Navigation – Plan du site
Émergences

De l’espace public comme organisation. L’architecture feuilletée des énonciations publiques

The public sphere as an organization. The foliated architecture of public enunciations
Fabienne Malbois et Laurence Kaufmann

Résumés

Produit d’une longue histoire sociopolitique qui lui a confié, depuis le XVIIIe siècle, le rôle de garant de la démocratie moderne, l’espace public peut être appréhendé comme une organisation qui vise à constituer et maintenir l’être collectif fantomatique dont elle est le lieu d’apparition : le Public. Par rapport aux organisations institutionnelles plus classiques, cette organisation est particulière : peu articulée discursivement, elle n’est observable que de manière indirecte, notamment par la forme contraignante qu’elle impose aux énonciations. Ainsi, pour être heureuse, toute énonciation circulant dans l’espace public doit respecter la règle de l’énonciation publique : « Le Public parle au Public en public ». D’ordinaire, cette règle, et la façon dont elle régit la parole des différentes instances collectives (les organes médiatiques) et individuelles (les journalistes) qui animent l’espace public, est invisible. Elle devient en revanche particulièrement observable quand le Public est l’enjeu des prises de parole, comme ce fut le cas de la controverse dans laquelle ont été pris Le Nouvel Observateur, Dominique Strauss-Kahn et l’ouvrage Belle et Bête de Marcela Iacub en février et mars 2013. Le déploiement de cette controverse médiatique dans l’espace public français rend en effet visible l’architecture feuilletée des énonciations publiques – une architecture que cet article se propose de saisir empiriquement aussi bien que théoriquement.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tout au long du texte, les guillemets du type « » renvoient à des citations alors que les guillemet (...)
  • 2 Sur ces questions, cf. notamment les travaux d’Alvesson & Kärreman (2000), Taylor & Cooren (1997) (...)

1De nombreux travaux récents ont renouvelé, de façon drastique, les théories des organisations en les concevant non plus comme des structures en surplomb qui détermineraient le comportement de leurs “suppôts”, mais comme un accomplissement pratique et discursif auquel contribuent, via la communication, les différents acteurs organisationnels1. Ce déplacement permet de souligner la double dimension de la communication dans les organisations. D’une part, une telle communication est organisée par des règles énonciatives et des répertoires d’action ; d’autre part, elle est organisante car c’est à travers elle, en dernière instance, que sont faites et défaites les associations dont dépend l’existence même de l’organisation2. Dans cet article, nous aimerions mesurer la portée heuristique de cette double dimension en nous penchant sur l’espace public. L’espace public, objet-phare des sciences de la communication et de l’information s’il en est, a rarement été abordé comme une organisation. Il gagne cependant à être appréhendé sous cet angle, comme nous allons tenter de le montrer dans les lignes qui suivent.

  • 3 Sur cette conception de la communication médiatique, cf. Kaufmann (2008).
  • 4 Cf. Merlin-Kajman (1994) ; Habermas (1962 [1992]).

2Produit d’une longue histoire sociopolitique qui lui a confié, depuis le xviiie siècle, le rôle de garant de la démocratie moderne, l’espace public est le lieu de la communication, tout à la fois organisée et organisante, qui vise à constituer et à maintenir un être collectif souverain : le Public. Ressort clé de la politique moderne, la communication publique doit en effet assurer l’auto-institution d’un Public de citoyens en lui permettant tout à la fois de produire un monde commun de référence et de se reconnaître comme une seule et même communauté d’attention et de préoccupation3. Cette communication est essentiellement produite dans la sphère médiatique, celle-ci étant le lieu spéculaire et spectaculaire de l’incarnation de la communauté ainsi que le site d’énonciation privilégié de la vie publique ; mais elle se déploie également dans les sphères juridique et littéraire, les deux autres lieux d’émergence historique de l’espace public4.

  • 5 Cette notion de méta-destinataire permet de pointer le garant ultime du discours, par exemple la co (...)
  • 6 En soulignant l’importance de la figure du tiers, nous retrouvons donc ici une prémisse partagée pa (...)

3Espace ouvert et pluraliste, l’espace public ne prend sens que dans le « cadre des cadres » (Goffman, 1991 : 36) de l’auto-institution de la collectivité par elle-même : il est propre à une société autonome qui aspire à l’auto-détermination des orientations collectives et interdit la monopolisation du pouvoir par des groupements et des individus particuliers (cf. Lefort, 1986). Pour être ajustées au « cadre interactif » (Vion, 2000) dans lequel elles prennent ainsi place, les voix qui circulent dans l’espace public ne peuvent donc être radicalement singulières ; afin d’étayer leur énonciation, elles doivent se réclamer, en arrière-fond, d’un Public de citoyens. À la différence du public réel et de l’agrégat d’individus hétérogènes, potentiellement versatiles ou incultes, qui sont susceptibles de le composer, le Public est la figure « majuscule », noble et abstraite, de la légitimité démocratique (cf. Rosanvallon, 1993). Dans une démocratie, c’est en ultime instance le Public qui est censé être l’énonciateur et le destinataire des paroles et des actions qui orientent le vivre-ensemble (cf. Habermas, 1997 : 47 et sq). Autrement dit, le Public est tout à la fois le méta-énonciateur et le méta-destinataire des énonciations publiques : il est l’instance de validation originaire, « l’agent vérificateur » qu’elles présupposent implicitement pour fonder leurs assertions et justifier leurs appréciations5. Cette symétrie méta-énonciative constitue la condition de félicité principielle que toute prise de parole dans l’espace public se doit d’instancier, implicitement ou explicitement. Pour être heureuse, toute énonciation publique doit en effet être adossée à un Public qui puisse répondre de sa validité et s’adresser, de manière directe ou indirecte, à un Public ou à des individus en tant que membres du Public. Cela étant, les énonciations publiques ne se réduisent pas à la configuration dyadique que constitue le redoublement méta-énonciatif, proprement démocratique, du Public ; elles ne concernent pas seulement le Public comme interactant, mais également le public comme tiers. Dans la scène de visibilité partagée que constitue l’espace public, les actions et les paroles publiques se déploient nécessairement sous le regard ou en référence à un public de spectateurs6.

  • 7 Autrement dit, dans un espace public démocratique, une énonciation « compte comme » une énonciation (...)

4Par contraste avec les énoncés privés ou les paroles secrètes, les énonciations publiques doivent être manifestes et accessibles à tous. En démocratie, la félicité d’une énonciation publique repose ainsi sur tout un travail d’organisation et de mise en forme méta-énonciative de type triadique qui peut être résumé par la règle suivante : « le Public parle au Public en public »7. Une telle règle, que nous appellerons la “règle de l’énonciation publique”, organise et régit la communication dans l’espace public. Cette règle n’est observable que de manière indirecte, par la forme contraignante qu’elle impose aux énonciations qui peuvent être qualifiées de “publiques”. D’ordinaire invisible, cette forme contraignante se manifeste en creux dans les ratés, les insuccès, bref les infélicités des énonciations publiques qui, mal-formées, ne parviennent ni à obtenir la validation collective dont leur signification dépend, ni à retenir l’attention publique dont leur survie est tributaire.

  • 8 Sur les controverses comme révélateurs, cf. notamment Callon & Latour (2006).

5La règle de l’énonciation publique que nous venons d’esquisser, implicitement accessible à tout un chacun, a donc un potentiel critique : elle permet d’interpeller les instances énonciatives qui ne la respectent pas et de les forcer, au nom du Public, à rendre des comptes sur l’orientation de leurs énoncés. Ce potentiel critique est particulièrement présent lorsque l’énonciation “malheureuse” provient d’une instance autorisée, par exemple un média d’information. Contestée, l’instance médiatique se voit alors contrainte d’expliciter les biens qui motivent ses actions, de justifier le bien-fondé de ses propos, bref de publiciser les règles qui orientent ses pratiques de communication ordinaire8. Grâce à ce travail d’explicitation, particulièrement marqué dans les situations de controverses médiatiques, la dimension organisante et organisée de l’espace public devient préhensible. La controverse rend saillantes en effet les conceptions différenciées que les organes médiatiques, parce qu’ils coexistent au sein d’un même espace, entretiennent par rapport à « ce qu’est ou ce que veut le Public » (cf. Herbst, 1998). C’est le cas de la controverse dans laquelle ont été pris Le Nouvel Observateur, Marcela Iacub et Dominique Strauss-Kahn, et à laquelle nous allons nous intéresser après avoir présenté les principaux jalons de notre approche. Une telle approche vise à déployer l’architecture feuilletée des énonciations publiques – une architecture qui manifeste, nous le verrons, la double dimension organisée et organisante de l’espace public.

