Navigation – Plan du site
Dossier
3- Usages professionnels de l'information numérique : vers un changement de paradigme ?

Usages professionnels et figures d’usager des médias socionumériques

Jean-Claude Domenget

Résumés

L’essor des médias socionumériques depuis quelques années a donné lieu à de nouveaux usages professionnels des TIC liés à la circulation de l’information. Ces usages participent à la reconfiguration des formes identitaires des professionnels de nombreux secteurs d’activité, notamment ceux de la communication. Cette reconfiguration identitaire conduit à s’intéresser à une nouvelle problématique, située entre sciences de l’information et de la communication et sociologie des groupes professionnels à la française, celle de la construction d’une identité professionnelle numérique. L’analyse proposée dans cet article permet de préciser ce que nous entendons par usages professionnels des médias socionumériques. Elle souligne ensuite les enjeux de la construction d’une identité professionnelle numérique. Elle distingue enfin différentes figures d’usager qui se dessinent, en précisant ce qu’est être un professionnel de la communication à l’ère numérique. À l’arrivée, elle conduit à questionner les normes qui se mettent en place, définissant une identité professionnelle numérique dans les métiers de la communication.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Francis Jauréguiberry et Serge Proulx, Usages et enjeux des technologies de communication, Toulouse (...)
  • 2 Claude Dubar, Pierre Tripier et Valérie Boussard, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, (...)
  • 3 Les professionnels de la visibilité sont des professionnels de la communication et du webmarketing (...)

1Les études d’usages des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans le cadre des entreprises ont conduit à renouveler l’appareil théorique de la 1re topique de la sociologie des usages (passage de problématiques en termes d’appropriation et d’inégalités, à des registres divers d’analyse des usages)1. L’essor des médias socionumériques depuis quelques années a donné lieu à de nouveaux usages professionnels des TIC liés à la circulation de l’information (veille, sélection, diffusion, etc.). Ces usages participent à la reconfiguration des formes identitaires des professionnels de nombreux secteurs d’activité, notamment ceux de la communication. Cette reconfiguration identitaire conduit à s’intéresser à une nouvelle problématique, celle de la construction d’une identité professionnelle numérique. Cette problématique située entre sciences de l’information et de la communication et sociologie des groupes professionnels à la française2, nous amène à traiter une série de questions : que faut-il entendre par usages professionnels des médias socionumériques ? Quels sont les enjeux de la construction d’une identité professionnelle numérique ? Quelles figures d’usager se dessinent ? Pour répondre à cette série de questions, nous proposons dans cet article une réflexion théorique, basée principalement sur la littérature francophone portant sur les approches d’usages et la construction des identités professionnelles. Cette mise au point conceptuelle s’appuie également sur une étude de cas, concernant les usages professionnels et les enjeux de visibilité sur Twitter auprès de professionnels de la visibilité3. Cette étude, intégrant une observation participante entre 2008 et 2011 et la lecture suivie des productions éditoriales des professionnels, a conduit à la réalisation de 27 entretiens compréhensifs au cours des mois de mars et avril 2011. La population étudiée comprenait 6 femmes et 21 hommes, âgés de 24 à 52 ans, avec une grande majorité de trentenaires ; travaillant dans le domaine de la communication web ou du webmarketing et occupant des postes de chefs d’entreprise, d’indépendants, de salariés ou étant en phase de reconversion. Le matériau empirique ainsi constitué a donné lieu à un encodage des interviews à la lumière des interrogations et des concepts théoriques déjà formalisés, afin de dégager des pistes d’interprétation voire de nouveaux concepts (suivant une approche de théorie enracinée). Dans cet article, ce matériau empirique permet de renforcer la mise au point conceptuelle portant sur les notions et les concepts d’usages professionnels, d’identités professionnelles, de figures d’usagers ou encore de professionnels de la communication. Ainsi, dans un premier point, nous préciserons ce que nous entendons par usages professionnels des médias socionumériques, en partant des études d’usages et de la prise en compte notamment des significations sociales pour les usagers. Dans un second point, nous nous interrogerons sur les enjeux de la construction d’une identité professionnelle numérique, en analysant le processus actuel de reconfiguration des identités professionnelles qui s’appuie en partie sur les usages professionnels des médias socionumériques. Un troisième point permettra de distinguer les figures d’usager principales qui se dessinent, en précisant ce qu’est être un professionnel de la communication à l’ère numérique. La conclusion nous conduira à questionner les normes qui se mettent en place, définissant une identité professionnelle numérique dans les métiers de la communication.

Usages professionnels des médias socionumériques

2Les usages professionnels des médias socionumériques font l’objet d’un ensemble d’études et de discours qui s’intéressent aux évolutions des activités liées au travail et aux changements organisationnels induits. Il reste néanmoins nécessaire de préciser ce qui est entendu par usages professionnels des médias socionumériques et de s’appuyer sur les approches d’usages mettant l’accent sur la prise en compte des significations sociales pour les usagers afin de mieux comprendre comment les usages professionnels des médias socionumériques participent d’une reconfiguration des identités professionnelles dans un secteur donné, celui des professionnels de la communication.

  • 4 Voir les deux vagues d’enquête de l’observatoire Cegos portant sur les « usages et impacts des rése (...)

3Dans les études d’instituts de sondages ou de formations professionnelles, l’analyse des usages professionnels des médias socionumériques renvoie généralement à l’adoption, à l’utilisation et beaucoup moins souvent à l’appropriation des médias socionumériques au cours des activités liées au travail ou de manière plus restreinte à l’utilisation des dispositifs qui seraient dédiés à un « usage professionnel », communément désignés par le vocable de « réseaux sociaux professionnels », parmi lesquels nous retrouvons Linkedin et Viadéo. Il s’agit alors de montrer à la fois l’ampleur mais aussi les limites du phénomène. Ainsi, deux vagues d’enquête sur les « usages et impacts des réseaux sociaux et du digital dans les entreprises », datant de janvier 2012 et octobre 2014 et effectuées par l’observatoire Cegos4, relèvent une différenciation d’adoption forte selon les catégories professionnelles – les cadres utilisant plus les « réseaux sociaux » à titre professionnel – une disparité d’usages à titre professionnel – réseautage, veille professionnelle, échange avec des collègues, recherche d’emploi, attentes de reconnaissance professionnelle, etc. – et un « impact positif » sur différentes dimensions de leur travail – accès à l’information, relations avec les collègues, efficacité professionnelle, etc. Si ce type d’étude éclaire les évolutions de certaines activités et tâches professionnelles, il reste enclin à proposer une vision marquée par le déterminisme technique, en abordant les usages de ces dispositifs en termes d’impact, et à réduire les approches d’usages à une utilisation ou non de tels ou tels objets ou services, à une modification ou non de telles ou telles activités.

