Navigation – Plan du site
Dossier

Les nouveaux modes de relation des journalistes à leurs publics. Les usages numériques chez les journalistes de RFI

Nozha Smati et Pascal Ricaud

Résumés

À travers les discours des journalistes de Radio France internationale et selon une approche compréhensive, cet article propose d’analyser les nouveaux modes de relation et de représentation des publics par les professionnels de la radio à l’ère numérique. En cherchant d’abord à appréhender les mutations et adaptations de la profession au nouvel environnement digital, il s’agit ensuite de mieux saisir les évolutions et nouvelles figures des publics radiophoniques, de donner sens aux liens, interactions et représentations des publics construits par les journalistes rencontrées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous faisons référence aux travaux des chercheurs membres du Groupe d’études et de recherches sur l (...)
  • 2 Laurent Gago, 2008, « La radio du XXIe siècle : à la rencontre d’Internet », Médiamorphoses n° 23, (...)

1Malgré un bon nombre de travaux et d’études consacré au média radiophonique1, ce dernier demeure en France le parent pauvre de la recherche, « un média délaissé » pour reprendre ici l’expression de Jean-François Tétu (2004). En effet, les préoccupations des chercheurs penchent manifestement en faveur de la télévision et de la presse écrite prêtant ainsi peu d’intérêt aux pratiques, usages et encore moins aux représentations de la radio et ses auditeurs, peinant à être envisagés comme des « publics ». Ce constat est d’autant plus prégnant lorsqu’il s’agit des mutations que connaît ce média depuis une dizaine d’années sur les supports numériques et multimédias. Les réflexions que suscitent ces mutations chez certains chercheurs apportent certes un éclairage descriptif et conceptuel pertinent (Podcast, streaming, radio 2.0, audioblog, webradio),2 mais s’attachent peu à l’analyse des nouveaux usages du média et de l’évolution de la place et du rôle des auditeurs de la radio sur le web. En effet, comme le soulignent Daniel Cefaï et Dominique Pasquier, la question des publics médiatiques « reste un chantier de recherche dont on commence seulement à soupçonner l’étendue » (2003, p. 18). Dans les années 1970-1980, des études de réception sous le prisme du modèle encodage/décodage (Hall, 1977) suscitèrent les débats les plus vifs sur le statut du public, tendant à définir ses membres comme des sujets actifs, capables de négocier, voire même de contester le sens encodé. Le public n’est même plus exclu de la production ; il se fait co-auteur des messages, programmateur ou encore journaliste comme le souligne Éric Macé à propos « du public manifesté » (Macé, 2001, p. 224).

2Néanmoins des études récentes relativisent l’ampleur de ce journalisme participatif. C’est une pratique expérimentée par quelques milliers d’individus présentant un profil particulier : « En plus de la possession d’un fort capital culturel, c’est une habitude plus générale de l’expression d’idées, ainsi qu’un intérêt marqué pour la vie publique et les médias, qui semblent sociologiquement discriminants en matière de création de contenus d’actualité sur le web. » (Rebillard, 2011, p. 31). La production et la diffusion d’informations d’actualité concerne une frange sociale extrêmement restreinte des internautes, y compris sur des médias on-line ouvertement participatifs comme AgoraVox ou Rue 89.

3L’autre aspect mis en valeur par la sociologie de la réception est celui de la diversité des figures du public. Hervé Glévarec, en faisant allusion aux travaux de Dominique Pasquier (1999), précise que la sociologie de la réception « tend à rappeler sinon l’existence, du moins la possibilité de “publics” au sens non plus d’une agrégation mathématique, mais d’une “communauté imaginée” » (Glévarec, 2007, p. 185). S’écartant ainsi de la perspective du décodage du texte par le lecteur, les travaux de réception abordent frontalement la question de la production et de la constitution des publics médiatiques ; ces publics réels et imaginaires, rêvés et observables, mobilisés ou invoqués.

  • 3 Expression empruntée à Daniel Cefaï et Dominique Pasquier : le public « désigne un “être” doté de c (...)

4C’est précisément à cet « être »3 bien problématique à saisir que nous nous proposons de réfléchir en nous intéressant aux nouveaux modes de relation et de représentation des publics de la radio à l’ère numérique selon une approche compréhensive et à travers les discours des professionnels de ce média.

  • 4 Conférence « Radio, the Resilient Medium », Radio Research Section 2013, ECREA, Londres, 11-13 sept (...)

5Croisant les regards de chercheurs et professionnels, des manifestations scientifiques organisées récemment4 ont mis en exergue les changements à la radio des pratiques professionnelles (Smati et Ricaud, 2014) et les processus d’adaptation des auditeurs au digital age et leurs attentes. Ainsi la rencontre du média avec le web implique-t-elle un nouveau fonctionnement et de nouvelles interactions entre acteurs témoignant de l’évolution du métier et du changement du rapport qu’entretiennent les journalistes avec les publics. Si le mode de diffusion FM n’a pas eu, a priori, d’incidence sur les motivations et l’implication des publics déjà fidélisés, depuis de nombreuses années, en revanche la présence des radios sur Internet permet de voir émerger de nouveaux publics et de nouvelles pratiques.

6Dans l’univers numérique, de nouveaux dialogues et de nouvelles relations s’établissent entre les journalistes et leurs publics. Ainsi cet univers implique-t-il une nouvelle conception des auditeurs/internautes et de nouvelles façons d’appréhender, peut-être même de « fabriquer » des auditeurs. En partant des expériences et représentations de journalistes de Radio France Internationale, nous souhaitons saisir la place des publics et la manière dont ils sont sollicités et interagissent avec les journalistes. Quelles représentations les journalistes se font-ils de leurs publics dans le contexte des pratiques digitales émergentes (marquées par une forte expressivité, une individuation, une participation citoyenne, des formes de contestation) ? Comment les considèrent-ils, l’intègrent-ils ou non dans un nouveau dispositif radiophonique en constante évolution ? Nous envisageons d’y répondre à travers une démarche endogène plaçant les journalistes au cœur de notre réflexion. Il s’agit d’une perspective compréhensive selon laquelle les points de vue des journalistes occupent une place centrale, considérant qu’ils sont compétents pour donner sens à leurs pratiques à travers leurs discours réflexifs. Cette approche s’inscrit dans un paradigme constructiviste (Mucchielli, 2005) dans le sens où son « parti-pris est qu’il n’existe pas de réalité objective, mais des représentations subjectives propres aux enquêtés qui permettent de construire des connaissances en tant que reflets d’une réalité, utiles à la compréhension d’un phénomène » (Arditti-Siry, 2012, p. 121). Le rôle de l’enquêteur est de mettre à jour ces représentations. Ainsi, « l’enquête par entretien est particulièrement pertinente lorsque l’on veut analyser le sens que les acteurs donnent à leurs pratiques » (Blanchet, Gotman, 1992, p. 27). Grâce à des entretiens de type compréhensifs (Kaufmann, 2007), nous avons donc recueilli les discours de journalistes de RFI. Le choix de nos interlocuteurs ne prétend à aucune représentativité, mais il a le mérite de nous offrir un panel diversifié tant au niveau des statuts que des places occupées au sein de la radio publique. Ces premiers entretiens ont été réalisés entre le 30 janvier et le 15 février 2014 avec cinq professionnels (2 femmes et 3 hommes ayant une expérience de 25 à 6 ans au sein de RFI : Christine et Olivier grands reporters du service Afrique (25 et 14 ans à RFI) ; Ziad, producteur et animateur de l’émission l’atelier des médias (13 ans à RFI) ; Paulina journaliste et responsable Mutimédia du service Afrique (10 ans à RFI) et Guilhem, journaliste reporter du service France (6 ans). Il s’agit toutefois d’un sous-groupe de journalistes particulier dont on peut difficilement généraliser les perceptions et les représentations. Les conditions favorables dans lesquelles ils exercent leur métier et la mission de média français de référence qu’est censée assurer RFI sur les plans diplomatique et international, que nous expliciterons plus loin, définissent et expliquent en partie le fonctionnement de son corps professionnel.

