Navigation – Plan du site
Dossier
1- Des usages aux usagers : reconfigurations épistémologiques des recherches en SIC sur l'information numérique

Usages de l’information numérique : comprendre les nouvelles enclosures algorithmiques pour mieux s’en libérer

Olivier Ertzscheid

Résumés

Notre environnement et nos usages numériques sont aujourd’hui régis par différents algorithmes, fonctionnant comme autant d’enclosures au sein d’environnement de plus en plus fermés et propriétaires. La capacité de s’abstraire de ces politiques algorithmiques et des logiques de prescription et de recommandation associées est de plus en plus délicate à mettre en œuvre, pour autant qu’elle soit encore possible. En même temps que commence à se structurer un débat public autour des biens communs de la connaissance, l’évolution du web, au travers notamment du web des objets (Internet of Things) et des vêtements connectés font émerger de nouvelles enclosures et instaurent de nouveaux régimes de prédictibilité sur les quelques aspects de nos vies qui y échappaient jusqu’ici. Cet article se propose de retracer l’histoire de ces différentes enclosures informationnelles et d’en proposer une sériation autour des usages de l’information numérique qui pourra permettre, sinon de les éviter, au moins d’en être clairement conscient.

Haut de page

Texte intégral

1internet of things, politics of algorithms, recommandation systems, enclosures, commons, interfaces, connected wearables

Introduction

  • 1 Carmes M. et Noyer J., « L’irrésistible montée de l’algorithmique. Méthodes et concepts en SHS », L (...)

2L’enjeu de cet article est de pointer un double changement dans les usages de l’information. D’abord dans l’oscillation permanente entre des régimes documentaires « d’enclosures » (enfermement) et de « disclosures » (dévoilement) qui rend de plus en plus délicate la mise en œuvre de démarches informationnelles construites et téléologiques, capables de s’abstraire des différents régimes de prédictibilité ou de guidage algorithmique1. Ensuite de souligner le déplacement qui fait que l’essentiel de l’information avec laquelle nous avons à interagir se rapproche sans cesse et littéralement de notre corps, rendant extrêmement et paradoxalement délicate la constitution de « corpus » permettant l’exercice de la recherche scientifique.

3À l’ère des grands écosystèmes attentionnels2 qui règnent aujourd’hui sur la quasi-totalité du spectre des pratiques informationnelles connectées, que celles-ci relèvent de la sphère des loisirs, du domaine marchand ou bien, à l’interface des deux précédentes, des industries culturelles, on observe depuis plusieurs années une tendance générale aux « enclosures informationnelles » qui vient en rupture avec la « libération » et « l’ouverture » des usages dont la philosophie du web des années quatre-vingt-dix se voulait porteuse. Dans le sillage de l’économiste et prix Nobel Elinor Ostrom3, un mouvement des « communs » se structure et peut permettre de réarticuler, à l’échelle des usages informationnels, l’ancienne dichotomie entre la libre circulation de l’information et l’affectation des coûts qui conditionnent et permettent ou entravent cette libre circulation.

  • 4 Ertzscheid Olivier, « L’homme est un document comme les autres ». Hermes, 2009, pp. 33-40 http://ar (...)
  • 5 Rouvroy A. et Berns T., « Gouvernementalité algorithmique et perspectives d'émancipation. Le dispar (...)

4Dans la logique de transitions déjà longuement décrites menant du web des documents au web des profils4 et transformant notre corps même en interface, devant l’acceptation de moins en moins choisie de politiques algorithmiques5 qui nous enferment dans des bulles informationnelles ou attentionnelles égocentrées et nous confortent dans nos propres représentations, nous voyons aujourd’hui émerger de nouvelles enclosures et avec elles de nouveaux régimes documentaires qu’il s’agit de questionner à l’échelle de l’usage de l’information numérique par les chercheurs et les citoyens.

