Navigation – Plan du site
Dossier
2- Vers des usages (trans)-générationnels de l'information numérique ?

Les personnes âgées et la fracture numérique de « second degré » : l’apport de la perspective critique en communication

Houssein Charmarkeh

Résumés

Dès l’avènement de la « société de l’information » et du rôle accru des technologies de l’information et de la communication (TIC), le mot d’ordre est lancé : « Connectez-vous ! ». La priorité a été accordée à la réduction de la fracture numérique en matière d’accès et d’acquisition de matériel informatique. Depuis lors, grâce notamment aux recherches portant sur une analyse fine des usages des technologies de l’information et de la communication (TIC), plusieurs travaux ont montré l’existence d’une fracture numérique non plus associée à l’accès mais plutôt aux usages. L’attention s’est progressivement déplacée vers l’observation des écarts liés à une fracture numérique de « second degré » caractérisée par des usages inégaux des technologies numériques. Ce ne sont plus les inégalités d’équipement qui posent un obstacle, mais la différenciation des modalités d’usages des technologies numériques tels que l’ordinateur et Internet. Cette fracture numérique dite de « second degré » touche particulièrement les personnes âgées équipées et connectées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont omniprésentes et façonnent notre façon de vivre, de travailler et d’interagir. Elles sont devenues les instruments d’une nouvelle société caractérisée par la multiplication des échanges de données et d’informations dans un contexte d’innovation rapide et d’accroissement accéléré des marchés (George et Granjon, 2008). Cependant, « le même clavier et les mêmes informations ne suffisent pas à créer une égalité » (Wolton, 2003 : p. 32). Malgré l’informatisation de la société et l’introduction des TIC dans l’ensemble du corps social, il existe des ruptures ou des « fractures numériques » basées sur le revenu, le niveau d’éducation, le capital culturel/social et l’âge. L’expression de « fracture numérique » désigne « le fossé entre, d'une part, ceux qui utilisent les potentialités des technologies de l'information et de la communication (TIC) pour leur accomplissement personnel ou professionnel et, d'autre part, ceux qui ne sont pas en état de les exploiter faute de pouvoir y accéder par manque d’équipements ou d'un déficit de compétences » (Kiyindou, 2007 : p. 1). En tenant compte de l’existence de ces « fractures numériques », les données de Statistique Canada (2010) révèlent que 94 % des ménages ayant un revenu supérieur ou égal à 85 000 $ par année utilisent Internet comparativement à 56 % des ménages dont le revenu est inférieur ou égal à 30 000 $. En 2007, ces proportions respectives étaient de 90 % et de 48 %. En ce qui concerne la « fracture numérique » liée au niveau de scolarité, les données de Statistique Canada indiquent que 89 % des personnes ayant au moins fait des études postsecondaires partielles utilisaient Internet en 2009, comparativement à 66 % des personnes n'ayant pas fait d'études postsecondaires. Cette fracture a rétréci, puisque ces proportions étaient respectivement de 84 % et de 58 % en 2007 (Statistique Canada, 2010). L’écart le plus élevé entre ceux qui ont accès à l’informatique connectée et ceux qui en sont dépourvus reste lié à l’âge : plus on vieillit, moins on a accès à Internet. En effet, parmi les aînés, environ la moitié (51 %) des personnes âgées de 65 à 74 ans utilise Internet, contre 27 % des personnes âgées de 75 ans et plus (Statistique Canada, 2010). Cependant, il existe une « fracture numérique » qui n’est souvent pas prise en compte dans les statistiques : c’est la fracture liée aux inégalités d’usages des technologies numériques. Plus que la question de l’accès et de l’équipement, ce sont les disparités liées à la qualité de l’utilisation et aux perceptions, c’est-à-dire les multiples façons de profiter des potentialités de l’Internet qui accentuent la fracture numérique de « second degré » des personnes âgées (Michel et al, 2009). Dans cette contribution, il s’agit en premier temps d’explorer cette fracture de « second degré » qui reste la plus discriminante envers les personnes âgées équipées et connectées. Dans une seconde partie, nous proposons au lecteur la perspective originale proposée par les tenants de l’approche critique en communication pour aborder la question complexe de la « fracture numérique » (Granjon, 2004 et 2009 ; George et Granjon, 2008). La dernière partie sera consacrée à la présentation des résultats d’une étude de terrain portant sur la fracture numérique de « second degré » et réalisée par une équipe de chercheurs belges. Cette recherche a été conduite afin de guider les programmes d’action des politiques publiques en matière de réduction de la fracture numérique de « second degré ».

