Navigation – Plan du site
Regards croisés

Cartes nocturnes entre la France et l’Amérique latine : Lectures croisées de Jesús Martín-Barbero

Gustavo Gomez-Mejia

Texte intégral

Introduction

  • 1 Jesús Martín-Barbero, Oficio de cartógrafo. Travesías latinoamericanas de la comunicación y la cult (...)

1Jesús Martín-Barbero est l’un des principaux théoriciens latino-américains dans le champ de la communication et de la culture. Dans son œuvre, la métaphore de la « carte nocturne » revient comme une image qui lui permet de situer à la fois sa posture face au métier de chercheur et la nature de ses prétentions épistémologiques en matière de communication. Selon ses propres mots, l’itinéraire de cet auteur espagnol naturalisé colombien serait comparable à celui d’un « cartographe »1 vivant des « traversées intellectuelles » qui l’amènent à formuler des questions « à tâtons » ou à contre-jour.

  • 2 Cf. « Cronología de J. Martín-Barbero », Revista Anthropos, n° 219, Barcelone, Anthropos, 2008, p.  (...)

2Nous nous intéresserons ici à l’une des principales « traversées intellectuelles » de Martín-Barbero : celle qui renvoie à sa fréquentation d’une tradition scientifique francophone en antichambre de son arrivée progressive au Nouveau Monde dans les années 60-70. En effet, avant de participer à la fondation des Ciencias de la comunicación latino-américaines et à la consolidation de l’Association Latino-Américaine de Chercheurs en Communication en 1979 (l’ALAIC – société savante homologue de la SFSIC dont il a été le premier Président), Jesús Martín-Barbero a obtenu un Doctorat en Philosophie à Louvain (1972) et suivi des études en Sémiotique et Anthropologie à l’EHESS de Paris (1970-1971)2. Dans ce contexte d’effervescence intellectuelle et de rapprochement interdisciplinaire, faisait-il déjà partie du champ des proto-SIC ? Comment se noue dans son parcours le dialogue entre les traditions francophones et hispanophones, entre la philosophie et la communication ?

  • 3 Guy Lochard et Bruno Ollivier « Préface » in Jesús Martín Barbero, Des médias aux médiations, Commu (...)

3L’empreinte de cet itinéraire géographique et académique est présente dans l’ensemble des textes de Jesús Martín-Barbero et explique son recours à la métaphore de la « carte nocturne ». Parmi les nombreuses connexions qu’inspire sa cartographie intellectuelle, on peut donc relier en pointillé les recherches françaises en Sciences de l’information et de la communication à leurs consœurs latino-américaines. Pour reprendre les mots de Lochard et Ollivier, au-delà de l’exégèse, le premier objectif de cet article est de « permet[tre] à un public francophone de comprendre comment des écrits et des théoriciens européens – et particulièrement français – ont été compris, transformés en Amérique latine, et quel écho ils ont pu avoir dans le développement des études de communication latino-américaines3 ». Le second objectif est épistémologique : confronter les chercheurs en SIC à quelques-uns des doutes réflexifs qui caractérisent les « cartes nocturnes » que nous allons présenter.

4Sans prétendre « mettre au jour » une quelconque « filiation directe » qui n’aurait pas de sens compte tenu de la complexité des Ciencias de la comunicación et des multiples influences de l’auteur, nous nous proposons d’étudier les traces de ces mouvements de « traversée intellectuelle » dans deux directions. Dans un premier temps, il sera question d’interroger le bagage de certaines références historiques francophones qui ont pu nourrir le parcours de Martín-Barbero à l’aller, lors de son atterrissage en Colombie, et sa définition progressive de « cartes nocturnes » pour guider le chercheur « en communication ». Dans un second temps, un mouvement complémentaire nous permettra de voir comment les Sciences de l’information et de la communication françaises se sont intéressées en retour à l’œuvre de Martín-Barbero et ont accueilli en leur sein une nouvelle génération de chercheurs latino-américains : ces mouvements internationaux actualisent le dialogue entre ses textes et diverses orientations francophones de notre discipline.

Aller : la « carte nocturne » comme métaphore des recherches en communication

  • 4 Jesús Martín Barbero, Des médias aux médiations, op. cit., p. 20-21.

5Entre les préfaces de son œuvre la plus connue, Des médias aux médiations, et l’exercice de biographie intellectuelle des études en communication latino-américaines que constitue Oficio de cartógrafo, la métaphore de la « carte nocturne » prend forme pour situer un projet de recherche singulier. À quoi renvoie-t-elle pour Martín-Barbero ? Quelles sont ses origines « métissées4 » ? Que nous dit-elle de la traversée intellectuelle du chercheur qui quitte l’Europe et atterrit en Colombie ?

