Navigation – Plan du site
Vie des labos

Les enjeux d’une cartographie des SIC pour la discipline et les unités de recherche

Compte rendu de la table ronde « Échanges autour d’un projet de cartographie », XIXe congrès de la SFSIC, Toulon, 5 juin 2014
Sidonie Gallot

Notes de l’auteur

En collaboration avec Jacques Walter et Aurélia Lamy

Texte intégral

« Cette interdiscipline est une discipline : c'est ce qu'entend affirmer le fait même de lui donner un nom. Autrement dit, il y a une problématique propre à l'information et à la communication, et en se laissant guider par elle, on doit parvenir à dégager une théorie de ces phénomènes qui serait autre chose qu'une juxtaposition des éclairages latéraux fournis par d'autres disciplines. Cette interdiscipline est plurielle, comme le signifie son nom « les sciences de l'information et de la communication ». Il y a pluralité, d'objets, d'objectifs théoriques, de finalités professionnelles. Mais cette pluralité est interne à une unité que nous avons voulue affirmer […] »

Jean Meyriat, Président d’honneur à la SFSIC,

Entretien par Jean Devèze, 1994.

1Le congrès de la SFSIC est un lieu privilégié d’échanges et de rencontre entre les enseignants-chercheurs en Sciences de l’Information et de la communication mais également entre les institutions qui œuvrent à la connaissance et à la reconnaissance des SIC en tant que discipline (et au-delà en tant que science) auprès des instances universitaires nationales. La Conférence Permanente des directeurs de laboratoires de sciences de l’Information et de la Communication (CPdirSIC), réunissant les directeurs d’unités de recherche en SIC — ou comportant des équipes de SIC, sous l’impulsion de son président Jacques Walter, s’est récemment lancée dans la constitution d’une cartographie des SIC visant à mieux identifier les thématiques de recherches effectives au sein des laboratoires et ainsi définir les contours d’une discipline souvent qualifiée d’« interdiscipline ».

  • 1 Pour Patrick Charaudeau (2010) l’interdisciplinarité « est l’effort d’articuler entre eux les conce (...)

2L’interdisciplinarité1 fait partie intégrante du processus de constitution de toute discipline et particulièrement des disciplines des sciences sociales (Resweber, 2011), elle est intrinsèque aux SIC depuis leur fondement en France. L’interdisciplinarité des SIC est toujours en question, en atteste l’intérêt récent qui lui a été accordé dans des revues telles que Questions de Communication qui y consacre plusieurs articles dans sa rubrique échanges dans les numéros 17, 18 et 19 (2010/1 et 2 ; 2011/1), ou encore Hermès dans son numéro 67 « Interdisciplinarité : entre discipline et indiscipline » (2013/3). Bien qu’historique, force est d’admettre qu’elle continue à animer les débats au sein de notre communauté.

  • 2 Comité Consultatif des universités, devenu Conseil National des Universités

3L’interdisciplinarité se pose d’emblée relativement aux conditions du déploiement des SIC et de leur institutionnalisation en termes d’enseignements universitaires et de champ de recherche en positionnant cette discipline « plurielle » (nous parlons bien de Sciences au pluriel) comme une « interdiscipline ». Sous l’impulsion de trois enseignants-chercheurs Robert Escarpit, Roland Barthes et Jean Meyriat issus de disciplines différentes (respectivement les études littéraires, la linguistique et la documentation), en 1972 se constitue un comité des SIC voué dans un premier temps à insérer les SIC dans le système universitaire Français, puis aboutissant en 1975 à la création de la 52e section CCU2 « Sciences de l’information et de la communication ». Comme le rappelle Éric Dacheux (2009) les « pères fondateurs » sont suivis par de nombreux autres chercheurs qui ont également apporté leurs points de vue et nourri les débats. Globalement et trivialement sont distinguées deux postures autour de la question de l’interdisciplinarité : d’un côté les détracteurs d’une approche monodisciplinaire et, de l’autre, ceux d’une approche pluridisciplinaire ; bien que ces dissensions aient fini par s’atténuer progressivement (Dacheux, 2009), elles n’ont pas disparu vraiment mais sont moins traitées. Béatrice Fleury et Jacques Walter (2012) avancent l’hypothèse suivante : l’interdisciplinarité est peu discutée « probablement parce que ce postulat est si présent en sciences de l’information et de la communication (SIC) qu’il peut donner à penser que, non seulement, il relève de l’évidence, mais que l’ensemble des chercheurs du secteur en maîtrisent les fondements et façons de faire. Et c’est précisément parce qu’elle est si présente qu’il est intéressant de savoir comment elle est pratiquée ». C’est justement en lien avec la volonté d’élucider la « pratique de notre discipline » que s’inscrit un projet tel que la cartographie des SIC.

