire événement. Autrement dit, porter de l'information. Le design des icônes sonores installées dans l'interface utilisateur du système d'exploitation tend donc à figurer de l'information en offrant une garantie de véridiction. Nous observons que la priorité donnée à cette garantie n'est pas nécessairement immuable. Quand bien même l'effet véridictoire de la version XP se nourrirait de représentations imaginaires banales et jugées obsolètes par certains, il paraît plus assuré que dans la version Vista : celle-ci préfère minimiser l'expression de la rupture, quitte à renforcer l'abstraction et l'arbitraire du signe, quitte à renforcer sa nature symbolique (vs iconique ou indicielle). Les variations, d'une version à l'autre, de ces petits sons témoignent d'évolutions dans la conception des interactions homme/machine.

22Le sémantisme des petits sons précédemment analysés procède d'analogies, d'associations engendrées en dernier ressort par des modalités abstraites et des intimations de l'imaginaire diversement sollicitées. Observons qu'une icône sonore n'a pas varié : celle qui accompagne la mise à la corbeille, avec son attaque carrée, un profil dynamique nul, l'itération de sonorités sèches qui suggère sans effort un craquement de papier froissé. La signification est patente et le sens obvie parce que le pouvoir déictique affirmé : le son est une imitation du réel, à la manière d'une onomatopée. Ce propos est généralisable à d'autres domaines que la relation entre l'ordinateur et son usager. Il apparaît que certaines icônes sonores manifestent un réalisme mimétique qui est une garantie de robustesse : elles semblent s'imposer comme nécessaires. Par conséquent, elles résistent aux pressions de sélection qui proviennent du désir de changement, aussi bien de la part des techniciens, des designers que des utilisateurs.

23Ne négligeons pas la dimension esthétique de la relation entre la machine et l'homme : l'art de la sonification se situe juste sur la frontière qui sépare d'un côté les contraintes de figurativité et de véridiction, qui assurent l'efficience du signal auprès du plus grand nombre d'usagers, de l'autre le désir purement qualitatif de perfectionner le son pour le plaisir de l'oreille.

Haut de page

Bibliographie

YSTAD Sǿlvy, ARAMAKI Mitsuko, KRONLAND-MARTINET Richard, JENSEN Kristoffer (ed. by), Auditory Display. 6th International Symposium, CMMR/ICAD 2009, Copenhagen, May 18-22, 2009, Berlin, Springer, 2010, 493 p.

DUBOIS Danièle (sous la dir. de), Le sentir et le dire. Concepts et méthodes en psychologie et linguistique cognitives, Paris, L'Harmattan, 2009, 396 p.

AUGOYARD Jean-François et TORGUE Henri, À l'écoute de l'environnement. Répertoire des effets sonores, Marseille, Parenthèses, 1995, 173 p.

BORDRON Jean-François, « Quelques réflexions préliminaires en vue d’une sémiotique des sons », Nouveaux Actes Sémiotiques, 113 (2010), en ligne : www.revues.unilim.fr/nas/.

CHION Michel, Le son. Traité d'acoulogie, 2e éd., Paris, A. Colin, 2010, 272 p.

MINARD Antoine, MISDARIIS Nicolas, HOUIX Olivier et SUSINI Patrick, « Catégorisation de sons environnementaux sur la base de profils morphologiques », in Actes du 10e Congrès français d'acoustique (Lyon, 2010), en ligne http://cfa.sfa.asso.fr/.

SCHAEFFER Pierre, Traité des objets musicaux. Essai interdisciplines, Paris, Seuil, 1966, 672 p.

Haut de page

Notes

1 Cette étude s'inscrit dans l'un des axes d'investigation du Centre de Recherches Sémiotiques du l'Université de Limoges (EA 3648). Les travaux de recherche sont menés en partenariat avec la Fondation La Borie en Limousin, qui développe ses activités dans le domaine des arts et des métiers du son, pour explorer de nouveaux champs d'investigation et ouvrir de nouvelles applications.

