Navigation – Plan du site
Appel à contributions

Numéro 7 à paraître – Les recherches sur les publics en Sciences de l’Information et de la Communication

Coordination : Frédéric Gimello-Mesplomb et Jean-Christophe Vilatte

L'étude des publics a très tôt contribué à structurer le champ des sciences de l’information et de la communication. De l'étude du lectorat de presse aux audiences TV en passant par la muséologie ou l'anthropologie des pratiques médiatiques et culturelles, chaque objet a contribué à développer des méthodes d'approche ou des outils, puisant dans les travaux importants consacrés à la question de la réception qui ont marqué les sciences sociales des cinquante dernières années. À l'occasion de ce dossier, nous chercherons moins à proposer une conception systématique du ou des public(s) en SIC qu’à mettre en évidence la diversité des perspectives d'approches et la façon dont elle a nourri un concept central des recherches en SIC finalement très peu étudié en tant que tel. Sans pour autant en réduire l’hétérogénéité de problématiques, de méthodes ou d’objets, ce dossier entend avant tout montrer la richesse heuristique de cette entrée de recherche et en retracer l'évolution.

La définition de "public" est aujourd'hui davantage bâtie sur un consensus que sur une définition unilatéralement opératoire. Si les recherches en SIC ont d'abord cherché à définir les publics à travers les caractéristiques des objets auxquels des individus pouvaient éprouver un attachement, d'autres approches, comme la sociologie des publics, ont revisité les modèles de stratification sociale et des prédispositions, tandis que les perspectives cognitives et psychosociales faisaient de même avec les réactions et phénomènes de perception. Les perspectives modernes, sinon postmodernes, sur l'autonomie de l'individu liées à l'évolution des dispositifs sociotechniques de consommation et du niveau global d'éducation à l'échelle mondiale ont, à leur tour, contribué à bousculer les points de vue traditionnellement portés jusqu'ici sur la question des publics. Tandis que certains chercheurs ont examiné les diverses formes d’identités entre objets et publics comme en témoigne la monté en puissance du paradigme de l'expertise du jugement dans les recherches sur les publics, d'autres ont exploré la question des liens sociaux à travers les interactions entre publics. Les colloques organisés récemment sur le sujet des publics par les unités de recherche en SIC témoignent de l'intérêt renouvelé pour une thématique de recherche toujours féconde lorsqu'elle interroge des objets ou pratiques (presse, télévision, réseaux sociaux, pratiques culturelles et de sortie, outils numériques et mobiles, festivals, etc.). À visée épistémologique, et ouvert aux contributions de chercheurs confirmés comme de jeunes chercheurs, l’objet de ce dossier est d’appréhender la question du(des) public(s) selon ces différents angles.

Principaux axes de recherche

  1. Le "public" comme concept et objet de recherche en SIC : Récepteur, spectateur, grand-public, publics empêchés ou spécifiques, publics populaires, publics médiatiques, publics experts et profanes, non-publics, espace public… La sociogenèse des catégories d'observations (comme le pluriel adossé au terme publics) ou encore l'historiographie des concepts mobilisés pour approcher la question des publics sera questionnée. Pour le dire plus trivialement, cet axe s'attache à observer ce que les recherches sur les publics font aux SIC vs ce que les SIC ont apporté aux recherches sur les publics.

  2. Comparaison internationale : sociologie des publics vs audience studies : regards croisés sur les recherches de réception, d'anthropologie de la communication, de psychologie des publics en France et ailleurs. L'adhésion ou la résidence aux modèles usuels du champ. L'importation et la transformation de concepts.

  3. Les sciences sociales et la question du public. Approche par les modèles. Cognitive cultural studies, fan studies, sociologie des émotions ou des attachements, culture de la convergence, psychologie sociale, sémio-pragmatique, humanités numériques… Les perspectives postmodernes et critiques. La montée en puissance du paradigme sur l'expertise profane des publics. Les concepts de légitimité, de domination, d'omnivorisme culturel, de ludique (ou de ludicité), de 'populaire', de connecté, de convergence médiatique, etc.

  4. "Les publics vus par…" : Dans une perspective d'anthropologie symétrique, il s'agira de déterminer enfin quelques lignes de force dans la façon dont les professionnels de la culture et de la médiation culturelle, des médias, de la communication politique, des instituts de sondages, les services de mesure d'audience, les services des publics des grandes institutions muséales, mais aussi les chercheurs en SIC, envisagent le(s) publics. Représentations sociales des publics, modèles théoriques (ou rhétoriques) de l'ordre de la routine, du savoir-faire, de terrains empiriques, etc.

Consignes & planning

Date limite de soumission des articles complets : 28 février 2015

Taille : entre 30 000 et 40 000 caractères espaces compris

Fichier attaché saisi sous Word (PC ou Mac) ; le fichier porte votre nom

Envoi des articles :

Modalités d’évaluation : double évaluation/double aveugle

Consignes rédactionnelles : Les auteurs devront fournir un résumé en français et en anglais, quelques mots-clefs en français et en anglais et une courte biographie : prénom, nom, fonction, laboratoire, université.

Pour les citations, appels de notes, notes de bas de page, bibliographie, se reporter au guide de rédaction de la revue sur http://rfsic.revues.org/401

La RFSIC, revue électronique de la Société française des sciences de l’information et de la communication, traite de l’ensemble des problématiques de cette discipline dans une approche transversale. Elle vise un public de chercheurs et de professionnels en proposant des articles sur des thèmes de fonds et d’autres émergents. Tous les articles sont librement accessibles en ligne, et disponibles au téléchargement en PDF et ePub. La revue est intégrée au bouquet du programme OpenEdition Freemium pour les bibliothèques.