Navigation – Plan du site
Vie des labos

Le doctorant en CIFRE : petit guide à l’usage des doctorants et laboratoires

Mihaela Dramba

Texte intégral

1À l’heure actuelle, un prétendant au titre de docteur a le choix entre plusieurs options : doctorant « traditionnel », doctorant en contrat de collaboration, doctorant en cotutelle à l’international, doctorant en CIFRE (Convention Industrielle de la Formation par la Recherche)… Mon choix s’est arrêté sur cette dernière option, guidée par la conviction forte que l’action et la recherche s’auto-alimentent et qu’on ne peut pas écrire sur la communication organisationnelle sans comprendre intimement, sans voir et connaître de près ce que cela fait ou ne fait pas aux organisations, individus et collectifs.

Les difficultés et richesses du parcours du doctorant en CIFRE

2Les difficultés et les apports d’une CIFRE dépendent et varient selon le vécu du doctorant-salarié et le degré d’implication à la fois dans l’entreprise et le laboratoire de recherche. Force est de constater qu’être doctorant en CIFRE n’est pas toujours une posture confortable, car elle est plurielle et atypique.

  • 1 Trois contrats interdépendants sont signés dans le cadre d’une CIFRE : une convention entre l’ANRT (...)
  • 2 Voir aussi COOREN, François. (2013). Manière de faire parler. Interaction et ventriloquie. Paris : (...)

3C’est pourquoi, se lancer dans une CIFRE suppose avant tout de s’inscrire dans une démarche volontaire et faire preuve d’un engagement fort. Ensuite, l’enjeu consiste à mobiliser un réseau d’acteurs : directeur de recherche, directeur de laboratoire, école doctorale, entreprise, ANRT (Association Nationale de la Recherche et de la Technologie), DRRT (Délégation Régionale à la Recherche et la Technologie)… Parcours du combattant pour convaincre, enrôler, négocier du début et jusqu’à la signature du dernier contrat1, il devient vite un parcours d’équilibriste entre laboratoire et entreprise, entre posture de praticien et posture de chercheur. Équilibriste, facilitateur, formateur, le doctorant en CIFRE est un apprenti chercheur-passeur : passeur dans et entre le monde universitaire et le monde professionnel, passeur d’expériences, de pratiques et de savoir. Constamment, il manipule et se manipule (au sens étymologique « se conduire par la main »), il agit et se fait agir, il parle et se fait parler2. De passage, il peut déstabiliser, mais peut également (re)stabiliser. Il pousse les clôtures de ces deux territoires traditionnellement opposés, s’y immisce et par le transvasement, ramène du nouveau, ouvre des possibilités.

  • 3 Cf. CROZIER, Michel et FRIEDBERG, Erhard. (1970). L’acteur et le système. Paris : Seuil.
  • 4 Voir aussi ALTER, Norbert (2012). La force de la différence. Itinéraires de patrons atypiques. Pari (...)

4Proche et à la fois lointain, il devrait glisser idéalement d’un monde à un autre avec l’aisance d’un caméléon. L’aisance se gagne avec l’expérience. Néanmoins, il demeure, au moins le temps de son contrat, un marginal : marginal tout simplement, « marginal sécant »3 appartenant à des environnements avec des logiques d’action différentes ou marginales qui de part sa différence est susceptible d’innover4.

5En plus, le doctorant doit gérer et mettre en harmonie des temporalités différentes. La recherche s’inscrit dans la durée et demande un effort soutenu dans un temps relativement long. Les activités professionnelles s’enchaînent de manière plus rythmée, plus alerte et varient selon les nécessités liées à l’environnement de travail. Le temps est l’un des enjeux forts pour une CIFRE et peut avoir des impacts sur les rapports avec le laboratoire de recherche. La tension entre les différentes temporalités se ressent d’autant plus que le doctorant est de passage.

6Ces spécificités sont autant des difficultés à surmonter – avec l’aide et l’encadrement du directeur de recherche et de l’équipe du laboratoire – que des richesses que le doctorant peut faire valoir et partager avec ses collègues chercheurs.

Les enjeux et les apports pour le laboratoire de recherche

7Le doctorant en CIFRE ne s’investit a priori ni plus ni moins qu’un doctorant traditionnel dans la vie du laboratoire. Il s’investit différemment.

