Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Après le temps de l'événement et de l'émotion dominée par les médias, où nous sommes interpellés en tant que citoyen, vient le temps de la réflexion et du savoir qui nous interroge en tant que chercheur quand, au matin, après la tempête, le déchaînement des vagues a rendu plus saillantes encore quelques grandes questions à l’œuvre sur nos terrains de recherche. Ce court texte en esquissera les grandes lignes dans une forme forcément lapidaire.

2Au sein des sciences de l’information et de la communication un vaste chantier est à poursuivre pour réinterroger, d’un point de vue anthropologique, les conséquences des deux grandes révolutions techniques : celle du transport et des technologies de l’information, sous l’angle des forces puissantes qu’elles ont libérées pour déstabiliser le monde et remodeler nos univers. Le chemin fer et les steamers à vapeur ont profondément transformé les modes de vie traditionnels antérieurs, mais dans la seconde partie du 20e, l’extension du capitalisme et de la société industrielle buttait sur des formes de résistance syndicales et politiques. Le croisement de téléphone de l’ordinateur a permis de faire exploser les forteresses ouvrières et de redistribuer le travail à l’échelle planétaire. L’idéologie ultralibérale y a trouvé souffle sans précédent pour saper le grand projet de la modernité et entre autre son expression dans l’État-providence qui s’efforçait d’assurer à chacun des formes de solidarité intangibles, indispensables pour prendre le relais des communautés traditionnelles désagrégées par l’industrialisation.

3Il faut interroger le développement insidieux des technologies digitales en ce qu’elles permettent, comme jamais, l’évaluation des performances, la mise en compétition, le contrôle, bref, la prolétarisation des travailleurs même les plus qualifiés, condamnant à l’exclusion ceux qui ne sont plus, ou n’ont jamais été en mesure de s’adapter à ces nouvelles exigences. Il faut aussi mettre en questions les conséquences de la fameuse idéologie de l’excellence, si prégnante dans les milieux académiques et universitaires, d’évaluation et de mises en compétition planétaire des élites, quand elle conduit à y accorder toujours plus d’attention et de moyens, au dépendant de l’attention et des moyens nécessaires au développement des sociétés dans leur ensemble, et notamment des fractions d’elles les plus en difficulté.

4Il faut interroger les derniers événements en ce qu’ils accréditent le choix d’une surveillance généralisée, ce sentiment que le contrôle est plus efficace que les formes d’intervention sociale et de solidarité antérieures. Alors que déjà l’inquiétude d’une société anomique et hyperindividualisée, conjuguées avec les possibilités offertes par les nouvelles technologies, font le lit d’une administration sécuritaire, tatillonne et dématérialisées de nos existences.

5Il faut interroger la violence et la frustration que suscite la distribution masse médiatique planétaire des idéaux, des modes de vie et de consommation forcément réservés aux populations aisées des pays développés, quand ce n’est pas à la toute petite élite planétaire qui s’approprie une part croissante de la richesse produite. Et comment encore se réorganise la ville, d’une part en zones gentrifiées de déambulation et de consommation enchantée, et d’autre part, avec ses espaces fermés et protégés : gated community ou cités pavillonnaires plus ou moins sécurisées et confortables en fonction des moyens dont disposent les accédants. Quand les autres sont repoussées dans les quartiers périphériques, livrés à la loi des milices privées, abandonnés à la bienfaisance du communautarisme qui offre la chaleur et la solidarité des communautés anciennes, à la condition d’une soumission à une culture implacable manipulée par des exégètes eux aussi mondialisés.

6Bref il reste sur le plan ethnographique à étudier comment ces forces tout à la fois idéologiques et technologiques se constituent en autant de dispositifs qui interagissent sur la vie quotidienne, au travail, dans les quartiers et la multiplicité des univers digitalisés. Mais encore, pour ne pas désespérer, comment les TIC permettent aussi la réémergence, la réorganisation en réseau du projet humaniste de la modernité, sur le plan planétaire cette fois, à travers une myriade d’ONG, de forums, de débats, de réalisations artistiques et de rencontres scientifiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Rasse, « Crise de la modernité », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 10 février 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1442

Haut de page

Auteur

Paul Rasse

Professeur à l’Université Nice Sophia – Antipolis, directeur du laboratoire de recherche en sciences de l’information et de la communication “I3M” (information, milieux, médias, médiation) - Vice-Président de la SFSIC.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page