Navigation – Plan du site
Dossier
1- Des usages aux usagers : reconfigurations épistémologiques des recherches en SIC sur l'information numérique

Retour sur la logique de l’usage

Entretien avec Alexandre Coutant
Jacques Perriault

Résumés

Publié il y a vingt-cinq ans, l’ouvrage « La logique de l’usage » a connu un succès important dans les recherches portant sur les technologies de l’information et de la communication. Néanmoins, ce succès s’est souvent traduit par une assimilation à la sociologie des usages, dont l’ouvrage se distingue pourtant fortement. L’entretien, reposant sur le travail de retour sur les textes majeurs des SIC s’étant intéressés à la technique entrepris dans le séminaire Usages des Dispositifs Sociotechniques Numériques, revient sur la perspective poursuivie par Jacques Perriault à travers son concept de logique de l’usage.

Haut de page

Texte intégral

Une anthropologie cognitive

Alexandre Coutant (A. C) - Pour commencer et permettre de bien situer l’importance et l’originalité de la thèse soutenue dans le livre, tu accordes une attention particulière à souligner que tu parles bien de logique de l’usage et non uniquement d’usage. Peux-tu donc revenir sur le sens que tu donnes à chaque terme et sur la définition spécifique de la logique de l’usage, particulièrement des principaux concepts que tu emploies pour la définir : représentation, norme sociale d’usage, niche d’usage, construction d’un projet et empreinte de la technique ?

Deuxième point de cadrage découlant de cette posture, peux-tu préciser ta position vis-à-vis de ce qu’on regroupe désormais sous l’appellation de sociologie des usages dans le domaine de la recherche et quelle complémentarité, incompatibilité, similarité entretient la logique de l’usage avec ces études ?

Jacques Perriault (J. P) - Mon approche n’est pas sociologique mais sociocognitive et anthropologique. Je la situerais volontiers dans le courant de l’anthropologie cognitive dont Claude Lévi-Strauss fut un des fondateurs avec La Pensée Sauvage (1962) et qui compte des auteurs américains tels que Barbara Rogoff, Sherry Turkle ou Patricia Mark Greenfield. Lisons ce qu’en dit Pascal Boyer « L’étude des processus cognitifs [...] permet[tant] de reformuler beaucoup de problèmes anthropologiques classiques en donnant la possibilité d’émettre des hypothèses plus précises sur l’acquisition et la transmission des représentations culturelles. »1 Les SIC négligent trop souvent cette approche qui leur serait pourtant utile. Du point de vue sociocognitif, il s’agit de comprendre le processus intellectuel dans lequel s’engage quiconque est profane par rapport à un instrument qu’il se propose d’employer :

  1. C’est un apprentissage dans lequel interviennent de multiples facteurs : nature de la démarche (hypothético-déductive ou empirico-inductive ou hybride) ; représentation ex ante du sens de l’outil et construction d’un projet ; environnement informationnel qui configure un univers sémantique pour l’utilisateur ; essais/erreurs par la pratique, qui confèrent et enrichissent la connaissance de l’outil tout en la modifiant le plus souvent. Les travaux sur l’intersubjectivité suggèrent que l’on pourrait étudier sous cet aspect le rapprochement des « points de vue » de l’utilisateur et de la machine. Le contexte socioculturel est à prendre en considération : effets des apprentissages scolaires et extrascolaires (dans le cas des jeux vidéo par exemple), empreinte de la technique. La pratique des nombreux dispositifs numériques rend centrale la notion de procédure, qui est sans doute une des bases de la culture technique qui soit la plus partagée. C’est aussi la construction d’une théorie « locale » par l’utilisateur, non discutée le plus souvent, de la machine et des applications possibles. Cet aspect épistémologique est peu exploré aujourd’hui alors qu’il l’a été beaucoup dans les années quatre-vingt et mériterait d’être repris.

    • 2 Voir aussi Barbara Rogoff (1991), Patricia Mark Greenfield (1984), dans le cadre d’une anthropologi (...)

