Navigation – Plan du site
Émergences

Le temps dans une herméneutique du discours sanitaire

Isaac Nahon-Serfaty

Résumés

Dans cet article nous nous interrogeons sur le rôle du temps dans la configuration du discours sanitaire afin de jeter les bases théoriques d’un modèle rhétorico-narratif pour étudier les énoncés institutionnels sur le pathologique. Nous allons suivre la démarche proposée par Paul Ricœur dans son ouvrage Temps et récit afin d’intégrer la dimension temporelle dans un modèle interprétatif du discours sanitaire. Or les notions sur les temporalités de la narration soulevées par Ricœur ne suffiront pas à l’heure de rendre compte de tous les éléments engagés dans les discours sur la santé publique. Une démarche analytique inspirée par la pensée du philosophe français sert à expliquer le mode de fonctionnement du discours sur la santé sur le plan diachronique (l’articulation du passé, du futur et du présent). Par contre, la théorie sémio narrative d’Algirdas J. Greimas aide à mieux saisir la production du sens à partir de la notion de programme narratif qui sert à rendre compte de deux moments clés du parcours discursif sanitaire : le programme narratif du passé ou performance disjonctive (la reconstitution d’une mémoire commune), et celui du futur ou la performance conjonctive (la promesse d’un avenir à atteindre ou à prévenir).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La santé et la maladie en tant que catégories symboliques peuvent être exprimées dans différents niveaux du discours. Lorsque ces catégories symboliques se déploient dans des énonciations provenant des instances de pouvoir, nous parlerons du discours de gestion sur la santé ou du discours sanitaire à proprement dire (Lupton, 2003). Ces mêmes catégories ont, par leur nature, une connotation humaine profonde. À côté des discours de gestion cohabitent les discours à caractère existentiel (Carel, 2008). En plus, les discours du pouvoir autour de la santé et la maladie ne peuvent pas échapper à la dimension existentielle, même s’ils se présentent la plupart de fois enveloppées dans une rationalité quelconque (plus récemment, dans une rationalité économique ou « écono-sanitaire »). Lorsque le discours de gestion se veut préventif, il doit faire recours au niveau existentiel, car autrement son entreprise persuasive serait vouée à l’échec. Cela veut dire que le but du discours de gestion ne peut pas être réduit à la classification et gestion du sujet en vue de l’exercice efficace d’un pouvoir administratif ou expert, puisqu’il se veut aussi porteur de sens, soit comme référence au passé ou comme évocation du futur.

  • 1 Les exemples utilisé dans ce texte cherchent à illustrer certains propos théoriques du modèle d’ana (...)

2Nous nous retrouvons ainsi au cœur de notre problématique : quel est donc le rôle du temps dans la configuration des discours sur la santé/maladie ? Le but de cet article est de formuler les fondements théoriques d’une démarche analytique axée sur le temps pour étudier ces discours. Ce texte est une tentative d’articuler un modèle qui pourrait contribuer à une meilleure compréhension du rôle du discours dans le contexte de la communication sanitaire, particulièrement dans son volet rhétorico-narratif1. Pour tenter une réponse à notre question de recherche, nous allons suivre la démarche proposée par Paul Ricœur dans son ouvrage Temps et récit :

« […] le temps devient temps humain dans la mesure où il est articulé sur un mode narratif, et (que) le récit atteint sa signification plénière quand il devient une condition de l’existence temporelle […]. » (1983, p. 85)

  • 2 Havi Carel (2008) propose de combler les lacunes des approches naturalistes et normatives en aborda (...)

3Dans cet article nous présenterons les principaux aspects de la démarche de Paul Ricœur, comme une façon d’intégrer la dimension temporelle dans un exercice herméneutique afin de rendre compte de l’articulation des deux modalités discursives dans l’argumentaire sanitaire, l’une technoscientifique et administrative, et l’autre humaine et même phénoménologique2.

4Or, comme nous tenterons de le démontrer au cours de ce texte, les notions sur les temporalités de la narration soulevées par Paul Ricœur ne suffiront pas à l’heure de rendre compte de tous les éléments engagés dans les discours sur la santé publique. Nous croyons qu’une démarche analytique inspirée par la pensée du philosophe français sert à expliquer le mode de fonctionnement du discours sur la santé sur le plan diachronique, c’est-à-dire dans l’énonciation d’un récit – argument en trois temps : le passé, l’avenir et le présent. Par contre, nous devrons nous pencher sur la théorie sémio narrative d’Algirdas J. Greimas pour mieux saisir la production du sens au niveau synchronique, donc dans l’actualisation de deux moments clés du parcours discursif sanitaire, soit la valeur actuelle des programmes narratifs du passé et celui du futur.

5Avant de rentrer dans l’explication détaillée de notre modèle narratif-temporel, il faudra placer notre démarche dans le contexte plus large de la communication sanitaire, surtout depuis la perspective institutionnelle tant sur le plan de l’énonciation d’un argumentaire de politique de santé (par exemple, le discours sur la réforme de la santé), ou d’un but rhétorique dans une logique de promotion de la santé ou de la prévention des maladies (par exemple, les campagnes de communication dans le contexte d’une épidémie). La première partie du texte précisera donc la pertinence de ce modèle d’analyse du discours dans le cadre plus large des rapports entre les champs de la communication et de la santé.

6La deuxième partie sera consacrée à montrer comment le passé est récupéré par les discours sur la santé, très souvent le passé devenant la pierre fondatrice d’un récit. Pour le discours de gestion l’évocation du passé est souvent le moyen d’introduire une codification mythique afin de fournir une histoire « exemplaire » qui sert à reconstruire le cas standard (le cas typique) ou le parcours héroïque, soit celui de la science médicale ou celui du patient en tant qu’actants. Du côté du discours existentiel, on verra comment le passé devient un réservoir dont se nourrissent les représentations sociales sur la santé et la maladie (Herzlich, 1969 ; Moscovici, 1984, 1989). Le passé devient donc mémoire, pas dans un sens figé, cristallisé, mais plutôt dans sa plasticité en fonction d’un besoin d’actualisation.

