Navigation – Plan du site
Lectures

Amir Biglari, Entretiens sémiotiques

Limoges, Lambert-Lucas, 2014, 54 €
Elizabeth Harkot-de-La-Taille
Référence(s) :

Amir Biglari, Entretiens sémiotiques, Limoges, Lambert-Lucas, 2014, 54 €

Texte intégral

1Entretiens sémiotiques est un livre unique en son genre, capable de concilier richesse historique, fortune théorique et amplitude culturelle. Cette œuvre hors de l’ordinaire réunit vingt-deux entretiens avec des sémioticiens et sémiologues francophones de renommée mondiale, recueillis par Amir Biglari, le concepteur et actuel président de l’Association des Jeunes Chercheurs en Sémiotique (AJCS). Travail méticuleux de collecte réalisé durant vingt-six mois, du début de 2011 à 2013, ces entretiens proposent au lecteur des réponses denses à des questions sur le parcours de chaque intervenant et sur les développements passés et présents de la discipline – mais est-ce vraiment une discipline ? –, ainsi que sur son rôle théorique et social et sur ses défis futurs. En outre, il gratifie le lecteur d’une introduction explicative impeccable et de six annexes : Bibliographie générale ; Index des noms de personnes et de groupes ; Index des repères géographiques ; Index des centres, écoles et institutions ; Index des revues ; Index des notions, domaines et objets d’étude. Les annexes facilitent la recherche d’informations spécifiques et constituent en soi un matériau de recherche fertile.

  • 1 Je paraphrase librement l’expression au caractère unificateur employée par Biglari (« sémioticiens (...)

2Le livre distille une vaste gamme d’informations sur l’histoire de la sémiotique développée par l’École de Paris avec et après Greimas : sa genèse, son mode de fonctionnement, son évolution, ses objets, son rôle vis-à-vis d’autres champs de recherches et disciplines, les projets continuateurs, dissidents ou divergents. L’École de Paris et Greimas sont les références les plus présentes, quoique non exclusives. L’œuvre donne la voix à des penseurs « en quête du sens »1 et fait donc place aux sémiologues (et même à la discussion entre « sémiologie » et « sémiotique ») et à d’autres sémiotiques, par exemple à celle développée par Groupe μ en plus de présenter un panorama des associations et des centres actuels où se cultive la recherche en sémiotique, alignée ou non sur l’École de Paris, en France, en Belgique, en Italie et aux États-Unis, entre autres.

3Ceci posé, il ne faut pas s’attendre à voir émerger des entretiens rassemblés une forme d’unanimité ou d’uniformité. Le mot d’ordre, s’il y en a, est la pluralité et le respect des différents courants et pratiques autour du sens. Ces styles distincts, individuels, permettent de visualiser des différences et alimentent la richesse caractéristique de chaque personnalité et de chaque formation, toutes uniques. Peut-on voir dans l’ensemble une certaine complémentarité ? Sans nul doute, oui. Cette complémentarité s’installe à la manière d’une mosaïque : lorsqu’on abstrait chaque partie et que l’on observe l’ensemble, se dessine un tableau de la complexité théorique et pratique rencontrée dans la recherche des modèles du processus de « faire sens ».

4Présentés dans l’ordre alphabétique avec une bio-bibliographie sélective, les intervenants sont Michel Arrivé (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Paris 10), Denis Bertrand (Université Paris 8, Vincennes-Saint-Denis), Anne Beyaert-Geslin (Université Bordeaux 3 – Montaigne), Jean-François Bordron (Université de Limoges), Pierre Boudon (Université de Montréal), Per-Aage Brandt (Case Western Reserve University), Jean-Claude Coquet (Université Paris 8, Vincennes-Saint-Denis), Michel Costantini (Université Paris 8, Vincennes-Saint-Denis), Joseph Courtés (Université Toulouse 2 – Le Mirail), Ivan Darrault-Harris (Université de Limoges), Paolo Fabbri (LUISS - Libera Università Internazionale degli Studi Sociali, Roma), Jacques Fontanille (Université de Limoges), Anne Hénault (Université Paris-Sorbonne, Paris 4), Anne-Marie Houdebine-Gravaud (Université Paris 5 – Paris - Descartes), François Jost (Université Sorbonne Nouvelle – 3), Jean-Marie Klinkenberg (Université de Liège), Eric Landowski (CNRS), Louis Panier (Université Lumière Lyon 2), Jean Petitot (EHESS), François Rastier (INALCO, Paris), Eero Tarasti (Université d’Helsinki) et Claude Zilberberg (CeReS).