Rappelons ce qu’est d’abord une « enclosure »

« Dans le domaine de l’information, clore revient à poser une frontière artificielle alors que l’ADN du numérique est de permettre le stockage et la dissémination à très bas coûts des biens informationnels qui sont par nature non rivaux, c’est-à-dire accessibles simultanément par plusieurs personnes. […] Or l’information peut-être un bien commun de la connaissance. Pour cela, il faut non seulement que l’information puisse circuler, mais aussi qu’elle s’inscrive dans ces principes proposés par David Bollier dans Libres Savoirs6 : maintenance d’une ressource sur le long terme ; accès équitable et bénéfique pour un usage individuel (et non marchand) des commoners ; transparence et responsabilité au sein des commoners capacité à identifier et à punir les passagers clandestins, le vandalisme et les appropriations ; capacité à déterminer si la ressource doit être aliénée en vue d’un usage marchand ou non. »7

5À l’échelle des usages de l’information numérique, nous définirons une enclosure comme un élément d’information ou de connaissance dont la libre circulation documentaire est entravée, et/ou qui ne peut-être documenté, qui ne peut rentrer dans un processus documentaire (de conservation, d’archivage, de diffusion, etc.) qu’en circuit fermé ou dans des conditions d’appropriation en contradiction avec la capacité d’une gestion collective et définies par le site hôte et non par le producteur ou le créateur de la ressource.

6Ces enclosures informationnelles constituent l’antithèse et le point de fuite de la théorie économique des « biens communs » et de sa transposition aux « communs » de l’information. Si l’idée de « commun » renvoie naturellement à celle de « communauté », une idée très largement galvaudée au travers de la rhétorique marketing en vigueur, il faut ici rappeler que, par exemple sur Facebook ou sur l’essentiel des réseaux sociaux, on ne s’adresse pas, on ne touche pas des « communautés » mais des « audiences ». Ce qui caractérise un « commun », c’est précisément le fait qu’il dispose d’une communauté sans pour autant se chercher une audience. Un commun, c’est une communauté sans audience (ou sans contingence d’audience). Une approche définitoire qui peut s’appliquer à l’ensemble des communs et permettre également d’en expliciter certaines dérives marchandes : il existe un « bien commun » de la santé, mais si on lui rajoute une audience, ce bien commun devient d’abord un « marché ». Idem pour l’éducation mais également pour ce que l’on nomme « l’information » comme bien commun.

Enclosures versus disclosures

7Dans le cadre des usages de l’information, les « enclosures » peuvent être définies en creux par opposition aux « disclosures » ; ces dernières se traduisant par les 3 termes : « divulgation, révélation, dévoilement », les enclosures se caractérisent alors par des phénomènes de « rétention, masquage, enfouissement ». Rétention des informations dans un écosystème clos et propriétaire, masquage des logiques de traçage, de sélection et d’affichage/d’organisation des contenus, enfouissement des logiques de collecte et de production de données et de métadonnées associées.

8Le résultat est « […] l’exacte antithèse de la promesse de la transclusion des pionniers : faire qu’un fragment d’énoncé, de discours, de texte, soit d’abord le vecteur de toutes les appropriations possibles, faire que la technique, que le code soit au service de ces appropriations en les rendant possibles, en les rendant visibles, au-delà des seules frontières de son inscription initiale, au-delà et par-delà son adressage premier. »8

Sur certaines propriétés des enclosures informationnelles

9Nous sommes passés d’un régime d’enclosures fonctionnant principalement sur un principe « d’interdiction » (d’accéder à telle ou telle ressource, de la diffuser, de la visionner, de la partager, etc.) à un système d’enclosure qui fonctionne surtout par « altération » du régime de droits et d’appropriation liés à la ressource.

10Les enclosures ont la capacité de transformer, de changer radicalement la nature documentaire de certains communs. L’exemple type est celui de Wikipédia, à l’origine un projet encyclopédique collaboratif et ouvert qui, dans le cadre de sa réutilisation systématique par Google, Facebook ou d’autres, « se transforme » en une base de données, en une base de connaissance. Cette transformation n’empêche pas la nature documentaire originale de Wikipédia de persister mais, dans le cadre d’un usage courant « captif » (dans l’écosystème Google ou Facebook), cette nature se transforme à l’entier bénéfice des sites hôtes qui phagocytent ainsi le projet initial de l’encyclopédie en ligne.

Pour une sériation des enclosures informationnelles ou documentaires

11Trois axes pourraient permettre d’établir une sériation assez fine des enclosures informationnelles encadrant et limitant aujourd’hui les usages de l’information par les chercheurs comme par les citoyens.

  • 9 Ertzscheid Olivier, « L’homme est un document comme les autres ». Hermes, 2009, pp. 33-40 http://ar (...)