7La troisième partie traitera du futur, le temps où tant le discours de gestion que celui que l’on nomme « existentiel », envisage l’utopie ou la dystopie. Le discours de gestion projette le futur en proposant un avenir sans maladie. Dans la direction contraire, le pouvoir peut aussi prétendre annoncer la catastrophe, les complications, les crises ou les pandémies. Nous tenterons ensuite de comprendre comment le présent, probablement la dimension la plus instable des trois, ne peut être appréhendé si l’on ne ferme pas le cercle herméneutique et l’on s’interroge sur la pragmatique du discours, y compris le rôle du destinataire dans la configuration de ces discours.

La communication sanitaire : entre l’émancipation et le contrôle

8Communication et santé sont deux notions qui s’entrecroisent dans plusieurs niveaux des discours publics. C’est peut-être cette multiplicité de significations et de pratiques autour de ces notions qui pose le premier obstacle à l’heure de définir la portée de ces deux termes. Il y a bien sûr de la communication sanitaire à l’intérieur des stratégies de promotion de la santé et de la prévention des maladies. Or, ce n’est pas moins vrai d’affirmer qu’il y a également de la communication pour la santé dans le marketing des sociétés pharmaceutiques. Cette communication est utilisée pour provoquer la demande de nouveaux médicaments. Si l’on s’aventure sur le terrain politique, communication et santé forment, par exemple, un couple solide dans les débats globaux sur l’accès aux médicaments antiviraux promus par des organisations telles Oxfam et Médecins Sans Frontières.

9Dans ces trois cas, communication et santé ont des sens différents. Dans le premier cas, dans une perspective de la promotion et de la prévention sanitaire, la communication est surtout un processus instrumental visant à changer des attitudes et des comportements et, dans les versions plus récentes de la théorie de la communication pour le développement, à promouvoir la participation des populations dans les décisions et la gestion du réseau sanitaire. Dans le deuxième cas, il est évident que la communication est également un acte de séduction dans un but publicitaire. L’objectif est de provoquer une demande à deux niveaux : du médecin vers le patient (la prescription du produit) et du patient vers le médecin (pour que le produit lui soit prescrit). Dans le troisième cas, communication veut dire propagande, lobbying, mais surtout exposition médiatique afin de mobiliser l’opinion publique en faveur des objectifs d’une campagne.

10Cette tentative de classification est toutefois incomplète, car communication et santé débordent vers d’autres domaines puisque l’ambition totalisante entoure ces deux notions dans nos sociétés. Autour de la communication s’est construit un lattis conceptuel qui a envahi la vie sociale. Comme l’a bien dit Phillippe Breton :

« […] pour la première fois peut-être dans l’histoire du savoir moderne, une science prétend contenir tout à la fois sa théorie et sa pratique, les conditions et les conséquences de son emploi et, pour finir, son éthique. La construction de la « communication » à la fois comme notion scientifique et comme nouvelle proposition sur l’état du monde se présente […] comme un tout indissociable […] » (1997, p. 20).

11L’idéalisation de la communication renferme une volonté de répandre l’illustration du public qui déborde tous les domaines sociaux, tels l’éducation, l’économie, et bien sûr, la santé. Le défi devient depuis une perspective institutionnel (les gouvernements, les pharmaceutiques ou les ONG) de bâtir un argumentaire solide qui puise convaincre le public de connaître, de croire ou d’agir afin d’atteindre un objectif de santé. En effet, la communication véhicule une certaine rationalité et une conception du social et du politique. Lucien Sfez écrit que « …la communication a envahi métaphoriquement l’ensemble des sciences humaines et des pratiques politiques, sociales, culturelles et économiques » (1988, p. 26). Mais ces concepts sur la communication révèlent aussi une tension permanente « entre l’émancipation et le contrôle, entre la transparence et l’opacité » (Mattelart 1994, p. 10).

12Dans une perspective émancipatrice, on conçoit la communication comme étant thérapeutique dans la mesure où elle déclencherait chez le public des effets positifs grâce à la promotion des comportements salutaires (Rossiter, 1975). La théorie de la communication persuasive (McGuire, 1981) établit, par exemple, les étapes à travers lesquelles passerait un individu dans le processus d’adoption d’un nouveau comportement. La théorie diffusionniste (Rogers, 1983), traduite par ceux qui formulent des politiques de santé comme l’approche du transfert technologique, propose l’utilisation des mass-médias, car ceux-ci représentent une voie rapide dans la diffusion de l’information et dans l’influence des attitudes du public autour d’une nouvelle idée, produit ou procédé médical. Cependant, la théorie diffusioniste prétend que dans le stage d’adoption de la nouveauté, les échanges interpersonnels deviennent déterminants. Cela veut dire qu’une stratégie de communication pour la santé efficace doit tenir compte des conditions socioculturelles du milieu dans lequel se produit l’intervention institutionnelle (Rogers et al., 1995).

13La communication ne se limite pas cependant à une proposition de « génie social », à titre de façonnement des attitudes et des comportements. La perspective émancipatrice considère aussi que la communication doit remplir un rôle politique. Luis Ramiro Beltrán (1994) affirme que la communication devrait mobiliser le public pour qu’il prenne le contrôle de sa santé et des services qui y sont reliés, en même temps qu’elle doit favoriser l’apparition de conditions structurales pour améliorer la santé des populations, voire leur qualité de vie en général.

14Les attributs émancipateurs assignés à la communication ne doivent pas nous faire oublier les rapports d’opacité qu’elle entretient avec la santé. Les travaux de Michel Foucault (1963/2009) démontrent comment la médecine devient action politique par la définition de ce qui est et de ce qui n’est pas normal. Le pouvoir de normalisation n’oblige et n’interdit, « il (le pouvoir) ne définit pas les termes de l’ordre et du désordre, mais il incite à la production d’actes, de gestes et des discours selon un paramètre de normalité… » (Alves da Fonseca, 1999, sans numéro de page).

15Communication et santé forment un couple qui peut être décrit comme une arme à deux tranchants. Bien que l’on puisse attribuer à la communication un rôle important dans la constitution d’un sujet autonome dans tout ce qui détermine son bien-être dans une logique d’un argumentaire rationnel, il est aussi vrai qu’elle peut servir à restreindre le développement de cette autonomie, en tant qu’expression d´une rhétorique persuasive qui appelle à l’émotion et au mythique. C’est justement dans l’étude de cette double dimension émancipatrice et normalisatrice, existentielle et administrative, de la communication sanitaire que l’on pourra mieux comprendre l’articulation temporelle du discours sanitaire. En effet, l’étude de la narrativité dans ces discours qui se veulent en principe scientifiques et techniques (c.-à-d. rationnels), sert à mieux rendre compte de la dimension affective/émotionnelle dans la communication sanitaire.

