Navigation – Plan du site
Vie des labos

Les conventions CIFRE : quel statut pour le doctorant, quel(s) rôle(s) pour les laboratoires de recherche ? Retours d’expérience…

Mélanie Bourdaa et Aurélia Lamy

Texte intégral

1Les conventions CIFRE (Convention Industrielle de Formation par la Recherche) ont été créées en 1981 par l’Association Nationale de la Recherche Technique (ANRT) et sont financées par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. L’objectif de ces conventions est d’établir un contrat de recherche entre un laboratoire, un étudiant en première année de doctorat et une entreprise dans laquelle l’étudiant travaillera et mènera ses recherches. Cette double appartenance (professionnelle et universitaire) est suscitée par un processus de sélection des projets proposés qui résulte d’une double expertise : une expertise technico-économique et une expertise scientifique1 qui garantissent la spécificité d’une formation en CIFRE à la fois professionnalisante et reconnue scientifiquement. Ce dispositif permet ainsi de promouvoir l’innovation au sein des services recherche & développement (R&D) des entreprises qui accueillent de jeunes doctorants.

2Plusieurs avantages sont mis en avant pour les différents partenaires lorsqu’une convention CIFRE est signée et mise en place. Le doctorant, en travaillant en partenariat direct avec une entreprise, se forge une première expérience professionnelle, notamment en tant de chef de projet. Il fait le lien entre l’entreprise et le monde universitaire, apportant une méthodologie de travail à l’entreprise et une connaissance des exigences du monde socio-économique au laboratoire de recherche. Réaliser une thèse en contrat CIFRE est un réel levier d’insertion professionnelle, en effet, on constate que près de 90 % des doctorants (toutes disciplines confondues) s’insèrent directement sur le marché du travail après leur thèse CIFRE, dont 87 % dans le secteur privé et seulement 13 % dans le secteur public2. L’entreprise quant à elle développe par l’accueil d’un candidat doctorant CIFRE sa capacité de Recherche et Développement (R&D). De plus, elle bénéficie du crédit impôts recherche pour indemniser le doctorant. Enfin, pour le laboratoire de recherche, il s’agit surtout de faire valoir une valorisation des travaux de recherche ainsi qu’un transfert technologique. Il est intéressant de noter que, même si naturellement tous les domaines de recherche sont concernés par ce type de convention, seules 24 % étaient signées en SHS en 2012. Initialement conçues pour les sciences dures et de l’ingénieur car plus propices à développer des dispositifs de R&D dans les entreprises, elles touchent aujourd’hui les langues, les arts, les sciences juridiques et politiques, les sciences économiques et de gestion ainsi que les sciences de l’information et de la communication. Ces dernières sont parfois sous-représentées du fait d’un manque de clarté dans les intitulés des recherches, elles sont ainsi parfois associées à la sociologie, à la gestion, à l’informatique, aux sciences documentaires…3. La part grandissante des thèses suivies en contrat CIFRE en SHS ont poussé des doctorants à se constituer en association. L’ADCIFRESHS a notamment pour objectif de « Partager les différentes expériences dans la négociation du contrat de collaboration […] Créer un espace collaboratif pour les doctorants salariés dans leurs relations vis-à-vis de l’institution d'accueil comme du laboratoire […] Réfléchir et échanger sur les implications de la recherche financée par son terrain et au statut du salarié doctorant dans la production de connaissances en sciences humaines […] Interroger les enjeux de la restitution de la recherche entre attentes académiques et professionnelles […] Valoriser les compétences académiques et professionnelles des doctorants CIFRE » 4. Cette initiative montre à quel point ces doctorants naviguant entre deux « mondes » ont besoin d’échanger et de partager leurs expériences respectives en dehors de l’entreprise et de leurs laboratoires de recherche.

  • 5 Olivia Foli et Marlène Dulaurans, « Tenir le cap épistémologique en thèse Cifre. Ajustements nécess (...)

3Malgré le caractère attractif des conventions CIFRE pour les trois parties concernées, ce dispositif est peu connu des doctorants et manque de visibilité auprès des candidats potentiels, des laboratoires de recherche et des entreprises. Les communications ou articles scientifiques5 consacrés aux contrats CIFRE montrent bien que le doctorant ne retire pas que des avantages de son expérience CIFRE en entreprise. Son rôle est parfois ambigu, entre chef de projet, stagiaire ou consultant. Sa position varie également de contrat à contrat et peut parfois conduire à une perte de son indépendance en tant que chercheur, ou au contraire à une difficulté à dédier un temps effectif à la recherche. Le rôle des laboratoires de recherche dans le cadrage de ce type de contrat est donc fondamental pour la réussite du doctorant mais également pour asseoir la légitimité d’une discipline dans le monde socio-économique.

4Les deux articles présentés dans la rubrique « La vie des Labos » rendent compte de retours d’expérience d’une doctorante et d’une docteure en contrat CIFRE. Ainsi, les deux auteures nous expliquent en quoi la convention CIFRE est bénéfique à la fois pour le doctorant mais également pour le laboratoire de recherche. Sans idéaliser le dispositif, les auteures pointent les difficultés de positionnement, de choix éthiques ou simplement de recherche rencontrées lors des trois ans que dure le contrat.

Haut de page

Notes

1 www.enseignementsup-recherche.gouv.fr

2 http://www.placeojeunes.fr/formations/articles/conventions_CIFRE/les_conventions_CIFRE.php

3 Laurent Morillon, « De l’idylle au détournement, quels apports des CIFRE en Sciences de l’Information et de la Communication », consultable sur : http://www.sfsic.org/congres_2008/spip.php?page=imprime&id_article=42

4 http://resoshs.hypotheses.org/198

5 Olivia Foli et Marlène Dulaurans, « Tenir le cap épistémologique en thèse Cifre. Ajustements nécessaires et connaissances produites en contexte », Études de communication, 40 | 2013, 59-76.

Laurent Morillon, « De l’idylle au détournement, quels apports des CIFRE en Sciences de l’Information et de la Communication », http://www.sfsic.org/congres_2008/spip.php?page=imprime&id_article=42.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Bourdaa et Aurélia Lamy, « Les conventions CIFRE : quel statut pour le doctorant, quel(s) rôle(s) pour les laboratoires de recherche ? Retours d’expérience… », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 03 février 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1400

Haut de page

Auteurs

Mélanie Bourdaa

Articles du même auteur

Aurélia Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page