  • 5 Il s’agissait principalement du Web, d’Intranets, de messageries électroniques et de progiciels de (...)
  • 6 Pierre-Jean Benghozi, Patrice Flichy et Alain D’Iribarne, « Le développement des NTIC dans les entr (...)

4Pourtant, bien avant l’essor des médias socionumériques, les recherches universitaires, sur ce qui était désigné comme les usages des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC)5 dans le cadre de l’entreprise, ont connu un grand intérêt, notamment lors de leur introduction massive dans les années 1990. En 2000, le numéro de Réseaux, portant sur le développement des NTIC dans les entreprises françaises, a souligné outre la diversité des modes de déploiement et d’appropriation de ces systèmes, les conséquences de cette diffusion sur les métiers, les compétences et l’organisation. « Dans la mesure où l’informatique de réseau devient l’outil de travail principal de bien des salariés, elle devient l’un des facteurs de la recomposition des métiers et des compétences et plus largement des organisations »6. Néanmoins, si ces études ont porté sur les transformations des formes organisationnelles, les rapports sociaux au sein de l’entreprise et ont pu aborder la thématique des identités professionnelles, à travers la réorganisation du travail, l’individualisation des tâches, la recomposition des métiers et des compétences, elles n’ont pas pour autant traité des formes identitaires liées à ces usages, ce qui nous amène à préciser comment nous appréhendons la notion d’usages professionnels des médias socionumériques.

5Par usages professionnels des médias socionumériques, nous entendons des usages de dispositifs d’information et de communication permettant de réaliser des activités liées au travail et répondant à des significations sociales participant à la définition d’une identité professionnelle. Nous concevons donc le concept d’usage dans un sens fort, à la fois utilisation de dispositifs permettant la réalisation d’activités liées au travail (veille, réseautage, auto-formation, maintien d’une employabilité, etc.) et représentations intégrant les significations sociales qui définissent l’activité (acquisition d’un statut, attente de reconnaissance comme étant un professionnel voire un expert, etc.). En effet, les approches d’usages, principalement les travaux liés à l’accompagnement de l’innovation, ont mis l’accent sur les significations sociales, le sens que l’usage prend dans le quotidien des usagers, notamment sous son aspect normatif, afin de saisir de manière approfondie les usages des dispositifs d’information et de communication. Tenir compte des significations sociales est d’autant plus important que l’identité professionnelle, au sens de Dubar, Tripier et Boussard, est une identité à la fois narrative et réflexive. Autrement dit, la dimension professionnelle ou personnelle dépend essentiellement de la manière dont l’individu conçoit et qualifie son activité.

  • 7 Francis Jauréguiberry et Serge Proulx, op. cit., p. 84-97.

6Rappelons également que le manque de ressources théoriques pour analyser les situations et les pratiques d’usage repérées dans les entreprises et les situations contraintes par l’organisation du travail a fait éclater la cohérence et l’accord d’une 1re tradition de recherches sur les usages, centrée sur les problématiques en termes d’appropriation et d’inégalités. Dans une 2e topique, les différents niveaux d’analyse des études d’usages, distingués par Francis Jauréguiberry et Serge Proulx7, permettent de mieux saisir les usages professionnels des médias socionumériques que nous analysons à travers le cas de Twitter.

    • 8 Jean-Claude Domenget, « La visibilité sur Twitter : un enjeu professionnel », dans Pélissier Nicola (...)

    Le 1er niveau d’analyse (approche centrée sur l’interaction dialogique entre l’utilisateur et le dispositif technique) nous intéresse en ce qu’il existe une inscription des modèles de relations entre les usagers dans le design même des dispositifs. Ainsi pour Twitter, l’absence de réciprocité obligatoire des abonnements conduit à des relations souvent asymétriques8.

    • 9 Guillaume Latzko-Toth, « La contribution des usagers au développement des médias numériques », dans (...)
    • 10 L’API de Twitter étant à l’origine ouverte, de nombreuses fonctionnalités marquantes de ce disposit (...)

    Le 2e niveau d’analyse (approche centrée sur la coordination entre l’usager et le concepteur du dispositif) met l’accent sur l’enchevêtrement entre les rôles de concepteurs et d’usagers dans la co-construction de dispositifs instables par conception9. Le cas de Twitter est emblématique de l’instabilité, de l’inachèvement de ces dispositifs dont le développement est marqué par l’importance de la contribution des usagers10.

  • Le 3e niveau d’analyse (l’usage situé dans un contexte de pratiques quotidiennes) oriente la réflexion vers la prise en compte des significations d’usage et de l’expérience des usagers. Dans le cas de Twitter, les usages professionnels s’inscrivent dans le processus de construction d’une identité professionnelle numérique, marquée par des enjeux de visibilité, d’employabilité et de reconnaissance d’une expertise au sein de collectifs en ligne qui se forment.

  • Le 4e niveau d’analyse (l’objet technique prescripteur de normes politiques et morales) porte sur les dimensions politiques et morales ainsi que les rapports sociaux de pouvoir, inscrits dans le design de l’objet technique. Le design de Twitter entraîne l’adhésion à une rationalité instrumentale privilégiant l’efficacité à la construction de relations. De même, le système d’abonnement prescrit la fabrication de formes d’autorité au sein des collectifs qui se dessinent.