La solution narrative d’après Ricœur

16Le projet de Paul Ricœur se fonde sur « l’appréhensible » narrative du temps. Sa thèse se veut radicale, car pour lui il n’y a pas de temps humain que lorsque celui-ci devient récit. Avant d’arriver à cette conclusion, le philosophe nous offre un contraste entre la position « subjectiviste » concernant le temps chez Saint Augustin (dans les Confessions) et celle qui se dégage de La Poétique d’Aristote, que P. Ricœur même qualifie comme « mimétique ». Une confrontation des points de vue qui ne prétend pas résoudre l’aporie temporelle dans un sens philosophique :

« La mise en intrigue […] répond à l’aporie spéculative par un faire poétique capable certes d’éclaircir (ce sera le sens majeur de la catharsis aristotélicienne) l’aporie, mais non de la résoudre théoriquement […]» (Ricœur, 1983, p. 21).

17Le pivot de la perspective augustinienne réside dans la dialectique des trois présents : le présent du passé, le présent du futur et le présent du présent. Les trois présents se traduisent dans trois dispositions de la psyché (de l’âme chez Saint Augustin) pour devenir action : l’attente, la mémoire et l’attention.

18Le temps devient mesurable, nous dit Paul Ricœur dans sa lecture des Confessions, par la capacité de la psyché de se détendre sur les trois modalités du présent. La distentio animi

« […] n’est alors pas autre chose que la faille, la non-coïncidence des trois modalités de l’action : ‘et les forces vives de mon activité sont distendues vers la mémoire à cause de ce que j’ai dit et vers l’attente à cause de ce que je vais dire’.» (Ricœur, 1983, p. 39).

19Bien que la position de Saint Augustin réussisse à expliquer l’assimilation du temps en tant que mouvement de la « subjectivité » (nous utilisons ce mot), Paul Ricœur conclut qu’elle révèle une tension plus qu’une résolution du problème temporel :

« […] La distentio animi ne désigne plus seulement la ‘solution’ des apories de la mesure du temps ; elle exprime désormais le déchirement de l’âme privée de la stabilité de l’éternel présent. ‘Mais puisque ta miséricorde est meilleure que nos vies, voici que ma vie est une distension… (distentio est vita mea)’ (29, 39). C’est en fait toute la dialectique, interne au temps lui-même, de l’intentio-distentio qui se trouve reprise sous le signe du contraste entre l’éternité et le temps […] » (Ricœur, 1983, p. 50).

20Paul Ricœur se tourne donc vers La Poétique d’Aristote. Lui-même nous prévient que le traité du penseur grec est muet sur le rapport entre l’activité poétique et l’expérience temporelle. Toutefois, il y trouve deux concepts pour se rapprocher de la problématique du temps : la mise en intrigue (muthos) et l’activité mimétique (mimèsis). Laissons l’auteur lui-même nous expliquer qu’est-ce que le muthos :

« […] Lorsque Aristote, substituant le définissant au défini, dira que le muthos est ‘l’agencement des par faits en système’ (è tôn pragmatôn sustasis) (50 a 5), il faudra entendre par sustasis (ou par le terme équivalent sunthèsis, 50 a 5), non le système […], mais l’agencement (si l’on veut, en système) des faits, afin de marquer le caractère opératoire de tous les concepts de la Poétique […] » (Ricœur, 1983, p. 57).

21Dans la mimèsis, soit « l’imitation ou la représentation de l’action » (Ricœur, 1983, p. 58), l’on trouve le point d’articulation entre l’agencement des faits et la reconnaissance de l’expérience temporelle. Pour mieux appréhender la valeur de cette imitation de l’action dans sa démarche, Paul Ricœur découpe la mimèsis en trois moments (mimèsis I, mimèsis II et mimèsis III). L’auteur résume ainsi le cheminement de son ouvrage :

« […] En ce sens, l’argument du livre consiste à construire la médiation entre-temps et récit en démontrant le rôle médiateur de la mise en intrigue dans le procès mimétique […] Nous suivons donc le destin d’un temps préfiguré à un temps réfiguré par la médiation d’un temps configuré […] » (Ricœur, 1983, p. 87).

22La mimèsis I, soit l’imitation ou la représentation de l’action, implique pour Paul Ricœur la précompréhension de ce qu’il en est de l’agir humain : de sa sémantique, de sa symbolique, de sa temporalité.

« C’est sur cette précompréhension, commune au poète et à son lecteur, que s’enlève la mise en intrigue et, avec elle, la mimétique textuelle et littéraire […] » (Ricœur, 1983, p. 100).

23La mimèsis II est l’histoire à proprement dire, histoire qui, d’après Paul Ricœur, représente la littérarité de l’œuvre littéraire. L’auteur nous dit qu’avancer au milieu de contingences et de péripéties est surtout l’accomplissement d’une attente dans la conclusion. La mimèsis II a donc une valeur téléologique :

« Comprendre l’histoire, c’est comprendre comment et pourquoi les épisodes successifs ont conduit à cette conclusion, laquelle, loin d’être prévisible, doit être finalement acceptable, comme congruente avec les épisodes rassemblés […] C’est cette capacité de l’histoire à être suivie qui constitue la solution poétique du paradoxe de distension-intention. Que l’histoire se laisse suivre convertit le paradoxe en dialectique vivante. » (Ricœur, 1983, p. 104).

24Finalement, la mimèsis III marque l’intersection du monde du texte et du monde de l’auditeur ou du lecteur. La rencontre entre le monde configuré dans le texte et le monde où l’action se réalise dans sa temporalité spécifique. Paul Ricœur voit dans ce niveau mimétique se déployer toute la problématique de la communication :

« Une esthétique de la réception ne peut pas engager le problème de la communication sans engager aussi celui de la référence. Ce qui est communiqué, en dernière instance, c’est, par-delà le sens d’une œuvre, le monde qu’elle projette et qui en constitue l’horizon. En ce sens, l’auditeur ou le lecteur le reçoivent selon leur propre capacité d’accueil qui, elle aussi, se définit par une situation à la fois limitée et ouverte sur un horizon de monde […] » (Ricœur, 1983, pp. 117-118).