12L’axe de l’appropriabilité (qui correspond à la définition proposée plus haut) permet de répondre à la question de la capacitation documentaire : sommes-nous en capacité de partager une ressource, et si oui, sous quel régime de conditions et de droits ? L’axe de l’indexabilité, qui permet de répondre à la question du périmètre de ce qui peut ou non constituer une ressource documentaire susceptible d’entrer dans un cycle d’enclosures (et nous avons vu que l’Homme, dans ses profils comme dans ses comportements, était aujourd’hui traité comme une ressource documentaire propre9). Et l’axe des métadonnées. C’est celui qui est le plus problématique mais qui rend aussi le mieux compte de la nouvelle nature des enclosures en train de se mettre en place. Deux postures sont en effet possibles :

  • dans l’absolu, une ressource documentaire sans métadonnées est plus résistante aux enclosures, puisqu’elle se prête plus difficilement à des logiques de captation et d’enfermement ;

  • à l’inverse, de manière relative, une ressource documentaire avec des métadonnées produites ou imposées par le site hôte, pourra plus facilement entrer dans un cycle d’enclosures.

13Or aucune de ces deux postures n’est exacte, puisque les métadonnées disposent d’une très forte sensibilité aux conditions initiales10, une sensibilité directement corrélée à l’environnement dans lequel elles sont initialement produites. Ainsi, des métadonnées produites ou générées dans des environnements documentaires « ouverts » ou « non-propriétaires » diminueront les possibilités d’enclosures de la ressource concernée et faciliteront son appropriation, alors que les mêmes métadonnées produites dans un environnement propriétaire augmenteront drastiquement et irrévocablement les possibilités d’enclosure associées à la ressource.

14Deux exemples permettront de mieux décrire ce phénomène.

  • Les ressources documentaires que constituent nos profils sur les réseaux sociaux nous « imposent » (ne serait-ce que pour créer ledit profil) de renseigner tout un tas de métadonnées (âge, opinions politiques, religieuses, statut marital, lieu d’habitation, etc.). Ces métadonnées sont seulement exploitables par le site hôte qui, par délégation temporaire, permet aux utilisateurs d’en utiliser certaines dans le cadre d’un processus de recherche pouvant lui-même permettre d’en générer d’autres. Ces métadonnées ont pour objectif de mieux « nous » enfermer dans son écosystème de service, de rendre « enclose » la ressource documentaire que constituent pour lui nos profils.

  • À l’inverse, un usager appliquant aux ressources qu’il produit des licences creative commons11 fonctionnant comme autant de métadonnées, ou bien encore une bibliothèque « documentant » des ressources web à l’aide de métadonnées comme le Dublin Core12, vont permettre et faciliter l’émancipation des ressources et permettre, indépendamment d’une captation ou d’un hébergement par un site « prédateur » de rendre possible la déportation ou le retour dans un cycle documentaire vertueux de la ressource documentaire concernée.

L’enclosure du corps-interface et des objets connectes

15Bienvenue dans le World Wide Wear13. Pendant longtemps, en fait depuis l’invention des bibliothèques, notre corps, notre corporéité fut le seul élément à échapper à une stricte logique de documentation. Jusqu’à l’avènement du Quantified-Self14, qui avant même d’être une « mesure de soi » est d’abord et essentiellement une « documentation de soi »15. Les réseaux sociaux et les dispositifs technologiques les accompagnant ont conduit sur nos murs et autres timelines à l’affichage désormais quasi-systématique des premiers bourgeons de ces nouvelles documentations : « untel qui a parcouru 4,3 km à 6 h 03 ce matin », un autre qui a « brûlé 227 calories » et j’en passe. Dans cette première étape, nous nous étions jusqu’ici contentés de documenter notre rapport au corps mais l’avions fait comme « à distance », nous regardions les documentations des autres.

  • 16 Licoppe C. , « Formes de la présence et circulations de l'expérience. De Jean-Jacques Rousseau au « (...)

16De la géolocalisation globale jusqu’à la mode du check-in lancée par Foursquare et d’autres applications, le champ documentaire de l’inscription de notre corps dans l’espace s’est progressivement et inexorablement rétréci, telle une peau de chagrin, et à l’image de ce que les sites de cartographie dynamique changèrent dans notre rapport à l’espace. D’abord nous nous sommes situés dans l’espace, dans un espace « manipulable », c’est-à-dire vécu comme instanciation documentaire d’un territoire planétaire. Ce fut l’époque Google Earth. Puis vinrent les cartes de cette carte à l’échelle du territoire, des cartes fractales, incarnées, re-présentées dans Google Maps. Puis débarquèrent et se systématisèrent les GPS, d’abord installés dans nos voitures pour progressivement en disparaître à mesure que nos smartphones les intégraient à leur tour. Jusqu’à la mode du Quantified Self16, récemment dopée par l’essor des lunettes, bracelets et autres objets ou vêtements connectés. Avec comme résultat que la situation de soi s’est enrichie de documentations toujours plus fines ; et que la documentation de soi s’est enrichie de situations toujours plus proches.