  • Le 5e niveau d’analyse (les formes socio-historiques de l’usage) vise à dégager une « généalogie des usages » et à intégrer une approche critique rappelant que l’introduction des TIC peut constituer un enjeu de pouvoir au moment de leur introduction dans un contexte social et organisationnel donné. Entre usages professionnels des forums, des blogs et de Twitter les liens sont nombreux, notamment dans l’affichage d’une expertise et la fabrication de formes d’autorité.

  • 11 Valérie Larroche, « La reconnaissance de l’épaisseur temporel du soi professionnel dans les réseaux (...)
  • 12 Dawn R. Gilpin, Working the Twittersphere. Microblogging as professional identity construction”. I (...)
  • 13 Lina Zakhour, « Open space numérique, mise en scène continue. Facebook ou la professionnalisation d (...)

7Ces niveaux d’analyse des usages permettent également de comprendre que les usages professionnels peuvent se déployer dans l’ensemble des médias socionumériques. En effet, si nous entendons à la suite de Thomas Stenger et Alexandre Coutant que les médias socionumériques sont « des services Internet : 1. dont le contenu est très largement produit par les internautes utilisateurs (principe UGC : user generated content), 2. qui regroupent des configurations sociotechniques très variées en termes de dynamique de participation (par intérêt, par amitié) et de visibilité (nature et finalité des données publiées en ligne) » et qu’ils doivent donc être distingués selon le type d’activité et de mise en visibilité qu’ils proposent, les usages professionnels peuvent être développés dans chacun des espaces distingués. Certains dispositifs, les réseaux socionumériques professionnels, semblent être dédiés aux usages professionnels puisque les moteurs de la participation sont le réseautage, l’affichage de ses compétences et les échanges dans un but de rencontres professionnelles11. D’autres, tel que Twitter, sont des espaces de partage de contenus autour de centres d’intérêt qui ont donné lieu à un renouvellement des usages de veille et de visibilité12. Même Facebook, pourtant dispositif emblématique des réseaux socionumériques, dont les moteurs de participation sont majoritairement des activités prétextes, menant à « traîner ensemble » avec ses « amis », peut conduire à travers une mise en scène de soi continue, à une « professionnalisation de soi »13. Ainsi, si tous les médias socionumériques n’ont pas pour vocation de favoriser des usages professionnels, chacun d’entre eux peut être un espace de développement de tels usages, lesquels participent à la construction d’une identité professionnelle numérique.

La construction d’une identité professionnelle numérique

  • 14 Nicole Aubert et Claudine Haroche, Les tyrannies de la visibilité. Être visible pour exister ?, Tou (...)
  • 15 Claude Dubar, La crise des identités. L’interprétation d’une mutation, Paris, PUF, « Le lien social (...)

8À l’instar de l’impératif de visibilité14 qui est devenu une norme dans de nombreuses sphères sociales, il semble aujourd’hui que les professionnels de la communication doivent se construire une identité professionnelle numérique. Cette obligation de se créer une identité professionnelle numérique si l’individu veut être reconnu aujourd’hui comme un professionnel de la communication relève d’une « crise des identités »15 qui n’est ni nouvelle, ni liée à la généralisation des TIC dans les activités liées au travail. Par « crise », il faut entendre à la suite de Claude Dubar une reconfiguration des identités professionnelles, individuelles et collectives, un processus de mutation au sein duquel nous nous intéressons particulièrement aux modifications apportées par les usages professionnels des médias socionumériques. Ainsi, l’objectif de ce point est d’analyser comment les usages professionnels des médias socionumériques, à travers notamment les nouvelles pratiques liées à la veille et à la diffusion continue d’information contribuent à la reconfiguration des identités professionnelles, en prenant le cas des professionnels de la communication, pour montrer qu’aux évolutions sociologiques du système de travail basées sur une autonomisation et des activités en réseau viennent s’ajouter des impératifs de visibilité et d’affichage d’une expertise dans les médias socionumériques, lesquels nécessitent une phase d’appropriation.

  • 16 Ibid., p. 95.

9La construction d’une identité professionnelle numérique est entendue comme l’actuelle reconfiguration des formes identitaires de l’individu liées aux activités de travail, dans le contexte de généralisation des usages professionnels des médias socionumériques. Pour Dubar, « les identités professionnelles sont des manières socialement reconnues, pour les individus, de s’identifier les uns les autres, dans le champ du travail et de l’emploi »16Produites autrefois par les institutions, les identités professionnelles tendent désormais à être bricolées par les individus, en fonction de leurs trajectoires biographiques personnelles. Comme le stipule ce chercheur, l’identité professionnelle d’un individu est une manière de se situer dans le champ professionnel et, au-delà, dans la vie sociale. Elle continue à influencer toute l’existence hors travail, même si elle est de plus en plus soumise à l’incertitude. À travers l’analyse de la reconfiguration des identités professionnelles, il s’agit de comprendre les formes identitaires qui renvoient à des visions de soi et des autres, de soi par les autres mais aussi des autres par soi : des catégorisations « subies » (identités pour autrui) et des identifications « construites » (identités pour soi). Autrement dit, il s’agit de s’intéresser aux formes identitaires des professionnels de la communication, telles qu’elles ont été identifiées par et pour les partenaires de travail, par et pour l’individu.

  • 17 Patrice Flichy, « Lindividualisme connecté entre la technique numérique et la société », Réseaux, 2 (...)
  • 18 Ibid., p. 36-46.

10Cette reconfiguration des formes identitaires des professionnels de la communication s’inscrit particulièrement dans une évolution sociologique du système de travail aujourd’hui bien connue, à la fois d’autonomisation et aussi d’activités en réseau, analysée à travers les concepts d’individualisme en réseau ou d’individualisme connecté17. Ces analyses soulignent que les technologies numériques ont incorporé dans leur cadre d’usage deux caractéristiques majeures de la société contemporaine : l’autonomie et le fonctionnement en réseau, performant les usages naissants de ces technologies. Comme l’analyse Patrice Flichy, ces outils contribuent aux définitions identitaires des individus, à l’élaboration de leurs réseaux de relations, fournissant des ressources aux individus pour développer leur individualisme connecté18.

  • 19 Zizi A. Papacharissi, A Networked Self. Identity, Community and Culture on Social Network Sites, Lo (...)
  • 20 D. R. Gilpin, op. cit.

