Navigation – Plan du site
Bibliographie

Pratiques et usages numériques, H2PTM’13, Imad Saleh, Manuel Zacklad, Sylvie Leleu-Merviel, Yves Jeanneret, Luc Massou, Ioan Roxin, François Soulages, Nasreddine Bouhaï (Coord. par)

Hermes Science publications, Lavoisier, 2013
Charlotte Blanc
Référence(s) :

Pratiques et usages numériques, H2PTM’13 Imad Saleh, Manuel Zacklad, Sylvie Leleu-Merviel, Yves Jeanneret, Luc Massou, Ioan Roxin, François Soulages, Nasreddine Bouhaï (Coord. par), Hermes Science publications, Lavoisier, 2013

Texte intégral

1L’ouvrage Pratiques et usages numériques (coordonné par I. Saleh, M. Zacklad, S. Leleu-Merviel, Y. Jeanneret, L. Massou, I. Roxin, F. Soulages, N. Bouhaï) rassemble les actes de la douzième édition de la conférence « Hypertexte et hypermédia », qui a eu lieu les 16, 17 et 18 octobre 2013 au CNAM de Paris. Ces actes s’inscrivent dans la continuité des éditions précédentes. Tourné cette année vers les nouveaux usages et pratiques numériques, l’ouvrage ne compte pas moins de 28 articles écrits et co-écrits par 61 auteurs, majoritairement regroupés autour de projets de recherche dans le domaine des pratiques numériques (PRECIP Région Picardie, ARtSENSE…). Cet ouvrage est marqué par la richesse des perspectives de recherche qu’il propose, tant en matière d’épistémologie en SIC, qu’à travers le dialogue qu’il instaure entre différents champs disciplinaires. Ainsi, sont convoquées diverses approches sont à la fois en Sciences de l’Information et de la Communication, en Informatique, en Sciences cognitives, en Art, en Sémiotique, en Sciences de l’Éducation, en Philosophie… Organisé autour de cinq axes, l’ouvrage se concentre sur l’hypertexte et le traitement de l’information (Première partie), l’écriture, l’œuvre et la littérature numérique (Deuxième partie), les jeux numériques, univers virtuels et 3D (Troisième partie), les systèmes et pratiques collaboratives en ligne (Quatrième partie) et Internet et société (Cinquième partie).

2Fait notable, l’édition 2013 se structure autour de trois axes d’orientations scientifiques : les aspects innovants des dispositifs hypermédiatiques ; les mutations qu’impliquent leurs usages dans une dimension socioculturelle, à travers un phénomène d’hypertextualisation relatif aux nouveaux dispositifs d’écriture ; les rapports interactionnels entre les structures hypertextuelles et leurs usagers, cet axe questionnant en outre les pratiques potentielles que fait émerger la mise en place de nouveaux dispositifs auditifs et visuels.

3Nous avons souhaité évoquer ici quelques éléments qui, à notre sens, constituent la qualité et l’intérêt essentiels de cet ouvrage très riche. Ainsi, au fil des parties le lecteur est amené à s’intéresser à la question de la qualité de l’information dans les espaces numériques à travers les notions d’infobésité et de sérendipité par exemple ; de la qualité de l’information à travers l’éditorialisation et la navigation (mis en question dans l’article relativement à la réalisation d’hypersignes, l’hypertexte en langue des signes).

4L’un des enjeux majeurs de l’ouvrage concerne la place de l’internaute dans l’information et celle de l’utilisateur dans la gestion du dispositif sociotechnique ; tant aux niveaux technique (l’importance d’une formation numérique), cognitif (que soulève la troisième partie sur les jeux vidéo) ou encore perceptif. Ainsi, certains travaux de l’ouvrage interrogent notamment la place de l’homme vis-à-vis de la machine (l’homme interfacé) et le rôle des différents acteurs sur les dispositifs participatifs et collaboratifs.

5Un second point notable pourrait être le rapport que le sujet, tantôt internaute ou spectateur, entretient lui-même avec les modalités de participation induites par les dispositifs (dans le cas de l’écriture collaborative, de la participation dans la gestion de l’identité numérique post-mortem, de la participation dans les plateformes de veille collaborative ; voir aussi la mesure de la participation « sociale » p. 243). L’interaction interpersonnelle et avec le dispositif (dans le rapport qu’en entretiennent les usagers) mise en avant dans plusieurs articles interroge tantôt l’effacement du sujet dans le système communicationnel (dans une dimension phénoménologique, renvoyant au va-et-vient entre implication d’un sujet et distanciation réflexive qu’il met en place face au dispositif et à sa propre création), ainsi que son rôle dans la participation entre différents sujets sur le dispositif (ce qui constitue un aspect de la quatrième partie).

6Puis, à travers des projets de recherche innovants, les auteurs exposent leurs travaux menés sur de nouveaux dispositifs images-sons dans les domaines de l’art numérique, de l’écriture musicale collective ou encore des audioguides en milieu muséal. Ces projets questionnent tant un rapport numérique collectif à la création artistique que la réception et la compréhension de l’art (audioguides) par hypertextes. Certains articles passionnants interrogent les phénomènes de re-hypertextualisation et de remédiatisation des œuvres, posant ainsi un genre nouveau de création ou co-création et re-questionnent notamment l’idée d’« écart esthétique » de Jauss (Tréhondart, p. 175) ou celle de « renarrativisation » de Blankerman.

7Enfin, l’ouvrage interroge la problématique du traitement hypertextuel de l’identité, de qualification et de quantification de soi, ou encore de gestion de la visibilité post-mortem. Dans la dernière partie de l’ouvrage, ces analyses de l’identité numérique révèlent non seulement des questionnements d’ordre ontologique, territorial, de genre mais aussi de l’imaginaire et mettent en avant des pratiques diversifiées de la gestion de l’identité (sa propre identité mais aussi celle de l’Autre).

8Tourné vers les nouveaux outils numériques et les structures communicationnelles, les articles oscillent entre approches techniques des objets numériques et modélisations théoriques des potentiels du numérique, en passant par des expérimentations et des études empiriques allant du traitement des pratiques induites et affordances des dispositifs à leurs usages sociaux, pédagogiques, artistiques, linguistiques, vidéoludiques, identitaires, littéraires, de design, économiques et financiers… Ainsi, au fil de la lecture nous sommes amenés à nous demander ce qui est potentiellement réalisable et applicable à travers les nouveaux usages du numérique. Et enfin, ce qu’il peut permettre d’exprimer, de dire, de créer, de produire (voir « Enseigner l’écriture collaborative », Bouchardon, Cailleau, Barrier, Sospedra-Tessier et Bachimont). L’un des points forts de ce travail collectif est d’illustrer les changements de paradigmes à travers des dispositifs hypermédiatiques en mutation, entre procédé de numérisation et de remédiation et production (comme l’écriture) par hypertexte, impliquant altérations ou transformations des manières de voir, d’entendre, de comprendre et de se représenter.

9En plus de réinterroger les frontières disciplinaires, ces actes mettent en avant les avancées et activités de recherche menées dans le numérique actuellement et celles à venir. Il offre une belle occasion aux chercheurs et doctorants dans le champ des Sciences de l’Information et de la Communication de nourrir, voire de réinterroger leurs objets de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Blanc, « Pratiques et usages numériques, H2PTM’13, Imad Saleh, Manuel Zacklad, Sylvie Leleu-Merviel, Yves Jeanneret, Luc Massou, Ioan Roxin, François Soulages, Nasreddine Bouhaï (Coord. par) », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1200

Haut de page

Auteur

Charlotte Blanc

Doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication, EA MICA Université Bordeaux Montaigne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page