  • 5 Cf. Nancy Morris, Philip R. Schlesinger, « Jesús Martín Barbero ou le refus du médiacentrisme », He (...)

6Un premier retour sur la genèse de la métaphore de la « carte nocturne » nous rappelle le chemin historique qu’il a fallu parcourir – ici et là-bas – pour élargir le spectre intellectuel des recherches en communication. En cartographiant ses quêtes successives, Martín-Barbero nous rappelle – à nous autres chercheurs en SIC – comment, au fil des décennies, il a été nécessaire de dépasser un certain « médiacentrisme »5 caractéristique des premières études de la communication de masse pour parvenir à étudier « la communication dans la culture », et ce quel que soit l’objet analysé.

Le contexte d’émergence de la « carte nocturne »

  • 6 Eduardo Restrepo « “Yo partí de cómo se comunicaba la gente en la calle” : trayectorias intelectual (...)
  • 7 Jesús Martín Barbero, « Autopercepción intelectual de un proceso histórico », Revista Anthropos, (...)

7Martín-Barbero résume ainsi les deux grandes doctrines qui règnent dans le Nouveau Monde vers la fin des années 70 dans le champ des études de communication : « Les fonctionnalistes nord-américains s’employaient à mesurer quantitativement le contenu du message ; les marxi-structuralistes latino-américains se consacraient à étudier sa structure idéologique. Ces deux doctrines partageaient une conception instrumentale du média qui obturait totalement l’attention portée aux acteurs et aux contextes »6. Dans ce cadre, la couleur « nocturne » de la carte qui guidera ses quêtes intellectuelles se définit donc par contraste vis-à-vis de ce que ces deux doctrines mettent au jour comme savoirs communicationnels. Le « philosophe qui s’est fourvoyé dans le champ de la communication »7 milite déjà à l’époque pour que l’on s’intéresse davantage aux sensibilités des acteurs et à leurs contextes : il porte en lui des questionnements complexes sur les dynamiques complexes du pouvoir et du quotidien en dialogue avec Foucault et de Certeau ; il s’intéresse à la parole et aux récits ayant été l’élève de Paul Ricœur et le lecteur de Jean-Pierre Faye.

  • 8 Cf. Jesús Martín Barbero, « Mes rencontres avec Walter Benjamin », Théorème, n°21, Persistances ben (...)
  • 9 Antoine de Saint-Exupéry, Pilote de guerre, Paris, Gallimard, 1942 cité par Jesús Martín-Barbero, O (...)

8Sur un fond de lettres castillanes, le pouvoir, le quotidien, la parole, le récit et même le rite de l’anthropologie de Mauss dialoguent avec les mythes ordinaires de Barthes et la sensorialité de Merleau-Ponty ou de Walter Benjamin8. Voilà une série de ressources intellectuelles hétérodoxes que Martín-Barbero transporte dans ses bagages. Elles nourrissent dans les années 80 la formalisation de la métaphore de la « carte nocturne », qui décrit sa « manière de faire de la recherche » par le truchement d’une expression empruntée au Pilote de guerre9 de Saint-Exupéry :

  • 10 Ibidem.

Une carte pour interroger la domination, la production et le travail mais de l’autre côté : celui des brèches, de la consommation et du plaisir. Une carte non pas pour la fuite mais pour la reconnaissance de la situation à partir des médiations et des sujets, pour changer le lieu depuis lequel on formule les questions, pour assumer les marges non pas comme un thème mais comme des enzymes. Car les temps ne sont pas à la synthèse, et nous avons encore de nombreuses zones de la réalité quotidienne à explorer, et dans cette exploration nous ne pouvons avancer qu’à tâtons ou à peine avec une carte nocturne10

Le « frisson épistémologique » de la nuit (ou le point de non-retour)

9On voit bien en quoi la carte qui guide les recherches de Jesús Martín-Barbero est « nocturne » : d’une part, les objets qui l’intéressent (domination, production, travail) sont abordés en négatif ou à contre-jour (brèches, consommation, plaisir) ; d’autre part, la volonté d’aborder les réalités quotidiennes des sujets et des médiations suppose un effort de la part du chercheur qui doit accepter d’avancer à tâtons à travers de multiples zones d’ombre. Comment s’est-il embarqué dans ce projet épistémologique qui influence aujourd’hui une bonne partie des recherches latino-américaines en communication ?

10On pourrait voir une secrète parenté avec la dialectique de « la nuit » qu’un autre chercheur habitué des traversées franco-latino-américaines, son contemporain Michel de Certeau, employait pour définir la notion de « culture » :

  • 11 Michel de Certeau, La culture au pluriel, Paris, Seuil, 1993 [1974], p. 211.