11L’analyse de la reconfiguration des formes identitaires dans les activités de travail passe notamment par la prise en compte de l’importance des interactions dans la construction identitaire19. Dans les médias socionumériques, la dimension publique des interactions et plus précisément les relations aux publics imaginés et réels participent grandement aux formes identitaires qui se construisent. Pour Zizi A. Papacharissi, les usagers vont ajuster leurs comportements de manière à les rendre appropriés dans différents situations et auprès de différents publics. S’appuyant sur les travaux de cette dernière, Dawn R. Gilpin souligne que l’interaction joue un rôle particulièrement important dans la construction identitaire sur Twitter20. Les usagers tirent des conclusions fondées sur le contenu des messages autant que sur les indications de destinataires de ces messages. En fait, en s’intéressant à la dimension publique des interactions dans ces dispositifs, il s’agit de souligner que les identités professionnelles numériques sont construites grâce à une combinaison entre formes de présentation de soi et construction de liens, caractéristiques des types d’activités et des formes de visibilité développées dans les médias socionumériques.

  • 21 Yanita Andonova et Béatrice Vacher, « Nouvelles formes de visibilité des individus en entreprise : (...)
  • 22 Jean-Claude Domenget, 2013, op. cit.
  • 23 Valérie Larroche, op. cit.

12À ces changements identitaires traduisant les évolutions sociologiques du système du travail viennent s’ajouter des impératifs de visibilité et d’affichage d’une expertise, particulièrement saillant dans le cas d’usages professionnels des médias socionumériques. Yanita Andonova et Béatrice Vacher ont coordonné un numéro de Communication & Organisation portant sur les nouvelles formes de visibilité des individus en entreprise. Interrogeant la quête de visibilité externe et ses conséquences en interne, ces deux chercheuses ont surtout questionné les rapports entre la visibilité et le manque de reconnaissance professionnelle. « Nous constatons que les individus cherchent des moyens pour reconstruire une reconnaissance entre eux, souvent à l’aide des dispositifs numériques s’ils ne l’obtiennent pas explicitement par l’entreprise »21. En effet, nous avons précédemment souligné que l’enjeu professionnel de cette visibilité en quête de reconnaissance professionnelle est d’autant plus fort que la visibilité est inscrite dans le design d’un média socionumérique comme Twitter, expliquant en partie le succès de ce dispositif auprès des professionnels de la communication et participant de la définition de leur identité professionnelle22. Les médias socionumériques renouvellent les logiques de la publicité qui passent par des systèmes de recommandation, articulés aux pratiques des usagers. Une nouvelle forme de visibilité a émergé que Valérie Larroche qualifie de « visibilité situative »23, cette notion soulignant la dimension incertaine, provisoire mais aussi calculée des formes identitaires professionnelles particulièrement pour les professionnels de la communication.

  • 24 Claude Dubar, Pierre Tripier et Valérie Boussard, op. cit., p. 202.

13Complémentaire de cet impératif de visibilité, l’affichage d’une expertise semble occuper une place privilégiée dans la construction des identités professionnelles numériques. Se confondant avec la quête d’être reconnu comme un professionnel dans des situations professionnelles nouvelles, ambivalentes, incertaines, l’affichage d’une expertise répond bien à la dimension à la fois narrative et réflexive des formes identitaires actuelles. Comme l’ont analysé Dubar, Tripier et Boussard dans le cas de professions dites indépendantes, se considérer comme experts, c’est dire « posséder des compétences spécifiques, des habiletés particulières qui justifient leur qualité de « professionnel » et donc leur réussite auprès de la clientèle »24. Cette forme d’expertise passe nécessairement par une maîtrise technique des dispositifs dans lesquels elle s’affirme. Dans cet article, nous souhaitons l’analyser à deux niveaux, celui des nouveaux enjeux liés à la diffusion continue d’informations et celui de la dimension calculée des formes identitaires numériques.

  • 25 Olivier Desbiey, « La veille technologique à l’ère des médias sociaux : content de ce que génèrent (...)

14Les usages professionnels des médias socionumériques renouvellent les pratiques de veille et renforcent sa dimension stratégique. Pour les professionnels de la communication, la veille qui pouvait faire partie intégrante des tâches liées à certains métiers est devenue un impératif. Elle répond à l’instabilité, aux changements fréquents, aux annonces inattendues, aux actualités qui rythment ces professions. Avec Twitter notamment, la veille et le partage de celle-ci ont profondément été renouvelés25. Il s’agit à la fois de partager une information en l’enrichissant si possible d’un commentaire mais aussi de bénéficier des retours des abonnés. L’objectif est d’être reconnu comme une source d’information fiable, en proposant une sorte de « revue de presse », dimension participant à l’acquisition d’une position d’expert. Dans le terrain évoqué sur Twitter, un professionnel du référencement explique ainsi :

J’ai une centaine de recherches qui tournent en permanence que j’ai toujours eu car c’est le métier qui veut ça. Tu surveilles ça. Des sites en anglais qui parlent de SEO, des forums, les blogs officiels des moteurs. À partir du moment où tu passes sur ces sites-là régulièrement, tu as largement de quoi alimenter un Twitter. […] Ce que je fais là, je pourrais le faire sur un outil de bookmark social, type Delicious, à la différence que tu n’as pas cet aspect feedback social et chronologique. Sur Twitter, j’essaie toujours de mettre l’info et un commentaire. J’essaie de piquer un peu… Tu as des retours, des commentaires super intéressants en fait. Le retour t’enrichit dans ta réflexion (François).

  • 26 Jean-Claude Domenget, 2014, op. cit.

15La nécessaire appropriation des dimensions techniques des dispositifs se retrouve également dans la dimension calculée des identités professionnelles numériques. Cette dimension calculée performe les usages professionnels en conduisant à rendre dominant un modèle marqué par une présence continue en ligne, un partage régulier des informations et une limite des possibilités de déconnexion. Soumis à la nécessité impérieuse d’une présence visible en ligne, notamment en termes de reconnaissance d’expertise, d’e-réputation et d’employabilité, les professionnels de la communication vont jouer dans un entre-deux, entre désir de déconnexion et connexion ininterrompue26.