    De l’expérience progressivement acquise et méditée et de la théorie locale en construction découle un modèle, lui aussi local pour les raisons précédentes, qui se traduit par des procédures de travail. Ce modèle est dans ma conception une logique d’usage. Ces procédures sont nombreuses et constituent des « primitives » au sens où l’entendait Seymour Papert (1981)2.

  • 3 Cécile Toulou, Étude d'usage et de satisfaction des usagers de SINDBAD, Paris, Délégation à la Stra (...)

On voit donc la différence avec ce qu’on appelle aujourd’hui les études d’usages. Par exemple l’enquête SINBAD exécutée en 2011 par la BNF3 s’adresse à plus de trois cents personnes et elle les interroge sur la finalité de la fréquentation des ressources documentaires, mais elle n’explore pas les modèles et les stratégies cognitives. Cela met bien en relief le caractère micro-analytique des travaux sur les logiques d’usage. Si l’on veut monter d’un cran et s’interroger sur ces démarches au niveau d’un collectif, une classe par exemple, c’est par une analyse bottom-up que l’on trouvera des traits communs partagés par plusieurs, voire la totalité des sujets. On découvrira aussi des singularités, ce qui est hautement utile dans le domaine scolaire. Un exemple intéressant avait été le « Brooklyn Report », étude dirigée par Seymour Papert. Dans cette étude, des changements de stratégie avaient été observés au cours d’un usage. Une fillette de six ans voulait – au départ - dessiner un escargot sur ordinateur à l’aide de Logo. Elle commença par programmer le dessin du « pied » de l’escargot. Déception, le dessin est renversé et évoque une coque de bateau. La fillette stoppe son projet initial et construisit un voilier !

On en conclut que les travaux sur les logiques d’usage sont orthogonaux par rapport à ceux sur les usages.

Par contre, une convergence apparaît avec ce qu’il est convenu d’appeler les « literacies », terme sans équivalent en français. Des travaux pionniers furent entrepris il y a une vingtaine d’années, notamment par Brigitte Juanals, qui en fit une thèse de doctorat. La literacy introduisit dans le champ documentaire et aujourd’hui dans d’autres (voir les travaux de Vincent Liquète), la notion de compétence, c’est-à-dire une capacité à gérer une fonctionnalité, de la conception à l’interprétation. C’est en quelque sorte une façon de présenter et d’organiser des logiques de l’usage. Les travaux de Juanals avaient mis en évidence la nature et le nombre des compétences requises pour effectuer une recherche documentaire sur Internet. La literacy a un caractère normatif, que l’on retrouve dans les travaux sur les normes et standards, qui mettent à jour régulièrement les modèles d’utilisateur. J’ai suivi ces travaux pendant plus de dix ans et j’ai noté pendant cette période la progression incontestable des milieux de la normalisation (ISO, CEN, AFNOR) dans la prise en compte de la diversité des stratégies d’utilisateurs dans le champ de la formation en ligne (Perriault, Vaguer, 2011).

Exosquelettes, drones : des machines à communiquer

A. C - Ta définition des machines à communiquer (MàC) retient cinq fonctions :

  1. la fonction de simulation car ces machines produisent des simulacres de plus en plus perfectionnés

  2. la fonction discursive car elles supposent une compétence langagière spécifique pour les employer

  3. la fonction économique car l’emploi de ces machines repose sur des supports et terminaux

  4. la fonction d’organisation sociale car ces machines charrient un dispositif d’emploi prévoyant un usager ou un collectif d’usagers

  5. la fonction de régulation puisque ces machines ont une finalité de réduction des déséquilibres

Tu insistes à raison sur le fait que ces MàC se focalisent uniquement sur deux sens, la vue et l’ouïe. Cela signifie-t-il pour toi que les technologies immersives actuelles, qui mobilisent d’autres sens, notamment le toucher, ne peuvent être analysées comme des MàC ? Si les critères de définition demeurent pertinents pour les analyser, penses-tu que nous soyons dans une autre filière technique dont il s’agirait de faire la généalogie ?