7À travers leurs discours, nous viserons à analyser et comprendre la mutation de la profession, mais avant tout la place et le rôle des publics au regard du contexte numérique. Avec la reconfiguration des usages et des modalités d’écoute de la radio comment les producteurs de l’information intègrent-ils ces changements en cherchant à entretenir le lien et à satisfaire les attentes des auditeurs connectés ?

Mutations et adaptations du métier de journaliste radio au nouvel environnement numérique

8Il nous semble important de caractériser d’abord cet environnement radiophonique en contexte numérique et ses conséquences sur le média et sur la profession du journaliste radio. Appréhender, en amont, ces évolutions, permettra dans une seconde partie de mieux cerner et donner sens aux liens, interactions et représentations des publics construits par nos interlocuteurs dans ce nouvel écosystème radiophonique.

RFI, une radio 2.0 à l’heure de la convergence numérique

9Seule et unique en son genre dans le paysage médiatique français, Radio France Internationale est de service public et d’intérêt général, principalement financée par de l’argent public (redevance audiovisuelle). La station constitue un vecteur d’influence et une courroie de transmission à l’international des valeurs culturelles et démocratiques, censées refléter le pays. Selon le discours officiel de RFI, considérant « ses auditeurs comme des citoyens et pas comme de simples consommateurs, sa mission est d’entretenir le lien social, de rassembler et pas de diviser, d’éduquer et pas seulement de distraire. Le contenu de ses programmes est d’orientation démocratique et culturelle. Le contenu de l’information est pluraliste »5. Ces spécificités impliquent en effet une relation particulière avec le public de la radio et sa représentation par ses journalistes. Ces derniers s’attachent à défendre les valeurs de « vrai journalisme », d’indépendance éditoriale et de liberté d’expression comme le souligne Christine : « A RFI on a une autre idée de nous-mêmes et surtout on défend l’idée du journalisme, Ça c’est sûr».

  • 6 « RFI les voix du monde », dossier de presse, [en ligne], disponible sur : https://www.google.com/# (...)

10Labellisée « Radio du Monde », RFI est présente aujourd’hui dans plus de 150 pays, compte près de 35 millions d’auditeurs chaque semaine et plus de 8 millions d’internautes chaque mois, sur les cinq continents de diffusion. Selon Marie-Christine Saragosse, la présidente directrice générale de la station, « le projet éditorial de RFI s’inscrit dans un plan stratégique visant également à conforter sa présence mondiale, sur tous les supports, aussi bien par les moyens d’écoute traditionnels de la radio (FM, ondes courtes, ondes moyennes, satellite, câble), que sur les nouveaux médias (site Internet, applications mobiles…). Les téléphones intelligents et les tablettes sont les nouveaux transistors du XXIe siècle et la révolution de la mobilité ouvre une nouvelle ère à la radio »6. Nous verrons que ses choix stratégiques par rapport aux nouvelles technologies et l’irruption du numérique ont des conséquences sur les perceptions qu’ont les journalistes de leur métier, sur leurs manières de s’y adapter et d’envisager leur relation avec leur public. Quelques chiffres de novembre 2013 permettent d’illustrer le choix et le positionnement de la radio vis-à-vis du numérique et ses offres : Facebook RFI a passé la barre des 585 000 « fans » sur son compte principal en français, confortant son statut de première radio française d’actualités sur Facebook. En un an, ce sont près de 300 000 « fans » qui ont rejoint la communauté RFI sur Facebook. Plus de 70 000 internautes interagissent quotidiennement sur la page. Près de 325 000 abonnés suivent les comptes Twitter de RFI, en progression de 168 % sur un an. Au compte principal @RFI, qui a doublé son nombre d’abonnés en un an pour dépasser la barre des 100 000, s’ajoute le récent @RFI Afrique qui connaît une augmentation de ses abonnés très rapide. Autres innovations, la radio a mis à disposition cinq studios équipés d’un système de prise de vue automatisée, pilotée par les micros, permettant d’offrir aux internautes et mobinautes les vidéos de leurs émissions préférées (« second écran »). Aussi la présence de RFI sur le web et l’usage des réseaux sociaux, redéfinit-il les contours des pratiques, la structure et la place des publics dans les processus de production et diffusion des contenus. Plus largement la migration de la radio sur le web redessine les formes d’appropriation de ce média techniquement enrichi

  • 7 Holubowicz Maria, Les radios associatives à l’heure du web 2.0, communication dans le cadre de la J (...)

11On distingue aujourd’hui trois grandes catégories de radios sur le web7 classées selon leur niveau d’intégration de la technologie numérique : la webradio, La webradio (ou radio on-line) multimédia et La webradio 2.0 ou radio 2.0. RFI correspond à cette dernière catégorie. Il s’agit d’une radio interactive (au mieux participative et collaborative). Elle se caractérise par le partage (grâce aux blogs, aux réseaux sociaux…) et par la participation de ses utilisateurs (commentaires, forums, blogs personnels, réseaux sociaux…). RFI est donc une radio 2.0, augmentée, qui ne réduit pas le web à un simple réseau de diffusion. Elle est multimédia et riche de contenus et services plus ou moins diversifiés, offrant de nouveaux « cadres de fonctionnement » (dimension technique) et « cadres d’usages » (dimension sociale) (Flichy, 1995, p. 151-155). Un nouveau « cadre de référence sociotechnique » émerge (Idem, p. 256), à travers lequel se redéfinissent et se négocient le rôle et les pratiques des journalistes et de leurs publics qu’il s’agit de saisir ici.

Un changement plus ou moins bien vécu et intégré par les journalistes radio

12Pour Nicolas Pélissier « […] les journalistes ont régulièrement fait preuve d’une adaptabilité leur permettant d’absorber des chocs d’origine très diverse, notamment les tentatives d’instrumentation et de manipulations émanant de divers pouvoirs (politiques, religieux, etc.) et les mutations technologiques engendrées par les avancées de la science » (Pélissier, 2002, p. 1). Cette adaptabilité, même si elle est réelle, ne va pas sans un certain nombre de réticences, de négociations et parfois de renoncements.

  • 8 « Nous avançons que le flou fonde ce professionnalisme, que le flou est en soi une culture de produ (...)

13L’identité journalistique est parfois présentée comme modulaire, instable. Denis Ruellan parle de « métier de frontière » (Ruellan, 1993, p. 28). Un métier caméléon dont les contours sont flous8, mouvants, les journalistes ayant appris à s’adapter et digérer de nouvelles fonctions, de nouveaux métiers, au fur et à mesure de l’apparition de la radio, la télévision ou Internet plus récemment. De nouvelles figures sont encore apparues, comme le « journaliste hacker », en même temps rédacteur et programmeur informatique ou développeur web.

14Tous nos interlocuteurs expriment cette volonté, la nécessité même de s’adapter à l’évolution de leur média. Cela ne veut pas dire pour autant que la démarche est spontanée, en particulier pour ceux dont la pratique professionnelle est ancienne et ne s’inscrit dans un contexte numérique que depuis peu.