5Pour la majeure partie du public ciblé, principalement ceux qui ont rejoint la sémiotique à partir des années 1990 – la plupart, aujourd’hui – les noms des participants sont connus pour leurs publications passées et présentes. Dans ces entretiens, les auteurs, et Greimas lui-même, gagnent des traits personnels plus ou moins tangibles venant compléter leur parcours intellectuel. Dans les années 1960-1970, intéressés par le processus du « faire sens » et témoignant l’insatisfaction intellectuelle de leur formation initiale, ceux qui se sont rapprochés du projet sémiotique en gestation ou en développement étaient marqués par des parcours académiques réalisés dans d’autres domaines, certains proches, d’autres non, comme l’architecture, la biochimie, le cinéma, la didactique des langues, le droit, la stylistique, la philosophie, le journalisme, la linguistique, la littérature, les mathématiques, la médecine, la musique, la rhétorique, la sociologie ou la théologie (liste non exhaustive, dans l’ordre alphabétique). Bertrand (p. 51) constate :

6J’ai déjà observé par ailleurs que faire de la sémiotique supposait d’être au moins bidisciplinaire. Or, ainsi envisagée, la sémiotique se présente davantage comme un esprit de méthode que comme une discipline proprement dite : elle permet d’observer d’un autre point de vue des objets connus par ailleurs et dont le sémioticien doit avoir la pleine maîtrise.

7Hénault (p. 236) se place sinon sur le même ton, au moins sur la même « échelle tonale » :

Chacun de ceux qui se lancent en sémiotique part nécessairement de sa sphère de compétence initiale. Il applique tout le savoir et toute la perspicacité dont il est « spontanément » capable pour délimiter son espace de recherche. Il se crée un corpus en fonction de ses connaissances antérieures, des prescriptions méthodologiques qu’il a intériorisées et des problématiques actualisées par l’état de la recherche collective dont il est solidaire.

8Les diagnostics de Bertrand et de Hénault offrent une possible explication génétique de l’amplitude et de la variété des objets ou des domaines de réflexion qui coexistent dans le champ de la sémiotique, cette dernière plutôt associée à une méthode qu’à une discipline proprement dite. Fontanille (p. 212) ne semble pas penser différemment lorsqu’il décrit la première caractéristique du « bon sémioticien » :

Pour commencer, il faut avoir plusieurs compétences, au moins deux : d’un côté une ou plusieurs vraies disciplines, une vraie culture scientifique, une vraie culture spécialisée dans un ou plusieurs domaines, et de l’autre la compétence sémiotique. […] On ne peut pas faire de la sémiotique en ne connaissant que de la sémiotique, parce que la sémiotique n’est pas un champ disciplinaire.

9Brandt (p. 127) va au-delà et caresse le désir que les nouvelles générations de sémioticiens soient aussi artistes, pour la liberté d’esprit, ou la liberté anarchique que l’art garantit. Et qu’ils connaissent bien la philosophie. Nous observerons plus loin le lien de nombreux répondants avec l’art. Pour l’heure, je prends cette double (ou triple) compétence caractéristique du domaine comme point de départ pour aborder les objets de recherche fondateurs de diverses sémiotiques traités dans les entretiens.