De l’espace public à l’architecture des énonciations publiques

Le Public parle : le feuilletage énonciatif de la parole du Public

  • 9 Sur ces questions d’imaginaire social moderne, cf. Quéré (2008).
  • 10 Comme l’État dont parle Dominique Linhardt ; cf. par exemple Linhardt & Moreau de Bellaing.

6L’espace public renvoie à un « imaginaire social » tacite et à des attentes normatives qui spécifient les conditions de l’exercice de la citoyenneté en démocratie et par là même les conditions de l’organisation d’un État de droit9. Mais, contrairement à des organisations institutionnelles telles que Médecins sans Frontières, France Télécom ou la France, qui sont souvent très “bavardes” et génèrent un ensemble de textes et de règlements qui structurent les relations de leurs membres, l’espace public ne produit pas de Discours officiel. L’espace public, en tant qu’il est constitué dans et par la communication, est un idéal abstrait qui n’est pas “zoomable” : il semble disparaître et s’évaporer dès que l’on s’en approche de trop près10.

  • 11 Bien entendu, toutes les institutions se caractérisent par leur inobservabilité. Comme le rappelle (...)
  • 12 Sur cette question de la distinction entre l’« animateur », la « machine parlante » qui articule un (...)
  • 13 Pour un remarquable développement de la notion de défiguration, cf Stavo-Debauge (2010).

7Peu articulé discursivement, l’espace public est donc une organisation immatérielle et aphone, tout comme l’être collectif fantomatique dont il est le lieu de constitution et d’apparition : le Public. Une telle organisation ne peut être saisie que par l’intermédiaire des paroles et des pratiques qu’elle anime et oriente et qui témoignent, de manière indicielle et indiciaire, de son pouvoir proprement organisant11. De même, le Public, comme l’atteste l’apposition du marqueur “majuscule”, est une figure abstraite, sans corps et sans paroles ; il est, comme le disait Walter Lippmann (2008), ce « public fantôme » dont tout le monde parle et que personne ne voit. C’est précisément la matérialisation de ce Public fantomatique dans le « monde des corps » (cf. Boltanski, 2009) que l’équipement médiatique permet de réaliser. Les médias sont en effet les énonciateurs collectifs qui re-présentent dans l’espace public le méta-énonciateur qu’est le Public. Cela étant, les instances médiatiques ne sont encore que des institutions, c’est-à-dire des êtres sans corps qui ne sont pas, à proprement parler, des sujets parlants. Pour parler, elles doivent à leur tour se présentifier et s’incarner dans des corps, en l’occurrence dans des corps individuels qui sont, littéralement, leurs moyens de réalisation. Ces corps, dans le cas de la controverse qui nous occupe ici, sont les “suppôts” d’un type spécifique d’énonciation, l’énonciation journalistique. Celle-ci est assurée par une pluralité de sujets parlants, souvent interchangeables, qui portent la voix du journal dont ils se font les « animateurs » et sous la responsabilité duquel leur propos est énoncé12. Ainsi, par exemple, Le Nouvel Observateur est incarné par celles et ceux qui s’expriment en-tant-que-journalistes-du-Nouvel Obs et qui forment à l’interne, sur la base d’une charte éditoriale, un groupe professionnel, en l’occurrence la « société des rédacteurs ». Mais tous les membres du Nouvel Observateur n’ont pas même voix au chapitre : le directeur de rédaction est en effet un énonciateur autorisé du journal, à l’interne comme à l’externe. Lorsque des journalistes, qu’ils soient confrères ou concurrents, estiment qu’un journal a « défiguré » le Public dont il est censé se réclamer, c’est bien le directeur de rédaction qui est tenu de rendre des comptes et de justifier le travail de verbalisation de “son” journal13.

  • 14 Le terme de « référence oblique » est utilisé notamment en philosophie du langage pour marquer le f (...)

8L’architecture de la communication dans l’espace public est donc feuilletée : elle est organisée comme une série de strates énonciatives ou encore d’enchâssement de contextes énonciatifs. D’une part, la parole médiatique doit obéir aux contraintes génériques que lui impose l’espace public en tant que « cadre des cadres » énonciatif. D’autre part, elle doit obéir aux contraintes qui organisent et régissent la bonne manière de parler dans un cadre énonciatif situé, celui relatif à la position particulière occupée par un média donné au sein de la sphère médiatique : l’énonciation journalistique entretient donc nécessairement une référence oblique au Public14 puisqu’il l’appréhende sous une description et une qualification spécifiques, celles que privilégie l’organe médiatique dont elle porte la parole. Le Public qui fait l’objet de cette référence oblique peut ainsi renvoyer, selon les instances médiatiques, à un public d’enquêteurs, soucieux de l’intérêt général et apte au jugement critique, à une communauté doxastique, préoccupée par la convergence de ses opinions et la normalité de ses usages, ou encore à un collectif de consommateurs de divertissement. Enfin, l’architecture feuilletée de l’énonciation publique comprend une troisième strate énonciative, un dernier contexte énonciatif, plus restreint que celui du journal : celui que dessine « l’ethos préalable » (Amossy, 2010) du sujet parlant et qui accorde à certains journalistes, notamment ceux qui ont une expertise spécifique, le droit de parler en leur nom propre et d’échapper par là même à la déférence qui conduit leurs pairs à s’en remettre complètement à l’énonciateur collectif dont ils sont le relais.

  • 15 Bien entendu, à cet acte structurel d’usurpation et de dépossession se rajoute les asymétries entre (...)

9Toutes les instances médiatiques, par-delà les différences d’orientation politique et de sophistication qui les distinguent, doivent pouvoir prétendre matérialiser de manière crédible le Public dont elles sont les porte-parole officiels. C’est bien pour cela que la présentification du Public n’est pas seulement, en démocratie, un impératif ontologique ; elle est aussi une tragédie politique. La nécessaire incarnation de l’organisation idéale, immatérielle que constitue l’espace public dans des énonciateurs réels, dotés en tant que tels d’un point de vue particulier, la réinscrit dans l’espace social et, par là même, dans les relations de pouvoir. Plus précisément, la traduction de l’ordre idéel du Public dans l’ordre sensible des corps soulève le soupçon constant de trahison, de dépossession et d’« usurpation »15. C’est cette cascade, ce chaînage de présentification, d’incorporation et de traductions successives du Public qui caractérise l’organisation ordinaire de la communication dans l’espace public. Un tel chaînage, nous allons le voir, acquiert une observabilité publique et analytique inespérée dans la controverse médiatique que nous allons examiner. En mettant en jeu la condition de félicité principielle de toutes les énonciations publiques, à savoir leur(s) lien(s) au Public, cette controverse rend visible les décrochages qui peuvent survenir en leur sein, notamment entre les énonciateurs singuliers (les journalistes), les énonciateurs collectifs (les instances médiatiques) et le méta-énonciateur (le Public). Remédiant au problème que l’immatérialité de l’espace public pourrait poser au programme empirique de la sociologie et à ses exigences descriptives, une telle controverse représente donc un véritable « perspicuous setting » (cf. Garfinkel, 2002). En effet, dans la mesure où elle met en jeu le Public et ses multiples figurations, la controverse qui se déploie dans l’espace public médiatique révéle l’architecture feuilletée des énonciations publiques – une architecture, on va le voir, qui contraint et “possibilise” tout à la fois la parole des journalistes.

Au cœur de la controverse, le Public

  • 16 Marcela Iacub, Belle et bête, Paris, Stock, 2013.
  • 17 Dans Kaufmann & Malbois (2015, à paraître), nous avons analysé d’autres figures majeures de cette c (...)

