Navigation – Plan du site
Revue des revues

La Revue Tunisienne de Communication

Bruno Chaudet

Notes de la rédaction

Entretien réalisé par Bruno Chaudet

Texte intégral

Moez Ben Massoud, rédacteur en chef de la Revue Tunisienne de Communication

« La revue est l’une des plus anciennes du genre dans le monde arabe et africain »

Quelle est la date de naissance de cette Revue ?

La Revue Tunisienne de Communication « RTC » est une publication scientifique semestrielle publiée par l’IPSI (Institut de Presse et des Sciences de l’Information) depuis 1982. C’est l’une des plus anciennes revues du genre dans le monde arabe et africain. Et c’est l’une des rares publications qui a veillé à respecter sa périodicité. Elle a été fondée par le Professeur M. Moncef Chennoufi, ancien directeur de l’IPSI. La revue est animée par un comité de rédaction qui trace la ligne éditoriale et sélectionne les articles à publier. Ont été rédacteurs en chef : le Dr Mohamed Hamdane, le Dr Ridha Methnani, le Dr Youssef Ben Romdhane et le Dr Jamal Zran. J’en suis actuellement le rédacteur en chef.

Quels sont vos axes éditoriaux ?

La revue est éditée en plusieurs langues (arabe, français et anglais). Elle constitue un support précieux pour publier les recherches des enseignants de l’IPSI et des autres universitaires tunisiens. Bénéficiant actuellement d’un grand rayonnement international, la RTC publie les recherches scientifiques réalisées par les spécialistes des sciences de l’information de différents pays arabes et africains. Les articles publiés par la RTC reflètent l’évolution et la diversité des préoccupations et des intérêts des chercheurs tunisiens et étrangers dans le champ des sciences de l’information et de la communication.

Comment la Revue est-elle organisée ?

En plus de la partie réservée aux études, la RTC comprend des rubriques fixes destinées à suivre l’actualité des médias et leur réglementation, à présenter les sujets des mémoires soutenus par les étudiants de l’IPSI et à présenter les ouvrages les plus récents traitant les problématiques de l’information et de la communication. À l’occasion du vingtième anniversaire de la RTC, l’Institut de presse et des sciences de l’information a publié un numéro spécial RTC. Ce numéro est consacré à un index de tous les articles parus dans la RTC pendant deux décennies de 1982 à 2002. Ces articles sont répartis selon leurs thèmes, leurs auteurs et leur ordre chronologique de parution. Ils sont présentés en deux parties selon leur langue de rédaction : en arabe d’une part, en français et en anglais d’autre part. Les cadres de la bibliothèque de l’IPSI ont tenu à présenter cet index conformément aux règles scientifiques d’usage pour faciliter l’accès aux articles de la RTC et profiter au mieux de leurs résultats.

Vincent Meyer, Laboratoire i3M

« Un livre qui met en visibilité les recherches en communication publique et territoriale au Maghreb »

Vous venez de diriger avec Nozha Smati un dossier dans la Revue tunisienne de communication intitulé « Maghreb et territoires en communication ». Pouvez-vous nous présenter ce dossier ?

1Je pense qu’il faut d’abord préciser que publier sur pareille thématique dans le contexte actuel est très difficile. La Revue tunisienne de communication a relevé ce défi. Cette livraison est donc à la fois un effort éditorial et un acte de recherche. C’est en quelque sorte un livre qui fait aussi « bannière » pour mettre en visibilité et pour relancer plus spécifiquement les travaux en communication publique et territoriale au Maghreb. Le dossier « Maghreb et territoires en communication » vise à montrer comment les auteurs maghrébins se saisissent de ces différentes notions sur des terrains distincts. Il s’agit de comprendre en quoi la communication publique et territoriale est importante au Maroc, en Algérie, en Tunisie... comment elle est investie par les chercheurs, par les décideurs et les citoyens.

Comment le travail de recherche s’est-il structuré autour de ce dossier ?

Les textes réunis ici sont la suite d’un colloque que nous avons organisé en 2012 à Djerba intitulé « Développement territorial, patrimoine et tourisme en zones fragiles et menacées : entre dynamiques économiques, démocratie participative et communication ». Ce colloque a donné lieu à des actes volumineux disponibles en format papier et sur notre carnet de recherche : http://loth.hypotheses.org/​176. Nous avons voulu valoriser différemment ces travaux ainsi certains textes ont été retravaillés par les auteurs puis réexpertisés par le comité scientifique du colloque puis par le comité scientifique de la Revue tunisienne de communication. Et nous avons aussi ouvert, dans la rubrique Varia, sur des thématiques et des objets que nous n’avions pas réussi à travailler en 2012.

Quelle est la genèse de ce travail ?

Il s’agit du programme Loth (Langages, objet, territoires et hospitalités) initié en Tunisie avec l’Institut des régions arides. C’était un programme de soutien aux recherches doctorales qui est parti du constat qu’un certain nombre de doctorants maghrébins venait nous voir avec des sujets éloignés des problématiques de leurs pays d’origine. Nous avons donc voulu les inciter à mobiliser les ressources en information-communication dans leurs pays tout en initiant des cotutelles. L’idée était donc de fédérer des recherches doctorales dans le cadre d’un programme qui a d’ailleurs eu le soutien financier de l’agence universitaire de la francophonie. Le programme Loth est maintenant terminé depuis 2012 clôturé par le colloque de Djerba mentionné supra.

Quelle est la suite envisagée ?

Nous finalisons pour début 2015 un ouvrage colloque suite à des travaux initiés à l’université de Béjaïa (Algérie) et nous poursuivons nos travaux par l’organisation en avril 2015 d’un colloque à Taroudant au Maroc qui s’intitule « La valorisation des patrimoines : authenticité et communication ». Il sera soutenu par la Société française des sciences de l’information et de la communication et dont les meilleurs textes seront publiés dans la revue internationale Communication sociale et publique (UQAM). L’idée est de poursuivre en organisant ensuite un événement alternativement en Tunisie, en Algérie et au Royaume du Maroc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Chaudet, « La Revue Tunisienne de Communication », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 23 janvier 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1407 ; DOI : 10.4000/rfsic.1407

Haut de page

Auteur

Bruno Chaudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page