La fracture numérique de « second degré »

2C’est en 1995 que l’expression digital divide ou « fracture numérique » est évoquée pour la première aux États-Unis par le sociologue Long-Scott (1995) en décrivant les risques d’exclusion des plus pauvres et des communautés minoritaires quant à l’accès aux technologies de communication (Rallet et Rochelandet, 2004). Depuis, l’expression a fait l’objet de débat et se réfère à de nombreuses facettes de la numérisation de l’économie et à la diffusion des technologies de l’information et des communications (Ben Youssef, 2004). Jusqu’à la fin des années 1990, la notion de fracture numérique de « premier degré » renvoyait seulement aux inégalités liées à l’accès à Internet et au matériel informatique. Ainsi, au Canada comme dans tous les pays industrialisés, une course est lancée pour « brancher » à Internet tous les ménages et les provinces afin d’éviter d’être à « l’arrière » du train de la modernité technologique et de l’ère informationnelle. Dès cette époque, les fractures observées au Canada en matière d’adoption des technologies numériques des ménages sont d’ordre matériel (accès et matériel), socio-économique (le revenu et le niveau d’instruction), générationnel et linguistique, le Québec étant moins connecté en raison du contenu en anglais des sites web (Statistique Canada, 1997).

3À partir des années 2000, le milieu académique se penche sur l’analyse des enjeux liés à la « fracture numérique » et plusieurs recherches en communication et en sciences sociales observent qu’au-delà des disparités numériques liées à l’accès, il existe des usages inégaux quant à l’utilisation efficiente et efficace de l’informatique connectée (DiMaggio et Hargittai, 2002 ; DiMaggio et al. 2001 ; Lelong, 2003). Ce qui est considéré, ce n’est plus seulement la disponibilité du matériel informatique et la connexion à Internet mais l’usage qui en est fait (Rallet et Rochelandet, 2004). Selon cette perspective, ce sont plutôt le capital culturel et social, les perceptions, le savoir-faire et les compétences techniques ou la culture organisationnelle qui sont mis en avant au moment de mesurer les disparités discriminantes (Jauréguiberry, 2012). Les études de terrain portant sur les compétences numériques relèvent l’existence d’un écart ou skills gap lié aux aptitudes des individus en matière d’usages des technologies numériques. Les travaux distinguent principalement trois niveaux de compétences numériques : les compétences instrumentales, informationnelles et stratégiques (Brotcorne et Valenduc, 2009). Les compétences instrumentales concernent en premier lieu la capacité de manipulation des matériels et logiciels. Elles ont trait également aux capacités techniques et aux capacités de raisonnement pour faire face aux bogues, aux virus et autres aléas techniques quotidiens (2009 : p. 53). Quant aux compétences informationnelles, elles renvoient aux aptitudes à chercher, sélectionner, comprendre, évaluer et traiter l’information (Kling, 1998 ; Hargittaï, 2002 ; Selwyn et al., 2005 ; Vendramin et Valenduc, 2003). Depuis le développement des contenus d’information et des services en ligne, les compétences informationnelles sont désormais nécessaires pour utiliser les procédures de navigation, les hypertextes, les moteurs de recherche, les forums de discussion, les services interactifs ou coopératifs du web 2.0. De plus, notent les auteurs cités supra, dans un contexte d’offre informationnelle surabondante, il s’agit d’acquérir l’habilité à sélectionner le contenu recherché sur le web et par la suite être capable d’en évaluer la qualité sachant que les sources d’information proviennent de médias et d’auteurs de plus en plus diversifiés. Enfin, les compétences stratégiques sont liées à l’aptitude à utiliser l’information de manière proactive, à lui donner du sens dans son propre cadre de vie et à prendre des décisions en vue d’agir sur son environnement professionnel et personnel.

4Cependant, pour Fabien Granjon (2004), envisager la « fracture numérique » qu’en termes de compétences numériques serait une erreur. Autrement dit, on peut avoir des usages efficients des technologies numériques tout en appartenant aux couches les plus défavorisées, mais ces usages avancés ne sont pas nécessairement de même nature que ceux des couches supérieures. Pour mieux saisir le fossé numérique, « il ne faut pas simplement appréhender les ‘fractures numériques’ comme des clivages technologiques socialement différenciés et dépendant d’une variabilité des déterminants au niveau des processus d’équipement ou d’adoption [mais les considérer] plutôt comme des écarts de pratique constitutifs d’inégalités sociales du monde et qui structurent les usages au-delà même de leur stabilisation » (Granjon, 2004 :p. 225). Cette analyse de la « fracture numérique » converge avec celle de Patricia Vendramin et Gérard Valenduc expliquant que « les inégalités liées à Internet ne sont pas révélatrices de nouvelles divisions sociales, elles sont l’expression dans le champ des technologies de l’information et de la communication d’inégalités sociales, économiques, géographiques et culturelles largement préexistantes à l’expansion d’internet » (2002 : p. 29).

5L’usage des technologies est également dépendant de l’offre technologique, c’est-à-dire des services informationnels offerts en ligne et le design du matériel informatique. Ces facteurs constituent des éléments importants sinon vitaux pour les personnes âgées. L’étude la plus élaborée en la matière reste celle de Shirley Ann Becker (2004) qui décrypte minutieusement 125 sites web offrant des informations sur la santé. Pour l’auteure, la majorité de ces sites web présentent des nombreux défauts de conception pour les personnes âgées et la navigation y est tellement complexe qu’elle ne s’adresse qu’aux initiés d’Internet. La chercheure découvre que ces sites web ne tiennent pas compte des problèmes liés à la vision, la cognition et la motricité des utilisateurs âgés. Grâce à un test d’utilisabilité, les résultats de son étude montrent que 93 % des sites web utilisent de petites polices de caractère et affectent négativement la lisibilité du site ; 24 % nécessitent une utilisation complexe de la souris pour naviguer, ce qui pose une barrière pour ceux qui ne peuvent pas se servir pleinement de leurs mains ; 30 % présentent un contenu informationnel accessible uniquement pour les personnes ayant une formation universitaire ; un grand nombre de sites sont en anglais, excluant ainsi les communautés ethnoculturelles parlant l’espagnol. Si ces barrières sont persistantes, elles constituent un enjeu majeur puisque les personnes âgées consultent souvent les services et les informations relatifs à la santé (Michel et al, 2009).