16En précisant plusieurs dimensions des formes identitaires professionnelles à l’ère numérique et en soulignant certains enjeux de la construction d’une identité professionnelle numérique, nous avons voulu montrer qu’aux évolutions sociologiques du système de travail basées sur une autonomisation et des activités en réseau sont venus s’ajouter des impératifs de visibilité et d’affichage d’une expertise dans les médias socionumériques, lesquels nécessitent une phase d’appropriation. Ainsi, de ces usages professionnels des médias socionumériques émergent de nouvelles figures d’usager.

Les figures de l’usager professionnel

17Nous souhaitons analyser dans ce dernier point ce que signifie être un professionnel de la communication à l’ère numérique. Nous constaterons que parmi les multiples figures d’usager qui coexistent la figure de l’expert prévaut, se confondant avec la désignation d’être un professionnel de la communication.

  • 27 Jean-Claude Domenget, « Les figures de l’usager de Twitter », dans Morelli Pierre, Pignard-Cheynel (...)
  • 28 Serge Proulx, « Enjeux et paradoxes d’une culture de la contribution », dans Proulx Serge, José Lui (...)
  • 29 Françoise Paquienséguy, « L’usager et le consommateur à l’ère numérique », dans Vidal Geneviève (so (...)

18Dans cette visée de repérer les figures d’usager qui se dessinent à travers les usages professionnels des médias socionumériques et les nouveaux enjeux de la construction d’une identité professionnelle numérique, nous avons distingué quatre figures d’usager de Twitter : twitto, consommateur, abonné, expert, selon les instances qui en sont à l’origine (les médias de masse, les chercheurs, la plateforme, les usagers eux-mêmes) et les principes de méthode de construction de ces figures (lien social, contribution, représentativité, opinion)27. Les médias de masse continuent à jouer leur rôle de lien social, en intégrant la figure du twitto à celle du témoin, bien connue dans la sphère journalistique. Ils mettent en avant un usager, réagissant sous la forme d’une notification d’humeur à un fait d’actualité politique, sociétal, médiatique, etc. et renvoyant à Twitter en tant que média de diffusion d’informations en temps réel. Cette figure du twitto n’a aucune ambition de représentation de la complexité des usages de Twitter. De leur côté, les chercheurs construisent une figure d’usager de Twitter proche d’un consommateur/contributeur qui relève du principe de la contribution, correspondant à la vision d’un usager actif. L’usager à l’ère numérique est recentré sur la figure du consommateur (qu’il soit nommé produser, prosumer ou contributeur, etc.), interrogeant la puissance d’agir d’une « culture de la contribution » face à l’emprise d’un capitalisme informationnel28 et marquant la prise en compte de la consommation comme expérience et l’expérience comme usage29. Cette figure construite par les chercheurs semble être assez éloignée de celle promue par la plateforme avec la notion d’abonné, en lien avec le principe de la représentativité et les systèmes de mesure d’audience et de recommandation qui prescrivent les usages de Twitter. Cette figure de l’abonné évoque un service notamment de veille proposé par les comptes, la possibilité inscrite dans l’architecture technique de Twitter de s’inscrire à un compte sans réciprocité ou encore la construction d’un réseau social via le dispositif. Reste les usagers eux-mêmes.

  • 30 La série de verbatims qui illustrent ce point est tirée du terrain évoqué sur Twitter.
  • 31 Nathalie Heinich, De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique. Paris, Éditions (...)
  • 32 Vincent Lambert et Vanessa Landaverde, « Twitter, outil de curation sociale », dans Pélissier Nicol (...)
  • 33 Ibid., p. 70.

19Les usagers professionnels se réfèrent principalement à la figure de l’expert. Cette figure de l’expert relève d’un principe d’opinion au sein d’un collectif d’usagers « parce qu’on lui reconnaît une certaine autorité » (Guillaume)3031 lié à son statut de micro-célébrité. Précisant la figure de l’expert, les usagers ont évoqué également la figure du curateur et d’une manière distanciée celle de l’influenceur. La figure du curateur renvoie à la curation de contenus au cours de laquelle l’information est triée, mise en mémoire et placée à la croisée d’autres informations jugées pertinentes par le curateur dans le but d’encourager la réflexion et de porter à l’action32. Dans leur recherche sur la curation sociale avec Twitter, Vincent Lambert et Vanessa Landaverde relèvent un équilibre des représentations des professionnels se considérant soit comme curateurs soit comme experts. Leur parcours vers la curation de contenus provient de leur domaine d’activité (universitaire, documentaliste, journalistique, webmarketeur, etc.) ou d’usages antérieurs (activités de publication dans un blog, usages d’outils périphériques à Twitter : Scoop.it, Pearltrees, Paper.li, usages d’outils de bookmarking ou encore usages d’outils professionnels spécifiques). En fait, si la majorité se conçoit dans un rôle de filtre humain d’information, la volonté de « rendre accessibles et pérennes des informations grises ; agréger une plus-value relative aux intérêts partagés ; porter sa thématique dans une discussion constructive et agissante »33 se rapporte à des formes d’expertise. Quant à la figure de l’influenceur, elle correspond à un idéal de viralité et d’influence. Les usagers professionnels l’évoquent pour mieux s’en distancier.

Influenceur sur Twitter ? Oh la la… je n’aime pas ce terme consacré… mais la personne n’a pas d’influence sur les gens. C’est plutôt la reconnaissance des autres qui fait de lui un influenceur. Au final, qui est influencé ? Pour moi, c’est juste une personne un peu plus visible au sein d’une communauté […]. Les stars d’Internet, de tout petit microcosme, j’ai un gros doute (Nicolas).

  • 34 Claude Dubar, Pierre Tripier et Valérie Boussard, op. cit., p. 316.