10Le 21 février 2013, Le Nouvel Observateur publie un dossier consacré à la publication à venir d’un ouvrage de Marcela Iacub, Belle et bête16. Iacub y relate la relation amoureuse qu’elle a entretenue avec Dominique Strauss-Kahn, rencontré près d’une année après les événements du Sofitel de New York en mai 201117. Bien que le roman ne fasse pas nommément référence à DSK, ce dernier est aisément reconnaissable. Et il est explicitement désigné dans Le Nouvel Observateur, qui titre, en couverture, « Mon histoire avec DSK. Le récit explosif de l’écrivain Marcela Iacub » et qui expose, par le biais d’un photomontage, les visages des deux protagonistes du récit. Dans l’entretien publié par Le Nouvel Observateur, Iacub explique les raisons qui l’ont incitée, dans son récit, à traiter DSK comme un être merveilleux, « mi-homme mi-cochon », qui se vautre dans la fange et l’indigne comme seul un authentique porc en est capable. Le Nouvel Observateur, qui diffuse par ailleurs les bonnes feuilles du roman, fait l’éloge de Belle et bête : le roman est placé au panthéon de la littérature. Le jour même, Le Figaro.fr puis Le Point.fr publient une lettre ouverte que leur a fait parvenir Dominique Strauss-Kahn. Dans ce courrier, qui s’adresse à Jean Daniel, fondateur et figure historique du Nouvel Observateur, D. Strauss-Kahn fait part de son dégoût, dénonce l’indigence et l’infamie de cette publication et annonce qu’il pourrait entamer des poursuites judiciaires. Et de fait, la controverse trouvera une première résolution dans la sphère judiciaire : Le Nouvel Observateur sera condamné pour atteinte à la vie privée le 26 février 2013.

11Le Nouvel Observateur fait ainsi l’objet d’une double accusation publique, l’une en provenance de la sphère médiatique, l’autre de la sphère judiciaire : Le Nouvel Observateur aurait outrepassé les limites de la liberté d’expression, cédé à la course au profit en cherchant à flatter les bas instincts de son lectorat, bref il aurait failli à son rôle de représentant du Public. Voyant son statut d’énonciateur du Public vacillé puis remis en cause par DSK puis par la justice, Le Nouvel Observateur s’attelle à le reconquérir dans deux numéros successifs. En effet, après avoir justifié publiquement ses choix éditoriaux dans l’édition du 28 février au 7 mars 2013, il instruit son propre procès dans l’espace public dans l’édition du 7 au 13 mars 2013.

  • 18 C’est pour rendre compte de l’animation des figures hétérogènes que nous faisons parler mais qui no (...)

12Le Nouvel Observateur n’est pas le seul organe de presse à se prononcer sur la controverse ; cette dernière sera amplement relayée dans la sphère médiatique, notamment par Le Monde et Libération, dont le traitement constitue l’arrière-fond des prises de parole du Nouvel Observateur. C’est dire si cette controverse se présente comme un analyseur privilégié de la dimension tout à la fois organisée et organisante de la communication dans l’espace public. En effet, dans un tel contexte polémique, les contraintes énonciatives de la communication publique, d’ordinaire tacites, sont explicitées. Resaisies par les uns comme les leviers de la critique (D. Strauss-Kahn, Le Monde, la sphère juridique par exemple), ces contraintes fournissent aux autres les ressources de la justification (Le Nouvel Observateur). Si ces contraintes énonciatives peuvent être les ressorts de la critique aussi bien que ceux de la justification, c’est parce que l’ensemble des acteurs de la controverse s’oriente en fonction d’un même horizon normatif. Tous les acteurs rappellent en effet, à leur manière, que les énoncés “mal formés” sont ceux qui, en louvoyant vers les intérêts privés, que ce soit au sens des intérêts économiques ou de la vie intime, ratent l’épreuve de la Publicité qui “présentifie”, plus que toute autre, l’espace public démocratique. Dans l’analyse à suivre, nous serons donc particulièrement attentives à cette figure obligée qu’est le Public, figure que les énonciations publiques « animent » et qu’elles contribuent ainsi à re-présenter et à matérialiser18.

Le Nouvel Obs, DSK, Iacub et le Public : l’architecture d’une controverse médiatique

La lettre ouverte de DSK, une dénonciation publique

13C’est donc la lettre ouverte que D. Strauss-Kahn adresse le 21 février 2013 à Jean Daniel, fondateur et figure historique du Nouvel Observateur, en réaction à l’édition de l’hebdomadaire parue le matin même, qui déclenche la controverse. Son auteur exprime à son correspondant le « dégoût » qu’a suscité en lui la mauvaise foi d’une femme qui a séduit dans le but d’écrire un livre susceptible de devenir un succès commercial, mais aussi et surtout le dégoût que lui inspire « l’ancien “grand journal de la conscience de gauche” [qui] vient de sombrer dans une opération qui donne la nausée ». S’il informe J. Daniel des démarches juridiques qu’il compte entreprendre contre cette « atteinte méprisable à sa vie privée et la dignité humaine », D. Strauss-Kahn ne le tient pas pour autant responsable de l’opération indigente menée par Le Nouvel Observateur et lui exprime son respect.

  • 19 Le terme de « modalisation » renvoie à « un ensemble de conventions par lequel une activité donnée, (...)

14La mise en circulation de la lettre par Le Figaro.fr puis Le Point.fr oriente de façon décisive le cadre énonciatif de la communication, garantissant à la lettre son caractère proprement public. Encodant en réalité deux destinataires, à savoir J. Daniel et le Public, cette lettre s’appuie tout en le transformant sur le « cadre primaire » (Goffman, 1991 : 30-48) de l’échange épistolaire. Mais pour que le processus de « modalisation » (Goffman, 1991 : 49-93)19 soit réussi, c’est-à-dire que la lettre acquiert son statut de « lettre ouverte », elle doit être reprise par des énonciateurs collectifs. Ce sont, en l’occurrence, des organes de presse qui, en assurant le rôle d’émetteur de la lettre ouverte de DSK, révèlent les tensions potentielles, propres à l’architecture feuilletée de l’énonciation publique, entre la figure abstraite du Public, les personnes particulières et les collectifs qui s’en réclament. Publiée, la lettre prend la forme d’une dénonciation qui place le Public dans les deux positions de « témoin » et de « juge » impartiaux des actes dont Iacub et Le Nouvel Observateur sont accusés. Si cette dénonciation est portée en première instance par une figure singulière, à savoir DSK, elle se hisse, une fois soutenue par le Figaro.fr et Le Point.fr, à la hauteur du « Public » dont elle se réclame. Car c’est en tant que représentant du « Public » que D. Strauss-Kahn, qui incarne tout à la fois les positions de « victime » et de « dénonciateur », défend des biens qui font la grandeur de la démocratie : « la dignité humaine » et une presse qui participe à l’animation du débat public. C’est dire si, au sein de cette modalisation, Le Figaro.fr et Le Point.fr occupent moins la place d’un média situé idéologiquement sur l’échiquier politique que celle d’un énonciateur collectif qui, lui, n’a pas failli à la règle de l’énonciation publique.

Le Nouvel Observateur se justifie dans ses colonnes

15On l’a vu, la lettre ouverte de D. Strauss-Kahn a placé le Public en position de « juge » du Nouvel Observateur : l’hebdomadaire n’aurait-il pas fait du people afin de gagner des lecteurs ? La lettre interpelle également J. Daniel, sommé de prendre position face à la dérive présumée du journal qu’il a fondé. Le 28 février 2013, soit deux jours après le rendu du jugement du tribunal qui condamne M. Iacub, les éditions Stock et Le Nouvel Observateur, l’hebdomadaire publie deux éditoriaux, l’un de Jean Daniel, l’autre de Laurent Joffrin. L’enchâssement de la parole de ces deux énonciateurs autorisés à se prononcer sur l’identité et la ligne éditoriale de l’hebdomadaire – le premier parce qu’il en est l’« éditorialiste-fondateur », le second parce qu’il en est le « directeur de rédaction » – répond au découpage sémantique opéré par la lettre de D. Strauss-Kahn entre l’identité « historique » du Nouvel Observateur (presse de gauche) et son identité présente (« presse de caniveau »). Une telle architecture feuilletée – deux éditoriaux et donc deux voix singulières pour réitérer une seule et même ligne éditoriale, celle d’un journal de gauche de qualité alimentant le débat public, tente de produire une continuité énonciative là où certaines pourraient faire le constat d’une discontinuité ou, pire encore, d’un revirement.

  • 20 Cet « éthos », qui colle à J. Daniel, est réinstancié dans le cas présent dans la première partie d (...)

16Dans son éditorial, J. Daniel s’exprime en tant que gardien des valeurs de la gauche portées par Le Nouvel Observateur20. S’il désapprouve « l’acharnement » et le traitement démesuré réservé à un homme déchu « au nom d’une cause, celle de la littérature », la portée critique de sa prise de position est loin d’être acérée. D’une part, selon l’éditorialiste Le Nouvel Observateur n’a pas dérogé aux règles du journalisme, d’autre part, le jugement qu’il exprime se veut singulier : il ne vise pas à nourrir la controverse, mais à exprimer une allergie et une hostilité toutes personnelles « à tout ce qui contribue à maintenir vivante et médiatiquement sulfureuse la descente aux enfers de cet homme ». Ce positionnement hybride de J. Daniel, tout à la fois critique et conciliant, est rendu possible par la distance énonciative relative qu’il établit par rapport à “son” hebdomadaire. Cette distance est celle d’un énonciateur individuel qui entretient à l’égard de l’énonciateur collectif qu’il a lui-même contribué à créer une relation non pas de propriété exclusive mais d’affiliation volontaire et d’appartenance historique.