4Et voilà donc que près de 40 ans après la constitution du comité des SIC — qui est devenu la SFSIC — la question de l’interdiscipline se pose toujours. En témoigne, au xixe colloque de la Société Française des Sciences de l’information et de la communication, la tenue d’une table ronde réunissant sous l’animation de Paul Rasse, Jacques Walter, président la CPdirSIC et Françoise Bernard en qualité de vice-présidente de la 71e section CNU. Dans un contexte particulier pour notre discipline en lien avec les transformations récentes qui affectent globalement la société, mais plus spécifiquement l’université, le dialogue entre ces deux instances, au cœur d’un événement organisé par la SFSIC s’engage autour du projet mené par la CPdirSIC qui consiste à cartographier les SIC.

5Pablo Jansen dans son article publié dans la revue Hermès (op. cit.) met en garde sur la cartographie de l’interdiscipline : « Comment cartographier une notion que l’on a déjà du mal à définir ? Compte tenu des prétentions habituelles des cartes au réalisme, cela semble relever de la témérité, voire de l’imposture. Pourtant, si l’on accepte de voir dans ces cartes un point de vue partiel mais explicite sur les pratiques interdisciplinaires, on peut entretenir l’espoir que la cartographie permettra de mieux cerner ce phénomène » (2013, p. 130). Il semble justement que l’exercice difficile de la cartographie puisse apporter un éclairage certes partiel mais permettant de mettre au jour dans une certaine mesure ce que sont aujourd’hui les pratiques interdisciplinaires des SIC. Comme en attestent les échanges de cette table ronde, il conduit surtout à engager des débats et des coopérations entre les instances en présence autour des pratiques de recherche de notre discipline dont il s’agit d’affirmer positivement et offensivement l’identité disciplinaire. En effet, comme le rappellent Béatrice Fleury et Jacques Walter, (op. cit) une discipline est formatée par un cadre organisationnel au sein duquel comme ils l’explicitent en citant Morin (1990) : les idées y font corps avec l’organisation qui les constituent. Et eux de souligner ses propos selon lesquels « la discipline est une catégorie organisationnelle au sein de la connaissance scientifique ; elle y institue la division et la spécialisation du travail et elle répond à la diversité des domaines que recouvrent les sciences. Bien qu’englobée dans un ensemble scientifique plus vaste, une discipline tend naturellement à l’autonomie, par la délimitation de ses frontières, le langage qu’elle se constitue, les techniques qu’elle est amenée à élaborer ou à utiliser, et éventuellement par les théories qui lui sont propres». Alors connaître une discipline c’est voir et comprendre comment elle se pratique en actes, comment elle s’organise, s’institutionnalise, se meut. C’est ainsi que la « mise à plat », par le biais de la cartographie, peut participer de la compréhension identitaire de la discipline et éclairer la question de l’interdisciplinarité.