20Ayant précisé la figure de l’expert en la complétant par celle de curateur et en la distinguant de celle d’influenceur, une autre manière de procéder est de la comparer avec la figure du professionnel or être un professionnel de la communication se confond aujourd’hui avec la reconnaissance d’être un expert. Cette confusion entre professionnel et expert tient lieu d’un ensemble de discours et de représentations. Elle relève surtout de ce processus que Jean-Yves Trépos a qualifié de « devenir-expert » pour traduire l’idée selon laquelle l’analyse de la construction d’une position d’expertise ne peut éviter l’examen des processus de professionnalisation. Comme l’analyse Dubar, Tripier et Boussard la professionnalisation peut être analysée comme une confrontation permanente de conceptions diverses du travail et de définitions du « vrai » professionnel. « La professionnalisation serait un "processus dialectique" impliquant d’une part les travailleurs concernés, soucieux de faire reconnaître leur professionnalité, et d’autre part un ensemble d’autres acteurs (hiérarchies intermédiaires, employeurs, usagers, travailleurs concurrents, etc.) qui expriment ou imposent d’autres exigences de professionnalisme »34.

  • 35 Jean-Luc Michel, Les professions de la communication. Fonctions et métiers, Paris, Ellipses, 2008, (...)

21Ces revendications de professionnalité des individus conduisent à considérer qu’être un professionnel de la communication à l’ère numérique passe également par la réalisation de nouvelles tâches, caractérisant plus ou moins de nouveaux métiers. Dans son analyse des professions de la communication, Jean-Luc Michel35 avait souligné que si les professionnels de la communication possèdent une identité professionnelle forte, elle reste fragmentée, en raison d’un renouvellement permanent des responsabilités, d’une porosité des fonctions, d’une rotation des personnels, etc. En suivant sa méthode et en partant de différentes tâches, en les combinant en fonction, il est possible de construire des représentations dynamiques des métiers pour définir des métiers émergents tel celui des gestionnaires de communautés. Afin de préciser notre analyse à partir du cas des usages professionnels de Twitter, nous concentrons notre réflexion sur les tâches liées au traitement de l’information. Trois tâches ont été profondément renouvelées.

22La sélection de l’information, en lien avec le travail de veille évoqué précédemment, nécessite la mise en place d’un ensemble d’outils (agrégateurs de flux RSS, systèmes d’alerte, outils de filtrage de comptes Twitter, etc.). « Suivi par flux de la liste mais surtout par des mots-clefs avec recherche avancée de Twitter ou Yahoo ! Pipes qui génère des flux très précis (en français, pas de RT, pas de liens, etc.) » (René). Il s’agit de faire preuve de compétences techniques afin de filtrer les nombreuses sources pertinentes sur un sujet.

23À cette tâche de sélection, s’ajoute ensuite une tâche de mise en circulation de l’information. Les professionnels de la communication vont surtout mettre à profit la connaissance de leur public afin de rédiger leurs messages, l’enrichir de liens, choisir le moment idéal de sa diffusion, etc.

Il y a des heures pour tweeter. Ça retweete quant même le lundi matin et le vendredi soir. Souvent en fin de journée aussi sous les coups de 17 h. Ensuite, sacré différence. […] Elle, elle tweete très tôt le matin et échanges très matinaux. […] Moi ça ne sert à rien que je m’excite avant 9 h (Cécile).

24Enfin, une dernière tâche consiste à afficher son expertise en proposant une analyse de l’information partagée.

  1. Tu montres que tu te tiens au courant de ce qui se fait, que tu utilises les outils de manière assez pointu.

  2. Quand tu fais des commentaires intéressants, que tu mets l’actualité en perspective, tu émets déjà un avis et tu montres là vraiment de l’expertise (François).

25Sans oublier que selon le type d’information et le média socionumérique considérés, l’analyse ne prendra pas la même forme. Le professionnel de la communication doit ici s’adapter aux logiques de participation dominantes sur les plateformes.

Conclusion

26L’analyse proposée dans cet article des usages professionnels et des figures d’usager des médias socionumériques répondait à trois objectifs. Détailler les niveaux d’analyse des usages nous a permis de mieux comprendre comment les usages professionnels des médias socionumériques participent d’une reconfiguration des identités professionnelles dans un secteur donné, celui des professionnels de la communication. Réfléchir aux modalités de construction d’une identité professionnelle numérique, en analysant comment les usages professionnels des médias socionumériques, à travers notamment les nouveaux enjeux liés à la veille et la diffusion continue d’information, contribuent à la reconfiguration des identités professionnelles des professionnels de la communication, nous a conduits à montrer qu’aux évolutions sociologiques du système de travail basées sur une autonomisation et des activités en réseau viennent s’ajouter des impératifs de visibilité et d’affichage d’une expertise dans les médias socionumériques, lesquels nécessitent une phase d’ appropriation. Analyser les figures d’usager qui se dessinent, en caractérisant la figure de l’expert par la maîtrise de la sélection, de la diffusion et de l’analyse de l’information, nous a amenés à préciser ce qu’est un professionnel de la communication à l’ère numérique.

27Reste à réfléchir aux dimensions normatives de la construction d’une identité professionnelle dans les métiers de la communication à l’ère numérique. Face au modèle d’un individualisme en réseau ou connecté et vu le processus d’autonomisation dans les groupes professionnels, il semble aujourd’hui difficile de construire une identité professionnelle hors présence personnelle, c’est-à-dire en son nom, dans les médias socionumériques. Il s’agit également de ne pas omettre de se pencher sur le rôle joué par de tels dispositifs sociotechniques d’information et de communication dans la construction et la reconnaissance d’une forme particulière de l’identité professionnelle. En effet, d’un point de vue professionnel, la mise en visibilité des compétences par une présence continue en ligne est inscrite dans le cadre d’usage, au sens de Flichy, des médias socionumériques. Autrement dit, le cadre d’usage des médias socionumériques, dans une logique de construction d’une identité professionnelle, performe le modèle de l’individualisme en réseau ou connecté. Ne pas l’accepter, c’est soit prendre le risque de n’être pas reconnu professionnellement, de ne pas exister professionnellement, soit pouvoir bénéficier d’une reconnaissance antérieure. Un professionnel peut bien évidemment s’appuyer sur d’autres formes identitaires construites sur des dispositifs antérieurs, du type blogs, forums, listes de diffusion ou hors ligne. Le processus de construction d’une identité professionnelle numérique conduisant à une forme d’expertise se révèle donc être clairement inégalitaire entre les individus.