17Jusqu’à intégrer notre propre corps. Jusqu’à ce qu’il devienne à son tour une interface comme une autre17. Google Earth et Google Maps nous ont aidés à nous repérer. « Je me repère ». GPS de conduite et smartphones de géolocalisation nous ont permis de nous situer, c’est-à-dire, via Foursquare et autres applications de check-in de « se repérer pour mieux repérer les autres ». Enfin le Quantified Self a fait du « Je » le seul repère. « Je est le repère ». Un repère dont la cardinalité de nos relations sociales est l’abscisse, et l’étendue de nos documentations sociales l’ordonnée.

18Ce mouvement s’est construit à l’unisson du renforcement de nos bulles de filtres18. À l’unisson du mouvement de (re)documentarisation1920 qui, après nous avoir fourni l’opportunité de documenter le monde, nous contraint désormais essentiellement à nous documenter nous-mêmes21. « Se documenter » n’est plus « chercher de l’information sur quelque chose » mais « produire de l’information sur soi ».

19Toutes les proxémies documentaires qui se sont jusqu’ici construites par couches successives vont se redéployer. Elles vont le faire à partir de notre corps. A partir de données que génèreront les interactions de notre corps avec la multitude de capteurs qui l’entoure, des objets connectés disséminés dans notre environnement jusqu’aux capteurs qui viennent aujourd’hui « équiper » notre corporéité (Google Glasses, puces RFID sous-cutanées, Internet des objets, etc.).

20Nous sommes à l’orée d’un nouveau cycle d’enclosures informationnelles : la raison est que l’essentiel des dispositifs et des environnements de médiation dans ou au travers desquels s’effectueront les fonctions documentaires de classement, d’accès, d’organisation de tri, de sélection et de prescription, l’essentiel de ces dispositifs et de ces environnements reposent aujourd’hui sur des technologies et des écosystèmes propriétaires qui ne peuvent compter que sur des régimes d’enclosure pour maintenir le niveau de rente attentionnelle nécessaire à leur propre survie.

Enclosures algorithmiques

21Un algorithme peut-il être considéré comme une enclosure, et si oui, comment définir une enclosure algorithmique ? De facto, un algorithme peut entraver la libre circulation documentaire d’un élément de connaissance ou d’une information ; un algorithme peut empêcher cet élément d’information ou cette connaissance d’entrer dans un processus documentaire ; un algorithme peut modeler, définir et réguler les conditions d’appropriation et de partage de ce contenu en fonction de critères définis sans l’accord du producteur ou du créateur de la ressource (cf. l’exemple symptomatique des licences Creative Commons dans l’interface de recherche de FlickR, supprimées puis rétablies suite à la mobilisation massive des usagers22). Par ailleurs, la nature même d’un algorithme est – cf. supra – d’opérer par « rétention des informations dans un écosystème clos et propriétaire, masquage des logiques de traçage, de sélection et d’affichage/d’organisation des contenus, enfouissement des logiques de collecte et de production de données et de métadonnées associées. »

22Les premiers algorithmes étaient des algorithmes de recherche, ils fonctionnaient sur une règle simple de « matching » : je te donne un mot (une requête), tu disposes d’une base de mots (index), tu me renvoies les pages de ta base qui contiennent ma requête. La « valeur » de l’algorithme était entièrement corrélée à sa capacité de « matching » et ne se déplaçait qu’à la marge dans la capacité de celui-ci à hiérarchiser les pages renvoyées.

  • 23 Hatchuel A. (1997), « Modèles de service et activité industrielle. La place de la prescription », i (...)
  • 24 Cardon D. , « Dans l'esprit du PageRank. Une enquête sur l'algorithme de Google », Réseaux 2013/1 ( (...)