La pluridisciplinarité : une règle organisationnelle

6La CPdirSIC est une association qui a pour vocation d’être un lieu d’échange d’informations sur la gestion des laboratoires. Regroupant des directeurs des unités de recherche et présidée par Jacques Walter, ses missions consistent à valoriser la discipline et à contribuer à la culture commune. En outre, il s’agit de faire émerger des propositions, de formuler, auprès des instances compétentes, des avis qualifiés sur toutes les questions qui concernent la discipline, son avenir et sa place dans la recherche et l’enseignement supérieur. Elle regroupe 30 unités de recherche et 1110 enseignants-chercheurs dont 570 titulaires en SIC. Ces chiffres attestent que c’est un univers qui n’est pas monodisciplinaire, puisque cette composition montre bien la juxtaposition et l’entrelacement de plusieurs disciplines dans les différents laboratoires. Le partage et les échanges avec d’autres disciplines sont, de ce fait, nombreux et les enseignants-chercheurs titulaires en Sciences de l’Information et de la Communication naviguent et évoluent donc dans des environnements de travail, dans des unités de recherche qui sont pluridisciplinaires. Il faut aussi noter qu’institutionnellement sur ces 30 unités de recherche, 21 ont un rattachement principal en SIC, et que parmi elles, seulement 4 sont 100 % SIC. En complément 8 unités de recherche ont un rattachement principal hors des SIC dont 3 UMR (sachant qu’il n’y a pas de section CNRS dédiée à l’Information-Communication).

7Ces constats permettent de voir que la pluridisciplinarité est la règle, une règle absolue et que la monodisciplinarité, celle des SIC, est une exception majeure. Cette considération est très importante pour la construction des problématiques et pour les façons de faire de la recherche au quotidien. Si la question de l’interdisciplinarité posée comme une caractéristique de la discipline est vraie, force est de constater qu’organisationnellement, elle est la règle puisqu’au quotidien les enseignants-chercheurs et les équipes SIC travaillent dans cet environnement-là.

8Relevons toutefois que si la CPdirSIC compte 30 directeurs d’unités de recherche, l’annuaire des formations doctorales et des UR établies par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche en répertorie, quant à lui, près d’une cinquantaine. Cela signifie donc qu’il y en a à peu près une vingtaine qui n’y sont pas représentées. Ce à quoi, il faut aussi ajouter que la liste du ministère elle-même est encore incomplète : certains laboratoires non mentionnés ont dans leurs équipes des chercheurs en SIC, de facto, invisibles.

9Malgré ces remarques, ce bref premier panorama montre déjà que la structuration organisationnelle de la recherche en SIC est hétérogène et diluée et qu’il émerge des observations menées pour cette cartographie encore une foultitude de petites informations qui peuvent permettre de mieux comprendre la dynamique qui anime la communauté. Il existe dans les informations de nombreux enseignements à tirer, comme par exemple, la distribution géographique des unités de recherches.

Fédérer et échanger pour développer la discipline sur un mode positif et offensif

10Dans ce contexte, l’intérêt d’instances telles que la CPdirSIC est fondamental en vue d’insister sur la nécessité de fédérer au maximum les unités de recherche pour échanger et se fixer un certain nombre d’objectifs de travail. L’association et ses membres ont, en ce sens, plusieurs priorités visant au développement de la discipline dans un mode positif et offensif dans l’objectif d’affirmer positivement ce que sont les SIC et ce qu’elles font. Il s’agit entre autres de trouver et de s’accorder sur un même vocable pour définir ce que nous sommes, pour nous désigner et ainsi trancher un éternel débat qui brouille notre identité professionnelle, à savoir : que sommes-nous, sous quelle dénomination doit-on s’inscrire lorsque nous faisons des sciences de l’information et de la communication ? La CPdirSIC se consacre encore à de nombreux points qui touchent notre discipline comme par exemple la question de la modification des nomenclatures des Masters et la place et le rôle des SIC dans les écoles doctorales ; la reconfiguration de l’HDR et la lutte contre les disparités dans la discipline et entre les disciplines pour l’envisager concrètement comme un moyen de contribuer à la formation des cadres de nos sections ; la nécessité de cerner la place et le rôle des SIC dans les regroupements territoriaux dans le mouvement dans les universités.

11Ces quelques objectifs que nous venons d’évoquer et qui comptent parmi les nombreux objectifs que se fixe la CPdirSIC, s’inscrivent globalement dans un objectif général, celui de comprendre comment la discipline est positionnée dans des pôles scientifiques, comment elle y est valorisée. Dans une telle perspective le travail de cartographie peut constituer une occasion de mieux connaître les pratiques de recherches en SIC et dans un même temps de définir l’identité des SIC par le biais de la connaissance fine de ces pratiques.