J. P - Essayons d’appliquer les cinq traits à des machines nouvelles pour voir s’ils conviennent. Par référence à l’humain et la réalité augmentée, prenons deux cas : l’exosquelette et le drone :

  • la production de simulacres : l’exosquelette est une simulation du squelette. Le simulacre en est le portage. Quant au drone il va à la chasse d’objectifs dont il fait des simulacres et les transmet,

  • la fonction discursive : l’exosquelette et le drone sont pilotés avec des langages,

  • la fonction économique : l’exosquelette est un outil de productivité, le drone aussi,

  • la fonction d’organisation sociale : les deux machines modifient considérablement les organisations,

  • la fonction de régulation : l’exosquelette corrige la faiblesse humaine et le drone accroît la capacité de vision à distance.

En première analyse, qu’il conviendrait de discuter, ces deux machines respectent ces critères et pourraient prétendre au statut de machine à communiquer. Elles respectent également les critères d’amplification et d’hybridation comme le télescope ou le microscope et cela dès le xviie siècle ! En ce qui concerne les drones, Mark Zuckerberg, patron de Facebook, crée un Connectivity Lab et met en chantier des drones pour délivrer Internet dans des zones de la planète non couvertes (Goel, 2014). Le drone est bien ici une machine de ce type.

A. C - À la lecture de ton ouvrage, je me suis d’ailleurs pris à réinterroger l’idée que le numérique est une révolution, comme un auteur tel Bernard Stiegler, se fondant lui aussi sur Simondon et Leroi-Gourhan, le défend. Que l’instrument ait des caractéristiques radicalement différentes est évident, mais a-t-on changé de filière technique ? Le projet semble le même : perception, lecture, stockage, transmission. Les fonctions aussi, avec des analogies fortes repérées dans les exemples que tu mobilises entre l’usage badin de Whatsapp et celui du téléphone du début du siècle, des liens entre les selfies, les catalogues formés sur Pinterest ou l’usage du Polaroïd, de ce que l’on prête comme valeur de persuasion aux diaporamas par rapport à celle qu’on prêtait aux lanternes magiques, ou enfin de l’omniprésence de la volonté de permettre la participation. Quelle est donc ta lecture du numérique ?

J- P - Dans une publication récente (Perriault, 2014), j’ai montré comment des technologies anciennes (celles du XVIIsiècle) de l’image et du son ont ouvert la voie à une augmentation des capacités perceptives de l’être humain et de ses capacités à produire de l’illusion aussi bien que de nouveaux savoirs et donc à augmenter sa maîtrise du monde. Au rang des instruments créés : le miroir, la lanterne magique, le microscope, le télescope entre autres. Ces instruments entretiennent des liens avec les fonctions d’information et de communication et on les retrouve de nos jours sous des formes ultrasophistiquées, telles que, par exemple, l’image en trois dimensions. Mais cela laisse de côté les fonctions sensorimotrices, telles que le toucher par glissement sur écran tactile ou encore le portage par exosquelette. Il convient en effet de s’interroger sur la singularité d’une nouvelle catégorie de machines, la question du simulacre étant centrale dans cette réflexion. Je touche le simulacre qu’est une icône sur un écran et je la fais glisser. L’exosquelette est un simulacre de squelette, qui est hybridé en quelque sorte avec un être humain et lui permet de porter une charge dont le poids est bien au-delà de ses forces. On peut avancer l’hypothèse que ces artefacts servent in fine – en tant que moyens - à communiquer par construction de stratégies, le jeu vidéo en est un exemple, ou par correction de déséquilibre, telle que le portage de charges d’un point à un autre. Je n’irai pas plus loin dans ce sens, car un véritable débat scientifique sur cette question mérite d’être engagé.

Au passage, je m’étonne que le discours SIC conserve le terme « technologies de l’information et de la communication ». Celui de « machine à communiquer » me paraît de loin préférable, car il inclut l’activité sémiotique de l’homme par l’intermédiaire de la notion de simulacre, tandis que celui de TIC maintient la rupture entre l’homme et la machine.

Changements dans la culture technique.