« Alors encore une fois Internet je l’ai toujours pris comme un outil qui m’a été un peu imposé, spontanément je ne suis pas allée vers ça. Je me suis mis sur Facebook par nécessité, je suis pas sur Twitter. J’ai quelques résistances presque idéologiques, ça tourne un peu à la limite. Au départ, je suis un peu ambivalente, je suis très intéressée par la nouveauté je ne veux pas du tout avoir une image de conservatrice et pourtant les outils m’interrogent sur leur finalité et donc je suis prudente » (Christine)

15Les termes d’ailleurs utilisés par Olivier et Christine, journalistes de longue date au service Afrique, ont une charge émotionnelle forte, parlant de « bouleversement » ou considérant que ce serait la fin du métier si le « journalisme d’information » devenait du « journalisme de communication ». Derrière l’usage de ce terme, c’est le danger d’une logique marketing (techniques de référencement, webmarketing, community management) de l’entreprise médiatique qui est mis en avant, pouvant l’emporter sur le respect d’une ligne éditoriale, d’une éthique et de règles spécifiques à leur profession.

16Pour les plus anciens des journalistes interrogés, il ne s’agit pas d’appropriation d’un nouveau média, voire d’un nouveau modèle journalistique. L’irruption des outils numériques a certes apporté au métier, permettant aux journalistes un gain de temps lors de la collecte d’information et du montage ainsi que la possibilité d’enrichir l’information sur le site web de la radio, cependant pour Christine :

« l’important c’est la vérification de l’info, que le multimédia modifie nos façons de travailler tant mieux si c’est au bénéfice de l’information, si c’est pour mettre un peu plus de flou, d’ambiguïté sur l’information, je crois qu’il faudra dans ce cas qu’on adapte notre réflexion, c’est que les outils doivent rester des outils et tant mieux si la multiplicité des réseaux sociaux nous permet de faire passer une information de qualité, tant mieux, mais il faut que ça reste des outils »

17Olivier est également du même avis :

« La seule chose que le journaliste doit préserver aujourd’hui c’est la qualité de ces informations, si on se trompe, si on confond rumeur et information, si on se plante à chaque fois on y laisse notre seule plus-value c’est-à-dire la qualité d’analyse et de l’information. »

18Les deux journalistes expriment leur adhésion à la politique de numérisation engagée par RFI : « il y a un compte twitter RFI qui existe depuis quelque temps, on est sollicité à se mettre au tweet pour pouvoir faire monter des infos RFI rapidement sur le tweet, le compte RFI fonctionne apparemment bien d’ailleurs » (Olivier). Ils participent aux formations web que propose la station, utilisent Facebook et collaborent avec le service multimédia pour diffuser également l’information sur le site de RFI. Cependant, ils insistent sur le fait qu’ils sont « d’abord des journalistes radio » et non pas des journalistes multimédia voire multitâches. Les nouveaux impératifs n’iraient pas de soi et font l’objet de négociations routinières, comme l’exprime Christine :

« Je suis d’abord journaliste radio et franchement j’y passe tellement de temps et ce qui est certain je connais mes limites, je suis pas multitâches spontanément, je suis moins rapide sûrement que certains qui ont l’habitude de faire plusieurs choses à la fois et si c’est au détriment de la radio je le ferai pas, si j’ai pas le temps d’envoyer mes photos ben je les envoie pas, alors la je n’ai pas d’état d’âme et si je les envoie le lendemain et ben je les envoie. Ce qui importe c’est de pouvoir envoyer le reportage radio au moment, d’être en direct quand on me le demande à 6 h de matin, il n’y aucun problème j’y serai, mais en revanche s’ils n’ont pas la version papier plus longue parce que normalement la version radio est transférée sur le site internet. Mais si on me dit Ah Christine la version internet, oui j’essaye, mais si je ne peux pas, je ne peux pas, voilà ! »

19Conscients de l’importance de suivre les évolutions « pour pouvoir exister » et « ne pas être à la ramasse » (selon l’expression de certains d’entre eux), ils n’ont toutefois pas la même perception de l’usage des réseaux sociaux et du site web de la radio qu’un nouveau recruté.

20Ces derniers n’auraient même pas eu besoin de s’approprier les outils numériques puisqu’ils font déjà parti de leur univers quotidien. Pour Paulina, journaliste responsable multimédia à RFI, les nouveaux recrutés ont des « profils web » et non « radio », pour eux « mettre leur papier sur Internet » est une évidence. C’est « difficile d’imaginer comment on a pu travailler sans Internet avant, mais avant comme après le numérique, le travail d’un journaliste à RFI est de diffuser une information de qualité et sur des zones auxquelles les médias français s’intéressent peu, de s’adresser à un public particulier qui est un public francophone majoritairement non français » nous disait Guilhem, journaliste reporter, service France.

21On peut observer, à plusieurs reprises, qu’en même temps que les plus anciens des journalistes rappellent en quoi Internet a fait évoluer significativement et définitivement les pratiques (au niveau du travail de collecte d’informations, de l’archivage, du travail d’investigation/documentation, ou de l’économie de temps notamment au niveau du montage), ils s’empressent de préciser qu’ils font attention à ce qu’ils trouvent sur Internet, vérifient leurs sources. Sous-entendant que même si on utilise de plus en plus Internet on ne transige pas avec les règles déontologiques. Ils sont aussi très attentifs à leurs productions sur le site de la radio largement suivi par les auditeurs et internautes : « Mes collègues ont le même souci d’exigence quand ils sont à l’antenne, pour leur lancement ils ont une exigence sur la façon dont on les lance, ben ils sont aussi exigeants sur la façon dont on met ensemble leur papier sur le site… Oui de plus en plus » (Paulina).

22Si les journalistes interviewés s’accordent à dire que l’essentiel de leur métier consiste à assurer la production et la diffusion d’une information de qualité et (re) vérifiée, avoir un profil web ou radio n’affecterait pas la fonction et le rôle de journaliste.

23Ils considèrent en effet que leur identité journalistique – de toute façon mouvante – n’est pas encore affectée par cette numérisation de la radio, même s’ils peuvent exprimer des craintes pour l’avenir, faisant référence notamment à la fusion avortée avec France 24, projet vécu comme une remise en question non seulement de l’indépendance de la station, mais aussi de son identité.

24Ce seraient bien les manières de faire du journalisme qui évoluent. Mais comment ? Au niveau des modes d’écriture, des registres (factuels, argumentatifs, récréatifs, interprétatifs) dont Erik Neveu notamment souligne la diversification (2009, p. 74-75), pour répondre à de nouvelles attentes des auditeurs ? À moins que ce soit la conséquence de ce frottement radio/écran, cette volonté de tout mettre en image pour conquérir de nouveaux publics, cette montée en puissance du site web et de la radio en ligne face à la radio hertzienne ?