25On déduit que de la mimèsis III se dégage le moment herméneutique, celui que l’on appellera le moment de l’actualisation du discours sur la santé. Mais cela sera le sujet de la quatrième partie de cet article. Avant d’y arriver, nous passerons à analyser comment le temps se construit dans des configurations discursives.

La mémoire sanitaire : mythe et narration

26Notre parcours analytique commencera dans le pôle du passé, et cela non par une quelconque linéarité dans notre façon de concevoir le temps, mais à cause d’une conviction fondamentale : le passé dans le discours sur la santé est tributaire toujours de la mémoire. La mémoire étant antérieure, elle est d’une certaine façon déterminante dans l’actualisation qui se fait dans le présent et dans la projection vers le futur.

27Cette mémoire n’est pas nécessairement la même dans le niveau existentiel que dans celui de la gestion. Pour le discours du pouvoir, elle est mémoire collective, dans le sens où elle peut être homogénéisée, traduite en moyenne, pour devenir ensuite mode de classification, comme dirait Michel Foucault, et ainsi finalement rendre plus efficace l’action du gestionnaire du pouvoir. Par contre, dans le discours existentiel l’on pourrait parler d’une mémoire plus « intime », façonnée par les vécus individuels par rapport à la santé et la maladie.

28Il nous semble toutefois que cette dichotomie ne rend pas compte de la complexité de la mémoire sanitaire qui est à la fois collective et individuelle. Dans ses essais sur la maladie et ses métaphores, Susan Sontag (1978, 1989) parlait de l’irréductible individualité du vécu humain par rapport à la maladie, une irréductibilité marquée par la conscience d’avoir un corps vulnérable. Les ouvrages de Sontag nous montrent très clairement comment les métaphores sur les maladies, qui sont formes explicatives et interprétatives du « mal », sont aussi générées dans le social à cause d’une interaction entre la culture, la politique, l’économie et même le domaine militaire. D’une façon plus systématique, l’école de la représentation sociale initiée par Serge Moscovici (1984, 1989) a étudié comment les conceptions de la santé et la maladie sont les résultats d’une tension entre une connaissance qui se veut scientifique et une autre, dite populaire, en produisant une synthèse qui devient donc représentation du collectif (Herzlich, 1969, Laplantine, 1989).

29Pour les fins de notre démarche, nous pouvons affirmer que la mémoire évoquée par le discours de gestion est pleine des traces de la mémoire existentielle qui, à son tour, ne peut pas échapper aux conditionnements institutionnels. En tout cas, ni dans le niveau de gestion ni dans l’existentiel, le discours sur la santé puise dans un réservoir clos et fixe. La mémoire, bien que pleine de sédiments, est soumise aussi à la mutation, car souvent le discours essaie de faire des parallélismes entre les phénomènes nouveaux et anciens (p.e. le Sida en tant que plaie), mais il change au fur et à mesure que l’étiologie et la thérapeutique de la maladie évoluent.

30Comment le discours sur la santé évoque-t-il la mémoire sanitaire ? Quels sont les moyens mis en cause dans la reconstruction du passé faite par ce discours ? D’abord, l’agencement du passé se fait sur un mode narratif. C’est par le biais du récit que la mémoire est évoquée. Prenons un exemple pour rendre plus claire notre démarche. On veut sensibiliser les jeunes entre 15 et 20 ans sur l’utilisation du condom pour éviter la propagation des infections de transmission sexuelle. On illustrera dans les messages certains comportements typiques des jeunes par rapport à leur vie sexuelle ou sociale afin de mieux faire passer le contenu. Voilà qu’une mémoire collective est évoquée par le récit. Le recours au cas typique (ou son contraire, l’atypique) est donc une façon de reconstruire la mémoire dans le discours en tant que témoignage du vécu personnel.

31Cependant, Vladimir Propp (1977) nous a appris que les fonctions dans la structure du récit ne peuvent pas être envisagées de façon isolée car elles sont étroitement liées dans le déroulement de l’action. Si le cas typique évoque la mémoire - et dans ce sens il remplit la fonction de la mimèsis I, soit la précompréhension de l’action - il le fait dans un rapport aux autres éléments de la narration. L’évocation de ce passé n’est pas gratuite, elle est intimement liée au but visé, qui serait dans ce cas la prévention du tabagisme, mais aussi au manque à combler ou l’événement déclencheur (quoi faire pour en arriver à la prévention). Comme dirait Algirdas J. Greimas (1970) la narrativisation se produit lorsqu’il y a transformation d’état, le passage d’un état de conjonction à un autre de disjonction et vice versa.

32C’est dans ces rapports entre les éléments structuraux du récit, que l’on pourrait aussi appeler les éléments plus permanents et moins soumis à la contingence, que le discours sur la santé devient lui-même mythique, tant comme représentation de l’héroïque ou de l’antihéroïque. Dans un certain sens, ce discours ne peut pas échapper à la contrainte mythique, même quand il se veut profondément rationaliste. Étant la maladie son objet, il est soumis à une logique particulière. Paul Ricœur explique bien cette situation :

« […] Le mythe n’est pas un opérateur logique entre n’importe quoi, mais entre des propositions qui sont toutes en situation de dire des situations limites : l’origine et la fin, la mort, la souffrance, la maladie […]» (Ricœur, 1984, p. 41)

33D’un point de vue plus formel, Algirdas J. Greimas et Joseph Courtés voient la spécificité du mythique dans une relation de profondeur avec un niveau plus superficiel du discursif :

« […] le niveau pratique s’identifie avec le plan figuratif du discours, tandis que le niveau mythique correspond, dans le parcours génératif, aux organisations sémiotiques profondes […]» (Greimas et Courtés, 1979, p. 241)

34La piste mythique nous a ouvert la voie vers une description plus complète de la fonction du passé dans le discours sur la santé. D’abord, on a constaté que le recours à la mémoire, comme évocation du passé, se fait à partir de la mise en scène des souvenirs communs qui parlent d’un passé récent. Dans ce cas, le passé est le résultat de l’expérience d’une vie humaine laquelle, par sa nature même, est assez limitée dans sa dimension temporelle. Lorsque le mythique intervient, la mémoire s’accroît et le passé n’est plus le souvenir plus ou moins récent, mais un espace symbolique plus ancien duquel participent les préjugés, les tabous, les croyances, les valeurs, enfin un ensemble de traits culturels qui constituent la « mémoire sanitaire » (par exemple, la mémoire sur les pandémies emblématiques telles la grippe espagnole ou la peste). Cette mémoire s’exprime sous un mode narratif qui, même en faisant partie d’un ensemble discursif plus large, est plus au moins autonome des buts administratifs, médicaux ou même scientifiques de ce discours.