Premières pistes issues de la cartographie des SIC

12Un travail de cartographie des SIC est juste amorcé3, il repose sur 4 sources hétérogènes que sont l’exploitation d’un questionnaire réalisé au sein de la CPdirSIC, celle des sites d’un certain nombre d’unités de recherche, la mise à plat de tous les projets — ou presque — déposés à l’AERES et enfin une extension à des données de toutes les unités de recherche inscrites dans la liste du Ministère.

La boussole des SIC

  • 4 Dans le travail de cartographie : « La boussole des sciences de l’information, en son principe, fai (...)

13L’analyse des sites institutionnels des unités de recherche révèle que les mots-clés qui ressortent le plus peuvent être représentés sous la forme de la boussole4 suivante :

14

La boussole des SIC

La boussole des SIC

15L’intérêt de la boussole est qu’elle permet de montrer que chaque fois que l’on tente d’analyser un programme de recherche, celui-ci se situe à l’intersection de plusieurs domaines et qu’il est possible de faire varier la boussole et de voir ce qui est presque automatiquement articulé. La boussole permet de voir que les questions de médiation se situent au centre et que s’articule sur un axe vertical et horizontal quelque chose qui a trait au « dispositif » qui fonctionne d’ailleurs comme un mot valise. Ainsi, par exemple, pour penser le dispositif, nous sommes entre l’information — au sens de situation productrice d’informations — et les systèmes qui pourraient être des agencements sociotechniques, éventuellement producteurs de normes. Donc, en fonction des thématiques de chaque unité de recherche, il est possible de faire tourner la boussole et ainsi de mettre en évidence l’articulation des thématiques qui y sont abordées.

Des séries de mutations

16L’étude des axes des unités de recherche ainsi que des projets montre 3 séries de mutations qui témoignent d’une mutation de cœur de cible. D’abord des mutations technologiques, puis des mutations sociales et enfin des mutations en lien avec les professions et le rapport au public. Cette étude met également au jour un manque d’historicisation de ces mutations parce qu’il s’agit d’une mutation assez radicale. En effet, il apparaît un attachement à la fois au très contemporain et la nécessité de penser également le rapport à la temporalité plus longue.

Les SIC à la lisière de plusieurs articulations scientifiques

17L'analyse des projets scientifiques des UR montre également trois types frontières qui ne sont pas disciplinaires, mais qui s’apparentent davantage à des types d’articulations scientifiques permettant de penser autrement la question des mutations :

  • un premier type de frontière qui tourne autour de ce qui relève de l’information « calculable » (mathématiques, informatique, ergonomie etc.) ;

  • un second type de frontière qui a trait à l’interculturalité et à la dimension sociale des phénomènes de communication (y compris avec l’économie ou l’épistémologie) ;

  • un troisième type de frontière qui est en rapport avec le document, l’œuvre littéraire ou le texte en général et qui tend du côté des sciences du langage et de la littérature.

18En l’état actuel de l’avancement de la cartographie, sur chacun des points évoqués persistent deux limites. Premièrement, l’échantillon n’est pas complètement représentatif ; deuxièmement, les données portent sur les domaines et les objets, la carte telle qu’elle est constituée ne dit pratiquement rien sur les méthodes et les théories qui sont utilisées. Ce dernier point est très important pour comprendre la spécificité de notre discipline qui oscille entre deux pôles : un premier qui est une combinatoire originale d’unités de recherche et un second qui est la juxtaposition d’un certain nombre de disciplines sur lesquelles repose la structuration même de ces unités de recherche.