17En revanche, l’éditorial de L. Joffrin affiche la prise de position du représentant officiel d’un énonciateur collectif qui, en tant que tel, se doit d’expliciter et de justifier, à l’adresse « des nombreux lecteurs [qui] ont été choqués » par le numéro consacré au roman de M. Iacub, le bien-fondé de son choix rédactionnel. Tout en reconnaissant quelques maladresses de forme, L. Joffrin s’efforce de montrer que Le Nouvel Observateur incarne toujours ce méta-énonciateur qu’est le « Public ». Comme l’annonce le titre de son éditorial, «”L’Obs” et “l’affaire Iacub” », Joffrin repositionne Le Nouvel Observateur comme un observateur éclairé d’une affaire en cours et non pas comme le catalyseur d’une entreprise de promotion orchestrée par les éditions Stock – un rôle de publiciste dévoyé qui est au cœur de la plainte de DSK contre Le Nouvel Observateur, de la critique que lui adresse Le Monde et du jugement du tribunal.

La sphère juridique – le positionnement du droit (jugement rendu le 26 février 2013)

Dans son jugement du 26 février 2013, le Tribunal de Grande Instance de Paris indique que les « limites de la liberté d’expression ont été dépassées et [que] le droit à la liberté de création ne peut prévaloir sur les atteintes à la vie privée, qui sont caractérisées » (Le Monde, 28.02.2013). Le tribunal sanctionne Marcela Iacub, les éditions Stock et Le Nouvel Observateur, assignés en référé par les avocats de DSK. Le Nouvel Observateur est condamné à verser au plaignant une somme de 28 000 euros (Tribunal de Grand Instance de Paris, ordonnance de référé, n°RG 13/51631, 26.02.2013). L’hebdomadaire doit également publier en page de couverture, dans les huit jours suivant le jugement, un communiqué signifiant qu’il a été condamné pour « avoir porté atteinte à la vie privée de Dominique Strauss-Kahn, dans l’édition du Nouvel Observateur daté du 21 au 27 février 2013 ».

18Selon L. Joffrin, la dignité et la valeur d’intérêt général de l’œuvre littéraire sont au centre de cette affaire et du débat qu’elle suscite. L’éditorial réaffirme ainsi la valeur littéraire de Belle et bête qui, loin d’être un « témoignage supplémentaire touchant à la vie privée de DSK », est un « récit brutal et maîtrisé », « bien écrit et bien pensé » par « une juriste et philosophe » qui éclaire « l’affaire DSK d’un jour à la fois neuf et dérangeant ». Si ce jugement littéraire est « discutable », rappelle Joffrin, il est « partagé par d’autres que nous » – parmi lesquels Libération.

La sphère médiatique – le positionnement de Libération (couverture médiatique du 21 au 27 février 2013)

Le 22 février 2013, Libération consacre sa Une ainsi qu’un dossier « événement » à la parution prochaine du livre de Iacub, chroniqueuse régulière au journal, en célébrant sa qualité littéraire : Belle et bête est une « fable », de « littérature expérimentale » comparable à celle de Christine Angot, qui raconte « […] sept mois de passion avec un “cochon” scandaleux et célèbre ». Bien qu’il ne fasse pas mystère de l’identité du cochon en question, le journal se garde cependant bien de citer nommément D. Strauss-Kahn. Par la suite, le cadrage change : seule la controverse judiciaire retiendra l’attention du journal. Annonçant l’assignation en référé de M. Iacub, des éditions Stock et du Le Nouvel Observateur pour « atteinte à l’intimité de la vie privée », Libération traite l’affaire judiciaire, où sont mis en cause un livre, un écrivain, son éditeur et un organe de presse, comme une querelle sentimentale qui a mal tourné et se règle au tribunal : « DSK refuse de tourner la page Marcela Iacub », écrit le quotidien, après avoir titré « L’ancien patron du FMI attaque son ex-maîtresse. Mais le livre a peu de chances d’être saisi ». Ce cadrage se confirme dans les deux pages que Libération consacre au compte rendu du verdict du Tribunal de Grande Instance de Paris, favorable à D. Strauss-Kahn. Une brève, intitulée « À Libé, aussi des remous », donne toutefois à voir que le traitement accordé à l’ouvrage de Iacub n’a pas « convaincu » « toute la rédaction », la Société civile des personnels de Libération (SCPL) ayant rappelé à son journal les règles de déontologie qu’il s’est lui-même donné : Libération a pour « règle historique » de « réserver un traitement minimal aux livres de ses collaborateurs » afin d’« éviter une confusion entre information et auto-publicité ». Mais Libération fait rapidement taire cette voix critique et, dans l’ensemble, tout en (ré)itérant son rôle de représentant du Public, fait comme si celui-ci n’avait jamais été menacé, que ce soit par Le Nouvel Observateur du 21 février 2013, ou par sa propre couverture initiale du dit « événement ».

19Ainsi, Joffrin décrit le numéro incriminé comme une contribution au débat public national autour de la littérature – un débat qui divise, comme tant d’autres, la « majorité de l’opinion », mais dont beaucoup, à l’étranger, envient la vivacité. À cet argument, qui table sur l’intérêt public que revêt l’intimité de DSK lorsqu’elle est sublimée par l’écriture littéraire, l’on pourrait facilement objecter l’atteinte à la vie privée. Cette objection est cependant habilement désamorcée par Laurent Joffrin, qui souligne que l’écriture romanesque et l’écriture journalistique n’obéissent pas aux mêmes règles : « les règles qui s'appliquent aux écrivains ne sont pas les mêmes que celles des chartes journalistiques, qui doivent évidemment être respectées ». « L’écrivain, par nature, s’attache à l’intime » et recourt à « la transgression » et à la provocation ; la question de savoir si la transgression commise par Iacub est « plus critiquable que les autres », affirme l’éditorialiste, reste une « question ouverte ».

La sphère médiatique – le positionnement du Monde (couverture médiatique du 23 février au 1er mars 2013)

Se positionnant comme un observateur de la sphère médiatique mise « en émoi » par l’ouvrage de M. Iacub, Le Monde commence par souligner que Le Nouvel Observateur « a préparé ce coup médiatique dans le plus grand secret, par crainte d’être saisi par décision de justice » – un rôle déploré par la société de ses rédacteurs – et cite les propos de son rédacteur en chef, L. Joffrin, qui justifie son choix éditorial par la qualité littéraire de l’ouvrage tout en reconnaissant qu’il comptait « sur cette couverture pour faire de bonnes ventes ». Par la suite, Le Monde ouvre ses pages au débat, en publiant deux tribunes qui, chacune à leur manière, condamnent une intelligentsia qui aurait instrumentalisé la littérature à des fins privées. Dans la première, C. Angot s’indigne d’avoir été comparée à M. Iacub, dénie la valeur littéraire de Belle et bête et met en cause les journalistes de Libération et du Nouvel Observateur. La seconde, signée par neuf personnes issues des mondes scientifiques, de l’édition, de la librairie et du journalisme, dénonce l’opportunisme mercantile de M. Iacub, de Stock et du Nouvel Observateur, et appelle à réagir. 
De son côté, Le Monde fait l’analyse critique d’un monde de l’édition qui s’est assuré les services de la presse pour promouvoir un livre au demeurant peu réussi, manichéen, répétitif et souvent naïf : « Tout n’est pas bon dans le cochon. Marcela Iacub, coup médiatique, livre décevant », titre Le Monde. Le jugement, sans appel, sera confirmé par le dossier que Le Monde des Livres consacrera, dans son édition du 1er mars 2013, à la défense de la littérature, un bien qu’il estime avoir été bien mal traité par Belle et bête et les publicistes qui en ont fait la promotion. Quant au procès intenté par D. Strauss-Kahn, Le Monde le traite comme le « procès de l’édition et de la presse », soit comme une affaire publique dans laquelle est incriminée une altération de la Publicité, au sens noble du terme, au profit de la publicité et du marketing. Le journal retient surtout, parmi les déclarations de l’accusation, la mise en cause du Nouvel Observateur, et souligne combien il fut « terrible » d’entendre l’un des avocats de DSK citer L. Joffrin qui, en 2012, critiquait « le viol systématique de la vie privée » que « la presse de caniveau » exerce au nom de liberté de la presse et qui favorise « la naissance d’une déontologie journalistique en forme de trou de serrure ». Le jugement porté par Le Monde est sévère : il est une critique des dérives du journalisme auxquelles Le Nouvel Observateur vient de succomber. Une dérive dont certains sont conscients, souligne Le Monde, qui mentionne le mécontentement de J. Daniel et le communiqué de la SCPL de Libération. Au final, l’éventail des positionnements énonciatifs que déploie Le Monde lui permet de battre le rappel du Public : tout en dénonçant le fléau de l’opportunisme mercantile qui menace le monde de l’édition et de la presse et dont la couverture du Nouvel Observateur est la manifestation flagrante, il laisse entrevoir les voix discordantes, dont la sienne, qui sont encore animées par le véritable intérêt du Public.