A. C - L’un des traits intéressants de l’approche que tu proposes est de ne plus s’en tenir à une attitude négative ou positive à l’égard des MàC, mais aussi à l’égard des relations qu’elles permettent. Il semble ici que la notion de simulacre est doublement intéressante. À la fois pour bien situer le rôle des MàC : elles colmatent des manques. Cela permet de dépasser l’idée d’un engouement pour les MàC, de cesser de les aborder comme des fins mais plutôt comme des moyens d’atténuer des déséquilibres, et de comprendre qu’elles ne sont que des ersatz d’autres activités aux yeux des usagers. Le deuxième point concerne la nuance apportée à l’idée d’un gain en communication souvent portée par la toile de fond technicienne : tu démontres que les MàC sont employées davantage pour le contact que pour la communication. L’idée de perte de qualité dans les relations que générerait l’usage de certaines technologies est ainsi posée autrement, une technologie ne suffisant pas à définir une relation.

Est-ce que ce constat te semble toujours tenir pour l’analyse des technologies qu’on qualifie de sociales, participatives, expressives, etc. ?

J. P. - Cette question – davantage de communication ou seulement de contact – se pose aujourd’hui différemment par rapport à l’époque où j’ai écrit La logique de l’usage. Pourquoi ? Le choix d’un refus d’un protocole numérique était alors possible. Ce refus d’un protocole se manifesta notamment à la fin des années soixante-dix par des grèves : rejet de certaines machines à commande numérique à la SNECMA, refus de protocoles de contrôle de navigation chez les contrôleurs de la navigation aérienne, par exemple. Aujourd’hui cela ne semble plus possible. Pour trois raisons : 1) la quasi-totalité des fonctions dans une branche professionnelle est totalement numérisée, en réseau avec un centre d’analyse et de contrôle très éloigné de l’utilisateur final, donc inaccessible et, de plus, constitue souvent une injonction non contestable, la carte Vitale par exemple ; 2) il n’y a plus d’espace de négociation sur les modèles et les logiques d’usage, sinon dans les commissions de normalisation (ISO, AFNOR), c’est-à-dire bien en amont des champs d’utilisation ; 3) la culture technique a profondément changé.

1) Des fonctions totalement numérisées

Depuis le début des années quatre-vingt-dix, la notion de service en ligne s’est considérablement appliquée aussi bien dans le secteur public (impôts, santé, par exemple) que dans le secteur privé. Amazon.com étant un des cas les plus connus. Les fonctions inhérentes à un service sont totalement intégrées et l’utilisateur doit s’y conformer.

2) Les espaces de négociation sur les modèles sont balisés et restreints

Quelles seraient d’ailleurs les possibilités d’action étant donné l’intrication des dispositifs et des systèmes ? Après avoir imposé des protocoles, les ingénieurs et les développeurs en champ clos, ont tenu compte – à partir de la fin de la décennie 80 – des enquêtes de marketing auprès des utilisateurs. Cela a rendu plus aisées les conditions de travail sur un poste informatique - sans toutefois, dans la plupart des cas –que la diversité des logiques d’usage soit prise en compte. Aujourd’hui, le travail collectif en ligne est devenu une norme sociale dans les entreprises. Des réunions quotidiennes sur Skype, la co-construction à distance de logiciels, sont monnaie courante dans les entreprises qui réunissent ainsi par réseau des professionnels qui travaillent chez eux. Comment va évoluer l’organisation de la société en fonction de cette innovation bien ancrée dans les pratiques est un thème de recherche continuel.

Les seuls espaces de négociation, comme indiqué plus haut, sont aujourd’hui bien en amont du service, au niveau des commissions de normes et standards (ISO, W3C). De 2000 à 2010, ces instances ont progressivement intégré des paramètres prenant en compte usage et logique de l’usage. En ce qui concerne l’usage, la notion de profil d’application s’est étendue : dans le domaine de la formation en ligne, par rapport à une liste extensive des fonctionnalités, chaque pays se réservant le droit de ne retenir que celles qui concernent directement sa pédagogie et sa politique de formation dans ce qu’il est convenu d’appeler le profil d’application. Quant à la logique d’usage, on la trouve en partie dans une autre composante, le modèle d’utilisateur. Certains pays, scandinaves notamment, ont fortement poussé les travaux des comités de normalisation vers cette orientation. Mais une autre dimension a considérablement changé, la culture technique des utilisateurs.