23Puis ce réglage « à la marge » finit par devenir central. Tout le monde avait capacité à construire une base de mots plus ou moins considérable, tout le monde savait comment « matcher » cette base avec n’importe quelle requête. On se mit alors à inventer des algorithmes de prescription23 : c’est-à-dire non plus capables de répondre à la question « quelles pages renvoyer sur telle requête » mais « dans quel ordre classer les pages renvoyées ». Le PageRank de Google24 fut le premier des algorithmes prescriptifs. Mais à l’époque on le considérait simplement comme la Rolls Royce des algorithmes « de recherche » car on ne voyait pas en quoi l’ordre de présentation des résultats inaugurait un nouvel ordre documentaire mondial.

24L’essentiel des algorithmes actuels sont centrés sur la prescription25 et ne se soucient plus qu’à la marge – publicitaire – de répondre correctement à nos requêtes. Leur ADN algorithmique est de s’arranger pour que la prescription sur ordonnance (des résultats) l’emporte aussi souvent que possible sur l’improbable satisfaction de voir s’afficher des réponses à des questions que de toute façon nous ne posons même plus26. En quelque sorte des algorithmes « d’imposition ». L’EdgeRank de Facebook27 est emblématique de cette troisième génération algorithmique puisqu’il s’agit, dans un écosystème presqu’entièrement dénué de requêtes, de déterminer quels contenus sont les plus susceptibles d’intéresser tels types de profils.

25C’est alors qu’apparaissent les problématiques des techniques dites « d’opinion mining » et de « sentiment analysis »28. Une quatrième génération d’algorithmes qui ont pour but non plus de croiser (matching), non plus de prescrire, non plus d’imposer en dehors de tout requêtage, mais de détecter dans des instanciations de discours divers et épars, des « opinions » et des « sentiments ». Des algorithmes « sentimentaux ». Qui tentent pour l’instant encore maladroitement de singer des phénomènes interpersonnels de connivence29. Des algorithmes sentimentaux dans la roue d’un web de l’émotion, de l’affect, du pathos, de la pulsion30. Aujourd’hui ces algorithmes, ceux en tout cas qui permettent de travailler et de visualiser ces « analyses de sentiment » en les quantifiant, sont réservés à quelques professionnels de l’information et sont principalement mis en place dans quelques outils logiciels à destination des mêmes professionnels.

26Mais de la même manière que l’on fut initialement incapable de détecter que le PageRank était déjà un algorithme de prescription (2e génération) inaugurant un nouvel ordre documentaire en n’y voyant qu’un super algorithme de recherche (1e génération), les environnements numériques de demain seront à leur tour régis par des algorithmes sentimentaux (4e génération) capables de fabriquer de l’opinion et du (res)sentiment sous couvert de simplement nous imposer un enchevêtrement complexe « d’opinions » et « de sentiments » (3e génération). Et ce pour une raison simple :

« Aujourd’hui, ce qui préoccupe les grands acteurs de l’économie de l’attention, c’est la manière dont des motifs récurrents (patterns) peuvent être extraits d’un ensemble disparate de singularités (d’individus), placés au cœur de l’écosystème informationnel et non à sa sortie ou à sa périphérie, pour optimiser la capacité de satisfaction immédiate que ledit système (le medium) peut apporter auxdits individus sous forme de récompense cognitive31, aliénant ainsi leur attention tout en lui assignant un coût cognitif quasiment nul. »32

27Les premières enclosures algorithmiques reposaient principalement sur le pouvoir de domination exercé par quelques moteurs du simple fait de leur capacité à vous accepter ou à vous exclure de leur index, et pouvant également vous faire puissant ou misérable en fonction de la place qu’ils vous accordaient dans leurs résultats de recherche. Ces enclosures concernaient les algorithmes de 1e et de 2e génération. Celles concernant les algorithmes de 3e et 4e génération sont à la fois plus complexes et plus subtilement perverses. Il s’agit, par parasitage, non-réciprocité, phagocytage ou prédation, par rétention, masquage et enfouissement, de capter les contenus disposant de la plus forte valeur « affective » ou « sentimentale », les contenus jugés le plus capables de mobiliser ou de faire « l’opinion » et de leur affecter une exposition (un rang, un ordre, une fréquence d’apparition) qui va avoir pour effet de créer une boucle virale s’autoalimentant (comme en témoignent les quelques exemples de pages ayant dépassé le million de « likes » sur Facebook33) mais qui va aussi et surtout permettre au site hôte de capter à son seul bénéfice les données et métadonnées documentaires qui seront produites lors de cette phase d’exposition et de viralité orchestrée.