25Au-delà de l’évolution des pratiques professionnelles, certains interlocuteurs font référence à une diversification des tâches et fonctions potentielles dont on mesure difficilement les contours et limites. Elles sont en grande partie liées à la redéfinition de la place et des échanges instaurés avec les publics de la radio. Ce type de discours confirme et témoigne de la capacité de cette profession à devenir toujours plus transversale, à faire éclater les frontières entre les divers métiers de l’information et de la communication. En même temps, de tels témoignages peuvent laisser penser que les journalistes gagneraient en autonomie et en pouvoir face à la Direction de leur entreprise, à la faveur de cette ouverture et de ces échanges avec les auditeurs-internautes autrefois uniquement captés, analysés par les responsables de la communication et du marketing. Ziad, animateur et producteur de l’émission l’atelier des médias mesure ces changements lorsqu’il nous dit :

« On était dans un dispositif industriel où on avait une petite place et où le reste était très organisé. Cette organisation existe toujours, mais à partir du moment où on prend en main les outils de diffusion personnellement, on devient promoteur de ses contenus, on devient son propre espace, on devient média soi-même par rapport à nos programmes, on commence à centraliser toutes sortes d’interactions. Du coup on rentre en concurrence avec toute la structure de l’entreprise de manière très naturelle. Mais notre travail change radicalement. On devient animateur de communauté, on devient gestionnaire ou créateur de communauté, on devient chef de projet, on devient relation auditeur […] »

26L’expérience de L’atelier des médias, largement évoquée par les journalistes interrogés comme étant une « web-émission » représentative de l’évolution du métier, témoigne de la façon de faire de la radio aujourd’hui. « Émission d’interrogation sur le nouveau contexte médiatique « traitant des évolutions et révolutions dans le monde du multimédia, elle est conçue à la fois comme un magazine de radio et comme un réseau social privilégiant la participation et l’interactivité des auditeurs-internautes ».

Nouvelles figures des publics radiophoniques et nouvelles relations avec les journalistes : les lignes bougent…

27Si la littérature scientifique fournit de plus en plus d’ouvrages et articles sur le journalisme en ligne (Estienne, 2008 ; Charon et Le Floch, 2011 ; Dagiral et Parasie, 2010), les travaux centrés sur les publics sont peu développés et encore moins dans le domaine du journalisme radiophonique. Pourtant ils font l’objet de toutes les attentions des salles de rédaction, des services marketing et de l’entreprise médiatique, un métier leur est spécifiquement dédié, celui de community manager destiné notamment à gérer la production du public actif. L’intervention du public dans le processus de production de l’information est de plus en plus significative complexifiant ainsi la relation entre le journalisme et ses publics. Auditeur, internaute, source d’information, expert, citoyen, autant de portraits possibles aujourd’hui du public de la radio. « L’hétérogénéité » semble selon Jean-Pierre Esquenazi « le trait dominant de nombreux publics » (2009, p. 3). Acteur polymorphe, plus personne n’ose aujourd’hui écrire ce mot public au singulier. Dès lors, « il n’y a plus un public, mais des publics, une figure, mais des figures » (Mehl et Pasquier, 2004, p. 10). Nous envisageons de saisir l’évolution des figures du public radio, mais aussi interroger les manières dont les journalistes font exister ce public en l’insérant dans des dispositifs de plus en plus participatifs, contribuant ainsi peut-être même à la production de nouveaux publics.

La perception des publics par les journalistes : entre craintes et nouvelles proximités

28Une même information – sous la forme d’un reportage radio à la base – peut être retravaillée, remise en forme, déclinée (article écrit pour le web, réalisation d’un diaporama à partir de photos d’un reporter…) par diverses personnes.

29Cet enrichissement ne peut pas se faire sans proposer des regards différents, particuliers sur l’information, par des choix de mise en forme, d’agencement, d’apports complémentaires (dossier en ligne)… Avant même que le public ne soit en contact avec cette information, c’est un objet multimédia, polymorphe et potentiellement multi-interprété auquel on lui donne accès, sans savoir s’il va le survoler, l’écouter et/ou le lire attentivement, l’approfondir, le commenter, le rediffuser, le partager ou encore le promouvoir. L’un des enjeux consiste pour le média de mettre en place les outils statistiques et de veille stratégique permettant de récolter des données quantitatives et de connaître le cheminement d’un internaute, à des fins marketings avant tout.

30À un moment donné on perd la trace de cet internaute, de ce qu’il fait des informations qu’il s’est appropriées, sachant qu’on ne connaît que son adresse IP ou son pseudo selon les cas. Difficile dans ces conditions de cerner ses goûts, ses attentes ou ses opinions. Difficile aussi de connaître ses finalités, ses motivations par rapport aux informations qu’il rediffuse, partage ou encore commente. L’anonymat évidemment tendant à aggraver les choses comme l’explique Paulina, la responsable Multimédia du service Afrique :

« sur le site, jusqu’ici c’était anonyme, la on avait tout à la fois l’analyse, des gens super renseignés, puis on avait ce qui a de pire sur Internet : les menaces anonymes, tout ce genre de choses »

31Néanmoins l’internaute peut réapparaître sur les réseaux sociaux, les blogs de la radio ou liés à elle, s’il est un « follower, » un « liker », un « ami » virtuel, un abonné, un commentateur régulier de RFI. Auquel cas cet internaute suscitant parfois des craintes, une certaine défiance, peut devenir un membre de la grande communauté des auditeurs-internautes de la radio on-line. Or, un des enjeux pour RFI est la participation des auditeurs à la radio via le site web et les réseaux sociaux.

« C’est sur et grâce aux réseaux sociaux que l’auditeur participe à la radio, mais je ne crois pas que les échanges sur Facebook soient délirants, riches. Je vois que ça reste limite d’accord/pas d’accord, des commentaires sympas, de félicitations ce genre de chose, il n’y a pas vraiment d’analyse, je pense qu’on n’est pas beaucoup dans l’analyse. Le choix a été fait de forcer les gens à s’inscrire pour pouvoir commenter et de valoriser les internautes qui font des bons commentaires et de leur donner une carte. C’est différencier clairement entre les internautes à qui on donne des autorisations et les journalistes » (Paulina).

32Pour nos interlocuteurs il s’agit de valoriser les bons élèves, après avoir créé les conditions d’un meilleur contrôle de la présence et des propos tenus par les internautes. RFI donne la possibilité à chaque internaute de devenir un participant actif, ce qui selon Christine accentue la crainte de la perte de crédibilité de l’information, mais en même renforce le rôle et les compétences du journaliste :

« Je me dis tout le monde se prend pour un journaliste finalement, tout le monde est pourvoyeur d’information, via twitter, Facebook, tous ces trucs-là. Il faut qu’on ait conscience que notre rôle et notre métier s’en trouvent renforcés, c’est-à-dire que la spécificité entre tous ces pourvoyeurs d’information et un journaliste c’est que seul le journaliste vérifie, continue à vérifier ses informations. » (Christine).

33Au-delà du fait que tout le monde peut se prendre pour un journaliste grâce aux possibilités offertes par les réseaux sociaux, cette remise en question des journalistes, mal vécue, nous renvoie à l’illusion d’une toute-puissance des internautes eux-mêmes. Ayant la possibilité de diffuser et d’accéder à toute information, ces derniers peuvent douter d’autant plus de la véracité des informations diffusées par les journalistes et trouver des informations non vérifiées qui les confortent dans leurs points de vue, leurs opinions, leurs a priori. L’accès au savoir, à l’information et à une expression libre, pierres angulaires de la démocratie électronique qui produit un mouvement de défiance et de contestation vis-à-vis du politique, comme du journaliste. Les journalistes interrogés, bien que soutenant et au moins acceptant ce double processus de développement sur le web et de convergence médiatique, s’avèrent méfiants :

« Car à trop valoriser les commentateurs, on peut de temps en temps donner l’impression qu’on leur laisse les clés du site, et moi j’ai toujours un peu peur de l’internaute parce qu’il est super présent, parce qu’il connaît bien le site, à qui on fait de plus en plus confiance et que finalement on ne sait pas qui c’est » (Paulina).