3) La culture technique a profondément changé

Rappelons tout d’abord qu’un phénomène démographique et culturel a profondément compliqué la donne : les digital natives. Depuis 1995, deux milliards de jeunes sont nés et pour bon nombre d’entre eux, Internet va ou ira de soi, comme les arbres et l’automobile chez les plus âgés. Les travaux actuels sur la « génération Y » ne montrent pas de nouvelles stratifications sociales mais un usage considérable du numérique pour la communication, par tweets, par selfies et par photos notamment. Des modes éphémères surgissent mais ne durent pas.

  • 4 Cf. Les dossiers de la Recherche, N° 11, op. cit.

La stratification sociale du monde numérisé comprend aujourd’hui de nombreux groupes qui se livrent sur la Toile à des activités hybrides de professionnel et d’amateur, la « liaison pro/am », très souvent non rémunérées : par exemple, les gens qui surveillent la qualité des informations de Wikipédia, recherchent les imposteurs qu’ils traquent, identifient et sermonnent. Cela rend caduque dans bien des cas la distinction valable encore dans les années quatre-vingt, entre industriels et utilisateurs, du fait de ce monde intermédiaire. On peut citer également les développeurs qui construisent gratuitement des logiciels pour les grandes firmes informatiques4.

Tandis que la filière numérique se développe et se perfectionne, il est bien difficile de caractériser aujourd’hui une culture technique générale, ce à quoi se heurtent les approches en litteracy. Les formations scolaires et universitaires varient sensiblement selon les pays. Certaines politiques de formation au numérique insistent sur la modélisation, d’autres, comme la France aujourd’hui, s’orientent vers le codage. Certaines sont hypothético-déductives : on applique un logiciel. D’autres, moins fréquentes, sont empirico-inductives, on construit le modèle et son logiciel par essais-erreurs. Cette deuxième catégorie a été testée en France pendant dix ans, dans les années quatre-vingt. Les enseignants ont renoncé : il est trop difficile de suivre pas à pas une trentaine d’élèves qui construisent par eux-mêmes. À côté des formations abritées par des institutions ou des associations, il y a un énorme phénomène d’autodidaxie : chacun découvre en tâtonnant et se construit sa propre « culture technique », parfois discutée en ligne sur un blog. Mais il ne semble pas qu’il y ait de repères généraux explicités. Il y en a pourtant, par exemple, la notion de procédure et celle de modèle. Mais cela suppose une analyse verbalisée. Combien de jeunes sont capables de raconter leur dernière séquence de jeu vidéo ?

L’hypothèse est qu’il n’y a pas de culture technique commune, mais une multitude de micro-cultures techniques dont les référentiels ne sont pas explicités. Un programme de recherche devrait s’attacher à construire une vue d’ensemble de cette question. Il n’est pas sans intérêt de découvrir qu’il y a toujours des formations à COBOL et à FORTRAN, alors qu’on pourrait penser ces langages disparus. Les assurances ont toujours des équipements qui fonctionnent avec ces langages. On voit par cet exemple qu’on a des vues segmentées de la culture technique. On constate également qu’il n’y a pas de « saga » numérique. Les chemins de fer (le Transsibérien), l’automobile (la Croisière jaune de Citroën) ont été des moments intenses qui ont placé l’opinion en face de réalités sociotechniques qui étoffaient la toile de fond technologique et qui lui donnaient sens.

L’analyse de la logique de l’usage

A. C - Ce que tu qualifies d’ethnotechnologie constitue aussi un cadrage des recherches sur les phénomènes sociotechniques. Le triptyque projet/instrument/fonction paraît à ce titre un garde-fou théorique pour éviter le risque régulièrement soulevé en SIC de ne s’en tenir qu’à l’analyse « d’utilisations ».