28Ainsi on pourrait presque parler d’enclosures affectives, sentimentales, dans le sens où elles constituent une nouvelle dimension, une nouvelle étendue de la théorie de la bulle de filtre d’Eli Pariser, c’est-à-dire l’instrumentalisation du renforcement artificiel des croyances, des préjugés, des représentations les plus partagées ou les plus faciles à assimiler.

Prédire les usages pour s’affranchir de la prescription des usagers

29La frontière entre « prédiction » et « prescription » est souvent assez floue ou en tout cas difficile à expliciter. La notion « d’amorçage » permet d’y voir plus clair. Les algorithmes et systèmes « prescriptif » ont besoin d’un amorçage fort (reposant notamment sur l’historicité de nos données propres) alors que, a contrario, les systèmes « prédictifs » ont vocation à réduire puis à se dispenser d’une nécessité d’amorçage liée au facteur humain en exploitant la volumétrie statistique d’un très grand ensemble de données hyper-segmentées.

30L’autre point de débat concerne la nature de la prescription ou de la prédiction. Il faut ici distinguer deux aspects :

  • les systèmes / algorithmes / environnements qui ont principalement vocation à produire du « même », de l’identique.

  • les systèmes / algorithmes / environnements qui ont principalement vocation à produire du différent, du dissemblable.

  • 34 Gérald Kembellec, Ghislaine Chartron et Imad Saleh (sous la dir. de), Moteurs et systèmes de recomm (...)
  • 35 Ménard M. , « Systèmes de recommandation de biens culturels. Vers une production de conformité ? », (...)

31À ce titre, l’ingénierie de recommandation d’Amazon (« ceux qui ont acheté ceci ont aussi acheté cela ») fut l’une des premières à se distinguer précisément par sa capacité à articuler les deux, à produire à la fois du « même » et du « dissemblable », comme le permettent et le permettaient déjà les systèmes classificatoires des bibliothèques. Et à pouvoir s’appuyer sur cette double articulation de la recommandation pour gagner la « confiance » des utilisateurs. Car dès qu’un système produit de manière trop univoque, trop uniforme, trop évidente ou trop systématique uniquement du « même » ou uniquement du « dissemblable », dès que le ratio entre l’identique et le différent se déséquilibre trop fortement, il en résulte une perte de confiance des utilisateurs qui le vivent comme un manque de « crédibilité » dudit système et/ou qui commencent à le soupçonner de partialité dans un sens ou dans l’autre et se trouvent de manière trop évidente face à leur propre crédulité3435. L’ingénierie algorithmique a donc, depuis déjà de nombreuses années, été amenée à intégrer du hiatus, de la stochastique dans les algorithmes, précisément pour préserver cette part d’aléatoire qui permet de gagner et/ou de conserver la confiance des utilisateurs. Souvenons-nous par exemple du coup de génie que constitua, à la préhistoire des ingénieries de recommandation, la présence du bouton « Feeling Lucky » au frontispice de Google.

Politics of policies

32L’ambition des grands écosystèmes dominant actuellement le web relève d’une stratégie d’enclosure de nature « politique » ; elle fait de ces enclosures un système de gouvernance « politique », au travers notamment de leurs « policies » comme substituts possibles aux normes sociales qui fondent le « vivre ensemble », c’est-à-dire la construction de représentations partagées.

33Le modèle dominant des grands carrefours attentionnels et marchands de l’accès (Google, Apple, Facebook, Amazon, etc.) est un modèle qui se sert des enclosures comme norme de régulation de l’ensemble des échanges (marchands et sociaux) s’effectuant en leur sein ou dans les extériorités qu’ils cherchent constamment à s’approprier en les internalisant, en interdisant ou en limitant les « sorties » de l’écosystème hôte.

34La question d’une émancipation possible ne peut donc être réglée par ces systèmes eux-mêmes mais par l’action conjointe du politique et de la société civile pour sanctuariser les conditions d’un partage documentaire des ressources, données et profils qui soit aussi équitable que possible :

  • en agissant sur la limitation de la « Rétention des informations dans un écosystème clos et propriétaire »,

  • en contraignant à la révélation ou à l’explicitation du « masquage des logiques de traçage, de sélection et d’affichage/d’organisation des contenus »,

  • et en dévoilant les processus « d’enfouissement des logiques de collecte et de production de données et de métadonnées associées. »

35Le politique dispose pour cela d’outils législatifs (cf. par exemple la récente décision de la Cour de Justice européenne sur les données personnelles36), la société civile peut, de manière collective, pousser à l’adoption d’outils et d’environnements technologiques « équitables »37, et, de manière individuelle, cesser d’alimenter la source des données de notre servitude volontaire38.