6La recherche de Shirley Ann Becker citée supra a le mérite de montrer que la ligne de « fracture numérique » grise liée aux usages et à l’offre technologique est difficilement observable dans les statistiques nationales. Cependant, les gouvernements amorcent depuis les dernières années des stratégies afin de réduire la fracture numérique de « second degré » concernant les personnes âgées. À titre d’exemple, voici ce que le gouvernement français prévoit dans son plan de développement de l’économie numérique : « un outil d’aide à l’équipement et de formation aux usages du numérique, à destination des seniors sera expérimenté pour leur permettre d’accéder plus facilement aux réseaux numériques […] et créer une offre globale “matériel, connexion, formation” […] pour favoriser la confiance et les usages des TIC auprès des seniors (Besson, 2008).

7Mais suffit-il de former les seniors aux technologies et d’adapter le contenu et le matériel informatique pour régler la question de la fracture numérique de « second degré » ? Pour les auteures Carole-Anne Rivière et Amandine Bruguière (2010), le défi du design des ordinateurs et d’Internet adressés aux aînés réside dans leur incapacité à dépasser certains stéréotypes associés au vieillissement. Leurs arguments s’appuient sur l’exemple de l’ordinateur Magui imaginé par la société Simplistay et disposant de quatre fonctions centrales de communications représentées par les icônes sur l’écran, soit le téléphone, les courriels, photos et messages ; cependant, aucune fonction ne donne accès à la navigation. Pour les auteures, les objectifs et les publics pour lesquels ces ordinateurs simplifiés ont été conçus ont mis l’accent sur certaines difficultés que connaissent les personnes en situation de grande perte d’autonomie. Or, toutes les personnes âgées n’ont pas des problèmes d’ordre physiologiques qui les empêcheraient d’utiliser les interfaces numériques. Ces offres technologiques risquent en effet de maintenir « une vision de la vieilliesse comme une moindre capacité à faire, à apprendre, à interagir » (Rivière et Bruguière 2010 : p. 37). À ce propos, notent-elles, les dispositifs technologiques modifiés tels que les ordinateurs simplifiés sont parfois mal pris par les personnes âgées, car ces derniers les renvoient à une « image dévalorisante » d’eux-mêmes et présentent des « marqueurs d’âge » qu'ils refusent de porter. Pour ces auteures, les services de design mettent souvent l’emphase sur l’accessibilité et oublient que les seniors sont également des êtres « désirants ». Il ne suffit pas de répondre uniquement aux besoins des personnes âgées, il faut également tenir compte « des désirs et des aspirations de chacun » (Rivière et Bruguière, 2010 :p. 39-40). Si les services de design doivent dépasser ce défi de répondre à la fois aux besoins et désir des aînés, ils font également face à un autre écueil, c’est le risque de considérer les aînés comme étant une entité socialement homogène. C’est le point de vue défendu par le sociologue Vincent Caradec (2001) qui considère que les aînés constituent en effet une catégorie d’une grande hétérogénéité, avec ses différences et dynamique internes, et composés d’individus vivant de façon différenciée les épreuves du vieillissement.

8Pour un usage pertinent des technologies numériques, il faut également considérer l’importance du contexte plus large des identités sociales et configurations relationnelles des personnes âgées, c’est-à-dire « la diversité et la labilité des rôles qu'une même personne peut endosser d'un espace social (comme la famille ou le travail) à un autre, et donc les variations de comportements vis-à-vis des nouvelles technologies » (Lelong et al., 2004 : p. 1). C’est ce que propose notamment l’approche critique en communication qui adopte une perspective permettant d’analyser les usages des TIC sous des angles généralement peu exploités (George, 2012).