28L’existence même d’une identité professionnelle numérique, distincte de l’identité professionnelle d’un individu ou d’un groupe fait débat. Une série de questions se pose alors autour de la cohérence identitaire, de la place de la présence sur telle ou telle plateforme, de la pérennité d’une position d’expert au sein d’un collectif donné mais aussi de la marge de manœuvre laissée aux usagers pour définir d’autres cadres d’usage. Faut-il utiliser des outils « plus libres » ou faut-il « fermer » ses comptes pour échanger dans des groupes plus restreints ? Si ces usages existent et ne doivent pas être négligés, la quête d’audience ou de visibilité conduit à respecter les nouvelles normes de construction d’une identité professionnelle numérique. Ces normes qui se mettent actuellement en place nécessitent de s’interroger sur de nombreux enjeux liés à la reconnaissance et à la légitimité des professionnels à titre individuel et collectif : régulation, fermeture du marché, reconnaissance institutionnelle, hiérarchisation au sein du groupe, relations aux clients, relations aux publics, etc.

Haut de page

Bibliographie

Andonova Yanita, Vacher Béatrice, « Nouvelles formes de visibilité des individus en entreprise : technologie et temporalité », Communication & Organisation, 2013, n° 44, p. 5-13.

Aubert Nicole, Haroche Claudine, Les tyrannies de la visibilité. Être visible pour exister ?, Toulouse, Éditions Érès, 2011, 355 p.

Benghozi Pierre-Jean, Flichy Patrice, D’Iribarne Alain, « Le développement des NTIC dans les entreprises françaises. Premiers constats », Réseaux, 2000, vol. 18, n° 104, p. 31-57.

Desbiey Olivier, « La veille technologique à l’ère des médias sociaux : content de ce que génèrent les utilisateurs. Le cas Twitter », Hermès, 2011, n° 59, p. 145-147.

Domenget Jean-Claude, « Les figures de l’usager de Twitter », dans Morelli Pierre, Pignard-Cheynel Nathalie, Baltazart Didier (sous la dir. de), Public et TIC : confrontations conceptuelles et recherches empiriques, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, (à paraître).

Domenget Jean-Claude, « Formes de déconnexion volontaire et temporalités de Twitter », Réseaux, 2014/4, n° 186, p. 77-103.

Domenget Jean-Claude, « La visibilité sur Twitter : un enjeu professionnel », dans Pélissier Nicolas, Gallezot Gabriel (sous la dir. de), Twitter. Un monde en tout petit ?, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 179-194.

Dubar Claude, La crise des identités. L’interprétation d’une mutation, Paris, PUF, « Le lien social », 4e édition, 2010, 239 p.

Dubar Claude, Tripier Pierre, Boussard Valérie, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, 3e édition, 2011, 376 p.

Flichy Patrice, « Lindividualisme connecté entre la technique numérique et la société », Réseaux, 2004/2, n° 124, p. 17-51.

Gilpin Dawn R., “Working the Twittersphere. Microblogging as professional identity construction”. In Papacharissi Zizi (Ed.). The Networked Self: Identity, Community and Culture on Social Network Sites, New York, Routledge, pp. 232-250.[En ligne]. [Consulté le 2 mars 2014]. Disponibilité et accès : http://tinyurl.com/ne579a2.

Heinich Nathalie, De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique. Paris, Éditions Gallimard, 2012, 586 p.

Jauréguiberry Francis, Proulx Serge, Usages et enjeux des technologies de communication, Toulouse, Éditions Érès, 2011, 143 p.

Lambert Vincent, Landaverde Vanessa, « Twitter, outil de curation sociale », dans Pélissier Nicolas, Gallezot Gabriel (sous la dir. de), Twitter. Un monde en tout petit ?, Paris, L’Hamattan, 2013, p. 53-72.

Larroche Valérie, « La reconnaissance de l’épaisseur temporelle du soi professionnel dans les réseaux socionumériques professionnels », dans Domenget Jean-Claude, Larroche Valérie, Peyrelong Marie-France, Reconnaissance et temporalités, Paris, L’Harmattan, (à paraître).

Latzko-Toth Guillaume, « La contribution des usagers au développement des médias numériques », dans Proulx Serge, Garica José Luis, Heaton Lorna (sous la dir. de), La contribution en ligne. Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel, Québec, Presses Universitaires du Québec, 2014, p. 129-141.

Mallein Philippe, Toussaint Yves, « L’intégration sociale des TIC : une sociologie des usages », Technologie de l’Information et Société, 1994, vol. 6, n° 4, p. 315-335.

Michel Jean-Luc, Les professions de la communication. Fonctions et métiers, Paris, Ellipses, 2008, 3e édition, 236 p.

Papacharissi Zizi A., A Networked Self. Identity, Community and Culture on Social Network Sites, Londres, Routledge, 2010.

Paquienséguy Françoise, « L’usager et le consommateur à l’ère numérique », dans Vidal Geneviève (sous la dir. de), La sociologie des usages. Continuités et transformations, Paris, Hermès Lavoisier, 2012, p. 179-212.

Proulx Serge, « Enjeux et paradoxes d’une culture de la contribution », dans Proulx Serge, José Luis Garcia, Heaton Lorna (sous la dir. de), La contribution en ligne. Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel, Québec, Presses Universitaires du Québec, 2014, p. 15-32.

Stenger Thomas, Coutant Alexandre, « Médias sociaux : clarification et cartographie. Pour une approche sociotechnique », Décisions Marketing, 2013, n° 70, p. 107-117.

Trépos Jean-Yves, La sociologie de l’expertise, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1996, 128 p.

Zakhour Lina, « Open space numérique, mise en scène continue. Facebook ou la professionnalisation de soi », Colloque travail et loisirs, Paris, CELSA, 11 au 13 juin 2014.

Haut de page

Notes

1 Francis Jauréguiberry et Serge Proulx, Usages et enjeux des technologies de communication, Toulouse, Éditions Érès, 2011, p. 85.

2 Claude Dubar, Pierre Tripier et Valérie Boussard, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, 3e édition, 2011, 376 p.