34À cette remise en question – « les journalistes vous faites quoi, vous ne faites pas mieux que nous, vous mettez des infos, vous mettez des rumeurs » (Christine) – il s’agit d’opposer l’idée que les journalistes sont justement des professionnels, seuls capables de vérifier les informations, de faire le tri, car formés spécifiquement à ce type de tâche. Plus largement, ils ne peuvent accepter d’être remis en question sur ce qui constitue l’essentiel de leur compétence : les techniques journalistiques de perception et de restitution de la réalité (l’enquête, l’interview, la rédaction, la mise en page) (Ruellan et Pélissier, 2003, p. 94). Ces techniques d’écriture et de mise en forme restent plus importantes que la technicité liée aux nouveaux supports d’information et communication. Ainsi, le média journalistique ne doit pas céder face au média technique que s’approprient de plus en plus d’Internautes.

35Les dimensions collaborative et participative avec les apports du web 2.0 font émerger de nouvelles catégories d’acteurs intermédiaires (Granjon, 2001), mais aussi un renouvellement des formes du militantisme (expression/mobilisation) à travers les médias(Cardon, Granjon, 2010). Cette diversification se fait aussi au risque d’un processus d’individuation, d’une perte du collectif. Dans le cadre de ses études sur les listes de diffusion et de discussion mises en place par les « groupements protestataires orientés vers la défense de groupes à faibles ressources », Fabien Granjon (2001) à propos des acteurs intermédiaires distinguait déjà trois catégories : les passeurs qui se contentent de faire circuler, sans commentaire et sans modification, l’information dont ils disposent et de donner une plus grande visibilité à des événements de dimension locale ; les filtreurs qui au-delà du rôle des passeurs, cherchent à mieux cibler leurs interventions et se livrent au préalable à des opérations de sélection de l’information ; les interprètes qui remplissent la fonction « d’aides cognitives » et se distinguent par la qualité scientifique de leurs discours et/ou la valeur de leurs commentaires, font émerger des problématiques, évaluent l’information mise à disposition sur les listes de discussion et de diffusion (et de plus en plus les blogs et réseaux sociaux aujourd’hui).

36L’idée d’une participation active des internautes et d’une indistinction entre l’audience plus ou moins invisible et les publics plus ou moins visibles sur le web apparaît difficile à défendre. À la différence des publics, « une audience ne se caractérise ni par un impératif de sociabilité ou de stabilité, ni par une obligation de performance (elle reste confinée dans l’espace privé), ni par une référence nécessaire à un bien commun. Son attention est réactive : elle est réponse à une offre. » (Dayan, 2000, p. 433). L’audience ne renvoie pas à des publics « réels », mais à des agrégats statistiques qui ne peuvent renseigner sur ces goûts.

37La notion de public, telle que rappelée par Daniel Dayan, est largement plus positive, et à l’heure de l’interactivité on-line et de la convergence médiatique elle devient plus visible et participe plus à la vie du média. Un public constitue un milieu et se caractérise par un certain type de sociabilité. Cette sociabilité s’accompagne d’une capacité de délibération interne, renforcée aujourd’hui par des dispositifs tels que les forums (présents par exemple dans l’Atelier des Médias) ou les réseaux sociaux (twitter, Facebook) quand ils sont utilisés dans le cadre d’émissions (réactions en direct, commentaires a posteriori…). Cette nouvelle sociabilité finit par englober les journalistes eux-mêmes qui intègrent cette communauté qu’ils font vivre, alimentent, développent par ailleurs :

« Que ce soit sur twitter ou sur Facebook et particulièrement sur Facebook, j’ai beaucoup d’amis qui sont en fait des auditeurs et donc les gens peuvent nous trouver plus facilement, nous interpeller, nous demander des explications, avoir un lien aussi avec nous qu’il n’y avait pas avant. Aujourd’hui ils nous entendent à la radio et ils nous suivent sur les réseaux sociaux. Donc on a un double lien avec eux » (Guilhem)

38Le public de la radio procède à des présentations-de-soi face à d’autres publics, par exemple à travers des blogs et grâce à l’ensemble des dispositifs que le média met à leur disposition pour permettre la prise de parole, avec le risque d’un entre soi vu le nombre limité parfois des internautes qui osent saisir cette opportunité. « Un public manifeste une disposition à défendre certaines valeurs en référence à un bien commun ou à un univers symbolique partagé » (op. cit), ce qui suppose qu’il se réfère et se reconnaisse à travers un collectif (il produit des représentations). Concernant les publics présents sur Internet, on pourrait parler aujourd’hui de l’émergence de nouvelles formes de communalisation, essentiellement au sens Weberien d’une activité qui se fonde sur le sentiment subjectif (traditionnel ou affectif) d’appartenir à une communauté (Clavairolle, Ricaud, 2013, p. 3). Enfin, le public traduit ses goûts en demandes, pouvant ainsi peser directement sur les orientations éditoriales du média.

39Ce nouveau contexte crée une plus grande proximité entre les journalistes et leurs publics. On ne tient plus à distance les auditeurs, ou de moins en moins. Le compte Facebook devient un des nouveaux lieux de rencontre entre les journalistes et leurs publics comme le relate l’expérience de Guilhem :

« Facebook je l’ai ouvert principalement pour mes amis, et je n’ai jamais pensé que ça pourrait intégrer d’autres types d’amis… La première fois que j’ai reçu une demande d’auditeurs sur Facebook, j’ai eu un premier mouvement de vouloir lui dire non, mais je ne peux pas lui dire non parce que je rentre dans sa maison tous les jours, je prends le petit-déjeuner tous les matins, je suis présent avec lui quand il se lave les dents, quand il prend la voiture pour aller au travail. Donc je suis avec lui, et pour lui j’existe même si pour moi il n’existe pas, ça serait pas sympa, pas très honnête de ne pas accepter sa demande, car ça serait mettre une distance quoi. Lui dire vénère-moi comme une idole si tu veux, mais ça s’arrête là, c’était bizarre donc oui j’ai accepté les demandes » (Guilhem).

40C’est pourtant cet auditeur qui pour le journaliste n’existe pas, qui va rentrer à son tour dans sa sphère privée, même si celle-ci est protégée, bénéficie de protocoles de sécurité, de stratégies de verrouillage (listes, tri des donnée publiques et confidentielles). Et l’auditeur va croiser d’autres auditeurs sur la page Facebook de DG de RFI, sur le forum de discussion de l’Atelier des Médias ou du journaliste du service France…

  • 9 Cette émission de RFI, programmée tous les jours à 8 h 10, est présentée comme le rendez-vous inter (...)

« On peut être amené parfois à répondre plus directement aux auditeurs, on a une émission qui s’appelle “Appels sur l’actualité”9 où les auditeurs sont censés pouvoir rappeler pour poser des questions et donc dans ce cas-là le journaliste qui a traité le sujet vient approfondir et expliquer en 4 à 5 mn. Avant tout passait par cette émission, maintenant ils peuvent nous contacter directement et nous demandent de répondre à certaines questions donc ça peut-être un peu consommateur de temps… » (Guilhem).

41L’interactivité journalistes-auditeurs prend une forme de plus en plus participative, directe et personnalisée. De nouveaux moyens sont aujourd’hui mis en place pour renforcer cette proximité et satisfaire de nouvelles attentes et de nouveaux besoins :

« Je ne suis pas étonnée que les gens à partir du moment où ils ont les moyens de recevoir autre chose, le son ne leur suffit plus, pas forcément. Alors ils sont attachés à une radio, attachés à des journalistes, mais ils ont envie de les connaître, les voir et c’est pour ça qu’on arrive à voir la radio filmée et tout ça, ils ont envie qu’on leur offre une radio enrichie » (Paulina).