8D’abord, le doctorant rapporte financièrement : grâce au contrat de collaboration, l’entreprise contribue aux coûts liés aux travaux de recherche et d’encadrement scientifique. Lorsque de manière générale les fonds permettant de financer les recherches diminuent, cette contribution est non-négligeable.

9Ensuite, le deuxième enjeu touche à la potentialité de développement des relations entre les entreprises et le laboratoire. Non seulement le doctorant est une porte d’entrée dans l’entreprise qui l’embauche, mais il est inscrit dans les réseaux professionnels, ce qui lui permet d’être intermédiaire ou ambassadeur de la discipline et du laboratoire dans ces réseaux. Par exemple, en faisant connaître et valorisant l’équipe de recherche à laquelle j’appartiens, le réseau local de professionnels en communication s’est récemment rapproché d’un collègue maître de conférences pour une intervention en leur sein.

10Outre la facilitation de la mise en relation, le doctorant-salarié contribue activement à l’enjeu de valorisation, vulgarisation de la recherche et diffusion du savoir. En effet, il est lui-même interprète entre le monde socio-économique (et institutionnel, dans mon cas) et le monde académique. Il incarne et concrétise la recherche soit en la mettant en pratique lors de ses actions-recherche soit en la rapprochant du quotidien des acteurs lors des débats. Il devient donc, formateur pour les acteurs socio-politico-économiques.

11De même, en sens inverse, il est à même d’apporter au laboratoire un regard distancié par rapport aux enjeux actuels de la recherche, un regard aguerri sur les enjeux économiques, les logiques projets des industriels et/ou institutionnels ainsi que les logiques managériales et organisationnelles à l’œuvre (évaluation, performance…), auxquelles même un laboratoire se confronte. En tant que professionnel de la communication, il peut également faire valoir l’expérience pratique de coordination des projets de communication, de valorisation et de promotion.

12Enfin, de part ces divers apports, une CIFRE peut contribuer à renforcer l’institutionnalisation d’une équipe en SIC par rapport à son environnement politique, économique et social.

L’intérêt d’une CIFRE pour les doctorants

13Une CIFRE est une option très intéressante pour les doctorants qui ont un penchant pour l’action, ou qui souhaitent poursuivre leur carrière dans le milieu professionnel (consulting, équipes R&D, entrepreneuriat…), ou qui pensent, comme moi, qu’on ne doit pas séparer et opposer les deux mondes, mais faire avec, tel un ensemble complexe, certes.

14En plus des bénéfices d’un financement, une CIFRE est une expérience riche, qui rend facile l’accès au terrain, qui a l’avantage de la proximité des acteurs et de l’action, de la possibilité d’expérimenter, confronter ses théories, proposer et mettre en perspective les recherches.

15Au bout de la course, une CIFRE amène le doctorant à une maturité (certaine) sur les enjeux et les rapports entre la recherche, la demande sociale, l’exigence politique et la pression économique de l’efficience et de la performance. Une CIFRE prépare le doctorant à gérer ces logiques divergentes. Dans le contexte actuel de la recherche, cet apprentissage ne serait-il pas essentiel pour le futur chercheur ?

Haut de page

Notes

1 Trois contrats interdépendants sont signés dans le cadre d’une CIFRE : une convention entre l’ANRT et l’entreprise, un contrat de collaboration entre l’entreprise et le laboratoire de recherche et un contrat de travail entre l’entreprise et le doctorant-salarié.

2 Voir aussi COOREN, François. (2013). Manière de faire parler. Interaction et ventriloquie. Paris : Le Bord de l’eau.

3 Cf. CROZIER, Michel et FRIEDBERG, Erhard. (1970). L’acteur et le système. Paris : Seuil.

4 Voir aussi ALTER, Norbert (2012). La force de la différence. Itinéraires de patrons atypiques. Paris : PUF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mihaela Dramba, « Le doctorant en CIFRE : petit guide à l’usage des doctorants et laboratoires », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 23 janvier 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1401 ; DOI : 10.4000/rfsic.1401

Haut de page

Auteur

Mihaela Dramba

Doctorante en Sciences de l’Information et de la communication (Contrat CIFRE) Laboratoire PREFICS, université Rennes 2

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page