La nécessité d’impliquer les instances universitaires nationales

19Si la démarche initiée paraît cohérente et légitimement portée par la CPdirSIC, elle devra également impliquer les instances universitaires nationales pour affirmer des prises de position disciplinaires et asseoir la place des SIC en tant que « Science ». Ainsi, les données récoltées auprès du CNU par exemple sont précieuses au regard des objectifs de la cartographie. En effet, chaque année le CNU examine des thèses, des HDR, des publications et des comptes rendus d’activités. Il dispose donc de données qui pourraient compléter et entrer en résonance avec le projet de la CPdirSIC et permettre ainsi d’avoir une vision encore plus précise de la discipline. D’autant plus lorsque la discipline se définit comme « constituée d’un certain nombre de principes fondateurs, d’hypothèses générales de concepts qui déterminent un champ d’étude et permettent en même temps de construire le phénomène en objet d’analyse » (Charaudeau, 2011).

20La cartographie de la discipline constitue, de fait, un exercice hautement complexe qui pose une vraie difficulté puisqu’il comporte un ensemble de reconstructions inévitables qui soulèvent un certain nombre de questions mais sur lesquelles il est possible et particulièrement porteur de débattre. Par exemple, dans la classification proposée autour de trois grands groupes qui se dégagent autour des mutations technologiques, sociales et professionnelles, nous pourrions souligner que les spécialistes de l’analyse organisationnelle et institutionnelle pourraient se dire ne seraient pas intégrés ès qualités dans ces mutations. En effet, si elles sont inévitables, les catégorisations posent des questions fortes telles que les logiques d’interdisciplinarité y compris dans les quelques unités de recherche classées 100 % SIC et au sein desquelles se croisent également des emprunts théoriques et méthodologiques à des différentes disciplines. Et c’est précisément en ce sens que l’exercice de la cartographie est intéressant.

Mettre en récit les SIC sans normaliser : vers une synergie disciplinaire

21Lors de la table ronde tenue dans le cadre du Congrès de Toulon, Françoise Bernard, en tant que vice-présidente du CNU, insiste sur le fait que l’idée essentielle autour de ce travail est alors de faire en sorte de ne rien perdre ou, du moins, de perdre le moins possible de la richesse, de la pluralité théorique, méthodologique, empirique et de la pluralité des pratiques de recherche. Car plus que de proposer une cartographie, c’est mettre en visibilité la discipline, et en cela il s’agit d’être vigilant sur le récit développé pour la présenter et en particulier bien distinguer ce qui relève d’une définition identitaire de ce qui pourrait être pris pour une définition normative. Comme le souligne Charaudeau (2010), l’enjeu est également un enjeu de pouvoir au sens bourdieusien du terme, puisque réside là un jeu institutionnel de défense de ce qui s’avère être « un territoire disciplinaire » dont la mise en visibilité et en récit vise nécessairement une visibilité sociale et la constitution d’un savoir académique.

22Cette acception renvoie à la dimension capitale de défendre positivement et offensivement la discipline. Pour ce faire, les relations entre la SFSIC, la CPdirSIC, et le CNU sont essentielles. Il y a une vraie nécessité à développer de manière forte la fédération et la coopération entre ces trois instances, de travailler ensemble, la marge d’amélioration est très grande et en cela ce rassemblement est emblématique, symbolique, pour la discipline. Le CNU dans une motion envoyée au ministère pour solliciter une audience au ministère, invite les instances associatives que sont la SFSIC et la CPdirSIC, dans le but d’aborder la question de « la place des sciences de l’information et de la communication dans le développement de la recherche en sciences humaines et sociales. Leur représentation dans les instances nationales d’animation et d’évaluation de la recherche, les politiques de développement des enseignements en information-communication et les modalités d’un dialogue régulier et pérenne entre les responsables du ministère et des instances d’évaluation et les représentants de la discipline. Il suggère que les associations représentatives impliquées dans l’animation scientifique de la discipline SFSIC, CPdirSIC soient associées à ces échanges. » (Extrait de la motion CNU 71e envoyée au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, mai 2014)

23Compte tenu des constats inhérents à la juxtaposition d’équipes en SIC, il y a interdisciplinarité en actes faisant que les problématiques sont renouvelées constamment. Nous retenons surtout que le projet de cartographie en lui-même, malgré les difficultés afférentes et le travail important qu’il nécessite, présente l’avantage d’éclairer la vie des laboratoires, d’ouvrir les débats et de favoriser le rapprochement des instances nationales associatives que sont la SFSIC et la CPdirSIC et institutionnelle qu’est la 71e section du CNU. Dès lors, le projet permet d’impulser une dynamique forte autour des questions de l’identité, de l’état et de l’avenir des SIC en France en assumant la pluralité interne qui les définit depuis leur fondement dans un processus en perpétuel renouvellement, indéniablement lié aux évolutions techniques, sociétales et politiques auxquelles elles s’intéressent.