42Nicolas Pélissier avance l’hypothèse que davantage qu’un « journalisme de communication », « le réseau Internet favorise l’émergence d’un journalisme d’expertise, modèle qui renvoie à un traitement de type techno-bureaucratico-commercial de l’information. Mais peut-on encore, en ce cas-là, parler de journalisme ? »(Pélissier, 2003, p. 105). Cette expertise n’est-elle pas plus le fait de ces auxiliaires de production que nous évoquions plus haut, dont la vocation est moins de tenir les autres informés de l’actualité, que d’apporter leur expérience, des connaissances, un éclairage critique sur une actualité donnée ? Le mode de participation de ces publics particuliers tendrait même à renforcer la fonction, l’importance des journalistes eux-mêmes au sein de la radio comme le souligne Christine : « Je me dis que ces nouvelles pratiques nous obligent peut-être à plus vis-à-vis de notre public qui devient plus sélectif, qui devient plus exigeant ».

Une appréhension à « géographie variable » : de la valorisation à l’exclusion des publics

43Les phénomènes observés et vécus par les journalistes rencontrés tendent non seulement à faire émerger de nouvelles catégories d’acteurs (les auxiliaires de l’information, par exemple, évoqués plus haut), mais aussi à exclure un certain nombre d’auditeurs de ces nouveaux lieux de rencontre, de partage, de confrontation des points de vue et de débats entre les journalistes et une partie de leurs publics disséminés à travers le monde. Dans un contexte numérique brouillant les frontières entre journalisme d’information et journalisme de communication, se traduisant par l’apparition de nouvelles fonctions et pratiques (inégalement vécues et intégrées), de nouvelles interactions altérant les limites entre sphères professionnelles et privées, tendent à faire oublier que cet environnement digital produit aussi des frontières et des inégalités.

44Dès le milieu des années 90, on a parlé d’Internet comme d’une entité autonome quasi-organique qui permet l’accès au savoir et à des nouveaux modes de participation des citoyens, l’interconnexion des ordinateurs devenant un instrument au service de l’intelligence collective (Lévy, 1994). Les frontières physiques – donc mentales – disparaissant au profit d’un monde ouvert : « transnational plus qu’international, l’Internet ignore les frontières. Les barrières qui pourraient être sporadiquement érigées – pour des raisons de censure ou de contrôle politique par exemple – sont perçues par le réseau comme des pannes localisées que ses capacités d’auto-adaptation lui permettent de contourner. » (Verprat, 1997, p. 100). Or il existe bien des frontières numériques qui viennent contrebalancer ces visions techno-utopiques.

  • 10 « À l’évidence, le flux est devenu la forme idéale de la radio contemporaine et affirme une tendanc (...)

45Le seul espace de convergence et (re)diffusion d’une partie de ces myriades d’informations reste la radio traditionnelle de programmation (qu’elle soit diffusée en ligne ou pas), distincte de la radio de flux qui elle repose sur un module horaire et ne déploie qu’une gamme de genres très limitée10 (Tétu, 2004, p. 65). Il existe toujours des rendez-vous à l’occasion desquels on va « entendre avec », pour faire le parallèle avec le « voir avec » (sous-entendu tous ceux dont on imagine qu’ils réalisent la même action au même moment) du philosophe américain Stanley Cavell : « la programmation comporte toujours un moment pivotal où l’énonciation se fera en direct, permettant ainsi d’accéder au registre du voir avant d’entrer dans la communauté imaginée de ceux qui la regardent en même temps » (Dayan, 2000, p. 429).

46Cette vision d’un lien particulièrement fort entre les auditeurs et le média traditionnel de programmation est particulièrement mise en avant par les plus anciens des journalistes interrogés, ou ceux qui ont un discours critique et plus distancié avec Internet. La priorité avant tout ce sont les 20 millions d’auditeurs chaque matin à travers le monde, comme s’il y’avait un lien indéfectible, un terrain d’entente entre un public et un support.

47À l’heure de l’Internet et d’une perte de vitesse des modes de diffusion territorialisés de la radio, certains publics se trouvent eux-mêmes exclus de la communauté des auditeurs, puisque RFI a non seulement fermé en 2009 six rédactions de langue (allemand, albanais, polonais, serbo-croate, turc et laotien) basées à Paris, a relégué d’autres langues à une diffusion exclusive sur Internet, mais également abandonné les ondes courtes dans certaines régions du Monde. Le choix d’Internet et du multimédia, priorité de la Direction de la station depuis 2006, de fait modifie les profils et les contours de cet auditoire pluriel, dont on peut penser qu’il devienne plus homogène, voire standardisé à terme si cette politique venait à se poursuivre. On est passé petit à petit d’une logique politique de maillage des territoires adossée à des réseaux de proximité et à une indistinction de traitement des publics, à une logique plus économique de segmentation des publics de plus en plus centrée sur le réseau global Internet.

48Mais la vision, quelque peu idéalisée, d’un service public qui cherche à capter tous les publics, même les plus isolés, minorisés au sein de territoires où le français par exemple est de moins en moins pratiqué, cède à des considérations plus économiques se traduisant par une volonté de se concentrer sur les bassins de population s’avérant les plus rentables. Ce discours n’est pas seulement celui de la Direction ou des cadres de la radio.

« Sur l’aspect déterritorialisé de la radio, je pense que RFI est une radio mondiale qui touche le monde entier. La mise en ligne ça facilite la diffusion, je pense que prochainement on aura de moins en moins besoin d’avoir des émetteurs FM qui coûtent cher. On le fait dans des bassins où on sait qu’on a un potentiel. S’il y a un français qui a déménagé dans une petite ville anglophone, on n’a pas forcément la FM là-bas, il peut continuer à nous écouter assez facilement grâce à Internet. Donc on n’est pas obligé de perdre des auditeurs parce qu’on n’est pas forcément présent sur le territoire. Donc on parle de RFI la radio du monde ou la radio mondiale qui parle plus de ce qui se passe dans le monde. Toutes les radios sont un peu mondiales aujourd’hui. » (Guilhem)

49Pourtant de l’avis de la responsable multimédia du service Afrique, « Le site web apporte quelque chose en plus certes, on a probablement apporté quelque chose à beaucoup d’internautes qui ne captaient pas RFI avant parce qu’ils étaient pas dans nos zones de diffusion, qu’ils captaient mal RFI. C’est vrai qu’ils ont découvert RFI par le biais d’Internet, par le site, bien sûr on les touche. D’ailleurs on se rend compte que nos auditeurs ne sont pas forcément nos internautes, c’est aussi quelque chose dont on a conscience, donc ça a apporté une vraie révolution, on a touché un public qu’on ne touchait pas avant » (Paulina). Ainsi, l’appréhension de ce couple auditeur-internaute varie-t-elle selon le lieu d’où on parle. L’expérience de Christine au service Afrique est à ce propos significative :

« Moi qui travaille sur des zones sahéliennes, j’ai tous mes amis Facebook qui sont des petits jeunes Touaregs, des jeunes arabes de la Mauritanie. Et on se demande comment ils arrivent à être connectés, ils sont connectés, ils ont plein d’infos, ils sont hyper demandeurs de contacts. Encore une fois on est avec des publics qui sont des publics de ce continent qui bouillonne, donc c’est intéressant. C’est pas un continent de vieux comme le nôtre et c’est évident qu’ils ont des attentes, il faut qu’on soit là » (Christine).