L’approche critique en communication pour aborder les usages des TIC

9Pour les tenants de l’approche critique en communication, les recherches portant sur les « fractures numériques » souffrent dans bien des cas d’une absence de mise en contexte des usages des TIC. Autrement dit, ce qui est ignoré, c’est, par exemple, les appartenances sociales et les conditions de vie dans lesquels les usages sont insérés (Granjon, 2009). La « fracture numérique » est perçue « non comme un constat prenant acte de disparités sociales existant par rapport aux TIC mais comme un concept à part entière […] qui n’est pas un simple descripteur de la réalité mais pose d’une manière particulière le problème de l’appropriation et des usages des outils de communication au regard des rapports de domination, de la reproduction des valeurs du système social, de la formation des classes et des identités collectives » (Granjon, 2004 : p. 226). Lorsque des données par ailleurs fort intéressantes sont collectées sur les usages différenciés des TIC, très peu d’informations sont par contre livrées sur les profils des seniors utilisateurs d’Internet, comme par exemple l’identité sociale, les trajectoires socioprofessionnelles et les conditions d’existence. Or, n’est-il pas fondamental de s’intéresser à ce qui se passe hors des usages d’Internet comme par exemple les caractéristiques sociales des personnes âgées, les activités de la vie quotidienne, les lieux d’habitation, les relations avec le personnel soignant, les liens avec les membres de la famille ? Dans cette optique, Maria Sourbati (2009) souligne que l'expérience sociale et culturelle des seniors a un impact sur l'usage et l'adoption d'Internet. Benoit Lelong (2003) abonde dans le même sens et souligne qu’une sous-utilisation des TIC n’est pas nécessairement liée à un manque de compétences mais à des « configurations identitaires relationnelles ». Dans sa recherche sur l’analyse du point de vue des personnes âgées sur les usages des TIC et de l'administration électronique publique en Angleterre, la sociologue montre que l'usage d'Internet par le groupe du troisième âge est stratifié, les seniors usagers les plus nombreux étant ceux appartenant à la classe moyenne, éduqués et bien nantis. Ce point de vue rejoint celui de Cherry Russell, Andrew Campbell et Ian Hughes (2008) de l’Université de Sydney en Australie qui ont conduit une enquête de terrain afin d’analyser les liens entre l’usage d’Internet et le capital social. Les auteurs, en mettant du bémol à l’image dorée souvent dépeinte par les médias des silver surfers, montrent que ces derniers ont généralement un statut socio-économique plus élevé, sont en bonne santé, et ne représentent pas toutes les personnes âgées qui n’ont pas accès aux TIC et ce, pour des raisons concernant les enjeux liés à l’accessibilité, le coût et l’intérêt pour la technologie, les compétences et les perceptions. L’expression de silver surfers, largement répandue dans les médias anglo-saxons et relayée par les essayistes, désigne les personnes âgées très « actifs » sur Internet, « confiants » et « compétents » en matière de technologies numériques et surtout adoptant une perception positive du vieillissement (Cody et al., 1999 et de Choudrie et al., 2013).

  • 1 “Go on the internet — or lose access to government services, Francis Maude tells pensioners”, The T (...)

10Dans les discours sur les potentialités des technologies et ce qu’elles peuvent apporter aux individus, on a souvent tendance à exagérer leurs capacités à transformer le social et surtout à rendre plus autonome tout utilisateur des technologies de l’information et de la communication. La technologie est censée être le remède à tous les maux dont souffrent les aînés : si les personnes âgées sont isolées, la communication via Internet avec les aides-soignants leur facilitera la vie ; plus besoin de se déplacer et de rencontrer le pharmacien, le renouvellement des médicaments se fait en ligne ; en somme, la technologie possède le potentiel d’améliorer les conditions de vie des personnes âgées. Il ne suffit plus de savoir bien utiliser les TIC, mais également d’adopter un mode de vie « hyperindividualiste » qui s’impose à tous. Dans ce sens, en poursuivant la réflexion de Fabien Granjon (2009), nous considérons que les discours en faveur de la réduction de la fracture numérique grise du premier ou « second degré » sont souvent porteurs de normes sociétales. Celles-ci exigent des seniors non plus l’acquisition d’un « savoir-faire » pour maîtriser les rudiments des TIC mais également de l’adoption d’un « savoir-être », celui de l’individu autonome, indépendant et actif. C’est un style de vie couplé d’un impératif numérique auquel les seniors n’y peuvent échapper : une personne âgée se doit d’acquérir l’expérience positive que procurent les usages des TIC, peu importent ses conditions de vie, ses caractéristiques socioculturelles et son parcours de vie. L’exemple parfait de ce genre d’argumentation nous est donné par le ministre britannique Francis Maude qui recommande fortement aux aînés d’utiliser les services d’Internet sous peine de perdre la pension de vieillesse octroyée par le gouvernement1. Pour ce ministre, le gouvernement devrait adopter l’approche des compagnies aériennes offrant la majorité de leurs services en ligne et les aînés devraient de facto s’adapter à cette nouvelle « réalité ».

11Pour les chercheurs d’orientation critique en communication, l’existence d’inégalités numériques révélerait des formes d’inégalités sociales générées par les structures d’un système économique, politique et social particulier (Granjon, 2009 ; George, 2004). Les ressources économiques, sociales et culturelles sont inégalement reparties dans la société. Ceux qui sont déjà en possession de ressources préalables tirent davantage de bénéfices de la nouvelle ressource que constituent l’utilisation des TIC et d’Internet (Brotcorne, Damhuis, Laurent, Valenduc et Vendramin, 2010). Ainsi, s’il existe des défavorisés numériques, ils sont la plupart du temps des défavorisés sociaux (Granjon, 2009). En d’autres termes, la fracture numérique de « second degré » est révélatrice des défis sociétaux liés à la paupérisation des personnes âgées.