D’un côté, elle est ce qui « permane » ; de l’autre, ce qui s’invente. Il y a d’une part, les lenteurs, les latences, les retards qui s’empilent dans l’épaisseur des mentalités, des évidences et des ritualisations sociales, vie opaque, têtue, enfouie dans les gestes quotidiens, à la fois les plus actuels et millénaires. D’autre part, les irruptions, les déviances, toutes ces marges d’une inventivité d’où des générations futures extrairont successivement leur « culture cultivée ». La culture est une nuit incertaine où dorment les révolutions d’hier, invisibles, repliées dans les pratiques – mais des lucioles, et quelquefois de grands oiseaux nocturnes, la traversent, surgissements et créations qui tracent la chance d’un autre jour11.

11L’intertexte est là – en pointillé – comme une proposition adressée au chercheur qui veut étudier « la communication dans la culture ». Cette volonté d’inscrire les études de communication dans la « nuit incertaine de la culture » apporte donc son lot d’ombres, d’invisibilités et de surprises quotidiennes… En ce sens, Martín-Barbero rappelle souvent cette anecdote fondatrice qu’il surnomme son « frisson épistémologique » pour illustrer un grand tournant communicationnel dans sa posture intellectuelle :

  • 12 Jesús Martín Barbero, « Autopercepción intelectual de un proceso histórico », Revista Anthropos, (...)

Avec le succès du film [La ley del monte], qui devenait un phénomène plus que sociologique, quasi-anthropologique, un jeudi à 18 heures nous sommes allés le voir au cinéma avec d’autres professeurs. Ils passaient le film au Cine México, dans un quartier populaire de la ville de Cali. Peu après le début de la projection, mes collègues et moi ne pûmes plus retenir nos éclats de rire car nous ne pouvions regarder ce navet scénaristique et esthétique que comme une comédie ; et, pourtant, il était contemplé par les autres spectateurs dans un silence épatant pour ce type de salle. Mais la surprise vint aussitôt : plusieurs hommes se retournèrent vers nous pour nous invectiver : « Soit vous vous taisez, soit on vous vire ! » À partir de ce moment, honteusement enfoncé dans mon siège, je concentrai mon regard non pas sur l’écran mais sur les gens qui le regardaient : la tension émue des visages qui suivaient les avatars du drame, les yeux larmoyants non seulement chez les dames mais aussi chez pas mal d’hommes. Et alors, dans une sorte d’illumination profane, j’étais en train de me poser ces questions : Est-ce que le film que je suis en train de voir a quelque chose à voir avec celui qu’ils voient ? Comment établir une relation entre l’attention passionnée des autres spectateurs et notre ennui distancié ? Enfin, que voyaient-ils que je ne pouvais/savais pas voir ?12

  • 13 Jesús Martín Barbero, « Los inesperados efectos de un escalofrío epistemológico », Conférence trans (...)

12À l’origine de tout long parcours de recherche en communication, il y a peut-être un « frisson épistémologique » similaire que le chercheur a pu oublier de raconter. Dans le cas de Martín-Barbero, il raconte ceci : « cet exercice a transformé ma vie, et dès lors mes questionnements et recherches cessèrent de partir des médias pour interroger les médiations qui entre-tissent la relation complexe des gens non seulement aux médias audiovisuels mais aussi aux places de marché, aux coins des quartiers, au stade…13 ». La posture initialement développée pour étudier ce que Martín-Barbero appelle « la médiation de masse » débouche donc sur une approche plus large, ouverte aux dimensions culturelles d’autres objets médiatiques, interactionnels, technologiques, éducatifs, politiques, professionnels ou marchands, à partir du moment où ils deviennent tous saisissables par leur bord le plus sensible. Quelle carte dessiner alors pour explorer la trame nocturne de ces médiations qui relient des sujets d’une culture aux plus divers phénomènes de communication ?

Des « cartes » pour « entre-voir » des médiations

13Au bout de cette « traversée » géo-épistémologique, on comprend bien pourquoi Martín-Barbero ressent le besoin de se doter de « cartes nocturnes » : sa manière de faire de la recherche vise à articuler la complexité des questionnements communicationnels avec les épiphanies heuristiques apportées par une certaine expérience culturelle du terrain. Comment prend forme la traduction opérationnelle de la métaphore de la « carte » pour orienter les explorations du chercheur ?

14D’emblée, dès 1980, Martín-Barbero commence à assembler les questionnements de sa « première carte », un « agenda de recherche » en communication qui creuse l’articulation de trois « champs stratégiques » pour sonder les réalités qu’il observe en Amérique latine :

  • la tension entre les processus économiques transnationaux et les structures nationales du pouvoir l’invite à penser les « structures de production » comme des « dispositifs de mise en relation entre technologies, marché et « routines productives ».

