Navigation – Plan du site
Ligne Sud

La Chaire Unesco Pratiques émergentes des technologies et communication pour le développement. Laboratoire Mica, Université Bordeaux-Montaigne

Alain Kiyindou

Texte intégral

  • 1 Commission nationale française pour l’UNESCO, Les chaires UNESCO en France, Commission nationale fr (...)
  • 2 http://orbicom.ca/fr/, consulté le 18 juillet 2014.

1Une chaire UNESCO est un label scientifique international. Elle est créée sous la tutelle de l’Université et placée sous la responsabilité du porteur du projet sur la base d’un accord signé entre l’université et l’UNESCO. Elle comprend des activités de formation, de recherche et sert de cadre pour un partage de l’information dans les domaines de compétence1. Elle est le pivot de conférences de haut niveau, à travers, notamment, les professeurs invités qu’elle accueille et les colloques qu’elle organise. La chaire fonctionne en réseau, le réseau Orbicom, réseau de référence pour les chaires Unesco en communication. La première mission que s'est fixé le réseau Orbicom est de « développer et promouvoir le partage de savoir et d'expertise en communication par l'éducation, la recherche et l'action concrète. » Il s'est également fixé pour but d'étudier plus spécialement les problèmes de communication liés au développement, y compris les politiques d'aide bilatérale et multilatérale, les politiques nationales et les lois sur la communication. Le réseau Orbicom s'inscrit dans le cadre de la nouvelle stratégie de la communication de l'Unesco, adoptée lors de la Conférence générale de 1989.2

Un ancrage dans les préoccupations internationales

2De manière générale, les chaires Unesco sont à situer dans la volonté de l’Unesco de promouvoir l’apprentissage tout au long de la vie. L’initiative prise par Federico Mayor, alors Directeur Général de l’UNESCO, pour encourager la création de « chaires-réseaux » est donc la traduction en action d’un engagement international où l’éducation, l’avancement des connaissances et leur diffusion, ainsi que la recherche sont invités à travailler de concert. Les chaires UNESCO sont un pôle d’excellence et d’innovation qui contribue au développement national, régional et international.

3S’appuyant sur la tradition du laboratoire MICA de l’Université Bordeaux-Montaigne, reconnu pour ses travaux sur les médias en Afrique, la Chaire Pratiques émergentes des technologies et communication pour le développement poursuit ses travaux en lien direct avec les préoccupations majeures de l’UNESCO dans les domaines de l’éducation, de la culture, de l’accès aux savoirs et du rôle des médias dans les pays en développement. Elle entend mobiliser la science et la technologie pour la résolution des problèmes de base qui se posent aux populations. Elle compte accompagner la recherche des solutions, participer à l’adaptation des produits et services à leurs attentes. Tout en s’inscrivant dans une approche de type Recherche-action, il s’agit d’analyser les processus de conciliation des nouveaux médias à la complexité du contexte d’utilisation et de voir comment ceux-ci sont ou pourraient être utilisés en vue de l’amélioration du bien-être social, économique, et culturel des populations. En effet, l’inadéquation entre le contexte (culturel, infrastructurel, financier, juridique…) explique, en partie, l’apparition de nouvelles pratiques, sorte de réinvention ou de relocalisation de ces outils souvent venus d’ailleurs. Un accent particulier est mis sur la participation des populations à l’identification des problèmes et des pratiques technologiques adaptées pour la résolution de ces problèmes ainsi que sur le renforcement des capacités.

4Les visées de la Chaire Pratiques émergentes des technologies et communication pour le développement se situent dans le cadre des objectifs du millénaire et font écho aux travaux menés lors du Sommet mondial sur la société de l’information tout en se référant à la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. L’Afrique, l’Asie, l’Amérique latine et leurs rapports avec le reste du monde sont au cœur des travaux de la Chaire. Quatre objectifs spécifiques peuvent être mentionnés :

  1. Étudier les pratiques émergentes des TIC dans le cadre du développement.

  2. Accompagner les actions de développement par le renforcement des capacités

  3. Servir de laboratoire d’idées et lieu de médiation entre le monde académique, la société civile, les communautés locales et les décideurs politiques.