12La pauvreté est considérée comme un concept important pour analyser les inégalités sociales. Les statistiques sur la pauvreté des personnes âgées sont équivoques en particulier au Québec : les personnes âgées de plus 65 ans sont de plus en plus pauvres et endettées. C’est le constat que fait en 2011 l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS). Dans sa note socio-économique, cette organisation de recherche basée à Montréal dévoile que le Québec a connu entre 1996 et 2008 une augmentation importante du nombre de personnes âgées qui sont passées sous la mesure de faible revenu. Au-delà de la paupérisation des seniors, la part d’endettement des personnes âgées de plus de 65 ans reste également préoccupante. Le phénomène de l’endettement touche aujourd’hui la majorité de la population, souligne Ève-Lyne Couturier auteure de la note de l’IRIS, mais « il s’agit d’une situation particulièrement difficile à gérer pour les personnes âgées assujetties à un revenu relativement fixe avec peu de possibilités de gagner des montants d’appoint » (2011 :p. 2).

13Si la pauvreté des personnes âgées est largement tributaire des facteurs d’ordre socio-économiques, les politiques publiques ont notamment des incidences sur la vie des personnes âgées. Les chercheurs de l’Université Laval, Jean-Yves Duclos, Nicholas-James Clavet, Bernard Fortin et Steeve Marchand (2012) estiment que la réforme récente du gouvernement fédéral canadien sur la sécurité de la vieillesse risque de grossir les rangs des aînés vivant sous le seuil de pauvreté au pays. En effet, le gouvernement fédéral a annoncé dans le budget de 2012 qu’il fera passer graduellement l'âge de la retraite de 65 à 67 ans. Cette hausse de l’âge d’admissibilité aux prestations de la Sécurité de la vieillesse et du Supplément de revenu garanti fera passer la proportion d’individus de 65 et 66 ans sous le seuil de faible revenu de 6 % à 17 %, notent les économistes de l’Université de Laval.

14Les inégalités sociales ne peuvent donc pas être séparées de l’analyse de la fracture numérique de « second degré ». Les pays européens, surtout la Belgique (Brotcorne, Dekelver, Mertens, Nicolay et Valenduc, 2010) sont pour le moment parmi les premiers à reconnaître dans leur politique publique de réduction de la fracture numérique de « second degré » l’existence de liens entre inégalités sociales et disparités numériques.

La fracture numérique de « second degré » dans les programmes publics d’inclusion numérique : l’exemple de la Belgique

15Pour réduire la fracture numérique de « second degré » liée aux inégalités dans les compétences d’utilisation d’Internet et des technologies de l’information et de la communication, il faut donc agir sur la construction des compétences, à travers des programmes de formation continue et d’accompagnement des utilisateurs, destinés en priorité à des groupes sociaux identifiés comme potentiellement défavorisés en termes de ressources cognitives et sociales (Brotcorne et al, 2010). C’est l’option prise par plusieurs plans d’action nationaux d’inclusion numérique qui ont donné une attention particulière à la fracture numérique au « second degré », notamment en Belgique, en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas (ibid.). La réunion des ministres de 34 pays européens lors de la déclaration ministérielle de Riga (Lettonie) en juin 2006 a posé les premiers jalons des politiques publiques d’e-inclusion. À la déclaration de Riga, les gouvernements européens s'engagent en faveur d'une société de l'information accessible fondée sur l'inclusion et ont approuvé une action paneuropéenne visant à aider les citoyens à remédier à leurs désavantages économiques, sociaux, scolaires, géographiques ou liés à un handicap au moyen des technologies de l'information et de la communication (Commission européenne, 2006). En matière d’utilisation d’Internet, l’Union européenne s’est alors donnée pour objectif de réduire de moitié, d’ici 2010, les disparités entre la moyenne de la population et certains groupes défavorisés, notamment les personnes âgées, les personnes handicapées, les minorités ethniques, les personnes ayant un faible niveau d’éducation, les demandeurs d’emploi, les disparités liées au genre ainsi que les habitants des régions moins développées. Pour ce faire, la déclaration de Riga cible 6 priorités : les besoins spécifiques des travailleurs âgés et des seniors, les inégalités géographiques, l’e-accessibilité et la facilité d’utilisation des TIC, l’éducation et les compétences numériques, la diversité culturelle dans l’univers numérique et la qualité des services publics en ligne (e-gouvernment) pour tous. Les ministres se sont particulièrement engagés à traiter d’urgence la fracture numérique de « second degré » concernant les personnes âgées puisque, remarquent-ils, la proportion des personnes âgées de plus de 65 ans qui utilisent l'Internet n'est que de 10 % dans l'Union européenne.

16Dans ce qui suit, nous présentons les recommandations des chercheurs belges pour un plan d’action national de réduction de la fracture numérique de « second degré ».