  • 21 Il est tout à fait intéressant de voir que les membres, en l’occurrence les journalistes, parlent e (...)

20Pour finir, si L. Joffrin ne concède rien sur le fond – c’est en tant qu’animateur du débat public que Le Nouvel Observateur a parlé du livre de M. Iacub –, il concède quelques erreurs de forme, en particulier une « présentation » peu « sobre », qui a fait réagir « une partie du lectorat » du magazine ainsi que Jean Daniel, « notre ami et fondateur du “Nouvel Obs” ». Ces réactions ont été entendues, assure le directeur de rédaction en précisant, pour finir, que ces réactions « nous sont précieuses et nous permettront, à l’avenir, d’ajuster encore nos modes de présentation et notre grammaire journalistique ». Tout en reconnaissant la légitimité de cette « grammaire journalistique » 21, Joffrin réaffirme la pertinence de son choix éditorial en inscrivant Belle et Bête, qui n’est ni un « simple témoignage », ni un récit people, dans le registre littéraire. Dans la mesure où la vie privée de DSK est un objet d’intérêt général et sa mise en forme est d’ordre littéraire, la règle de l’énonciation publique n’a en rien été transgressée. Ce serait donc une faute de grammaire que de lui reprocher l’indignité de l’objet dont il a fait la publicité.

Nouvelle instruction dans l’espace public

21Titré « DSK, Iacub et nous », Le Nouvel Observateur du 7 au 13 mars 2013 expose en page de couverture l’encart exigé par le tribunal, précisant qu’il a été condamné pour atteinte à la vie privée. Selon l’institution judiciaire, l’hebdomadaire a dépassé les limites de la liberté d’expression et dérogé à sa fonction d’énonciateur du Public. Une telle objectivation des événements qui ont occupé la scène médiatique française depuis le 21 février 2013 a pour elle la force du droit. Comment dès lors la contester ? Le Nouvel Observateur choisit de ne pas entrer dans l’arène judiciaire, « en dépit des forts arguments juridiques » dont il disposerait. C’est dans l’espace du débat public que l’hebdomadaire entend donner une autre version des faits et proposer une nouvelle vérité publique, hissant son lectorat, et plus précisément ceux qui, parmi lui, ont été choqués, en principal juge de sa conduite. Pour ce faire, Le Nouvel Observateur propose un dossier de dix pages, lui aussi intitulé « DSK, Iacub et nous », qui propose un « retour sur une affaire qui a embrasé la sphère médiatique et choqué une partie de nos lecteurs ». Ce dossier est composé de plusieurs articles, qui déclinent une argumentation en cinq points, résumée dans des encadrés qui rythment la lecture du dossier : « DSK, Iacub et nous », « Le monde à l’envers », « Marcela ou les infortunes de la liberté », « Vie privée, mode d’emploi », « L’éthique du cochon ». À lui seul, ce dossier déplie différentes figures du Public et donne à voir les principes qui régissent l’architecture de la communication dans l’espace public.

Le Nouvel Observateur : non coupable, mais bouc-émissaire

22La première pièce versée au dossier, « DSK, Iacub et nous », écrite par Joffrin, conduit le récit des événements depuis le point de vue du Nouvel Observateur. Figuré par un « nous » et “verbalisé” par le directeur de la rédaction, l’énonciateur collectif se fait donc ici tout à la fois le narrateur et le personnage d’une histoire qui vise à défaire le scénario qui s’est imposé en sa défaveur dans l’espace public. Plus précisément, cette version redistribue les rôles et les responsabilités des trois principaux protagonistes de l’affaire, DSK, M. Iacub et Le Nouvel Observateur. Premièrement, suggère Joffrin, d’autres sont coupables : le roman de M. Iacub met en scène une personne publique dont « la vie privée » a été « explorée, évaluée, disséquée par des milliers et des milliers d’articles et de livres », y compris dans des journaux – Joffrin mentionne Le Monde au passage – « qui donnent maintenant des cours de morale ». Deuxièmement, Le Nouvel Observateur est une victime, en l’occurrence la victime expiatoire du « ressentiment du public à l’égard des médias en général ». Car c’est la défiance et « l’inquiétude » du “public d’en bas” (e.g., les destinataires des médias) à l’égard du “public d’en haut” (e.g., les énonciateurs médiatiques) qui ont injustement favorisé la condamnation hâtive d’un « bouc émissaire ». Cette condamnation, que les « spécialistes du droit de la presse » estiment « excessive », fait peu de cas, dit Joffrin, des « paradoxes de notre métier », des « incertitudes de la liberté d’expression », bref, des dures exigences de la communication publique – une communication qui s’enraye quand la confiance du public envers son représentant fait défaut.

23Une fois la place du Nouvel Observateur redécrite, Joffrin peut s’attaquer directement au lien fragile qui relie l’hebdomadaire au Public et dont sa légitimité dépend. Revenant sur les « rapports entre presse et hommes politiques », il rappelle que Le Nouvel Observateur a toujours respecté la neutralité et l’indépendance qu’exige la déontologie journalistique. Il a ainsi refusé l’« enrôlement » politique, profondément incivique, que voulait lui imposer Dominique Strauss-Kahn lorsqu’il lui avait demandé de soutenir sa candidature à la présidence de la République, confondant ainsi un « journal de gauche » avec un « journal de parti ». C’est également à l’une des règles fondamentales de l’énonciation journalistique, celle de « la défense de la vie privée », que se rallie explicitement Joffrin en précisant, d’une part, qu’elle s’applique « aux journalistes et non aux écrivains » et, d’autre part, que DSK est un objet d’intérêt public : si DSK fascine, c’est parce qu’il est un « personnage de roman » – un personnage qui, dans sa façon de lier sexe et pouvoir, pose des questions éminemment politiques, dont la restitution ne saurait relever de « la complaisance commerciale ».

Se relier au Public

24L’article de L. Joffrin entreprend donc une véritable entreprise de réhabilitation du Nouvel Observateur en tentant de reconstituer le chaînage qui le lie au Public et que la condamnation en justice a brisé. Deux encadrés, qui instaurent les lecteurs du Nouvel Observateur d’un côté, la société des rédacteurs du Nouvel Observateur de l’autre, comme les organes légitimes de régulation de la parole de l’hebdomadaire, viennent parachever ce geste. Liés au Nouvel Observateur par « un contrat de lecture » (cf. Veron, 1985) tacite pour le premier, qui fait fond sur une identité rédactionnelle construite numéro après numéro, et par une charte pour le second, ces deux groupes, internes à l’hebdomadaire, sont des formes sociales institutionnalisées au sens de Robert Park (2007). Émanations durables du Public dans son double versant – énonciateur et destinataire –, la société des rédacteurs et le lectorat sont les deux instances normatives qui veillent à ce que la parole médiatique soit conforme à la règle de l’énonciation publique. Ainsi, à leurs lecteurs, Claude Perdriel et Laurent Joffrin réitèrent l’engagement du Nouvel Observateur à alimenter, dans le débat public, la position d’indépendance, de liberté et de justice qui a toujours été la sienne : Le Nouvel Observateur se placera toujours « du côté des citoyens contre tous les pouvoirs » ; même si nous sommes une « espèce peut-être en voie de disparition », « nous continuerons à nous battre pour toutes les causes qui ont été notre raison d’exister : l’égalité, la lutte contre le racisme et les injustices, le droit des femmes ». Quant à la société des rédacteurs, qui avait exprimé ses réserves à l’égard du numéro consacré à Belle et bête, elle se voit réaffirmée dans son rôle clé, celui d’un organe de surveillance qui, soucieux du « respect des valeurs et de l’identité du Nouvel Observateur », force à la « vigilance ».