Du danger des stratégies prédictives dans l’usage scientifique de l’information

36L’autre point à souligner en conclusion est que, de manière diachronique, les systèmes d’enclosures évoluent à l’unisson des saillances technologiques des 2 derniers siècles. De la même manière que, dans les usages de l’information, le projet des bibliothèques, de l’imprimerie puis de la presse fut de rendre le monde lisible, cette « lisibilité » s’accompagnant bien sûr progressivement de ses propres logiques de rentes économiques et attentionnelles, le xxe siècle permit de rendre le monde calculable, et ce faisant céda à la tentation d’y établir des enclosures liées à cette nouvelle calculabilité, c’est-à-dire reposant sur les capacités des programmes et des infrastructures technologiques à rendre le monde (et les informations y circulant) chiffrables, simultanément engrammables et encryptables.

  • 39 Citton Y. , L'économie de l'attention. Révolutions à venir ?, Paris, La Découverte « Sciences humai (...)

37Le xxie siècle, à tout le moins les grands acteurs de l’économie de l’attention39, ont désormais pour objectif de rendre le monde et nos comportements (marchands mais aussi sociaux) prédictibles ; de nouvelles enclosures de prédictibilité émergent déjà, s’appuyant sur la capacité des programmes et des infrastructures technologiques à pré-dire, à dire à notre place, à ne plus nécessiter un quelconque « input » (question, requête) pour générer une foule d’outputs (recommandations), pour orienter et contraindre des usages qui fabriqueront eux-mêmes des représentations supposément communes. Ces dernières enclosures sont à l’évidence plus difficilement repérables et identifiables ; elles sont aussi hélas, redoutablement plus efficaces que les précédentes, tant pour conforter le modèle économique des écosystèmes les mettant en place que pour alerter sur le devenir d’un accès à l’information déjà très fortement préempté par ces mêmes écosystèmes.

  • 40 Olivier Ertzscheid, Gabriel Gallezot, Brigitte Simonnot. À la recherche de la « mémoire » du web : (...)

38Enfin, le point nodal de cette évolution tient à l’émergence désormais quasi-certaine d’un nouveau régime d’enclosures qui ne concerneront plus uniquement notre rapport collectif au monde mais notre rapport individuel à notre propre corps, jusque dans sa dimension biologique, un rapport plus difficile à explorer pour les chercheurs qui se trouvent ainsi doublement « privés » des données et du terrain leur permettant d’exercer et qui n’ont d’autre choix que de s’en remettre à ce que les grandes firmes veulent bien laisser « filtrer » de ces données d’usage ou de s’en remettre aux outils d’analyses produits par ces mêmes firmes. Des chercheurs de plus en plus privés de la possibilité même de constituer des corpus leur permettant d’analyser les logiques systémiques à l’œuvre dans ces nouvelles ingénieries du corps social40.

Haut de page

Notes

1 Carmes M. et Noyer J., « L’irrésistible montée de l’algorithmique. Méthodes et concepts en SHS », Les Cahiers du numérique 2014/4 (Vol. 10), p. 63 à 102.

2 Boullier D. , « Chapitre 4. Médiologie des régimes d'attention », in L'économie de l'attention. Révolutions à venir ?, Paris, La Découverte « Sciences humaines », 2014, p. 84 à 108.

3 http://fr.wikipedia.org/wiki/Elinor_Ostrom Voir notamment Ostrom E. , « Plaidoyer pour la complexité », Écologie & politique 2011/1 (N° 41), p. 111 à 121.

4 Ertzscheid Olivier, « L’homme est un document comme les autres ». Hermes, 2009, pp. 33-40 http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00377457/en/.

5 Rouvroy A. et Berns T., « Gouvernementalité algorithmique et perspectives d'émancipation. Le disparate comme condition d'individuation par la relation ? », Réseaux 2013/1 (n° 177), p. 163 à 196.

6 http://cfeditions.com/libresSavoirs/.

7 http://www.bibliobsession.net/2012/05/09/identifier-les-enclosures-informationnelles-pour-favoriser-les-apprentissages-en-reseau/.

8 http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2013/11/dun-f-qui-veut-dire-forclos.html.