2 Pierre Schaeffer, Traité des objets musicaux, Paris, Seuil, 1966, p. 268 sqq.

3 Michel Chion, Le son. Traité d'acoulogie. 2e éd., Paris, A. Colin, 2010.

4 Gilbert Simondon, L'individuation psychique et collective, à la lumière des notions de Forme, Information, Potentiel et Métastabilité, Paris, Aubier, 2007.

5 Jean-François Bordron, « Quelques réflexions préliminaires en vue d’une sémiotique des sons», N.A.S., 113, 2010, en ligne (revues.unilim.fr/nas/).

6 Cf. A. Minard, N. Misdariis, O. Houix, P. Susini, « Catégorisation de sons environnementaux sur la base de profils morphologiques», in Actes du 10 e Congrès français d'acoustique (Lyon, 2010), en ligne http://cfa.sfa.asso.fr/ et J. Tardieu, P. Susini, Fr. Poisson, P. Lazareff, St. McAdams, « Perceptual Study of Soundscapes in Train Stations», Applied Acoustics, 69 (2008), 1224-1229.

7 Preuve expérimentale dans D. Schön, S. Ystad, R.Kronland-Martinet, M. Besson, The Evocative Power of Sounds : EEG study of conceptual priming between words and nonverbal sounds, résumé et exemples sonores en ligne : www.sensons.cnrs-mrs.fr/schaeffer/schaeffer.htlm.

8 Le sentir et le dire. Concepts et méthodes en psychologie et linguistique cognitives, dir. D. Dubois, Paris, L'Harmattan, 2009.

9 Cf. entre autres S. Ystad, Rapport scientifique du projet « senSons». Vers le sens des sons. En ligne www.sensons.cnrs-mrs.

10 Cf. P. Larsson, « Tools for Designing Emotional Auditory Driver-Vehicles Interfaces», Auditory Display 6th International Symposium, CMMR/ICAD 2009, Copenhagen. dir. S. Ystad, M. Aramaki et collab., Berlin, Springer, 2010, 1-11.

11 Cette signalétique ne semble pas avoir fait, dans le domaine informatique, l'objet d'une littérature très abondante. Citons : Stephen Barrass, Auditory Information Design, Australian Nat. Univers., 1997 [thèse] ; T. Komatsua et S. Yamadab, « How Does the Agents' Appearance Affect Users' Interpretation of the Agents' Attitudes : Experimental Investigation on Expressing the Same Artificial Sounds From Agents With Different Appearances», International Journal of Human-Computer Interaction, 27 (2011), 260-279.

12 http://msdn.microsoft.com/en-us/library/windows/desktop/aa511277.aspx

13 « Etablissement d'un seuil d'intensité [...] en deçà duquel le signal est automatiquement coupé. Le choix de la pente de coupure du son intervient directement sur l'attaque et le traînage» in Jean-François Augoyard et Henri Torgue, A l'écoute de l'environnement. Répertoire des effets sonores. Marseille, Parenthèses, 1995.

14 Ibid, p. 118.

15 Ibid., p. 76.

16 Variations d'amplitude notables d'un ordinateur à l'autre, d'une enceinte amplifiée à l'autre.

17 Base théorique des concepts d'intensité et d'extensité : C. Zilberberg, Eléments de grammaire tensive. Limoges, Pulim, 2006 et Formes de vie et valeurs, Paris, PUF, 2011.

18 « Severity» dans le manuel d'utilisateur en ligne.

19 Cf. J. A. Ballas et T. Mullins, « Effects of Context on the Identification of Everyday Sounds», Human Performance, 4, (1991), 199-219.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Chandès, « La sonification de l'environnement : icônes sonores de Windows », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 09 juillet 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/158 ; DOI : 10.4000/rfsic.158

Haut de page

Auteur

Gérard Chandès

Chandès Gérard est professeur en Sciences de l'Information et de la Communication, membre titulaire du Centre de Recherches Sémiotiques (EA 3648, Université de Limoges), responsable du Master de la mention Sémiotique et communication pour le Master Sémiotique et stratégies. Responsable scientifique du programme PRES Limousin/Poitou-Charentes Sémiotique des sons. Communication et consommation marchandes : des cris du marché au packaging sonore (2011-2013). Mail : gerard.chandes@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page