10Si, à ses débuts, la sémiotique se développait en recherches fondamentalement distribuées entre une « Sémiotique littéraire » et une « Sémiotique visuelle » (et on ne peut laisser d’observer l’asymétrie entre un segment tourné vers un objet culturel et l’autre, tourné vers l’un des cinq sens), son éventail s’est rapidement ouvert et le champ accueille désormais la « Socio-sémiotique » ou la « Sémiotique des passions », parmi nombreuses autres possibilités.

11Ici, nombre de ces sémiotiques portant sur des objets particuliers sont prises en compte. À part les quatre objets mentionnés [Sémiotique littéraire, Sémiotique visuelle, Sémiotique des passions, Sémiotique du son], on peut en indiquer d’autres, qui ne sont pas nécessairement du même niveau de pertinence, et entre lesquels se trouvent des chevauchements : art, design, média, audiovisuel, cinéma, télévision, radio, publicité, web, musique, discours politique, discours religieux, méthodes d’apprentissage des langues, monde sensible, monde naturel, culture, vivant, comportement, pratiques, formes de vie, corps, perception, temps, espace, lieu, architecture… (Biglari, p. 10)

12L’examen des objets de réflexion sémiotique conduit les intervenants au thème de la constitution des découpages sémiotiques en de nouvelles sémiotiques et au détail de leurs conditions, incluant des données sur l’apparition de chacun des courants, leur évolution, l’état de l’art dans lequel ils se trouvent, les problèmes rencontrés et leurs lacunes respectives. À cet ensemble s’ajoute une discussion sur les particularités, les principes, les objectifs et les intérêts de l’approche de chaque chercheur interviewé ou de son équipe, ainsi que sur les relations de cette sémiotique spécifique avec la sémiotique générale et principalement les contributions théoriques réciproques qui ont été réalisées ou celles qui restent potentielles (Biglari, p. 10). Le lecteur constate que chaque entretien contribue à une réelle cartographie de la sémiotique francophone, de ses développements et de ses tensions passées et actuelles, des tensions sur lesquelles je reviendrai.

13La « carte » de la sémiotique francophone ébauchée par les questions et réponses met en relief quelques territoires privilégiés de la pensée. Greimas occupe évidemment le sommet du panthéon pour la nature même de son œuvre, suivi de Saussure et Hjelmslev. Si l’on considère les auteurs cités ne participant pas à l’ouvrage, nombreux sont ceux qui peuplent la pensée théorique sémiotique ou celle des sémioticiens interviewés (deux domaines à ne pas confondre). Parmi ces auteurs, cités au moins par trois participants, on recense, en ordre alphabétique : Aristote, Badir, Barthes, Benveniste, Beyaert-Geslin, Chomsky, Deleuze, Dondero, Ducrot, Eco, Floch, Freud, Genette, Geninasca, Groupe μ, Hammad, Husserl, Jakobson, Kant, Kristeva, Lacan, Lévi-Strauss, Martinet, Merleau-Ponty, Metz, Parret, Peirce, Propp, Quemada, Ricœur, Sebeok, Sonesson, Thom, Thürlemann, Valéry et Wölfflin. Proust, Mallarmé, Maupassant et Rimbaud sont aussi abondamment cités, mais pour d’autres motifs. Pour les auteurs cités par plus de trois intervenants et qui participent du livre, j’invite le lecteur à consulter l’Index des noms de personnes et de groupes.

14Si l’on croise les citations externes (auteurs ne participant pas au livre) et internes (auteurs participant au livre), le caractère composite du champ sémiotique actuel se confirme et quelque-uns de ses paradigmes principaux sautent aux yeux.