50Ces jeunes Touaregs ou Arabes ne sont-ils pas aussi des auditeurs de RFI ? Il est difficile, voire artificiel, de vouloir distinguer les auditeurs des internautes. Que ce soit en ondes courtes, en FM, en streaming ou par la récupération de podcasts, on peut les considérer tout simplement comme des auditeurs, connectés ou pas. Le défi n’est peut-être pas avant tout technologique. Il est aussi lié à la manière dont on peut valoriser, diversifier des contenus, offrir des services de qualité qui peuvent permettre de renouveler l’audience de la radio :

« Le métier de journaliste est impacté parce qu’il y’a toutes sortes de technologies qui facilitent la mise en relation […]. Mais fondamentalement il n’y a pas de différence, il y’a même plutôt un renforcement de l’importance du journalisme, parce qu’il y’a un moment où nous avons une profusion de contenus […] ». (Ziad)

51L’audience de RFI, prise dans sa totalité et sa diversité, est donc distincte des publics qui ont investi l’espace numérique en ligne, au point d’accéder à de nouvelles fonctions faisant d’eux les nouveaux auxiliaires de production et de vie médiatiques (personnes ressources de Facebook, sentinelles de Twitter, bloggeurs propulsés au statut d’experts, cyberactivistes ayant acquis une maîtrise des arcanes médiatiques, « simples citoyens » dont le témoignage ou le récit viendront nourrir des chroniques radiophoniques…). Le reste des auditeurs – si on considère que ces nouveaux acteurs de l’information sont aussi des auditeurs de la radio – s’ils n’ont pas investi les dispositifs interactifs et multimédia en ligne mis à disposition par RFI – n’ont a priori qu’une conscience limitée de l’apport de ces autres acteurs de l’information aux contenus diffusés par le média.

52On peut appréhender cette réalité comme une fracture numérique entre une grande partie de l’audience et des publics qui se sont approprié les ressources participatives à leur disposition (réseaux sociaux, blogs, forums…), ou de manière plus positive comme l’émergence d’une culture participative que chacun pourrait potentiellement s’approprier. Cette dimension participative renforce une des missions déjà évoquées et que se fixe RFI : favoriser l’échange des idées, l’enrichissement de la pensée, susciter le débat. Or dans le cas d’une radio comme RFI, et plus largement du groupe « France Médias Monde » (France 24, RFI et Monte-Carlo Doualiya), émettant depuis Paris vers 5 continents en 14 langues différentes, les auditeurs se caractérisent par une extraordinaire diversité, mais aussi par de réelles inégalités d’équipements technologiques et d’accès à Internet. Sans pour autant oublier l’inégalité sociale et individuelle des aptitudes d’appropriation des TIC, si on considère qu’il y’a en effet une réelle « disparité dans la distribution des capabilités sociales, culturelles et techniques au sein des classes sociales » (Granjon, 2011, p. 67-68).

Conclusion : vers d’autres catégories de sens et de prolongements méthodologiques

53Sur le plan méthodologique, les entretiens ont donné lieu un échange interactionnel, suivant la logique du journaliste, encourageant sa réflexivité, le conduisant à réfléchir et à réagir tout en acceptant les digressions qui ont fait émerger de nouveaux thèmes inattendus. Il nous apparaît toutefois important à partir des représentations et réflexions exprimées d’éprouver cette méthode en diversifiant les corpus, d’aller à la rencontre d’autres professionnels dans d’autres radios (Europe 1 ou RTL) afin de confronter les subjectivités exprimées, ce qui pourrait nourrir davantage la réflexion, et peut-être de faire émerger de nouvelles pistes.

54Concernant l’identité journalistique à RFI, on peut constater que le métier n’est pas fondamentalement affecté par la diversification des tâches, des pratiques, mais que ce sont surtout ces dernières qui évoluent et nécessitent des ajustements en termes d’organisation, de gestion du temps, ou encore d’implication dans des outils qui redessinent les contours des liens entretenus avec les publics de RFI, auditeurs et internautes.

55Sans qu’on puisse affirmer que les publics de la radio et du site Internet de RFI soient forcément les mêmes, l’articulation de ces deux modes de diffusion de l’information, de plus en plus pensés globalement à travers une forme de complémentarité (direct suivi d’un débat on-line par exemple) et la production de contenus spécifiques adaptés à chaque support, permet de constater que les interactions entre acteurs de la radio et du web sont de plus en plus fortes. C’est à travers le renforcement de ces interactions entre le web et la radio que se redessine le lien avec les publics, dont les potentiels d’accès à l’information, d’appropriation et de contribution à la production de contenus n’ont jamais été aussi importants. Public qu’on connaît de plus en plus, qu’on côtoie sur les réseaux sociaux, les blogs, allant jusqu’à utiliser les articles publiés, les connaissances et compétences identifiées pour réaliser des « revues de presse automatiques » pour reprendre l’expression de Guilhem, l’un de nos interlocuteurs. Des publics dont on peut forcément mieux cerner les attentes, les goûts, les exigences, même si le journaliste n’est pas encore devenu un auxiliaire officiel des stratégies marketing et commerciales de l’entreprise médiatique.

56La connaissance et les compétences développées par rapport à ce nouvel environnement numérique – mettant en exergue des réticences générationnelles – joue de ce point de vue un rôle important. Mais chacun s’accorde à reconnaître que l’éthique et les règles déontologiques professionnelles, partagées, ont sans doute une importance accrue dans un environnement de plus en plus complexe. Le rôle et la vision que peut avoir l’entreprise RFI, sa capacité à définir un projet d’avenir, clair et ambitieux, est sans doute central par rapport à la survie de ce média et à sa relation avec ses publics.

57Enfin, la prise en compte des nouveaux usages médiatiques, des nouveaux modes de consommation et de partage de l’information par les publics, représente un autre aspect essentiel, pris en compte en particulier à travers ce laboratoire expérimental qu’est l’Atelier des Médias. Peut-être faut-il ainsi partir des publics, de leurs nouvelles pratiques, attentes et aspirations en termes d’accès à l’information et à la connaissance du monde, pour mieux construire la radio de demain ?

Haut de page

Bibliographie

Arditti-Siry Rebecca, Pourquoi lisent-ils ? Portraits de jeunes lecteurs de presse quotidienne nationale, thèse de doctorat en SIC, université Toulouse 2, 2012.

Blanchet Alain et Gotman Anne, L’entretien, Paris, Éd. Nathan, 1992.

Clavairolle Françoise et Ricaud Pascal, « Sentiments d’appartenance et parcours de reconnaissance, regards sur la diversité des processus de communalisation (Introduction) », in Cahiers de COST, n° 2, CITERES – Université François Rabelais, Tours, 2013, p. 1-10.

Cardon Dominique et Granjon Fabien, Médiactivistes, Les Presses Sciences Po, Coll. « Contester », 2010.

Cefaï Daniel et Pasquier Dominique, « Introduction », in Les sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France, 2003, [en ligne], disponible sur : http://www.u-picardie.fr/labo/curapp/Publications/PUFIntro_sens_du_public.pdf.

Charon Jean-Marie, Le Floch Pätrick, La presse en ligne, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2011, 126 p.

Dagiral Éric, Parasie Sylvain (Dirs), « Presse en ligne », Réseaux, n° 160-161, 2010, p. 9-28.

Dayan Daniel, Télévision : le presque-public, Réseaux, n° 100, CNET/Hermès Science Publications, 2000, p. 427-456.

Esquenazi Jean-Pierre, Sociologie des publics, Paris, La Découverte, 2009.