3 Les professionnels de la visibilité sont des professionnels de la communication et du webmarketing dont une des missions est de rendre le plus présent et le plus visible possible leurs clients sur les moteurs de recherche et les médias socionumériques. Pour une présentation détaillée de la méthodologie d’analyse et des résultats de l’étude menée, voir Jean-Claude Domenget, « Formes de déconnexion volontaire et temporalités de Twitter », Réseaux, 2014/4, n°186, p. 77-103.

4 Voir les deux vagues d’enquête de l’observatoire Cegos portant sur les « usages et impacts des réseaux sociaux et du digital dans les entreprises », en 2012 http://tinyurl.com/owl64lq et en 2014 http://tinyurl.com/or74zh5.

5 Il s’agissait principalement du Web, d’Intranets, de messageries électroniques et de progiciels de gestion intégrée.

6 Pierre-Jean Benghozi, Patrice Flichy et Alain D’Iribarne, « Le développement des NTIC dans les entreprises françaises. Premiers constats », Réseaux, 2000, vol. 18, n° 104, p. 36.

7 Francis Jauréguiberry et Serge Proulx, op. cit., p. 84-97.

8 Jean-Claude Domenget, « La visibilité sur Twitter : un enjeu professionnel », dans Pélissier Nicolas, Gallezot Gabriel (sous la dir. de), Twitter. Un monde en tout petit ?, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 179-194.

9 Guillaume Latzko-Toth, « La contribution des usagers au développement des médias numériques », dans Proulx Serge, Garica José Luis, Heaton Lorna (sous la dir. de), La contribution en ligne. Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel, Québec, Presses Universitaires du Québec, 2014, p. 129-141.

10 L’API de Twitter étant à l’origine ouverte, de nombreuses fonctionnalités marquantes de ce dispositif comme le retweet (RT) ou les hashtags (#) ont été conçues par des usagers.

11 Valérie Larroche, « La reconnaissance de l’épaisseur temporel du soi professionnel dans les réseaux socionumériques professionnels », dans Domenget Jean-Claude, Larroche Valérie, Peyrelong Marie-France, Reconnaissance et temporalités, Paris, L’Harmattan, (à paraître).

12 Dawn R. Gilpin, Working the Twittersphere. Microblogging as professional identity construction”. In Papacharissi Zizi (Ed.). The Networked Self: Identity, Community and Culture on Social Network Sites, New York, Routledge, pp. 232-250. [En ligne]. [Consulté le 02 mars 2014]. Disponibilité et accès http://tinyurl.com/ne579a2.

13 Lina Zakhour, « Open space numérique, mise en scène continue. Facebook ou la professionnalisation de soi », Colloque travail et loisirs, Paris, CELSA, 11 au 13 juin 2014.

14 Nicole Aubert et Claudine Haroche, Les tyrannies de la visibilité. Être visible pour exister ?, Toulouse, Éditions Érès, 2011, 355 p.

15 Claude Dubar, La crise des identités. L’interprétation d’une mutation, Paris, PUF, « Le lien social », 4e édition, 2010, 239 p.

16 Ibid., p. 95.

17 Patrice Flichy, « Lindividualisme connecté entre la technique numérique et la société », Réseaux, 2004/2, n° 124, p. 17-51.

18 Ibid., p. 36-46.

19 Zizi A. Papacharissi, A Networked Self. Identity, Community and Culture on Social Network Sites, Londres, Routledge, 2010, 328 p.

20 D. R. Gilpin, op. cit.

21 Yanita Andonova et Béatrice Vacher, « Nouvelles formes de visibilité des individus en entreprise : technologie et temporalité », Communication & Organisation, 2013, n° 44, p. 12.

22 Jean-Claude Domenget, 2013, op. cit.

23 Valérie Larroche, op. cit.

24 Claude Dubar, Pierre Tripier et Valérie Boussard, op. cit., p. 202.

25 Olivier Desbiey, « La veille technologique à l’ère des médias sociaux : content de ce que génèrent les utilisateurs. Le cas Twitter », Hermès, 2011, n° 59, p. 145-147.

26 Jean-Claude Domenget, 2014, op. cit.

27 Jean-Claude Domenget, « Les figures de l’usager de Twitter », dans Morelli Pierre, Pignard-Cheynel Nathalie, Baltazart Didier (sous la dir. de), Public et TIC : confrontations conceptuelles et recherches empiriques, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, (à paraître).

28 Serge Proulx, « Enjeux et paradoxes d’une culture de la contribution », dans Proulx Serge, José Luis Garcia, Heaton Lorna (sous la dir. de), La contribution en ligne. Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel, Québec, Presses Universitaires du Québec, 2014, p. 15-32.

29 Françoise Paquienséguy, « L’usager et le consommateur à l’ère numérique », dans Vidal Geneviève (sous la dir. de), La sociologie des usages. Continuités et transformations, Paris, Hermès Lavoisier, 2012, p. 179-212. Pour cette auteure, si la sociologie des usages a toujours cherché à dépasser le consommateur pour étudier les usages de l’usager, les usages doivent désormais être étudiés en association avec la consommation. La réflexion sur les conséquences de mobiliser la figure du consommateur pour penser les actions de l’usager reste donc à approfondir.

30 La série de verbatims qui illustrent ce point est tirée du terrain évoqué sur Twitter.

31 Nathalie Heinich, De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique. Paris, Éditions Gallimard, 2012, pp. 43-52.

32 Vincent Lambert et Vanessa Landaverde, « Twitter, outil de curation sociale », dans Pélissier Nicolas, Gallezot Gabriel (sous la dir. de), Twitter. Un monde en tout petit ?, Paris, L’Hamattan, 2013, p. 53-72.

33 Ibid., p. 70.

34 Claude Dubar, Pierre Tripier et Valérie Boussard, op. cit., p. 316.

35 Jean-Luc Michel, Les professions de la communication. Fonctions et métiers, Paris, Ellipses, 2008, 3e édition, 236 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Domenget, « Usages professionnels et figures d’usager des médias socionumériques », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 23 janvier 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1325 ; DOI : 10.4000/rfsic.1325

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Domenget

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page