15Ces paradigmes – entre lesquels il n’existe pas de frontières étanches, mais qui, au contraire, interagissent et se complètent – sont notamment : la sémiotique objectale, la sémiotique des instances, la sémiotique cognitive, la sémiotique tensive, la sémiotique existentielle, la sociosémiotique, l’éthosémiotique, la biosémiotique, la sémiotique peircienne, la nouvelle sémiologie, la sémiologie des indices, etc. (Biglari, p. 10)

16Ces paradigmes ne cohabitent toutefois pas sous le signe de la concorde ni dans les paramètres d’une Pax Europeana. On peut supposer qu’une telle diversité est sujette aux désaccords. Je reviens donc aux tensions internes dont Fabbri (p. 200-201) donne un exemple lorsqu’il exprime son désagrément face au cadre multiface de la sémiotique actuelle :

17Moi, je crois que je travaille à l’intérieur du paradigme sémiotique, même s’il y a des orientations différentes. Et je ne suis pas du tout content de ceux qui inventent chaque année la sémiotique « douce », la sémiotique existentielle, la sémiotique tensive, etc. Je trouve qu’ils déclarent qu’il y a une sémiotique standard mais qu’il faudrait faire autre chose ! Je n’aime pas du tout cela…

18Ceci dit, j’ai mon propre point de vue qui n’est pas un point de vue original ou une sémiotique à part. Je fais de la sémiotique en fonction de mes compétences. Quelles sont mes compétences ? Je pense que ma contribution, c’est que je pratique une sémiotique marquée (par rapport à une sémiotique non marquée, sur le modèle de la langue où il y a des termes marqués et des termes non marqués), dans le sens de mes compétences. Par exemple, je suis très intéressé par les problèmes de conflictualité. La conflictualité peut être une dispute de famille, une polémique politique, l’argumentation scientifique, la guerre, la mafia. […]

19Désapprouvant le versant de ce qu’il appelle la « sémiotique douce », Fabbri, peut-être pour avoir été formé en Droit, assume une préférence pour les recherches sémiotiques tournées vers les problèmes sociaux, plutôt que de créer d’autre coupes théoriques. Son jugement critique est cependant différent de l’ironie corrosive de Rastier (p. 368) :

20La linguistique est la sémiotique des langues, aux côtés d’autres sémiotiques régionales, comme la sémiotique des images ou celle de la musique. Je ne vois aucune nécessité à échafauder une sémiotique des langues ou une sémiolinguistique qui serait autre chose que la linguistique, une sémiotique des images qui ne se confonde pas avec l’iconologie, une sémiotique de la musique indépendante de la musicologie. Ce serait une source de confusion inutile.

21La sémiotique mérite mieux que de devenir une « toutologie » [de l’italien tuttologia], traitant De omni re scibili et quibusdam aliis. J’admire les sémioticiens qui s’estiment compétents sur tous les sujets, et vous parlent un jour des tapis persans, le lendemain de Lyotard, le surlendemain de saint Bonaventure ou du Chanin Building. Cette agilité médiatique accompagne l’intégration progressive de la sémiotique aux disciplines de la communication où elle peut jouer le rôle auxiliaire d’une pop philosophie.

22Même si Rastier apprécie une bonne polémique, je laisse au lecteur ou aux intervenants le soin du commentaire sur le degré de « fidélité au réel » de sa tirade caricaturale – ou en passe de l’être. Que le lecteur partage ou non ses opinions, son entretien contribue à la compréhension de l’univers sémiotique et aux tensions qui le traversent.

23L’œuvre suscite encore trois autres points à traiter : le futur de la sémiotique ; les fonctions de la sémiotique ; l’art et le faire sémiotique.