Le futur comme promesse

35Nous faisons maintenant un bond qui peut sembler arbitraire. De l’analyse du passé, nous passons à celui du futur, sans mentionner encore le rôle du présent qui, d’après Saint Augustin, est finalement le seul temps « réel » pour l’être humain ou, au moins, le temps pivot à partir duquel la psyché s’étend vers l’arrière ou l’avant. Notre saut vers le futur a une justification discursive car souvent dans le discours sur la santé, tant dans le niveau existentiel que dans celui de gestion, le passé sert de tremplin pour une promesse qui désigne toujours « l’avenir ». Cela ne veut pas dire qu’il y a nécessairement un lien cause effet entre le passé et le futur, mais une liaison de proximité.

36Essayons d’éclaircir avec un exemple nos propos. On peut affirmer que fumer peut provoquer le cancer de poumon. On sait aussi que quelqu’un peut en souffrir sans jamais avoir fumé de sa vie. Le message dissuasif prétend toutefois que la causalité « cigarette égal cancer de poumon » est d’une corrélation parfaite. D’où que l’on pourrait en déduire une promesse de non-cancer de poumon si l’on ne fume pas. Voilà qu’une certaine formulation de l’expérience du passé (sans doute valable) permet de construire une promesse de futur.

  • 3 On pense ici surtout à certains messages pour prévenir le Sida dans des contextes où les références (...)

37Les discours orientés vers la promotion de la santé ou la prévention de certaines maladies s’engagent toujours dans une vision de l’avenir. Pour l’accomplissement du récit, qui va puiser dans la mémoire pour bâtir une histoire, il faut donc une conclusion (la valeur téléologique de la mimèsis II). La narration peut se valoir du prototype, avec l’énoncé type « voilà qu’est-ce que vous arrivera si vous suivez nos conseils ». Toutefois la conclusion n’est pas toujours explicite. Dans le champ de la précompréhension, elle présuppose un espace culturel commun où le non-dit du discours se rend concluant ailleurs.3

38La promesse du futur dans le discours sur la santé est parfois radicale. Plusieurs auteurs ont analysé le caractère utopique de la médicalisation de la société et plus récemment de la biologie moléculaire, la grande promesse d’un monde sans maladie (Illich, 1975 ; Sfez, 1995). Cependant, l’avenir prend aussi parfois le visage de la catastrophe en s’exprimant dans le discours dystopique. On constatera que le meilleur des mondes possibles et le pire sont les deux côtés d’une même médaille, car l’accomplissement d’un exclurait l’autre et vice versa.

39Le récit utopique concernant la Santé Parfaite (Sfez, 1995) retient certaines caractéristiques du récit utopique classique, mais il revalorise ces caractéristiques dans le contexte historique de la modernité. Le lieu isolé comme le site utopique n’est plus une île lointaine, mais la planète tout entière. Comme dans le récit classique, la nouvelle utopie est racontée par un narrateur tout-puissant. Mais il n’est pas un sujet précis qui déploie son imaginaire dans le récit. Le narrateur, nous dit Lucien Sfez, est donc un collectif « des gens qualifiés, compétents, et dont l’objectivité ne peut être mise en doute : la communauté scientifique répond à cette exigence. » (Sfez, 1995, p. 118)

40La configuration de ce récit requiert aussi l’identification d’un ennemi à vaincre. Dans le cas de l’utopie de la genetic engineering « cet autre est tapi en chacun de nous, il est à l’intérieur du corps, c’est lui qui est le fauteur de troubles potentiel, c’est lui qu’il faut débusquer, mettre au jour, analyser et vaincre. » (Sfez, 1995, p. 119) Lucien Sfez considère que « l’imaginaire technologique » n’a pas changé dans le nouveau récit : « C’est toujours d’une surnature qu’il s’agit, d’une nature réarrangée selon l’ordre » (Sfez, 1995, p. 120). Nous croyons cependant que la technique acquiert une valeur centrale dans le nouveau récit utopique. Elle n’est plus gadget, instrument, mais « technocosme » (Hottois, 1988). En termes de l’analyse du récit, elle dépasse la fonction de simple auxiliaire et devient l’objet même de la quête. En utilisant la terminologie d’Algirdas J. Greimas, la technique biomédicale est devenue un objet de valeur et pas un simple objet modal.

41Dans son mouvement vers l’avenir, le récit utopique implique aussi un « retour aux origines ». Cette quête de l’origine, dit Lucien Sfez, n’est pas toutefois un recul vers un passé idyllique. Ce retour ne veut pas dire non plus, puiser dans la mémoire pour projeter le futur. Il s’agit, dans la radicalité même de la nouvelle utopie, de refonder l’origine, voire la mémoire : « l’origine est ce qui nous attend une fois que les projets seront menés à bien. » (Sfez, 1995, p. 121) Souvent, le discours sanitaire évoque l’origine comme étant associé à un certain équilibre « naturel » en opposition avec les déséquilibres d’une vie marquée par « l’artificiel ».

42Nous pouvons constater maintenant que le futur n’a pas les mêmes implications pour tous les niveaux du discours sur la santé. Dans le discours de gestion, celui de la promotion de la santé et de la prévention de la maladie, l’avenir est déterminé par une série de causalités et des proximités qui débouchent dans des conséquences « prévisibles ». Par contre, dans le discours utopique, chargé fortement de connotations existentielles, le futur est une construction tout à fait nouvelle, une promesse presque scatologique. Entre l’avenir à gérer (par exemple, afin de prévenir une infection) et l’avenir comme nouveauté radicale (par exemple, la promesse de cure définitive d’une maladie), il y a bien sûr des échanges. Toute promesse de contrôle de la maladie a des traces d’utopie, ainsi que toute idée d’une société parfaite a des conséquences pratiques dans le futur immédiat, voire dans le présent tout court. Maintenant on peut passer à analyser quel est le rôle du présent dans notre schéma interprétatif.