La vérité sur DSK et M. Iacub

  • 22 La foule comme public de bas niveau est une topique récurrente depuis le xixe siècle : la foule se (...)

25Une fois son statut de représentant du Public rétabli, Le Nouvel Observateur peut retravailler les figures de DSK et de M. Iacub. Par rapport à DSK, le journaliste Jacques Drillon ironise sur l’incroyable renversement de places qui a permis au bourreau d’hier (de N. Diallo) d’endosser aujourd’hui le costume de la victime (de M. Iacub). Ce qui a rendu possible ce fantastique sinon fantasque retournement, c’est, selon le journaliste, la propension du Public à perdre tout esprit critique et à dégénérer en « foule » – une foule qui a « joint sa voix » à celle de DSK, entraînant les « éditeurs [qui] hurlent », les « confrères [qui] font chorus », « la masse des internautes » qui « imite ». J. Drillon fait ainsi la critique acerbe d’un Public qui, incapable de penser rationnellement avec les autres, dégénère en une foule dominée par ses instincts et prête à succomber à la grande « confusion » orchestrée par un « cochon » sans foi ni loi. Un cochon qui, parce qu’il sait que “la foule déteste le nouveau” » et ne peut apprécier « l’intelligence aiguë » du livre « absolument neuf » de M. Iacub, est parvenu à mettre « le monde à l’envers » et à retirer « la flèche qui le perçait pour la diriger sur une triple victime, Marcela Iacub, Stock, Le Nouvel Observateur » d’une manière qui « défie le bon sens »22.

26Le coup de force de DSK mis à jour, il est alors possible de se concentrer, avec la journaliste Sophie des Déserts, sur Marcela Iacub en se demandant si elle est « Manipulatrice ou manipulée ? ». La conclusion est claire : Iacub, juriste à « l’esprit brillant et libre », « rompue à la provoc et aux dérapages contrôlés », n’a pas été manipulée par les éditions Stock : si elle a écrit Belle et bête, c’est que le livre était « un sujet en or » pour accéder afin à la notoriété tant attendue. Mais alors qu’elle pensait pouvoir soumettre DSK à son intelligence et à son œuvre, elle s’est éprise de l’homme. Et lorsque lassé, le « cochon » l’a quittée, elle a « décidé de se venger ». Aujourd’hui, « Marcela Iacub n’a pas exactement la gloire dont elle rêvait. Mais elle a réussi l’incroyable exploit de transformer DSK en victime », un exploit d’autant plus saumâtre qu’il a fait d’elle une « midinette ordinaire ».

Rouvrir l’enquête

27Avec ces trois premières pièces versées au dossier, le « schéma actantiel » (cf. Boltanski et al., 1984) qui s’était imposé dans l’espace public, avec, dans la position de la « victime », DSK, et, dans celle des « coupables », Le Nouvel Observateur, Marcela Iacub et les éditions Stock, a été presque complètement renversé. Si un soupçon de culpabilité demeure quant au rôle joué par l’éditeur de Belle et bête, la quatrième pièce va s’attacher à le dissiper en menant une enquête fouillée sur les relations qu’entretiennent sphère littéraire et sphère juridique quand les romans « s’inspirent de faits divers, ou mettent en scène des personnes réelles, de DSK à Limonov en passant par Le Pen », ou font dans « l’autofiction ». Ouvrant l’enquête sur un thème complexe, « La littérature a-t-elle tous les droits ? », cet article du Nouvel Observateur déploie un éventail de points de vue bien documentés, précis et solidement argumentés en provenance des mondes littéraires, juridiques et scientifiques. Ainsi, un avocat, Maître William Bourdon, affirme que les plaintes pour atteinte à la vie privée mettent le juge dans un dilemme impossible, l’obligeant à « arbitrer entre deux principes fondamentaux : la liberté de création et le droit à la protection de l’intime ». Jérôme Béglé, directeur de collection chez Grasset, défend, dans un encart, l’autonomie totale de la littérature – à condition qu’elle ne serve pas des intérêts autres qu’esthétiques – une littérature qui est, selon lui, « le siège de ce que le journalisme, la justice et même la morale ne peuvent pas investir ». Interviewée, la sociologue de l’art Nathalie Heinich confirme que « l’impudeur » et « l’impératif de transgression », de plus en plus revendiqués « par l’art contemporain », ont transformé « l’atteinte à la vie privée » « en œuvre ».

28De cette investigation polyphonique et rigoureuse, les journalistes tirent un premier constat : entre la liberté de création et la protection de l’intimité, « Les juges dansent sur une frontière. La jurisprudence hésite ». Car si le principal critère à prendre en considération – la personne décrite dans l’œuvre est-elle identifiable ? – paraît simple en théorie, il est loin, en pratique, de rendre le préjudice aisément objectivable. De plus, un tel critère permet difficilement d’évaluer la nature et la portée du préjudice : s’il y a « un “seuil de souffrance” normal, au-delà duquel on entre dans l’inacceptable », la fixation de ce seuil reste très subjective. Elle est d’autant plus subjective que le jugement porte sur la littérature et sur « l’imbrication des niveaux de lecture », soit une herméneutique à laquelle le droit n’est pas habitué. Autrement dit, et c’est là le second constat du Nouvel Observateur, pour pouvoir bien juger, les magistrats doivent savoir lire. Or, s’interroge finalement l’article, « les juges savent-ils lire ? ». La question est sérieuse. Elle est tranchée par un spécialiste, en l’occurrence « Mathieu Simonet, écrivain et avocat », qui suggère que « les magistrats, qui mandatent parfois des experts en psychiatrie ou en construction automobile, fassent appel à des journalistes littéraires ou à des universitaires ». Pour factualiser l’atteinte à la vie privée perpétrée par un romancier, le juge a donc besoin de l’expertise du journaliste littéraire. Ironie de l’histoire ? Peut-être. Car l’article se conclut par ces mots : « On n’est pas sortis de l’auberge ». À son terme, le lecteur qui a découvert les premiers extraits de Belle et bête dans Le Nouvel Observateur puis appris la condamnation de l’hebdomadaire par la justice est ainsi conduit à se poser une question clé : “quand le journaliste littéraire est lui-même accusé, comment doit-on procéder ?”

Un problème moral

29L’enquête que Le Nouvel Observateur a menée sur les rapports entre littérature et droit laisse le Public dans l’expectative. Il lui est en effet difficile de se former une opinion à partir des faits documentés et des différents points de vue exposés, sans doute parce que les questions posées par la publicisation de Belle et bête sont d’ordre éthique, au sens de la recherche potentiellement indécidable, d’un “bien agir” qui n’est pas obligatoire mais souhaitable (cf. Ricœur, 1990). C’est en tout cas ce que laisse entendre Le Nouvel Observateur en plaçant, en cinquième et dernière pièce du procès qu’il instruit, un texte d’Olivier Abel, professeur de philosophie morale à l’Institut protestant de Théologie de Paris. À l’orée de son « éthique du cochon », ce dernier précise en effet que « ce qui nous intrigue dans cette histoire […] n’est pas tellement l’enjeu de savoir si c’est de l’art ou pas […] ou si “L’Obs” s’est fourvoyé avec sa Une, mais plutôt la teneur philosophique et morale des questions soulevées ». On pourrait en conclure qu’en menant sa propre enquête publique sur sa condamnation et en en confiant le dernier mot à un philosophe, Le Nouvel Observateur n’a pas seulement donné à voir un reflet inversé de la controverse en se projetant dans l’espace public comme l’une de ses victimes. Du geste de DSK, qui a saisi le droit pour que justice soit rendue à un cochon, il a aussi voulu en tirer une réflexion morale qu’il invite son lectorat à partager. Dans ce sens, c’est bien à la (re)formation du Public, un Public qu’il a risqué de perdre, qu’œuvre Le Nouvel Observateur. Car ce sont dans les moments de trouble que le Public peut surgir en tant que tel et non plus sous la forme indirecte des institutions, des représentants et des experts qui sont chargés de l’instancier. Comme le disait Lippman, le Public peut rester une abstraction fantomatique tant que ses représentants se chargent de l’invoquer et de l’animer. Mais quand les instances institutionnelles s’enrayent, les énonciateurs collectifs autorisés bredouillent et les experts tâtonnent, certaines affaires publiques deviennent indécidables et rendent nécessaire l’appel au Public comme ultime instance de recours. Et c’est bien à la force instituante de ce Public, qui dépasse les frontières instituées de la littérature, de la presse et du droit, que défère in fine Le Nouvel Observateur (cf. Lippmann, 2008).

Conclusion

  • 23 Donc un Public tel qu’il a été thématisé par John Dewey (2010).