Haut de page

Bibliographie

Charaudeau P., (2010). Pour une interdisciplinarité « focalisée » dans les sciences humaines et sociales, 17. p. 195-222

Charaudeau P., (2012). Pour une interdisciplinarité focalisée : réponses aux réactions. Questions de communication, n° 21

Dacheux E., (2009) « Les SIC, approche spécifique d’une recherche en communication mondialisée », in Les Sciences de l’Information et de la Communication, Paris : CNRS éditions « Les essentiels »

Darbellay F., (2005) Interdisciplinarité et transdisciplinarité en analyse des discours. Complexité des textes, intertextualité et transtextualité, Slatkine, Genève, 2005.

Fleury B., Walter J. (2010), « Interdisciplinarité, interdisciplinarités », Questions de communication, n° 18, 145-158.

Fleury B., Walter J. (2011) « Interdisciplinarité, interdisciplinarités (2) », Questions de communication, n° 19, 143-154.

Jensen P., (2013). « Cartographier l’interdisciplinarité ». Hermès la revue, n° 67, 3 pp. 130-132

Haut de page

Notes

1 Pour Patrick Charaudeau (2010) l’interdisciplinarité « est l’effort d’articuler entre eux les concepts, les outils et les résultats d’analyse de différentes disciplines. Cela ne peut se faire avec plusieurs disciplines à la fois car, pour pouvoir procéder à une interrogation ou un emprunt entre plusieurs concepts, il faut pouvoir les considérer dans leur cadre théorique afin de ne pas les déformer, les interroger à la lumière d’une autre discipline et expliquer dans quelle mesure et à quelles fins d’analyse ils peuvent être empruntés et intégrés dans l’autre discipline » (2010, p. 205). En appui sur les travaux de Darbellay (2005), il montre qu’elle se distingue de la pluridisciplinarité en cela que cette dernière serait une « addition de disciplines sans véritable interaction entre elles » (2005, p. 46), de la multidisciplinarité qui serait davantage centrée sur un questionnement commun aux disciplines concernées pour que chacune apporte son point de vue (ibid.). Et enfin, il les distingue de la transdisciplinarité qui correspond à un mouvement de traversée des disciplines aboutissant à une « co-construction des savoirs qui traversent littéralement les disciplines constituées » (Darbellay, ibid.) de telle sorte qu’émerge un discours construisant un propre lieu de pensée.

2 Comité Consultatif des universités, devenu Conseil National des Universités

3 Pour suivre l’actualité de la cartographie en ligne : http://ateliercartographie.wordpress.com/2013/10/20/en-route-pour-la-cartographie-des-sciences-de-linformation-et-de-la-communication/

4 Dans le travail de cartographie : « La boussole des sciences de l’information, en son principe, fait partie de la boîte à outils que va utiliser le cartographe. À mon avis, elle concentrera nombre de discussions sur les éléments ou les "attracteurs" fondamentaux de la discipline, ce qui permettra par exemple de la comparer à d’autres comme la sociologie, les sciences informatiques ou la linguistique ou encore de la façon dont notre géographie conceptuelle intègre les métiers de l’information (veille, documentation, archives, bibliothèques…) » (extrait du blog ateliercartographie)

Haut de page

Table des illustrations

Titre La boussole des SIC
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/1191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sidonie Gallot, « Les enjeux d’une cartographie des SIC pour la discipline et les unités de recherche », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 31 juillet 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1191

Haut de page

Auteur

Sidonie Gallot

Sidonie Gallot est Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, chercheur au LERASS (EA 827) au sein de l’équipe Ceric à l’université Paul Valery (Montpellier III) et chargée de missions à la SFSIC.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page