  • l’arrivée des « nouvelles technologies » en Amérique latine l’amène à étudier la « non-contemporanéité entre les technologies et leurs usages sociaux » : « en mettant la technologie au singulier et les cultures au pluriel, on active les signes d’identité qui passent par les usages – y compris anachroniques et aberrants –, car ceux-ci rendent visible la diversité des modes d’appropriation et donc celle de nos cultures ».

    • 14 Sur cette première carte voir Jesús Martín Barbero, « Preámbulo a un mapa de las mutaciones comunic (...)

    les débats sur la « communication alternative ou populaire » l’incitent à se pencher sur « les autres formes de communication par lesquelles on libère la parole des groupes dominés, de sorte que ce qui compte vraiment n’est pas le média mais la créativité populaire. En entendant par populaire, la mémoire d’une autre économie aussi bien politique que symbolique, la mémoire d’une autre matrice culturelle souvent niée »14.

  • 15 Jesús Martín-Barbero, « Pistas para entre-ver medios y mediaciones », Préface à la cinquième éditio (...)

15Au fil des rééditions de Des médias aux médiations, ces champs de questions articulées évolueront par la suite vers une forme systématisée et proprement cartographique : celle d’un « mapping » que Martín-Barbero intitule « Pistes pour entre-voir des médias et des médiations »15 dans sa préface de 1998. Cette « carte » reste « nocturne » puisque l’objet du « mapping » n’est pas de typologiser des objets mais, au contraire, de nous donner des indices en tant que chercheurs pour « entre-voir » les axes des « médiations communicationnelles de la culture ».

  • 16 Ibid., p. xvi-xxi.

16Suivant cette carte, le chercheur qui s’intéresse aux « médiations communicationnelles de la culture » peut orienter sa question sur deux axes majeurs : à l’horizontale, sur un « axe diachronique ou historique qui va des matrices culturelles aux formats industriels » de son objet d’étude ; à la verticale, sur « un axe synchronique, qui relie les logiques de production aux compétences de réception (consommation) » comme des relations politiques en jeu au fil des processus observables. Aux intersections de ces deux axes, la « carte » dessine quatre espaces pour « décentrer » notre regard de chercheurs en communication. On peut alors repérer les « médiations » de nos objets par rapport aux latitudes intellectuelles de l’institutionnalité (intérêts et pouvoirs en place) ; de la technicité (opérateurs techniques, perceptifs et esthétiques) ; de la socialité (les relations quotidiennes des hommes constitués en acteurs) ; et de la ritualité (les manières instanciées de regarder, écouter, lire – liées aux mémoires sociales du goût, de la classe, de l’habitude)16.

17Cette « carte nocturne » – réajustée par la suite – fonctionne comme un modèle épistémologique reconnaissable des deux côtés de l’Atlantique : Institutionnalité, Technicité, Socialité, Ritualité sont des termes qui nous renvoient à des coordonnées problématiques fécondes pour interroger les phénomènes de communication dans toute leur complexité culturelle. Quatre pistes que nous n’avons peut-être pas l’habitude de voir répertoriées ensemble et qui constituent une proposition théorique programmatique dont la terminologie ne saurait laisser les SIC francophones indifférentes, par-delà les diversités de sensibilités et d’approches. Au collègue français qui un jour me confiait qu’il « ne croyait plus à la discipline, mais seulement aux objets », je montrerais volontiers cette « carte nocturne » qui dessine des espaces épistémologiques ouverts, dans l’espoir de visualiser un territoire commun et des passerelles de questions communicationnelles fondamentales.

Retour : relectures francophones des « médiations » selon Martín-Barbero

18Alors qu’en Amérique latine les pistes de la « carte nocturne » sont enseignées comme une boussole de problématisations communicationnelles possibles, en Europe, les suggestions épistémologiquement fécondes de ce « mapping » restent une facette moins connue de la pensée de Martín-Barbero. Au fil des rééditions et traductions de son ouvrage De los medios a las mediaciones¸ ce sont surtout les débats sur l’hégémonie et la globalisation culturelle – tels qu’ils peuvent être animés par sa pensée des « médiations » – qui lui valent des échos scientifiques de plus en plus globalisés. Quid de ce retour dans les milieux académiques de son continent natal ?

Les « médiateurs » du voyage de l’œuvre

19En 1997, l’auteur livrait lors d’une interview cette « auto-perception » au sujet de la réception internationale de son livre le plus connu. Elle n’est plus d’actualité mais permet de prendre la mesure du chemin parcouru :

  • 17 María Cristina Laverde Toscano y Fernando Aranguren Díaz, « Los mapas diurnos y nocturnos de Jesús (...)