J. P - L’ethnotechnologie correspond grosso modo à l’interaction entre techniques, sciences et société. Nous sommes ici dans ce champ. Le triptyque projet – instrument – fonction rend compte de situations (par exemple, huit : 23) selon que l’on fait varier un des éléments. Par exemple, le détournement résulte de la conservation de l’instrument et de sa fonction et de changement du projet. Si j’enfonce un clou avec le côté d’une tenaille, parce que j’ai égaré le marteau, projet et fonction sont conservés mais l’instrument a changé (Perriault, 2002). Ne brûlons pas les étapes. L’analyse du geste, technique ou autre, est une tâche compliquée car elle comporte une multitude de paramètres. Il y a bien sûr l’imaginaire en toile de fond, je reprends là l’analyse de Simondon, qui situe l’acte dans une mise en scène propre à celui qui pratique et exécute. Le seul discours ne suffit pas à rendre compte de la réalité du geste accompli. Il faudrait reprendre à cet égard les travaux effectués par François Bresson dans les années soixante-dix à l’EHESS. Bresson avait filmé des dentellières dans leur activité et il les avait par ailleurs interviewées. Interview et film ne coïncidaient pas, les dentellières décrivant une pratique stéréotypée qui renvoyait à une image convenue de leur activité et non pas aux pratiques réelles enregistrées. Par ailleurs, dans un entretien, on ne parle que rarement des erreurs, des fausses manœuvres, des changements de stratégie comme on l’a vu pour la petite fille qui voulait dessiner un escargot, alors que ce sont les données les plus intéressantes pour le chercheur. Il faut peut-être rappeler à ce point de l’argumentation que la technique est en partie indicible : essayer, par exemple, de décrire un escalier en colimaçon les mains dans les poches, est un exercice très difficile tant la narration défaillante sollicite le geste manuel décrivant une spirale.

Autre point, on me demande souvent les rapports de ces travaux avec ceux de Michel de Certeau. Ces derniers s’inscrivent principalement dans le paradigme de la résistance aux médias. On devrait d’ailleurs mentionner à cet égard le livre important d’Anne Marie Laulan, La résistance aux systèmes d’information (Retz, 1985). Chez de Certeau, les patrons des médias sont des propriétaires terriens et les usagers des braconniers. Ils créent des espaces refusant l’injonction par des ruses et des tactiques. Ce n’est pas mon cas, même si j’ai essayé un moment. Ce qui m’intéresse principalement, encore une fois, c’est l’aspect sociocognitif, non pas que je conteste la position de Michel de Certeau dont l’utilité est de plus en plus évidente (voir la problématique actuelle des « commons », pour l’open source, qui s’inspire de la querelle des enclosures). C’est pour moi un objectif central que de comprendre la complexité du rapport de l’homme à la machine. Je ne parlerai pas pour ma part de révolution numérique, mais je me souviens quand même de l’observation de Leroi-Gourhan (1964), qui dans les années soixante, écrivait à propos de l’audiovisuel : « ce langage qui est en train de quitter l’Homme ». Cette phrase m’a inspiré mon livre « Mémoires de l’ombre et du son » (Perriault, 1981).

A. C - Cette démarche méthodologique permet de penser sous un angle nouveau les critiques habituelles adressées aux études micros sur leur absence de représentativité. Tu proposes d’associer une reconstitution de la filière technique à de l’observation des individus en contexte pour éclairer dans un second temps des études de diffusion. Cette complémentarité de méthodes risque encore de se voir reprocher le manque de validation scientifique des résultats par les plus fervents défenseurs des méthodes hypothético-déductives. Quelle est ta position face à ces approches, et notamment considères-tu qu’il s’agit de courants différents ne pouvant pas se comprendre ou penses-tu qu’il est possible de convaincre de l’intérêt de l’approche avec des arguments acceptables par des hypothético-déductivistes ?

J. P - Quant à la validation des résultats, je me tourne ici vers l’anthropologie, qui analyse des situations locales et non vers la recherche de modèles généraux. La logique d’usage est une pratique raisonnée, circonstanciée par des conditions locales. On peut en énumérer les constituants, mais il paraît difficile de construire des modèles généraux dans un champ d’application, par exemple, la logique d’usage de l’ordinateur partagée par les enfants des écoles. On ne peut pas envisager une règle unique partagée par les acteurs, sauf dans des activités répétitives. Dans ces dernières, où le travail collectif intervient souvent, se produisent fréquemment ce que Lev Vygotski a appelé des « conflits sociocognitifs » c’est-à-dire des divergences de points de vue sur la façon de comprendre un problème et de traiter une situation. Cette activité, propre à la résolution de problème, ne peut prendre sens que dans une démarche qui autorise des variations dans la logique d’usage, résultant des négociations entre protagonistes, c’est-à-dire imprévisibles dans la plupart des cas.