Estienne Yannick, Le journalisme après Internet, L’Harmattan, Paris, 2008.

Glévarec Hervé, « L’audience est une déclaration et un jeu de langage. Le cas de la mesure d’audience en radio », Le Temps des Médias, 2007/2 –N° 8, Nouveaux Monde éditions, 2007.

Granjon Fabien, « Fracture numérique », in Cultures du numérique, Communications, n° 88, EHESS/Seuil, 2011, p. 68-73.

Granjon Fabien, L’Internet militant, éd. Apogée, Coll. « Médias nouvelles technologies », 2001, 189 p.

Kaufmann Jean-Claude, L’entretien compréhensif, Paris, Armand Colin, 2007.

Jenkins Henry, La culture de la convergence, des médias au transmédia, Paris, Armand Colin, 2013.

Lévy Pierre, L’intelligence collective, Paris, La Découverte, 1994.

Macé Éric, « Qu’est-ce qu’une sociologie de la télévision ?  (2) esquisse d’une théorie des rapports sociaux médiatisés les trois moments de la configuration médiatique de la réalité : production, usages, représentations », Réseaux, 2001/1 – n° 105, La Découverte, 2001, p. 199-242.

Mehl Dominique et Pasquier Dominique (dirs), « Présentation » in Figures du public, Réseaux, n° 126, 2004, p. 9-13.

Neveu Erik, Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte, 2009 (3e édition).

Rebillard Franck, « Création, contribution, recommandation : les strates du journalisme participatif », Les cahiers du journalisme, n° 22/23, automne 2011, p. 29-41.

Ruellan Denis, Le professionnalisme du flou, Grenoble, PUG, 1993.

Ruellan Denis, Pélissier Nicolas, « Les journalistes contre leur formation ? », in Les journalistes ont-ils encore du pouvoir ?, Hermès, n° 35, CNRS Édition, 2003, p. 91-99.

Smati Nozha et Ricaud Pascal, « Mutations des pratiques et de l’identité des journalistes de radios internationales à l’heure du numérique », Communication colloque « Information et journalisme à l’heure du numérique », Strasbourg, 20 et 21 mars 2014.

Smati Nozha « Information et journalisme radiophonique à l’ère du numérique », Le Temps des médias, 2014/2, n° 23, Colloques. Disponible sur : http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=TDM_023_0201.

Pasquier Dominique, La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Ed. MSH, 1999.

Pélissier Nicolas, « La plume dans la toile : l’identité des journalistes à l’épreuve des réseaux numériques », [en ligne], disponible sur : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/06/20/90/PDF/sic_00000144.pdf.

Pélissier Nicolas et Ruellan Denis, « Les journalistes contre leur formation ? », in Les journalistes ont-ils encore du Pouvoir ?, Hermès, n° 35, CNRS Édition, 2003, p. 91-98

Pélissier Nicolas, « Un cyberjournalisme qui se cherche », in Les journalistes ont-ils encore du Pouvoir ?, Hermès, n° 35, CNRS Édition, 2003, p. 99-107.

Pélissier Nicolas, Ruellan Denis, « Le journaliste pris dans la toile : les réseaux numériques, accélérateurs paradoxaux ? », Actes du 16e Congrès International de l’Association Française de Marketing, Montréal, Canada, 18-20 mai 2000, p. 645-655.

Tétu Jean-François, « La Radio, un média délaissé », Hermès (38), 2004, p. 63-69.

Verprat Marc, « Le pays sans carte », in Anciennes nations, nouveaux réseaux, Cahiers de médiologie, n° 3, 1997, p. 99-105.

Haut de page

Notes

1 Nous faisons référence aux travaux des chercheurs membres du Groupe d’études et de recherches sur la radio (GRER) : Jean-Jacques Cheval (1997) ; Hervé Glévarec (2001, 2005, 2009, 2012) ; Christophe Deleu (2006, 2014).

2 Laurent Gago, 2008, « La radio du XXIe siècle : à la rencontre d’Internet », Médiamorphoses n° 23, INA, Bry-sur-Mane, p. 127-132 ; 2006, « Internet bouscule l’écoute radiophonique », Fragil.org, Magazine en ligne, http://www.fragil.org/focus/308 ; Sébastien Poulain, 2013, « Postradiomorphoses : petit bilan des mutations radiophoniques à l’ère du numérique », URL : http://radiography.hypotheses.org/906.

3 Expression empruntée à Daniel Cefaï et Dominique Pasquier : le public « désigne un “être” doté de capacités d’auto-gouvernement, de délibération ou de participation ou de compétences de réception médiatique et culturelle » in Les sens du public, Les sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France [en ligne], disponible sur : http://www.u-picardie.fr/labo/curapp/Publications/PUFIntro_sens_du_public.pdf.

4 Conférence « Radio, the Resilient Medium », Radio Research Section 2013, ECREA, Londres, 11-13 septembre 2013 et 7e colloque international du GRER « Information et journalism radiophonique à l’ère du numérique », Strasbourg, 20-21 mars 2014

5 « La radio de service public », [En ligne], disponible sur : http://www1.rfi.fr/talentplusfr/articles/066/article_260.asp.

6 « RFI les voix du monde », dossier de presse, [en ligne], disponible sur : https://www.google.com/#q =RFI %20les %20voix %20du %20monde.

7 Holubowicz Maria, Les radios associatives à l’heure du web 2.0, communication dans le cadre de la Journée d’Etudes « Les Webradios associatives et communautaires : Des médias alternatifs participatifs », GRER/COST, Université François Rabelais de Tours, 14 janvier 2012.

8 « Nous avançons que le flou fonde ce professionnalisme, que le flou est en soi une culture de production, une manière d’être et de faire propre au journalisme, une modalité fondamentale de l’identité et qu’il est lisible à la fois dans le statut professionnel, dans la définition de son champ d’activité, et dans les modes quotidiens de vie, de pensée et de production. » (Ruellan, ibid., p 28).

9 Cette émission de RFI, programmée tous les jours à 8 h 10, est présentée comme le rendez-vous interactif des auditeurs de la station. Les auditeurs réagissent à l’actualité internationale, africaine et française. Émission « de débat où s’échangent idées et réflexions » elle est également itinérante (allant à la rencontre des auditeurs et organisant des débats sur des sujets d’actualité du pays visité).

10 « À l’évidence, le flux est devenu la forme idéale de la radio contemporaine et affirme une tendance dominante dans l’évolution des médias contemporains. » (Tétu, 2004 : pp. 65-66).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nozha Smati et Pascal Ricaud, « Les nouveaux modes de relation des journalistes à leurs publics. Les usages numériques chez les journalistes de RFI », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 05 octobre 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1484 ; DOI : 10.4000/rfsic.1484

Haut de page

Auteurs

Nozha Smati

Nozha Smati est Enseignante chercheure en sciences de l’information et de la communication à l’université de Lille 3, membre du groupe de recherche GRECOM-LERASS (Toulouse 3) et membre associée au laboratoire GERiiCO (Lille 3).

Pascal Ricaud

Pascal Ricaud est maître de conférences en Sciences de l'Information et de la Communication à l’Université François Rabelais de Tours, membre de l'équipe COST, axe "Globalisation Communalisation" du CITERES - UMR CNRS 7324 - MSH "Villes et Territoires" et vice-président du GRER (www.grer.fr). Ses recherches portent sur les modes et moyens d’appropriation sociale et citoyenne des TIC (rôle et usage de dispositifs ou médias on-line), et la place et le rôle des médias (communautaires, alternatifs) dans les recompositions territoriales et identitaires contemporaines.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page