Le présent et le moment de la réception

43Si nous suivons la voie empruntée par Saint Augustin, nous devrions en conclure que le présent est le seul temps possible pour l’être humain. L’éternité est une nostalgie qui ne finit jamais par se combler, tandis que le présent est le point d’ancrage à partir duquel le discours peut se déployer dans son parcours temporel, comme bien l’a montré Paul Ricœur. Le présent serait donc la condensation de deux autres temps, condensation qui implique l’actualisation du discours et elle peut se produire lorsque la mimèsis III intervient : « [elle] marque l’intersection du monde du texte et du monde de l’auditeur ou de lecteur. » (Ricœur, 1983, p. 109) Il n’y a point de présent dans le discours lui-même, mais dans la communication. Cette idée est fondamentale pour expliquer le choix herméneutique dans notre démarche, mais il en sera question dans la prochaine partie de cet article.

44Pour le moment, retournons à la problématique du présent et essayons de comprendre les mécanismes qui se mettent à l’œuvre dans l’actualisation du discours. Nécessairement, nous devons rendre compte pour cela de l’extra-discursif. Michel Foucault décrit ainsi un des rapports entre le discours et le champ des pratiques non discursives :

« […] Cette instance comporte aussi le régime et les processus d’appropriation du discours : car dans nos sociétés la propriété du discours entendue à la fois comme droit à parler, compétence à comprendre, accès licite et immédiat au corpus des énoncés déjà formulés, capacité enfin à investir ce discours dans des décisions, des institutions ou des pratiques - est réservée en fait (parfois même sur le mode de réglementaire) à un groupe déterminé d’individus. » (1969, p. 90)

45Lorsqu’on transpose ces considérations dans le processus d’actualisation du discours sur la santé, on comprend mieux les rapports entre la connaissance et l’action. Le discours sur la santé ne vise pas un effet contemplatif, mais un comportement de celui que l’on place dans le lieu du destinataire. Dans ce sens, le présent se montre dans le discours comme un acte prescriptif qui prend la forme d’un acte de parole. Cela s’exprime dans les formulations typiques qui ordonnent l’action, comme dans un annonce du National Health Service britannique pour la prévention de la grippe : « catch it, bin it, kill it. » (Department of Health, 2013) La prescription ici vise clairement l’action afin d’ « attraper », « jeter » et « tuer » le virus. 

46Jürgen Habermas explique que le sens performatif des actes de parole « n’apparaît qu’un auditeur potentiel qui, en adoptant le rôle d’une deuxième personne, a abandonné le point de vue de l’observateur pour celui du participant. » (1993, p. 67) Dans une certaine mesure, la tournure vers le présent se fait en rupture avec les programmes narratifs du passé et du futur. En termes « greimasiens », on dirait que les actes prescriptifs sanctionnent la narrativité du discours qui rempli une fonction rhétorique, voire argumentative. Le présent apparaît donc comme instance de médiation qui bascule le sens préfiguré dans l’évocation du passé et la promesse d’avenir. Pour cela, l’actualisation a un visé pratique. Elle servira finalement à expliquer l’action implicite dans l’énonciation du discours sur la santé.

L’herméneutique en tant qu’actualisation

47Au départ nous avons défini notre démarche analytique comme herméneutique. Ce choix avait une raison d’être que nous avons tenté d’expliciter dans le parcours suivit jusqu’à présent. Mais il nous semble que notre choix mérite encore des précisions. Commençons pour définir qu’est-ce qu’une herméneutique ou, au moins, qu’est-ce que pour nous une herméneutique. Le contraste entre sémiotique et herméneutique établi par. Algirdas J. Greimas et Joseph Courtés est assez illustratif :

« À la différence de l’approche sémiotique pour laquelle, par exemple, l’énonciation peut être reconstruite selon un simulacre logico-sémantique élaboré à partir du texte seul, l’herméneutique fait intervenir le contexte socio-historique, y compris celui de la compréhension actuelle, et tente - par ce jeu complexe- de dégager les sens recevables : elle présuppose ainsi une position philosophique de référence comme critère d’évaluation. » (1979, p. 171).

Pour sa part, Paul Ricœur affirme qu’une herméneutique

« […] est soucieuse de reconstruire l’arc entier des opérations par lesquelles l’expérience pratique se donne des œuvres, des auteurs et des lecteurs […] L’enjeu est donc le procès concret par lequel la configuration textuelle fait médiation entre la préfiguration du champ pratique et sa réfiguration par la réception de l’œuvre […] » (1983, p. 86).

48Comme on le voit, l’exercice interprétatif proposé par une herméneutique ne prétend pas comprendre le texte dans ce qu’il a de fondateur (mythique) ni de dépassement (utopie ou dystopie). En tout cas, la démarche herméneutique reconnaît que les deux pôles de la temporalité n’ont de valeur que dans la communication, qui est toujours une fonction du présent. Loin de nous, toutefois, l’idée d’une interprétation fondée sur l’arbitraire. Nous sommes pleinement conscients que la santé et la maladie sont des catégories symboliques capables d’universaux, ou dans d’autres mots, elles sont rattachées aux référents récurrents dans le discours (p.e, les polarités vie – mort, thérapeutique – nuisible, naturel – artificiel). Il nous semble aussi qu’un système d’interprétation catégoriel s’épuiserait rapidement à l’heure de rendre compte des dimensions symboliques des discours sur la santé et surtout lorsque nous voulons en saisir son articulation temporelle.

49Afin d’illustrer la démarche interprétative d’une herméneutique de l’actualisation, nous allons nous centrer sur un court texte, un bref espace d’énonciation dans lequel les trois moments du récit s’entrecroisent dans le discours. Dans le titre d’une nouvelle qui annonce la recommandation de l’Organisation Mondiale de la Santé sur l’efficacité du double dosage du vaccin contre le VPH, l’on dit :

« Two shots of HPV vaccine against cervical cancer enough, says WHO » (Boseley, 2014) (Nous soulignons).

  • 4 L’idée de la prévention du cancer du col utérin par le vaccin contre le VPH est sujet de controvers (...)

