Navigation – Plan du site
Bibliographie

Christian Marcon, La recherche française en intelligence économique : Bilan et perspectives

Éditions L’Harmattan, collection Intelligence Économique, 2014, 257 pages
Nicolas Moinet
Référence(s) :

Christian Marcon, La recherche française en intelligence économique : Bilan et perspectives, Éditions L’Harmattan, collection Intelligence Économique, 2014, 257 pages.

Texte intégral

1L’ouvrage « La recherche française en intelligence économique. Bilan et perspectives » que nous propose Christian Marcon est assurément une pierre qui manquait à la construction d’un édifice pour le moins intrigant et longtemps resté un OVNI conceptuel alors qu’il devenait une pratique quotidienne des organisations. Un OVNI désormais bien ancré dans la littérature tant académique que professionnelle ainsi que le démontre notamment la liste des ouvrages parus dans la collection Intelligence économique dirigée par Ludovic François, Professeur affilié à HEC, collection qui accueille donc ici le fruit du travail de Christian Marcon mené dans le cadre de son Habilitation à Diriger des Recherches soutenue en 2010.

2Qui est Christian Marcon ? Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’IAE de Poitiers, il est l’auteur de la première thèse française en intelligence économique dans le champ des sciences économiques. Courageux à l’époque, d’autant que le doctorant qu’il était alors décide d’user d’une approche transdisciplinaire en faisant également appel aux sciences de gestion pour traiter un sujet sans littérature canonique ni épistémologie établie… Douze ans plus tard, il s’attelle à dresser un bilan, tant quantitatif que qualitatif puis à proposer des pistes pour de nouvelles recherches.

L’intelligence économique : de l’objet concret à l’objet de recherche

3Dans cette première partie, le chercheur nous propose tout d’abord un regard constructiviste sur 15 années d’intelligence économique « à la française ». En effet, la période étudiée (1994-2011) est analysée à partir des actes et des discours. Qui a dit quoi et dans quel cadre d’action ? Et ce, afin de dresser un cadre général et faire sortir l’objet concret qu’est l’intelligence économique du seul cadre professionnel. Car cet objet, expose Christian Marcon, est un objet scientifique inconfortable pour le chercheur. Rappelant ses origines pluridisciplinaires, l’auteur en appelle au nécessaire questionnement épistémologique pour aller jusqu’à la réflexion ontologique.

Analyse de quinze années d’exploration scientifique de l’intelligence économique par les sciences de l’information et de la communication

4Suit une étude quantitative et qualitative des productions scientifiques de la période - livres, thèses articles et communications – avec une analyse comparée des disciplines (les SIC et la gestion en tête) démontrant toute la difficulté pour les chercheurs pionniers de trouver des espaces d’expression. Puis de questionner l’intelligence économique sous l’angle informationnel. Documentation, veille, knowledge management : ces notions sont-elles à inclure de manière aussi évidente dans l’intelligence économique et dans quelle mesure ? La documentation est-elle de la veille ou l’intelligence économique une appellation différente de la veille ? Dans son rôle de chercheur, Christian Marcon interroge les pratiques et questionne les concepts, considérant que rien ne va de soi sans devoir être explicité.

Perspectives pour de futures recherches sur l’intelligence économique en sciences de l’information et de la communication

5Ainsi l’analyse chiffrée proposée par l’auteur démontre-t-elle la faible place accordée à la communication dans les recherches sur l’intelligence économique. Mais loin d’en rester au constat et en s’appuyant sur l’exemple du cycle du renseignement au prisme de sa dimension réticulaire, il propose de développer l’approche interactionnelle, donc communicationnelle. Ce qui, selon Christian Marcon, révèle le besoin absolu de prendre en compte les représentations des acteurs sur leur environnement pertinent (part de l’imaginaire), les mécanismes de perception et de projection et de considérer l’intelligence économique comme un processus de création collective du sens. Avec, au final, la nécessité d’intégrer les mécanismes de médiation technologiques et médiatiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Moinet, « Christian Marcon, La recherche française en intelligence économique : Bilan et perspectives », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 23 janvier 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1409

Haut de page

Auteur

Nicolas Moinet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page