30Où est l’espace public ? À cette question, qu’elle soit sociologique ou politique, l’on peut répondre qu’il est dans les énonciations, les activités de communication et les équipements, notamment médiatiques, qui constituent et maintiennent le Public dont il est le lieu d’apparition. La bonne forme des énonciations publiques, notamment, atteste de l’opérativité tacite de la règle constitutive de l’espace public, « le Public parle au Public en public ». Quand une telle règle paraît être mise à mal, elle donne prise à la critique, comme c’est le cas du traitement médiatique de l’ouvrage de Iacub par Le Nouvel Observateur. Dépliant l’architecture feuilletée propre à l’espace public, une telle controverse montre que la légitimation et la validation des énonciations journalistiques dépendent en dernière instance de la caution du Public – un Public avec lequel Le Nouvel Observateur, accusé de compromissions mercantiles et de “peopolisation” de l’information, tente de se réconcilier alors que ses concurrents critiques, notamment Le Monde, continuent à incarner la vision « citoyenne » de la presse. La controverse révèle ainsi la portée tout à la fois organisée et organisante de la communication publique. Cette dernière est organisée car elle manifeste les positionnements mutuels, largement institués, des énonciateurs collectifs tels que Libération, Le Monde et Le Nouvel Observateur, ainsi que le lien parfois tendu entre les différentes sphères qui se réclament historiquement du Public, à savoir la sphère judiciaire, la sphère littéraire et la sphère médiatique. Dans cette controverse, c’est le Droit qui bat le rappel du Public – un Droit sur lequel s’aligne Le Monde, qui déplore le fait que la régulation morale et professionnelle des journalistes ne suffit plus à empêcher les dérives dont Le Nouvel Observateur s’est rendu coupable. Mais la communication est aussi organisante car elle atteste du pouvoir reconfigurant des prises de parole publiques, en particulier celle du Nouvel Observateur, qui parvient à retisser un lien privilégié avec le Public. Instruisant son propre procès dans l’espace public, Le Nouvel Observateur est en effet parvenu à défaire la version prédominante des événements en rapportant la position qui était la sienne à l’exercice légitime du « journalisme littéraire » et, surtout, en relançant l’enquête démocratique autour d’un problème qui soulève des questions morales, celui des droits de la littérature. Il réinstancie ainsi, dans l’espace social, son statut d’énonciateur du Public mais un Public transmué en une noble communauté d’enquêteurs23.

  • 24 Sur cette notion de figure et d’animation, cf. Cooren (2013).

31Au terme de ce parcours, il nous semble que la définition apparemment tautologique de l’espace public dont nous sommes parties – « le Public parle au Public en public » – a un avantage important. Elle évite d’écraser, sous une normativité a priori, le concept d’espace public et la compréhension de la réalité sociohistorique qu’il vise à saisir. Car si la figure du Public anime24 nécessairement les énonciations publiques, qui contribuent ainsi à le présentifier et à le matérialiser, ses modalités d’instanciation ne sont pas définies a priori : elles sont un enjeu pour les acteurs politiques et médiatiques, individuels ou collectifs, qui s’expriment au nom d’un public et pour un public plus ou moins étendu, plus ou moins idéal. Alors que pour certains, le public peut commencer très vite et très “bas”, dans la foule populaire fascinée par la vie emblématique des “grands singuliers”, pour d’autres, le vrai Public ne peut se loger que dans l’auto-abstraction d’un public de citoyens rationnels. Les différentes déclinaisons du Public prennent ainsi corps dans les voix souvent discordantes qui s’en réclament et font l’objet d’une (re)saisie sensible dans cette organisation étrange, immatérielle et pourtant profondément “agissante” qu’est l’espace public.

Haut de page

Bibliographie

Alvesson Mats & Kärreman Dan, « Varieties of Discourse: On the Study of Organizations through Discourse Analysis », Human Relations, 2000, 53, 9, p. 1125-1149

Amossy Ruth, La présentation de soi. Ethos et identité verbale, Paris, PUF, 2010.

Arendt Hannah, Juger. Sur la philosophie politique de Kant, Paris, Seuil, 1991.

Berrendonner Alain, Eléments de pragmatique linguistique, Paris, Minuit, 1981.

Boltanski Luc, Darré Yann, Schiltz Marie-Ange, « La dénonciation », Actes de la recherche en sciences sociales, 1984, n° 51, p. 3-40.

Boltanski Luc, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009.

Bourdieu Pierre, « La représentation politique. Eléments pour une théorie du champ politique », Actes de la recherche en sciences sociales, 1981, n° 36-37, p. 3-24.

Bovet Alain & Malbois Fabienne, 2011, « (En)jeux du cadre de participation dans la discussion publique médiatisée », dans M. Bürger, R. Micheli & J. Jacquin (sous la dir. de), La parole politique en confrontation dans les médias, Bruxelles, De Boeck, 2011, p. 51-86.

Callon Michel & Latour Bruno, « Le grand Léviathan s’apprivoise-t-il ? », dans M. Akrich & M. Callon (sous la dir. de), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses de l’École des Mines, 2006, p. 11-32.

Champagne Paris, Faire l’opinion. Le nouveau jeu politique, Paris, Minuit, 1990.

Cooren François, Manières de faire parler. Interactions et ventriloquie, Bordeaux, Éditions du bord de l’eau, 2013.

Cooren François, The organizing property of communication, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 2000.

Dewey John, Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard, 2010 [1927].

Garfinkel Harlold, Ethnomethodology’s program. Working out Durkheim’s aphorism, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers, 2002.

Goffman Erving, Façons de parler, Paris, Minuit, 1987 [1981].

Goffman Erving, Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit, 1991 [1974].

Habermas Jürgen, Droit et démocratie. Entre faits et normes, Paris, Gallimard, 1997 [1992].

Habermas Jürgen, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1962 [1992].

Herbst Susan, Reading Public Opinion : How Political Actors View the Democratic Process, Chicago, University of Chicago Press, 1998.

Kaufmann Laurence & Malbois Malbois (2015, à paraître), « “S’éprouver” en public. L’arc affectif de l’indignation dans la controverse « Iacub-DSK », dans A. Rabatel, M. Monte & M. das Graças Soares Rodrigues (sous la dir. de), Comment les médias parlent des émotions. L’affaire Nafissatou Diallo contre Dominique Strauss-Kahn, Limoges, Lambert Lucas, 2015 (à paraître).

Kaufmann Laurence, « La société de déférence. Médias, médiations et communication », Réseaux, 2008, n° 148/149, p. 79-116.

Lefort Claude, Essais sur le politique (xixe-xxe), Paris, Seuil, 1986.

Lemieux Cyril, Mauvaise presse. Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris, Métaillé, 1999.

Linhardt Dominique & Moreau de Bellaing Cédric, « Légitime violence ? Enquêtes sur la réalité de l’État démocratique », Revue française de science politique, 55, 2, p. 269-298.

Lippmann Walter, Le Public fantôme, Paris, Demopolis, 2008 [1925].

Merlin-Kajman Hélène, Public et littérature en France au xviie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1994.

Park Robert, La foule et le public, Paragon, Paris, (2007 [1904]).

Quéré Louis, « Une modernisation conservatrice ? », Réseaux, 2008, n° 148-149, p. 29-46.

Ricœur Paul, « Éthique et morale », Revue de l’Institut catholique de Paris, 1990, n° 34, p. 131-142.

Rosanvallon Pierre, Pour une histoire conceptuelle du politique, Paris, Seuil, 1993.

Ross Philipppe, « Were Producers and Audiences Ever Seperate ? Conceptualizing Media Production a Social Situation », Television and New Media, 2014 [2012], 15, 2, p. 157-174.

Searle R. John, La construction de la réalité sociale, Paris, Gallimard, 1998 [1995].

Servais Christine, « Énonciation journalistique et espace public. Une hégémonie pleine de voix ? », Communication, 2013, 32, 2, URL : http://communication.revues.org/5058.

Stavo-Debauge Joan, « Dé-figurer la communauté ? Hantises et impasses de la pensée (politique) de Jean-Luc Nancy », dans L. Kaufmann & D. Trom (sous la dir. de), Qu’est-ce qu’un collectif ? Du commun à la politique (pp. 137-171), Paris, Éditions EHESS (Raisons Pratiques n° 20), 2010, p. 137-171.

Tarde Gabriel, L’opinion et la foule, Paris, PUF, 1922 [1901].