24Je commence par le futur, qui s’annonce préoccupant. Motivée ou non par l’intervieweur, une partie considérable des intervenants se montre appréhensive et fait allusion à une « crise de la sémiotique ». À l’exception de l’Italie, un pays où tout indique que la sémiotique « va bien, merci », les possibles raisons évoquées pour l’appréhension collective sont nombreuses et complexes, et couvrent une gamme qui aborde depuis la difficulté française à promouvoir des changements curriculaires, en passant par la faible institutionnalisation de la sémiotique dès ses débuts, par sa terminologie difficile à assimiler, par la variété des courants post-greimassiens, voire par le refus de Greimas d’intégrer le Parti Communiste Français (PCF), et arrive à des questions d’ordre politique pragmatique, relatives aux lieux du pouvoir universitaire peu occupés par des sémioticiens mais conquis par les représentants d’autres lignes théoriques. Ces thèmes, parmi d’autres, sont généreusement discutés dans les entretiens. Un seul point paraît toutefois significatif par son absence. À l’univers sémiotique, il manque « le sens du dialogue », affirme Klinkenberg (p. 318). En dépit de la leçon vécue, à la voisinance du caractère canalisateur de Greimas, sa lucidité et sa volonté d’intégration d’autres disciplines à la pensée sémiotique en formation, rares sont les évocations de la trans- ou de l’interdisciplinarité. On perçoit non seulement une tendance à la fermeture de l’univers sémiotique sur la sémiotique même ou de chacun sur le noyau de sa pensée, mais également une fermeture sur un autre niveau, celui du temps. Ainsi que l’affirme Fontanille (p. 230) : « L’une des tendances dominantes chez les sémioticiens, c’est que chacun fait son œuvre en utilisant “les grands anciens”, mais personnes n’utilise les travaux des voisins et des contemporains ».

25Puisque l’on parle de futur, je prendrai pour exemple un passé récent. Je pose la question qui suit sous la forme d’un défi : dans le relevé des noms cités par au moins trois intervenants aux entretiens, si l’on excepte les défunts et les auteurs ayant participé à la fondation ou au développent du projet sémiotique avec Greimas, combien de noms reste-t-il ? Et de ceux-ci, combien appartiennent à une génération née à partir de 1960, plus jeune que les générations traditionnelles ? Ils sont trois : Sémir Badir, Anne Beyaert-Geslin et Maria Giulia Dondero. Deux d’entre eux basés en Belgique, une en France. Qu’est-ce que cela montre ?

26Peut-être peu de choses, puisque le livre invite les auteurs à parler de l’histoire de la sémiotique. Cependant, il les incite aussi à parler de la sémiotique d’aujourd’hui et de son futur. Là, la quantité de références à de jeunes sémioticiens est infime. Le discours lucide de Fontanille demande donc d’être ajusté : les « contemporains et voisins » qui ne sont pas cités appartiennent à des générations plus jeunes que celle des pionniers de la sémiotique. Je me risque à affirmer que cette forte tendance à l’endogénie – j’entends par là qu’outre les anciens, on cite ses contemporains historiques – est l’une des causes de cette « crise sémiotique ». J’ose par ailleurs insister sur le fait que, si les sémioticiens proches du cercle de Greimas veulent un futur pour la sémiotique en France, il faut le cultiver. Comment ? En conduisant un contingent plus important de jeunes chercheurs sur la scène théorique, en les citant plus, en travaillant plus avec eux, en leur ouvrant plus d’espace dans les institutions et les associations. Cette généralisation est injuste, je l’admets. Il existe des partenariats avec de jeunes chercheurs, ainsi que le prouvent les œuvres mentionnées à la première page des entretiens, mais elles sont proportionnellement rares.

27Le thème du futur évoque sous un autre angle le pouvoir heuristique de la sémiotique qui, à son tour, renvoie à ses fonctions, sa finalité ou, à la limite pragmatique, à son utilité. L’œuvre présente de nombreux exemples d’analyses sémiotiques : aidant la publicité ; auscultant l’éducation ; catégorisant des politiques ; pensant aux arts ; détaillant des comportements ; scrutant des états d’âme ; déconstruisant des stratégies d’aliénation ; proposant de nouvelles lectures ou de nouvelles questions, entre autres. De celles-ci, je souligne ce qui est sous-jacent à toutes les pratiques et qui devient graduellement accessible à l’apprenti en sémiotique : le développement d’un système de pensée, une compétence de lecture (large, ouverte à tous les champs de l’activité humaine : les sciences, les arts, les religions, les langues, etc.), aigüe, perspicace, capable d’« [a]ider à dépasser l’évidence et le bon sens, en plaçant les phénomènes familiers sous la lumière crue d’un éclairage neuf, en les mettant comme à distance » (Klinkenberg, p. 317). Une compétence qui, à la limite, informée sur les mécanismes du faire sens qui produisent la compréhension de son époque, de sa culture et, jusqu’à un certain point, de la nature humaine, peut combler « la nécessité pour une pensée de comprendre ses propres conditions de possibilité » (Bordron, p. 73).