  4. Valoriser les travaux des chercheurs du Sud par la création d’une revue scientifique. Publiée sur Revue.org, elle permettra à chacun de produire des articles dans sa langue. Des articles en français pourront ainsi côtoyer des textes en anglais, portugais ou swahili (Présentation détaillée de la revue en annexe).

Une thématique majeure : Les pratiques émergentes au cœur du développement

5Le développement, entendu comme amélioration des capacités de l’homme ou des conditions sociales, économiques, politiques, culturelles est de plus en plus pensé au regard de ce que les TIC peuvent apporter. L’évolution des usages et des pratiques révèle des différences contextuelles liées à des stratégies d’adaptations et, ou d’appropriations particulières voire d’usages inattendus. C’est précisément sur ces pratiques émergentes que se focalisent les chercheurs réunis autour de cette Chaire. Pour saisir ces pratiques, la Chaire Pratiques émergentes des technologies et communication pour le développement focalise son regard sur les Technologies nomades et transformations socio-économiques : Mobile learning, Open data pour le développement, Serious games et éducation (sanitaire, alphabétisation…)… Les champs d’application retenus pour le premier quadriennal sont la Santé et l’Éducation. Le deuxième quadriennal portera quant à lui sur les transformations économiques. La chaire a choisi délibérément de travailler sur un spectre large mais, avec un objectif précis : l’étude des pratiques émergentes. L’étendue du champ d’observation et des pays concernés permet d’avoir une approche transversale et de mieux intégrer la complexité.

6Les technologies ne peuvent être comprises qu’en les replaçant dans une dynamique sociale, culturelle, économique, politique et stratégique. Nous considérons la technologie non pas seulement comme un entrelacement de matériau (vis, chaîne, barres, boîtier…), mais surtout comme un ensemble liant des hommes et des outils dans un cadre socioéconomique donné. Si la technologie doit servir à favoriser le développement, nous devons avoir à l’esprit qu’il existe des pratiques multiples et multiformes liées à des besoins particuliers.

Trois mots clés : pratiques, émergence et développement

  • 3 Etienne Wenger, Théorie des communautés de pratiques, Presses universitaires de Laval, Laval, 1998.
  • 4 Pierre Bourdieu, Le sens pratique, Éditions de Minuit, Paris, 1980.

7Le concept de « pratique » est associé à faire, faire dans un contexte historique et social qui donne une structure et une signification à ce qu’on accomplit3. C’est l’ensemble de savoir-faire ou expériences acquises et, en quelque sorte, une « nature » sociale qui enveloppe, en des configurations chaque fois spécifiques et historiques, la raison et les sentiments, la réflexivité et l’affectivité. Elle s’applique aux situations concrètes liées notamment à l’objet technologique (téléphone portable, Ipad…), à ses fonctions ou applications (Sms, appels, photographie…). Elle intègre les rôles, les procédures, les règles, les symboles qui y sont attachés. Les praticiens, quant à eux, inventent des façons d’adapter la technologie à leur réalité. On parle alors de réinvention ou de relocalisation. Leurs pratiques apportent des solutions aux limites des applications proposées et rendent la relation au champ d’application (santé, éducation…) plus aisée. La pratique n’est donc pas irréfléchie, elle relève de ce que Bourdieu appelle le « sens pratique »4. En effet, les pratiques répondent à des exigences essentiellement sociales qui, incorporées dans l’habitus, sont naturalisées et rendues évidentes. Étudier des pratiques ne consiste donc pas uniquement à relever les mécanismes. Nous nous attachons, dans le cadre de la Chaire, à en analyser la signification et à faire en sorte que l’étude des pratiques aide à la création des applications plus adaptées.

8En ce qui concerne l’émergence, elle intervient lorsque des systèmes simples interagissent en nombre suffisant pour faire apparaître un certain niveau de complexité qu'il était difficile de prévoir par l'analyse de ces systèmes pris séparément. Ce qui qualifie un phénomène émergent, c’est une propriété collective, une dynamique qui fait apparaître une pratique inattendue. Pour mieux la cerner, nous nous attacherons à ses différentes formes à savoir l’aspect évolutif (en cours d’éclosion) et le caractère diffus (peu visible). Dans le cadre de la Chaire, nous nous intéressons donc à des pratiques récurrentes sans pour autant être populaires et qui relèvent du collectif (et non du domaine individuel), en état de latence donc évolutives quoique peu visibles. Ces émergences peuvent être cernées afin de nourrir la créativité entrepreneuriale.