17La Belgique s’est engagée en 2003 à mettre en place un plan national (2005-2010) de lutte contre la « fracture numérique ». L’objectif général du plan est de réduire d’un tiers, dans les 5 années à venir, le nombre de personnes non-utilisatrices dans les différentes catégories de la population, grâce à trois leviers : la sensibilisation, la formation et l’amélioration de l’accès aux TIC. Une deuxième phase de ce programme a été lancée pour la période 2011-2015. Les orientations et les propositions de la mise en œuvre de cette seconde phase ont été confiées à une équipe de chercheurs du Centre de recherche Travail & Technologies de l’Université de Louvain (Brotcorne, Damhuis, Laurent, Valenduc et Vendramin, 2010). L’objectif de cette recherche commanditée par le gouvernement fédéral belge n’est pas l’étude des usages en soi, précisent les auteurs, mais plutôt la mise en perspective de ces usages par rapport à des enjeux sociétaux posés en termes de risques d’inégalités ou d’exclusion. Cinq sphères constitutives de l’inclusion sont prises en compte dans l’étude : les activités sociales (les interactions sociales avec la famille ou les amis, ou à l’intérieur d’un groupe culturel ou d’une communauté), les activités productives (l’engagement dans une activité productive, comme le travail rémunéré, l’éducation ou la formation), les activités politiques, sociales ou citoyennes, les activités de consommation (privée/publique), le développement personnel (l’autonomie et l’estime de soi). La question est de savoir si les usages des TIC favorisent l’intégration ou si, au contraire, ils créent ou renforcent l’exclusion dans ces cinq domaines. Les résultats de leur étude montrent que ces sphères apparaissent en interaction avec l’usage des TIC mais de manière très inégale, et rarement toutes ensemble. Afin de remédier à cette situation d’inégalités numériques, les auteurs proposent les recommandations présentées ci-dessous :

  • il est nécessaire de repenser la catégorisation des profils des seniors pour la lutte à la fracture numérique de « second degré » : les quinquagénaires ne doivent pas être considérés automatiquement comme des publics vulnérables puisque ces derniers présentent des profils très contrastés tantôt vulnérables, tantôt peu vulnérables en termes d’usages ;

  • comme dans toutes les situations où une nouvelle norme sociale émerge et tend à s’imposer, il est important d’éviter la stigmatisation des comportements qui s’écartent de la norme. Il est important donc de maintenir ouverts des canaux de prestation de service et de communication autres que le « tout Internet ». Cela évitera la mise à l’écart de ceux qui n’adoptent pas spontanément les nouveaux modèles d’usages et de comportements ;

  • les politiques en matière de société de l’information reposent souvent sur la présomption qu’un développement accéléré de l’offre de services et de contenus en ligne va entraîner ipso facto une sorte de démocratisation de l’utilisation des TIC. La logique de l’offre est censée avoir des retombées positives pour tous les utilisateurs, en termes de diversité ou de disponibilité. Les résultats de la recherche montrent que les utilisateurs n’adoptent pas nécessairement les comportements qui ont été formatés pour eux. Il serait utile de s’intéresser davantage aux interfaces d’accès qu’aux contenus et aux services, notamment en favorisant leur facilité d’usage. Il est également important de penser les contenus et la structuration des contenus en termes de signification pour les utilisateurs ;

  • la vulnérabilité numérique reste, en partie, influencée par des facteurs tels que l’âge, le genre et le niveau d’instruction, mais d’autres marqueurs de vulnérabilité interviennent : le degré d’autonomie, le niveau de compétences TIC, le support social disponible, le sens et la valeur symbolique attribués aux TIC, le degré d’exposition aux comportements à risques, la capacité de faire des choix et de maîtriser sa trajectoire d’usages. Les résultats de la recherche plaident en faveur d’une approche résolument transversale de la lutte contre les inégalités numériques. C’est pourquoi, sur le plan politique, il est nécessaire de mieux articuler le plan d’action national de lutte contre la « fracture numérique » avec les initiatives qui combattent d’autres formes d’inégalités sociales ;

  • il y a nécessité de renforcer l’imbrication des politiques d’inclusion numérique et des politiques d’inclusion sociale. Une action sur les seuls aspects technologiques est insuffisante. L’imbrication de l’inclusion numérique et de l’inclusion sociale est notamment nécessaire dans les domaines de l’insertion professionnelle, de l’enseignement et de l’éducation aux médias ;

  • sur le plan de la formation en matière de compétences numériques, il est nécessaire de mettre au point une définition plus précise de ce qui constitue, aujourd’hui et demain, le noyau des compétences de base pour permettre l’inclusion numérique. Les résultats de la recherche suggèrent que ce noyau de compétences ne relève pas seulement de la formation aux TIC, mais aussi de l’éducation aux médias, ainsi que de l’éducation à la participation sociale et à la citoyenneté en général. Dans les politiques publiques en matière de formation et d’accompagnement, cet objectif peut être développé à travers de nouvelles pratiques de formation et de nouvelles formules d’accompagnement axées sur les capacités, au-delà des compétences.

  • 2 Voir par exemple le billet de l’écrivain Hervé Fisher paru dans le journal Le devoir et qui appelle (...)

18Les résultats de cette recherche menée en Belgique plaident en faveur d’une approche résolument transversale de la lutte contre les inégalités numériques liées à la fracture numérique de « second degré » et touchant les personnes âgées. À l’instar des pays de l’Union européenne, le Québec présente un retard considérable en la matière. Le milieu académique et la société civile critiquent l’absence d’un engagement de la part des gouvernements successifs depuis 2003 d’une politique de développement d’un plan numérique pour le Québec2.