28Pour conclure cet item, je convoque à nouveau Klinkenberg (p. 317), avec un discours qu’il adresse à ses étudiants, à la fin de ses cours :

Grâce aux quelques outils dont vous voilà munis au terme de ces entretiens, vous êtes maintenant à même d’entrer dans les coulisses du sens. (...) Or cette connaissance que vous avez, vous pourrez demain la mettre au service de n’importe quelle cause. Vous pourrez créer les publicités les plus dégueulasses, écrire les articles les plus abjects […] Mais vous pourrez aussi déconstruire au bénéfice d’autres ces mécanismes aliénants, et leur faire voir les logiques profondes qui les sous-tendent. Construire ou déconstruire, peu importe : vous serez libres de vos choix. Mais plus jamais vous ne serez totalement vierges face au sens des choses.

29Je laisse le thème des fonctions de la sémiotique pour évoquer les arts. De nombreux entretiens réservent des surprises, dans la mesure où le lecteur apprend à connaître les productions ou les intérêts culturels et artistiques des répondants. Pour ne citer qu’eux : Michel Arrivé et Eero Tarasti, qui est également musicien, écrivent des romans ; Anne Beyaert-Geslin est passionnée d’art plastique et de design ; Pierre Boudon, par l’architecture, la peinture et la musique ; Per Aage Brandt écrit des poèmes, en plus d’apprécier la musique et de jouer du jazz au piano (ce qu’il ne révèle pas dans l’entretien) ; Michel Constantini est un amateur de vases grecs, appréciateur de la signification des images et de la peinture ; Greimas lui-même aurait écrit, selon Ivan Darrault-Harris (p. 184), un roman policier ; le même Darrault-Harris réunit sémiotique, arts plastiques ou écriture fictionnelle et thérapie ; François Jost s’intéresse au cinéma et aux autres arts ; Jean-Marie Klinkenberg parle de proximité de quatre des membres fondateurs du Groupe μ avec les arts plastiques ; Jean Petitot se réfère à la musique, à la poésie et aux arts plastiques ; Claude Zilberberg montre sa préférence pour la poésie ; etc. En somme, le lecteur rencontre des contacts si nombreux et variés avec le monde des arts qu’ils méritent d’être relevés.

30Pour finir, j’avoue que j’aurais aimé y trouver quelques noms latino-américains, encore d’autres Européens, mais pour que le projet se matérialise, il fallait le clore à un moment – vingt-six mois de travail et 516 pages très denses, c’est beaucoup. En guise de conclusion, j’aimerais insister sur le fait que cet ouvrage est un véritable trésor, un document précieux et même essentiel pour toute la communauté sémiotique, depuis les chercheurs consacrés jusqu’aux étudiants. En soi, il ébauche avec soin la carte de la sémiotique francophone actuelle. Espérons que cette belle initiative continuera avec d’autres sémioticiens du monde entier…

Haut de page

Notes

1 Je paraphrase librement l’expression au caractère unificateur employée par Biglari (« sémioticiens […] en quête du sens ») à la page 7 de son introduction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Harkot-de-La-Taille, « Amir Biglari, Entretiens sémiotiques », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1577

Haut de page

Auteur

Elizabeth Harkot-de-La-Taille

Université de São Paulo, Brésil

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page