Outre son impact en Amérique latine, ce livre a-t-il établi un dialogue avec d’autres latitudes ? Nous nous demandons, par exemple, quelle a pu être sa lecture en Europe ? En Europe, il s’est passé quelque chose d’étrange : tandis que la réception en France – pays où je me suis formé et qui remplit ma bibliothèque – a été moindre, c’est surtout en Angleterre mais aussi en Allemagne et en Italie où cela a été très stimulant. Et cela n’est pas arrivé seulement à mes livres. Pour Néstor García-Canclini et Renato Ortiz qui ont également étudié en France, on n’a pas encore traduit leurs livres, tandis qu’en Angleterre et aux États-Unis on est en train de les traduire17

  • 18 Cf. Armand et Michèle Mattelart, Penser les médias, Paris, La Découverte, 1986, p. 128, pour une va (...)
  • 19 Guy Lochard et Philip Schlesinger (coord.), « Amérique latine : Cultures et communications », Hermè (...)
  • 20 Yves Jeanneret et Bruno Ollivier (coord.), « Les sciences de l'information et de la communication : (...)
  • 21 Bruno Ollivier (dir.), Les identités collectives à l'heure de la mondialisation, coll. Les essentie (...)
  • 22 Cf. SFSIC /AMIC, Actes du premier colloque franco-mexicain en sciences de la communication, México, (...)

20Des médias aux médiations aura été traduit en 2002 et, depuis, la circulation des références théoriques latino-américaines dans l’espace francophone a bien évidemment évolué. Sans prétendre à une quelconque exhaustivité, on pourrait aujourd’hui retracer – toujours en pointillé – un certain trajet retour de leurs sensibilités théoriques dans nos SIC contemporaines. À la suite d’Armand et Michèle Mattelart18 qui correspondent historiquement avec Martín-Barbero, on peut considérer que les volumes que Hermès a consacrés à l’« Amérique latine19 », aux « SIC20 » et aux « Identités collectives21 » témoignent d’un intérêt manifeste pour la pensée de l’auteur en amont et en aval de la traduction française de Des médias aux médiations en 2002. Au rôle de médiateurs que certains chercheurs jouent dans ces circulations scientifiques (Guy Lochard, Bruno Ollivier, Philip Schlesinger), s’ajoutent des espaces franco-latino-américains de rencontre (Colloque Franco-Mexicain SFSIC/AMIC et conférence internationale Bogues à Montréal22), ainsi que des invitations ponctuelles à des séminaires (ex : Paris III en 2010, Bordeaux en 2011). Sans compter, bien sûr, l’accueil que l’Université française réserve en son sein une nouvelle génération de chercheurs latino-américains familiarisés avec l’œuvre de Martín-Barbero. Comment circule sa pensée des « médiations » ? Quatre décennies après son départ de Paris, retrouve-t-il par ici de nouveaux échos ?

Le dialogue entre « Mediación » et « Médiation »

  • 23 Jesús Martín-Barbero, « Autopercepción intelectual de un proceso histórico », Revista Anthropos, (...)

21Dès 1970, l’emploi du terme mediaciòn chez Martín-Barbero est issu d’une volonté d’articuler la pédagogie libertaire de Paulo Freire avec l’herméneutique de Paul Ricœur : « Il n’est pas de communication directe, immédiate, toute communication exige de s’arracher de l’usage ou de la possession immédiate des choses, tout communiquer exige de l’altérité et un minimum de distance. La communication est séparation et pont : médiation23 ».

  • 24 Bernard Miège, « Médias, médiations et médiateurs, continuités et mutations », Réseaux, n° 148-149, (...)

22Dans quelle mesure entend-on toujours ce background la fois politique et symbolique autour du mot « médiation » ? En fonction des auteurs, la mediación au sens où l’entend Martín-Barbero peut établir un dialogue avec d’autres théoriciens francophones de la médiation : Beaud, Caune, Davallon, Hennion, Jeanneret, Lamizet, Schaeffer, etc. En ce sens, Bernard Miège fait par exemple le rapprochement avec « la nécessité d’une inscription des évolutions technologiques dans les rapports sociaux24 » sur laquelle insistait jadis Paul Beaud et trouve des accents « sémio-pragmatiques » dans la posture de Martín-Barbero. De manière analogue, Amanda Rueda propose une lecture croisée de la mediación selon son ancien collègue chercheur et des usages que les auteurs francophones précités font de la notion de médiation ; celle-ci permettrait en synthèse :

  1. De réinscrire des phénomènes dans des tissus de relations et d’interdépendances, de rétablir des ponts entre plusieurs médiations.