Conclusion

19Pour les recherches à dimension critique, les méthodes utilisées pour étudier les disparités dans l’accès aux TIC, c’est-à-dire essentiellement diverses enquêtes statistiques, s’avèrent moins pertinentes quand il s’agit de comprendre les disparités en termes d’usages et de les relier avec les enjeux de l’inclusion sociale ou des inégalités sociales (Brotcorne et al, 2010). Or, les initiatives autour de la question de la « fracture numérique » concernant les personnes âgées ont pour objectif la plupart du temps de réduire les inégalités de nature essentiellement numérique. Sous cet angle, la « fracture numérique » est liée à l’accès à l’ordinateur, à la connexion à Internet et à l’offre technologique. Dans certains discours, on évoque même les différences générationnelles pour expliquer les disparités numériques observées, ce qui relève d’un discours simpliste et linéaire de l’âge (Eve et Smoreda, 2001). La critique à l’égard des politiques en faveur de la réduction de la fracture numérique grise se situe au niveau de l’argument souvent avancé et peu vérifié sur les capacités des TIC à améliorer les conditions de vie des aînés. Dans cette perspective, la « fracture numérique » est envisagée comme entrave à l’autonomie et aux libertés individuelles. Dans l’une ou l’autre de ces visions décrites supra, ce qui est mis sous silence, ce sont les inégalités sociales auxquelles sont soumis les aînés.

Haut de page

Bibliographie

Becker, Shirley Anne, (2004). A Study of Web Usability for Older Adults Seeking Online Health Resources, Transactions on Computer-Human Interaction, 11 (4), pp. 387-406.

Ben Youssef, Adel, (2004). Les quatre dimensions de la fracture numérique, Réseaux, n° 127-128, pp. 181-209.

Besson Éric, (2008). France numérique 2012. Plan de développement de l’économie numérique, disponible en ligne, http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/084000664/0000.pdf (consulté le 6 novembre 2014).

Brotcorne, Périne et Valenduc Gérard, (2009). Les compétences numériques et les inégalités dans les usages d’Internet, Les cahiers du numérique, vol. 5, n° 1, pp. 45-68.

Brotcorne, Périne, Lotte Damhuis, Véronique Laurent, Gérard Valenduc et Vendramin Périne, (2010). Diversité et vulnérabilité dans les usages des TIC. La fracture numérique au second degré, Politique Scientifique Fédérale, Academia Press, Gent, 239 p.

Brotcorne, Périne, Jan Dekelver, Luc Mertens, Karine Nicolay et Gérard Valenduc, (2010). Préparation de la deuxième phase du plan national de lutte contre la fracture numérique 2011-2015. Rapport final, http://www.mi-is.be/sites/default/files/doc/miis2010-02_final_fr.pdf.

Caradec, Vincent, (2001). ‘Personnes âgées’ et ‘objets technologiques’, Revue française de sociologie, 42-1, pp. 117-148.

Choudrie Jyoti, Gheorghita Ghinea et Vivian Nwamaka Songonuga, (2013). Silver Surfers, E-government and the Digital Divide : An Exploratory Study of UK Local AuthorityWebsites and Older Citizens, Interacting with Computers, vol. 25, No. 6, pp. 417-442.

Cody Michael J., Deborah Dunn, Shari Hoppin, et Pamela Wendt (1999). Silver Surfers : Training And Evaluating Internet Use Among Older Adult Learners, Communication Education, vol. 48, No. 4, pp. 269-286.

Commission européenne, (2006). Déclaration ministérielle de Riga, 11 juin 2006, Riga, Lettonie.

Couturier, Ève-Lyne, (2011). La situation financière des aîné-es. Note socio-économique de l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS), pp. 1-8.

DiMaggio Paul et Eszter Hargittai, (2002). « From the “Digital Divide” to “Digital Inequality” : Studying Internet use as penetration increases », working paper, Princeton University Center for Arts and Cultural Policy Studies.

DiMaggio Paul, Eszter Hargittaï, W. Russel Neuman, John P. Robinson, (2001). Social Implications of the Internet, Annual Review of Sociology, 26, pp. 307-336.

Duclos, Jean-Yves, Nicholas-James Clavet, Bernard Fortin et Steeve Marchand, (2012). Le Québec, 2004-2030 : une analyse de micro-simulation. Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO), Rapport de projet, pp. 1-71.

Eve, Michael et Zbigniew Smoreda, (2001). La perception de l’utilité des objets techniques : jeunes retraités, réseaux sociaux et adoption des technologies de communication, Retraite & Société, n° 33/2001, pp. 22-51.

George Éric (2004). « L’expression de fracture numérique en question ». Dans Mesures de l’Internet, Éric Guichard (dir.), Paris : éditions des Canadiens en Europe, pp. 152-165.

George Éric (2012). « L’étude des usages des TIC au prisme de la recherche critique en communication ». Dans Geneviève Vidal (dir.), La sociologie des usages. Continuités et transformations. Hermès, Lavoisier librairie, Paris, pp. 26-56.

