Navigation – Plan du site

6 | 2015
Usages et usagers de l'information à l'ère numérique

Sous la direction de Patrick-Yves Badillo et Nicolas Pélissier

Tout au long de ces dernières décennies, de nombreux auteurs ont critiqué le déterminisme technique (voir notamment Ellul, 2004 ; Miège et Vinck, 2012). Cette remise en cause a concerné en particulier la notion de « société de l’information ». Gaëtan Tremblay souligne à son propos : « Le déterminisme technologique sous-jacent au modèle de la société de l’information, dans lequel l’évolution des technologies de l’information et de la communication est présentée comme le facteur déterminant du changement, en fait nécessairement une explication réductrice incapable de prendre en considération les stratégies d’acteurs et les conflits qui en résultent » (Tremblay, 2007, 119). Depuis les annonces faites autour des autoroutes de l’information dans les années 1990, du programme e-Europe des années 2000, ou plus récemment du Digital Agenda de l’Union Européenne, le mythe d’une société dorénavant qualifiée de « numérique » est plus fort que jamais.… [En savoir +]

Notes de la rédaction

En tant que société scientifique, la Société Française des Sciences de l'Information et de la Communication n'a pas vocation à prendre des positions immédiates, dans l'urgence, face à des événements de quelque ordre qu’ils soient. Une grande méfiance doit même être cultivée vis-à-vis de la précipitation à porter des jugements ou proposer des « analyses » dont nous savons trop qu'elles sont partielles, inspirées souvent par la passion plutôt que par la raison et l'analyse critique. Pour autant, nous avons été atterrés et indignés par les assassinats de femmes et d’hommes, journalistes, policiers, simples citoyens, au seul motif de leurs opinions, de leurs croyances ou de leur fonction. Cette indignation a été affirmée et revendiquée par notre société savante : nous "étions Charlie" car notre mission d'enseignants-chercheurs (formateurs de journalistes mais également d’autres professionnels de la médiation), de chercheurs, de professionnels de la communication et des médias, ne doit pas être mise à part de notre citoyenneté. [En savoir +]