  2. De réintégrer les productions socio-historiques dans le champ de l’action individuelle et collective.

  3. D’élargir les problématiques des pratiques et des acteurs à celle des représentations et des imaginaires qui fondent la construction sociale du sens et le lien social – générationnel et communautaire.

  4. De relier l’infra au global, le particulier au général. L’analyse des médiations impliquerait un mouvement dialectique, un va-et-vient du singulier au général. Loin de l’idée déterministe de « totalité », cette perspective établit des logiques transversales. Il s’agirait, d’après Hennion, « d’établir cas par cas l’infinie complexité et unicité de chaque fait mais aussi la façon dont certains se stabilisent, se généralisent ».

  5. De relier les processus aux acteurs, de repenser la place de chacun de ces acteurs dans les processus structurants et les logiques qui les mobilisent.

    • 25 Amanda Rueda, « Des médias aux médiations : quelles médiations, quels objets, quels enjeux ? », Les (...)

    De rendre visible les relations et les logiques de pouvoir qui sous-tendent le fonctionnement des médias de masse25.

  • 26 Cf. Éric Maigret et Éric Macé (dir.), Penser les médiacultures, Paris, Armand Colin, 2005
  • 27 Laan Mendes De Barros, « Les médiations socioculturelles comme objet d’étude de la communication », (...)
  • 28 Ana Carolina Escoteguy, « Les études de réception au Brésil », Sociétés, n° 83, 2004, p. 65-77.
  • 29 J. Martín Barbero,“Nosotros que habíamos hecho estudios culturales mucho antes de que esta etiqueta (...)

23Au-delà des approches focalisées sur les potentialités de la notion elle-même, la pensée de la « médiation » selon Martín-Barbero trouve un deuxième espace de reconnaissance dans les débats post-francfortiens sur les « médiacultures26 » (Éric Macé l’articule au Morin de l’Esprit du Temps) et au carrefour des études de réception et des Cultural Studies. En ce sens, Laan Barros a traduit en français les applications que le Mexicain Guillermo Orozco Gómez fait des théories de Martín-Barbero pour analyser la relation télévisuelle à l’aune de cinq modalités de médiations : « vidéotechnologiques, cognitives, situationnelles, institutionnelles et référentielles27 ». Ana Carolina Escosteguy rappelle le poids de la pensée de Martín-Barbero pour les « études culturelles chez nous »28. Sans pour autant assimiler le penseur latino-américain de la médiation au courant de recherche anglo-saxonne : « Nous avions fait des études culturelles bien avant que l’étiquette n’apparaisse29 », avait-il déclaré.

  • 30 Cf. Stefanie Averbeck-Lietz, “French and Latin American Perspectives on Mediation and Mediatization (...)

24Avec leurs propres accents et orientations thématiques, ces différents recadrages de la médiation selon Martín-Barbero se jouent dans le cadre de ce que Stefanie Averbeck-Lietz – une autre de ses lectrices continentales – a pu observer, en constatant la popularité de la notion parmi les chercheurs en communication de langue latine : une certaine nécessité de décrire « les processus de fabrication du sens » à l’échelle des « micro-/méso-/macro-processus des sociétés (post-)modernes30 ».

Les cartes sur la table : ouvertures sur le champ de la communication

  • 31 Jesús Martín Barbero, « Preámbulo a un mapa de las mutaciones comunicativas y culturales », De los (...)

25Au terme de cet « aller-retour » épistémologique qu’incarne le parcours de Jesús Martín-Barbero, on peut insister sur le caractère évolutif des « cartes » qui guident sa pensée des médiations. « "Médiations" renvoie davantage au trait qui met en réseau les points et les lignes dispersés, distincts et éloignés qui tissent une carte qu’à une réalité qu’on constate ou à un concept qu’on possède et utilise. D’où ma résistance tenace à définir "médiations"et mon pari de les déployer et les annoter au fur et à mesure […]31 » écrit le chercheur hispano-colombien dans son préambule à la dernière version de De los medios a las mediaciones.

  • 32 María Cristina Laverde Toscano y Fernando Aranguren Díaz, « Los mapas diurnos y nocturnos de Jesús (...)