Taylor R. James & Cooren François, « What Makes Communication “Organizational” ? How the Many Voices of a Collectivity Become the One Voice of an Organization », Journal of Pragmatics, 1997, 27, p. 409-438

Veron Eliséo, « L’analyse du “contrat de lecture”. Une nouvelle méthode pour les études du positionnement des supports de presse », dans Les médias : expériences, recherches actuelles, applications, Paris, IREP, 1985, p. 203-229.

Vion Robert, La communication verbale, Paris, Hachette, 2000.

Haut de page

Notes

1 Tout au long du texte, les guillemets du type « » renvoient à des citations alors que les guillemets du type “ ” renvoient à des expressions personnelles, métaphoriques ou imagées, et ont le statut de ce que les anglo-saxons appellent des « scare quotes ».

2 Sur ces questions, cf. notamment les travaux d’Alvesson & Kärreman (2000), Taylor & Cooren (1997) ou encore Cooren (2000).

3 Sur cette conception de la communication médiatique, cf. Kaufmann (2008).

4 Cf. Merlin-Kajman (1994) ; Habermas (1962 [1992]).

5 Cette notion de méta-destinataire permet de pointer le garant ultime du discours, par exemple la communauté linguistique, la Nation, ou encore ce que Berrendonner (1981) appelle la « On-vérité », c’est-à-dire le « discours de la doxa » ou « l’avis général », qu’il distingue d’un autre méta-énonciateur, « le fantôme de la vérité », c’est-à-dire la réalité factuelle et objective.

6 En soulignant l’importance de la figure du tiers, nous retrouvons donc ici une prémisse partagée par toutes les approches dramaturgiques de l’espace public, que ce soit celle de la figure naturaliste du spectateur goffmanien (Goffman, 1991) ou celle, éminemment politique, du spectateur arendtien (Arendt, 1991). Dans les sciences de la communication et de l’information, une telle prémisse a été remise à l’honneur par Bovet & Malbois (2011) et Ross (2014) notamment.

7 Autrement dit, dans un espace public démocratique, une énonciation « compte comme » une énonciation publique lorsqu’elle satisfait une telle condition. Cette formule en « compte comme » n’est pas anodine ; elle renvoie à ce qui caractérise les faits institutionnels pour le philosophe John R. Searle (1998).

8 Sur les controverses comme révélateurs, cf. notamment Callon & Latour (2006).

9 Sur ces questions d’imaginaire social moderne, cf. Quéré (2008).

10 Comme l’État dont parle Dominique Linhardt ; cf. par exemple Linhardt & Moreau de Bellaing.

11 Bien entendu, toutes les institutions se caractérisent par leur inobservabilité. Comme le rappelle François Cooren (2010, 2013) à la suite de Gilbert Ryle, l’on ne peut observer une institution telle que l’Université ; on peut seulement inférer sa présence à partir des orientations d’action et des inscripteurs qui témoignent de son existence (bâtiments, règlements, etc.). L’espace public est encore moins observable que les autres institutions car il renvoie essentiellement à un type de relation sociale, à des liens de communication, bref à une manière de se rapporter les uns aux autres qui n’est pas confiné dans un espace-temps défini mais au contraire peut être produit hic et nunc dans une interaction ou une énonciation.

12 Sur cette question de la distinction entre l’« animateur », la « machine parlante » qui articule un énoncé et celui qui en est le « responsable » et qui en a donc la propriété intellectuelle, cf. Goffman (1987 : 133-166) ; cf. également Servais (2013).

13 Pour un remarquable développement de la notion de défiguration, cf Stavo-Debauge (2010).

14 Le terme de « référence oblique » est utilisé notamment en philosophie du langage pour marquer le fait que la référence à un état de choses est toujours médiée par un mode de présentation ou de donation particulier du référent ; comme l’exemplifait le célèbre exemple de Frege, le référent « Vénus » peut avoir deux sens, celui de l’étoile du matin ou celui de l’étoile du soir. A plus fortes raisons, le mode de présentation ou de donation d’un référent abstrait comme « le Public » oscille en fonction des contextes d’énonciation qui se dotent, chacun à leur manière, d’un sens particulier du « Public ».

15 Bien entendu, à cet acte structurel d’usurpation et de dépossession se rajoute les asymétries entre ceux qui ont droit à la parole et ceux qui ne l’ont pas, entre ceux « qui ne savent pas parler » et « ceux qui parlent bien » (Bourdieu, 1981). En se réclamant de la force sociale et symbolique du Public, en le faisant parler «un peu à la manière du ventriloque qui prête sa voix à ses marionnettes», ceux qui ont accès à la parole publique font comme si le phénomène-même de la représentation n’était pas un enjeu de pouvoir (cf. Champagne, 1990).

16 Marcela Iacub, Belle et bête, Paris, Stock, 2013.

17 Dans Kaufmann & Malbois (2015, à paraître), nous avons analysé d’autres figures majeures de cette controverse, celle de DSK en particulier, sous l’angle de l’expression publique des émotions.

18 C’est pour rendre compte de l’animation des figures hétérogènes que nous faisons parler mais qui nous font aussi faire que Cooren (2013) mobilise la notion tout à fait intéressante de ventriloquie.

19 Le terme de « modalisation » renvoie à « un ensemble de conventions par lequel une activité donnée, déjà pourvue d’un sens par l’application d’un cadre primaire, se transforme en une autre activité qui prend la première pour modèle mais que les participants considèrent comme sensiblement différente » (Goffman, 1991. 52).

20 Cet « éthos », qui colle à J. Daniel, est réinstancié dans le cas présent dans la première partie de son éditorial, intitulé « Retrouvailles algériennes », qui discute un ouvrage de Pierre Nora sur la guerre d’Algérie, réédité une année plus tôt : Pierre Nora, Les Français d’Algérie, Paris, Christian Bourgeois, 2012 [1961]).

21 Il est tout à fait intéressant de voir que les membres, en l’occurrence les journalistes, parlent eux-mêmes, et de manière très claire, de grammaire – notion que le sociologue Cyril Lemieux a systématisée comme « l’ensemble des règles à suivre pour agir d’une façon suffisamment correcte aux yeux des partenaires de l’action » (Lemieux, 1999 : 110). A la différence toutefois de Lemieux, qui conçoit la « grammaire publique » à la fois comme un régime d’énonciation spécifique à un groupe professionnel, celui des journalistes, et comme une « méta-règle universelle », celle de la « distanciation et des représentations collectives », Joffrin rapporte bien la grammaire journalistique à un régime de véridiction et à une déontologie professionnelle spécifiques. Pour notre part, il nous semble important, de distinguer, à la suite de Robert Park (2007), le Public comme instance de jugement et les journalistes comme groupe professionnel, le deuxième étant la traduction et la représentation, parfois continue, parfois discontinue, du premier. Par ailleurs, si la distanciation et la critique existent dans toute société, elles ont bien été articulées, objectivées et systématisées d’une manière tout à fait inédite dans l’institution historique spécifique que constitue l’espace public démocratique et qui s’est imposée, tout au moins comme idéal normatif, à la fin du xviiie siècle.

22 La foule comme public de bas niveau est une topique récurrente depuis le xixe siècle : la foule se distinguerait de la capacité de raisonnement du public par ses inclinations irrationnelles et instinctuelles. Cf. par exemple Park (2007) et Tarde (1922).

23 Donc un Public tel qu’il a été thématisé par John Dewey (2010).

24 Sur cette notion de figure et d’animation, cf. Cooren (2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Malbois et Laurence Kaufmann, « De l’espace public comme organisation. L’architecture feuilletée des énonciations publiques », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 23 janvier 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1333 ; DOI : 10.4000/rfsic.1333

Haut de page

Auteurs

Fabienne Malbois

Chercheure FNS senior à l’Université de Lausanne, Institut des sciences sociales, Fabienne Malbois mobilise les sociologies interactionnistes et pragmatiques américaines et françaises pour appréhender l’organisation des identités, de genre notamment, dans la communication. (cf. http://www.unil.ch/unisciences/FabienneMalbois). Mail : fabienne.malbois@unil.ch.

Laurence Kaufmann

Professeure de sociologie de la communication et de la culture à l’Institut des sciences sociales de l’Université de Lausanne, et chercheuse associée à l’institut Marcel Mauss de l'EHESS, Laurence Kaufmann recourt à la sociologie, l’histoire, la philosophie et la linguistique pour réfléchir sur l’ontologie des faits sociaux et le statut des concepts sociopolitiques, notamment l’opinion publique. (cf. http://www.unil.ch/unisciences/LaurenceKaufmann). Mail : Laurence.Kaufmann@unil.ch.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page