A. C - Tu en appelles à des collaborations avec les sciences cognitives pour analyser les logiques cognitives mobilisées dans les usages. Peux-tu préciser ce que tu penses qu’elles peuvent apporter de plus que les compétences observées dont tu rends compte dans tes terrains ?

Haut de page

Bibliographie

J. P - Les sciences cognitives fournissent des concepts qui sont à explorer pour mieux comprendre ces interactions entre pairs. Outre le conflit sociocognitif, qui se produit en cas de divergence de points de vue – sur un problème à résoudre, par exemple –, l’intersubjectivité (Vygotski) fonctionne lorsqu’ils se rapprochent (le Séminaire de psychologie de Neuchâtel a exploré ces questions). L’intersubjectivité s’applique aussi à la relation humain-machine. L’utilisateur modifie, au cours de l’utilisation, la représentation qu’il a de ce que demande la machine. En fait, c’est lui qui fait la totalité du chemin, puisque la machine, elle, ne change pas d’attitude.

André Leroi-Gourhan, Le geste et la parole, Paris, Albin Michel, 1964, 2 volumes, 323 et 284 p.

Vindu Goel, « Vol au-dessus d’un nid d’opérateurs du web », Les dossiers de la Recherche, Août septembre 2014, N° 11, p. 90-92.

Patricia Mark Greenfield, Mind and media, Londres, Fontana, 1984, 232 p.

Barbara Rogoff, Apprenticeship in thinking, New-York, Oxford University Press, 272 p.

Seymour Papert, Jaillissement de l’esprit. Ordinateurs et apprentissage, Paris, Flammarion, 1981, 298 p.

Jacques Perriault, Éducation et technologies numériques, Théorie et pratique, Paris, Nathan, « 128 », 128 p.

Jacques Perriault, La logique de l’usage, Paris, L’Harmattan, « Anthropologie, ethnologie, civilisation », 2008, 253 p.

Jacques Perriault, Mémoires de l’ombre et du son, Une archéologie de l’audiovisuel, Paris, Flammarion, 1981, 275 p.

Jacques Perriault, « Le corps artefact. Archéologie de l’augmentation et de l’hybridation », dans Édouard Kleinpeter (sous la dir. de), L’humain augmenté, Paris, CNRS, Les essentiels d’Hermès, 2014, p. 37-55.

Jacques Perriault, Céline Vaguer, La norme numérique. Savoir en ligne et Internet, Paris, Éditions du CNRS, 2011, 269 p.

Claude Levi-Strauss, La pensée sauvage, Paris, Plon, « Agora », 347 p.

Haut de page

Notes

1 http://fr.wikipedia.org/wiki/Anthropologie_cognitive#cite_note-1

2 Voir aussi Barbara Rogoff (1991), Patricia Mark Greenfield (1984), dans le cadre d’une anthropologie cognitive. Voir aussi les travaux de Brannon et Lohr.

3 Cécile Toulou, Étude d'usage et de satisfaction des usagers de SINDBAD, Paris, Délégation à la Stratégie et à la recherche, septembre 2011.

4 Cf. Les dossiers de la Recherche, N° 11, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Perriault, « Retour sur la logique de l’usage », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 04 février 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1221 ; DOI : 10.4000/rfsic.1221

Haut de page

Auteur

Jacques Perriault

Jacques Perriault est professeur émérite en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense (Laboratoire Tactic) et conseiller à l’Institut des sciences de la communication du CNRS. Son attention a porté principalement sur les pratiques et les usages des ordinateurs pour l’accès au savoir. Ses deux derniers ouvrages sont La norme numérique, Internet et savoir en ligne (Dirigé avec Danièle Vaguer, Éditions du CNRS, 2011) et Dialogues autour d’une lanterne. Une brève histoire de la projection animée (L’Harmattan, 2013).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page