50Le caractère prescriptif de l’énoncé est assez clair (« two shots »), mais sa force énonciative réside dans l’évocation du cancer comme représentation sociale qui associe cette maladie avec certaines images de la souffrance et la douleur en tant que passé ou mémoire partagée. Ce mouvement vers le passé contient aussi le bond vers l’avenir par la promesse de prévention du cancer comme quête ou promesse de futur4. Ce court énoncé résume bien aussi les deux programmes narratifs du discours sanitaire : celui de la performance disjonctive (l’infection par VPH qui pourrait causer le cancer) et celui de la performance conjonctive (le vaccin qui pourrait prévenir le cancer).

51Cependant, nous ne pouvons pas limiter notre démarche interprétative à une analyse narrative des représentations sur la santé et la maladie, représentations ayant certainement une forte connotation émotionnelle. Bien que l’agencement formel autour de la narrativisation joue un rôle central dans le déploiement symbolique de l’argumentaire des discours sur la santé, notre démarche veux aussi faciliter la compréhension de l’action implicite dans ces énoncés. L’explicitation d’une certaine articulation du temps par le biais de la narration est un moyen aussi pour expliquer l’agir que les discours sur la santé et la maladie, tant ceux de gestion que ceux de l’existence, préconisent. Nous pouvons visualiser notre modèle interprétatif dans le schéma suivant :

Schéma analytique rhétorico - narratif

Schéma analytique rhétorico - narratif

En guise de conclusion

  • 5 Kristen Dahms et al. (2014) racontent dans un article publié dans la revue Lancet comment l’histoir (...)
  • 6 Heidi Julavits (2014) fait état dans son article de l’importance croissante des programmes de « Nar (...)

52Le modèle herméneutique proposé peut rendre compte tant des discours de gestion, plus proches de la politique et l’administration de la santé, que ceux de type existentiel qui touchent les représentations plus profondes du pathologique dans la société. En focalisant notre attention sur la temporisation, nous pouvons rendre compte de chaînes argumentaires par la narrativisation du discours sur la santé, un sujet qui soulève de plus en plus d’intérêt dans la recherche médicale56 (Dahms et al. 2014, Julavits, 2014). Toutefois, ce même modèle nous a permis de soulever le problème de la cohérence du discours, un problème qui dépasse le plan discursif et rejoint des aspects politiques, sociologiques, économiques et même culturels. En tout cas, il semble que l’approche interprétative choisie ne peut se contenter d’expliquer l’agencement logico sémantique des éléments figuratifs du discours. Pour cela, il faudra toujours tenir compte du contexte socio-historique où les énoncés sont émis.

53Le discours sur la santé et la maladie n’a pas de sens immanent, même s’il s’articule autour de registres qui vont influencer sa structure, comme la mémoire collective ou l’aspiration humaine d’un avenir sans maladie, mémoire et future qui configurent le plan synchronique du discours. Nous suivons donc le postulat de la pragmatique qui affirme que la signification s’actualise dans les circonstances concrètes du contexte où le discours se produit et s’énonce, c’est-à-dire dans une herméneutique. Plus précisément, cela veut dire que la communication, selon une perspective phénoménologique, est un processus humain en pleine progression dont les propriétés ontologiques et le statut dans le monde doit être déterminés (Hawes, 1977). Dans ce sens, le discours sanitaire est conditionné par les contingences sociales, politiques, économiques et culturelles dans une « écologie de la communication » de plus en plus complexe (Street, 2003).

54De toute façon, le niveau synchronique de notre modèle analytique nous permet de repérer les éléments mis en cause dans les deux programmes narratifs qui articulent la transition du passé (performance disjonctif) vers l’avenir dans le discours sanitaire (performance conjonctif). Les récits, ou d’autres formes de narrativisation, sont centraux dans la configuration de l’argumentation socio-sanitaire. Comme l’affirme Jerome Bruner, les narrations sont des versions de la réalité dans lesquelles l’acceptabilité est gouvernée par la « nécessité narrative », et non par la vérification empirique et les pré requis logiques (1991, pp. 4-5). Dans ce sens, étudier ces discours sous l’optique de l’analyse de la temporalité narrative aide à mieux comprendre comment se reconstruit le passé et comment l’on prétend envisager l’avenir dans le cadre d’une stratégie de persuasion. C’est là justement que la communication intervient en tant que phénomène à problématiser. Dans l’interaction entre le discours institutionnel et son destinataire au moment présent l’on observera finalement les enjeux intersubjectifs d’une communication à vocation technocratique (p.e., la quête de légitime de certaines politiques ou prescriptions sanitaires), mais aussi profondément humaine dans ses dimensions éthique, esthétique et émotionnelle.

Haut de page

Bibliographie

Alves da Fonseca, Márcio. « Foucault et la Médecine », Agência estado, São Paulo (site français), 12 maio 1999.

Beltrán, Luis Ramiro. « La salud y la comunicación en Latinoamérica : políticas, estrategias y planes ». In UNESCO - O.P.S. Por una política de comunicación para la promoción de la salud en América Latina. Quito, Ecuador, 1994, pp. 29-90.

Boseley, Sarah. « Two shots of HPV vaccine against cervical cancer enough, says WHO ». Sarah Boseley’s Global Health Blog, The Guardian, April 14, 2014 [Site consulté le 26/05/14] http://www.theguardian.com/society/sarah-boseley-global-health/2014/apr/14/vaccines-cervical-cancer.

Breton, Phillippe. L´utopie de la communication. Le mythe du village planétaire. Paris, France, Éditions La Découverte, 1997, p. 171.

Bruner, Jerome. « The Narrative Construction of Reality ». Critical Inquiry, 1991, no 18, pp. 1-21.

Carel, Havi. Illness. The Cry of the Flesh. Stocksfield Hall, Stocksfield, Acumen, 2008, 147 p.

Dahms, Kirsten, Sharkova, Y., Heitland, P., Pankuweit, S. & J. R. Schaefer. « Cobalt intoxication diagnosed with the help of Dr House ». Lancet, 2014, no 383, p. 574.

Department of Health, « Catch it. Bin it. Kill it.’ campaign to help reduce flu infections », 2013 [Site consulté le 22/05/2014] https://www.gov.uk/government/news/catch-it-bin-it-kill-it-campaign-to-help-reduce-flu-infections.