9 Ertzscheid Olivier, « L’homme est un document comme les autres ». Hermes, 2009, pp. 33-40 http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00377457/en/.

10 http://fr.wikipedia.org/wiki/Sensibilit%C3%A9_aux_conditions_initiales.

11 http://creativecommons.fr/licences/les-6-licences/.

12 http://dublincore.org/.

13 http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2013/11/bienvenue-dans-le-world-wide-wear.html.

14 Pharabod A. et al. , « La mise en chiffres de soi. Une approche compréhensive des mesures personnelles », Réseaux 2013/1 (n° 177), p. 97 à 129.

15 Le sujet et l’action à l’ère numérique, n° 182, Paris, La Découverte « Réseaux », 2013, 264 p.

16 Licoppe C. , « Formes de la présence et circulations de l'expérience. De Jean-Jacques Rousseau au « Quantified Self » », Réseaux 2013/6 (n° 182), p. 21 à 55.

17 http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2013/04/lunette-rank-homme-interface.html.

18 Selon la théorie des « bulles attentionnelles » d’Eli pariser. http://en.wikipedia.org/wiki/Filter_bubble.

19 Roger T. Pédauque, Le document à la lumière du numérique ; présenté par Jean-Michel Salaün ; préface de Michel Melot, Caen : C&F éditions, 2006. 218 p.

20 Salaün, Jean-Michel. « La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l’information. » Études de communication. langages, information, médiations 30 (2007) : 13-23.

21 http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2012/02/far-web-near-me.html.

22 http://boingboing.net/2014/04/07/restoring-cc-attribution-to-fl.html.

23 Hatchuel A. (1997), « Modèles de service et activité industrielle. La place de la prescription », in De Bandt J. et Gadrey J., Marchés de service, relations de service, Paris, Ed. CNRS, p. 63-84.

24 Cardon D. , « Dans l'esprit du PageRank. Une enquête sur l'algorithme de Google », Réseaux 2013/1 (n° 177), p. 63 à 95.

25 Stenger T., « Prescription et interactivité dans l'achat en ligne », Revue française de gestion 2007/4 (n° 173), p. 131 à 144.

26 http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2010/09/la-reponse-avant-la-question.html.

27 Cardon D., « Du lien au like sur Internet. Deux mesures de la réputation », Communications 2013/2 (n° 93), p. 173 à 186.

28 voir notamment http://books.openedition.org/oep/198?lang=fr.

29 http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2014/03/apres-elle-her-spike-jonze.html.

30 http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2013/09/combien-like-retablir-peine-de-mort.html.

31 http://www.internetactu.net/2013/06/03/internet-ne-nous-seduit-pas-seulement-par-ses-contenus-mais-pas-sa-structure/.

32 http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2013/06/vous-avez-un-message-cest-vous-.html.

33 http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2013/02/un-chien-un-enfant-et-du-sexe.html.

34 Gérald Kembellec, Ghislaine Chartron et Imad Saleh (sous la dir. de), Moteurs et systèmes de recommandation, Paris, ISTE éditions, Septembre 2014, 228 p.

35 Ménard M. , « Systèmes de recommandation de biens culturels. Vers une production de conformité ? », Les Cahiers du numérique 2014 (Vol. 10), p. 69 à 94.

36 http://www.enssib.fr/breves/2014/04/10/la-cour-de-justice-europeenne-choisit-de-proeteger-les-donnees-personnelles.

37 https://prism-break.org/en/ on trouvera ici une liste d’outils, de plateformes, d’applications et de protocoles permettant de s’affranchir des logiques habituelles de collecte de données ou permettant une navigation « anonyme ».

38 http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2013/03/donnees-servitude-volontaire.html.

39 Citton Y. , L'économie de l'attention. Révolutions à venir ?, Paris, La Découverte « Sciences humaines », 2014, 328 p.

40 Olivier Ertzscheid, Gabriel Gallezot, Brigitte Simonnot. À la recherche de la « mémoire » du web : sédiments, traces et temporalités des documents en ligne. Manuel d’analyse du Web, Armand Colin, pp. 53-68, 2013. http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00804245.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Ertzscheid, « Usages de l’information numérique : comprendre les nouvelles enclosures algorithmiques pour mieux s’en libérer », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 29 janvier 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1425 ; DOI : 10.4000/rfsic.1425

Haut de page

Auteur

Olivier Ertzscheid

Université de Nantes. Laboratoire DICEN-IdF (Université Paris Ouest)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page