George Éric et Fabien Granjon, (2008). Critiques de la « société de l’information ». L’Harmattan, Collection Questions contemporaines, Paris, 264 p.

Granjon Fabien, (2004). Les sociologies de la fracture numérique. Jalons critiques pour une revue de la littérature, Questions de communication, 6, pp. 217-232.

Granjon Fabien, (2009). Les inégalités numériques et reconnaissance sociale. Des usages populaires de l'informatique connectée, Les cahiers du numérique, 1, vol. 5 pp. 19-44.

Hargittaï Eszter, (2002). Second-order digital divide : differences in people’s online skills, First Monday, vol. 7, n° 4, University of Illinois at Chicago.

Jauréguiberry Francis, (2012). « Retour sur les théories du non-usage des technologies de communication ». Dans Connexions : communication numérique et lien social, S. Proulx et A. Klein (dir.), Namur, Presses universitaires de Namur, p. 335-350.

Kiyindou Alain (2007). « De la fracture numérique à la fracture cognitive : pour une nouvelle approche de la société de l'information », Thémat’IC 2007 « La maîtrise de l'information par les adultes : enjeux et méthodes », Strasbourg, 16 mars 2007.

Kling Rob, (1998). Technological and Social Access on Computing, Information and Communication Technologies, White paper for Presidential Advisory Committee on High Performance Computing and Communication, Information Technology, and the Next Generation Internet.

Lelong Benoit, Frank Thomas, Cezary Ziemlicki, (2004). « Des technologies inégalitaires ? L'intégration d'internet dans l'univers domestique et les pratiques relationnelles », International Conference – Conférence Internationale “ICTs & Inequalities : the digital divides” “TIC & Inégalités : les fractures numériques” Paris, Carré des Sciences, 18-19 novembre 2004.

Lelong Benoit, (2003). « Quel “fossé numérique” ? Clivages sociaux et appropriation des nouvelles technologies ». Dans Maigret É., dir., Communication et médias, Paris, Éd. La Documentation française, pp. 112-116.

Long Scott A. (1995), “Access Denied ?”, Outlook, vol. 8, n° 1.

Michel Christine, Marc-Éric Bobillier Chaumon et Franck Tarpin-Bernard, (2009). Fracture numérique chez les seniors du 4e âge, Les cahiers du numérique, 1, vol. 5 pp. 147-168.

Rallet Alain et Fabrice Rochelandet (2004). La fracture numérique : une faille sans fondement ?, Réseaux, n° 127-128, pp. 19-54.

Rivière Carole-Anne et Amandine Bruguière, (2010). Bien vieillir grâce au numérique, FYP Éditions, 159 p.

Russell Cherry, Andrew Campbell et Ian Hughes, (2008). Ageing, social capital and the Internet : Findings from an exploratory study of Australian ‘silver surfers’, Australasian Journal of Ageing, vol. 27 (2), pp. 78-82.

Selwyn Neil, Stephen Gorard et John Furlong (2005). Adult Learning in the Digital Age. Information, Technologies and the Learning Society, Routledge, London.

Sourbati Maria, (2009). ‘It could be useful, but not for me at the moment’ : Older people, Internet access and e-public service provision. New Media and Society, vol. 11 (7), pp. 1083-1100.

Statistique Canada, (1997). Enquête sur l’utilisation d’Internet à la maison. N° 40481.

Statistique Canada, (2006). Un portrait des aînés au Canada. Numéro 89-519-XIF.

Statistique Canada, (2010). Enquête canadienne sur l’utilisation d’Internet. N° 4432, http://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/111012/dq111012a-fra.htm.

Vendramin Périne et Gérard Valenduc, (2003). Internet et inégalités. Une radiographie de la fracture numérique, Bruxelles, Éditions Labor.

Wolton Dominique, (2003). « Fracture numérique ou facture numérique ? », in Jauréguiberry F. et Proulx S., Internet, nouvel espace citoyen ?, Paris, l’Harmattan, pp. 31-35.

Haut de page

Notes

1 “Go on the internet — or lose access to government services, Francis Maude tells pensioners”, The Thelegraph, Christopher Hope, mis en ligne le 10 juin 2014, http://www.telegraph.co.uk/technology/internet/10889563/Go-on-the-internet-or-lose-access-to-government-services-Francis-Maude-tells-pensioners.html (consulté le 07 novembre 2014).

2 Voir par exemple le billet de l’écrivain Hervé Fisher paru dans le journal Le devoir et qui appelle la mise en place urgente d’un plan numérique : « Le réveil numérique Québécois », 24 septembre 2012. Dans le même ordre d’idée, il existe la voix portée par les « Étonnés », un groupe réunissant plusieurs personnalités économique, politique et culturelle de la scène québécoise et militant également pour un plan numérique : http://plannumeriquequebec.org/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Houssein Charmarkeh, « Les personnes âgées et la fracture numérique de « second degré » : l’apport de la perspective critique en communication », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 23 janvier 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1294 ; DOI : 10.4000/rfsic.1294

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page