  • 5 Alain Kiyindou, Les pays en développement face à la société de l’information, L’Harmattan, Paris, 2 (...)
  • 6 Amartya Sen, Repenser les inégalités, Seuil, Paris, 2000.

9Quant au développement, il est à saisir dans toute sa complexité, c'est-à-dire intégrant toutes les visions du monde. Il n’est pas universalisme, fondamentalisme, autoritarisme, il est choix social5. Il est amélioration de la « qualité de son existence »6. Cela suppose bien entendu de porter un regard un tant soit peu global sur notre monde et tenir compte de ses caractéristiques à savoir l’imprévisibilité, la mobilité, la multiplication des échanges qui rendent « caduques » les frontières classiques et font ressurgir l’importance des expressions culturelles singulières. Comment accompagner les dynamiques d’appropriation des TIC et l'accélération de leur insertion dans les pratiques des acteurs ? Quelles pratiques, quelles innovations découlent de la confrontation entre les cultures locales et l’objet technologique ? Nous partons donc de l’hypothèse que les applications technologiques et les pratiques constituent des espaces socio-économiques et commerciaux de dialogue entre culture locale et technologies modernes.

10Au-delà de ces préoccupations, la chaire compte redynamiser les travaux portant sur la communication pour le développement telle que définie par Nora Quebral à savoir l’usage des moyens de communications à des fins de développement. C’est d’ailleurs dans cette perspective que seront examinés les usages des TIC dans différents espaces socio-économiques.

Mise en place de coopérations originales

11Un fait intéressant qui mérite d’être souligné est l’association, dans cette réflexion de visions multiculturelles, des femmes et des hommes couvrant le terrain étudié. En effet, la Chaire Pratiques émergentes des technologies et communication pour le développement se veut laboratoire d’idée et maillon d’un réseau étendu basé sur la complémentarité et une réelle synergie entre les différents partenaires. Ce réseau se construit et se renforce tout au long de la réalisation de son projet. La chaire développe des partenariats soutenus avec des universités et laboratoires de recherche, d’autres pays, principalement du Sud mais pas exclusivement, des associations et des entreprises privées. Elle entend également poursuivre sa coopération avec les Chaires de Grenoble, de Strasbourg, de Sorbonne Nouvelle, la chaire Unesco-Bell du Canada…

12INSTITUTIONS ET LABORATOIRES DE RECHERCHE PARTENAIRES

Cerco (Bénin-Côte d’Ivoire-Burkina Faso)

Céroce, Université de Lomé, Togo

Ipermic, Université de Ouagadougou (Burkina Faso)

Instituto de Investigaciones sobre la Untversidad y la Educación, Université autonome de Mexico (Mexique)

Université de Bucarest, Roumanie

Université de la Laguna, Espagne

Université de Bayreuth, Allemagne

UFRICA, Université de Côte d’Ivoire

Agence universitaire de la Francophonie

13ASSOCIATIONS ET SOCIETES SAVANTES PARTENAIRES

Société française des sciences de l’information et de la communication (Société savante)

Société des communicologues congolais, RD. Congo

AMEDDIAS, Luxembourg

Sulabatsu, Costa Rica

AJAD, France

Azur développement, Congo

Haut de page

Notes

1 Commission nationale française pour l’UNESCO, Les chaires UNESCO en France, Commission nationale française pour l’UNESCO, Paris, 2014.

2 http://orbicom.ca/fr/, consulté le 18 juillet 2014.

3 Etienne Wenger, Théorie des communautés de pratiques, Presses universitaires de Laval, Laval, 1998.

4 Pierre Bourdieu, Le sens pratique, Éditions de Minuit, Paris, 1980.

5 Alain Kiyindou, Les pays en développement face à la société de l’information, L’Harmattan, Paris, 2009.

6 Amartya Sen, Repenser les inégalités, Seuil, Paris, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Kiyindou, « La Chaire Unesco Pratiques émergentes des technologies et communication pour le développement. Laboratoire Mica, Université Bordeaux-Montaigne », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1188 ; DOI : 10.4000/rfsic.1188

Haut de page

Auteur

Alain Kiyindou

Professeur des universités, responsable de la Chaire, Université Bordeaux-Montaigne. Courriel : akiyindou@msha.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page