26Dans cette ouverture aux problématiques qu’une approche « nocturne » procure au chercheur, Martín-Barbero atterrit sur une nouvelle « carte » pour étudier les « mutations culturelles et communicationnelles » de notre époque. Son axe vertical va des « espaces » aux « temps » ; son axe horizontal des « sensorialités » aux « technicités ». Sur ces coordonnées, il est question de problématiser les « médiations » en termes d’« Identités, Réseaux/flux, Institutions et Récits/ritualités ». Nous voici devant une série de pistes susceptibles d’exaucer le goût des objets que recherchent nos SIC contemporaines. En ce que la nouvelle carte dialogue avec les sources de l’ancienne, elle nous donne à penser « cette lente maturation des intuitions jusqu’à ce que tu trouves le concept qui te rapproche d’un savoir, au sein duquel -Barthes le disait-, le pouvoir qu’il te donne importe moins que la saveur qu’il donne à ta vie32 ».

  • 33 Jesús Martín-Barbero, Oficio de cartógrafo. Travesías latinoamericanas de la comunicación y la cult (...)

27Cette posture qui s’inscrit en net décalage vis-à-vis de « la tendance croissante à l’autisme techniciste et à l’hégémonie managériale qui semblent gagner les études de Communication en Amérique latine33 », débouche pour Martín-Barbero sur une vision plus générale du rôle éthique des Sciences de la communication :

  • 34 Jesús Martín-Barbero, « Sciences de la communication : champ universitaire, projet intellectuel, ét (...)

Il s’agit de faire que la communication soit un lieu stratégique depuis lequel on va penser la société, ce qui implique que le spécialiste en communication assume un rôle intellectuel […]. Faute de cet effort, le développement voire l’augmentation des recherches et leur niveau théorique peuvent se convertir aujourd’hui en un véritable alibi : ils nous permettent de masquer, derrière l’épaisseur et la densité de nos discours, notre impuissance à accompagner les processus en cours et notre démission morale […] L’idée que le spécialiste en communication s’érige en intellectuel en scandalisera plus d’un. […] Il y a une demande sociale de plus en plus nette de spécialistes en communication qui soient capables de faire face à ce que leur travail met en jeu, dans toute son importance, et aux contradictions qui traversent leurs pratiques. Car tel est bien le travail de base de l’intellectuel : lutter contre la pression de l’immédiat et le fétichisme de l’actualité en restituant l’actualité dans un contexte historique et en instaurant une distance critique qui permette aux autres de comprendre le sens et la valeur des changements que nous vivons34

28Avec le vent du Sud, cet élan de responsabilisation intellectuelle de notre champ semble pousser les savoirs des SIC en dehors de leur zone de confort interdisciplinaire : est-ce pour nous projeter dans l’horizon d’une certaine alter-disciplinarité ? Toujours est-il qu’après avoir déambulé sur les « cartes nocturnes » de Jesús Martín-Barbero, le chercheur en communication peut discrètement se poser quelques questions réflexives dans son for intérieur : comment se situent mes objets de recherche par rapport à l’histoire, à la culture ordinaire, au pouvoir, aux croyances, au marché, aux anecdotes, aux manières de sentir, à ce que racontent les gens, etc. ?

Haut de page

Notes

1 Jesús Martín-Barbero, Oficio de cartógrafo. Travesías latinoamericanas de la comunicación y la cultura, México, FCE, 2003.

2 Cf. « Cronología de J. Martín-Barbero », Revista Anthropos, n° 219, Barcelone, Anthropos, 2008, p. 64.

3 Guy Lochard et Bruno Ollivier « Préface » in Jesús Martín Barbero, Des médias aux médiations, Communication, culture et hégémonie, Paris, CNRS Éditions, 2002 p. 9.

4 Jesús Martín Barbero, Des médias aux médiations, op. cit., p. 20-21.

5 Cf. Nancy Morris, Philip R. Schlesinger, « Jesús Martín Barbero ou le refus du médiacentrisme », Hermès, n° 28, Amérique latine : Cultures et communications, 2000, p. 83-88.

6 Eduardo Restrepo « “Yo partí de cómo se comunicaba la gente en la calle” : trayectorias intelectuales y posiciones políticas », Interview avec Jesús Martín Barbero, Crítica y emancipación, n° 3, Buenos Aires, Clacso, 2010, p. 135.

7 Jesús Martín Barbero, « Autopercepción intelectual de un proceso histórico », Revista Anthropos, n° 219, op. cit., p. 27.

8 Cf. Jesús Martín Barbero, « Mes rencontres avec Walter Benjamin », Théorème, n°21, Persistances benjaminiennes, 2014, p. 181-192.

9 Antoine de Saint-Exupéry, Pilote de guerre, Paris, Gallimard, 1942 cité par Jesús Martín-Barbero, Oficio de cartógrafo, op. cit., p. 16.