Foucault, Michel. L’archéologie du savoir. Paris, Gallimard, 1969, 275 p.

Foucault, Michel. Naissance de la clinique. Paris, Quadrige /Presses universitaires de France, 1963/2009, 214 p.

Greimas, Algirdas J. Du sens : essais sémiotiques. Paris, Éditions du Seuil, 1970, 313 p.

Greimas, Algirdas J. et Courtés, Joseph. Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage. Paris, Hachette Université, 1979, 422 p.

Habermas, Jürgen. « Actions, actes de parole, interactions médiatisées par le langage et monde vécu ». Dans La pensée postmétaphysique. Paris, Armand Colin, 1993 pp. 65-83.

Hawes, Leonard C. « Towards an Hermeneutic Phenomenology of Communication ». Communication Quaterly, 1977, vol. 25, no 3, pp. 30-41.

Herzlich, Claudine. Santé et maladie, analyse d’une représentation sociale. Paris, Mouton & Co, 1969, 210 p.

Hottois, Gilbert. « Esquisse d’une critique de l’évaluation anthropologiste de la technique contemporaine ». In Florival, Ghislaine. (éd) Figures de la Finitude. Paris, Louvain, Le Havre, J. Vrin et Librairie Peeters, 1988, pp. 207- 222.

Illich, Ivan. Némésis Médicale. L’Expropriation de la Santé. Éditions du Seuil, Paris, 1975, 221 p.

Julavits, Heidi. « Diagnose This. How to be your own best doctor ». Harper’s, April 2014, vol. 328, no.1967, pp. 25-35.

Laplantine, François. « Anthropologie des systèmes de représentation de la maladie ». In Jodelet, Denise (sous la direction de) Les représentations sociales. Paris, PUF, 1989, pp. 31-61.

Lippman, Abby, Melnychuk, R., Shimmin, C. & M. Boscoe. « Human papillomavirus, vaccines and women’s health : questions and cautions ». Canadian Medical Association Journal, 2008, vol. 177, no 5, pp. 484-487.

Lupton, Deborah. Medicine as culture. Thousand Oaks, CA, Sage, 2003, 202 p.

Mattelart, Armand. L’Invention de la Communication. Paris, Éditions La Découverte, 1994, 376 p.

McGuire, William. « Theoretical Foundations of Campaigns ». In Rice, Ronald E., & Paisley, William J. (Eds.), Public Communication Campaigns, Beverly Hills : Sage Publications, 1981, pp. 41-70.

Moscovici, Serge. « The phenomenon of social representations ». In Farr, Robert M. &

Moscovici, Serge (eds.). Social representations. London-Paris, Cambridge University Press- Maison des Sciences de l’Homme, 1984, pp. 3-70.

Moscovici, Serge. « Des représentations collectives aux représentations sociales : éléments pour une histoire ». In Jodelet, Denise. (Sous la direction de) Les représentations sociales. Paris, PUF, 1989, pp. 62-86.

Propp, Vladimir. Morfología del cuento, seguida de Las transformaciones de los cuentos maravillosos. Madrid, Editorial Fundamentos, 1977, 234 p.

Ricœur, Paul. Temps et Récit. Tome I. Paris, Éditions du Seuil, 1983, 426 p.

Ricœur, Paul. Les incidences théologiques des recherches actuelles concernant le langage. Paris, Institut Catholique de Paris, 1984, 98 p.

Rogers, Everett M., Dearing, James W., Rao, Nagesh, S. Campo, G. Meyer, G. J. F. Betts et M. K. Casey. « Communication and Community in a City Under Siege : The AIDS Epidemic in San Francisco », Communication Research, vol. 22, no 6, 1995, pp. 664-678.

Rogers, Everett M. Diffusion of Innovations, New York : Free Press, 1983, 453 p.

Rossiter, Charles M. « Defining “Therapuetic Communication” », Journal of Communication, vol. 25, no 3, 1975, pp. 127-130.

Sfez, Lucien. La Santé Parfaite. Critique d’une nouvelle utopie. Paris, Éditions du Seuil, 1995, 398 p.

Sfez, Lucien. Critique de la communication, Paris, Éditions du Seuil, 1988, 389 p.

Sontag, Susan. Illnes as Metaphor. New York, Farrar, Straus and Giroux, 1978, 87 p.

Sontag, Susan. AIDS and Its Metaphors. New York, Farrar, Straus and Giroux, 1989, 95 p.

Street, Richard L. « Communicating in medical encounters : An ecological perspective ». In Thompson, Teresa L., Dorsey, A. M., Miller, K. I. and R. Parrot (Eds.), Handbook of health communication. London, Lawrence Erlbaum Associates, 2003, pp. 63-89.

Haut de page

Notes

1 Les exemples utilisé dans ce texte cherchent à illustrer certains propos théoriques du modèle d’analyse sans prétendre rendre compte d’un corpus discursif quelconque.

2 Havi Carel (2008) propose de combler les lacunes des approches naturalistes et normatives en abordant la maladie à partir de l’expérience vécue par la personne malade, particulièrement comme expérience racontée en suivant les postulats de la phénoménologie.

3 On pense ici surtout à certains messages pour prévenir le Sida dans des contextes où les références ouvertes à la relation sexuelle deviennent problématiques.

4 L’idée de la prévention du cancer du col utérin par le vaccin contre le VPH est sujet de controverse parmi les chercheurs en santé publique tel que discuté par Abby Lippman et al. (2008).

5 Kristen Dahms et al. (2014) racontent dans un article publié dans la revue Lancet comment l’histoire présentée dans un épisode de la série de télévision Dr House a contribué à clarifier un diagnostique médical.

6 Heidi Julavits (2014) fait état dans son article de l’importance croissante des programmes de « Narrative Medicine » dans certaines universités aux États-Unis.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma analytique rhétorico - narratif
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1342/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isaac Nahon-Serfaty, « Le temps dans une herméneutique du discours sanitaire », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 23 janvier 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1342 ; DOI : 10.4000/rfsic.1342

Haut de page

Auteur

Isaac Nahon-Serfaty

Isaac Nahon-Serfaty est Professeur agrégé au Département de Communication de l’Université d’Ottawa (Canada), et membre du Groupe de Recherche Interdisciplinaire en Communication Organisationnelle (GRICO). Courriel : inahonse@uottawa.ca.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page