10 Ibidem.

11 Michel de Certeau, La culture au pluriel, Paris, Seuil, 1993 [1974], p. 211.

12 Jesús Martín Barbero, « Autopercepción intelectual de un proceso histórico », Revista Anthropos, n° 219, op. cit., p. 30

13 Jesús Martín Barbero, « Los inesperados efectos de un escalofrío epistemológico », Conférence transcrite et réécrite à Bogotá, janvier 2010. Accessible sur : http://tinyurl.com/olvhxva.

14 Sur cette première carte voir Jesús Martín Barbero, « Preámbulo a un mapa de las mutaciones comunicativas y culturales », De los medios a las mediaciones, Barcelone, Anthropos, réédition de 2010, et « De quelques défis pour la recherche sur la communication en Amerique Latine », in Armand Mattelart et Yves Stourdzé (dir.), Technologie, culture et communication, Paris, La Documentation Française, 1982.

15 Jesús Martín-Barbero, « Pistas para entre-ver medios y mediaciones », Préface à la cinquième édition, De los medios a las mediaciones, Bogotá, Convenio Andrés Bello, 2003, p. xi.

16 Ibid., p. xvi-xxi.

17 María Cristina Laverde Toscano y Fernando Aranguren Díaz, « Los mapas diurnos y nocturnos de Jesús Martín- Barbero », Revista Nómadas, n° 7, 1997, p. 164.

18 Cf. Armand et Michèle Mattelart, Penser les médias, Paris, La Découverte, 1986, p. 128, pour une variation épistolaire de l’anecdote du « frisson épistémologique ».

19 Guy Lochard et Philip Schlesinger (coord.), « Amérique latine : Cultures et communications », Hermès, n° 28, 2000.

20 Yves Jeanneret et Bruno Ollivier (coord.), « Les sciences de l'information et de la communication : savoirs et pouvoirs », Hermès, n° 38, 2004.

21 Bruno Ollivier (dir.), Les identités collectives à l'heure de la mondialisation, coll. Les essentiels d'Hermès, CNRS Éditions, 2009

22 Cf. SFSIC /AMIC, Actes du premier colloque franco-mexicain en sciences de la communication, México, 2002 ; A. Mattelart et G. Tremblay (dir.), Bogues : Globalisme et pluralisme, Les Presses de l'Université Laval, Québec, 2001.

23 Jesús Martín-Barbero, « Autopercepción intelectual de un proceso histórico », Revista Anthropos, n° 219, op. cit., p. 25.

24 Bernard Miège, « Médias, médiations et médiateurs, continuités et mutations », Réseaux, n° 148-149, p. 117-146.

25 Amanda Rueda, « Des médias aux médiations : quelles médiations, quels objets, quels enjeux ? », Les Enjeux de l'information et de la communication, 2/2010 , p. 88-103.

26 Cf. Éric Maigret et Éric Macé (dir.), Penser les médiacultures, Paris, Armand Colin, 2005

27 Laan Mendes De Barros, « Les médiations socioculturelles comme objet d’étude de la communication », Études de communication, n° 31, 2008, p. 157-174.

28 Ana Carolina Escoteguy, « Les études de réception au Brésil », Sociétés, n° 83, 2004, p. 65-77.

29 J. Martín Barbero,“Nosotros que habíamos hecho estudios culturales mucho antes de que esta etiqueta apareciera”. Entretien avec Ellen Spielmann, Dissens, n° 3, Berlin, 1996. Accessible sur : http://mediaciones.net.

30 Cf. Stefanie Averbeck-Lietz, “French and Latin American Perspectives on Mediation and Mediatization : A Lecture Note from Germany”, Empedocles. The European Journal for the Philosophy of Communication, 3(2), 2013, p. 177-195.

31 Jesús Martín Barbero, « Preámbulo a un mapa de las mutaciones comunicativas y culturales », De los medios a las mediaciones, op. cit.

32 María Cristina Laverde Toscano y Fernando Aranguren Díaz, « Los mapas diurnos y nocturnos de Jesús Martín-Barbero », op. cit., p. 168.

33 Jesús Martín-Barbero, Oficio de cartógrafo. Travesías latinoamericanas de la comunicación y la cultura, p. 9.

34 Jesús Martín-Barbero, « Sciences de la communication : champ universitaire, projet intellectuel, éthique », Hermès n° 38, 2004, p. 163-169.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1395/img-1.png
Fichier image/png, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gustavo Gomez-Mejia, « Cartes nocturnes entre la France et l’Amérique latine : Lectures croisées de Jesús Martín-Barbero », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 05 mars 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1395 ; DOI : 10.4000/rfsic.1395

Haut de page

Auteur

Gustavo Gomez-Mejia

Université François-Rabelais (IUT de Tours)-CITERES. Mail : gustavo.gomez-mejia@univ-tours.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page